Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

bibouz

Members
  • Posts

    325
  • Joined

  • Last visited

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

bibouz's Achievements

Newbie

Newbie (1/14)

  • Week One Done
  • One Month Later
  • One Year In Rare

Recent Badges

56

Reputation

  1. On est bien d'accord (et les aspects type toxicité, impact pulmonaire, etc... passaient au second rang compte tenu de l'enjeu thérapeutique). Mon point était surtout qu'il était possible de concevoir une ventilation liquide. De là à l'utiliser en plongée il y a effectivement un abîme (pun intended :-))
  2. J'ai connu un projet pour mettre rapidement des patients en arrêt cardiaque en hypothermie (pour limiter les séquelles le temps de les emmener à l'hosto). Pour se faire, l'idée était de les ventiler avec un liquide "froid" (en profitant de l'échange thermique très rapide permis par la surface pulmonaire). Des essais ont été menés avec des lapins et des cochons. Pendant ces essais, il y avait bien une ventilation liquide!
  3. Et côté belge / néerlandais aussi, une drague est bien prévue (permet d'adresser les fonds non chassables). C'est par contre une drague à influence, et non pas une drague mécanique.
  4. Je ne suis pas convaincu de l'intérêt de mutualiser, tant les missions et les capteurs sont différents. Par exemple: - pour faire de la bathymétrie, le SAS n'est pas vraiment adapté (même si un SAS interférometrique peut le faire, mais avec des performances moindres). Il faut plutôt un très bon MBES. - certaines contraintes de la chasse aux mines sont "overkill" pour du survey: tenue aux chocs mines, grosse capacité d'emport (pas de ROV à mettre à l'eau, un unique capteur est suffisant), mise en œuvre en environnement EW, discrétion magnétique, etc... Au final un USV de bathymétrie peut être plus petit (donc moins cher, et surtout beaucoup plus facile a mettre en oeuvre) qu'un USV de chasse aux mines. Ainsi (si je ne m'abuse), le SHOM a testé le Drix, qui est pratiquement 2 fois plus petit (et infiniment plus léger) qu'un USV type MMCM.
  5. Le GPS a bien des signaux chiffrés lui-aussi (P(Y) et demain M-code), mais il est vrai réservés aux utilisateurs militaires (et qui permet justement de se prémunir du spoofing). J'imagine qu'il faut lire que Gallielo est le seul signal civil authentifié...
  6. Je ne suis pas sûr de ce que je vois sur ces images... De quels drones parles-tu?
  7. Je ne crois pas l'avoir vu posté ici: c'est officiel, le programme RMCM a passé le jalon PDR (bateau mère et toolbox de drones).
  8. Je ne connais pas très bien cette techno, mais a priori le réglage de la flottabilité se fait sur quelques grammes de déplacement (en déplaçant un piston ou en gonflant une vessie d'huile), ce qui ne nécessite que peu d'énergie (venant des batteries). Quand à la vitesse elle est limitée à qq nœuds. Effectivement la navigation doit plutôt jouer avec les courants que contre ceux-ci...
  9. En fait les planeurs utilisent des vessies réglables pour jouer sur leur flottabilité et leur centre de gravité. Cela permet de faire des montées descente, et d'avoir de la "portance" à la montée comme à la descente, pour transformer ces chandelles en vitesse d'avancement. C'est une mode de "propulsion" extrêmement efficace. Par ailleurs tout le système est ultra optimisé pour limiter la consommation, et des opérations de plusieurs mois sont possibles.
  10. D'après ce que j'ai compris, cette solution est très avantageuse pour les USV lourds, mais limite les états de mer possibles pour le Launch and Recovery (déjà tout simplement parce que le système se situe plus loin du point tranquille du navire mère). Edit: par ailleurs, contrairement au système de dock flottant de Naval Group, ce système de rampe n'offre pas de redondance. Si les interfaces ont été déjà anticipé effectivement. Mais ça se semble compliqué si l'un de 2 systèmes n'est même pas defini/commandé!
  11. Attention toutefois le concept de Launch and Recovery choisi impact très fortement le design des USV (et du bateau-mère). On ne peut pas vraiment concevoir l'un sans l'autre.
  12. Par contre en air-sol, on cherche des cibles métriques et quasi-statiques (camion, char, position defendue) sur le sol. En air-air on chercherait une cible décimetrique, relativement agile et dans la 3D. Je doute que le même capteur suffise...
  13. Ce système me semble surtout une (re)mise à jour de ce qui existait déjà (ex https://www.thedrive.com/the-war-zone/17207/sr-71s-r2-d2-could-be-the-key-to-winning-future-fights-in-gps-denied-environments)... ou alors je rate quelque chose?
  14. Au sujet de la mise en oeuvre des USV: cela aurait nécessité de dimensionner des équipements de launch & recovery compatibles. Or ces équipements sont plus imposants et massifs qu'un simple bossoir pour RHIB. Cela a peut être été jugé trop impactant pour une fonction non centrale de ces frégates...
  15. Ces solutions semblent surtout adaptées à la dissuasion. Par contre pour forcer un contrevenant à s'arrêter je ne suis pas sûr (si celui ci cherche à fuir, il tournera le dos au laser par exemple). Pour la neutralisation, je ne sais pas si cette solution RF est vraiment aussi efficace qu'annoncée : https://www.teledyne-e2v.com/products/rf-power/rf-safe-stop/. Sur le papier en tout cas c'est impressionnant !
×
×
  • Create New...