Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Cool Hand

Members
  • Posts

    517
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Everything posted by Cool Hand

  1. Bonsoir à tous, Une rumeur évoque que la frégate russe Amiral Makarov aurait été touchée et coulée par un missile Neptune ukrainien. Information à confirmer/infirmer : https://en.wikipedia.org/wiki/Russian_frigate_Admiral_Makarov
  2. Soir tout le monde, Concernant l'équipage du Moskva, une source fait état de 116 victimes et 100 disparus. Cette source évoque plus généralement 13 414 militaires russes tués et 7 000 disparus. "L'article" a été retiré mais reste visible sur la WaybackMachine : https://web.archive.org/web/20220421195045/vk.com/wall-163061027_2109268
  3. Ça commence à faire cher l'opération spéciale. Ils avaient 3 navires de cette classe. Reste deux. Un petit thread du 11/04 sur l'attrition des chars russes :
  4. Les recommandations (7 novembre 2018) : https://theaircurrent.com/wp-content/uploads/2018/11/B737-MAX-AD-1107.pdf Dans le cas du second crash, les pilotes ont coupé les interrupteurs du STAB TRIM, mais, la vitesse étant devenu excessive, les forces aérodynamiques exercées sur le stabilisateur ont rendu impossible l'utilisation du trim manuel de secours. Les pilotes ont alors réengager les interrupteurs afin de trimer l'avion avec le trim électrique du manche, avant que le MCAS ne se réengage à nouveau, précipitant l'avion dans un piqué final fatal (de mémoire et pour faire simple).
  5. Le Colonel général Leonid Grigorievich Ivashov, président de l’Assemblée panrusse des officiers (d'active et à la retraite) a produit un courrier au nom de l'association qu'il représente le 31 janvier dernier. Ce courrier appelait à la démission pure et simple de Poutine. Cette nuit, j'ai pu visionner une vidéo que je voulais partager ici même à l'instant avec vous, mais elle n'est plus disponible. Je vous invite à taper dans la recherche Youtube : Путину надоела Россия - Отставной генерал Ивашов о войне с Украиной / 08.02.22, vous en trouverez les vestiges. Il confirme dans cette vidéo les propos du courrier de l'association. Il est possible que nous arrivions à un point où les problèmes intérieurs accumulés et la situation intenable où la politique de Poutine a placé la Russie sur le plan international convergent, et où les patriotes de la vieille école et les libéraux se retrouvent.
  6. Discours de Claude Malhuret ce soir au Sénat : « L’invasion de l’Ukraine sera le premier clou sur le cercueil de la dictature de Poutine, comme l’invasion de l’Afghanistan fut le premier clou dans le cercueil de l’Union Soviétique » « Poutine est fou comme le sang est rouge. Ce n’est pas une insulte, c’est un diagnostic. Le discours sépulcral du 21 septembre ne laisse aucun doute. Un paranoïaque doublé d’un mythomane. Plus il élimine toute contradiction, plus il échappe à la réalité, au profit de son idée fixe et funeste, se venger de la chute de l’URSS. Comme beaucoup de dictateurs, ce Caligula botté souffre d’une autre infirmité. Ceux qui ont découvert stupéfaits la taille grotesque de la table où il recevait notre Président ont cru à une manœuvre pour l’humilier. Les réunions ubuesques avec ses ministres à 20 mètres révèlent la vérité : le COVID le terrorise. Néron se faisait raser par ses filles de peur d’être égorgé, Staline faisait goûter ses aliments, lui, chef de la deuxième force nucléaire au monde, qui se fait filmer dans des fausses chasses à l’ours, pétoche devant le virus comme un matamore fuyant devant une souris. En face de lui, un homme, debout, Zelensky. Lorsqu’on ignore la réalité, elle se venge. Il voulait diviser l’Europe, il la cimente. Ridiculiser l’OTAN, il la retrempe. Humilier les États-Unis, il ressuscite Biden après Kaboul. Rallier à lui les régimes autoritaires, la Chine s’inquiète, la Turquie montre les dents, le Kazakhstan refuse l’envoi de ses soldats. Il pensait prendre l’Ukraine en trois jours, il est embourbé pour longtemps. Confiné dans son bunker, il n’a pas vu le monde changer. Il se croit au temps où ses complices du KGB et du Politburo mataient par des chars la Hongrie ou la Tchécoslovaquie et où lui-même rasait Grozny à l’abri des caméras. Il n’a pas compris que les images des smartphones font le tour du monde en une seconde et qu’en 2022 personne, pas même les russes, n’est prêt à accepter les bombardements de Kiev et les morts. S’il en est arrivé là, c’est en partie à cause de nos propres lâchetés. L’invasion de la Géorgie, l’annexion de la Crimée, le Donbass, la Transnistrie, les crimes contre l’humanité en Tchétchénie ou en Syrie, les centaines d’assassinats et les milliers d’emprisonnements en Russie même, nous avons laissé faire. Quelques discours à l’ONU sur les droits de l’homme et le droit international et puis circulez, y a rien à voir. Ce n’est pas seulement par lâcheté que nous n’avons rien fait, c’est parce que les démocraties ont en leur sein une cinquième colonne, le plus souvent soudoyée par le Kremlin, qui reprend mot à mot sur les réseaux antisociaux, avec les milliers de faux comptes, de trolls et de bots pilotés depuis Moscou, sur les radios et télés RT, Sputnik et hélas d’autres, la propagande de Poutine : l’Ukraine n’existe pas, elle est dans la sphère russe, ses dirigeants sont des nazis. Wladimir Zemmour, Joseph Vissarionovitch Mélenchon et Anastasia Le Pen sont depuis longtemps les généraux en chef de cette cinquième colonne, mais leurs dernières déclarations atteignent des sommets. Mélenchon le 18 janvier dernier : "Qui ne ferait pas la même chose avec un voisin pareil, un pays lié à une puissance qui les menace continuellement ? ». Le Pen : « Mon point de vue sur l’Ukraine coïncide avec celui de la Russie. ». Zemmour : « Il faut arrêter de faire de Poutine l’agresseur, c’est Poutine l’agressé. Poutine est l’allié qui serait le plus fiable ». Depuis que tout le monde a compris leurs mensonges, ils ont réinventé le « Oui mais ». Ils condamnent car ne pas le faire serait un suicide électoral, mais ils ne changent pas d’avis : tout est de la faute de l’Occident, surtout pas de sanctions et attention à la troisième guerre mondiale. Mélenchon jeudi dernier continue ses bobards : « Je n’ai jamais soutenu Poutine, jamais ». Le pire c’est Zemmour, le trois fois condamné pour racisme, qui crache sur les résistants ukrainiens et sur les réfugiés, qui donne des leçons de patriotisme, lui qui après s’être soustrait au service militaire, n’a pas hésité à se rendre samedi sur le plateau des Glières. Ses propos souillent les tombes des maquisards. Ces paillassons de Poutine après en avoir été les caniches, sont candidats à la Présidence de la République. Ils ont condamné le dictateur du bout des lèvres, mais leurs trolls inondent les réseaux de messages à sa gloire et leurs députés européens ont refusé de voter l’aide à l’Ukraine. Pendant des années nous avons tenté de faire comprendre qui était Poutine. Nous étions trop peu nombreux face aux idiots utiles de l’Europe, en Allemagne qui s’est mise dans les griffes de l’ours et de son gaz par l’incroyable erreur d’avoir cédé aux verts sur le nucléaire, en France ou le fond de l’air, fait d’un gaullisme du pauvre qui n’a rien à voir avec le gaullisme et d’un antiaméricanisme héritier de la vieille droite anti-anglosaxonne et de la vieille gauche anticapitaliste, conduit certains à prêcher l’équidistance entre Amérique et Russie, demain entre Amérique et Chine, sans comprendre qu’il y a d’un côté le camp de la démocratie et de l’autre celui des dictatures. Trop peu nombreux, nous étions par là-même trop faibles. Le 24 février 2022 restera dans l’histoire comme le jour prodigieux du grand basculement. Le plus grand succès de Poutine, c’est de nous avoir ouvert les yeux. Nous nous sommes réveillés bien tard. Mais nous nous sommes réveillés. Pour la première fois nos sanctions sont plus que des coups de griffe. Le blocage des réserves de la banque centrale, la déconnexion de SWIFT, l’arrêt de Nord Stream II, la saisie des avoirs des corrompus, la fermeture des espaces aériens, le bonheur de la livraison d’armes aux ukrainiens par l’Allemagne elle-même, mouton devenu non pas tigre mais au moins lionceau. Et enfin, enfin, la chasse aux agents de désinformation. Voilà 5 ans que je demande la fermeture de RT, de Sputnik et de leurs satellites, 5 ans qu’on me répond que ce serait bafouer la liberté d’expression. On vient enfin de comprendre que les organes de propagande du FSB n’ont rien à voir avec la liberté d’expression. Mesdames et Messieurs les dirigeants européens, permettez-moi d’ajouter à mes félicitations pour ces sanctions une supplique : qu’elles soient précises, sans exception, efficaces, non contournables et prolongées. Et surtout qu’elles soient rapides et accrues, car les résistants ukrainiens, aussi héroïques soient-ils, ne tiendront pas longtemps par leurs seuls moyens. Et enfin, qu’elles soient accompagnées du message clair, que l’assassinat de Zelensky entrainerait une riposte bien plus massive encore. Quant à la cinquième colonne, elle va se déchaîner dans toute l’Europe pour relayer les menaces du tyran et expliquer que, comme vous êtes responsables de la guerre en Ukraine, vous serez responsables demain de la troisième guerre mondiale dont Poutine brandit la menace. Pour l’heure, autre miracle, personne n'y croit. Comment penser qu’un hypocondriaque qui s’ausculte toute la journée soit prêt à mourir sous les frappes ou à finir ses jours dans un abri anti-atomique comme Caïn dans son souterrain ? Lorsque nous aurons pris ces sanctions et que nous nous serons préparés à un long conflit, car cette guerre sera longue, il nous faudra relever un autre défi, plus redoutable encore. Celui du rétablissement de la puissance de l’Europe. « L’Europe ne se fera qu’au bord du tombeau » disait Nietzsche. Propos prophétique car l’Europe est née des charniers de la deuxième guerre mondiale et elle n’a progressé qu’en surmontant ses crises. Celle du COVID a permis un pas de géant par la mutualisation des dettes du plan de relance. L’invasion sanglante de l’Ukraine a fait comprendre à tous, à commencer par les allemands, ce que le Président de la République ne cesse d’expliquer depuis le début de son mandat, c’est que l’Europe ne sera jamais une puissance si ses États ne se réarment pas et si une défense commune ne voit pas le jour. Jamais Poutine n’aurait pu nous faire un meilleur cadeau. Pour l’heure, nous allons participer à cette guerre par les mesures déjà prises, par notre unité avec nos alliés européens et américains et par notre fermeté face au tyran qui s’est lancé dans une aventure sans issue. Mais ce n’est pas nous qui allons la gagner. Les seuls qui peuvent la gagner, ce sont deux peuples. Le peuple russe qui, pour la première fois, malgré une répression impitoyable et une propagande effrénée, est en train de comprendre que Poutine le conduit vers le gouffre. Le sursaut viendra-t-il de la rue, ou de quelques Brutus qui comprendront l’urgence d’agir avant qu’il ne soit trop tard, je ne sais. Mais le dénouement pourrait bien surprendre. Et surtout, ceux qui vont gagner cette guerre, ceux qui sont déjà en train de la gagner quel qu’en soit le coût, ceux qui nous donnent une grandiose leçon de courage, guidés par un Président devenu en quelques jours un héros de la trempe d’un de Gaulle ou d’un Churchill, Wolodomir Zelensky, ceux qui vont gagner cette guerre, c’est le peuple ukrainien soudé contre Poutine et prêt au sacrifice pour défendre sa liberté et la nôtre, sa démocratie et les valeurs européennes qu’il partage. Puissions-nous les admirer, les acclamer, les soutenir et nous montrer dignes d’eux. »
  7. Je l'ai trouvé très factuel. On comprend bien dans la chronologie des faits la duplicité dont a fait preuve Boeing et dans une certaine mesure la FAA.
  8. Salut les amis, Si vous souhaitez vous détendre un peu en regardant un très bon documentaire, je vous recommande vivement "Downfall : L'affaire Boeing" sur Netflix : https://www.netflix.com/fr/title/81272421
  9. J'ai quand même pris 200mg d'hydroxychloriquine en prophylaxie, on sait jamais.
  10. Salut, Je vois cette info tournée sur Twitter depuis quelques heures. Tu as une source "crédible" stp ? Merci.
  11. Salut les amis, Alors ? On parle plus de Raoult ? :) Article du Monde du 12/01/2022 Jusqu’où ira Didier Raoult, l’idole des antivax qui s’accroche à son poste ? EnquêteLes enquêtes judiciaires et administratives visant le microbiologiste se multiplient. Sa fille a porté plainte pour diffamation contre un de ses proches. Pourtant, le professeur, qui ne quittera pas l’institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille avant la fin de l’année, ne désarme pas. Même sa famille se fracture. La querelle couvait à bas bruit chez les Raoult, elle éclate désormais au grand jour. Le prénom de la fille de Didier, Magali (Carcopino-Tusoli), avait déjà disparu de la fiche Wikipédia de son père. Gommée du CV paternel, comme répudiée en ligne : elle n’est plus qu’« une fille née d’une précédente union » au côté de Sacha et Lola, les deux autres enfants du microbiologiste marseillais. Mais depuis que cette spécialiste en médecine vasculaire, qui ­officie à l’hôpital public marseillais de Sainte-Marguerite, s’est opposée aux avis médicaux du célèbre professeur, la guerre a pris un nouveau tour. Magali Carcopino-Tusoli, la fille de Didier Raoult, connaît les ravages causés par le coronavirus. Son regard sur les prises de position de son « géniteur », comme elle l’appelle en privé, devient chaque jour plus sévère. Notamment celles sur les vaccins contre le Covid-19. La fille de Didier Raoult a décidé de citer en comparution directe pour « diffamation et injures » l’un des plus proches collaborateurs du fondateur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille : le biochimiste Eric Chabrière, sniper chargé par l’institut de le défendre sur les réseaux sociaux. Une première audience doit se tenir le 4 février devant la 11e chambre du tribunal judiciaire de Marseille, a appris Le Monde. Et, pour la première fois, l’Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM), membre fondateur de l’IHU et l’un de ses principaux soutiens financiers, se portera partie civile aux côtés de Magali Carcopino-Tusoli ainsi que de son époux, Xavier Carcopino, gynécologue-obstétricien à l’hôpital Nord, à Marseille. L’histoire n’est pas banale. En 2020, dès le début de la pandémie, la fille du premier mariage de Didier Raoult a intégré les unités Covid-19 pour prêter main-forte à ses collègues. Gardes au SAMU, oxygénothérapie à haut débit, la jeune femme s’est épuisée comme tant d’autres à sauver des patients qui décompensaient en une simple journée. Elle connaît les ravages causés par le coronavirus. Son regard sur les prises de position de son « géniteur », comme cette mère de famille de 44 ans l’appelle en privé, devient chaque jour plus sévère. Notamment celles sur les vaccins contre le Covid-19. Le professeur marseillais n’y a jamais cru. En avril 2020, dans Paris Match et sur BFM-TV, il expliquait de manière péremptoire qu’on n’en trouverait aucun rapidement : « C’est un défi idiot. Près de 30 milliards de dollars ont été dépensés pour celui contre le VIH, voyez le résultat ! (…) La chance qu’un vaccin pour une maladie émergente devienne un outil de santé publique est proche de zéro. » Depuis qu’ils ont été développés et ont montré leur efficacité sur la mortalité, Didier Raoult, directeur de l’IHU, refuse d’inciter à une vaccination en masse et, à l’été 2021, c’est sans enthousiasme, et par un simple tweet, qu’il a appelé à celle des soignants. « Parce que je lui avais demandé », se souvient le nouveau patron de l’AP-HM, François Crémieux. Raoult refuse, en revanche, de signer tout communiqué sur le sujet avec lui. Une escarmouche dans ce qui est devenu une guerre de tranchées. Un retraité bénévole très actif Officiellement, Didier Raoult, qui aura 70 ans en mars, vogue vers sa fin de carrière. L’AP-HM l’a mis à la retraite de son poste de praticien hospitalier le 31 août 2021, et sa requête en référé a été rejetée en novembre par le tribunal administratif de Marseille, qui, pandémie ou pas, n’a vu aucune nécessité à son maintien en « cumul emploi-retraite ». A la fin de l’été, Aix-Marseille Université l’a également rayé de ses cadres actifs, lui octroyant tout de même le titre de professeur émérite. Didier Raoult n’est donc plus désormais que directeur bénévole de l’IHU, géré par une fondation privée. Didier Raoult, dans son bureau de l’IHU, à Marseille, en janvier 2021. Didier Raoult, dans son bureau de l’IHU, à Marseille, en janvier 2021. OLIVIER MONGE / MYOP Auréolé de son Grand Prix Inserm, obtenu en 2010, il l’avait taillé à sa mesure. A la présidence, il a nommé Yolande Obadia, une de ses meilleures amies, médecin épidémiologiste âgée de 68 ans qui accompagne le projet de l’IHU depuis ses débuts. Puis placé des proches au conseil d’administration, dont il occupe – une anomalie – un des sièges. « Nous avons donc un retraité bénévole à la tête du plus important institut d’infectiologie de France, en plein cœur d’une pandémie mondiale », résume, un brin désemparé, le patron des hôpitaux marseillais, François Crémieux. Un retraité bénévole qui s’accroche à son fauteuil. Bien décidé à tirer les ficelles de sa succession, Raoult louvoie, ruse, s’amuse, sème le doute, provoque. Dernier tweet en date : « N’oubliez pas de vous faire vacciner contre le pneumocoque, qui revient actuellement, qui donne des pneumonies mortelles. Ce vaccin, lui, marche pendant dix ans », écrit le patron de l’IHU le 5 janvier, quand Emmanuel Macron confie qu’il a « très envie d’emmerder » les non-vaccinés. Désormais, c’est clair : « Les vaccins ont augmenté l’épidémie », vient-il de lâcher sur Sud Radio, mardi 11 janvier. La veille, dans l’émission « TPMP » de la chaîne C8, il explique sans ciller à Cyril Hanouna que, jusqu’à 54 ans, « on ne peut pas dire aux gens qu’on met sa propre santé en danger en ne [se] vaccinant pas », et que « c’est dans les pays où l’on a fait le plus de vaccins qu’il y a le plus de cas ». Depuis quelques semaines, il laisse aussi entendre que la vaccination, en produisant des « anticorps facilitants », fait exploser les contaminations, comme dans une vidéo publiée le 4 janvier et déjà visionnée par près de trois ­millions de personnes. Un nouvel argument pour les antivax, qui brandissent son portrait dans leurs manifestations… Un crime de lèse-majesté A l’opposé, sa fille et son gendre s’investissent et militent à coups de #VaccinezVous. Avec son fils âgé de 16 ans, Magali Carcopino-Tusoli a imaginé une bande dessinée à la gloire des vaccins à ARN messager, mise en ligne par l’AP-HM. Elle taxe de « vision de l’enfer » le Doctothon, une rencontre organisée en décembre 2021 par le site France Soir pour promouvoir des traitements alternatifs réunissant entre autres l’antivax Louis Fouché, anesthésiste-réanimateur mis en disponibilité par l’AP-HM, la députée du Bas-Rhin anti-passe sanitaire et ex- « marcheuse » Martine Wonner, et le complotiste Christian Perronne, démis de ses fonctions de chef du service des maladies infectieuses à Garches. Avec plus de 500 praticiens hospitaliers marseillais, les époux Carcopino ont aussi signé l’appel à la vaccination lancé dans le journal La Provence daté du 3 janvier. Une tribune que seuls deux praticiens de l’IHU, dont Pierre-Edouard Fournier, propulsé par l’AP-HM à la tête du laboratoire de bactériologie et de virologie à la place de Didier Raoult, ont osé rejoindre. La jeune femme aurait aimé croire aux vertus de la chloroquine, la molécule si chère à son père et qui devait endiguer l’épidémie. « Je suis tombée de ma chaise en voyant les résultats de la première étude publiée par l’IHU : seuls six patients sur vingt-six avaient reçu le protocole complet » qui s’était avéré efficace, explique-t-elle. Elle ne fait pas davantage confiance au nouveau traitement que l’institut continue à délivrer, cette fois à base d’ivermectine, un médicament antiparasitaire. L’air de rien, Magali Carcopino-Tusoli distille sur son compte Twitter quelques petites appréciations sur ces scientifiques qui « ne doivent pas être idolâtrés », ou encore sur un virus qui « se fout complètement des fantasmes de grandeur ». Venant de la propre fille du patron, ces descriptions psychologiques pèsent leur poids et alertent les amis de Didier Raoult. Il y a là tout du crime de lèse-majesté. Un « shérif » des réseaux sociaux « Shérif », c’est le surnom que s’est donné Eric Chabrière. Ce collaborateur de Didier Raoult n’est pas médecin, mais biochimiste. Il a inventé l’enzyme annihilateur du gaz sarin. C’est par lui et quelques autres que le cyberharcèlement, encore embryonnaire dans la communauté médicale, se serait déployé au printemps 2020, depuis l’IHU où il est en poste. Officiellement, il s’agit de combattre la « harcèlosphère », le nom donné par France Soir et Didier Raoult aux adversaires du microbiologiste, qui ont aussi l’insulte facile. Eric Chabrière consacrait 20 % de son temps au service de l’AP-HM. Et bien qu’il prétende avoir « été averti le 31 août [2021] que [son] contrat était renouvelé », l’administration des hôpitaux marseillais assure formellement y avoir mis fin à l’été 2021. C’est toujours lui, en tout cas, qui mène la guerre au nom de son patron sur les réseaux sociaux. Chaque post qui déplaît à l’IHU se voit « trollé » de manière organisée par une armée de voltigeurs du Web, acculant souvent les cibles de ces raids en ligne au silence. Un mystérieux compte, Le Professionnel (« Défense IHU, Humour, antitroll, antidefakemed »), aujourd’hui suspendu pour avoir enfreint les règles de Twitter, se met à répandre des mensonges sur la vie privée de Xavier Carcopino. Agrémentés de quelques insultes misogynes réservées à la fille du professeur marseillais : « Magali, le vilain petit canard. Dans une famille de chênes brillants, il y a forcément des glands. » Mêmes fautes d’orthographe, même style virulent, mêmes références au film avec Belmondo… Comme beaucoup d’autres, Magali Carcopino-Tusoli et son avocat sont persuadés qu’Eric Chabrière se cache derrière. Ce que le biochimiste nie : « Encore les délires de Twitter !, répond-il au Monde. Ce n’est pas moi. Je n’ai qu’un compte. J’ai peut-être retweeté des choses sur elle, mais c’est tout. » Il juge cette citation en justice, qu’il a reçue mardi 11 janvier, à la fois « ubuesque et grotesque. » La fille de Didier Raoult apprécierait que d’autres médecins victimes se joignent à sa plainte. « Ma position sur le Covid n’a rien à voir avec cette filiation, et je n’ai pas envie que cela soit le message. Mais il se trouve que le contexte familial a déclenché les foudres d’Eric Chabrière. » Son mari renchérit : « Cette guerre, on n’est pas allés la chercher. Nous agissons aussi au nom des collègues qui ont dû fermer leurs comptes. » Les époux Carcopino ont demandé à leurs employeurs respectifs la mise en place d’une « protection fonctionnelle » : une assistance juridique et financière due par l’administration à un agent visé par une plainte dans l’exercice de ses fonctions. L’université a refusé pour lui, l’AP-HM n’a pas hésité pour elle. Pour son directeur, François Crémieux, il ne s’agit « ni d’un conflit privé ni d’une querelle de bac à sable » : les attaques répétées venues de l’IHU rendent difficile l’application des consignes sanitaires nationales et perturbent la pratique des médecins. Il a donc demandé aux services juridiques de se porter partie civile aux côtés des Carcopino. Le médecin français le plus connu au monde Voici le dernier épisode de la guerre à laquelle se livre un des temples de la virologie française. Lorsque, il y a deux ans, le Covid-19, responsable aujourd’hui de près de cinq millions et demi de décès, dont 123 000 en France, fait son apparition dans la province chinoise du Hubei, l’IHU de Marseille a pourtant tout pour devenir le centre névralgique de la lutte contre cette pandémie hors normes. Doté chaque année de 3 millions d’euros de subventions de l’Etat, il accueille dans ses laboratoires plusieurs centaines de chercheurs. Le 21 janvier 2020, sur YouTube, Didier Raoult explique pourtant : « Moi, le fait que des gens soient morts de coronavirus en Chine, je ne me sens pas tellement concerné. » Le 25 février, il brandit les résultats chinois du traitement du coronavirus par la chloroquine (réalisés in vitro, c’est-à-dire en laboratoire) en promettant : « C’est probablement l’infection respiratoire la plus facile à traiter. » En quelques semaines, Didier Raoult devient le médecin français vivant le plus connu au monde. Mais pas forcément comme on l’attendait. Dans son fan-club : Donald Trump et Jair Bolsonaro, séduits par son remède, et aussi le président de la République, Emmanuel Macron, descendu de Paris à Marseille le 9 avril 2020 pour consulter le professeur dans son bureau. Mais, dès l’été 2020, les études attestent de l’inefficacité du protocole à l’hydroxychloroquine contre le coronavirus. Puis Didier Raoult se félicite de ne voir « nulle part de deuxième » vague, quand l’épidémie déferle dès septembre 2020 en commençant par… Marseille. Beaucoup auraient choisi la discrétion. Pas Didier Raoult. Trop orgueilleux. Trop narcissique. Embarqué dans une surenchère, il espère finir par tirer parti un jour du grand chaos de la pandémie actuelle : expliquer qu’il avait compris ceci, vu cela avant les autres. Qu’on se souvienne… En 2020, il est le sauveur pour beaucoup. Davantage même pour certains. « Un personnage hors du ­commun, bigger than life » (le philosophe Bernard-Henri Lévy), un « héros » qui pourfend ces « mercenaires des labos » (Michel Onfray). Les retournements publics, comme celui d’Onfray plus tard, demeurent rares à ce jour. Des provocations tous azimuts Enivré par son exposition médiatique, Didier Raoult peine à revenir dans l’ombre. La grande bataille pour la vaccination se poursuit en ce début 2022, et lui multiplie les provocations. « Je leur aurais dit d’aller se faire vacciner », se défend-il dans le « Morandini live » sur la chaîne CNews après la mort des ex-animateurs de « Temps X », Grichka et Igor Bogdanoff, décédés l’un après l’autre du Covid-19 sans avoir été vaccinés, a révélé Le Monde. Pas un mot de compassion pour ceux qui, trois semaines avant d’être emportés par le coronavirus, lui avaient ainsi rendu hommage sur l’antenne de France Bleu : « Quand Raoult dit “je fais davantage confiance aux vaccins des générations qui vont suivre”, il se fait tomber dessus, mais (…) il a largement raison. » Quatre jours après la mort du second des célèbres jumeaux, un témoignage inédit pointe nommément les responsabilités du patron de l’IHU. Le 7 janvier, dans les colonnes de La Provence, Sandrine Franchomme, veuve d’un médecin retraité dans le Vaucluse mort du Covid-19 en mai 2021, s’en prend à Didier Raoult. « Pas parce qu’il s’est trompé, confie alors cette ex-­responsable administrative dans la région toulousaine, mais parce qu’il n’avait pas à asséner ces messages péremptoires, sachant qu’il fait autorité. » Son mari, Alain, un ancien médecin chef à la Sécurité sociale, décédé à 76 ans, n’était ni un antivax ni un hurluberlu, explique-t-elle, mais « un praticien sérieux qui n’a jamais cru aux thèses du complot » et « a toujours vacciné ses filles, y compris pour des injections non obligatoires ». « La parole de Raoult avait une valeur pour lui, il était une référence », explique cette épouse en colère. Didier Raoult « pourrait au moins se taire, mais cet homme est inarrêtable. Il ne reconnaîtra jamais son tort. Se sent-il responsable des décès comme celui de mon mari ? » Sandrine Franchomme Quand, en avril 2021, le directeur de l’IHU explique dans une vidéo que le vaccin Pfizer produirait « 70 % d’effets secondaires », le docteur Franchomme s’interroge. Puis il visionne le documentaire Hold-up, qui livre une analyse complotiste de la pandémie et dans lequel apparaissent l’ancien ministre de la santé Philippe Douste-Blazy, un ami de Didier Raoult, membre du conseil d’administration de l’IHU, ou encore le médecin Christian Perronne, invité régulier des cycles de conférences de l’institut. Il se convainc alors qu’il ne veut pas de vaccin à ARN messager et s’éteint en « réa ». Au Monde, Sandrine Franchomme confie qu’elle conserve dans son téléphone les textos que son mari, isolé à l’hôpital, lui a envoyés pour regretter son erreur et lui enjoindre de se faire vacciner. Les dernières sorties du patron de l’IHU la mettent « hors d’elle ». « J’aimerais savoir combien de personnes sont mortes parce qu’elles ont cru que le protocole de Didier Raoult allait les protéger… Il pourrait au moins se taire, mais cet homme est inarrêtable. Il ne reconnaîtra jamais son tort. Se sent-il responsable des décès comme celui de mon mari ? » « Pour moi, c’est un criminel », osent certains, comme l’historienne Mona Ozouf, invitée en mai 2021 sur le plateau de « C à vous », sur France 5. Le 9 janvier, dans Le Parisien, l’avocat Benjamin Fellous et l’hématologue David Smadja ont réclamé des poursuites judiciaires contre les non-vaccinés transmettant le virus, appelant également à « une mise en œuvre pondérée et mesurée de la loi pénale qui permettrait de rechercher ­intelligemment la responsabilité des distributeurs de poudre de perlimpinpin ». Le nom de Didier Raoult n’est pas cité, mais l’un de ses avocats, Fabrice Di Vizio, chantre des antivax et imprécateur régulier de l’émission de Cyril Hanouna, voit rouge. « Cette tribune odieuse me scandalise, nous confie-t-il. C’est un quasi-appel à la haine et à la discrimination. Je vais engager des poursuites contre ce professeur et cet avocat. » Une onction élyséenne Est-ce parce qu’il reste populaire ? Que l’élection présidentielle approche et qu’une jacquerie marseillaise serait mal venue ? Les politiques continuent de ménager le patron de l’IHU. Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a attrapé le Covid-19 en août 2021. A 62 ans, malgré sa double vaccination, l’ex-­secrétaire d’Etat avoue avoir « dégusté ». Cloué au lit plus d’un mois et demi, il a raté les deux visites d’Emmanuel Macron à Marseille, début septembre et à la mi-octobre. Il flotte encore un peu dans son costume lorsque, fin décembre, il nous reçoit dans son bureau de l’hôtel de région. Il confie s’être soigné au protocole vanté par Didier Raoult, celui à l’hydroxychloroquine. « Je le soutiens toujours, c’est mon ami et à la sortie, vous verrez, l’histoire lui donnera raison ! » Au sommet de l’Etat aussi, Didier Raoult bénéficie d’une sacrée mansuétude. Le 2 septembre 2021, le président se trouve sur le Vieux-Port pour présenter son plan « Marseille en Grand » : près de 3 milliards d’euros qui doivent permettre à la deuxième ville de France de combler une partie de son retard en matière de transports, d’écoles ou de sécurité. Un peu plus tôt, une conseillère santé du chef de l’Etat a rassuré quelques interlocuteurs locaux : non, Emmanuel Macron ne dira pas un mot sur le microbiologiste. Le moment venu, devant les micros qui se tendent, le président rend pourtant sa sentence : « Didier Raoult est un grand scientifique français. » La phrase fait les bandeaux des chaînes d’info en continu. La raison de cette onction élyséenne ? Didier Raoult, pourtant en déplacement au Gabon, a fait savoir à l’entourage du chef de l’Etat, par le biais de deux intermédiaires, que, « si Crémieux ne levait pas le pied, il ne maîtriserait pas les complotistes et autres antivax qui pourraient gâcher la visite du président ». Un ex-casque bleu pour gérer le « cas » Raoult La menace, c’est l’arme fétiche de Raoult. François Crémieux l’a appris très tôt. En juillet 2021, il prend ses fonctions de directeur général de l’AP-HM. Cet ancien casque bleu qui a dirigé l’hôpital de Mitrovica, en pleine guerre du Kosovo, n’est pas là par hasard. Le ministre de la santé, Olivier Véran, et le patron de l’AP-HP, Martin Hirsch, l’ont expédié à Marseille pour tenter de résoudre pacifiquement le « cas » Raoult. Dès son arrivée, l’ex-numéro deux de l’AP-HP prend rendez-vous avec le « druide » de l’IHU. Impressionné, il visite en sa compagnie la formidable machine de soins et de recherche que le professeur a fait construire par l’Etat et les collectivités territoriales pour près de 50 millions d’euros. Raoult n’est pas dupe. Mais, quand il lit dans Le Monde, le 18 août 2021, que François Crémieux souhaite vite « tourner une page » de l’IHU, son ton change. « Ne vous inquiétez pas pour moi, lance-t-il sur l’antenne de la chaîne C8. Des gens qui s’imaginaient qu’ils allaient me dicter leur loi depuis trente ans, j’en ai vu [passer] quelques-uns. Moi, je serais plus inquiet pour le DG [directeur général]. » François Crémieux, le directeur général de l’Assistance publique des hôpitaux de Marseille, en juillet 2021. François Crémieux, le directeur général de l’Assistance publique des hôpitaux de Marseille, en juillet 2021. MAXPPP François Crémieux s’est pourtant installé à Marseille sans tapage. Ce fonctionnaire a refusé d’habiter la belle propriété sur la corniche réservée à ses prédécesseurs et vit dans un Apparthotel en centre-ville. Il n’a décoré son bureau que d’une simple affiche rapportée de Sarajevo, capitale de la Bosnie. Il n’imagine pas encore ce qui l’attend ici. Fin août 2021, au détour d’une vidéo postée sur la chaîne YouTube de l’institut (« Mortalité et vaccination, qui faut-il vacciner ? »), Didier Raoult glisse sur un ton badin que le bâtiment qui abrite la direction de l’AP-HM est une ancienne prison réquisitionnée par « les nazis », où son propre grand-père, résistant et « désobéissant », aurait selon lui été détenu. « Il faut faire attention que la mémoire des bâtiments ne se transmette pas trop », prévient-il. Le 4 septembre, quelques jours après ces insinuations, des manifestants anti-passe sanitaire quittent leur cortège pour bomber la façade d’un immeuble qu’ils pensent habité par ce « Parisien » cherchant des noises à leur idole. L’homonyme de François Crémieux découvre à son retour de week-end les tags qui ornent sa maison : « Collabo », « Crémieux dégage », « Marseille aura ta peau »… Comme toujours, Didier Raoult explique qu’il n’y est pour rien. Mais refuse longtemps, malgré des courriers de l’avocat de l’AP-HM, de retirer la vidéo en question. Elle est depuis passée en mode privé. Le directeur général des hôpitaux marseillais a porté plainte pour « injures publiques » et « menace de crime ou délit contre les personnes à l’encontre d’un chargé de mission du service public ». Il reçoit le soutien public de Michèle Rubirola, l’ex-maire (Europe Ecologie-Les Verts) de Marseille devenue première adjointe, qui a usé ses blouses d’externe dans les services du professeur Raoult. En septembre 2020, encore maire, elle avait animé avec Didier Raoult une spectaculaire conférence de presse au sein de l’IHU pour protester contre le couvre-feu imposé par le ministre Olivier Véran aux restaurateurs de sa ville. Aujourd’hui, elle concède « qu’il devrait faire marche arrière sur le vaccin », comme elle l’a fait elle-même. L’enthousiasme des élus du sud de la France commence à retomber. Mais on ne critique pas un gourou. On ne réclame pas le départ de Raoult. Sous la pression de François Crémieux, le conseil d’­administration de la fondation qui pilote l’IHU a validé, en novembre 2021, le lancement d’un appel d’offres international pour le poste de directeur. Louis Schweitzer, haut fonctionnaire tout-terrain, est appelé à la rescousse pour mettre son expérience au service de ce dossier brûlant. Président non exécutif du conseil d’administration du laboratoire AstraZeneca de 2004 à 2012, il connaît bien le monde de la santé. Il a aussi suivi la création des IHU lorsqu’il était commissaire général à l’investissement. Il sait enfin combien, en général, le « vieillissement d’une star est un problème ». Il doit aider à dénicher, en France ou ailleurs, la perle rare qui acceptera, fin 2022, de prendre la tête d’un institut à la réputation scientifique internationale sacrément écornée. Un institut sur la sellette Raoult est donc encore là pour un an. « Je suis reposé, en pleine forme, nous ne nous coucherons pas, je n’ai pas peur et je suis avec vous », tweete le microbiologiste le 1er janvier, sans un mot sur les procédures qui le visent. Avant Noël, on croisait des émissaires parisiens un peu partout à Marseille. Depuis les révélations, à l’automne 2021, du site Mediapart sur les traitements délivrés par l’IHU à des patients atteints de tuberculose et victimes d’importants effets secondaires, le parquet de Marseille planche sur une enquête préliminaire. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a envoyé des enquêteurs sur place pour éclaircir les faits. De sources concordantes, ils « ont été d’emblée pris de haut ». L’IHU est sur la sellette. Les fonctionnaires de l’inspection générale des affaires sociales et de l’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche tournent aussi autour de l’institut. Ils ont été missionnés par Olivier Véran et Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, pour « examiner le contexte social de l’IHU, les pratiques managériales et plus généralement les relations de travail en son sein ». La feuille de route a été cosignée par les deux ministres le 4 novembre 2021, afin d’enquêter sur « de possibles manquements à la réglementation et à l’éthique concernant des prescriptions, des études et des essais cliniques menés à l’IHU Méditerranée infection ». Le parquet de Marseille a également ouvert une enquête préliminaire au sujet des conventions signées entre l’IHU et l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Arrivée en février 2020 à la tête de cette agence d’Etat qui pilote près de 300 chercheurs à travers le monde, Valérie Verdier a eu la désagréable surprise de voir, en juin 2021, la police perquisitionner son siège, basé à Marseille. « Jusqu’à mon arrivée, les conventions entre l’IHU et l’IRD étaient du domaine réservé du précédent président », assure cette scientifique spécialiste des végétaux dans son bureau donnant sur le port industriel. Le PDG auquel elle a succédé, Jean-Paul Moatti, n’est autre que le mari de Yolande Obadia, la présidente de la fondation IHU. Une proximité, révélée par le site Marsactu, qui a fait tiquer dès 2018 l’Agence française anticorruption. Tailleur strict, épaulettes volontaires, Valérie Verdier est un des rares membres fondateurs de l’IHU à ne pas cacher son agacement. Les déboires judiciaires, le déficit de parité au sein des hauts postes de l’IHU et les accusations de harcèlement ou de management brutal qui frappent l’institut la sidèrent. « On me réclame des comptes en interne. On veut savoir pourquoi nous continuons à soutenir l’IHU », concède-t-elle. Chaque année, l’IRD verse près de 350 000 euros au vaisseau de Didier Raoult, dont un loyer de 296 000 euros pour l’hébergement de seize chercheurs. Pour 2022, elle fixe déjà un ultimatum : « Si, au 31 décembre, le processus de succession n’a pas abouti à l’IHU, nous ne renouvellerons pas nos conventions. » L’IRD retirera alors ses billes, comme l’Inserm et le CNRS, lassés des méthodes internes, l’ont fait avant lui. Un simple blâme De son Aventin, Didier Raoult fait mine de s’amuser de cette agitation, comme si elle n’était que règlements de comptes de la fameuse « complosphère ». Sa dernière audience publique, devant la chambre disciplinaire de l’ordre des médecins, en novembre 2021, a même réussi à apaiser sa légendaire paranoïa. Signe des passions qu’il déchaîne, elle a été délocalisée à Bordeaux, afin d’échapper au chaudron marseillais. « Mon client est jugé comme un criminel », peste Me Di Vizio. Pour se défendre, Didier Raoult a ôté sa blouse blanche. Veste en velours côtelé et pull vert, il a fait le déplacement avec sa première fan : son épouse, Natacha Raoult-Caïn, psychiatre et mère de ses deux autres enfants. Didier Raoult, sa femme, Natacha Raoult-Caïn, et son avocat, Fabrice Di Vizio, à Bordeaux, le 5 novembre 2021. Didier Raoult, sa femme, Natacha Raoult-Caïn, et son avocat, Fabrice Di Vizio, à Bordeaux, le 5 novembre 2021. THIBAUD MORITZ / ABACAPRESS.COM Les plaintes émanent cette fois de ses collègues de l’ordre des médecins des Bouches-du-Rhône et de l’ordre national. Ils l’accusent de « charlatanisme », de « mise en danger des patients » et de « manquements à ses devoirs de confraternité ». Ses adversaires rêvaient d’une radiation, le professeur s’en sort avec un simple blâme et s’en est ravi dans un premier temps. La chambre disciplinaire estime que le patron de l’IHU n’a pas fait de faute en prescrivant de l’hydroxychloroquine puisque, en 2020, « il n’existait pas de données scientifiques acquises concernant le virus SARS-CoV-2 ». Elle sanctionne néanmoins la promotion de ce remède miracle « sans faire preuve de la prudence nécessaire » et la « manière peu correcte, discourtoise, voire agressive » de s’adresser à ses pairs, « de nature à déconsidérer la profession de médecin ». L’ordre national a fait appel pour aggraver la sanction. En riposte, Fabrice Di Vizio a fait de même au nom de Didier Raoult. Des frais de justice pris en charge par l’IHU D’autres procès s’annoncent, et avec eux de nouveaux frais de justice. Il n’a pas du tout l’intention de payer la facture. Ceux qu’il a engagés culminent à 56 000 euros. Le microbiologiste a lancé plusieurs procédures, notamment pour « harcèlement moral » contre la microbiologiste néerlandaise Elisabeth Bik, qui a relevé des erreurs dans les publications de l’IHU, ou pour « diffamation » contre Karine Lacombe, chef de service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine à Paris. Il a réclamé lui aussi la fameuse protection juridique. La scène se déroule le 23 novembre 2021 dans l’une des salles attenantes à l’amphithéâtre de l’IHU de l’infectiopôle Sud. Derrière ce pupitre nommé « autel », le professeur Raoult a l’habitude de faire ses présentations de microbiologie aux internes ou d’annoncer des grandes nouvelles. Il a imaginé chaque détail de cette pièce pour mieux copier le rituel antique de l’Académie d’Athènes, où Platon enseignait à ses disciples : chacun peut s’allonger sur les gradins pour écouter le maître. Il ouvre la réunion du conseil d’administration par une présentation fleuve de son œuvre à l’IHU, qu’il s’empresse de diffuser sur les réseaux sociaux, sans prévenir les administrateurs ­présents. C’est alors que son amie Yolande Obadia fait mettre aux voix la demande de « protection juridique » de « Didier ». Il s’agit de voter une enveloppe supplémentaire de 80 000 euros maximum. Une fois n’est pas coutume, le vote se déroule à bulletin secret, dans une autre salle. Pas n’importe laquelle : un portrait intimidant de Didier Raoult, offert par un artiste colombien, veille sur chacun des administrateurs passant la porte pour déposer son bulletin dans l’urne. Résultat du vote ? Cinq contre (dont l’AP-HM et l’IRD), treize pour. Les fonds publics paieront donc les frais d’avocat du « patron ». Jusqu’à quand Didier Raoult fera-t-il la loi dans son infectiopôle, s’invitera-t-il dans le débat public, narguera-t-il la communauté médicale avec des prises de position aux conséquences ravageuses ? Le 10 novembre 2021, Bruce Toussaint l’interroge sur la chaîne BFM-TV à propos de la « fin de sa carrière mouvementée ». Le journaliste est venu de Paris – Didier Raoult ne se déplace plus vers la capitale – pour l’interviewer à nouveau. Mais cette fois, sans la spécialiste des questions médicales de la chaîne : le professeur refuse de recevoir Margaux de Frouville, qui l’a très habilement mis en difficulté à plusieurs reprises. « Fin de carrière » ? La question de Bruce Toussaint paraît presque dérisoire, alors que le variant Omicron ne cesse de se répandre : les avis de son « pôle d’excellence » ne sont même plus considérés par la communauté scientifique, les recherches de l’IHU n’apportent rien à la connaissance de l’épidémie… La question déplaît néanmoins au microbiologiste marseillais. A nouveau, il menace. « Faites attention, lance Didier Raoult au journaliste, le destin est imprévisible. Peut-être allez-vous traverser la rue, mourir, et votre fin de carrière [viendra] avant la mienne ? »
  12. Démonstration Boeing 777x au Dubaï Airshow. L'angle d'inclinaison en roulis atteint à 5:35 est impressionnant :
  13. C'est ça, ils pensent boire de la Bénédictine alors que c'est l'eau des chiottes.
  14. De ce que j'ai pu lire, la baisse de l'efficacité semble concerner en premier lieu l'infection, puis dans une moindre mesure l'infection symptomatique et enfin les formes graves, qui restent à un bon niveau de protection (>94% 40-59 ans / >86% + 60ans). Ma compagne a reçu une lettre anonyme de menace et une autre reprenant le serment d'Hippocrate avec des partie stabilotées dans la boîte aux lettres de son cabinet. Elle commence a en avoir plein le c.. des antivax, qui viennent lui expliquer son boulot.
  15. Photos Patrouille de France (suite):
  16. Quelques images des deux démonstrations réalisées par la PAF hier et aujourd'hui (première partie) : Source : photos personnelles
  17. Photos de la Patrouille de France prises cet après-midi. Enjoy !
  18. Salut les amis, Ce week-end à Tarbes se déroule le 300ème anniversaire du 1er Régiment de Hussard Parachutiste. Pour l'occasion, la Patrouille de France effectuera deux démos demain 9 juillet (15h30) et samedi 10 (11h45). Cet après midi vers 15h30, alors que je faisais la sieste, j'ai été réveillé par des bruits de réacteurs d'avions manifestement à très basse altitude. J'ai dévalé les escaliers quatre à quatre, me suis précipité vers mon sac photo dans lequel mon appareil se trouvait avec heureusement, mon 300mm monté. Direction mon jardin en petite tenu. La PAF était en répétition. Source : photos personnelles
×
×
  • Create New...