Philippe Top-Force

La France et ses programmes UAV/UCAV

Recommended Posts

D'après REUTERS et le PDG de DASSAULT AVIATION ,

:arrow: Dans le domaine militaire sur le projet de drones de combat lancé ,il y a un an à l'initiative de la France et dont Dassault est le maître d'oeuvre.
Le PDG a indiqué la participation de l'Espagne au démonstrateur d'avions sans pilote UCAV ,cela devrait se finaliser dans les jours qui viennent.

La Gréce et la Suéde ont déjà adhéré à ce projet.
La Suisse et l'Italie y montrent un très grand intérêt.

Il précise aussi que quand tout sera bouclé ,nous aurons une participation européenne de 50 % .

Travailler sur ce projet permet au bureau d'étude du groupe de Dassault de maintenir sa compétivité. 8)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Selon Air & cosmos, le programme de Drone Européen Neuron qui devrait voler en 2009 va beneficier de 100M€ supplementaires sur les 300M€ prévu à l'origine grace a la participation superieur a ce qui était prévu de l'Italie. Ces millions supplementaires devraient notamment être utilisé pour integrer en soute un designateur laser pour effectuer des operation en autonome.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les drones sont des systèmes réutilisables, pilotés ou programmés à partir du sol, d'une plate-forme aérienne ou navale. Ils regroupent des composants articulés (un vecteur, une charge utile, un système de liaison des données, un segment-sol d'exploitation et de conduite, un ou plusieurs opérateurs), qui peuvent voler, pour des missions d'ordre stratégique, à haute altitude avec une longue endurance (HALE) et à moyenne altitude avec une longue endurance (MALE) ou, à des fins purement tactiques, à basse altitude. L'intervention en Afghanistan leur a conféré une nouvelle vocation, puisque c'est à cette occasion que le système Predator a été équipé de missiles Hellfire, afin de raccourcir le délai entre la collecte d'informations et la frappe sur une cible d'opportunité. Initialement fondées sur un concept d'emploi limité au recueil du renseignement, les applications militaires des drones vont se diversifier.

Le ministère de la défense ainsi que les industriels nationaux, tel Sagem, se sont intéressés de longue date à ces équipements. Certains programmes ont été conçus et développés en France, que ce soit dans un cadre strictement national, comme les Crécerelle et Sperwer (Sagem), ou en coopération, à l'image des CL 289 (EADS avec Canadair et Dornier) et Eagle (EADS avec Israel Aircraft Industry).

Les douze Crécerelle du 61ème régiment d'artillerie de l'armée de terre et les quatre Hunter de l'escadron d'expérimentation des drones 56/330 de l'armée de l'air sont arrivés au terme de leur vie opérationnelle. A l'exception des CL 289, sorte de missiles programmés de portée moyenne (150 kilomètres) et évoluant à grande vitesse (720 kilomètres par heure) et faible altitude (de 125 à 1 000 mètres), opérationnels jusqu'en 2008, les drones en service seront renouvelés par deux programmes :

- le système de drone lent et tactique intérimaire (SDTI), qui correspond à un petit avion lent (165 km/h), mais endurant (cinq heures extensibles à huit) et évoluant à moyenne altitude (300 à 5 000 mètres), destiné à l'acquisition de jour comme de nuit des objectifs dans la zone de responsabilité d'une division. L'armée de terre a retenu, dans ce cadre, dix-huit drones Sperwer ; ce modèle a été mis en œuvre par les armées canadiennes en Afghanistan, à la satisfaction des responsables opérationnels. Outre la France, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark et la Grèce se sont portés acquéreurs ;

- le système intérimaire de drone MALE (SIDM), qui a conduit l'armée de l'air à acquérir trois MALE Eagle avec une station sol, afin d'en expérimenter les applications. Ces matériels ont été fournis par EADS sur la base d'éléments acquis sur étagère en Israël. La DGA déplore actuellement un retard de vingt-sept mois par rapport aux dates initiales de livraison, celle-ci ne devant pas intervenir avant mai 2005.

A plus long terme, la loi de programmation militaire prévoyait que les armées posséderaient des drones tactiques multicapteurs-multimissions (MCMM), à partir de 2008, et de nouveaux drones MALE, en 2009. Quarante drones MCMM et dix stations sol devaient être commandés, avec une livraison de dix exemplaires et deux stations sol en 2008. Pour des raisons budgétaires, il a été décidé de renoncer à ce projet. Le ministère de la défense s'oriente plutôt vers une adaptation des drones tactiques intérimaires, pour pouvoir y installer plusieurs capteurs.

La France poursuit, en revanche, l'objectif d'acquérir un drone MALE utilisant des technologies et des capteurs (radars, optiques, de renseignement électronique, en particulier) entièrement disponibles en Europe. Cette ambition se heurte aux développements possibles du programme Air ground surveillance (AGS) de l'OTAN. Ce projet comportera une composante aéroportée, dont les Américains, en association avec les Européens, fourniront le radar. Dans ce cadre, les Allemands envisagent d'acquérir un drone Global Hawk porteur d'un radar américain, mais cette hypothèse suppose des coûts de développement supplémentaires, liés à de nouvelles spécifications sur le radar. Dans ce contexte, l'annonce, lors du salon de l'armement terrestre Eurosatory, qui s'est déroulé en juin 2004, du développement conjoint par EADS et Dassault Aviation du démonstrateur EuroMALE est plus que bienvenue. Ce projet, susceptible de déboucher sur des retombées commerciales de 3 milliards d'euros en Europe, a clairement été présenté comme ouvert à tous les partenaires européens qui le souhaiteraient. Sur un montant global de 300 millions d'euros, la participation financière du ministère de la défense sera limitée à 75 millions d'euros, le reste étant à la charge des industriels concernés. Les rapporteurs soutiennent cette solution européenne, qui serait plus judicieuse sur le plan économique.

Loin de s'en tenir aux seules applications de renseignement pour les drones futurs, le ministère de la défense a également choisi d'engager un programme complémentaire de démonstrateur d'unmanned combat aerial vehicle (UCAV), dénommé Neuron. Ce projet de 300 millions d'euros sera financé par les crédits de recherche-développement du budget de la défense. Sa maîtrise d'œuvre sera confiée à Dassault Aviation, qui a déjà développé sur fonds propres les systèmes Petit et Moyen Duc ; d'autres industriels, parmi lesquels EADS, SAAB et Alenia, y participeront également. Cette initiative mérite d'être saluée à un double titre. En premier lieu, elle forge une alliance entre les industriels aéronautiques européens sur le créneau stratégique des aéronefs de combat du futur. En second lieu, elle permettra d'éviter que la France et l'Europe ne se laissent distancer dans la maîtrise de ces technologies par l'industrie américaine.

Tant EuroMALE que Neuron n'en sont qu'aux stades préliminaires ; leur conduite ne soulève donc pas de difficulté particulière pour le moment. Parallèlement, plusieurs programmes d'études et de développement sont en cours concernant les drones à très courte portée, les minidrones susceptibles d'être mis en œuvre dans un contexte de combat urbain (appel d'offres sur le drone de reconnaissance et de contact - DRAC -) et les drones marine (drone maritime tactique - DMT - et drone embarqué longue endurance - DELE).

Le projet Neuron a pour vocation de fédérer les compétences européennes pour les prochains programmes d'avions de combat, dès lors que les gouvernements intéressés s'engagent à financer leur part. Afin d'éviter de regrouper des incompétences, il a été décidé de lancer un programme fiable à partir des capacités existantes, en l'occurrence celles du groupe Dassault Aviation. La même logique sous-tend le projet EuroMALE. L'organisation industrielle des deux projets a été décidée de manière pragmatique : Dassault Aviation a souhaité qu'EADS participe au démonstrateur Neuron, car sa filiale espagnole possède de bonnes compétences sur les matériaux composites ; EADS a voulu, en contrepartie, que Dassault Aviation soit responsable de la définition de la cellule du démonstrateur de drone de reconnaissance EuroMALE. Ce schéma, qui convient parfaitement aux deux groupes parce qu'il reconnaît à Dassault Aviation la maîtrise d'œuvre dans la réalisation des avions de combat et à EADS celle dans le domaine des appareils non pilotés de reconnaissance, préfigure le futur de l'industrie aéronautique européenne.

La dimension européenne des deux projets n'est aucunement occultée, puisque de nombreux pays ont fait part de leur intérêt : d'ores et déjà, la Suède, l'Espagne, la Grèce, la Suisse et l'Italie se sont ralliées au Neuron ; pour ce qui concerne l'EuroMALE, la Suède, les Pays-Bas et l'Espagne ont manifesté leur volonté de participation. C'est bien là la preuve que des projets mûris et constitués à partir d'un noyau dur industriel peuvent prendre, dans un second temps, une dimension européenne.

Share this post


Link to post
Share on other sites

...

A propos de drones, je signale que l' Italie a décidé d'envoyer une section de drones PREDATOR (RQ-1A) en Iraq afin de le tester dans un evironnement "opérationnel" et d'accroitre les capacités de surveillance dans le son secteur de responsabilité (province de Dhi Qar), et particulièrement en vue des élections.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le groupe européen d'aéronautique et de défense EADS veut s'allier à l'américain Northrop Grumman pour construire en Allemagne des drones (avions sans pilotes), indique l'Office anti-cartel sur son site internet.

Les deux sociétés ont déposé le 10 mars une demande d'autorisation pour la constitution d'une société commune, GU EuroHawk, selon la liste, régulièrement actualisée par l'autorité allemande de la concurrence, des opérations qui lui ont été soumises.

D'après le Financial Times Deutschland paru mercredi, il s'agirait pour les deux groupes de constituer une société commune à 50-50, qui livrera au gouvernement allemand ses premiers drones volant à haute altitudekilomètres).

L'EuroHawk est la version européenne du modèle américain Global Hawk de Northrop Grumman. Les premières machines devraient pouvoir opérer à partir de 2009, estiment les experts du secteur.

Les coûts de développement ont été évalués à quelque 350 millions d'euros sur quatre ans par des sources proches du gouvernement citées par le FTD.

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le programme de démonstrateur d'avion de combat non piloté (drone) sera lancé industriellement au salon aéronautique du Bourget (13-19 juin), a annoncé vendredi le PDG de Dassault Aviation Charles Edelstenne. "A l'ouverture du salon, il y aura le lancement officiel de ce programme et nous rentrerons dans la phase active", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Lors du précédent salon du Bourget, en juin 2003, la ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie avait annoncé le lancement d'un programme de démonstrateur d'avion de combat non piloté UCAV (Unmanned Combat Aerial Vehicles) dont la maîtrise d'oeuvre a été confiée à Dassault Aviation. "Nous n'avons cependant encore reçu aucun fonds. Le contrat avec l'Etat va être signé dans les jours qui viennent", a précisé M. Edelstenne vendredi. Ce programme de 400 millions d'euros est ouvert à la coopération européenne. La moitié est financée par la France, le reste étant supporté par les autres pays associés à ce projet. La Suède, l'Italie, la Grèce, l'Espagne et la Suisse l'ont rejoint, a détaillé le PDG de Dassault Aviation, ajoutant que d'autres pays pourraient suivre. Ce démonstrateur UCAV ne sera fabriqué qu'en un seul exemplaire, qui devrait voler en 2010. "Ce programme de démonstration permet de maîtriser la technologie novatrice des avions sans pilote. Il contribuera au maintien des compétences et technologies-clés nécessaires pour lancer les futurs programmes d'avions de combat, pilotés ou non, en Europe après 2020", avait souligné Mme Alliot-Marie en 2003.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce démonstrateur technologique UCAV, baptisé Neuron, qui a la taille d'un avion de combat, obéit à un double objectif jugé par le ministère français de la Défense comme stratégique pour l'avenir de l'aéronautique de combat en Europe :

- D'une part, il constitue une initiative majeure pour maintenir et développer la maîtrise des technologies critiques dans le domaine de l'aviation de combat en Europe ;

- D'autre part, il doit être le laboratoire d'une coopération européenne innovante reposant sur des complémentarités de compétences entre les industriels associés au démonstrateur.

Le ministère de la Défense a souhaité se démarquer des méthodes antérieures en lançant une initiative française, ouverte à la coopération européenne, qui réunirait autour d'un maître d'œuvre (Dassault Aviation) des industriels européens soutenus financièrement par leur Etat sur la base de l'optimisation de leurs compétences. Cette approche a été saluée par les industriels européens qui voient dans l'engagement volontariste des autorités françaises la garantie du succès du projet. Dans l'aéronautique et l'espace, tous les grands succès européens ont toujours eu la France comme pilier et moteur.

La Suède, l'Italie, la Grèce, l'Espagne et la Suisse ont rejoint le mouvement structurant lancé par la France avec l'UCAV Neuron.

Les contrats industriels sont signés avec Saab, Alenia, EADS Casa, HAI et Ruag. Les accords interétatiques sont en cours de finalisation. L'ambition commune est que le consortium final ainsi constitué préfigure une nouvelle méthodologie dans le domaine des coopérations applicables aux avions de combat futurs pilotés ou non pilotés.

Image IPB

Pour être complet dans le dossier des DRONES /UAV/UCAV ,ci-joint les autres liens de ce forum. ;)

http://air-defense.net/phpBB/viewtopic.php?t=1569

http://air-defense.net/phpBB/viewtopic.php?t=2490

http://air-defense.net/phpBB/viewtopic.php?t=2196

http://air-defense.net/phpBB/viewtopic.php?t=2494

http://air-defense.net/phpBB/viewtopic.php?t=2379

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le contrat concernant le programme de drone de combat UCAV sera notifié aux industriels "avant la fin de l’été", a annoncé le délégué général pour l’armement (DGA) François Lureau, mercredi devant la presse au salon du Bourget."Le contrat avec les industriels est prêt, il reste des accords gouvernementaux à signer avec la Suède, l’Espagne et la Grèce. A la fin de l’été, nous aurons bouclé la chose et le contrat sera notifié immédiatement", a-t-il déclaré.La maîtrise d’oeuvre de ce programme d’un montant de 400 millions d’euros a été confiée à l’avionneur français, Dassault Aviation. Cinq autres pays ont décidé de le rejoindre avec les groupes suédois Saab, grec HAI (Hellenic Aerospace Industry), italien Alenia (Finmeccanica), espagnol EADS Casa et suisse Ruag.La ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie avait annoncé la décision de la France de se lancer dans les drones de combat avec ce projet d’UCAV (Unmanned Combat Aerial Vehicles) lors du précédent salon du Bourget, en juin Le but de ce programme est de permettre aux bureaux d’étude européens participants de rester dans la course technologique, dans l’attente de la prochaine génération d’avions de combat dont les programmes seront lancés vers 2015 pour aboutir en 2030.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Belgique a demandé à rejoindre le programme européen de recherche "Neuron" mené par Dassault Aviation d'un avion de combat sans pilote, a annoncé jeudi Charles Edelstenne, PDG de l'avionneur français.

"Cinq pays ont déjà rejoint la France dans ce programme et un sixième, la Belgique, a demandé à y rentrer, ce sera une coopération à sept", a-t-il indiqué en marge de la présentation des résultats semestriels.

Le contrat pour le lancement industriel du programme devrait être signé dans le courant du deuxième semestre, a-t-il estimé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Belgique a demandé à rejoindre le programme européen de recherche "Neuron" mené par Dassault Aviation d'un avion de combat sans pilote, a annoncé jeudi Charles Edelstenne, PDG de l'avionneur français.

"Cinq pays ont déjà rejoint la France dans ce programme et un sixième, la Belgique, a demandé à y rentrer, ce sera une coopération à sept", a-t-il indiqué en marge de la présentation des résultats semestriels.

Le contrat pour le lancement industriel du programme devrait être signé dans le courant du deuxième semestre, a-t-il estimé.

Intéressant. Il y a quelques mois, on avait décidé de ne pas y participer pourtant... :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Euromale vient d'être qualifié de programme ,ce n'est plus un démontrateur ,il se veut global avec pour objectif d'être inscrit dans la prochaine LPM et surtout d'attirer de nouveaux partenaires afin de combler le retard technologique et les dérives budgétaires pris vis à vis de et avec qui vous savez.

Neuron permettant d'entretenir un bureau d'étude technologique ,Euromale doit maintenant attirer les hésitants partenaires européens.

Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le démonstrateur Neuron, préparant la prochaine génération d'avions de combat européen d'ici à 2035, démontre une approche pragmatique. A l'initiative de la France, plusieurs industriels – Saab, Alenia, EADS-Casa, HAI, Ruag... – se sont regroupés, sous la houlette d'un unique maître d'oeuvre, Dassault Aviation (*). «Il y a un pilote dans l'avion, le budget est maîtrisé, tout le monde est d'accord pour appliquer les règles du jeu», insiste-t-on chez Dassault Aviation.

:arrow: Ce n'est qu'après le vol du premier démonstrateur, en 2010, que les Etats décideront ou non de lancer un programme.

Il est souhaitable que l'Europe s'engage dans un unique programme après avoir développé deux avions concurrents, l'Eurofighter et le Rafale. Au milieu des années 80, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne adhèrent à l'Eurofighter tandis que la France fait cavalier seul avec le Rafale. L'enjeu est majeur. «Un avion de combat draine plus de technologies critiques que tout autre programme. Les quatre pays ont mis de l'argent pour les maîtriser et non pour faire vivre le programme. Chacun tirant de son côté pour récupérer ce qui l'intéressait, notamment en termes de retombées industrielles», explique-t-on de source industrielle. «L'Eurofighter, c'est la fédération des incompétences», résume, lapidaire, Dassault Aviation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.defensenews.com/story.php?F=1414377&C=europe

A joint industry/government technology demonstrator program looking at UCAVs and UAVs could proceed next year. The report expresses hope that investment in UCAV technology could also enable Britain to contribute to an international manned program should it eventually emerge.

toujours aussi pathétique

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Rob

BAe a dit que le TDP commence peut-etre en janvier 2006.

Ici deux UAV (a gauche peut-etre un "testbed pour stealth") de BAe Systems, ces images sont tres nouveaux:

Image IPB

Ici des mieux photos:

Image IPB

Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Rob

C'est tout. :( La premiere est "Corax", la deuxieme est "Hertie". Corax est "Raven" en anglais, et le Defence Industrial Strategy a dit que cette UAV ete produit en 8 mois.

Il y a aussi Eclipse:

Image IPB

Et il y a aussi Flaviir:

http://www.flaviir.com/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Please Fonck, even my 5 year old nephew could find more original insults. You're the shame of french posters over aerospace forums. You even started to said to Ogami (on KPs forum) that he doesn't know much about the Rafale. Now, sorry, in fact, THAT'S original :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

21 December 2005 Sweden reverses Neuron UCAV funding decision By Guy Anderson, JDI Editor Sweden has reversed a decision to withhold funding from the European Neuron programme with the announcement that SEK600 million (USD76.3 million) will be invested in the unmanned combat air vehicle (UCAV) demonstrator project. Swedish aerospace group Saab - which is looking to develop Neuron in co-operation with French lead partner Dassault Aviation - described the decision to invest as "crucial for both Saab and Sweden". Stockholm's decision to invest comes after the FMC submitted in mid-November a report on alternatives to the Neuron. "They concluded that there were alternatives in theory," said Saab's Deputy Chief Executive Ingemar Andersson, "but that they would cost more". He added that there was also a credibility issue over whether Sweden is "considered a reliable partner". The Neuron programme is Saab's most recent move into UAVs. In 2004, the Swedish group began development of the Tactical Unmanned Aerial Vehicle (TUAV) - a combat and reconnaissance aircraft for short-range surveillance - and the Medium-Altitude Long-Endurance (MALE) UAV, which is designed for combat and reconnaissance operations covering larger areas and higher altitudes. >>>>> glitter First of all mate before opening it up that wide you should inform yourself. Second, (on Ogami ) the guy keep making assumption totally opposed to facts and even manufacturers own statment like that of SNECMA for example. As for being original thanks for the comppliment but at least the lttle i know is checkable and i don't converniantly twist history to make my points. You're the shame of french posters over aerospace forums. Get a life and coming from any of you guys it's an honour and just a starter...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Second, (on Ogami ) the guy keep making assumption totally opposed to facts

Ogami has shown his knowledge for years on french forums.

and even manufacturers own statment like that of SNECMA for example.

You want to speak about the articles you quoted on KP ?

I belong to the several guys who believe your fake the date :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,405
    Total Members
    1,405
    Most Online
    Polanski
    Newest Member
    Polanski
    Joined
  • Forum Statistics

    20,692
    Total Topics
    1,244,801
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries