Boum

Members
  • Content Count

    255
  • Joined

  • Last visited

    Never

Community Reputation

1 Neutral

About Boum

  • Rank
    Connaisseur

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. D'abord ce n'est pas une affirmation exclusive, ensuite, quand tu auras retiré ce longbow que tu as fourré bien profond là ou je pense et quand tu te prendras un poil moins au sérieux (faut te lire sur la Belgique, mes aïeux, on dirait que tu cherches un poste de consultant politique), on en rediscutera. Parisien, va. Get a life (et va pleurnicher chez le modo en passant.) Le modo: tu peux me virer si ça te chantes.
  2. Je suis d'accord avec mon interlocuteur, je n'aime juste pas ses airs de schtroumpf à lunette (j'adore qu'on m'attribue des grands airs quand on lit les tartines, parois intéressantes, du gars. Au sujet des grands airs, il est vrai que mes propos, pourtant documentés, sur l'armée belge, avaient provoqué une grande constipation chez certains professionnels de notre vaillant ministère de la Priorité à la Paix), quand il me fourre dans la bouche, ou plutôt le clavier, des propos que je ne tiens pas, notamment que la conscription est une invention suédoise. Lire correctement ce que l'autre raconte et ne pas corriger des points qu'on lui atribue érronément, c'est aussi de la correction, non? Par ailleurs, je répète que je doute très fort que l'archerie ne fonctionnait que sur import de bois précieux. Je me renseigne.
  3. Je doute que tous les arcs étaient des oeuvres d'art, et je répète que la grande Bretagne était une gigantesque fôret jusqu'à ce qu'elle soit drastiquement déboisée pas les besoins de la marine notamment. Comme tu le souhaites, bien évidemment.
  4. Mon point étrait simplement de préciser que les archers anglais étaient la classe "inférieure" même si elle formait la yeomanry (qui, de manière particulière, est à l'origine de deux autres trucs intéressants: la fronde à l'impôt ayant débouché sur la magna carta et le système régimentaire local), que le longbow est l'arme la plus abordable (maintenant si tu as une formule financière permettant de démontrer qu'un bout de bois taillé dans un pays qui était à l'époque une immense forêt est plus cher qu'un charger, une armure et un équipage, ça intéressera certainement mon beauf qui est dans la finance et qui manque un peu de formules du genre pour l'instant), et qu'en Grande Bretagne, les archers sont les héritiers du firth scandinave que les normans ont importé avec eux. Je ne pense pas avoir affirmé que la scandinavie avait inventé autre chose qu'ikea et la pornographie abordable avec des grandes blondes, et certainement pas la conscription. Et tout cela pour dire que non, ils n'étaient pas susceptibles d'intéresser les chroniqueurs. En fait, les bourgeois ne les intéresseront que quelques siècles plus tard. Voilà, j'ai fait à peu près 10 nouvelles lignes, si tu peux encore en broder 450 autour, vas-y, je suis curieux.
  5. C'est un peu normal, notez: les archers anglais étaient la piétaille. Ce sont les ancêtres de la conscription, une invention scandinave importée en Angleterre qui s'appelait le firth, de mémoire, le groupe d'homme que chaque village devait entraîner au maniement de l'arme la moins chère et la plus immédiatement disponible, l'arc et qui devait être prête à la réquisition. Pas vraiment du matériel de chronique.
  6. "Le problème belge me semble en effet une belle réponse au mythe qui voudrait que l'Etat soit un pur organisme de gestion, existant dans le seul but d'assurer à chacun son petit confort personnel minimal, version hardcore de "du pain et des jeux"." Je prends la discussion au vol, de passage. Ce qui est exprimé ci-dessus est l'exacte description de la mentalité belge. J'aurais dit version softcore, mais l'idée est là. Il faut se souvenir de ce qu'est la belgique: un rassemblement accidentel de villages qui n'ont pas d'identité commune, et qui n'ont pu s'en donner une parce que le rassemblement accidentel a eu lieu à l'époque romantique. En somme, on n'a pas pu "opprimer correctement" les flamands si j'ose reprendre le terme lu ci-dessus et les forcer au français. Les belges font leur petite vie sans idéal national. C'est dur, mais c'est comme ça. Pas de fierté, pas d'idée nationale, juste un petit arrangement plus ou moins permanent ou tout le monde "tire son plan" comme on dit en belge, se débrouille, avec ses voisins, contre l'état (la fraude fiscale est un sport national qui est la corrélation d'une place paradoxale de l'état, ultraprésent, extraordinairement cher, le niveau d'impôt est le plus élevé au monde, gabegique, et formidablement méprisé) ou avec l'état (le nombre de fonctionnaire est gigantesque, plus important qu'en France). Le monde politique "national" (on dirait fédéral chez nous) est atone - il n'y a plus d'intérêt commun. Le monde politique flamand a une identité nationale propre, et le monde politique francophone fonctionne à la petite semaine. Or, comme les leviers de la puissance publique sont toujours fédérales (centralisés), défense, justice et fiscalité, et qu'il n'y a plus de politique nationale, plus personne n'est responsable. Les entités fédérées ont leur collège électoral, les gouvernements fédérés reçoivent de l'argent récolté au niveau fédéral (fiscalité confiscatoire, mais aucun intérêt commun a changer les choses: les wallons, ruinés, sont plutôt socialistes, les flamands, prospères, plutôt à droite, on s'entend plus, donc on ne touche à rien.) Comme personne ne rend compte à l'autre communauté, chacun vit sa vie. Mais je répète, le ver était dans la pomme dès le début: comme disait l'autre, Sire, il n'y a pas de belge. Et rien ne pourra changer cela: aucune cause n'est susceptible de changer cet état de fait, puisque les deux communautés réagissent fondamentalement différemment! L'idée d'une belgique bilingue est absurde, désolé tancrède, ça ne marche pas. Le bilinguisme favorise la francisation de la Flandre (la "tâche d'huile") et les Flamands refusent ce bilinguisme. Et puis, faut avouer, les wallons ne sont pas forts dans la maîtrise des langues. Depuis que je vis en France, comme belge, je suis épaté par le sens de l'état existant ici. Bien entendu, le français râle, et beaucoup. Mais le belge ne râle quant à lui jamais. Et c'est bien là le problème.
  7. Sur l'Afghanistan et les russes: La 9ème compagnie de Bondarchuk. Ah non, hein, objection votre honneur: un des meilleurs films "aériens", une minutie exceptionnelle pour l'époque dans la reconstitution, y a juste qu'encore une fois ça a été tourné en partie en Espagne (rapport aux Buchon et He111), et que les ports de la Manche façon les ports de la Mancha (et faut en trouver, des ports dans la Mancha) et Dunquerke envahi par des figurants espagnols petits, bruns et moustachus en Landser triomphants, ça choque un peu. Mais un très très bon condensé d'histoire. (Même si l'on échappe pas à certains clichés bien de l'époque.) J'allais le dire! Sinon, Guerre et Paix, le désespoir de Fonda dans Moscou en ruines, les batailles pas mal (de mémoire, hein!) Désolé, mais pouah. (Ou alors manquait le "f": salement beauf? ;)) Premiers plans se passant en "hiver" avec la fausse neige électroniquement ajoutée mais l'arrière-plan montrant une végétation d'été, perclus de bons sentiments (les gentils-musulmans-tolérants-regardez-ils-autorisent-les-chrétiens-a-suivre-leur-culte, tout en oubliant les *petites* restrictions et humilations que les chrétiens en terre d'islam subissaient, les méchants croisés comme par hasard français avec eûl-bon-gros-zaccent bien eûd cheû nous en anglais, tandis que le (z)héros, tout aussi fictivement français, parle un anglais immaculé - pour cause - pas de confusion possible et empathie garantie), le film glandgland bienpensant en plein. Bref, j'ai pas aimé, sur le principe et sur la manière. (Mais c'est juste moi, hein.) Au fait, des nouvelles du "Dambuster" néo zélandais?
  8. Ouep, la "Croix de fer". Et puis, dans les années 50, la "Bataille de Rio de la Plata", naval mais bien fait. Dans les années 60 aussi: la Bataille d'Angleterre, la 317eme section. Années 70: Tora tora tora (film découpé en rondelles et visible dans absolument toutes les productions, films, séries, miniséries montrant des avions japonais attaquant quelque chose dans les 10 années suivantes: Magnum, A-Team etc.), la bataille de Midway. Dans un autre registre, un Spielberg délirant et des meilleurs qui soit: 1941.
  9. Il n'y a tout de même pas que ça. Il y a une bonne grosse série de nanards alignant des soldats US en treillis presque vert pomme et avec ces bons vieux M46 Patton ou Walker Bulldog dans le rôle des Tigres invincibles des allemands, voir par exemple l'inénarrable "Bataille des Ardennes" dont l'apothéose est une bataille de chars dans un paysage semi-desertique (tourné en Espagne, ça ressemble pas fort aux Ardennes) ou encore la vie d'Audie Murphy. Mais çi et là il y a des films de ces années qui valent pas mal la peine. Le gloomy "Bastogne" de 56 (de mémoire), le "Dunkerque" britannique des mêmes années, "Week-End à Zuydcoote", "Zulu Dawn"... Pas d'héroïsme hollywoodien. Pas non plus le réalisme actuel, mais de bons films.
  10. Boaf, nos intellos-bobos façon télérama et autres n'apprécieront jamais les émissions populaires, sous quelque forme qu'elle soit. Il me semble avoir lu que dorénavant, la télé interne de l'Ark Royal ne diffuserait plus la BBC à cause de son biais clairement pro-insurgés. Perso, ça me rassure plutôt de voir s'estomper même dans le service public cet esprit post-soixanthuitard qui n'aurait toléré jusqu'il y a peu l'image de l'armée que du point de vue de la critique, ou plus exactement, de l'autocritique. Cela empêche les pisses-vinaigres de dormir, tant pis.
  11. Sauf que l'armée a été "mutualisée" et qu'il n'y a plus de "forces" distinctes. Les hélicos par exemple sont mutualisés sur une seule base (Bierset) si je me souviens bien avec des détachements maritimes.
  12. On dit que les français sont râleurs, ce thread est une confirmation! ;) Personnellement j'ai bien aimé le défilé. Evidemment, on ne peut demander une précision "geekesque" à un journaliste mais ce n'est pas le but. (D'ailleurs, les initiés qui écoutent les commentaires des journalistes dans pas mal de domaines un peu techniques - fiscal, juridique, spatial ou autre - s'étranglent souvent en entendant les conneries qu'ils peuvent aligner. La défense est un domaine technique, elle n'échappe pas à cette règle?) Mais le 14 juillet n'est pas le jour ou le commentateur explique que le VBCI "est une solution douteuse à l'heure actuelle, mal blindé, pas suffisament mobile et équipé d'un canon de 20 mm ce qui est une hérésie, comment se fait-il que l'on équipe nos régiments de ce truc alors que les suédois font un CV90 etc." ... non: le 14 juillet, l'armée française est la plus moderne, la meilleure et la mieux équipée, et Uzbin n'est qu'un lointain souvenir. Et c'est normal. Donc, bien aimé, j'ai toujours le souvenir d'un de ces défilés d'il y a qq années, quand le Leclerc venait d'entrer en service, et on ne les avait pas vu. Décevant. Pas ce coup-ci: Leclerc, VBCI, CAESAR, Tigre, du beau linge. Et les indiens, impressionnant. Les spécialistes peuvent-ils me répondre? Les indiens pratiquent le pas de parade anglais a un tempo légèrement supérieur, non? Par contre, la quadrille des lanciers était un poil trop longue, et la chevauchée des Valkyries était dans ce contexte, absolument, rédhibitoirement, totalement, top-ringarde.
  13. Fermer des casernes n'est pas nécessairement une mauvaise chose. Je ne parle ici que du budget de la défense, pas de l'économie locale ou de l'inconvénient d'un déménagement. Mais il est certain que l'on n'a pas besoin d'une infrastructure d'un pays pratiquant la conscription. Je trouve d'ailleurs assez étonnant que l'on revienne avec ce chiffre de 37000 personnes à la défense, il me semblait que l'idée était d'arriver à un noyaux de 32 ou 34000 personnes, non? Quid des états-majors et autres fonctions administratives? Et si l'on sabrait dans ces fonctions?
  14. Dans d'autres circonstances, les danois se sont fait étriller par les brit's au sujet de leur performance en Afghanistan, avant d'apprendre (de réapprendre) à la dure et d'être reconnus. Voir les posts dans "Kings of war" à ce sujet.