bibouz

Members
  • Content Count

    313
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

42 Excellent

About bibouz

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Ce système me semble surtout une (re)mise à jour de ce qui existait déjà (ex https://www.thedrive.com/the-war-zone/17207/sr-71s-r2-d2-could-be-the-key-to-winning-future-fights-in-gps-denied-environments)... ou alors je rate quelque chose?
  2. Au sujet de la mise en oeuvre des USV: cela aurait nécessité de dimensionner des équipements de launch & recovery compatibles. Or ces équipements sont plus imposants et massifs qu'un simple bossoir pour RHIB. Cela a peut être été jugé trop impactant pour une fonction non centrale de ces frégates...
  3. Ces solutions semblent surtout adaptées à la dissuasion. Par contre pour forcer un contrevenant à s'arrêter je ne suis pas sûr (si celui ci cherche à fuir, il tournera le dos au laser par exemple). Pour la neutralisation, je ne sais pas si cette solution RF est vraiment aussi efficace qu'annoncée : https://www.teledyne-e2v.com/products/rf-power/rf-safe-stop/. Sur le papier en tout cas c'est impressionnant !
  4. Je pense que dans les niveaux de qualifications aux chocs / vibrations demandés aux équipements sont majorés pour prendre en compte certains effets de long terme. Perso je n'ai jamais vu de qualif de type Tel niveau de choc pendant X chocs.
  5. En lutte ASW il y a des projets et démonstrations pour utiliser des USV en piquet anti sous-marin, avec des sonars à immersion variable et/ou des traines sonars (actives et/ou passives). L'intérêt qu'ils offrent est alors la persistance sur zone + la multiplication des capteurs (pour faire du sonar multi-statique par exemple).
  6. A noter que le système belge comporte aussi un système containeurisé et est déployable par avion.
  7. A propos des AESA, ça doit bien exister, il y a bien des sonars d'évitement d'obstacle à antennes actives qui ne sont pas bien plus gros...
  8. Bonjour Pour le coût des logements, est ce que ces prépas offrent des internats? Tu peux peut être aussi bénéficier d'une bourse? L'avantage des prépa externes, c'est que tu gardes plus de choix ouverts (tu as presque 2 ans de plus pour t'orienter). C'est peut être un peu plus dur qu'une prépa intégrée (?), mais ce n'est pas forcément un calvaire non plus! Pour info il existe un site (myjobglass) avec des professionnels qui acceptent de discuter de leur expérience avec des étudiants. Je ne sais pas si certains inscrits ont des parcours ou des métiers comme celui que tu envisages, mais ca peut valoir le coup de regarder...
  9. Effectivement vu les débits de la comm acoustique il faudra déjà plusieurs minutes pour uploader une seule image... A noter aussi que pour que le concept fonctionne, il faut éviter de lancer un kill-vehicle à tout bout de champ. Il faut donc que la classification par le sonar tracté soit très performante (peu de faux positif).
  10. Le kill-vehicle peut s'éloigner relativement loin de la balise (plusieurs centaines de mètres), mais le débit de la comm pour remonter l'image de confirmation va être très faible dans tous les cas, ce qui impose un haut degré d'autonomie (et de fiabilité) pour la relocalisation. A voir d'ailleurs si la balise ne participe pas à cette relocalisation (GNSS + USBL).
  11. Cette approche est élégante, car elle permet de continuer la phase de détection classification (au sonar tracté) pendant la phase d'identification neutralisation. Par contre faire la relocalisation en mode automatique est complexe (surtout si le fond ne s'y prête pas), et la transmission d'une image pour valider l'identification en comm acoustique va prendre du temps (le kill-vehicle n'est pas filoguidé justement).
  12. bibouz

    Le successeur du CdG

    Je dirais que c'est plus un problème de portée des liaisons de données que de cyber. 200km en LOS c'est faisable, 1000km pas vraiment (donc satellite, donc vulnérabilité et limitation de la bande passante)
  13. Effectivement il est dors et déjà possible pour un seul opérateur de contrôler plusieurs drones. En fait il faut bien comprendre que la notion de "délégation d'autorité " est une notion continue. Il y a de nombreux états intermédiaires entre tout manuel et tout automatique (management by design, by exception,....). En general les concepts d'operations pour les flottes de drone reposent sur l'idée qu'un seul drone (au plus) necessite un contrôle (quasi-) direct à la fois, les autres drones opérant alors avec une délégation plus importante. Du coup l'opérateur s'occupe en fait d'un seul drone à la fois.... (les techniques d'essaim peuvent aussi être comprises comme une abstraction permettant de contrôler plusieurs drone en contrôlant un seul "objet": l'essaim) Par ailleurs cette notion de délégation est aussi à comprendre par rapport au risque et à la complexité du milieu/de la mission. Ainsi un opérateur ne pourra superviser qu'un seul drone si le safety case le requiert, ou si la mission est complexe. Mais le même opérateur pourra s'occuper de plusieurs drones (sans que ces drones soient nécessairement plus "intelligents ") dans un cas plus simple. Et bien sûr à mesure que la technologie progresse, de plus en plus de décisions peuvent en fait être déléguées, si bien que la flotte contrôlée par un seul opérateur peut être de plus en plus importante.
  14. Est-ce une pratique courante pour les monuments historiques / musées : identifier préalablement les oeuvres les plus importantes pour tenter de les préserver avant toute chose?
  15. J'ai plutôt l'impression qu'il s'agit d'une illusion sur la photo vu du dessus. Sur la vue 3 axes les 2 rotors sont bien inscrits dans le même cercle. Et sur les autres vues c'est le déphasage entre les rotors qui crée l'illusion.