Yuck Fou

Members
  • Content Count

    121
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

1 Neutral

About Yuck Fou

  • Rank
    Débutant
  1. Euh, faudrait arrêter avec le misérabilisme là :'( On est en France, pas au Sierra Leone ou en Somalie! Et je te rappelle que ’État providence en France est parmi les plus généreux du monde. Qu'il y ait des disparités entre les salaires, des mal logés ou que l'ascenseur social ne marche plus, on est d'accord. Qu'il y ait des gens surendettés ou qui ne savent gérer leur budget, soit. Mais dire que des gens n'arrivent plus à se nourrir, se chauffer, payer les soins de santé assurer l'éducation des enfants, faut pas pousser... L'école en France est gratuite. La CMU permet au plus démunis de se soigner gratuitement. Et si avec le RSA, les APL et les assistances sociales tu n'arrives pas à manger à ta faim, c'est que t'as un sacré paquets de crédits revolving sur le dos. Et même dans ce cas là t'as la possibilité de déposer un dossier de surendettement. Et quant à l'être et le paraitre, le statut social et l'amour propre, c'était déjà comme ça depuis Cain et Abel :lol:
  2. Peut-être trouvent-ils dans l'or une valeur refuge. Peut-être pensent-ils que notre système financier va se casser la gueule dans un avenir proche. En tout cas, la crise que nous traversons actuellement est surtout une crise de confiance. Tout comme un chef de section qui n'a pas la confiance de ses hommes, et qui en plus, est américain en pleine guerre du Vietnam, aura une grande probabilité de subir ce qu'on appelle un fragging :lol: Dans le cas contraire, un excès de confiance amène à une bulle financière. Toute la difficulté est de trouver un équilibre. Mais faire un plan de relance avec la morosité actuelle (entreprises et ménages), c'est jouer à la roulette russe. ET ne pas réduire les déficits, c'est comme courir avec une grenade dégoupillé dans le falzar :lol:
  3. Un article de mauvaise foi comme Le Monde sait si bien le faire. Si le journaliste fait un diagnostique malheureusement bien réel sur les universités, il omet de parler du projet de loi Devaquet en 1986 saboté par la gauche à travers UNef-ID et Sos racisme dont les dirigeants de l'époque sont les cadres aujourd'hui du PS :Colombani, Dray, Désir, Assouline le monsieur "Défense" de Hollande, pour ne citer qu'eux.
  4. En même temps le ratio dépenses militaires/PIB en 2010, c'est: - Suède: 1.23% - Allemagne: 1.38% - Chine: 2% - France: 2.32% - Royaume-uni:2.65% - USA: 4.79% On ne peut pas être bon partout :lol: Pour être plus sérieux G4lly, c'est pas qu'on veux pas investir dans le R&D en France, c'est qu'on a pas le personnel pour investir plus. Si tu tapes R&D sur le site de l'Apec, t'as tout de suite 240 offres d'emploi. Si tu tape "ingénieur" sur Paul Employ, t'as de quoi passer une nuit blanche à lire toutes les annonces. Je ne sais pas si c'est toujours vrai, mais avant la crise un ingénieur qui faisait son stage de fin d'études au US, il avait une grande chance de se faire débaucher et de rester bosser là-bas. D'ailleurs, je sais qu'il y avait une grosse communauté de français à Détroit, liée au secteur de l'automobile; je me demande ce que sont devenus ces expats avec la crise :P Et outre la pénurie de personnel, je crois aussi que c'est l'attrait qui fait défaut au R&D. Si tu prends les deux meilleures écoles d'ingénieurs en France, Polytechnique et l’École des Mines de Paris, la majorité des gus vont bosser dans l'assurance, les banques, la finance ou le pétrole et très peu finalement dans un domaine purement scientifique. Là, je suis entièrement d'accord avec toi. Pour avoir bossé deux fois avec eux sur deux projets différents, je peux te dire que l'adaptabilité, c'est pas leur point fort. Ils sont d'un calme stoïque, jamais un mot plus haut qu'un autre quelque soit la circonstance, mais d'une rigidité sans nom. Ils ont horreur du changement, de l'inconnu ou de la prise de risque, et bien entendu ils sont d'un scepticisme incroyable. Il n'y a que leur méthode qui marche et si tu veux les bouger d'un iota, bah t'as intérêt à prévoir beaucoup de café parce la discussion risque de durer longtemps.
  5. Le problème c'est que la population française à tendance à psychoter pour un oui ou pour un non; on peux citer en exemple le cas comique de la grippe aviaire où tout poulet était un poulet suspect avec l'anecdote du canard sauvage qui avait terrorisé toute une commune et qu'un policier a dû abattre froidement (pauvre canard :lol:), ou le cas de Fukushima où les pharmacies étaient en rupture de stock de pilules d'iode alors même qu'il n'y avait pas de menace directe, le cas de la guerre du Golf et bien sûr l'affaire Toulouse/Montauban. Et en période de psychose la demande de protection est forte, surtout si elle émane d'une menace terroriste. Prenons l'exemple non pas d'un Merah mais de 4 ou 5 disséminés dans les 4 coins de la France. Donc, si les actions ne sont pas dense, si les français ne sentent pas dans leur quotidien une présence protectrice forte alors la psychose risque de vite paralyser le pays, non?
  6. Dommage comme tu dis :lol: Excellent post, j'adhère totalement.
  7. Bah, ça a marché pour le Danemark et l'Allemagne, en tout cas. Et ce qui me laisse croire que ça peut marcher pour la France c'est que la marge reste importante chez nous, et que les distributeurs rognerons un peu sur leur bénefs. Ils le font déjà dans la grande distribution quand les ventes baisses ( bons de réduction, ventes flash, prix promotionnels, etc). Regarde aussi les prix des abonnements téléphoniques depuis l'arrivée de Free sur le marché. 180k personnes/an qui sortent du système éducatif sans aucune qualification, c'est pas du gachis ça? 97000 personnes qui ne sont pas où ils devraient être, c'est 4Mds/an...toi qui voulais des chiffres. a) moi, c'est le contraire je connais dès gens qui étaient dans L'EN qui sont partis dans le privée. Mais je t'avoue que c'est des cas rares, c'est pas les même avantages. b)Il y a des organismes comme l'AFPA ou l'AFPI où la formation est dispensée par des professionnels et où les diplômes à niveaux égales sont mieux appréciés par les entreprises que les diplômes de l'EN. Avec l'AFPA par exemple, c'est 64% de stagaires qui trouvent un emploi après leur formation, 76% si c'est en contrat de professionnalisation contre 45% des titulaires d'un bac pro et 55% avec un DUT. Tu as aussi les compagnons, l'apprentissage en général, les contrats de professionnalisation et même l'armée à travers les arpetes ou le SMA où l'enseignement est dispensé par des professionnels. C'est juste des constats, pas de l'idéologie ;) Et l'enseignement agricole, t'en fais quoi. Faut pas croire que l'enseignement agricole, c'est apprendre à planter les choux et traire les vaches =D D'ailleurs, tu me corriges si je me trompe mais l'agro-alimentaire est un des seuls secteurs où la balance commerciale est exédentaire, non?. D'accord avec toi pour les stages en entreprises, attention aux arnaques. Pourquoi toujours faire de la polémique, t'es politicien ou quoi? ;) Moi je te parle de volonté politique, de dirigeants politiques forts, de symbole. Il y avait aussi dans ma phrase de Gaule, qui était l'opposé de Reagan et de Thatcher. Après la politique économique qu'ils ont mené, on s'en fout.
  8. Combien de temps pourrait-on tenir si on devait déclencher un plan vigipirate niveau écarlate sur l'ensemble de la France?
  9. Ce que je sais c'est que PSA est dans une merde noir, et que Renault délocalise à donf. Quelle est la part de Renault et de PSA dans le total des ventes de voitures neuves en France? Une prime à la casse, c'est pas que Renault et PSA qui en profitent. L'Etat aurait pu leur prêté de l'argent directement avec la condition qu'ils se restructurent, par exemple. Que va faire l'Etat si PSA brandit la menace d'une nouvelle vague sociale? Une nouvelle prime à la casse? Bah, cite-moi seulement un seul exemple français de plan de relance qui a fonctionné après Giscard. D'où t'as vu que j'opposais le publique et le privé? D'où j'ai dis que l'Etat fait tout de travers? Je pose juste une question qui me parait pourtant pertinente: où investir de façon efficace pour relancer l'économie? Dans de grands projets d’infrastructure? Très bien, mais avec qui, des ouvriers chinois? On manque de personnels qualifiés dans l'aéronautique, le BTP et en général dans les secteurs innovants, et cela malgré la crise. Le problème en France, c'est qu'on est à la ramasse au niveau formation. Si on veut investir à bon es-sien, il faut commencer par là. Pour le budget de la défense, ça déjà été raboté jusqu'à l'os :lol: Pour la sécu, en déficit de 17 milliards, on pourrait transférer une partie des cotisation vers la TVA comme le préconise Sarko. Les danois et les allemands l'ont fait avec un taux de 3%. Je ne vois pas pourquoi ce qui a marché avec les danois et les allemands ne marcherait pas avec les français. On pourrait aussi faire le prélèvement de l'impôt sur le revenu à la source. On le fait déjà dans d'autres pays d'Europe. D'ailleurs Hollande propose de faire à terme une fusion entre la CSG et l'impôt sur le revenu, raison de plus pour tout prélever à la source. Un des plus beau gâchis de l'Etat, mais que personne n’ose affronter, reste quand même l'Education nationale. un rapport de La Cour des Comptes de 2005 dit qu'il y 97k profs qui ne font pas se qu'ils devraient faire, c'est à dire enseigner. Y'a largement de quoi taper dans le gras. http://www.lecri.fr/2011/09/02/13-des-profs-ne-voient-presque-jamais-un-eleve/25148 Mais plus que de simples suppressions de postes, c'est une vraie réforme qu'il faut. Il faut séparer l'enseignement professionnel de l'E.N et le confier aux chambres du commerce et de l'industrie. C'est aux professionnels de former des professionnels, pas aux gens qui n'ont jamais quitté l'école O0 ça marche très bien pour l'enseignement agricole qui est sous la tutelle du Ministère de l'Agriculture et qui forme des gens du CAP jusqu'à ingénieur. De la même façon, la formation professionnelle qui devait être un ascenseur social et qui coûte 27Mds/an et qui est en panne; je serais d'avis de le remplacer par un équivalent du NVQ anglais (National Vocational Qualifications) qui est une sorte de VAE/apprentissage où tout ce passe dans de l'entreprise, et c'est l'examinateur qui se déplace pour vérifier et valider les acquis. Et ça marche chez les rosbifs. Dès idées c'est pas ça qui manquent; ce qui manque c'est la volonté politique, ce qui nous manque, c'est un personnage comme De Gaule, Reagan ou Thatcher.
  10. La relance keynésienne par la consommation, je suis pas contre. Mais appliquée n'importe comment comme les gouvernements le font depuis plus de 30 ans, ça n'a pas de sens. Prend par exemple toutes les primes à la casses ou les bonus écolo. Je ne sais pas combien tout ça à coûté, mais ça à pas permis à Renault et PSA de sortir de la merde. Keynes avait pourtant émit des critères biens précis pour que ça marche, non? La relance par l'investissement, on est d'accord. Mais Raison de plus pour faire des économies sur le budget de fonctionnement. Moins on dépense dans les frais de fonctionnement, plus on a d'argent pour l'investissement, non? Et de l'économie, sans aller jusqu'à l'austérité, y'a de quoi faire. Seule la volonté politique manque. Enfin, investir oui, mais investir où? Attention tout de même à ne pas se tromper de cibles dans les investissements, soit par clientélisme, soit par idéologie. Lancer des grands projets d'infrastructure, par exemple, c'est bien sauf que, même en temps de crise on manque de bras, et même de cerveaux dans le BTP. Et tant que nos universités continueront à former plus d'historiens de l'Art que de gestionnaires de la construction, tant que nos lycées techniques formeront plus de secrétaires que d'ouvriers spécialisés, c'est pas gagné. J'exagère mais si peu :lol:
  11. c'est pour ça qui j'ai mis un lol @ Gally et @Tencrede @ Skw: Je remets pas en cause le modèle keynésien; je dis juste que le modèle ne fonctionne plus chez nous depuis les années 80 pour les raisons que j'ai expliqué. Tout système a ses failles et les petits malins de chez nous l'on vite compris. Je ne dis pas qu'il ne faut pas d'intervention de l'Etat. Je dis juste que pour que ça marche il aurait fallu un Etat fort, un Etat sain, et c'est plus le cas chez nous depuis longtemps
  12. @ Amarito, le prend pas mal, mais à te lire j'ai l'impression que t'a été envouté par Mélenchon :lol: Le modèle keynésien, néo-keynésien, pseudo-keynésien ou trucmuche-keynésien, ça ne marche plus depuis les années 80, ouvre les yeux. Depuis Mitterrand, tous les gouvernements, de gauche comme de droite se sont évertuer à injecter massivement de l'argent dans l'économie et le social, et ont ainsi contribué à la dette que nous avons aujourd'hui. Pour quel résultat? Peanuts! Est-ce que le chômage à baissé? Est-ce que nos entreprises industrielles sont plus compétitives ou plus innovantes que celles de nos voisins? A t-on réussi à sauver la sidérurgie pourtant tellement subventionnée dans les années 80? Non, non et encore non. La politique de la demande qui est une belle idée en soi, et qui a pu marcher après la seconde guerre mondiale mais aujourd'hui c'est une aberration. Dire qu'un ménage va consommer plus parce qu'il gagne plus, et que plus il consomme plus il y a de croissance, c'est super mais ça marche pas tout simplement parce que les prix qui avaient tendance à s'équilibrer naturellement entre l'offre et la demande ne le sont plus avec le système keynésien et vont dépendre de ce que tu auras dans ton portefeuille et non plus du marché. Un exemple tout simple, les DOM-TOM: Les fonctionnaires sont payés 50% de plus qu'en métropole, et les prix sont aussi 50% plus élevés. Résultat, gain de pouvoir d'achat égale zéro. Là-bas, grosso modo soit t'es fonctionnaire, soit t'es commerçant, soit t'es dans la merde. Pour que ce système ait une chance de fonctionner, il faudrait un pouvoir fort style De Gaule, qui a un but bien précis, qui sait exactement quelles activités il va développer, dans quel bassin d'emploi, etc etc... Le problème est que nous n'avons eu que des branquignoles au pouvoir depuis 30 ans qui balancent le fric à gogo (ils s'en foutent, c'est pas le leur) soit par clientélisme, soit pour avoir la paix sociale, et surtout pour avoir une chance d'être réélu. La consommation créatrice d'emploi ne peut avoir lieu que s'il existe une diversité de choix et une vraie concurrence. Or, en France on a tué la diversité que se soit dans le commerce de proximité, le BTP, l'automobile, l'énergie, les transports aériens, enfin partout quoi, pour ne rester que quelques grands groupes qui se partager mieux le gâteau et qui fixent les prix à leur bon vouloir, surtout si c'est l’État qui paie ex: la P4 facturée à l'Armée 200 000F/pièce il y a 30 ans, c'est le prix d'un Landrover aujourd'hui :-[ En pratiquant de tel prix, je ne suis pas surpris que la Poste ait acheté des scooters made in Taïwan. Comme je ne trouve pas normal non plus que dans un pays de 65 millions d'habitants il n'y ait que trois distributeurs d'eaux qui s'en mettent plein les poches pour des investissements vite amortis. Bref, des exemples on pourra en citer à la pelle tout comme la 4è licence GSM, pourquoi l'Etat a tant tarder pour l'attribuer à Free sinon pour que les trois autres opérateurs nous plument encore un peu plus. Et je ne suis pas non plus d'accord avec toi quand tu compares "Maitrise des dépenses publiques => Austérité = >Rigueur => Misère => Malheur". En réalité, il y a des économies à faire partout de la base jusqu'au sommet de l'Etat (D'ailleurs l'Etat ne sait même pas exactement le nombre total de ses fonctionnaires, grave!!) tout en améliorant le fonctionnement des institutions. Mais pour ça il faut une équipe de gens avec des vraies burnes qui se disent: " je vais être élu pour 5 ans, et pendant 5 ans je vais en prendre plein la gueule, de la part de toutes les corporations de la fonction publique, celle de l'opposition, des syndicats, des citoyens, de la presse et après 5 ans je vais être politiquement mort mais je vais faire des réformes". Mais bon, sauf tailler dans les dépenses de la défense, tu trouveras personne d'assez con ou d'assez honnête pour les faire les réformes :lol: Prend l’Éducation National, par exemple: un certain môssieur veut créer 60 000 postes en 5 ans. C'est super pour gagner des voix mais 60 000 sur 900 000 postes c'est vraiment une goutte d'eau. Qu'est-ce qu'il va en faire, où il va les mettre? C'est vraiment se foutre de la gueule du monde, surtout qu'il y a un rapport de la Cour des Comptes de 2005 (oui, ça date! et comme ils font jamais deux fois la même enquête, c'est déjà oublié depuis longtemps, y'en a ils peuvent dormir tranquille) qui disait que sur 800k profs, environ 100k personnes étaient occupées à d'autres taches qu'à enseigner ou inoccupées. De Mémoire il y avait 7k prof d'allemand titulaires mais sans poste, 12k profs détachés à des syndicats, d'autres détachées à des associations culturelles ou de loisir, d'autres quelque part dans la nature. Elle est pas belle la vie. Des exemples, y'en a des brouettes entières: le système de santé décrit plus haut par Gally, la formation professionnel (20 milliards €/an) un truc bien opaque et bien pourri, les aiguilleurs du ciel payés jusqu'à 7k€ pour 25h de travail/semaine théorique mais qui dans la réalité ne font que 12h, doublons obligent. Les même doublons que tu vas retrouver chez les aiguilleurs à la SNCF ou à la RATP, toutes les subventions possible et imaginable comme la presse écrite, les associations diverses utiles et moins utiles et enfin, le mille feuilles des collectivités territoriales.
  13. Yuck Fou

    Forces de l'ordre

    En même temps, le policier plaide la légitime défense, ce qui est incompatible avec un homicide involontaire. Son avocat, lui parle parle de tir indirect (une balle qui a ricoché), ce qui est compatible avec l' homicide involontaire mais pas avec la légitime défense. Dans tous les cas, moi ce qui me choque, c'est le comportement des policiers et de leur syndicats: manifestations hier et aujourd'hui à gogo, en tenue et en service (parait qu'ils on pas le droit, mais ils s'en foutent ils prennent le gauche). Si les syndicats de la Police se comportent maintenant comme des syndicats de la RATP ou de l’Éducation Nationale; si les représentants de la loi se sentent au dessus des lois alors...On n'est pas sorti de la merde!
  14. Les paysans afghans sont comme tous les paysans du monde. Ils n'aspirent qu'à une chose: vivre en paix. Croire que tous les afghans sont des guerriers et des pillard est tout aussi faux. Il y a des gropuscules qui pratiquent la terreur pour assouvir leur pouvoir, oui mais faut pas croire que tout les afghans adhère à ces principes. Ils n'ont tout simplement pas le choix :-[
  15. Pour le matos, je laisse ça à d'autres qui vont vous faire le plaisir d'équiper nos fantassins mieux que rambo, Terminator et James Bond réunis =D Personnellement que crois que le matos qu'on a (celui d'une armée moderne, quand même ;)) devrait amplement suffir. N'oublions pas qu'en face, ils sont très rudimentaires niveau équipement. Et puis si on se laisse aller à l'escalade de la technologie, des gadgets et tout le toutim, bah premièrement on a pas une tune pour le faire, alors jusqu'où pourions-nous aller, et deuxièmement ce n'est pas une guerre conventionnel. Répondre à la ruse par de la technologie, c'est bien pour sauver sa peau, pas pour gagner la guerre! En fait, ce qui nous manque c'est des petites choses qui, mis bout à bout vont/pourront créer une synergie qui va inverser la tendance. Comme par exemple: - 1: Occuper le terrain. Les afghans sont terrorisés par les taliban. Or quel est la tactique actuellement? Des patrouilles quotidiennes, de plus en plus périlleuses, et ensuite vite rentrer se planquer à l'intérieur des FOB. Les taliban eux, sont en permanence sur place et décide selon leur humeur soit de faire profil bas pendant 5 minutes en se faisant passer pour des paysans, soit de faire un carton plein si y'a occasion. Or, j'ai l'impression en voyant les deux derniers reportages (TF1 et France 24) qu'il ne manque que peu de chose pour que les villageois (du moins, une partie) dénoncent ces taliban, et cette petite chose s'appelle la confiance. S'il ont confiance en nous, s'ils se sentent assez en sécurité, alors ils parleront. Et plus tard, quand ils auront confiance en eux, alors ils feront la police eux-même. Pour celà, il ne faut pas que les terrains conquis le jour soient laissés à l'ennemi la nuit. - 2: Gagner les coeurs et les esprits. Tout le monde l'évoque, mais dans les fait y'a que dalle!! Pendant la guerre du Vietnam, les paysans était malmenés par les américain le jour, mal traité par les vietcong la nuit, mais beaucoup d'entre eux choisirent quand même le camps des vietcongs! Vous trouvez pas qu'il y a du déjà vu là?!! Bah, si à chaque bombardement on tue 90 civils pour un ou deux taliban, les afghans ont pas top le choix. Si on veut gagner les coeurs on doit pouvoir leur offrir autre chose que la peste ou le choléra. - 3: Former la police et les magistrats afghans. Former uniquement des soldats n'est pas suffisant. Pour qu'il y ait une pays durable il faut que les zones de non droit deviennent des zones de droit. La confiance ne peut revenir que si le sentiment d'impunité disparait. Il ne s'agit pas seuleument d'éradiquer les taliban mais de mettre en place une vrai politique de droit commun. On a envoyé des magistrats, gendarmes et policiers au Cambodge, en Bosnie et au kosovo; je pense qu'il serait pas mal de le faire en A-stan aussi. - 4: Avant de former les afghans, se former soi-même. Je me suis déjà exprimé à ce sujet mais je le répère, les rotations sont trop courtes. Tout ça pour une question de budjet. Si mes souvenir sont bons, au delà de 4 mois les unités ne sont plus considérés comme tournantes mais en détachement, donc pas la même solde à la fin du mois. Or, on vient de passer les rotations à 6 mois donc rien ne nous empèche maintenant de faire des temps de services de 12 mois avec des rotations partielles d'unités tous les 6 mois, par exemple. Il en résultera, j'en suis sûr une meilleure expérience pour les troupes au niveau personnel et collectif, et une meilleure coordination/continuité au niveau commandement.