Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

bubzy

Members
  • Posts

    4,073
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    15

Everything posted by bubzy

  1. Je n'ai pas compris. Tu peux reformuler ?
  2. Ah dans ce sens là ! Ok. Ben bis repetita avec ce qu'il s'était passé avec EIIL en Irak hein... Les soldats de l'ANA défendent quoi d'ailleurs à part leur solde ? Ils ne sont autre chose que des mercenaires (pas dans le sens péjoratif). On leur à offert un job ils ont pris, les couleurs du drapeau afghan, ça veut rien dire pour eux dans un pays où il n'y a pas vraiment d'identité nationale. Forcément, à quoi bon combattre ? Pour quel idéal ? Sur la bataille de l'idéologie, c'est pour qui ça va le coup de se battre, les insurgés ont gagné depuis longtemps... j'espère simplement que les fameux insurgés n'aient rien à attendre d'un bain de sang et qu'ils se contentent de ramener la paix une fois l'envahisseur reparti. Punaise mais y'a quoi dans les montagnes afghanes pour avoir autant attiré les velléités de toutes les superpuissances ?!
  3. ça reste choquant. Car même si de loin on ne voit qu'un pixel, on sait que c'est un être humain qu'on est en train de regarder mourir de la façon la plus tragique qui soit.
  4. J'ai du mal avec ce genre de rhétorique. Ce pays a systématiquement été en guerre. L'ingérence étrangère a été permanente que ce soit des Russes, ou des USA. Quand on est un habitant d'une pays ou d'une ville, on fait avec ce qu'on a. Un citoyen va donc d'abord assurer sa survie avec les règles qui lui sont imposées. Les américains sont là ? Ils offrent des jobs ? On prend. Des Russes ? On prend. La très grande majorité de la population ne s'engage pas politiquement et cherche majoritairement à faire vivre les membres de sa famille. Le problème arrive quand une force politique impose des choix. Dans le cadre des talibans, le simple fait de travailler avec les occidentaux est un motif condamnable. Voilà donc que les gens sont pris en étaux. La question est de savoir si l'image qu'on a des talibans est réelle. Est-ce des talibans d'ailleurs ? Le gouvernement de Kaboul n'est légitime pour personne, tout du moins pas grand monde, même pour les USA qui ne s'en servent que comme un pantin. Il est donc difficilement défendable. L'ANA n'a jamais été efficace. Tout du moins jamais autonome. Ne pas oublier une chose. Même à Kaboul, les gens doivent être intoxiqués par la propagande US. ils sentent venir les massacre car ils ont été éduqués à ça. Et nous aussi on l'attend. La question: les insurgés sont ils les personnes qu'on croit ? Les gens aspirent à la paix, à vivre. Prendre les armes est un sacrifice que peu de personne peuvent se permettre. J'ai même envie de dire, face aux forces politiques auxquelles on a à faire, à quoi bon ? Je me mets à leur place... Que faire ? Où aller ? Qui croire ? Que va-t-il se passer ? Le futur très proche répondra à ces questions, en attendant c'est l'incertitude, et donc l'angoisse.
  5. On ne sait pas du tout l'offre faite par Dassault. On sait le Rafale moins cher que le Typhoon, et aussi que le F35, malgré ce qui est dit en Suisse. Suffirait de faire une offre avec autant d'avion que les concurrents et de leur assurer en option une disponibilité sans faille et très haute pour faire la différence dans le cas d'un scénario d'engagement de haute intensité. Mais si les scénarios sont déjà fait, alors ces éléments là sont pris en compte, et l'attrition comme le taux de disponibilité maximal est certainement déjà pris en compte. C'est là à mon avis que la différence entre les promesses et le réel creuse de véritables fossé pour au moins un des candidats.
  6. J'aimerai bien savoir qui sont ce qui sont qualifiés de talibans ? Comment (ou par qui) sont ils financés, et quelles sont leur motivations. Je met ma main au feu qu'on va nous les vendre comme de dangereux islamistes qui coupent des mains et des têtes à tour de bras et qui vont esclavagiser toute la gente féminine. Et c'est peut être vrai. Mais avec la merde de la totalité du story telling made in USA qui ressort jusque chez nous sans filtre, que ce soit au Brésil, au Venezuela, à Cuba, au Chili, en Bolivie, en Ukraine, en Irak et j'en passe... Je ne peux plus rien avaler de ce qu'on me sert. Et je suis véritablement paumé.
  7. Pour le coup les deux exemples que tu as cité sont bien dû à des défauts de conception. Que des articles écrivent de la merde et fassent du bashing c'est une chose, en déduire que les faits qu'ils ont détourné n'en sont pas, c'est autre chose.
  8. pfiou... Faut aller loin dans les hypothèses au doigt mouillé pour sortir ce genre de conjectures... SInon: https://www.airforcemag.com/no-lightning-for-lightnings-until-further-notice/ Il y a bien un problème identifié qui a fait que l'USAF a imposé une restriction concernant le vol près des cumulo nimbus. Ce qui veut dire à contrario que quand le problème sera résolu la restriction sera levée. C'est donc un problème réel, et ce n'est donc pas du bashing. Bon moi perso, le problème de l'orage, c'est vraiment pas le plus gênant.
  9. Donc selon toi c'est une procédure classique qu'on a détourné pour faire du F35 bashing ? Donc vu que ça fait partie de la liste des failles à résoudre, les armées demanderaient elles l'impossible ? Tous les avions ont des risques avec la foudre, et doivent le gérer correctement. C'est comme si je te disais qu'en roulant à 50kmh on a un risque de retournement quand on prend un virage trop sec. Alors qu'est ce qu'on nous a emmerdé avec les roulés boulés de la Mercedes classe A ? Y'a une différence entre risque et déficience. Il y a des contraintes d'exploitation supplémentaires sur le F35 concernant les orages qu'il n'y a pas avec les autres avions. Ne pas voler dedans c'est sage, mais les éviter à 45km de distance c'est autre chose... Pareil pour ton exemple sur les carburants. Dans ton exemple on évite de faire le plein au soleil pour pouvoir mettre plus de carburant. C'est mieux ! Mais sur le F-35 c'est pas du tout le problème ! Bref, à vouloir faire le sage anti-bashing tu verses dans l'autre sens.
  10. Je n'ai pas lu l'article car c'est un fait connu. Du coup je te répondrai comme suit: Cite moi un seul autre avion que le F35 qui a une limitation imposée pour voler à distance d'un orage, à cause d'un risque d'explosion.
  11. C'est pas parce que tu as un réseau d'échange développé que tu as une dépendance à ce réseau. Tu cherches à justifier ta position par simple contradiction j'ai l'impression, en oubliant le sujet. L'effondrement de la société, et là, c'est parti avec le symptôme de perte de population causé par l'effondrement. Au moyen âge, comme je l'ai déjà relevé, les réseaux commerciaux permettaient l'échange de denrées de luxe principalement. Les épices, les métaux plus ou moins précieux, le vin, fourrures, ivoire, etc. Pour une très grande majorité de la population, un effondrement de l'organisation de la société, ça leur aurait effleuré un testicule sans même touché l'autre. Aujourd'hui, un camion sur 3 transporte de la bouffe, et les villes ont 3 jours de stock. C'est quand même autre chose... Je sais pas si on peut comparer... Car il y avait malgré tout un soutien extérieur qui réussissait à passer, et la réaction des personnes est super différente car le contexte de guerre est très différent. Cela étant dit, l'effondrement de notre civilisation risque de voir se produire beaucoup de conflits armés. Bien malin celui qui prévoira le prix du pétrole. Tout ce qu'on sait, c'est qu'il sera volatile. Le pétrole ne disparaîtra pas, mais il sera moins disponible dans une société où la croissance se doit d'être permanente. Par conséquent ça va finir par coincer.
  12. C'était un effondrement qui a causé la quasi disparition de tout un peuple. Violent. L'empire Romain tel qu'il était à son apogée était tellement différent à la fin du moyen âge que les historiens s'accordent généralement à dire qu'il a disparu avant et que l'empire byzantin était une forme d'héritage de la partie orientale de l'empire. En continuant comme cela, on pourrait aussi considérer légitimement que tous ceux qui se disent descendants de l'empire Romain, comme le Saint-Empire romain germanique a poussé l'extinction de cette civilisation jusqu'au début du 19e siècle. Oui, il y a eu un effondrement extrêmement rapide de la société française. Mais si l'armée et le gouvernement ont été défait, les institutions ne l'ont pas été et une continuité a été assurée par les Allemands. Les préfectures, mairies, et tous les systèmes de gestion régalien ont été préservé pour désormais servir les intérêts de l'Allemagne. L'effondrement dont nous parlons aujourd'hui n'a rien à voir avec ça. Le système médiéval était bien moins interconnecté que maintenant et les communautés étaient autonomes. La capitale pouvait disparaitre sous un météore que bien des villages ne l'auraient su que bien plus tard. Ok alors comparons au dernier exemple que tu as cité. Au moyen âge, 80% de la population vivait de la terre, dans un système Seigneurial. Ils vivaient de ce qu'ils produisaient sur place, seuls les produits de luxe provenaient d'un peu plus loin. L'état et le clergé collectaient l'impôt, il n'y avait pas vraiment de service régalien, tout était auto-géré en communauté. Voilà. Maintenant, voici ce qui ne colle pas avec le sujet: - La disparition d'un bon quart de la population était la cause de l'effondrement, non la conséquence. - Tout le monde a été impacté, et si les institutions ont survécues, c'est parce que la cause n'était pas systémique - Aujourd'hui, 80% de la population vit dans les villes. Si le système s'effondre (quelle qu'en soit la cause), cela va causer de bien plus grands troubles car la population n'est majoritairement pas autonome et n'a pas les ressources pour survivre sans un système qui lui fourni l'eau, l'electricité, la nourriture. Même nos paysans, sans pétrole, sans support à leurs outils mécaniques ne pourraient rien produire. Pire, sans infrastructure et sans transport, la nourriture ne parviendrait pas dans toutes les villes. L'effondrement qui nous concerne a une autre portée qui semble souvent mise de côté. La destruction de la biodiversité et des habitats naturels. Alors ça ne nous dit rien à nous urbains, car nous n'avons pas la nature sous les yeux. Pour un agriculteur, c'est déjà autre chose. Mais quand la nature ne se suffira plus à elle même pour s'adapter, que ferons nous ? La perte de rendement dans les cultures est déjà actée, ce qui accroit la pression sur les forêts, ce qui en retour agrave les crises climatiques et environnementales. L'écosystème terre qui nous supporte se relèvera, mais ça prendra des centaines d'années. Si tu veux dire que nous nous adapterons, oui. Bien des humains survivrons. mais la société telle que nous la connaissons aujourd'hui, elle, elle aura disparue. C'est notre civilisation telle que nous pouvons la décrire qui va disparaitre. Un économiste le comprendrai très bien si on lui disait qu'à partir de demain, il n'y aura plus jamais de croissance. Voilà la tête qu'il va faire:
  13. Ok et tu peux me dire, à ce moment là, qu'elle était le nombre d'humains habitant sur terre ? Tu confonds effondrement de notre société et fin du monde. L'effondrement, beaucoup en ont une définition différente, mais dans les grandes lignes, c'est quand la société n'assurera plus les services de base, et que le changement sera trop brutal, et subi, sous forme de crises à répétition, qui fait que l'adaptation du plus grand nombre sera impossible. Ce qui induira une baisse de la population. À aucun moment l'effondrement ne signifie fin du monde, et personne ne dit que toute civilisation disparaîtra, ni que les êtres humains disparaîtront. Des effondrements de civilisation l'histoire en a connu beaucoup, des Incas aux Romains, sauf que dans notre civilisation industrielle globalisée, l'impact sera beaucoup plus important.
  14. effectivement ;) Mais remettons les choses dans le contexte. Dans un contexte d'effondrement de la société, en quoi une surpopulation de pauvres est un problème tout en sachant que: 1- les flux migratoires ne transforment pas des pauvres en riches (des très pauvres en un peu moins pauvre éventuellement) 2- Même chez nous, ils seront très peu nombreux à accéder au niveau de vie de "nos" pauvres. En l'espèce, comment sont ils représenté dans les causes de l'effondrement qui nous intéresse ici ? J'ai pas dit le contraire, mais y'a toujours pas de rapport. Ils peuvent le vouloir, c'est pas pour autant qu'il y arriveront. mais c'est comme le loto, 100% des gagnants ont tenté leur chance Déjà répondu, et toujours non. Ils ont beau le vouloir, il n'y arriveront pas. à part une minorité, l'extrême grande majorité des population miséreuses (j'utilise ce terme plutôt que pauvre, car pauvre est une construction sociale, mais un pauvre peut ne pas être dans le besoin tansdis qu'un miséreux oui, systématiquement) ne pourront accéder au niveau de consommation que nous avons. Ils n'ont pas les réseaux, ils n'ont pas l'éducation. Seuls quelques rares "veinards" auront la chance de travailler au black à faire du ménage dans des hall d'immeubles, commis de cuisines, ou manoeuvres sur des chantiers. Encore une fois, ton "si" n'a aucune chance physique de se produire. Nous manquerons à peu près de tout avant que ce mouvement là ne s'engage. Ils vont essayer mais pas réussir (sauf, encore une fois, les chanceux). Au pays basque je n'y suis plus depuis quelques années, je suis en ile de France, J'ai déjà croisé des gens en train de dormir jusque dans ma cage d'escalier, je ne suis pas, de part ma situation et mes valeurs, dans une cage dorée, bien que je dois être bien moins confronté que toi à la détresse humaine. L'immigration ne change rien à l'éffondrement. ça n'en est pas une cause, mais une conséquence, et ça risque malheureusement de s'aggraver dans un futur proche. Enfin, ça risque... ça va s'empirer. Même réponse que précédemment. L'immigration et l'effondrement, deux sujets bien différents.
  15. Et ? Quel rapport avec le sujet en cours ? Toujours, quel rapport ? Le problème avec la vue (bien triste au demeurant) que tu as depuis ta fenêtre, c'est que ça te donne un biais. Il te manque du recul pour l'analyse du pourquoi du comment, auquel j'ai donné un début de réponse partiel. Mais l'as tu lu ? ou restes tu concentré sur le problème que ut vois depuis ta fenêtre qui n'est pas la source, mais déjà le symptôme d'une cause primaire située plus loin ? Pareil, je l'ai expliqué. On peut en parler, mais c'est pas le sujet ici. On peut aussi en parler mais c'est toujours pas le sujet. On peut aussi en parler, mais c'est toujours pas le sujet. Je comprends qu'à force de voir la misère, et le conflit que ça pose entre ta propre conscience, mais aussi le besoin viscéral d'une population de ne pas perdre des acquis au profit d'autres, quitte à rentrer dans le conflit, ben tu en fait une fixette. Ta fenêtre est devenue une obsession (que je comprends car je la partage) mais elle t'empêche d'analyser la situation d'un point de vue macro. Je te relaisse donc relire mon propos précédent avec un oeil le plus neutre possible en oubliant ce que tu as vu, au moins pour tenter de comprendre ce que j'essaie de dire.
  16. pourquoi, pourquoi... Je l'ai déjà expliqué ! Je t'invite donc à relire mon propos dans lequel tu trouveras un début de réponse :) Edit: y'a quand même un gros paquet d'idées reçues dans ton post qui mérite une déconstruction de ta perception du monde... Tu prends chacune de tes affirmations et tu essaies des les prouver. Tu vas avoir du mal. Ensuite, essaie de les mettre en perspective.
  17. 'ai déjà répondu à ça dans le message publié une heure auparavant. Ensuite, bien faire la distinction. Il y a plein de gens qui vive avec, tient toi bien... 0€ par mois et qui sont très heureux. L'argent est un facilitateur économique, mais n'assure pas la survie ni même le bien être . Alors c'est sûr que pour nous, qui vivons en majorité en ville et qui n'avons jamais rien fait pousser de la terre, la vie est hors sol et seul l'argent nous permet de survivre. Mais c'est loin d'être le cas partout. Après, ne me fait pas dire ce que je n'ai pas dit, car il y a ben et bien de la misère parmi ceux qui n'ont pas d'argent. Pourquoi ? Car on leur a imposé notre mode de vie, ni plus ni moins. Et ça commence en faisant des lois qui exproprient les paysans de leur terre. Des peuples qui sont auto suffisant, et qui doivent quitter leur terres pour avoir des boulots de merde pour gagner plus d'argent qu'avant tout en ayant des conditions de vie bien plus atroces. C'est ce que nous avons vécu en occident à l'arrivée de la révolution industrielle, et à la fin du moyen age lorsque le fonctionnement des cerfs et Seigneur, que l'éducation nationale nous a vendu comme de l'esclavage (ce qui est très éloigné de la vérité) a été remis en question lorsque de nou veaux propriétaires terriens sont arrivés, et ont privé la terre qui appartenaient aux communautés auto-gérées qui vivaient dessus. Je veux bien qu'ils aspirent à vivre mieux. Mais ça reste du rêve humide. Car si le rythme de vie de 10% de la population la plus riche (dans laquelle se trouve nos smicards) impose une surexploitation de la planête qui va faire que métaux, énérgie, bois, terres arables ne sont déjà plus en stock suffisant pour assurer leur maintien, alors il est tout simplement physiquement impossible que leur rêve change quoi que ce soit à la situation. Ils aspirent, mais ne pourront jamais vivre comme nous. Donc nous sommes, et non eux, le problème. Oui mais ce n'est pas une projection que j'ai mise là. C'est la situation actuelle.
  18. Ils aspirent à, mais n'y arriveront pas. Donc leurs rêves ne sont pas un problème pour la réalité existante. Les laisser continuer à rêver n'a jamais fait augmenter la pollution à ce que je sache. C'est un détournement. Pour pas regarder aux problèmes que nous créons on accuse quelqu'un qui n'a encore rien fait juste parce qu'il aurait l'intention de. C'est limite malsain. Y'a pas grand chose à faire sur la surpopulation. Et les questions morales que ça souleverait ne seraient pas contrebalancés par les effets à en attendre. Oui, ça, ça a un impact. Mais ça, pas grand chose. L'homme, même pauvre, n'est pas forcément miséreux, et leur refuser la vie au motif qu'ils n'auront jamais le même confort que le notre est éthiquement largement discutable.
  19. Pour le sujet qui nous concerne, la surpopulation n'EST PAS le problème. Et ne le sera jamais. la moitié de la pollution est du du seul fait de 10 % de la population. Donc on aurait autant de résultat en supprimant 10% de la population que 90%. Alors... ? Un gamin qui naitra aux Qatar aura autant d'impact que 300 petits nigériens. Et encore plus si on prends en compte les moyennes d'espérance de vie... Et pourtant les pays les plus riches ne sont pas ceux auxquels on pense quand on parle de surpopulation. Et.. Le maltusianisme, ça n'a pas de rapport avec le sujet en fin de compte.
  20. Ah j'ai pas mis la source car c'est ZE graphique ultra connu qui provient du livre limits to growth de meadows et compagnie qui a peut être largement contribué au lancement de nombreux partis écologiques. Le graphique en question représente un des scénarios, celui du business as usual. Les données sont collectées avant 1972 (date de l'émission du rapport), tout le reste est une projection basé sur le scénario. Les données dans la barre verticale grise sont des données qu'un chercheur (australien de mémoire), a décidé de collecter, depuis 1972 jusqu'aux années 2000. 30 années de collecte de données réelles qu'il a extrapolé au modèle fait dans les années 70. Ça a été refait jusqu'en 2010 et à chaque fois, ça fait flipper car ça montre ma robustesse du modèle (qui a été affiné depuis)
  21. Ah ben merci @Patrick, j'avais mal cherché.
  22. J'ai oublié de réagir à ça. Y'a pas que l'envoie de navires militaires pour faire un blocus sur un pays... la preuve !
  23. Ne sera intégré que sur le block 4 du F35, qui lui-même est en développement. A savoir également que ça sera en emport externe uniquement. Donc virtuellement, compatible avec tout type d'avion.
  24. en masqué pour lisser le truc et éviter que la patrouille ne nous tapes trop fort dessus: La Chine n'est pas encore aussi puissante niveau international que les USA. D'aucun diront qu'on a pas les parties génitales suffisamment respectueusement volumineuse pour les mettre sur la table en disant "on fait ce qu'on décide de faire et on vous dit flute". Notre liberté d'exporté du matériel est donc loin d'être totale. Le seul avantage que nous avons est de disposer d'un matériel qui ne soit pas américain ni russe, et que les clients pourront utiliser en relative indépendance. Dans certains marchés, cela peut donc être un avantage, et c'est à peu près tout.
×
×
  • Create New...