Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

g4lly

Administrateur
  • Posts

    62,851
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    360

Everything posted by g4lly

  1. Si on ne peut comparer tu as raison j'ai tord ... Une vision naturelle sur l'extérieur est indispensable... Pour pas que le cavalier se sente trop frustré.
  2. Pour l'hybridation ça peut être intéressant neammoins. Pour servir d'APU, du moins à charger l'APU sur batterie. Pour fluidifier certaine phase comme les passage de rapport, le décollage. Pour servir a déplacer un peu le char sans démarrer le diesel, lors d'un dépannage ou lorsqu'on est sous APU est qu'on a besoin de déplacer l'engin sur quelques dizaine de mètre au pas. Mais pour un usage continu en propulsion je ne suis pas convaincu du tout.
  3. Toujours le même problème. Les moteur de char on des profil hezvy duty... C'est a dire qu'ils fonctionnent régulièrement pleine charge plein régime ... Contrairement à une voiture. Et pour cela il faut que le moyen moteur permanent dispose de suffisamment de puissance pour tenir la cadence. De toute évidence le Leclerc dans le désert "consomme" ses 1500ch a allure de croisière. Donc 1200ch plus un petit apport électrique temporaire ne convient pas. Si tu veux un moulin de 1200ch il faut un char qui se contera de 1200ch en croisière. Donc un truc plutôt autour de 40t. Apres si tu demandes gentiment à Scania leur V8 peu sortir plus de 1200ch. Probablement pas sereinement 1500 mais entre les deux. Et quand on voit les allègement qu'on obtien dans l'Abrams X ... Il est envisageable que ça rentre dans le même genre de programme sur un base Leclerc-like
  4. C'est quand même bizarre de ne pas préciser block des Aster 15 ... On continuerai à produire trois missiles vraiment différent ? Des block 1 NT pour l'Adla, des block 1 pour les Aster 30 marine et des block 0 pour les Aster 15 marine?!
  5. Bien employé une charge creuse peut être assez efficace contre l'infanterie. Il faut juste intégré que les éclats vont cribler vers l'arrière exclusivement. Les charge creuse ne projette pas un jet de gaz ... Mais un projectile formé solide. Ça peut sembler contre intuitif, mais il n'y a ni plasma ni gaz. C'est un solide soumis à de telle contrainte qu'il se déforme comme de la pâte a modeler. La premiere charge d'un tandem ne perce pas le blindage. Elle est très faible. Son rôle c'est de faire éclater l'explosif du blindage réactif. Pour qu'il ne soit plus disponible pour gêner la charge principale qui suivra un instant plus tard. Souvent la première charge n'est même pas aligné sur la charge principale... Et donc si elle percer ce serait un trou différent.
  6. Suite à l'offensive russe, puis la contre offensive ukrainienne, une offensive russe importante serait en cours à Vuledar et les villages avoisinants.
  7. Pourtant n'importe quel charge creuse éclatant en front de tourelle ou sur le glacis - quand le canon pointe vers l'avant - projette des éclat arrière qui endommagent largement le canon au point de le rendre inutilisable. Même punition pour un éclat de 155 ... ça enlève suffisamment de matière au fut pour qu'il soit pas du tout recommandé de tirer à nouveau avec. Effectivement c'est différent pour les munitions d'autocanon ou les flèche de gros canon ... mais le gros de la menace aujourd'hui ça reste des petite munition à charge creuse, et l'artillerie. L'expérience de la guerre au Liban en 2006 à largement documenté ce problème ... nombreux Merkava on eu leur canon endommagé par des ATGM tapant la coque ou la tourelle sans percer. Mais mettant le char hors combat - du moins raisonnablement au combat - parce que les dommages au canon entrainerait sa destruction en cas de tir.
  8. Le canon du char n'a jamais été blindé ... et c'est l'endroit le plus fragile de l'engin, le machin est en carton, tout dommage est irréparable, et le bidule est face à la menace ... s'emmerder alors à blinder gratuitement le reste n'a pas beaucoup de sens. Même punition pour le mantelet ... contre les menace moderne c'est littéralement du carton ... s'emmerder alors à blinder gratuitement le reste n'a pas beaucoup de sens. Même punition pour le toit de tourelle ... contre les menace moderne c'est littéralement du carton ... s'emmerder alors à blinder gratuitement le reste n'a pas beaucoup de sens. Sauf qu'on ne sait ni blindé les chenille ni blinder le canon ... alors que sauver un équipage on sait et on peu le faire. La voie optique naturelle c'est autant de complexité architectural que de trou dans la cuirasse. Avec le niveau de menace actuelle tout azimuth blinder un char à l'ancienne - exclusivement sur l'arc avant et seulement dans des zones très spécifiques - est devenu une hérésie. La menace venant au moins autant des attaques verticales que latéral voir par l’arrière. Un drone kamikaze ou un missile qu'on peut retaské est capable d'attaquer de n'importe quel coté. Certes on peut balayer d'un revers de la main la menace "missile" ... expliquer que les ADS réduiront la menace aux seules fleches tiré de face ... mais c'est à mon sens une tres mauvaise intuition. --- Quelle solutions. Accepter le fait que pour le moment la cuirasse passive doit lever le pied puisqu'elle est incapable de faire le boulot dans un devis de masse raisonnable. Réduire le blindage à une fraction raisonnable de la menace. Réduire l'exposition de l'engin en réduisant sa surface exposé, armement en superstructure, tourelle inhabité etc. Adresser ce qu'on peut adresser avec des ADS pyrotechnique. Adresser ce qu'on peut avec des contre mesure à énergie dirigé, par exemple les DIRCM et des écran de "fumée" etc. Minimiser les effets d'un gros coup au but, en isolant l'équipage dans un zone particulière "moins visée", moins réactive et plus blindé. Sortir l'équipage de l'engin lors des engagement les plus risqué. Préserver l'équipage c'est préserver les chance de retourner au combat avec un autre engin. On le voit encore en Ukraine ce ne sont pas seulement les char qui manquent - au contraire - mais avant tout les équipages aguerri et la capacité à reconditionner les engins en panne.
  9. L'hélicoptère Tigre de l'Alat. L'Alat avait imposée un périscope qui permettait au tireur de voir dans une lunette placée dans le viseur Stryx. Ça à induit des contraintes très forte sur l'engin. Le tireur à du être déporté d'office à l’arrière sous le Stryx. La voie en question à du être intensifié. Le cheminement optique a été une purge parce qu'il a fallu aligner la cinématique du Stryx à l'axe verticale du fut du périscope ... Le truc n'a jamais sérieusement servi ... et a été viré à la première réno du Stryx tellement il interdisait les évolutions de l'optronique.
  10. Tu pense vraiment que l'ancien autodirecteur bande Ku va rester en production parallèlement au nouveau en bande Ka?
  11. A la base l'Ukraine possédait 1500 pieces d'artillerie du mortier au 203mm en passant par le LRM. En novembre on a des sources citant 10 à 40.000 tir d'artillerie ukrainienne par jour. Du mortier au LRM. L'ordre d'idée c'est que la consommation d'un jour en Ukraine est la production allié d'un mois entier - du moins celle d'avant guerre -
  12. Il me semble que seul le block 1 NT est encore en production.
  13. C'était déjà obsolète il y a 20 ans ... A un moment il faut accepter d'abandonner le passé. Le dispositif n'a rien d'indispensable il a fini pas être viré du Tigre tellement il ne servait à rien. Si ton optronique est complètement morte le char est hors combat c'est pas bien grave en soit. C'est pas comme s'il n'y avait pas quantité de voie optronique interne et externe sur un engin moderne ... Entre la vidéo périmétrique. La vidéo surveillance "moyenne" 360°, les tourelle d'observation ou de tir longue portée. L'optronique du drone mat tetherisé ... Voir même l'optronique d'un autre engin permettant de télépiloter en dernier recours le char comme on le fait avec les modèle radio commandé. Après c'est sur que si on passe notre temps a affubler nos engins ,dont la durée de vie sur le champ de bataille sera "d'une journée", de contraintes délirantes comme s'ils devaient hypothétiquement combattre des mois sans débander... Il y aura toujours une montagne d'impossibilité.
  14. L'escorteur de cavalerie est un grand classique. C'est juste qu'ailleurs il est joué par une variante d'un VCI chenillé, vaguement modifié pour se spécialiser dans le combat de cavalerie. Aux USA ce sont les Bradley CFV "cavalry fighting véhicule". Des Bradley sans infanterie porté, mais avec 1000 coups de 30mm a la place, et des strapontins pour quelques spécialistes. En France on a plus de VCI chenillé pour escorter la cavaleries... Donc on ne peux pas faire d'escorteur de car dessus. Et nos "chars légers" ne sont pas particulièrement taillés dans ce rôle, ils servent plutôt à abonder les unités médianes. --- Concernant la tourelle inhabitée et le personnel en caisse c'est juste indispensable pour assurer un minimum de chance de survie aux equipages, et maîtriser la masse des engins. Pour la télé-opération il suffit de voir les projet US sur une artillerie entièrement telepilotée pour comprendre vers où ceux qui pensent faire la vraie guerre demain tendent. Un truc très sale même loin derrière les lignes ou la seule issue est d'opérer des effecteurs inhabités autant que possible - et pas forcément inhabitable -.
  15. Je doute qu'une caisse permettant l'intégration dun tourelle habité pénétrante soit optimisé pour un tourelle inhabité... C'est tout le problème des évolutions incrementales. On peut probablement coller une tourelle inhabité sur Leclerc et descendre l'équipage en caisse comme Abrams X. La question c'est est une riche idée si c'est coûteux de partir d'une base pas optimisé pour l'usage. Pour servir de bouche trou pourquoi pas. Mais à mon sens ça n'exonère pas de développer un nouveau châssis dédié à l'équipage regroupé en caisse dans une zone surblindé, et à la télé-opération.
  16. Des défavorisés de la paresse intellectuelle... Et adorateurs des mythologieS complaisantes. J'aurais tendance à dire que c'est un choix individuel face à sa propre impuissance avant tout.
  17. Le fond de l'histoire c'est essentiellement que la France s'appauvrit ... https://fipaddict.substack.com/p/pourquoi-la-france-sappauvrit-elle Mais c'est un sujet qu'on aime aborder de manière généralement très détourné ... parce qu'on a pas beaucoup de solutions, agréables au problème. En gros comment produire nettement plus de richesse ... dans un environnement de plus ne plus contraignant - environnementalement par exemple -, dans un momentum défavorable - la production de richesse n'est plus vu comme une fin en soit par la plupart des CSP+ -, et tout cela sans en avoir l'air - lien croissance du PIB émission de CO2 par exemple - .
  18. La technologie embarqué sur les satellite n'évolue pas si vite ... celle des satellites spécifiquement militaire encore moins. D'autant que le gros probleme c'est le cout de renouvellement des engins. Les satellites maintenanciers ne coutent presque rien ... et ne font souvent que ré-énergiser un satellite qui n'a plus assez de propulsion pour remonter en sur son orbite. Ce qui est couteux c'est la charge utile militaire, couteuse et pas forcément suivie en production, donc si elle est réutilisable c'est un vrai plus produit, meme si dans une engagement total avec un pays doté d'ASAT ca risque de tomber dru. Le sujet de l'avion spatial n'est pas nouveau ... ça fait belle lurette que les US on remis le sujet sur le devant de la scène et validé le constat d'Hervé Morin ... un satellite abandonné dans l'espace c'est juste une victime pour l'adversaire, d’où le besoin d'un écosystème autour aussi bien pour surveiller que pour intervenir. A partir de la il y a deux sujet ... apporter l'ambulance et le médecin dans l'espace au chevet du patient satellite ... ou n'apporter que l'ambulance puis au besoin ramener le patient satellite à l’hôpital sur terre. Et je ne suis pas certain que le sujet soit tranché ... ni certain qu'il ne soit pas intéressant de prendre les deux solutions.
  19. Pourquoi consommer une cellule pour un missile impotant, alors qu'on peut y mettre un Aster 15 ou 30? C'est quoi le plus produit? Traité dont tout le monde se fout ... Euhhh c'est surtout pour savoir si c'est une solution opérationnellement viable pour remplacer les RV actuels qui risquent à moyen terme de ne plus dissuader les "grosse" solution ABM. Si on cherche à démontrer que le machin n'est qu'une victime des solutions ABM avancé ... autant ne pas se consommer à le développer du tout. Ajourd'hui il n'y a pas mille pistes pour péreniser la dissuasion MAD ... et les RV actuels n'en sont plus une. planeur hypersonique, lancé depuis une fusée semblable aux ICBM ... on à la manoeuvre, une certaine discrétion et la faible altitude - au sens de la limite de l'espace - et donc une chance pour qu'il ne soit "poursuivi" - au sens de la défense ABM - que tardivement. missile hypersonique aérobie haute altitude - au sens de la limite de l'atmosphere capable d'alimenter un réacteur - on a la manoeuvre, une mise en oeuvre sans ICBM et la capacité de passer sous les radars ABM longue portée car volant bas. Si twister se glisse la dedans c'est un peu par hasard, dans le sens ou il a été concu pour etre une solution additionnelle aux solutions US ... et éviter les éceuil de la concurrence frontale face à l'hégémone. Mais il se retrouve dans une situation batarde voulant combler le trou haut endo ... une zone ou l'air est suffisament rare pour saloper la solution propulsion aérobie ET la capacité de manoeuvre aérodynamique. Réduire la manoeuvre de l'assayant c'est sympa mais symétriquement l'intercepteur est aussi diminué. Meme punition pour l'énergie ...vouloir intercepter un cible qui à du mal à manoeuvrer dans un air léger c'est bien ... mais avec un réacteur asthmatique ca risque de manquer rapidement de vitesse. C'était d'ailleurs un des sujets de l'Aster ... manoeuvrer sous forte charge en translation dans un air meme absent - à +25.000m l'autorité des gouvernes est tres modeste - par poussée pyrotechnique.
  20. La peur bleue - pour ne pas dire le sombre avenir - des juifs d'Europe - essentiellement ashkénaze - aujourd'hui c'est d’être coincé entre le marteau et l'enclume de l'antisémitisme vert et marron ... et de n’être défendu par personne. Dans ce contexte ... pousser - voir même tenir avec - la solution marron peu sembler la moins pire des solutions - c'est sensé protéger radicalement de l'antisémitisme vert -. C'est pour ça que tu retrouves tout un tas de défenseur de la cause juive européenne frayer avec l’extrême droite, et par conséquence chercher à maintenir une équilibre USA-Russie plus avantageux pour leurs affaires.
  21. https://www.lachainemeteo.com/meteo-ukraine/pays-187/previsions-meteo-ukraine-aujourdhui Et la théorie https://www.epfl.ch/labs/lms/wp-content/uploads/2019/02/Gel_cours_Dysli_EPFL_2006.pdf
  22. https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/01/29/les-benefices-climatiques-de-la-compensation-carbone-sont-au-mieux-exageres-au-pire-imaginaires_6159711_3232.html « Les bénéfices climatiques de la “compensation carbone” sont au mieux exagérés, au pire imaginaires » Une enquête menée par plusieurs médias internationaux montre que la majorité des crédits carbone censés compenser les émissions de gaz à effet de serre ne correspondent à aucun bénéfice climatique, explique, dans sa chronique, Stéphane Foucart, journaliste au « Monde ». Rassurez-vous : tout est compensé. Que vous dégustiez une glace Ben & Jerry’s, que vous preniez un avion EasyJet ou British Airways, que vous vous offriez un vêtement Gucci ou que vous regardiez une série Netflix, vous êtes (ou avez pu être) exposé à une allégation rassurante de « neutralité carbone ». Les émissions de gaz à effet de serre générées par le produit ou le service dont vous avez profité n’ont pas eu d’impact sur le climat. Derrière chacun de ces messages déculpabilisant se cache une mécanique technique, comptable et financière complexe : construction de projets forestiers (protection de la forêt, reforestation, afforestation) dans les pays du Sud, certification et calcul des crédits carbone générés par ces projets, vente de ces crédits à des entreprises qui souhaitent compenser leurs émissions et ainsi financement des initiatives portées par des acteurs locaux. Solution économiquement rationnelle à la dérive climatique, ou gigantesque mystification ? Publiée ces jours-ci, une méticuleuse et explosive enquête conduite par le quotidien The Guardian et l’hebdomadaire Die Zeit, en collaboration avec l’association de journalistes d’investigation SourceMaterial, fait plutôt pencher pour la deuxième option. Nos confrères britanniques et allemands ont analysé un échantillon d’une trentaine de projets certifiés par Verra, le principal organisme de standardisation, basé à Washington. Ces projets ont généré une centaine de millions de crédits carbone – de quoi compenser les émissions annuelles d’une vingtaine de centrales à charbon, selon les calculs de nos confrères. Résultats : seulement 5,5 % de ces crédits étaient réels, compensant les émissions de gaz à effet de serre qu’ils sont supposés neutraliser. Le reste, c’est-à-dire près de 95 %, sont des « crédits fantômes » qui s’échangent sur un marché sans correspondre à aucun bénéfice climatique. Au cours des quinze dernières années, Verra dit avoir émis au total un milliard de crédits carbones, soit trois années d’émissions du Royaume-Uni. « Le marché est cassé » Pour parvenir à ces chiffres, les auteurs se sont fondés sur l’analyse de documents techniques de l’organisme certificateur, sur des entretiens avec d’anciens auditeurs, mais aussi et surtout sur des analyses d’images satellites, conduites par des chercheurs et publiées dans la littérature scientifique. Analyses dont il ressort d’autres estimations : sur un ensemble de trente-deux projets certifiés par Verra et supposés englober une superficie forestière de la taille de l’Italie, c’est en réalité une surface comparable à celle de la municipalité de Venise qui aurait été effectivement protégée… Sans surprise, Verra conteste avec force la méthodologie des études qui ont servi de base à l’enquête de nos confrères. Il vous reste 51.97% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.
  23. Pendant ce temps là RheinMetall propose de produire en Allemagne 120000 obus de char de 120mm et 500000 obus de 155mm par an.
×
×
  • Create New...