Recommended Posts

26 minutes ago, Wallaby said:

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/hollywood-s-autocensure-pour-gagner-le-marche-chinois-accuse-un-rapport-20200805 (5 août 2020)

Scénaristes, producteurs et réalisateurs pratiquent des altérations en tout genre, dans l'espoir de toucher les 1,4 milliard de consommateurs que compte la Chine, selon Pen America, association américaine de défense de la liberté d'expression. Cela va, relève-t-elle, de la suppression d'un drapeau taïwanais du blouson de Tom Cruise dans «Top Gun: Maverick» à l'effacement de la Chine comme source d'un virus zombie dans le film «World War Z», sorti en 2013. Il s'agit aussi d'éviter certains sujets sensibles, tels que le Tibet, Taïwan, Hong Kong ou le Xinjiang, et de ne pas montrer des personnages de la communauté LGBTQ. «L'apaisement du gouvernement chinois et de leurs censeurs est devenu une façon comme les autres de faire des affaires», souligne le rapport.

A Hollywood, certaines personnes «s'approprient volontairement ces restrictions, sans qu'on le leur demande», et d'autres invitent les censeurs chinois sur les tournages, dénonce encore le rapport.

Ca, c'est ce que j'apelle du soft power ;)

La tendance n'est plus vraiment nouvelle, surtout dans les loisirs vidéo-ludiques, et probablement déjà trop avancée pour être contrecarrée. Mais le concept reste encore trop ignoré du grand public (sciemment ou pas) parce que "ça va, ce n'est que du loisir/un film/un jeu". Je ne dis pas qu'ils ont tord de le faire, vu qu'ils peuvent se le permettre (au nom du sacro-saint Dieu Flouze, et ses prophètes Cash et Pépettes ;) ) mais je regrette que si peu de personne semble le remarquer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, SLT a dit :

Ca, c'est ce que j'apelle du soft power ;)

La tendance n'est plus vraiment nouvelle, surtout dans les loisirs vidéo-ludiques, et probablement déjà trop avancée pour être contrecarrée. Mais le concept reste encore trop ignoré du grand public (sciemment ou pas) parce que "ça va, ce n'est que du loisir/un film/un jeu". Je ne dis pas qu'ils ont tord de le faire, vu qu'ils peuvent se le permettre (au nom du sacro-saint Dieu Flouze, et ses prophètes Cash et Pépettes ;) ) mais je regrette que si peu de personne semble le remarquer.

Le fait qu'il y ai des dénonciations maintenant, en plein guerre froide, c'est pas anodin.

Hollywood a été un outil de propagande extrêmement efficace au temps des soviétiques. 

Il y a 20 heures, Kelkin a dit :

Donc la destruction annoncée de la culture de Mongolie Intérieure est la faute des occidentaux.

Je viens de dire qu'il y a des sujets, où il y a ni gentil ni méchant, simplement des circonstances qui font prendre des décisions plus ou moins bonne pour certaines personnes.

Il y a 14 heures, Ciders a dit :

Intéressant concept de l'assimilation préventive à marches forcées. "C'est pas de notre faute, on doit aller vite à cause que ce sera la m**de plus tard".

Ne pas oublier au passage que le bouddhisme demeure minoritaire en Chine... et que le fait religieux est largement contrôlé par l’État. On est bien loin d'une liberté de culte comme en Occident.

C'est un concept qui a été mis en place dans pas mal d'endroits sur terre pourtant. Vous croyez quand même pas que le français s'est imposé dans tout le pays naturellement sans intervention politique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, koojisensei2 a dit :

Je viens de dire qu'il y a des sujets, où il y a ni gentil ni méchant, simplement des circonstances qui font prendre des décisions plus ou moins bonne pour certaines personnes.

Oui enfin faut pas pousser Mémé dans les orties non plus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plus au moins bonne pour certaines personnes !

:bloblaugh:

Madame le juge, oui je l'ai tué... Mais globalement c'était un acte Positif, grâce a ce meurtre moi j'ai gagné 5000 euro, vous savez madame le juge tout ne peut être toujours positif...

J'ai pris une décision... Plus ou moins bonne pour certaines personnes...

Kooji.... Faut arrêter là... C'est plus crédible pour un sous....

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 39 minutes, Snapcoke a dit :

Plus au moins bonne pour certaines personnes !

:bloblaugh:

Madame le juge, oui je l'ai tué... Mais globalement c'était un acte Positif, grâce a ce meurtre moi j'ai gagné 5000 euro, vous savez madame le juge tout ne peut être toujours positif...

J'ai pris une décision... Plus ou moins bonne pour certaines personnes...

Kooji.... Faut arrêter là... C'est plus crédible pour un sous....

n'oublie pas que "c'est un acte humaniste car nous sommes trop sur la planète" ou "je viens du futur et elle son gamin aurait conduit le monde à l'apocalypse nucléaire"...

Edited by rendbo
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Snapcoke a dit :

Plus au moins bonne pour certaines personnes !

:bloblaugh:

Madame le juge, oui je l'ai tué... Mais globalement c'était un acte Positif, grâce a ce meurtre moi j'ai gagné 5000 euro, vous savez madame le juge tout ne peut être toujours positif...

J'ai pris une décision... Plus ou moins bonne pour certaines personnes...

Kooji.... Faut arrêter là... C'est plus crédible pour un sous....

Attendez, que les choses soit clair, on parle de la langue officiel du pays auquel ils vivent depuis des siècles. Le programme a simplement fait avancé l'obligation qui était du CE2 à la classe du CP
On va me dire que je défend le diable mais un enfant qui aura grandi et qui ne maîtrise pas le mandarin dans le monde de demain en Chine, est ce vraiment dans son intérêt ? On ne nous parle pas d'une interdiction de la langue local, comme ca s'est passé en France. Franchement, regardez le programme qui avait été appliqué en France pour tuer les langues locaux et ça ose donner des leçons.

Moi même je parle une dialecte chinoise en plus du mandarin et alors? Je continue à pratiquer cette dialecte avec une partie de ma famille, le mandarin avec une autre partie et le français avec la jeune génération de la famille qui sont née ici. 
Dans le même style, on nous oblige plus ou moins en France à apprendre l'anglais dans le programme scolaire aujourd'hui non ? 

Il y a 11 heures, rendbo a dit :

n'oublie pas que "c'est un acte humaniste car nous sommes trop sur la planète" ou "je viens du futur et elle son gamin aurait conduit le monde à l'apocalypse nucléaire"...

Bon, je sais que j'ai des idées qui sont contraire à beaucoup de l'idéal mais c'est simplement une question de bon sens.  
Je n'ai aucun doute non plus que l'humanité a tout intérêt à contrôler l'augmentation de sa population. Je suis contre les avortements forcés ou tout autre contrôle violent mais il est dans l'intérêt de l'humanité de donner plus d'enseignement à la population féminine, à retarder leurs mariages, à diffuser plus largement les moyens de contraception etc.

Il y a 12 heures, Kelkin a dit :

Oui enfin faut pas pousser Mémé dans les orties non plus.

Pour être honnête, même si demain, Xi interdisait vraiment l'usage de la langue mongole sous peine d'emprisonnement, je ne vois pas ce que mémé pourra y faire.

Edited by koojisensei2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, koojisensei2 a dit :

On va me dire que je défend le diable mais un enfant qui aura grandi et qui ne maîtrise pas le mandarin dans le monde de demain en Chine, est ce vraiment dans son intérêt ? On ne nous parle pas d'une interdiction de la langue local, comme ca s'est passé en France. Franchement, regardez le programme qui avait été appliqué en France pour tuer les langues locaux et ça ose donner des leçons.

Avec la modernisation des sociétés, pas besoin de prendre l'approche centralisatrice à la française pour affirmer une langue nationale au détriment de langues régionales en limitant de manière explicite l'usage de celles-ci. Je le constate fréquemment en Allemagne. Malgré la fierté de certaines régions à parler un dialecte, on voit bien que les plus jeunes générations perdent finalement peu à peu la maîtrise de la langue régionale au profit du Hochdeutsch. Autrement dit, celui qui veut obtenir une uniformisation linguistique dans nos sociétés contemporaines n'a strictement aucun intérêt à reprendre l'ancienne approche à la française. Ce serait contre-productif.

En revanche, tu as raison : ce serait un handicap pour un chinois de ne pas maîtriser le mandarin... alors d'ailleurs qu'un nombre croissant d'étrangers font l'effort, notamment dans une recherche d'opportunités économiques, d'apprendre la langue.

Edited by Skw

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et puis franchement pour une mesure qui se limite à avancer de 2 ans l'age de l'enseignement du Mandarin je trouve que ça sur-réagit un peu. Il y a bien plus grave en Chine et ailleurs...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, koojisensei2 a dit :

Attendez, que les choses soit clair, on parle de la langue officiel du pays auquel ils vivent depuis des siècles. Le programme a simplement fait avancé l'obligation qui était du CE2 à la classe du CP
On va me dire que je défend le diable mais un enfant qui aura grandi et qui ne maîtrise pas le mandarin dans le monde de demain en Chine, est ce vraiment dans son intérêt ? On ne nous parle pas d'une interdiction de la langue local, comme ca s'est passé en France. Franchement, regardez le programme qui avait été appliqué en France pour tuer les langues locaux et ça ose donner des leçons.

Moi même je parle une dialecte chinoise en plus du mandarin et alors? Je continue à pratiquer cette dialecte avec une partie de ma famille, le mandarin avec une autre partie et le français avec la jeune génération de la famille qui sont née ici. 
Dans le même style, on nous oblige plus ou moins en France à apprendre l'anglais dans le programme scolaire aujourd'hui non ? 

Bon, je sais que j'ai des idées qui sont contraire à beaucoup de l'idéal mais c'est simplement une question de bon sens.  
Je n'ai aucun doute non plus que l'humanité a tout intérêt à contrôler l'augmentation de sa population. Je suis contre les avortements forcés ou tout autre contrôle violent mais il est dans l'intérêt de l'humanité de donner plus d'enseignement à la population féminine, à retarder leurs mariages, à diffuser plus largement les moyens de contraception etc.

Pour être honnête, même si demain, Xi interdisait vraiment l'usage de la langue mongole sous peine d'emprisonnement, je ne vois pas ce que mémé pourra y faire.

ne t'inquiete pas, j'ai les memes à Mayotte ;

les gamins parlent 3 minutes par semaine le français, le reste du temps, c'est leur langue maternelle (qui se parle et ne s'écrit pas).

Pour etre plus en phase avec leur monde, ils ne savent ni lire ni écrire...

alors qu'ils sont français depuis 1841.

A ton avis, quelle employabilité plus tard ???

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, christophe 38 a dit :

ne t'inquiete pas, j'ai les memes à Mayotte ;

les gamins parlent 3 minutes par semaine le français, le reste du temps, c'est leur langue maternelle (qui se parle et ne s'écrit pas).

Pour etre plus en phase avec leur monde, ils ne savent ni lire ni écrire...

alors qu'ils sont français depuis 1841.

A ton avis, quelle employabilité plus tard ???

L'école n'est pas obligatoire dans les DOM TOM ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, koojisensei2 a dit :

Le fait qu'il y ai des dénonciations maintenant, en plein guerre froide, c'est pas anodin.

Les Américains sont en train de comprendre lentement le pouvoir qu'acquiert Pékin pour contrôler les cerveaux Américains. Ce rapport du Pen Club vient dans un contexte.

Je ne l'ai pas lu, mais il n'y a peut-être rien de bien nouveau par rapport à ce que la presse avait déjà révélé depuis de nombreuses années sur les relations entre Hollywood et la Chine populaire.

Mais il y a eu le déclenchement récent de l'affaire Tiktok, et la décision de classer les Instituts Confucius parmi les organes de propagande.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 30/08/2020 à 09:11, Wallaby a dit :

Vous voulez vous souvenir que les États-Unis au 20e siècle ont mis quatre concurrents potentiels à la casse : L'Allemagne impériale, le Japon impérial, l'Allemagne nazie et l'Union soviétique.

Méchante réécriture de l'histoire tout de même avec une grosse simplification.

Edited by Arland
  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Arland a dit :

Méchante réécriture de l'histoire tout de même avec une grosse simplification.

Les états-unis ne sont pas en reste avec la réécriture de l'histoire et grâce à Hollywood c'est le monde entier qui sont sous influence américaine. 90% des français pensent aujourd'hui que la défaite des nazi n'est dû qu'a l'intervention des américains sur le sol européen minorant au passage le rôle des l'URSS. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, koojisensei2 a dit :

90% des français pensent aujourd'hui que la défaite des nazi n'est dû qu'a l'intervention des américains sur le sol européen minorant au passage le rôle des l'URSS. 

Certes mais n'oublions pas les deux formules de De Gaulle: en 1940 sur "les forces qui n'avaient pas encore donné" et au soir du 7/12/41 le célèbre "désormais la guerre et gagnée et l'avenir nous réserve deux choses le sauvetage de l'Allemagne par les Alliés et une confrontation entre les russes et les américains".

Sans les Américains ... Comment dire; c'eut été plus difficile et il n'y aurait pas eu de débarquements en 44

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, pascal a dit :

Certes mais n'oublions pas les deux formules de De Gaulle: en 1940 sur "les forces qui n'avaient pas encore donné" et au soir du 7/12/41 le célèbre "désormais la guerre et gagnée et l'avenir nous réserve deux choses le sauvetage de l'Allemagne par les Alliés et une confrontation entre les russes et les américains".

Sans les Américains ... Comment dire; c'eut été plus difficile et il n'y aurait pas eu de débarquements en 44

Sans De Gaulle, la France aurai été un pays vassal des américains. C'est impressionnant que par la seul force d'un seul homme, il ai pu changé le destin d'un pays. 

Après, il ne faut pas faire d'illusion dans un sens comme dans l'autre. Les américains ont largement tiré profit de cette guerre et son intervention plusieurs années après le début des hostilités peut être vu comme une tactique. Si l'Europe tombait vraiment entre les mains des nazi, je ne suis pas sur que les américains aurai pu récupérer le rôle de la super puissance.

De même pour l'URSS, ils ont pas fait une guerre avec comme objectif de combattre le nazisme.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, pascal a dit :

Certes mais n'oublions pas les deux formules de De Gaulle: en 1940 sur "les forces qui n'avaient pas encore donné" et au soir du 7/12/41 le célèbre "désormais la guerre et gagnée et l'avenir nous réserve deux choses le sauvetage de l'Allemagne par les Alliés et une confrontation entre les russes et les américains".

Sans les Américains ... Comment dire; c'eut été plus difficile et il n'y aurait pas eu de débarquements en 44

Et sans ces deux guerres mondiales les USA ne seraient sans pas devenus aussi dominants non plus. Au passage, il sous entend que les USA ont tout fait en 14-18... L'arrogance et l'hypocrisie de certains dans ce pays n'ont vraiment plus de limites.

Maintenant, si les USA prennent de haut la Chine comme ils aiment le faire pour le reste du monde, la situation risque d'être un poil plus compliquée.

En attendant, ça pousse déjà fort pour gonfler encore le budget militaire des USA pour leur future confrontation avec la Chine :

https://media.defense.gov/2020/Sep/01/2002488689/-1/-1/1/2020-DOD-CHINA-MILITARY-POWER-REPORT-FINAL.PDF

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 46 minutes, Arland a dit :

Et sans ces deux guerres mondiales les USA ne seraient sans pas devenus aussi dominants non plus. Au passage, il sous entend que les USA ont tout fait en 14-18... L'arrogance et l'hypocrisie de certains dans ce pays n'ont vraiment plus de limites.

Maintenant, si les USA prennent de haut la Chine comme ils aiment le faire pour le reste du monde, la situation risque d'être un poil plus compliquée.

En attendant, ça pousse déjà fort pour gonfler encore le budget militaire des USA pour leur future confrontation avec la Chine :

https://media.defense.gov/2020/Sep/01/2002488689/-1/-1/1/2020-DOD-CHINA-MILITARY-POWER-REPORT-FINAL.PDF

Ouh le beau pdf, tout le dilemme des stratèges chinois : comment sortir les US de la zone Asie-pacifique en évitant une confrontation.

Alors même que cette confrontation peut servir de raison d'être pour les US, (c'est un peu l'impression que ce rapport donne).

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://madeinchinajournal.com/2020/08/30/bilingual-education-in-inner-mongolia-an-explainer/ (30 août 2020)

La Chine est aujourd'hui en train de clore une expérience vieille de trois quarts de siècle. Cette expérience portait sur l'enseignement dans la langue de la minorité pour certains groupes ethniques sélectionnés : Mongols, Ouïghours, Tibétains, Kazakhs et Coréens. Héritage du passé décentralisé de la Chine et du modèle soviétique, l'enseignement dans les langues minoritaires est aujourd'hui remplacé par un nouveau modèle d'"éducation bilingue" dans lequel le chinois est la langue d'enseignement et les langues minoritaires sont au maximum un sujet d'instruction, une heure par jour.

Q : Quelle est la question de l'"éducation bilingue" en Mongolie intérieure ?

R : Cet été, le département de l'éducation de Mongolie intérieure a annoncé un plan visant à apporter des changements à l'éducation pendant les neuf années de scolarité obligatoire en Mongolie intérieure. Il est prévu de commencer la transition vers les manuels scolaires compilés par l'État pour les cours de "langue et littérature", de "morale et droit (politique)" et d'"histoire". Le point essentiel est que ces cours seront dispensés dans la langue nationale commune, le chinois mandarin. Cette politique sera officiellement mise en œuvre dès la rentrée scolaire, le 1er septembre prochain, en commençant par les cours de "langue et littérature" en première et en septième année. L'année prochaine, elle sera étendue à la "morale et au droit", puis à l'"histoire" en 2022. Ainsi, à partir de 2022, si tout se passe comme prévu, tous les élèves de Mongolie intérieure suivront ces trois cours uniquement en chinois, sur la base des manuels scolaires compilés par l'État chinois. Auparavant, dans de nombreuses écoles de Mongolie intérieure, toutes ces matières étaient enseignées en mongol jusqu'au lycée.

L'effet pratique de cette réforme sera de changer trois sujets d'enseignement en cours chinois. Il a été promis que les cours de langue mongole se poursuivraient parallèlement aux cours de "langue et littérature" (chinois) et que les autres cours - actuellement les mathématiques, les sciences, l'art, la musique et l'éducation physique - continueraient à être enseignés en mongol. Mais les documents politiques envisagent de donner une plus grande place aux nouvelles matières dans le programme et de les enseigner à des niveaux inférieurs. Dans le même temps, il est également prévu de ne pas augmenter le nombre d'heures de cours. Ainsi, la part des heures de cours des "classes locales" par semaine est réduite afin d'augmenter les heures de cours des "classes nationales", qui ne peuvent que réduire les heures dispensées en mongol.

À long terme, cette politique aura des répercussions sur l'université. À l'heure actuelle, les universités de Mongolie intérieure ont des cours d'histoire et d'autres sciences sociales en mongol. Que se passera-t-il quand il n'y aura plus d'étudiants ayant une formation en langue mongole dans ces matières ? De même, les chances d'emploi de ceux qui ont suivi une formation pour enseigner l'histoire, la morale et le droit, ainsi que la langue et la littérature en mongol, ne pourront que décliner fortement.

Q : La langue mongole est-elle interdite ? L'écriture mongole est-elle interdite ?

R : Absolument pas. Même les plus farouches opposants au changement proposé reconnaissent que dans les écoles de Mongolie ethnique de Mongolie intérieure, le mongol continuera d'être enseigné en tant que matière, bien que les critiques disent que cela revient à traiter la langue maternelle mongole "comme une langue étrangère". Il n'y a pas eu non plus de mesures visant à interdire l'utilisation de la langue mongole dans le public ou dans les écoles en dehors des cours. La radio et la télévision en langue mongole se poursuivent et, étant donné leur importance pour projeter une image favorable de la Chine à la Mongolie indépendante, il est peu probable qu'elles soient réduites. Les restrictions imposées aux plates-formes de médias sociaux en langue mongole comme Bainu semblent avoir été temporaires et elles sont apparemment de nouveau opérationnelles.

En Chine, le discours sur le développement est absolument omniprésent - tous les aspects de la société peuvent être classés comme "développés" ou "en retard" et tout mouvement devrait se faire de "arriéré" vers "développé". En ce qui concerne la langue, cette perspective signifie que les langues peuvent être "développées" et que tous les habitants de la Chine ont le droit constitutionnel de "développer" leur langue maternelle. L'article 4 de la Constitution chinoise stipule que "Toutes les nationalités ont la liberté d'utiliser et de développer leurs propres langues parlées et écrites". L'école est le lieu clé de ce développement. Lorsqu'une politique centrale est mise en œuvre, selon laquelle la langue mongole n'est plus capable de servir de support aux sujets vitaux de la langue, de la politique, de la morale et de l'histoire, le message dans un contexte de développement chinois est clair : le mongol est arriéré et ne peut être développé.

Q : Cela est-il lié à la "politique ethnique de la deuxième génération" (第二代民族政策) promue par les universitaires politiques à Pékin ?

R : Oui, de nombreux membres de l'opposition ont fait valoir que la nouvelle politique met subrepticement en œuvre cette "politique ethnique de deuxième génération". La "politique ethnique de deuxième génération" a été défendue par des personnalités comme le professeur Hu Angang du Centre d'études chinoises, un groupe de réflexion affilié à l'université Tsinghua, Hu Lianhe, un fonctionnaire du département du Front uni également associé au même centre, et le professeur d'anthropologie Ma Rong de l'université de Pékin. Ces penseurs affirment que l'autonomie ethnique d'origine soviétique intégrée dans la structure constitutionnelle de la Chine était une erreur et devrait être remplacée par une politique ethnique "dépolitisée" sur le modèle de celle des États-Unis, où les groupes ethniques ont des droits individuels à l'égalité mais aucun droit à l'autonomie territoriale et aucun soutien éducatif ou culturel soutenu par l'État. Cela impliquerait de transformer les régions, préfectures et comtés autonomes de Chine en unités territoriales ordinaires, et de passer à un enseignement en langue purement chinoise. Lors de son voyage à Tongliao, Gu Weiwei a fait référence de manière positive à ces idées.

Bien que les partis non communistes en Chine n'aient pas de pouvoir politique significatif, ils parlent souvent au nom des intellectuels publics, en particulier dans les zones côtières "avancées" de la Chine. La proposition de l'Association chinoise pour la promotion de la démocratie présente de nombreuses similitudes verbales avec la nouvelle proposition de la Mongolie intérieure, comme la référence non pas à la "langue chinoise" mais à la "langue nationale commune parlée et écrite". Il est clair que la nouvelle politique en Mongolie intérieure est conforme à la pensée de nombreux habitants des régions les plus riches et les plus cosmopolites de Chine qui considèrent l'autonomie ethnique comme un héritage dépassé de la tutelle soviétique et un frein au développement de l'Ouest chinois, plus pauvre et plus rural.

Q : Depuis combien de temps l'éducation en mongol existe-t-elle en Mongolie intérieure ?

R : L'éducation formelle en langue mongole existe sous une forme ou une autre depuis la création de l'alphabet mongol en 1206. Après la conversion des Mongols à l'école Gelug (chapeau jaune) du bouddhisme tibétain en 1581, l'enseignement en langue tibétaine est devenu fortement dominant pour les 40 % ou plus d'enfants qui passaient un certain temps dans les monastères. Cependant, même après que les Mongols soient passés sous le contrôle de la dernière dynastie chinoise, la dynastie mandchoue Qing (1636-1912), les principautés mongoles autonomes, ou "bannières", ont continué à utiliser le mongol comme langue officielle de l'administration, en même temps que le mandchou (le chinois n'était pas autorisé dans l'administration) [au début peut-être ? mais le mandchou a vite décliné. Les empereurs eux-mêmes écrivaient en chinois]. Les scribes des gouvernements locaux devaient former un nombre régulier d'élèves chaque année. Après 1901, lorsque Pékin s'est tourné vers une nouvelle politique colonialiste de remplacement des bergers mongols par des fermiers Han, de nouvelles écoles chinoises ont été fondées à côté des monastères de langue tibétaine. En réponse, un mouvement de "nouvelles écoles" a encouragé l'enseignement de la langue mongole laïque, parallèlement à la langue chinoise, comme une nouvelle voie de développement et de libération. À partir de 1931, en Mongolie intérieure occupée par le Japon, ces écoles ont été intégrées dans un vaste système scolaire en mongol. Après 1945, le parti communiste chinois semble avoir "compris" cette aspiration au développement culturel mongol d'une manière qui n'a pas été celle du parti nationaliste. Le parti a obtenu un soutien crucial des Mongols pendant la guerre civile chinoise en affirmant cette politique, qui s'est poursuivie, bien que sous une forme de plus en plus limitée, jusqu'à aujourd'hui.

Q : Quelles sont les politiques de la République populaire de Chine (RPC) en matière d'enseignement dans les langues minoritaires ? Comment ont-elles changé ?

R : Depuis la fondation de la RPC jusqu'aux années 1980, cinq langues minoritaires ont été utilisées comme médias pour l'éducation : Le mongol, l'ouïgour, le tibétain, le kazakh et le coréen. Dans ces langues, les élèves apprenaient non seulement la langue et la littérature de leur propre langue, mais aussi les mathématiques, les sciences naturelles et sociales, et l'histoire. Cette politique s'est poursuivie dans les zones rurales même pendant la révolution culturelle, du moins en Mongolie intérieure. Après 2000, l'enseignement des langues tibétaine et ouïghoure est devenu de plus en plus restreint, en réponse aux troubles politiques et au besoin perçu par le gouvernement de surveiller les locuteurs non chinois. Au Tibet, le début de la langue chinoise a été avancé de la troisième à la première année en 2001, et de 2010 à aujourd'hui, "l'éducation bilingue" a été utilisée comme un label pour promouvoir le passage du tibétain comme médium avec le chinois comme matière au chinois comme médium avec le tibétain comme matière. Dans le Xinjiang, la transition a été beaucoup plus abrupte. De 2002 à 2005, l'enseignement en ouïghour et en kazakh au Xinjiang a été remplacé par un enseignement en langue chinoise, avec au maximum quelques heures d'ouïghour par semaine. Le mongol et le coréen sont donc les dernières des cinq langues minoritaires dans lesquelles l'éducation dans une gamme complète de sujets se fait dans les langues minoritaires.

Q : Beaucoup de dialectes en Chine, comme le cantonais et le min, n'ont même pas une heure de cours par jour pour enseigner leur langue. Les Mongols de l'intérieur ne devraient-ils pas être reconnaissants de l'obtenir ?

R : La langue mongole n'a aucun lien avec le chinois - elle n'est pas très proche d'une autre langue, mais elle est assez semblable à bien des égards au turc et au mandchou. Son écriture est également un alphabet unique, écrit verticalement, qui provient, en dernière analyse, du Moyen-Orient. La tradition littéraire mongole, qui commence avec l'Histoire secrète des Mongols (vers 1252) et se poursuit avec des poèmes, des histoires, de la philosophie, des romans et d'autres écrits, est totalement indépendante de la tradition chinoise. Ainsi, elle ne peut être comparée aux dialectes du chinois comme le shanghaïen (Wu), le fujianais (min), le cantonais, etc., dans lesquels des personnages célèbres de ces provinces ont longtemps écrit en chinois classique, langue commune à tous les locuteurs des langues sinitiques.

Q : Pourquoi l'éducation en langue mongole est-elle si importante en Mongolie intérieure ?

R : Même en tant que nomades des steppes, les Mongols ont traditionnellement apprécié l'éducation. Quoi qu'il en soit pour d'autres conquérants nomades, les Mongols ont valorisé l'alphabétisation, l'éducation et les traditions religieuses et philosophiques. Les légendes selon lesquelles les Mongols auraient détruit des bibliothèques à Bagdad ou ailleurs ne sont que des légendes, sans aucun fondement dans les faits. Avant le XXe siècle, l'enseignement bouddhiste était très apprécié, tout comme les histoires et les rituels traditionnels de Gengis Khan et de ses successeurs. Même si les écoles étaient de petite taille, elles étaient densément peuplées. Owen Lattimore a rapporté dans les années 1920 que, d'après son expérience, les Mongols nomades étaient plus instruits que les fermiers chinois qui colonisaient leurs prairies.

Grâce à ce mouvement des "nouvelles écoles" au début du XXe siècle, la scolarisation a acquis une profonde signification pour les Mongols intérieurs. Ce mouvement était également étroitement associé au nationalisme mongol, et ses partisans ont souvent participé à des mouvements pan-mongols visant à rejoindre la Mongolie indépendante (alors appelée République populaire de Mongolie). Mais même lorsque les mouvements politiques nationalistes ont atteint une impasse, l'importance de l'éducation a continué. Pour beaucoup, le nationalisme culturel et le renouveau de l'éducation sont devenus un substitut au nationalisme politique. Les lumières et la scolarisation sont devenues le moyen de préserver l'avenir du peuple mongol. Les écoles publiques enseignant le mongol ont ainsi acquis quelque chose comme la signification pour les Mongols que les monastères bouddhistes ont pour les Tibétains et les fêtes et sanctuaires islamiques pour les Ouïghours.

Q : Les Mongols ne représentent que 17 % de la population de la Mongolie intérieure. N'est-il pas impossible pour eux de penser à préserver la langue mongole sur le long terme ?

R : Bien que les Mongols ne représentent qu'un très faible pourcentage de la population de Mongolie intérieure dans son ensemble, cette statistique est très trompeuse. La Mongolie intérieure compte plusieurs grandes villes et des régions agricoles densément peuplées. Mais elle compte également un grand nombre de "bannières" - des unités traditionnellement mongoles au niveau des comtés - où l'élevage ou l'élevage et l'agriculture mixtes ont lieu. Dans dix de ces "bannières" en Mongolie intérieure, les Mongols ethniques constituent la majorité absolue ; dans cinq autres, les Mongols ethniques représentent plus d'un tiers de la population. Même dans les "bannières" où les Mongols semblent constituer un faible pourcentage, ils forment souvent des majorités locales. Cependant, comme les régions où les Mongols sont majoritaires ont tendance à avoir une faible densité de population, elles peuvent facilement être négligées dans les statistiques globales.

Cela dit, le processus d'urbanisation a sans aucun doute accéléré l'intégration résidentielle des populations mongoles et chinoises Han. La tendance générale de l'urbanisation chinoise a été accélérée dans les régions pastorales par des programmes ciblés tels que la "réinstallation écologique" (生态移民), qui a permis de remédier au surpâturage réel ou supposé dans les zones de steppe en réinstallant la majorité des résidents dans des immeubles d'habitation construits dans les villes ou les zones urbaines voisines. Bien que ces relocalisations aient eu des résultats variables sur le terrain, elles ont toujours été accompagnées de la fermeture d'écoles rurales (en général, en langue mongole). Dans le même temps, l'expansion de l'exploitation minière a créé de nouvelles communautés, presque exclusivement composées de Chinois Han, dans des zones auparavant mongoles.

Cela s'est accompagné d'une augmentation des mariages entre Mongols et Han. En 1982, environ 14 % de tous les mariages étaient des mariages mixtes entre Mongols et Han ; aujourd'hui, parmi les Mongols nouvellement mariés, 40 % des mariages sont contractés avec des partenaires Han. Ce chiffre reste cependant très inégal, avec des poches fortes de communautés majoritairement mongoles où les mariages mixtes sont assez rares.

Q : Les parents mongols souhaitent-ils toujours que leurs enfants reçoivent une éducation en langue mongole ?

R : Après l'évolution de la Chine vers une économie de marché libre dans les années 1990, le modèle précédent d'éducation dans la langue de la minorité a définitivement montré des signes de stress. Bien que les régions autonomes de Chine embauchent un nombre relativement important de cadres, d'éducateurs et de travailleurs culturels issus des minorités, là où la langue minoritaire est valorisée, les organisations commerciales et industrielles, en particulier si elles sont privées et dominées par les Han, ont tendance à avoir un environnement où l'on parle chinois en masse. Ces entreprises sont beaucoup moins susceptibles de recruter dans des écoles de langue mongole.

En conséquence, le nombre de Mongols choisissant l'école mongole a lentement diminué, passant de près de 60 % en 1990 à un peu plus de 30 % aujourd'hui. Dans le même temps, de nouvelles opportunités se sont ouvertes pour les mongolophones, en particulier pour les investisseurs chinois opérant en Mongolie indépendante ou les entreprises mongoles opérant en Chine. De nombreux étudiants de Mongolie intérieure choisissent désormais également d'étudier à l'étranger en Mongolie indépendante, et le gouvernement chinois offre de généreuses bourses aux étudiants de Mongolie indépendante pour étudier en Mongolie intérieure.

Q : Comment l'opposition traite-t-elle l'affirmation selon laquelle cette politique est nécessaire pour résoudre le retard des minorités, leur analphabétisme et leur isolement de la vie nationale ?

R : L'école politique "Politique nationale de deuxième génération" s'appuie sur un stéréotype selon lequel toutes les minorités en Chine sont "pauvres" et "arriérées". Cette impression est largement partagée en Chine, voire par les Mongols eux-mêmes. Les arguments selon lesquels les systèmes d'éducation séparés dans les langues minoritaires doivent donc être de qualité inférieure et constituer un frein au développement sont très plausibles dans le contexte chinois.

Si le retard est mesuré par l'analphabétisme, cette impression est cependant fausse en Mongolie intérieure. En fait, les Mongols ethniques de Mongolie intérieure ont un taux d'alphabétisation plus élevé que les Chinois ethniques de Mongolie intérieure. En 1982, les analphabètes représentaient 24 % des Mongols de plus de 12 ans en Mongolie intérieure ; pour les Chinois Han, le chiffre comparable était de 26 %.

L'éducation en Mongolie intérieure n'a pas non plus manqué de qualité. En réponse à la crise actuelle, un ou plusieurs écrivains utilisant le pseudonyme "Club de lecture du Cheval rouge" ont fait remarquer que le village de Shabag, dans l'est de la Mongolie intérieure, ne compte que 1 268 personnes, toutes mongoles, éduquées en mongol, mais qu'il a produit dix étudiants en doctorat, 17 maîtrises et plus de 290 diplômés universitaires. Comme il l'a conclu, "ce système d'éducation nationale en Mongolie intérieure est la réalisation réussie de la politique des nationalités du Parti" - il n'est pas cassé, donc il n'a pas besoin d'être réparé.

Q : Comment les autorités ont-elles réagi ?

R : Il semble évident, au vu de l'ouverture de la pétition et de l'activité de manifestation, que le mouvement doit bénéficier d'un soutien considérable en coulisses de la part des cadres de l'ethnie mongole et des collègues Han qui le soutiennent. Au début, la discussion sur les médias sociaux n'a pas été bloquée, malgré la nature taboue du déploiement de la politique. Mais, signe avant-coureur des choses à venir, Chimeddorji, célèbre historien titulaire d'un doctorat de l'université de Bonn et directeur du centre d'études mongol de l'université de Mongolie intérieure, a été démis de ses fonctions le 7 août pour avoir réalisé une vidéo virale de neuf minutes critiquant la nouvelle proposition.

Le 23 août, l'application mongole de médias sociaux Bainu a été fermée, et les discussions sur l'"éducation bilingue" ont été retirées de WeChat et d'autres sites chinois. De nombreux Mongols rapportent avoir reçu, tard dans la nuit, des appels téléphoniques de policiers leur disant de cesser de participer au mouvement et menaçant de licencier ceux qui participeraient aux prochaines manifestations ou grèves.

Le 28 août, la police de Höhhot a commencé à interrompre les réunions publiques pour recueillir des pétitions et les militants ont commencé à recevoir des invitations à venir au bureau de police "pour prendre le thé" (une méthode d'avertissement courante en Chine).

Q : Est-ce la première fois que le gouvernement de Mongolie intérieure tente de réduire ou d'éliminer l'éducation en mongol ?

R : Non. À partir des années 1990, il y a eu des tentatives sporadiques de limiter l'éducation en mongol. Une telle proposition a été faite en 1993, mais elle a été rejetée par une mobilisation des cadres, en particulier de la Mongolie intérieure orientale, où les traditions de l'éducation en langue mongole sont particulièrement fortes, et qui est le lieu d'origine de nombreux cadres ethniques de la Mongolie intérieure. Il y a eu une autre tentative en 2018, qui semble avoir été à nouveau défaite par la mobilisation des cadres de Mongolie intérieure. Ces épisodes ont établi un modèle de travail au sein du système pour défendre la langue mongole. Dans cette stratégie, le soutien des cadres mongols est crucial. Bien que les Mongols ne représentent que 17 % de la population de la région autonome de Mongolie intérieure, ils constituent plus d'un tiers des cadres et comprennent le président de la région et de nombreux vice-présidents (mais pas le secrétaire du comité du parti communiste de la région).

Depuis ses origines à la fin du XIXe siècle, le nationalisme mongol a été fortement laïc. Cette laïcité et la participation commune au mouvement communiste mondial dirigé par Moscou ont permis aux mouvements nationalistes mongols basés dans la partie orientale de la région de forger une alliance solide avec le parti communiste chinois. Cette alliance a été profondément endommagée pendant la révolution culturelle, lorsque les Mongols ont souffert d'une purge ethnique massive et brutale, l'affaire "Nei Ren Dang" (内人党), basée sur l'allégation qu'un parti nationaliste mongol secret existait toujours et contrôlait la politique de la Mongolie intérieure. Selon les termes d'un écrivain, au lendemain de la révolution culturelle, de nombreux Mongols ont estimé que "en échange de notre bonté blanche comme du lait, nous avons reçu une malédiction noire". Ces mots ont été écrits à propos de la Bande des quatre, mais les Mongols ont souvent considéré qu'ils s'appliquaient à l'État chinois dans son ensemble.

Malgré ces griefs, cependant, l'accent mis par le nationalisme mongol sur l'éducation laïque, un domaine de la vie culturelle contrôlé et financé par l'État, a rendu le partenariat des Mongols instruits avec le parti-État relativement plus harmonieux que celui du Tibet ou du Xinjiang. La société et la culture de la Mongolie intérieure restent "lisibles" pour les Chinois Han, contrairement aux sociétés et cultures ouïgoures et tibétaines, vues à travers le prisme de l'islamophobie et des discours laïques sur la "superstition primitive".

Q : Y a-t-il des raisons spécifiques à court terme ?

La pandémie de Covid-19 a supprimé une des principales raisons possibles d'hésitation : les liens sociaux de plus en plus épais entre la Mongolie indépendante et la Mongolie intérieure. La fermeture de la frontière avec la Mongolie et la rupture des voyages personnels entre la Mongolie intérieure et la diaspora mongole au Japon ont supprimé au moins une source possible d'incertitude quant aux conséquences.

Q : Quelles sont les chances de réussite ?

R : La précédente résistance réussie en 1993 et 2018 est peut-être un modèle pour ce mouvement. À cette époque, la poussée pour le changement était beaucoup moins intense, et donc la mobilisation populaire était beaucoup moins répandue. En 2011, une vague de manifestations a eu lieu en Mongolie intérieure, lorsqu'un éleveur a été tué par un chauffeur de camion lors d'une manifestation locale contre l'occupation des prairies locales par une compagnie minière. Il en est résulté de nouvelles réglementations environnementales, le limogeage du chef du parti local et l'exécution du chauffeur du camion.

Mais le meilleur précédent de ce mouvement pourrait être les grandes manifestations étudiantes de 1981-82, au cours desquelles des étudiants mongols de Mongolie intérieure ont manifesté contre la priorité continue accordée à l'agriculture sur l'élevage et le parrainage par le gouvernement de la migration des Han de l'extérieur vers la Mongolie intérieure. Ces manifestations se sont terminées par une victoire partielle ; la politique a été modifiée pour donner la priorité à l'élevage et les dirigeants des manifestations ont bénéficié d'une amnistie qualifiée. C'est probablement le résultat positif le plus réaliste pour la résistance à présent : révocation de la nouvelle politique, retour au statu quo et non-persécution des participants et des dirigeants.

Edited by Wallaby
  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 42 minutes, Arland a dit :

Et sans ces deux guerres mondiales les USA ne seraient sans pas devenus aussi dominants non plus. Au passage, il sous entend que les USA ont tout fait en 14-18... L'arrogance et l'hypocrisie de certains dans ce pays n'ont vraiment plus de limites.

Maintenant, si les USA prennent de haut la Chine comme ils aiment le faire pour le reste du monde, la situation risque d'être un poil plus compliquée.

En attendant, ça pousse déjà fort pour gonfler encore le budget militaire des USA pour leur future confrontation avec la Chine :

https://media.defense.gov/2020/Sep/01/2002488689/-1/-1/1/2020-DOD-CHINA-MILITARY-POWER-REPORT-FINAL.PDF

Je résume la situation actuel, les américains ont des bases au Japon, en Corée et bien d'autre un peu plus loin de la Chine comme sur l'île de Guam.

La Chine est en fait entièrement encerclé par les forces US. Le budget militaire américain est l'équivalent de la somme total du 2eme jusqu'au 10eme mondiale budget militaire mondiale.

La part du budget américain de la défense dans le PIB est d'environ 3.4% contre 1.9% pour la Chine.

Lorsque le budget chinois de la défense avait augmenté suivant la progression de la croissance, on accuse la Chine de déstabiliser de la région.

En attendant, les américains ont commencé au moins une guerre dans le monde avec tous les présidents américains depuis la seconde guerre mondiale et ils sont ouvertement hostiles à la Chine.

Oui, il y a une arrogance et une hypocrisie évidente pour les américains dans cette affaire mais je ne comprend pas pourquoi les français suivent le mouvement. 
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, koojisensei2 a dit :

Très long mais très intéressant.

Et encore j'ai fait des coupes. L'original est encore plus long que ce que j'ai traduit.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 42 minutes, Wallaby a dit :

Et encore j'ai fait des coupes. L'original est encore plus long que ce que j'ai traduit.

Merci du coup on comprend mieux les enjeu derriére cette réforme.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, nemo a dit :

Merci du coup on comprend mieux les enjeu derriére cette réforme.

Je pense pour ma part qu'il est important d'apprendre le mandarin à toute la population chinoise si on veut qu'il y ai identitairement une unité nationale pour le pays. Mais ca serai aussi dommage de voir disparaître une langue ou une culture différente.

Je constate amèrement pour ma part un recule de l'utilisation du dialecte que je parle dans ma ville surtout au sein de la nouvelle génération.  Il faut dire que l'utilisation du dialecte avait été interdite au sein de l'école et l'usage du mandarin dans la ville, est de plus en plus important car il y aune population de mains d'oeuvre venu des campagnes voisine et qui ne parle pas cette dialecte de plus en plus nombreux. 

Comme quoi, parmi la population han aussi, il y a une politique d'uniformisation qui semble même encore plus féroce.

Pour revenir au sujet, l'apprentissage d'une langue doit etre fait le plus tot possible. Deux années ne paraissent pas énorme mais dans la réalité, cela va jouer un rôle décisif dans la possibilité de devenir bilingue plus tard..

Edited by koojisensei2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, koojisensei2 a dit :

L'école n'est pas obligatoire dans les DOM TOM ?

la scolarité est obligatoire...

je reprends :

il nait 10 000 enfants par an, à Mayotte, donc, en gros 30 par jour... Je suis en train de te dire qu'il y a 1 classe qui nait tous les jours. Je suis en train de te dire qu'à 3 ans, theoriquement, il faudrait que les enfants soient scolarisés.

 Ici, ils sont scolarisés entre 5 et 6 ans. Il n'y a pas de classe, pas de possibilité avant.

Coté scolarité, 50% des enseignants sont des vacataires, des non professionnels (tellement Mayotte n'est pas attractif pour les fonctionnaires).

Les enfants ont cours de 07h00 à midi

l'apres midi, ce sont d'autres enfants ; les classes sont partagées, mais surchargées avec 30 gosses par classe...

 

Il y a des maires, comme à Koungou, qui refusent les inscriptions (qui ne sont pas un du) https://lejournaldemayotte.yt/2018/03/16/refus-dinscriptions-a-lecole-le-tribunal-donne-raison-a-la-mairie-de-koungou/

https://www.lepoint.fr/societe/le-defi-colossal-de-la-scolarisation-des-l-age-de-trois-ans-a-mayotte-31-08-2019-2332699_23.php

 

ici, nous ne voyons pas de solution

 

(je te passe sur le fait que ce sont tes impots, nos impots, qui paient les écoles, les profs, les aménagements... pour 80% d'enfants issus de mères clandestines ; la situation est telle que la population augmente faiblement, dixit l'INSEE ; cette augmentation lente est due au remplacement des populations : les Mahorais vont en métropole et sont remplacés, nombre pour nombre par les clandos)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,546
    Total Members
    1,550
    Most Online
    NONOFIGHT
    Newest Member
    NONOFIGHT
    Joined
  • Forum Statistics

    20,998
    Total Topics
    1,350,636
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries