Libanais_75

Members
  • Content Count

    955
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

433 Excellent

About Libanais_75

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Pays
    Syria

Recent Profile Visitors

1,495 profile views
  1. Femme extrêmement intelligente qui, malgré sa mauvaise tendance à se servir dans les caisses de l'état, a paradoxalement assaini la situation des sociétés publiques qui étaient sous sa direction (la Sonangol notamment). L'équipe qui a remplacé les Dos Santos est loin de faire mieux en matière de corruption et détournement de fonds...
  2. https://www.lorientlejour.com/article/1203507/mission-accomplie-pour-hassane-diab-mais-tout-reste-encore-a-faire.html Entre temps, un nouveau premier ministre avait été élu, Hassan Diab, avec les voix des parlementaires aounistes/hezbollah/amal et alliés. Il vient de nommer son gouvernement, des technocrates qui sont politiquement affiliés aux partis que je viens de citer, faisant de ce conseil des ministres le premier qui soit monochrome (c'est à dire en excluant complètement les partis de l'ancienne alliance du 14 mars : Hariri, Geagea, Joumblatt...) depuis 2008. C'était alors l'autre camp qui gouvernait seul le pays.
  3. Comment les Etats-Unis tiennent-ils l’Irak ? Après avoir mis le pays à feu et à sang et pillé ses richesses, les américains ont forcé Bagdad à transférer ses revenus pétroliers sur des comptes dans des banques US. Ils ont la main mise sur les fonds de la banque centrale irakienne. Trump a menacé de geler ces assets si l’Irak continuait de réclamer trop fort son indépendance. Du racket à l’état pur. https://www.google.com/amp/s/www.wsj.com/amp/articles/u-s-warns-iraq-it-risks-losing-access-to-key-bank-account-if-troops-told-to-leave-11578759629
  4. Comment les Etats-Unis tiennent-ils l’Irak ? Après avoir mis le pays à feu et à sang et pillé ses richesses, les américains ont forcé Bagdad à transférer ses revenus pétroliers sur des comptes dans des banques US. Ils ont la main mise sur les fonds de la banque centrale irakienne. Trump a menacé de geler ces assets si l’Irak continuait de réclamer trop fort son indépendance. Du racket à l’état pur. https://www.google.com/amp/s/www.wsj.com/amp/articles/u-s-warns-iraq-it-risks-losing-access-to-key-bank-account-if-troops-told-to-leave-11578759629
  5. Ces images sont quand même une sacrée gifle dans la face de ceux qui prétendaient que les « mollahs » et leur politique ne bénéficiaient d’aucun soutien de la population iranienne.
  6. Chose intéressante dans le discours de Nasrallah aujourd’hui, l’Afghanistan mentionnée plusieurs fois comme zone de résistance à l’impérialisme américain. Les Talibans ont également présentés leurs condoléances aux iraniens pour la perte de Soleimani. Ces deux partis se sont fortement rapprochés ces dernières années pour lutter à la fois contre l’EI et les Etats-Unis. Je ne serais pas surpris que l’Iran appuie fortement l’offensive de Printemps annuelle des Talibans cette année..
  7. La mort de Soleimani pourrait très bien être l’élément déclencheur d’une lutte acharnée en Irak des groupes nationalistes pour bouter les américains hors du pays. Ironiquement, ce serait l’achèvement de la mission la plus délicate qu’il n’ait jamais eu, et un douloureux retour de boomerang pour les États-Unis.. à suivre.
  8. Quelle inélégance quand même d'éliminer le commandant de la partie adverse par frappe aérienne, sans déclaration de guerre... c'est à l'image de ce que sont les Etats-Unis.
  9. Attention à ne pas croire aveuglément ce que raconte un think tanker néo-conservateur, notamment sur ce qu'il dit au sujet de l'entrée de forces iraniennes en Irak pour écraser les insurgés. Je ne crois pas que les irakiens manquent de blindés pour faire ce sale boulot d'une, et de deux, d'autres sources indiquent que ce convoi fait route vers la Syrie où les iraniens sont en train d'établir une nouvelle base.
  10. Aujourd’hui débuteront les consultations parlementaires qui aboutiront à l’élection d’un nouveau premier ministre. Puisque toutes les tentatives de trouver une alternative à Saad Hariri ont échouées - du fait des manigances de ce dernier pour s’imposer comme la seule personnalité qui sera acceptée par la rue sunnite, ce sera certainement lui qui sera désigné pour diriger le futur gouvernement. Reste à savoir si il sera apte à former un cabinet accepté par tous les blocs parlementaires. Il souhaite former une équipe « d’experts indépendants », comme si il existait des personnalités neutres au Liban - et comme si il l’était lui-même... ce qui n’est évidemment pas au goût du tandem Hezbollah-Amal et du parti aouniste qui souhaitent que les fonctions régaliennes soient occupées par des politiciens. Maintenant ces derniers sont divisés car le parti de Aoun en a marre des manœuvres de Hariri et souhaite s’en débarrasser quitte à former un gouvernement avec un PM qui n’ait pas le plebiscite de la rue sunnite; tandis que le Hezbollah veut Saad impérativement pour faire bonne image devant les Etats-Unis et leurs alliés de la région qui le tiennent en bonne estime. Dans la rue, ça dégénère depuis deux soirs d’affilé aux abords du parlement. Des manifestants ont tenté de rentrer dans le périmètre de sécurité autour du bâtiment, ce qui a provoqué une réponse de la police et toute une série de violences. Ce soir, rebelote avec de nombreux fauteurs de trouble venus de Tripoli, accusés d’être loyaux à Hariri, qui ont échangé des jets de projectile avec les forces de sécurité. Pour ajouter un peu plus de chaos à tout ça, des partisans de Amal qui habitent dans le quartier voisin sont également venus au centre-ville pour se battre avec ces insurgés et brûler les tentes installées par les manifestants. Situation très trouble donc et ça ne va probablement pas s’arrêter là.
  11. Les manifestants honnêtes et apolitiques ne sont plus beaucoup aujourd’hui dans les rues, et personne n’a rien à redire sur les quelques actions pacifiques et bien ciblées (sit-in devant la banque centrale par exemple...) qu’ils mènent. Ce qui est en train de créer un climat de tension et de psychose, ce sont les 1000 ou 2000 mecs dans le pays qui bloquent régulièrement des axes routiers importants et rendent les gens à cran. Et les types qui font ça sont affiliés à des partis politiques, la preuve accablante étant celle du « martyr de la revolution », Alaa Abu Fakher, qui était un cadre du parti de Joumblatt.. https://www.lorientlejour.com/article/1195001/a-choueifate-un-dernier-adieu-a-ala-abou-fakhr.html
  12. Le Hezbollah est l’unique gros partis qui ne compte pas en son sein des types qui ont fait des milliards en pillant les fonds publiques libanaises et cela pour deux raisons simples : ils reçoivent leurs fonds de l’Iran principalement et n’ont donc pas besoin de se financer de la sorte, et enfin ils n’ont jamais occupé de gros portefeuilles ministériels qui leur aurait permis de piller de la sorte. Au contraire ils voulaient lancer une campagne anti-corruption au début de l’année et ont été bloqués lorsqu’ils se sont attaqués à la personnalité de Siniora, le grand mufti déclarant que cet homme la était une « ligne rouge » et transformant de fait le truc en un problème confessionnel. Il y a trois jours, un automobiliste chiite et sa femme sont morts sur la route du sud (région majoritairement chiite donc) en percutant un objet placé par l’armée pour détourner la voie car des bloqueurs de route (affiliés aux partis de Joumblatt et Hariri) étaient postés un peu plus loin. Cela a embrasé la rue chiite qui ne se reconnaît pas dans ce mouvement qui non seulement insulte leurs leaders, mais en plus perturbe gravement leur vie quotidienne en les empêchant de se déplacer comme il le souhaite. S’en est suivi des descentes de sympathisants du Amal/Hezbo qui ont eux dès face à face tendus avec les manifestants dégénérant souvent en bagarres. Ça c’est hier et avant-hier. Aujourd’hui, la situation ne s’est guère améliorée : - A Bikfaya, il y a eu des altercations entre chrétiens aounistes et des pro-Gemayel. Un convoi de personnes exprimant leur soutien au président Aoun était en train de traverser la région du Metn, jusqu’à que le deuxième groupe intervienne pour leur interdire l’entrée dans la ville. L’armée s’est déployée dans la région. - À ein El Remmane, banlieue chrétienne de Beyrouth qui fait face à Chiyah (quartier chiite), des jeunes brandissant le drapeau des Forces Libanaises se sont rassemblés et ont commencé à scander des slogans insultant Hassan Nasrallah. Les habitants chiites sont descendus à leur tour et l’armée est intervenue pour les séparer. - A Tripoli, des types sont en ce moment même en train de s’attaquer au siège du parti du Président Aoun dans la ville. La descente des jeunes du Amal au centre-ville il y a trois jours aura au moins permis de lever les masques sur ce qui constitue une bonne partie des rangs des « révolutionnaires », à savoir des partisans des partis politiques d’opposition qui ne supportent pas d’avoir perdu le pouvoir..!
  13. Aujourd’hui, l’armée montre même son incapacité à rouvrir les routes bloquées par les manifestants. Si même à l’intérieur ils sont plus capables de maintenir l’ordre..
  14. Pour information, la situation est toujours très loin de s'être calmée. Les banques sont fermées depuis samedi et un contrôle des capitaux a clairement été mis en place. Cela signifie qu'on ne peut plus retirer notre argent des banques comme on l'entend ni le transférer à l'étranger. Cela concerne également les importateurs qui ne peuvent désormais plus payer leurs fournisseur jusqu'à nouvel ordre. Les dollars sont introuvables sur le marché et s'échange désormais contre 1750-1800 livres libanaises (1512 avant le début de la crise). Le président Aoun a donné aujourd'hui une interview télévisée à 21h qui a de nouveau embrasé le pays, de nombreuses routes étant bloquées au moment même où j'écris ces lignes. A Khaldé (20 min de beyrouth environ), un manifestant qui interdisait la route à la voiture d'un chef des services de renseignement de l'armée s'est fait tué par le garde du corps de l'officier. Ils ont pris la fuite avant d'aller se rendre à une caserne militaire proche. Walid Joumblatt et son fils sont immédiatement partis à l'hôpital rencontrer la famille du défunt, lui aussi druze. Ils ont été accueillis comme de véritables héros par de nombreuses personnes regroupées devant l'hôpital, ce qui me fait penser que le Liban est très loin d'être débarassé de ses leaders politiques que les "révolutionnaires" prétendent pourtant vouloir tous dégager sans exception...
  15. C’est quoi le rapport de force en Amérique du Sud maintenant ? En Équateur, Correa est parti mais campe toujours en embuscade et pourrait revenir plus tôt qu’on ne le croit. Venezuela, la situation semble lentement revenir à la normal après le putsch raté des yankees. Brésil, Lula fair son grand retour alors que la bulle Bolsonaro semble se dégonfler... qu’en est-il des autres pays ?