Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Mauser

Members
  • Posts

    1,207
  • Joined

  • Last visited

Posts posted by Mauser

  1. Histoire des armes Bien beau travail ; mais qui comme toute les études peut être critiquées. Une arme n’étant qu’un outil elle est crée par la demande des utilisateurs. Avec des freins importants qui sont les limites de la technique de l’époque et le conformisme des EM . Un exemple la première vraie automitrailleuse était autrichienne et date de 1908 testée lors de grande manœuvre elle donna entière satisfaction. Malheureusement en passant un peut trop prés de l’empereur et de ses généraux elle affolât les chevaux. Moralité elle fut proposée à l’exportation. Les robots de guerre terrestre datent de la seconde guerre mondiale avec le mini char Goliath filoguidé et un engin de démolition radioguidé qui lui déposait une charge et retournait en arrière. Tous les deux allemands. Aussi je vous proposerait un découpage plus situé sur l’évolutions des techniques et de la science . Ainsi je dirais de la préhistoire au 10 é siècle. Il n’y a de rupture que dans le passage des divers stades de la pierre puis au bronze et enfin au fer. L’apparition de l’étrier lui va bouleverser la tactique en donnant la suprématie au cavalier lourd sur le piéton . La grande peste du 13 va jouer un rôle important en minorant du jour au lendemain les effectifs disponibles. Le soldat devient une denrée coûteuse qu’il faut ménager. L’apparition de la poudre n’est recevable que dans le sens où la métallurgie progresse par le recours de plus en plus fréquent au charbon de terre et non de bois. Les plus hautes températures donnant des « acier » plus résistants. Sur mer l’apparition du gouvernail d’étanbout et de la toile de bonne qualité sont les seuls points importants. Le bond suivant c’est l’apparition des platines à silex rendue possible par la mise au point de la « cémentation » de la batterie. Mais ici nous rentrons dans les périodes chaotiques où il est de plus en plus délicat de déterminer si le civil offre au militaire ou le militaire exige du civil Le bond suivant c’est les guerres de a révolution française et de l’empire. Première guerre préindustrielle rendue possible par le système Vallet de standardisation de pièces. Puis vient l’age de la vapeur avec la production de masse et le chemin de fer . Ici en une génération l’on passe du fusil à poudre noire chargé par la bouche au fusil à répétition à canon rayé. Quelques années de plus et l’on arrive à la poudre sans fumée. Révolution incommensurable pour la marine qui peut s’affranchir des aléas du vent et s’équiper en lourd l’âge des cuirassés commence. Vient l’âge du pétrole avions sous-marins fiables accompagnés d’un progrès de la chimie qui va pousser des innovations comme les poudres sans fumées ou les gaz de combat résidus innommables de la teinture industrielle. En fait bien des idées nées à cette époque comme les théories de guerre aérienne de Clément Ader sont recevables. A la condition que le matériel suive ce qui est impossible à ce moment. Le cycle suivant devient une confusion entre progrès technique, industriel et exigences des militaires. Car sans sombrer dans le qui le premier à fait quoi. Il est bon de se souvenir que les premiers réacteurs sont italiens et datent des années 1930. Que l’opération Paperclip a non seulement couvert les frais de la seconde guerre. Mais est la base de bien de nos inventions du missile filoguidé en passant par le nylon ou le chasseur de nuit embarqué. Et le transistor base de la miniaturisation électronique . La rupture est le microprocesseur et le laser L’un permettant des calculs fins et rapides dans toutes sortes de domaines. L’autre une recherche sur la lumière et ses applications. Ici j’ai fait au plus court oubliant les convertisseurs bessner ou autre invention.

  2. Bien vu mais trois oublis monumentaux L'apparition de la cartouche métallique vers 1840 avec les cartouches Flaubert pour votre culture il existait des armes à chargement arrière utilisant la capsule comme système d'amorçage : carabine Jocellin par exemple L'invention des amorçages centraux Boxer et Berdan qui vont permettre de passer à des cartouches sérieuses en terme de puissance L'amorçage annulaire ne pouvant supporter de hautes pressions . L'invention des poudres peroxydées ou sans fumées vers 1880 par les français . Avant la poudre noire posaient des problèmes quasiment insolubles d'encrassement des rayures .

  3. Pour le cheval de bataille vous avez pris le poids d'un anglo-arabe et encore pas trop gros . Le palefroi était un boulonnais ou un percheron dont le poids moyen est de l'ordre de la demie tonne Pour le poids des armures je suis assez partagé Effectivement si l'on se réfère à certaines armures de tournois de la fin de cette époque l'on se trouve face à un bunker d'une centaine de Kg Pour les capacité de perforation d'une arbalète tout dépend de son type à crocs , moufles ou à cric . Les premières qui étaient armées manuellement n'avaient pas plus de force qu'un arc classique son seul avantage résidait dans la précision assez facile à acquérir Maintenant les dernières arbalètes à cric lançait leurs carreaux à de VO proche de celle d'une 22 lr +ou- 400MSC Alors sur du fer battu de qualité moyenne à l'époque l'on ne savait pas tremper ou cémenter de grosses pièces . La perforation était possible . Maintenant n'oublions jamais que la réplique à une arme nouvelle est bien souvent en premier lieu le renforcement des protections alors armure légères au début du moyen âge et fortin mobile avec l'apparition des armes à feu ?

  4. Pour du nucléaire vous ne pouvez pas descendre en dessous de certaines valeurs LA MASSE CRITIQUE. L'on peut jouer avec certains excitateurs mais à vos riques et périls Pour l'uranium la masse couramment admise est des 20 KG et autant pour le plutonium .Avec une table des densité à vos calculettes

  5. Pour les fusils d'assaut Juste une précision en passant Les premières études sont le fait des russes aprés leur défaite face aux japonais. Le premier vrai fusil d'assaut est russe mais fait par Tokarev en 1917 . Il tirait ce qui était considéré comme une munition intermédiaire à l'époque du 6.5 Arisaka Et comme il a quand même été produit à 30 0000 exemplaires Il peut être considéré comme le premier Pour les PM ils sont nés en 1916 avec le villa perosa en 9 mm Glissenti Les allemands eux avaient des Pm bergman en 9 para . Les américains allaient tester une curieuse conversion pour leur fusil springfield qui allait donner plus tard l'US M1

×
×
  • Create New...