Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Dario

Members
  • Posts

    587
  • Joined

  • Last visited

    Never

Everything posted by Dario

  1. Le JSF ? Quelle blague ! Ce programme est un vortex à finances publiques et à bonnes volontés ! =D
  2. Si la solution de l'Inflexible n'est pas fonctionnelle, alors il ne reste plus qu'à envoyer au père Noël une demande formelle en trois exemplaires, portant sur la production de 2 SSGN basés sur le design du Triomphant. =D
  3. Non, l'Iran ne respecte pas le TNP, et c'est pour cela que ce pays est sanctionné. Non, par définition aucune décision du CS ne peut être illégale, cf mon post. Par contre, l'Iran est dans l'illégalité au regard des normes internationales qui régulent le domaine. (TNP + AIEA/CS) Le TNP autorise le développement d'une filière nucléaire sous la condition impérative que les cosignataires du traité puissent vérifier que le programme est bien civil ; le moyen de ce système de confiance réciproque, ce sont les inspections. Si les inspections ne peuvent avoir lieu, alors le "droit au nucléaire" s'éteint puisque le devoir de transparence, c'est à dire la contrepartie du droit au nucléaire, n'est pas respecté. Il n'y a nullement de "droit élémentaire" en la matière. A cause du refus des inspections, cf plus haut pour le détail du système.
  4. Oui, je suis d'accord, la propulsion classique me paraît irrationnelle vu les tensions futures, et tout à fait prévisibles, sur le marché pétrolier... A titre d'exemple, la variation des prix du pétrole a entrainé cette année une centaine de millions d'euros de hausse de coûts de carburant de l'armée de l'air française. 100 millions, c'est le prix du design du CVF. Sur 40 ans d'exploitation du PA2, si on additionne les surcoûts annexes (ravitailleurs) à la hausse des prix du pétrole, le choix de la propulsion classique parait effectivement discutable. :(
  5. Que du bonheur ! =D Ce qui est très drôle, quand on lit les Anglais sur ce sujet, c'est qu'ils commencent à faire passer l'idée qu'ils sont tellement bon en construction navale que les Français en viennent à copier leurs bateaux, oubliant au passage que le soi-disant "british design" du CVF n'a rien de "british", puisqu'il vient d'entreprises privées, dont l'une est encore fortement détenue par l'Etat français (Thalès). Nous ne sommes plus à l'époque où ce sont les Etats qui construisent eux-même en régie directe leurs navires, mais certains semblent l'avoir oublié, comme ils oublient par exemple que BAE appartient à des capitaux US en majorité. =D => On peut être certain que pour les 40 ans qui viennent, certains Anglais feront passer l'idée que le PA2 n'est qu'une copie d'une classe de PA Anglais, ce qui n'est pas très bon en terme de communication pour nous, car les subtilités de l'affaire échappent à beaucoup. Mais là on ne fait que se situer dans le révisionnisme historique permanent qui fait le charme de la Grande-Bretagne. Cf à ce sujet les discussions de la wikipedia english sur le cvf, qui virent presque au comique ! =D Mon petit avis personnel sur la question au vu du déroulement du processus, c'est qu'il aurait été préférable de travailler avec n'importe qui sur le PA2 sauf avec les Anglais.
  6. Non, l'Iran ne respecte plus le TNP depuis que les inspections sont refoulées. Les inspections étant la contrepartie du droit de disposer de l'énergie nucléaire civile au sein d'un système basé sur la confiance réciproque des signataires, l'Iran perd même tout droit de développer quoi que soit car son programme nucléaire situé hors du champ de vision des autorités régulatrices, à savoir l'AIEA et le CS, devient de facto et par définition clandestin. Trois options : soit l'Iran se soumet aux inspections et continue son programme sans problème ; soit il sort officiellement du TNP et continue son programme de façon clandestine ; soit il envoie tout le monde se faire voir, ne prend pas la peine de sortir du TNP, et continue son programme en douce, ce qui semble être la voie la plus probablement suivie. C'est l'ONU qui est une source de droit international ; ses sanctions ne peuvent par définition être illégales puisqu'elles sont le résultat d'un processus de légitimation de la norme sans aucune autorité supérieure à la sienne. C'est un peu comme si tu écrivais "la décision du conseil constitutionnel est illégale en droit interne" ; cela n'a pas de sens, sauf circonstances historiques exceptionnelles. =D Pour le moment, 'l'illégalité", avec toutes les nuances que cette notion véhicule en droit international, est du côté de Téhéran, et pas de l'ONU.
  7. Je comprend bien ce que tu veux dire ; mais il n'y a pas de "complot" contre les pays musulmans pour les empêcher de quoi que ce soit. Le Pakistan dispose bien de la bombe, la Turquie en a sur son sol, et aura peut-être la sienne propre d'ici 20 ans. Mais ce sont des régimes avec lesquels il est possible de discuter, quoique le Pakistan donne des sueurs froides en ce moment...
  8. Quel raisonnement irresponsable ! "Et si Israël à la bombe, alors tout le monde peut l'avoir". Ben oui, même les inuits et les indiens d'amazonie peuvent avoir leur bombe, ce sera l'éclate générale ! =D Il paraît évident que par nature, l'exception n'est pas la norme. Ce que ce n'est pas parce qu'un pays déroge à une règle internationale, comme l'Inde, le Pakistan ou Israël, que tout le monde doit le faire et disposer de la bombe, sinon il n'y a justement plus de règle internationale, plus de TNP, plus de non-prolifération, et le monde risque d'être encore plus dangereux qu'il ne l'est. Tu crois que donner la capacité de détruire des villes entières à tout le monde est une bonne idée ? L'Iran est par ailleurs signataire du TNP, ce qui signifie que Téhéran n'a pas le droit de développer des armes nucléaires ; ou alors, si Téhéran veut la bombe, il doit sortir du TNP... On ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière en prime. =D Mais pourquoi tu défends l'Iran ? Parce que c'est un pays musulman ? Tu veux donner corps à ceux qui pensent que le "choc des civilisations" est une bonne idée ? L'Iran n'est qu'une théocratie moyen-âgeuse aux mains de religieux arriérés qui font tous les jours les preuves de leur vision du monde archaïque, par exemple en pendant aux grues de chantier des gamines de 16 ans violées par leur oncle sous le motif "d'adultère", ou en fournissant aux talibans des EID qui vont cibler les véhicules de l'otan en Afghanistan... Lors des défilés militaires, on peut lire sur les missiles des slogans du style "mort à Israël", et les officiels iraniens disent tous les jours que dès qu'ils en auront les moyens, ils vitrifieront Tel-Aviv. Pendant la guerre contre l'Irak, ce sont des gamins que Téhéran envoyait au-devant de son armée pour faire exploser les mines... On pourrait continuer longtemps sur les aspects irrationnels et dangereux de ce régime dirigé par des religieux. Israël à côté n'est pas dirigé par des enfants de choeur, mais au moins, c'est encore une démocratie avec des partis d'opposition, une presse totalement libre, un pays qui dispose d'un potentiel évolutif certain. Les Israéliens n'ont jamais menacé d'atomiser la Syrie et l'Iran, alors qu'ils en ont pourtant la capacité ; et même aux moments les plus durs de la guerre de 73, alors qu'ils étaient en train de perdre, il n' a jamais été question d'utiliser la bombe, qu'ils possédaient déjà depuis quelques temps... On ne peut pas en dire autant du pays des ayatollahs, habitué à utiliser des ADM, comme pendant la guerre Iran-Irak. L'histoire respective des deux pays en la matière permet ainsi d'écarter sans aucune réserve l'hypothèse d'un Iran disposant de la bombe.
  9. Je parle de gros souçis, mais je ne suis pas sous-marinier pour aller plus loin dans la nuance, ou dans son absence. =D - En fait, ce que tu écris revient à dire que notre dissuasion nucléaire reposait jusqu'a très récemment sur un type de SNLE largement cartonnable par des puissances de troisième rang ? - Et que la France vend à d'autres pays des sous-marins qui sont capables de couler ses propres SNLE ? Cela paraît tout de même inquiétant et paradoxal. (accessoirement, vu la portée des scalps, il faudrait que ces pays contrôlent totalement les mers depuis leurs côtes jusqu'a 1500 km, ça me parait un peu beaucoup. )
  10. Il y a donc un gap à combler, la dissuasion nucléaire n'étant effective que contre les puissances du titre I du TNP. Le discours de JC à l'île longue, la diminution du nombre de têtes par missile, tout cela participe d'une tentative de trouver des moyens efficaces pour dissuader des puissances non-nucléaires d'opérer, car la loi des kilotonnes et de la DMA ne gouverne que les relations entre une minorité de pays sur cette planète. Les Américains ont ainsi bien compris que ce sont pas les Ohio version SSBN qui dissuadent en quoi que ce soit les régimes du tiers-monde d'agir à leur convenance ; ces derniers savent qu'ils ne vont pas se prendre une centaine de kilotonnes dans la figure, car la destruction massive de population type bombardement de Dresde ou Hiroshima est difficilement opératoire et n'est plus politiquement acceptable pour les occidentaux. En ce sens, ces régimes se servent de leur propre population comme d'un bouclier, car pour les atteindre, il faut détruire leur population. D'où le côté "lame duck" des occidentaux face aux troubles et aux conflits de faible à moyenne intensité qui secouent périodiquement certaines régions du monde. Mais l'arrivée de mssiles extrêmement précis, alliés au caractère discret des sous-marins, peut contribuer à changer la donne. :)
  11. Oui, cela est un problème, mais d'un autre côté, les pays disposant de sous-marins diesels modernes aptes à poser de gros souçis à l'Inflexible ne sont pas la norme. ;) Paradoxalement, je ne pense pas qu'il s'agisse là du problème le plus important, car : - la dissuasion nucléaire ne s'adresse qu'à un éventail très restreint de pays non-alliés pouvant potentiellement anéantir la France, c'est à dire parmi le club des 5 puissances du TNP, la Russie et la Chine, auxquelles il convient d'ajouter deux ou trois puissance émergentes dans les prochaines décennies... Or, on ne dissuade pas Moscou ou Pékin avec un SSGN, ça les ferait marrer plus qu'autre chose. =D - la dissuasion par SSGN (à supposer qu'elle existe et qu'elle soit théorisée un jour) concernerait plutôt des pays qui n'ont strictement aucune capacité de riposte autre que régionale, comme la Syrie, ou la plupart des pays d'Afrique, par exemple. => le bon argument pour vendre les SSGN au type de public auquel tu fais référence dans ton post, c'est que ce type de dissuasion évite d'envoyer des marsouins se faire dégommer sous les tropiques, sauve des vies et permet in fine de réduire les dépenses et le coût politique d'une intervention. Petit jeu : imaginons que Londres ait disposé de 2 SSGN lors de la guerre des Falklands : ultimatum de Londres => refus de Buenos Aires => 2 SSGN à Mar del Plata => envoi de quelques dizaines de missiles, destruction de quelques centres nerveux, cibles stratégiques, résidences de ministres => effondrement de l'économie argentine, troubles civils et instabilités => nouveau gouvernement et négociations => arrêt de la guerre. =D Oui, je suis d'accord sur le fond, mais il me semble tout de même que ce type de soum peut remplir son office, enfin c'est à étudier ; en fait la question c'est de déterminer l'optima de missiles pour faire face à l'éventail d'options le plus large possible.
  12. Cela dépends du nombre de missiles que tu peux leur caser. =D L'idée de disposer d'une ou deux plate-formes "discrètes" de lancement de scalps me paraît extrêmement intéressante à étudier ; mais c'est une question de coût et de priorités vu l'énorme besoin de financement actuel de la marine... Les SSGN remplissent un vide entre d'un côté la dissuasion nucléaire, inutilisable en temps normal lors d'opérations face à des régimes du tiers monde, et de l'autre les Fremm AVT et le GAN qui sont visibles et mettent du temps à arriver. Alors qu'un SSGN, personne ne connait vraiment sa position. L'apport de ce type de soum' est loin d'être négligeable en terme de diplomatie, car l'Etat visé ne sait pas s'il est réellement menacé d'un lâcher de scalps ou pas. C'est une nouvelle forme de dissuasion, vu la précision des missiles de croisière et la massivité potentielle de la frappe.
  13. Et non, malheureusement pour les Russes, un engin de cette puissance soulève du sol des quantités colossales de poussières et de particules radioactives dans l'atmosphère qui suivront des courants aériens ne connaissant pas les frontières. Et tout le monde va en profiter. C'est d'ailleurs là une des causes du phénomène d'hiver nucléaire. =(
  14. Ca m'etonnerait aussi que la France est allée developper des tetes à 200 megatonnes.
  15. Je trouve vraiment très intéressante cette idée de réarmer nos vieux boomers en SSGN pour faire de l'AVT... Cela peut aussi créer une forme de "dissuasion intermédiaire" vis à vis de certains Etats, du style "on ne va pas vous vitrifier au nucléaire, mais qui vous dit que nous n'avons pas un SSGN juste en face de votre palais présidentiel ?" =D
  16. Non. La Russie est tout aussi dépendante des devises occidentales que les pays européens ne sont dépendants de son gaz. En matière énergétique, ce sont des relations d'interdépendance, et la force est rarement du côté des pays producteurs, sauf face à des clients captifs. ;)
  17. Il ne faut pas oublier non plus que les 15 Fremm AVT seront chacune équipées de 16 scalp naval ! Quel est devient alors l'intérêt d'une configuration SSGN ? Avoir une redondance de plus ? Je pense que c'est dans cette logique que les arbitrages ont été rendus pour les barracudas. Il faut voir que les barracudas et les astutes s'insèrent dans des systèmes organisés assez différement...
  18. Un topic avec tout plein d'informations : http://www.air-defense.net/Forum_AD/index.php?topic=7753
  19. L'histoire récente de la marine russe nous montre un truc fascinant : que cela ne sert à rien de surcharger les bâtiments d'armes dont 98% ne serviront jamais. Alors sur les 20 ou 38, il y a de fortes chances que seules 2 ou 3 soient utilisés sur 30 ans. =D (je me fait l'avocat du budget =D )
  20. Le G8 en lui-même n'a pas vraiment d'intérêt ; ce qui compte, ce sont les réunions discrètes et régulières entre ministres, pendant lesquelles se prennent réellement des décisions opératoires, alors qu'avec le G8, on reste plutôt dans l'incantatoire. =D
  21. "Botter les fesses des maures" est réellement une posture imbécile ; peut-être que les Marocains en ont un peu marre d'être traités comme de la merde par certains de leurs voisins Espagnols, abrutis nationalistes et susceptibles. Au contraire, je connais plutôt bien le sujet des enclaves pour l'avoir étudié. Ton post rentre tout à fait dans le cadre de ces nationalistes caricaturaux et ridicules, empreints d'une idéologie dépassée marquée par les remugles nauséabonds d'une certaine droite espagnole. Heureusement qu'avec Zapatero il est possible de discuter, plutôt qu'avec cet Aznar pathétique qui s'est couvert de honte lors des attentats de Madrid. Je te renvoies finalement à ton conseil : lis des livres de relations internationales, des livres sur la question de la gestion des enclaves en droit international, ou alors tais-toi, purement et simplement. Les deux ne sont d'ailleurs pas incompatibles. =D
  22. C'est Donald Rumsfeld. Et Bush n'est pas à proprement parler un néoconservateur. Le néoconservatisme n'existe pas dans l'Amérique profonde pour une simple raison : ce courant politique concerne principalement la politique étrangère et n'est le fruit que d'une petite élite universitaire de théoriciens issus pour partie de l'université de Chicago, sous l'autorité du philosophe Léo Strauss. Les néoconservateurs n'ont pas d'opinions réellement tranchée en terme de libéralisme des moeurs ou de religion, certains étant fermement athées et passés par le trotskysme ; ils se distinguent ici très clairement des autres tendances du parti républicain, avec lesquelles d'ailleurs les relations sont loin d'être au beau fixe ; les néocons sont par exemple la bête noire des conservateurs réalistes comme Kissinger qui leur reproche de vouloir gérer les relations internationales en fonction de critères moraux. Leurs idées en matière de pluralisme ou de discrimation positive ne constituent que des aspects connexes de leur vision de la place de la république américaine dans la monde. Il ne faut ainsi pas confondre les néocons avec les conservateurs traditionnels et les chrétiens évangéliques ou millénaristes qui ont réellement un point de vue religieux sur toutes les questions internes aux Etats-Unis, comme par exemple l'ancien ministre de la justice, John Ashcroft. En France, le même genre de débat entre réalisme et interventionnisme moral est à la source des conceptions tout à fait différentes des relations internationales portées par Védrine et Kouchner. Le droit d'ingérence de Kouchner vient de la prise de conscience des limites de l'ordre "westphalien" du monde (égalité et souveraineté des Etats), ce qui le rapproche beaucoup d'une vision comparable au néoconservatisme, axé sur la morale. Comme quoi, les choses sont plus complexes que les simplifications rapides de la presse peuvent le laisser supposer. Non, c'est une erreur d'écrire que le néoconservatisme "va du centre à l'extrême-droite", pour les raisons évoquées plus haut, à savoir la centralité des questions de défense (PNAC) et de politique étrangère qui rend impossible la situation sur une grille gauche-droite qui d'ailleurs fluctue énormément en fonction des pays. Il n'y a qu'à lire les publications de leur think-tank (AEI) pour s'en convaincre. L'idée à la base de ce courant est d'une part que les Etats-Unis en tant que première puissance mondiale sont investis d'une "mission" d'apporter l'économie de marché et la démocratie aux pays qui n'en disposent pas, et d'autre part que la question de la défense américaine est essentielle pour agir dans un monde soumis au chaos hobbesien. On trouve une rationnalité en valeur dans leur discours, c'est du Wilson, mais avec l'outil militaire assumé ; c'est d'ailleurs pour cela que l'on parle de "wilsonnisme botté" pour désigner le néoconservatisme.
  23. C'est vrai que la droite espagnole n'a jamais vraiment tenté de consolider le jeune souverain. =( Ce qu'il faut se dire, sur cette affaire, c'est qu'on ne connait pas tous les tenants et aboutissants, toutes les manoeuvres de couloir qui ont pu aboutir à cette décision. D'un autre côté, il est amusant de constater qu'Aznar hurle à la trahison parce que quelques troufions sont venus se faire bronzer sur un ilôt à 200 mètres des côtes marocaines, alors qu'il est de notoriété publique que Madrid nourrit quelques "sentiments ambigüs" vis à vis de Gibraltar. =D Un dossier de l'UE sur lequel personne ne veut vraiment intervenir avec force malheureusement, c'est tout ce qui concerne les enclaves : - Ceuta et Mellila au Maroc - Gibraltar en Espagne - Kaliningrad en Prusse orientale - L'extension territoriale d'Andorre =D Sans vouloir prendre position, je doit bien avouer que je comprend que certains Marocains soient un peu agaçés par ces survivances territoriales d'une autre époque ! Avoir un îlot à 200 mètres de sa côte, sans pouvoir y mettre les pieds, ça peut enerver. =D Mais je comprend aussi que certains Ibères aient assez mal vécu le symbole, vu les pulsions nationalistes qui agitent toujours la droite espagnole et la sensibilité tout à fait exacerbée sur les questions territoriales, aggravée par les autonomies... Il faut reconnaitre que la méthode marocaine sur ce point manque singulièrement d'élégance ; mais on ne sait pas d'un autre côté si les Marocains n'ont pas tenté de discuter au préalable le dossier avec les Espagnols, avant de se faire rembarrer et d'en être résolus à lancer une action "symbolique" forte.
  24. La pratique quotidienne de la diplomatie anglaise au sein de l'UE et les conflits systématiques avec leurs homologues français renseignent assez bien à la fois sur un certain état d'esprit régnant à Whitehall mais aussi sur la réalité de l'agenda britannique. Plus loin de nous, la politique de l'apaisement était conçue pour une neutralisation réciproque de la France et de l'Allemagne ; la politique monétaire de Paris, totalement alignée sur celle de Londres, a entraîné une dégradation sans précédent de l'économie française dans les années 30, handicapant lourdement l'effort de réarmement et créant des tensions sociales qui ne sont pas pour rien dans l'état d'esprit de certains en 40 ; le fait d'avoir honteusement largué les républicains Espagnols en 36 n'était pas non plus une politique totalement autonome du quai d'Orsay etc. Il faut bien se rendre compte qu'en dehors des périodes de conflit avec l'Allemagne, aucun pays au monde n'a autant fait de dégât à la France que l'Angleterre. Une partie des élites anglaises est incroyablement anti-française, au-delà de ce qu'on imagine, et jusqu'à l'obsession, et cela impacte toujours la relation entre Londres et Paris ; le comportement de vierges effarouchées de BAE sur la construction en coopération des CVF n'en est par exemple qu'un avatar de plus. L'entente cordiale n'est finalement rien de plus que ce que cette expression recouvre clairement : des discussions courtoises entre gentlemen pour accomoder au mieux des convergences temporaires d'intérêt, dans le genre de Sykes-Picot. Mais il ne faut pas chercher plus loin, et ne surtout pas chercher à demander à Londres ce que Berlin ou Rome nous offrent plus sûrement et sans arrière-pensées. Cadeau bonus : celui qui trouve l'auteur de la citation suivante, sa destinataire, et le contexte, gagne une casserole de petits pois à la menthe tartinés au jelly. =D "Mais qu'est-ce qu'elle veut de plus cette ménagère, mes couilles sur un plateau ?" C'est une illusion touchante, surtout sur le terme "confiance". Accessoirement, réfléchir en terme de "vision du monde" est très français, les Anglais sont beaucoup plus pragmatiques. Le fait de trop croire à l'enrobage idéologique accompagnant la diplomatie en acte est une de nos spécialités, peu prisée outre-manche. Il existe un noyau symétrique de franco-mania au Royaume-Uni, et l'idée tout aussi symétrique de l'influence française, d'ailleurs dans les mêmes couches de la population. Mais ce qui n'est par contre pas symétrique, c'est qu'il n'existe pas en France, ou alors seulement à titre anecdotique, de noyau dur de Français profondément anglophobes, alors qu'il existe des franges de la population anglaises qui restent profondément francophobes et développent une haine de la France assez irrationnelle, qu'on imagine peu de ce côté-ci du channel Quant au soi-disant "modèle anglais", il ne fait que suivre le "modèle allemand", le "modèle suédois", le "modèle français" ; chaque "modèle" disposant de sa décennie de gloire et de matraquage publicitaire. Le prochain sur la liste, c'est le "modèle danois", quoique le "modèle irlandais" produise aussi un tropisme mesurable. J'en doute ; la culture française est centrale dans la culture anglaise qui en hérite, c'est d'ailleurs ce qui en rend fous certains : il s'agit probablement d'un complexe d'anciens colonisés, comme le pensait Clemenceau, à juste titre. =D
×
×
  • Create New...