vincenzo

Members
  • Content Count

    459
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by vincenzo

  1. pas sur que le M1 vendu aux egyptiens par les US soit the state of art niveau blindage, donc pas plus mal d'avoir un autre mbt en service
  2. https://fr.news.yahoo.com/plusieurs-personnes-tuées-rue-glasgow-142841974.html
  3. Le schiste americain toujours plus dans le rouge : https://www.challenges.fr/entreprise/energie/alerte-rouge-pour-le-petrole-de-schiste-americain_716076?fbclid=IwAR0PWs_dz_hoFLxrIw9NcE8T40BW2raWWM1OQ7ZcVuLhNc7f596IXhuUlLM Les prix du pétrole vers une remontée des prix vers 2021 en raison de la baisse de prod amercaine ? https://energieetenvironnement.com/2020/06/22/vers-une-explosion-du-prix-du-petrole/?fbclid=IwAR353LVqYTB73dO0P4O4hSk_o0nswCpvMcPdGVL5NiGiW7hGoltLYChIJts le même article que @g4lly avec plus de chiffres : L’Europe risque de manquer de pétrole d’ici à 2030 Les plus gros fournisseurs de l’UE, en particulier la Russie, l’Algérie ou l’Angola, vont voir leur production décliner dans les années à venir. Par Nabil Wakim Le resserrement de l’offre pétrolière mondiale risque de s’accélérer en raison de la crise sanitaire, et les pays européens pourraient en payer durement les conséquences. Dans un rapport rendu public mardi 23 juin, le groupe de réflexion The Shift Project, présidé par le consultant Jean-Marc Jancovici, détaille comment les bouleversements récents du marché pétrolier pourraient mettre en difficulté l’approvisionnement en or noir de l’Union européenne dans les dix prochaines années. Principal enseignement : plus de la moitié des pays producteurs qui fournissent le Vieux Continent vont voir leur offre se raréfier dans les années à venir. « La production de la Russie et celle de l’ensemble des pays d’ex-URSS, qui fournissent plus de 40 % du pétrole de l’UE, semblent être entrées en 2019 dans un déclin systématique. La production pétrolière de l’Afrique (plus de 10 % des approvisionnements de l’UE) paraît promise au déclin au moins jusqu’en 2030 », explique ainsi Matthieu Auzanneau, directeur du think tank et auteur d’un ouvrage de référence sur l’histoire du pétrole, Or noir. La grande histoire du pétrole (La Découverte, 2015). The Shift Project a compilé les données de l’un des cabinets de référence dans le monde des hydrocarbures, Rystad Energy, implanté en Norvège. L’analyse détaillée de ces chiffres (non publics) permet de constater que la courbe dessinée par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dès 2018 a tendance à s’accentuer : à l’époque, l’institution établie à Paris avertissait que, sans investissements majeurs de la part des producteurs, le monde viendrait à manquer de pétrole en 2025. Depuis trois décennies, les découvertes de pétrole conventionnel – tel qu’il est exploité en Arabie saoudite ou en Russie, par exemple – sont au plus bas. Or les champs existants connaissent une lente décrue, de l’ordre de 3 millions à 4 millions de barils par jour au niveau mondial, soit 4 % de la consommation de la planète. Ces dernières années, la révolution des pétroles non conventionnels, comme le schiste nord-américain ou les sables bitumineux de l’Alberta (Canada), a laissé pensé à certains analystes que les nouvelles ressources pétrolières mondiales seraient assurées. De fait, les Etats-Unis sont devenus en 2018 les premiers producteurs du globe, grâce aux techniques de forage hydraulique, produisant jusqu’à 12 millions de barils par jour. « L’hiver du pétrole facile » La crise du Covid-19 est venue bousculer cette situation, en provoquant une dégringolade historique du prix de l’or noir. Pour faire face, les compagnies du secteur ont réduit leurs investissements de manière massive, en particulier dans le domaine de l’exploration et de la production. Avec une conséquence importante : le pétrole non conventionnel est plus cher à récupérer et son débit est en chute libre, notamment aux Etats-Unis. Les investissements qui ne sont pas effectués maintenant pourraient provoquer une contraction rapide de l’offre. La volatilité extrême des prix constatés ces dernières années a rendu les majors du secteur plus timorées. « Notre exploration, dont les budgets ont diminué au cours des cinq dernières années, n’intervient que là où l’on peut produire du pétrole pas cher », expliquait début juin au Monde, le PDG de Total, Patrick Pouyanné. Mais ce pétrole bon marché se fait de plus en plus rare. « C’est l’hiver du pétrole facile », souligne le rapport du Shift Project. Pourquoi l’Europe serait-elle davantage concernée par ce risque que le reste du monde ? Parce que le Vieux Continent demeure le premier importateur net de pétrole, devant la Chine. Les 27 pays de l’UE importent plus de 13 millions de barils par jour. Or, au fur et à mesure que les principales sources d’approvisionnement se contractent, les besoins en pétrole en Afrique ou dans le Sud-Est asiatique vont croître. « Le gâteau à se partager va être plus petit, or d’autres pays, comme la Chine, déploient une véritable géostratégie du pétrole pour sécuriser leurs approvisionnements », observe Matthieu Auzanneau. La consommation de pétrole diminue légèrement en Europe depuis 2010 grâce aux progrès de l’efficacité énergétique et aux politiques environnementales, mais cette courbe n’est pas suffisante, alerte le directeur du Shift. « Si ces politiques climatiques échouent, l’humanité risque d’être rattrapée par des contraintes de plus en plus fortes sur l’accès au brut », prévient le document, qui évoque, en creux, les difficultés majeures à venir pour certains pays étroitement dépendants des hydrocarbures, comme l’Algérie ou l’Angola. Le rapport plaide ainsi pour que l’Europe réduise de manière plus sensible son accoutumance à l’or noir. « La consommation diminue de 0,5 % par an. Ce rythme n’est pas assez rapide : il faudrait être autour de 5 % de baisse annuelle », prévient M. Auzanneau. L’agence Rystad, de son côté, a publié mi-juin son rapport annuel et tire des conclusions assez proches. « Le pic pétrolier se rapproche, juge ainsi l’analyste en chef du cabinet, Per Magnus Nysveen, nous disions auparavant qu’il arriverait autour de 2030. Nous pensons maintenant qu’il pourrait arriver en 2027 ou 2028. » Le cabinet estime que les prix de cette ressource vont augmenter de manière continue au cours des prochaines années, ce qui pourrait aboutir à une reprise de l’exploration. https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/06/23/l-europe-risque-de-manquer-de-petrole-d-ici-a-2030_6043842_3234.html?fbclid=IwAR13CAhpDD81Px3X8NKFu6Bo99K7MEtY4lIT52elMzHt9UOQfw1Jpwh1qp8
  4. l’Allemagne reconfine 360000 personnes : https://www.bfmtv.com/international/europe/allemagne/coronavirus-l-allemagne-reintroduit-pour-la-premiere-fois-un-confinement-local_AD-202006230078.html
  5. C'est énorme ces suppositoires!!! euh missiles, vraiment du gros calibre
  6. je suppose que l'on peut le remplacer par "ardent patriote", ils défendent farouchement leur pays avec beaucoup d'orgueil... (à tort ou à raison)
  7. https://www.francetvinfo.fr/culture/livres/coronavirus-a-wuhan-le-journal-de-l-ecrivaine-fang-fang-suscite-la-colere-des-nationalistes-chinois_3928571.html en gros elle raconte sa vision, son vecu de l'épidémie, ce qui ne plait pas aux nationalistes car ça ouvre le flanc aux critiques des occidentaux : "Traîtresse": une écrivaine chinoise qui a tenu un journal de confinée à Wuhan, épicentre du Covid-19, est accusée de donner du grain à moudre aux critiques de la Chine en publiant son récit à l'étranger. Âgée de 64 ans, issue d'une famille aisée d'intellectuels, Fang Fang est une romancière connue dans son pays. Elle a remporté le plus prestigieux prix littéraire chinois en 2010. Wuhanaise, elle entame un journal peu après le confinement de la métropole le 23 janvier, qu'elle publie en ligne. Achevé fin mars après 60 entrées, il raconte la peur, la colère et l'espoir des 11 millions d'habitants. Son contenu ? Récit d'hôpitaux saturés qui refusent les malades, de son quotidien de confinée, du décès de proches, de l'entraide entre habitants, ou encore du plaisir simple de voir le soleil illuminer sa chambre. "Traîtresse": une écrivaine chinoise qui a tenu un journal de confinée à Wuhan, épicentre du Covid-19, est accusée de donner du grain à moudre aux critiques de la Chine en publiant son récit à l'étranger. Âgée de 64 ans, issue d'une famille aisée d'intellectuels, Fang Fang est une romancière connue dans son pays. Elle a remporté le plus prestigieux prix littéraire chinois en 2010. Wuhanaise, elle entame un journal peu après le confinement de la métropole le 23 janvier, qu'elle publie en ligne. Achevé fin mars après 60 entrées, il raconte la peur, la colère et l'espoir des 11 millions d'habitants. Son contenu ? Récit d'hôpitaux saturés qui refusent les malades, de son quotidien de confinée, du décès de proches, de l'entraide entre habitants, ou encore du plaisir simple de voir le soleil illuminer sa chambre. Un ami docteur m'a dit : nous les médecins savons tous depuis un moment qu'il y a une transmission interhumaine de la maladie, nous avons rapporté ça à nos supérieurs, mais pourtant personne n'a averti les gensFang FangJournal de Wuhan Une chronique lue par des millions de Chinois Sa chronique subjective d'écrivaine, présentée comme non-journalistique, a été suivie par des millions de Chinois intéressés par un point de vue différent sur l'actualité, face à des médias très contrôlés. Mais Fang Fang est devenue controversée. Car son journal sera publié dans les prochains mois dans plusieurs langues étrangères, dont l'anglais, l'allemand et le français. En France, il sortira le 9 septembre chez Stock sous le titre Wuhan, ville close. On lui reproche d'offrir avec cette traduction un prétexte aux étrangers pour critiquer le gouvernement chinois. Notamment aux Etats-Unis, qui accusent Pékin de réaction tardive face à l'épidémie. "Un média américain dit déjà vouloir se servir du livre pour demander des comptes à la Chine. Bravo Fang Fang, tu donnes aux pays occidentaux des armes pour tirer sur la Chine", ironise un internaute sur le réseau social Weibo. "Tu révèles ainsi ta nature de traîtresse", conclut-il. "Pour combien as-tu vendu ton journal ?", s'interroge un autre commentateur, qui l'accuse de s'enrichir sur les quelque 3 900 morts de Wuhan. Présentation politisée Autre élément qui a enflammé le web : la présentation politisée de l'ouvrage fait par son éditeur américain HarperCollins. Saluant un récit "mélangeant l'étrange et le dystopique", il vante une écrivaine qui s'élève contre les "problèmes politiques systémiques" d'un "pays autoritaire". La traduction du livre, en pleine confrontation avec Washington, "n'est pas vraiment de très bon goût", a déploré Hu Xijin, influent rédacteur en chef du tabloïd nationaliste Global Times. Au final, ce seront les Chinois, y compris ceux qui soutenaient Fang Fang au départ, qui devront payer le prix de sa renommée en OccidentHu XijinWeibo Le tabloïd chinois Global Times évoque de son côté un récit "partial" qui "n'expose que le côté sombre de Wuhan". Critiquée voire insultée, Fang Fang se dit victime de la "cyberviolence" de nationalistes, même si un certain nombre d'internautes lambda la critiquent également. Conséquence : plusieurs éditeurs chinois intéressés à l'origine par la publication du texte de Fang Fang hésitent devant la polémique, affirme l'écrivaine. "Une page de l'histoire de l'humanité" pour Stock "Pourquoi on ne sortirait pas ce livre ? Juste parce que certains risquent de nous utiliser ? (...) Si les gens lisent vraiment mon journal, ils découvriront toutes les mesures efficaces que la Chine a prises contre l'épidémie", argumente-t-elle dans une réponse publiée sur le site internet du magazine Caixin. Elle promet par ailleurs de verser toutes ses royalties "aux familles des soignants décédés". Interrogé par l'AFP, son éditeur français Stock a justifié la publication du journal par son "intérêt documentaire" à propos d'un événement "qui s'annonce comme peut-être une page de l'histoire de l'humanité". Face à cette lapidation en ligne, beaucoup d'internautes ont volé au secours de l'autrice sur Weibo, jugeant les attaques "disproportionnées". "Fang Fang ne doit rien à personne", souligne une commentatrice. "Libre à vous d'écrire un journal qui va à l'encontre de ce qu'elle raconte, de le traduire et de le publier à l'étranger !"
  8. tite info sur test seroloique: au sujet du test sérologique Roche COVID19 Voilà les informations qu’elle a pu me communiquer : Ce dosage sera qualitatif et va mettre en évidence simultanément la présence des IgA, IgG et IgM. Test automatisé en 18’ Dosage sur sérum ou plasma hépariné Coffret de 300 tests, calibrateur inclus dans le coffret. Contrôles dans un coffret séparé. Spécificité > 99% Sensibilité > 95% Marquage CE prévu me 4/05 25 millions de tests vont être produits par semaine en Allemagne. Allocation des tests en fonction de la situation endémique du pays Prix moins de 2€ par test Pas de coût patient rendu pour le moment. Donc pas de différentiation possible entre les IgG et les IgM
  9. Alors les infos viennent de ma femme qui bosse dans l encadrement du labo de st Joseph, le chômage partiel au labo ca fait deja 2 semaines qu il est proposé pour faire face à la baisse d activité, le moment de folie à st Joseph a ete il y a 3, 4 semaines pour la mise en place du plan blanc depuis l activité est au ralenti car l hôpital a été vidé de tte activité non urgente pour eviter les contaminations et faire place aux malades covid. Donc non ma formulation n est pas trollesque, l hôpital est à l arrêt (tant mieux qu il ne soit pas plein de cas rea) ils en sont les 1ers surpris, ils se sont préparés sur les recommandations de l ars, mais oui il y a trop de personnel pour l activité actuelle. Ne pas oublier que st Joseph n est pas AP HM c est peut être pour cela que cette ressource n est pas utilisé à fond et au fait que la vague attenue n a pas encore eut lieu. Et dernière chose'effectivement j ecris et je formule mal apparemment et peu étayé (entre les devoirs de l ainé et les coloriages de la petites, j essaie d aller vite) sur téléphone en plus, mais éviter tout de suite de cataloguer les gens de troll et catastrophiste/complotiste ca fait 2 fois et ça me les brise sévère, j ai juste voulu partager des infos faut se détendre 2 seconds mon vier
  10. En temps normal, sans la pandemie, Biden aurait tres peu de chance face à un Trump qui aurait de bons résultats économiques, une fan base très mobilisée, le personnage de Biden lui meme avec l'affaire de son fils etc... Mais la pandémie est un game changer comme on dit, surtout vu la gestion de Trump au début et son acharnement sur l'obamacare, pour moi ça lisse les chances des 2 camps avec la grosse inconnue des modalités de vote en plus.
  11. A priori l ARS attendait pour cette semaine une vague en Paca, apparemment pour le moment rien de fou
  12. Quelques infos sur l hopital saint joseph à Marseille : actuellement 17 patients covid seulement en rea, 1 seul deces en 1 semaine, une partie des infirmières rea qui passe en chômage partiel, abandon du traitement chloroquine, fermeture d une unité de soins palliatifs créé spécialement pour les patients covid en fin de vie, et aujourd'hui 0 urgences adultes et 19 urgences pédiatriques Un hopital de 800 lits et 2500 employés à l arrêt
  13. En tout cas Sanders a fait une déclaration indiquant qu'il allait travailler avec Biden pour faire avancer ses idées. Par contre pour les élections, je pense que la crise du corona fait que aujourd'hui c'est impossible de pronostiquer car : Trump a pris la crise à la légère, que celle ci braque les projecteurs sur le systeme de santé US (donc pas bon pour Trump vu son traitement de l'obamacare) et que l'economie va en patir, donc cela n'est pas bon pour Trumpignon, par contre en novembre comment va être la participation et les modalités de vote ? Si vote a distance à priori cela avantage les democrates car cela induit une plus forte participation de l'électorat, si vote en physique, est ce que les gens de tous bord iront se déplacer au vu de la crise sanitaire qu'ils sont en train de se prendre?
  14. SAnders abandonne : https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/bernie-sanders-met-fin-a-sa-campagne-pour-la-presidentielle-americaine_2123262.html#xtor=AL-447
  15. trump remets une pièce contre Joe l'Endormi https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/202003/30/01-5267080-primaires-democrates-trump-juge-cuomo-meilleur-que-biden.php les primaires vont finir pas avant début juin si tout se passe bien https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-aux-etats-unis-l-epidemie-bouleverse-les-primaires-democrates-6792347 Biden veut une femme comme VP: https://www.lejdd.fr/International/primaires-democrates-joe-biden-et-la-piste-kamala-harris-3958275
  16. bon je vais prendre mon temps : - "comme par hasard" est peut etre une mauvaise expression mais le Gvt annonce depuis quelques jours des tests massifs en sortie de confinement qui sera dans plusieurs semaines (je n'ai jamais indiqué début avril). Stratégie dictée comme tu l'évoque par le manque de moyens, mais sur la communication de cette stratégie ils ne sont pas transparents (surement pour éviter le tribunal médiatique comme tu le dis si bien) d'ou mon expression comme par hasard. Donc pas la peine de me cataloguer comme un fan de théorie du complot, merci
  17. Même les labos privées manquent de test, depuis quelques jours l'ars a ouvert les autorisations d'analyse en abaissant le niveau de sécurité (par ex sur Marseille seule la Timone pouvait tester car labo de niveau 3) et ma femme qui est cadre au labo de l'hopital St Joseph, a mis en place la protocole pour le labo de st jo, mais au final ils n'avaient que 82 tests dispo il y a 48 h, donc tant qu'il y aura un manque de reactif, il n'y aura pas test dispo en grand nombre, en gros pas avant quelques semaines qui comme par hasard correspond à la stratégie de test massif en sortie du confinement annoncé par le gouvernement
  18. oui pareil ce matin jogging à 8 h chemin du roucas et corniche, on était 3 chats dehors, le discernement va augmenter avec le body count, ca va gueuler lundi soir apres la réponse du Conseil Scientifique et continuer à utiliser les largesses autorisées mais fin de semaine quand le nbre de morts va augmenter, je pense que la majorité des gens vont commencer à se résonner
  19. bon c est plié biden a encore remporté 3 états : https://www.lefigaro.fr/international/primaire-democrate-joe-biden-remporte-trois-etats-20200318#xtor=AL-201
  20. oui je fais faire mon marseillais que je suis, mais certains pour de la politique politicienne, ont trahi la nation, combien de cas de en plus en raison du maintien des élections surtout que cela a du influencer les gens sur leur comportement de dimanche (pourquoi ne pas aller au parc/marché si on maintien les élections?) Ca fait vraiment froid dans le dos quand tu lis ça :https://www.lepoint.fr/sante/deux-urgentistes-alsaciens-preparez-vous-a-une-vague-majeure-15-03-2020-2367267_40.php#xtor=CS3-190 C'est le cri d'alarme de deux médecins urgentistes du Haut-Rhin, lancé à leurs collègues des autres départements, moins touchés, pour l'instant, par l'épidémie. « Les multiples appels téléphoniques que j'ai eus depuis trois jours semblent montrer que l'importance de la situation est totalement sous-estimée », s'inquiète l'un d'eux, en poste à Mulhouse, dans un échange interne en forme de supplique, que Le Point a pu consulter. Il dresse un état des lieux désespéré de la situation dans sa région et son établissement : « Nous sommes à plus de quinze jours de vraie phase épidémique dans le Haut-Rhin, plus précisément dans l'agglomération de Mulhouse, et depuis trois jours, nous sommes submergés aux urgences par un flux incessant de patients avec des critères AEG [altération de l'état général], hypoxémie [manque d'oxygène] important, pneumopathies bilatérales… Le taux d'hospitalisation après passage aux urgences est de 40 %. L'ouverture de lits Covid-19 ne suffit plus et [notre] établissement est quasiment au bout des moyens qu'il peut déployer. Les lits de réanimation sont saturés et il est impossible de trouver des respirateurs pour ouvrir de nouveaux postes de réanimation », indique-t-il. Avant de mettre en garde : « Depuis hier [samedi], la mortalité dans les secteurs de gériatrie est majeure et les cas symptomatiques dans les Ehpad sont très nombreux, occasionnant des difficultés sur les choix à faire en régulation. Samedi, [s'est réuni] un collège de spécialiste [réanimateurs, infectiologue, médecine interne, pneumologues, gériatres, urgentistes] afin de fixer des indications aux différentes filières et, plus clairement, les critères [notamment d'âge] de limitation d'accès à la réa. » Lire aussi Coronavirus : « 136 équipes européennes travaillent sur un vaccin » close volume_off « Les équipes commencent à s'épuiser, avec un absentéisme qui grandit, lié à des cas positifs, même si la solidarité est importante. Durant ces quinze derniers jours, toutes les mesures que nous avons prises ont été dépassées et sont donc insuffisantes le jour même où nous en avons décidé, tant la cinétique [progression] est rapide. » À nouveau, il tire la sonnette d'alarme : « Il est primordial que chacun de nos établissements se prépare rapidement, et profite de cette période pour anticiper tous les problèmes liés à cette crise sanitaire sans précédent. » Nous sommes dépassés L'un de ses confrères, en poste à Colmar, a renchéri, trouvant les propos de son collègue mulhousien « trop peu alarmistes ». « Nous avons deux à trois jours de retard par rapport à Mulhouse, ce qui nous a servi considérablement, mais malgré les enseignements quotidiens fournis par leur situation et l'évolution du Samu 68, nous sommes dépassés par les événements […]. Toutes les décisions et les aménagements pris [déclenchement du Plan blanc le 11 mars, renfort, extension des lits en réanimation…] sont obsolètes dans les douze heures qui suivent, et pourtant, nous étions très prévoyants. En permanence, il manque 25 à 30 lits […] pour prendre en charge les patients, non pas dans des conditions correctes, mais simplement dégradées. Les urgences ont l'habitude de travailler dans ces conditions dégradées, mais, là, nous sommes dans le dégradé du dégradé du dégradé, et nous attendons encore une dégradation croissante, voire exponentielle pour les quinze jours à venir. La mobilisation du personnel tient pour l'instant à un fil, mais les éléments ne tiendront pas avec des Covid+ chez les praticiens, les infirmières et les familles des soignants, ce qui apparaît clairement. » Pour aller plus loin lisez aussi Coronavirus : « Je ne pense pas que notre système de soins fera la différence avec l'Italie » Dans le service de cet urgentiste, le Covid concentre 95 % de l'activité. « En l'absence de critère de gravité, tous les patients sont réorientés vers leur médecin traitant, sans même entrer dans les urgences. On attend une ouverture de trente lits Covid+ pour lundi 13 heures, mais c'est excessivement loin [vu la situation] et, mardi, ce sera plein », s'affole ce médecin, qui précise que « tous les patients en réanimation médicale sont Covid ». « Même si le personnel médical et paramédical de nos urgences est formidable, et malgré un soutien indéfectible de notre direction, c'est le matériel qui manque : moins de 5 jours de stock en soins hydroalcooliques, moins de trois jours de stock en masques FFP2, moins de quatre jours de stock en masque chirurgical, plus de stock en surblouse, très peu de stock en lunettes… Et des perspectives de réapprovisionnement dans six à huit semaines ! ! ! ! ! Nous étions centre de référence NRBC [proximité de la Centrale de Fessenheim], mais là aussi, nos stocks fondent à vue d'œil. » Lisez aussi Coronavirus : branle-le bas de combat au CHU de Montpellier Au bout d'un système Il prévient : « Nous sommes au bout d'un système, il va falloir faire des choix sur nos critères d'admission, non seulement en réanimation, mais tout simplement dans une structure hospitalière. Tous nos décès de ce jour [dimanche 15 mars] sont Covid+. Préparez-vous, ainsi que vos personnels, à cette vague majeure. Il y avait un avant Covid-19, il y aura un après Covid-19 avec de très lourdes cicatrices », conclut-il à l'adresse de ses collègues. Pour en savoir plus lisez aussi Coronavirus : course contre la montre pour concevoir un vaccin La région Grand Est, la plus touchée de France, a franchi samedi le cap des 1 000 cas positifs. Le virus avait tué dimanche 24 personnes. Selon les dernières données épidémiologiques, 80 % des patients pris en charge dans le Grand Est étaient localisés en Alsace (61,5 % dans le Haut-Rhin et 18,5 % dans le Bas-Rhin), 10 % en Moselle et 2,4 % en Meurthe-et-Moselle.
  21. Oui moi aussi rumeur : annannonce mardi soir pour application mercredi matin et couvre feu 18h avec renforts militaires pour aider la police
  22. à Marseille c'est plus simple pour truquer des élections: https://www.20minutes.fr/municipales/2740451-20200315-municipales-2020-marseille-cinq-hommes-armes-tentent-subtiliser-urne-bureau-vote