Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Dario

Members
  • Posts

    587
  • Joined

  • Last visited

    Never

Everything posted by Dario

  1. Tout à fait d'accord avec ce post ! [13] (même si son destinataire, en tant que troll de compétition, ne le lira qu'en travers...[08] )
  2. La dette japonaise est détenue en partie par les ménages japonais. Mais cela ne change strictement rien au fait que le Japon reste le pays le plus endetté de l'OCDE car l'Etat doit bien rembourser à un moment donné ces 160% du pib d'endettement public. Pour ces raisons, la note des emprunts d'Etat du Japon (AA-) auprès des agences de cotation est très largement inférieure à celle de la France (AAA+, maximum) ; cela reflète une différence très sensible de solidité des finances publiques.
  3. Les économies françaises et allemandes sont tellement interdépendantes que leur différenciation nationale tient pour partie de la statistique et de la politique, plus que de la réalité. La France est le premier client à l'export de l'Allemagne, et l'Allemagne et le premier client à l'export de la France... L'amitité franco-allemande est toujours plus réelle que jamais, et il vaut mieux pour tout le monde qu'elle continue. Je précise aussi que ce sujet est une question technique de "relations internationales" et de diplomatie, c'est à dire de façon de travailler ensemble sur le plan intergouvernemental, de se rencontrer fréquemment à certains niveaux de décision etc. La réalité du couple franco-allemand, c'est cela, des échanges permanents, des discussions entre cabinets, des réunions spécifiques que ni les Français ni les Allemands n'entretiennent avec d'autres pays à une telle fréquence et à de tels niveaux. Il y a en quelque sorte une "ligne directe" entre Paris et Berlin. Une des illustrations de ce couple, c'est l'habitude prise par les ministères des affaires étrangères français et allemands de consulter leurs homologues avant d'adopter publiquement une position sur une sujet international. Les cabinets cherchent ainsi systématiquement à dégager une position commune, et ils y arrivent la plupart du temps sur les grands sujets, Paris et Berlin se soutenant mutuellement 99% du temps.
  4. Un des avantages des normes civiles, c'est un coût plus faible vu que c'est finalement le secteur civil qui paye pour l'homologation de la norme, donc cela élimine pas mal de redondance administratives et permet de profiter des effets de série de l'industrie. Mais les normes civiles ne sont pas systématiquement plus "faibles" que les normes militaires : en matière d'incendie et de sécurité à bord, par exemple, les normes civiles sont beaucoup plus dures que les normes militaires. Un autre avantage non négligeable, c'est la vie à bord, beaucoup plus supportable sur les BPC avec des cabines de type "paquebot", que sur un TCD ou sur le CDG, par exemple. Le HMS Ocean est aussi construit aux normes civiles, il me semble.
  5. Oui, je confirme ! Les Français et les Italiens ont à peu près les mêmes déf... qualités. [08]
  6. J'ai mis le terme "moyennes" entre guillemets. En fait, c'est une question de vocabulaire. Sur 200 pays de l'ONU, peut-on dire que la France est dans la moyenne ? Non, bien sûr... Sur 200 pays, combien sont au Conseil de sécurité ? 5 seulement, dont la France. Combien au titre I du TNP avec l'armement nucléaire ? 5 dont la France, et ainsi de suite... Si on dit "grande puissance", cela peut être vexant pour certains qui se disent "mais alors nous, nous sommes une petite puissance, alors que certains chiffres (pib, population...) sont comparables entre le RU/FR et nous ?" En fait, les perceptions de certains de nos partenaires européens sont la plupart du temps bornées à "la région Europe", et ils ne saisissent souvent pas certaines différences de nature géopolitique et militaire entre leurs pays d'un côté et la France et le RU de l'autre, qui font que ces deux derniers leur paraissent trop bruyants pour leur taille ; c'est une question de perception qui sont souvent instrumentalisées à des fins de politique interne à ces pays. - Là je ne suis pas tout à fait d'accord ; le RU prend une place grandissante au sein de l'appareil de l'UE depuis une dizaine d'années, et l'influence de la France est en relatif recul, il faut bien le dire, mais cela tient assez au modèle d'organisation administrative, ainsi qu'à une culture du consensus qui convient plus au lobbying et à l'inter-gouvernemental que notre culture de l'arbitrage. - L'Allemagne ne sait toujours pas comment faire pour avoir un poids politique correspondant à son poids industriel qui est central. En fait, les caractéristiques de la France et de l'Allemagne se complètent toujours parfaitement, c'est pour cela que le couple franco-allemand est l'absolue nécessité de l'UE. Enfin tout dépends de ce qu'on veut faire de l'UE. ;) - Je suis tout à fait d'accord sur le prépositionnement des troupes, c'est quelque chose que là aussi certains ne comprennent pas ; il faut voir le nombre d'accords de défense de la France avec par exemple des pays africains, et les bases militaires françaises un peu partout dans le monde (Djibouti, Tchad, Guyane, océan indien, pacifique...). - J'ai un doute sur le CMI français (2d ou 3e-, il faudrait retrouver les stats (un sujet sur l'europe de la défense que j'avais posté). C'est vrai que la France a pris le lead sur la plupart de ces projets, et a toujours donné les impulsions politiques et économiques qui ont permis d'éviter l'enlisement. Comme le disait un ministre espagnol : l'UE peut se faire sans l'Espagne, mais pas sans la France ; c'est une reconnaissance de la centralité de celle-ci. Mais vu que l'opinion ne comprend rien à l'UE, ce genre de subtilités ne reste accessible qu'a un petit cercle.
  7. Ils abusent un peu, à mon humble avis ! Oui, ce serait une saloperie de guerre de position. Et au bout de quelques mois, les pays européens, les US, la Russie, prendront partis pour l'un ou pour l'autre en lui livrant des armes "sous le manteau". Très bon pour tester de nouvelles armes. Très mauvais pour les populations.
  8. Le Maroc leur fait des cheikhs en blanc ? [08] Plus sérieusement, espérons que le Maroc et l'Algérie n'en arrivent jamais à ces extrémités, cela n'est bon pour personne. L'Europe a besoin d'un Maroc fort, mais surtout d'un Maroc en paix avec ses voisins.
  9. - Ils sont majoritaires dans la troupe, mais au niveau des sous-offs et des officiers. - L'alliance d'Aoun avec le hezb n'est pas figée dans le marbre. Comme d'habitude. Mais la Syrie est déjà plus qu'impliquée. :)
  10. La France n'a plus l'empire mais elle est toujours présente sur tous les continents. La France a encore le 2e domaine maritime au monde après les Etats-Unis ; elle est toujours présente dans les caraïbes, en Amérique du Sud (Guyane, 90000 km2, grande comme presque 1/3 de l'Italie), Amérique du Nord (St Pierre), l'océan indien (réunion, kerguelen), pacifique (tahiti, nouvelle calédonie) etc... Bien sûr que si. - L'europe de la défense, c'est essentiellement le Royaume-Uni et la France. J'avais posté un sujet là-dessus avec toutes les statistiques, mais je ne sais plus où il est. - Le noyau dur franco-allemand existe toujours, et a été le moteur de l'Europe. Achètes un livre sur la construction européenne. Ce qui est énervant, c'est que tu balances des énormités sur des sujets que tu ne maîtrises manifestement pas, que des gens du forum te corrigent aimablement, et que tu ressort tes mêmes conneries quelques jours ou quelques semaines plus tard. - Que l'Italie contribue au budget de l'UE n'est que justice après les milliards qu'elle a reçu en fonds structurels pour développer le sud de la péninsule. Pas autant de milliards que l'Espagne qui a le record toutes catégories, mais tout de même, il ne faudrait pas cracher dans la soupe et oublier que pendant des décennies ce sont les contribuables Allemands et Français qui ont payé pour que l'Italie du sud ne ressemble plus au tiers-monde. L'histoire, ça n'est pas que pour les imbéciles. En fait, ce que certains dans ton genre ont du mal à comprendre, c'est que la France et le Royaume-Uni ne sont pas tout à fait dans la même catégorie que l'Italie. Ces deux pays sont des puissances nucléaires (titre I du TNP), ont un siège permanent au conseil de sécurité aux côtés des USA, de la Russie, de la Chine et sont donc consultées sur tout dossier arrivant au conseil et sur chaque crise dans le monde ; elles ont toujours quelques territoires aux quatre coins de la planète ; et ce sont les deux seuls pays européens à investir suffisament dans les armées et à disposer d'une industrie de défense crédible, entre autres éléments dits "de puissance" ; mais je ne vais pas écrire trois pages là-dessus, car cela a déjà été fait... Même si cela te fait très mal aux fesses, la France et le Royaume-Uni sont des puissances "moyennes", certes, mais toujours à vocation mondiale, ce qui n'est pas le cas des autres, pour les raisons évoquées. En fait, ton orgueil nationaliste mal placé fait peine à voir. Je me dit vraiment que les années Berlusconi ont laissé quelque chose de malsain... Mais heureusement que Prodi est un type bien. Tu t'es lu avant d'écrire des bêtises pareilles ? En fait, plus je lit tes contributions, plus je me dit que tu es un troll. Tu ne connais strictement rien à la défense, à l'UE, à la politique, et tu te permet de venir insulter les gens avec tes stéréotypes stupides que tu as du lire quand tu avais 16 ans. Tu as trop lu de propagande anti-française et berlusconienne à l'époque de la guerre d'Irak, et cela t'a obscurci le cerveau. Essaye de lire un peu autre chose que des torchons et de connaître les sujets sur lesquels tu t'exprimes, cela te rendra moins ridicule aux yeux de ceux qui en savent un minimum...[01] Enfin un des avantages de l'élection du nouveau président en France, c'est qu'on peut parier, vu ses amitiés, que comme par magie les éditoriaux anti-français dans la presse de certains pays vont se faire moins nombreux et moins acides... C'est déjà le cas dans la presse américaine et australienne... On va se redécouvrir des copains qu'on imaginait pas ! [08]
  11. Oui, tout à fait. Mais un autre élement d'importance est à prendre en compte : Les milices libanaises sont toutes en train de réarmer. On a même l'émergence d'une quasi-milice sunnite, ce qui est assez nouveau. Il suffit d'un rien pour que le Liban se prenne de nouveau 10 années de guerre civile, et cette fois ce sera les chiites contre tous les autres. Il serait étonnant qu'Israël n'en profite pas, dans l'hypothèse où d'un effondrement politique du Liban. La situation va inexorablement se dégrader, et la Finul va "observer", comme les forces de l'ONU en ont l'habitude ; elle dégagera probablement le jour où un tir de RPG sera un peut trop bien ajusté.
  12. Le premier exportateur mondial de pétrole, c'est la Russie. Le Maroc a un découvert gratuit chez Vladimir ? Ou alors tu fais référence à l'Arabie Séoudite ? [61]
  13. Ce n'est pas la question, l'Europe n'est pas réellement une fédération d'Etat. Il ne t'es pas venu à l'esprit que des associations pouvaient exister. Je crois que tu n'a pas saisi comment fonctionnait l'UE, les piliers etc. Il y a des nuances d'application entre l'autorité du modèle national et celle du modèle supranational ; c'est dans cette palette de nuances que s'intercale qu'on appelle "l'Europe de la défense" ; l'UE, c'est surtout des transactions, des négociations, du bargaining, de l'inter-gouvernemental sur des points de spécialité, et pas de l'autorité hiérarchique top-down. C'est toi qui est dans l'erreur car tu as une vision dépassée de la réalité bloquée aux réalités nationales. Quand tu sauras ce que sont la PESC, le COPS, le CMUE, l'EMUE, le traité de Berlin plus, le sommet de Laeken, tu pourras, éventuellement, dire que cette équation relève de l'erreur. [08] La politique étrangère et de sécurité commune a été instituée par le traité de Maastricht, en 1992, et renforcée, dans ses aspects de défense, en 1997 à Amsterdam, mais c’est le sommet franco-britannique de Saint-Malo, en décembre 1998, qui lui a donné une impulsion décisive. Depuis, la France a joué un rôle particulier pour le développement de l’Europe de la défense. A la fin de sa présidence, à Nice en décembre 2000, les Quinze se sont dotés des institutions nécessaires pour mener des opérations de gestion de crises : le Comité politique et de sécurité (COPS), le Comité militaire de l’Union européenne (CMUE) et l’état-major de l’Union européenne (EMUE). Le sommet d’Helsinki (décembre 1999) à lancé la coopération des Quinze en matière de capacités militaires, fixant pour objectif de doter l’Union, en 2003, d’une force de réaction capable de déployer jusqu’à 60 000 hommes. Le volume global de l’engagement de la France s’élève à environ 20 % de cette force. C’est dans le domaine des capacités clés que la France fournit proportionnellement sa plus forte contribution. Comme annoncé au sommet de Laeken fin 2001, l’Europe de la défense est d’ores et déjà opérationnelle. La finalisation des accords de Berlin Plus avec l’OTAN, en marge du sommet de Copenhague (décembre 2002), permet à l’UE, à côté des opérations autonomes, de conduire des opérations avec recours aux moyens et capacités collectifs de l’Alliance. La volonté de la France de relancer l’Europe de la défense se traduit également dans les propositions formulées, notamment avec ses partenaires britanniques et allemands : possibilité pour les États qui le souhaitent de faire un effort de défense plus important au profit de l’UE, réflexion sur la création d’une cellule de planification et de conduite d’opération européenne. La Belgique et le Luxembourg ont été, avec la France, les premiers pays à défendre cette approche. => cette europe de la défense se joue à la carte.. .Et oui, la capacité aéronavale en est un élément. Les choses se font lentement, ce sont des planifications sur plusieurs dizaines d'années. Un 2e PA rentre dans le cadre de cette lentre construction. Mais le modèle d'utilisation de ces forces n'est pas hiérarchique, ce sont des associations à géométrie variable.
  14. "Justement si, c'est un indice pourtant évident d'intensité des combats entre armées comparables et de la même génération..." Si tu avais lu cela, tu n'aurais pas fait une réponse sur la guerre du Golfe. Comme je l'écrit dans mon dernier post, la comparaison avec la guerre du Golfe est inepte, car les pertes de la coalition ont été proches de zéro, alors que celles subies par l'armée irakienne furent plus que colossales, presque obscènes, en une centaine d'heures de combat... Dans le cas qui nous occupe les Français ne se sont pas fait tirer comme des lapins, vu les dégâts qu'ils ont occasionné chez l'assaillant, que ce soit en blessés (110 000), tués (40 000) ou en matériel, avec le nombre d'avions abattus (1300) ou de blindés détruits (50%) ; quand on regarde le bilan de ces combats de quelques semaines, on se rend compte que ce niveau d'intensité, et le mot "intensité" à un sens, n'a été atteint et dépassé par la suite qu'a Stalingrad. En outre, les pertes quotidiennes subies par les Allemands lors de la bataille de France ont été supérieures à celles de l'opération Barbarossa (jusqu'en décembre 41), qui est une des pires de la seconde guerre mondiale. Ici aussi, le mot "intensité" a un sens ; le niveau de perte de l'armée française et les dégâts infligés à l'adversaire sont bien des critères rationnels d'appréciation de la combativité des soldats car ils montrent l'intensité des combats ; les historiens n'écrivent pas tous n'importe quoi. Je n'ai parlé nulle part de charges, ni même de charges kamikazes.[09]
  15. Non, ça veut dire que seule la France dispose d'un bâtiment de ce type, et que dans le cadre embryonnaire de l'Europe de la défense, il ne serait pas mauvais que la France achète son PA2 pour en avoir toujours au moins un PA à l'eau pendant que l'autre est en réparation. Et le parlement de l'UE n'a quasiment aucun pouvoir, mis à part la procédure de codécision dans certains domaines. [08]
  16. Ils ont autant besoin de monnaie que les pays occidentaux ont besoin d'énergie. C'est là le fonctionnement de ce type de marché un peu "particulier". Les réserves stratégiques sont conçues pour parer à ce type d'éventualité, avec de quoi tenir de quelques semaines à plusieurs mois, en fonction des pays. Par contre, la Russie n'a pas de quoi tenir plusieurs mois sans rentrée de devises ; en quelques semaines, son économie s'effondrerait totalement. La dépendance énergétique des pays occidentaux n'est que le pendant de la dépendance financière des pays producteurs de pétrole. Il faut considérer que les pays producteurs ne produisent généralement rien à part des matières premières et que ce sont les pays consommateurs de pétrole qui échangent des devises dont les pays producteurs ont un besoin vital pour survivre et acheter des produits agricoles et manufacturés... Ces pays sont au fond quasiment des extensions artificielles des économies occidentales. Le rapport de force est complexe, les compagnies pétrolières jouant aussi un rôle très important.
  17. C'est un mandat de l'ONU sur accord du seul gouvernement légitime du Liban, pour s'interposer entre deux forces antagonistes. Il ne s'agit pas d'une force d'occupation, et certains, des deux côtés de la FINUL, ont visiblement du mal à comprendre que les casques bleus ne travaillent ni pour Israël, ni pour le Hezbollah. Maintenant, si les types de l'ONU se prennent des cailloux sur la tronche de la part des chiites locaux alors qu'ils sont aussi là pour éviter une nouvelle incursion israélienne, une solution possible serait de dégager les troupes et de laisser Tsahal raser entièrement le sud-Liban. Mais je ne suis pas certain que soit une bonne solution pour promouvoir la paix dans la région. Les Hezbollah, un mouvement de résistance ? Faut vraiment le dire vite !
  18. Oui, la guerre froide manquerait presque, au moins personne ne jouait les kamikazes dans les transports en commun... Cette action s'incrit clairement dans le refroidissement en cours avec l'OTAN. Les Russes sont énervés, ils veulent montrer qu'ils sont toujours là et qu'il faudrait un peu les prendre au sérieux, de temps en temps, et les écouter quand ils disent qu'ils ne veulent pas de bouclier antimissile à proximité... Si les oreilles de certains ne se débouchent pas, il passeront à plus gros, plus significatif. Stratégie d'escalade classique.
  19. Justement si, c'est un indice pourtant évident d'intensité des combats entre armées comparables et de la même génération... La comparaison avec l'Irak ne tient absolument pas la route, car le différentiel technologique entre l'armée irakienne et les armées de la coalition est équivalent à celui opposant une cible fixe en plastique à un tireur à la carabine lors d'une fête foraine, pour un résultat d'ailleurs assez similaire, la barbapapa en moins.
  20. Sur ce point, le grand Winston n'est pas d'accord avec toi.[08] "America should have minded her own business and stayed out of the World War. If you hadn't entered the war the Allies would have made peace with Germany in the spring of 1917. Had we made peace then there would have been no collapse in Russia followed by Communism, no breakdown in Italy followed by Fascism, and Germany would not have signed the Versailles Treaty, which has enthroned Nazism in Germany. If America had stayed out of the war, all of these 'isms' wouldn't today be sweeping the continent and breaking down parliamentary government, and if England had made peace early in 1917, it would have saved over one million British, French, American and other lives." Winston Churchill, 1936
  21. Il faut séquencer, voir comment se ventilent ces pertes dans le temps. Si la majorité est à partir de 1971, on est dans la substitution d'effectifs US. Non, car le retrait US s'est étalé sur plusieurs années, de 1969 à 1973, avec Nixon qui a été élu sur un projet de désengagement progressif des USA, et d'armement tout aussi progressif du Sud-Vietnam. Ils ont maîtrisé le process de bout en bout pendant 4 ans. Rien ici de comparable à Dunkerque. La force principale à l'origine du retrait progressif est de nature politique, pas militaire : les correspondants de guerre avaient toute liberté pour évoluer et leur travail de terrain a contribué à alerter l'opinion publique comme pendant aucune guerre auparavant. C'est l'arrivée du 4e pouvoir. Il ne faut pas sous-estimer la force du mouvement anti-guerre aux Etats-Unis, qui reste la cause principale du retrait progressif de l'armée américaine, car la situation devenait politiquement intenable à une époque particulière et libertaire correspondant à l'irruption des baby-boomers dans les universités... Il faut tout de même rappeller que Robert Kennedy (le frère) était en position de remporter les primaires démocrates sur un programme radicalement anti-guerre, avant de se faire lui aussi assassiner... Et à part ça, je ne suis pas reaganien. [21] [08]
×
×
  • Create New...