Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

https://www.spiegel.de/politik/deutschland/gruene-china-will-bundestagsabgeordnete-bause-offenbar-nicht-ins-land-lassen-a-1280344.html (3 août 2019)

Pékin refuse Margarete Bause, députée allemande verte qui devait faire partie d'un voyage en Chine de la commission du numérique du Bundestag du 23 août au 1er septembre.

Margarete Bause défend depuis longtemps les droits humains des Ouïghours en Chine.

Les Chinois demandent au Bundestag de retirer Magarete Bause de la liste des députés qui font le voyage, sans quoi c'est toute la délégation qui sera interdite de séjour en Chine.

Le Spiegel en profite pour informer ses lecteurs de la rupture de la coopération policière franco-chinoise suite à l'affaire Meng Hongwei.

Edited by Wallaby
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, kotai a dit :

Et dire que certains considère la Chine comme le l'alternative viable par rapport aux USA.

Il y a toujours des gens qui sont habitués à avoir un maître et d'être à genoux depuis trop longtemps.

Pour une fois, on ne peut pas essayer de se tenir debout sur nos deux pieds et marcher par nous même ?

La Chine s'en tape ce qu'il se passe ailleurs, c'est un peuple ultra-égocentrique depuis au moins 2 millénaires et ce n'est pas prêt de changer. Ce qu'ils veulent aujourd'hui c'est un environnement propice et des ressources pour leur développement, ils ne veulent emmerder personne (du moins en Occident) mais ne tolèrent plus personne d'aller les emmerder chez eux comme ils avaient subi durant les 200 dernières années.

Quand on comprendra ceci on va pouvoir commencer à dealer avec eux, sauf si dealer "à l'amiable" et co-exister de égal à égal n'ont jamais été le but...

Henri K.

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Henri K. a dit :

Quand on comprendra ceci on va pouvoir commencer à dealer avec eux, sauf si dealer "à l'amiable" et co-exister de égal à égal n'ont jamais été le but...

Henri K.

Dealer à l'amiable... dans l'histoire de la Chine, ce n'est pas tellement le genre de la maison me semble-t-il.

  • Thanks 1
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 49 minutes, Henri K. a dit :

Ce qu'ils veulent aujourd'hui c'est un environnement propice et des ressources pour leur développement, ils ne veulent emmerder personne (du moins en Occident) mais ne tolèrent plus personne d'aller les emmerder chez eux comme ils avaient subi durant les 200 dernières années.

Je pense que les Chinois sont assez intelligents pour comprendre que le monde actuel, la planète terre est l'équivalent de la Chine à l'époque des Royaumes Combattants, en attente d'un empereur Qin pour l'unifier dans une gouvernance mondiale.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Henri K. a dit :

Je parle de nous, pas eux. 

Henri K.

J'avais bien compris. Dealer d'égal à égal n'entre pas dans la logique chinoise, pas au niveau étatique en tout cas. Et je ne suis pas certain que tenter une approche confucianiste en leur faisant croire que nous sommes le père et eux les enfants passerait de nos jours. :biggrin:

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Dedefensa diffuse un texte de WSWS.org

https://www.dedefensa.org/article/le-capitalisme-cest-la-guerre

Encerclement nucléaire de la Chine

Dans les heures qui ont suivi le retrait officiel des États-Unis, vendredi, du FNI, le traité nucléaire le plus important du monde, le Pentagone a clairement fait savoir qu'il avait l'intention d’encercler la Chine de systèmes de missiles offensifs à têtes nucléaires. Il s’agit d’une course aux armements nucléaires qui s'accélère rapidement.

S'adressant à des journalistes lors d'un voyage en Australie, le ministre américain de la Défense, Mark Esper, a déclaré que le Pentagone allait déployer des missiles jusqu'alors interdits par le traité “le plus tôt possible”. “Je préférerais dans quelques mois”, a précisé Esper.

Le déploiement de missiles à moyenne portée dans le Pacifique transformerait la côte chinoise et les îles du Pacifique qui l'entourent en un front de bataille nucléaire, mettant en danger la vie de milliards de personnes en Chine, en Corée, au Japon, à Taiwan et dans la région.

Le traité sur les FNI, qui a été signé entre le président de l'époque, Ronald Reagan, et son homologue soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, en 1987, interdisait aux États-Unis et à la Russie de développer des missiles d'une portée comprise entre 500 et 5 000 kilomètres, ce qui signifie que la majeure partie de l'Europe et une grande partie du Pacifique ne permettait pas le stationnement des missiles nucléaires.

Cependant, à mesure que les tendances technologiques modifiaient les équilibres militaires et que les États-Unis intensifiaient leur conflit avec la Chine, Washington en vint à considérer de plus en plus que le traité de la guerre froide était contraire à ses objectifs d'encercler militairement Beijing, qui n'en était pas signataire.

Avec le déploiement potentiel de missiles nucléaires américains à quelques minutes de vol de la Chine continentale, les tensions approcheront le point de rupture avec l’immense population de la région vivant sous le spectre de l'annihilation nucléaire.

En réponse au retrait des États-Unis du traité FNI, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a averti que “le monde perdra un frein précieux à la guerre nucléaire ”. Daryl Kimball, directeur exécutif de l'Arms Control Association, a déclaré que Trump “poursuit une stratégie qui créera les conditions d'une dangereuse course aux armements”. Le Financial Times a mis en garde, dans le même ordre d'idées, contre la “relance de la course aux armements nucléaires” de Trump.

En défendant sa décision de stationner des missiles dans une zone densément peuplée à des milliers de kilomètres des États-Unis, Esper a accusé la Chine de “militariser [to weaponize] les biens communs mondiaux en développant une économie prédatrice”. En d'autres termes, la Chine, en menant des activités économiques pacifiques, menace les États-Unis, et cela devrait donc être contré par la menace d'anéantissement militaire.

“Nous croyons fermement qu'aucune nation ne peut ou ne doit dominer l'Indo-Pacifique”, a déclaré M. Esper, un homme qui représente un pays qui a “brûlé, bouilli et cuit à mort” (selon les mots du général Curtis Lemay) des centaines de milliers de civils japonais dans sa guerre pour conquérir le Pacifique.

Dans des commentaires ultérieurs, le secrétaire d’État Mike Pompeo, qui accompagne M. Esper lors de son voyage en Australie, a déclaré que les États-Unis avaient “dormi aux dans leur fonction de leadership” face au “danger” que représente la Chine.

Il a ensuite réitéré la déclaration d'Esper selon laquelle la croissance économique pacifique de la Chine constituait une menace militaire pour les États-Unis. “J'entends des gens parler en séparant les questions commerciales et économiques de celles de sécurité nationale”, a dit M. Pompeo. “Ne nous y trompons pas, la capacité de la Chine, la capacité de l'Armée populaire de libération à pouvoir faire exactement ce qu'elle fait est le résultat direct des relations commerciales que la Chine a établies.”

“Ils ont fait grandir leur pays en profitant d’un ensemble de règles commerciales injustes. Ils ont donc été en mesure de faire croître leur économie à un rythme élevé”, a déclaré M. Pompeo. “Ces mêmes outils économiques que le président Trump s'efforce de réajuster sont également ce qui a permis à la Chine de faire toutes les choses qu'elle fait avec ses forces militaires”, a-t-il ajouté.

En d'autres termes, il n'y a pas de ligne de démarcation entre coexistence pacifique et conflit militaire. La croissance économique et le commerce sont eux-mêmes perçus par Washington comme des menaces militaires, auxquelles Washington doit faire face, qu'il s'agisse de conflits commerciaux, de menaces militaires ou de guerres à grande échelle.

Les paroles de Pompeo s'inscrivent dans la doctrine de la rivalité des grandes puissances contre la Russie et la Chine adoptée par le Pentagone l'année dernière, qui déclarait que “la concurrence des grandes puissances, – et non le terrorisme, – est désormais le principal objectif de la sécurité nationale américaine”. La conduite de tels conflits nécessitera une approche de la société [de l’adversaire] “comme un tout”, a déclaré le Pentagone en se référant à ce qu'il est convenu désormais de nommer “la guerre totale”.

En plus de la fin du traité FNI vendredi, les États-Unis ont décidé trois mesures hostiles à la Chine dans leur conflit contre ce pays.

Mercredi, la Banque centrale américaine a abaissé le taux des fonds fédéraux dans un mouvement largement perçu comme visant à dévaluer le dollar et à améliorer les exportations américaines. Le mois dernier, M. Trump a déclaré que “les autres devises sont dévaluées par rapport au dollar, ce qui désavantage fortement les Etats-Unis”, exigeant que la Fed prenne des mesures.

Jeudi, Donald Trump a annoncé une proposition visant à appliquer un tarif de 10 % sur tous les produits chinois qui ne sont pas déjà assujettis à des droits d'importation, y compris un large éventail de biens de consommation comme les téléphones et autres appareils électroniques.

 Le même jour, les sénateurs démocrates se sont joints aux républicains pour adopter le budget militaire le plus important de l'histoire américaine, augmentant considérablement la capacité des États-Unis à faire la guerre à une “grande puissance”.

Si aucune de ces actions n'est sérieusement discutée ou débattue dans les médias, c'est parce qu'il existe un accord entre les démocrates et Trump sur la nécessité de préparer la guerre avec la Chine. Comme l'a dit l'ancien président de la campagne Trump, Steve Bannon : “La personne qui remportera l'élection, qu'elle soit démocrate ou non, sera un faucon équivalent, sinon plus affirmé que Donald Trump... Les démocrates sont tout aussi durs sur ce point que les républicains”.

D'une certaine manière, les démocrates sont même encore plus radicaux dans leur langue. Pour ne citer qu'un exemple, en juin, le candidat démocrate à la présidence Pete Buttigieg a déclaré qu'un conflit avec la Chine constituait la base de “l’unité nationale”. “Le nouveau défi de la Chine nous donne l'occasion de surmonter les clivages politiques, a-t-il dit. Au moins la moitié de la bataille [contre la Chine] est dans notre politique intérieure.”

WSWS.org

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.questionchine.net/hong-kong-la-defiance-s-aggrave-a-la-determination-des-emeutiers-pekin-repond-par-la (2 août 2019)

Une bonne partie de l’opinion publique chinoise dont le nationalisme redoute le chaos aux portes de la Chine, et Pékin qui, depuis longtemps accuse la mouvance démocrate de la Région autonome spéciale d’être soutenue par les ONG des droits elles-mêmes financées par le « National Democratic Institute for International Affairs (NDI) » lié au Congrès, restent persuadés que les États-Unis jouent à Hong-Kong un jeu trouble anti-chinois [2].

[2] Lié à l’Internationale Socialiste, proche du Parti démocrate et financé par le Congrès sous couvert de l’organisation National Endowment for Democracy, le NDI a clairement l’objectif dont on ne peut ignorer la sensibilité pour les régimes autoritaires, de « promouvoir la démocratie ». Les pouvoirs qui en sont les cibles voient naturellement ce prosélytisme démocratique américain comme des « tentatives de subversions ». D’autant qu’il abrite aussi des arrière-pensées d’influence stratégique de Washington.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Voici la fameuse vidéo adressé aux émeutiers de l'armée chinoise qui commence par des actions de libération d'otage et de tir de snipers et mélangeant divers exercices et démonstrations, bref, il s'agit d'un simple montage de divers films , noté le panneau à 0:50 derrière les ''CRS" :biggrin: -:

 

 

Edited by collectionneur
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Dedefensa diffuse un texte de WSWS.org

https://www.dedefensa.org/article/le-capitalisme-cest-la-guerre

Encerclement nucléaire de la Chine 

bon bah ils auront pas attendus longtemps avant de pouvoir relancer/produire/officialiser certains programmes militaires. 

Ils ont en tout cas une vision assez "interessante" des relations inter etats...

Edited by rendbo
Link to comment
Share on other sites

Il fallait bien qu'ils tombent le masque au bout d'un moment et il faut bien trouver un moyen de relancer un système économique occidental à bout de souffle (je sais je suis cynique).

 

Au moins nous savons à quoi nous attendre pour les 20 prochaines années mais je doute qu'ils trouvent beaucoup d'alliés ce coup-ci.

Edited by Arland
Link to comment
Share on other sites

Le 03/08/2019 à 20:05, Henri K. a dit :

Il y a toujours des gens qui sont habitués à avoir un maître et d'être à genoux depuis trop longtemps.

Pour une fois, on ne peut pas essayer de se tenir debout sur nos deux pieds et marcher par nous même ?

Absolument d'accord là-dessus, et c'est essentiel.

Pour les "puissances tierces", ces pays qui sont des puissances mais non des superpuissances, et qui voient se renforcer l'opposition et les querelles entre les deux superpuissances, le jeu doit être de trianguler entre les deux pôles, renforçant ses propres marges de manœuvre par la même occasion, et respectant à la fois Washington et Pékin - même si par exemple un pays comme la Russie sera plus proche de la Chine, et un pays comme la France plus proche de l'Amérique.

Etant donné que suivre la pente signifierait s'agenouiller devant l'un ou l'autre des Gros, cela suppose naturellement de résister à l'un comme à l'autre, plutôt que de se prosterner.

 

Le 03/08/2019 à 20:05, Henri K. a dit :

La Chine s'en tape ce qu'il se passe ailleurs, c'est un peuple ultra-égocentrique depuis au moins 2 millénaires et ce n'est pas prêt de changer. Ce qu'ils veulent aujourd'hui c'est un environnement propice et des ressources pour leur développement, ils ne veulent emmerder personne (du moins en Occident) mais ne tolèrent plus personne d'aller les emmerder chez eux comme ils avaient subi durant les 200 dernières années.

Tout à fait d'accord sur le principe, mais dans ce cas d'espèce s'agit-il de cela ?

La parlementaire allemande en question, Margarete Bause, a effectivement agi en faveur des Ouighours. Elle est à l'origine de la décision du gouvernement allemand de ne plus expulser les immigrés clandestins chinois d'ethnie ouighoure, avec l'argument qu'il existe un risque sérieux qu'ils soient persécutés s'ils reviennent en Chine.

Or, non seulement cet argument est parfaitement recevable, mais la question de savoir quels étrangers l'Allemagne accepte de reconnaître comme bénéficiaires de l'asile à cause du risque de persécution s'ils sont renvoyés est une question de souveraineté allemande. C'est l'affaire des Allemands, et d'eux seuls.

Dans ce cas, il me semble que c'est bien Pékin qui se mêle de ce qui ne le regarde pas.

Le respect pour les autres pays, ça doit marcher dans les deux sens.

 

Le 03/08/2019 à 20:59, Wallaby a dit :

Je pense que les Chinois sont assez intelligents pour comprendre que le monde actuel, la planète terre est l'équivalent de la Chine à l'époque des Royaumes Combattants, en attente d'un empereur Qin pour l'unifier dans une gouvernance mondiale.

Une gouvernance mondiale ?

Il y en a qui ont essayé. Ils ont eu des problèmes.

Révélation


 

 

Il y a 18 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Il a ensuite réitéré la déclaration d'Esper selon laquelle la croissance économique pacifique de la Chine constituait une menace militaire pour les États-Unis. “J'entends des gens parler en séparant les questions commerciales et économiques de celles de sécurité nationale”, a dit M. Pompeo. “Ne nous y trompons pas, la capacité de la Chine, la capacité de l'Armée populaire de libération à pouvoir faire exactement ce qu'elle fait est le résultat direct des relations commerciales que la Chine a établies.”

“Ils ont fait grandir leur pays en profitant d’un ensemble de règles commerciales injustes. Ils ont donc été en mesure de faire croître leur économie à un rythme élevé”, a déclaré M. Pompeo. “Ces mêmes outils économiques que le président Trump s'efforce de réajuster sont également ce qui a permis à la Chine de faire toutes les choses qu'elle fait avec ses forces militaires”, a-t-il ajouté.

En d'autres termes, il n'y a pas de ligne de démarcation entre coexistence pacifique et conflit militaire. La croissance économique et le commerce sont eux-mêmes perçus par Washington comme des menaces militaires, auxquelles Washington doit faire face, qu'il s'agisse de conflits commerciaux, de menaces militaires ou de guerres à grande échelle.

Les paroles de Pompeo s'inscrivent dans la doctrine de la rivalité des grandes puissances contre la Russie et la Chine adoptée par le Pentagone l'année dernière, qui déclarait que “la concurrence des grandes puissances, – et non le terrorisme, – est désormais le principal objectif de la sécurité nationale américaine”. La conduite de tels conflits nécessitera une approche de la société [de l’adversaire] “comme un tout”, a déclaré le Pentagone en se référant à ce qu'il est convenu désormais de nommer “la guerre totale”.

(...) Pour ne citer qu'un exemple, en juin, le candidat démocrate à la présidence Pete Buttigieg a déclaré qu'un conflit avec la Chine constituait la base de “l’unité nationale”. “Le nouveau défi de la Chine nous donne l'occasion de surmonter les clivages politiques, a-t-il dit. Au moins la moitié de la bataille [contre la Chine] est dans notre politique intérieure.”

Oui, ces deux tendances en particulier sont dangereuses :

- Ne pas faire de distinction entre concurrence internationale pacifique et opposition militaire

- Chercher, inconsciemment voire même consciemment, à renforcer l'opposition avec un ennemi externe afin de renforcer l'unité interne

Il me paraît assez clair que le pouvoir chinois n'est pas non plus tout à fait innocent sur ces sujets. Mais il semble bien que l'Amérique se prépare à défendre sa prééminence mondiale, Trump ou pas Trump, Démocrate ou Républicain, et certains semblent ajouter "by all means necessary".

Une conclusion pour la France (*)  : la nécessité impérative de se tenir à l'écart de cette querelle, indépendamment de notre relation certes plus proche et plus confiante avec Washington qu'avec Pékin.

Cela ne signifie pas faire comme si elle n'existait pas naturellement, c'est impossible. Mais ne pas prendre parti sur le fond, même si tactiquement sur tel ou tel sujet nous pouvons être amené à nous rapprocher de la position de l'un ou de l'autre.

(*) Comme il me semble pour toutes les Inde, Allemagne, Russie, Japon, Brésil et Royaume-Uni... mais bon, c'est à eux de voir :mellow:

 

Il y a 12 heures, collectionneur a dit :

Voici la fameuse vidéo adressé aux émeutiers de l'armée chinoise qui commence par des actions de libération d'otage et de tir de snipers et mélangeant divers exercices et démonstrations, bref, il s'agit d'un simple montage de divers films , noté le panneau à 0:50 derrière les ''CRS" :biggrin: -:

Bon, d'un autre côté, il faut balayer devant notre porte.

Au plus fort du mouvement des Gilets jaunes, et plus généralement en cas de grève un peu suivie voire de grève générale, le RAID et le GIGN diffusaient bien des vidéos d'exercices de neutralisation de terroriste, adressés aux manifestants non violents qui tentaient de "détruire la France", comme les en accusait le président de la République.

Révélation

achtung-ironie.gif

 

Il y a 8 heures, Arland a dit :

Au moins nous savons à quoi nous attendre pour les 20 prochaines années mais je doute qu'ils trouvent beaucoup d'alliés ce coup-ci.

Je crois que tu parles des Etats-Unis. Dans ce cas, je ne suis pas tout à fait d'accord, pensant d'abord aux puissances asiatiques autres que la Chine, qui ont toutes les raisons de craindre d'être entraînées bon gré mal gré dans l'orbite de la Chine, voire carrément celle de Winnie l'ourson - car le pouvoir personnel revient à la mode à Pékin :wacko: :sad:

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 21 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Dedefensa diffuse un texte de WSWS.org

https://www.dedefensa.org/article/le-capitalisme-cest-la-guerre

Encerclement nucléaire de la Chine

Dans les heures qui ont suivi le retrait officiel des États-Unis, vendredi, du FNI, le traité nucléaire le plus important du monde, le Pentagone a clairement fait savoir qu'il avait l'intention d’encercler la Chine de systèmes de missiles offensifs à têtes nucléaires. Il s’agit d’une course aux armements nucléaires qui s'accélère rapidement.

S'adressant à des journalistes lors d'un voyage en Australie, le ministre américain de la Défense, Mark Esper, a déclaré que le Pentagone allait déployer des missiles jusqu'alors interdits par le traité “le plus tôt possible”. “Je préférerais dans quelques mois”, a précisé Esper.

Le déploiement de missiles à moyenne portée dans le Pacifique transformerait la côte chinoise et les îles du Pacifique qui l'entourent en un front de bataille nucléaire, mettant en danger la vie de milliards de personnes en Chine, en Corée, au Japon, à Taiwan et dans la région.

 

Au moins sur ce plan-là, je ne m’étais pas trop trompé quand j’ai écrit ici que les USA dénonçaient le traité moins parce que la Russie semblait ne pas le respectait mais plus sûrement parce que les USA voulaient retrouver les coudées franches face à la Chine, cette dernière n’étant pas signataire de l’accord.

 

Le 21/10/2018 à 10:13, TarpTent a dit :

Sur cet aspect-là, très spécifiquement, je les comprends parfaitement*. Ce traité a été signé entre les 2 puissances majeures de l’époque parce que cette capacité intermédiaire dissuasive n’avait plus d’intérêt entre eux, surarmés qu’ils étaient déjà, et n’avait aucune utilité par ailleurs sauf à reproduire des crises comme celle de Cuba.

Maintenant que la Russie n’est plus une menace et que la Chine est le nouveau challenger, avec une liberté de développement quasi-totale car non empêtrée dans des traités similaires, il était important pour les USA de retrouver les coudées franches sur ce sujet.

Pour moi, les motifs de dénonciation du traité ne sont que de l’affichage, ils devaient sortir du traité pour pouvoir relancer leur industrie sur ce sujet. Je pense que les États-Unis veulent surtout pouvoir redévelopper et renforcer une force de dissuasion intermédiaire et longue distance crédible, mais cette fois-ci vis-à-vis de la Chine.

(...)

Le traité New Star suivra le même chemin, pour les mêmes raisons. Et de toutes façons, la militarisation de l’espace va bientôt être une réalité tangible (officielle, cette fois, s’entend), et sa nucléarisation aussi. Autant se débarasser de suite de tous les anciens traités qui peuvent ralentir la trajectoire vers ce nouvel objectif des USA.

 

*comprendre ne veut pas dire approuver.

 

Le 28/05/2019 à 21:46, TarpTent a dit :

Ce type d’arme est indispensable par exemple à Guam, et il était donc normal que les USA s’extraient de ce carcan afin de relancer les recherches et la production de ces missiles de portée intermédiaire.

 

Il y a juste que maintenant, ils ont officialisé la chose.

Edited by TarpTent
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Alexis a dit :

Je crois que tu parles des Etats-Unis. Dans ce cas, je ne suis pas tout à fait d'accord, pensant d'abord aux puissances asiatiques autres que la Chine, qui ont toutes les raisons de craindre d'être entraînées bon gré mal gré dans l'orbite de la Chine, voire carrément celle de Winnie l'ourson - car le pouvoir personnel revient à la mode à Pékin :wacko: :sad:

Oui mais là nous ne sommes plus dans la glorieuse image du soldat américain qui vient se sacrifier pour la veuve et l'orphelin asiatiques. Les choses ont changé, là on parle de guerre économique sans limite tout azimut (avec un désir de domination totale envers ses "alliés") et dans le pire des cas de vitrifier une partie de l'Asie et de rendre toxique ce qui l'en reste sans risquer la moindre vie américaine sur ce continent. Je crois que cette perspective devrait faire réfléchir certains pays (je pense en particulier au Japon) qui devront choisir entre la peste et le choléra.

Edited by Arland
Link to comment
Share on other sites

"Le déploiement de missiles à moyenne portée dans le Pacifique transformerait la côte chinoise et les îles du Pacifique qui l'entourent en un front de bataille nucléaire, mettant en danger la vie de milliards de personnes en Chine, en Corée, au Japon, à Taiwan et dans la région."

Cela mettrait en danger la vie sur terre dans son ensemble.  L'atmosphère serait obscurcie par des poussières en suspension, les vents transporterait des particules radioactives.... j'imagine mal que les USA s'en sortent indemnes  - il vaudrait d'ailleurs mieux pas ; mais les chinois ont du prévoir le coup.  Et les Européens vont devoir bien veiller à ne pas se trouver entrainer dans cette histoire et de ne pas s'en mêler.

Link to comment
Share on other sites

il y a 20 minutes, Arland a dit :

Que le PCC prenne le temps de balancer une vidéo de menaces... pardon de "com" au lieu d'envoyer directement les chars faire de la bouillie à échelle industrielle c'est déjà un substantiel progrès.

 

 

C'était ma minute "positivisme" de la journée. :happy:

La France ne propose pas son expertise à la Chine ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Arland a dit :

Que le PCC prenne le temps de balancer une vidéo de menaces... pardon de "com" au lieu d'envoyer directement les chars faire de la bouillie à échelle industrielle c'est déjà un substantiel progrès.

 

 

C'était ma minute "positivisme" de la journée. :happy:

Le pire... c'est que tu as raison !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Arland a dit :

Que le PCC prenne le temps de balancer une vidéo de menaces... pardon de "com" au lieu d'envoyer directement les chars faire de la bouillie à échelle industrielle c'est déjà un substantiel progrès. C'était ma minute "positivisme" de la journée. :happy:

Lorsque j'ai posté le lien suivant :

Le 30/07/2019 à 10:03, Wallaby a dit :

http://www.air-defense.net/forum/topic/10777-chine/page/154/?tab=comments#comment-1235713

https://www.liberation.fr/checknews/2019/06/19/est-ce-que-hongkong-a-utilise-du-materiel-francais-pour-reprimer-les-manifestations_1734306 (16 juin 2019)

La région administrative chinoise a bien acheté trois camions antiémeutes avec canons à eau à une entreprise française. Pour l'heure, il n'ont pas été utilisé contre les manifestants.

Je me suis demandé pourquoi ils s'embêtaient à aller jusqu'en France pour acheter ce type de matériel. Est-ce que cela signifie que la Chine n'en fabrique pas ? Et pourquoi la Chine n'en fabrique pas ? Parce qu'elle utilise d'autres méthodes ?

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 03/08/2019 à 11:59, Picdelamirand-oil a dit :

La Chine rompt toute coopération policière avec la France

L’annonce serait liée, de source diplomatique, à la décision de Paris d’accorder, le 15 mai, l’asile politique à l’épouse de l’ancien président d’Interpol Meng Hongwei.

Le message a été transmis, la dernière semaine de juillet, par les autorités chinoises à l’attaché de sécurité intérieure de l’ambassade de France à Pékin. La Chine a indiqué qu’elle rompait, unilatéralement, toute coopération avec l’Etat français en matière de police, ce qui couvre de nombreux domaines liés à la sécurité.

Cette annonce serait liée, de source diplomatique, à la décision de Paris d’accorder, le 15 mai, l’asile politique à l’épouse de l’ex-président d’Interpol Meng Hongwei. Ce dernier avait disparu, fin septembre 2018, de Lyon, siège de l’organisation internationale de police, avant de réapparaître en juin devant un tribunal de la ville de Tianjin, en Chine, où il a été condamné notamment pour des faits de corruption.

Pékin souhaitait obtenir le retour au pays de son épouse afin d’engager contre elle des poursuites, en qualité de complice des infractions reprochées à son mari. En vain. Grace Meng a refusé de rentrer en Chine et s’est installée en France avec ses deux enfants. Elle fait, aujourd’hui, l’objet d’une protection policière renforcée après l’apparition de sérieuses craintes de kidnapping.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/03/la-chine-rompt-toute-cooperation-de-police-avec-la-france_5496116_3210.html

Ce délire...

L'ambition chinoise : avoir plein de petits vassaux.

Link to comment
Share on other sites

il y a 37 minutes, Boule75 a dit :

Ce délire...

L'ambition chinoise : avoir plein de petits vassaux.

Peut être que pour le bien commun du Monde il faut  que la Chine et les USA se détruisent mutuellement sans trop faire de victimes collatérales et sans trop abimer le climat dont ils sont les premiers destructeurs.

Il y a 6 heures, Kelkin a dit :

La Chine n'est pas la Tunisie ou le Maroc.

Une telle proposition les ferait bien rire, et c'est tout.

c'etait une boutade

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,632
    Total Members
    1,550
    Most Online
    gabin1980
    Newest Member
    gabin1980
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.4m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...