Recommended Posts

https://www.japantimes.co.jp/news/2020/11/21/national/politics-diplomacy/apec-trade-recovery-coronavirus/ (21 novembre 2020)

Le président chinois Xi Jinping a déclaré que la deuxième plus grande économie du monde "envisagera positivement" d'adhérer à l'Accord global et progressif pour le partenariat transpacifique, selon l'agence de presse Xinhua, gérée par l'État.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 03/12/2020 à 12:54, Yoyo_the_8 a dit :

C’est tellement grotesque. Comme on dit « plus c’est gros, plus ça passe ! »

Je fais plus confiance en la justice Hong Kongaise qui est surement l'un des meilleurs d'Asie que la justice francaise.

Lorsqu'il avait été arrêté la dernière fois, il est sorti le lendemain. La justice en elle même est bien plus indépendante que bien des pays démocratiques. D'ailleurs, je ne comprends toujours pas comment on peut encore avoir 20 grands juges de hong kong de nationalité britannique sur les 24 du territoire. C'est pour moi une aberration du fonctionnement d'un pays ou plutôt d'un territoire ici. 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 08/12/2020 à 17:15, koojisensei2 a dit :

Je fais plus confiance en la justice Hong Kongaise qui est surement l'un des meilleurs d'Asie que la justice francaise.

"Les autorités pro-Pékin du territoire semi-autonome multiplient depuis quelques mois les poursuites contre les dissidents et les détracteurs de Pékin dans l'ex-colonie britannique."

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/hongkong-un-militant-reconnu-coupable-d-outrage-au-drapeau-chinois-20201211

"M. Chung tient un drapeau chinois qu'il a dérobé à un militant pro-Pékin avant de le jeter par-dessus son épaule."

"Il est depuis en détention provisoire."

"passibles de trois ans de détention."

Escalade véloce, non ?

Edited by Yoyo_the_8

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 08/12/2020 à 17:15, koojisensei2 a dit :

Je fais plus confiance en la justice Hong Kongaise qui est surement l'un des meilleurs d'Asie que la justice francaise.

 

Tu commences vraiment à me les briser avec tes comparaison et tes commentaires à la con

Alors deux choses

1- pas la peine venir de pleurnicher sur le fait que t'as pas voulu ceci ou que tu es un incompris ou que sais-je

2-tu "t'auto-modères" rapidement sinon je te vire

Clair ? Sinon entre nous si la France ne te plaît pas tu restes loin là-bas et surtout tu vas discuter sur des forums chinois.

T'as pigé mon gars ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 32 minutes, pascal a dit :

Tu commences vraiment à me les briser avec tes comparaison et tes commentaires à la con

Alors deux choses

1- pas la peine venir de pleurnicher sur le fait que t'as pas voulu ceci ou que tu es un incompris ou que sais-je

2-tu "t'auto-modères" rapidement sinon je te vire

Clair ? Sinon entre nous si la France ne te plaît pas tu restes loin là-bas et surtout tu vas discuter sur des forums chinois.

T'as pigé mon gars ?

 

Toujours aussi aimable à ce que je vois.

A non mais je ne vais pas venir pleurniché puisque c'est tout a fait ce que j'ai voulu dire. 
La justice française vaut ce qu'elle vaut. Je ne dis pas que la justice chinoise est mieux, loin de la mais la justice de hong kong est encore aujourd'hui, surement meilleur. 

L'affaire Liu Shaoyao, on en parle ? Le type avait 50 ans, fait 1m60 pour 50kg. Face à lui, 3 policiers avec gilet pare balle en civile et fusil d'assaut. On défonce la porte de son appartement et on lui tire dessus sans somation.
Pour la défense de légitime défense, on montre un petit plaie ridicule de 2 cm de longueur sur la superficie du bras, pas en profondeur. Le policier qui aura tiré ne sera même pas jugé. 

Tu veux me virer ? régale toi. Rien à foutre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, koojisensei2 a dit :

Tu veux me virer ? régale toi. Rien à foutre.

Ben çà tombe bien c'est fait

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.senat.fr/rap/r17-520/r17-5201.pdf (30 mai 2018)

Selon les informations recueillies lors du travail préparatoire à ce rapport, les acteurs chinois du secteur du droit et de la justice sont engagés sur « les nouvelles routes de la soie juridiques et judiciaires ». Cela s’est notamment traduit en 2017 par plusieurs actions significatives.

Ainsi, après avoir publié en 2015 une circulaire sur les services et garanties que doivent fournir les tribunaux chinois en soutien à la politique «une ceinture, une route », la Cour populaire a annoncé la création d’un centrede résolution des litiges liés aux nouvelles routes de la soie.

Le  Parquet  populaire  a  également  demandé  aux  parquets  de soutenir la politique chinoise et de donner la priorité à la prévention et à la répression  des  infractions  touchant  les  infrastructures  et  les  zones  de commerces et d’investissement industriels. Un plan spécifique de traitement des infractions susceptibles de survenir en raison de l’explosion du trafic ferroviaire a été mis en œuvre. En 2016, 1702 trains ont circulé entre la Chine et l’Europe, soit une augmentation de plus de 109 % en un an.Enfin, l’association nationale des avocats a publié en juin 2017 un « rapport sur le cadre juridique des pays concernés par OBOR », un plan de formation d’avocats aux contentieux transfrontaliers.

Les cabinets chinois ont  commencé  à  ouvrir  des  bureaux  dans  les  pays  concernés  par  les nouvelles routes de la soie. Ces démarches visent à asseoir la crédibilité juridique de la Chine sur la scène internationale. La notion « d’État de droit » est désormais utilisée de façon récurrente dans les discours officiels chinois au plus haut niveau. Ainsi le Président Xi Jinping en mai 2017 a affirmé : « Nous devons avoir confiance dans le développement de notre propre discipline des sciences juridiques et contribuer à l’État de droit mondial avec la sagesse et la pratique chinoises ». La question se pose de savoir si cette nouvelle notion d’État de droit « aux caractéristiques chinoises » peut être assimilée à la notion utilisée en droit international et dans les systèmes juridiques démocratiques.

L’idée, exprimée par le département international de la China Law society, selon laquelle le droit ne doit pas être le fruit d’un seul État mais doit au contraire exprimer des « convergences et des visions communes », laisse à penser que cette notion juridique précise pourrait devenir plus floue au fur et à mesure que le discours officiel chinois s’en empare.

L’influence économique chinoise et sa puissance financière assoient son influence juridique croissante. Les cabinets d’avocats chinois sont en mesure d’inventer de nouveaux outils juridiques cruciaux pour la vie des affaires qui pourront donner un avantage décisif aux sociétés chinoises. À terme, il n’est pas inimaginable que,sur le modèle de l’extraterritorialité de la législation américaine qu’elle a souvent vivement dénoncé, la Chine développe une « politique juridique extérieure ». Une telle évolution ouvre de nombreuses questions :

L’influence chinoise grandissante dans le domaine des affaires pourrait-elle s’étendre  à  la  sphère  du  droit  social  et  des  droits fondamentaux ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.ft.com/content/d9bd8059-d05c-4e6f-968b-1672241ec1f6 China pulls back from the world: rethinking Xi’s ‘project of the century’ (11 décembre 2020)

Les prêts chinois à l'étranger ont fortement diminué dans le cadre d'une réévaluation de l'initiative de Nouvelle route de la Soie.

Selon les données publiées cette semaine, la réalité s'écarte fortement du scénario de M. Xi. Ce qui a été conçu comme le plus grand programme de développement au monde se mêle à ce qui pourrait devenir la première crise de la dette extérieure de la Chine. Les prêts des institutions financières chinoises qui conduisent la nouvelle route de la soie, ainsi que le soutien bilatéral aux gouvernements, sont tombés d'une falaise, et Pékin se retrouve embourbé dans des renégociations de la dette avec une multitude de pays.

"Tout cela fait partie de l'apprentissage de la Chine en tant que puissance montante", déclare M. Hillman, chercheur principal au sein du laboratoire d'idées CSIS basé à Washington. "Elle a pris un modèle imparfait qui semblait fonctionner chez elle, en construisant de grands projets d'infrastructure, et a essayé avec orgueil de l'appliquer à l'étranger".

Les données qui décrivent la situation difficile de la Chine proviennent de chercheurs de l'université de Boston qui tiennent une base de données indépendante sur le financement du développement de la Chine à l'étranger. Ils ont découvert que les prêts de la Banque de développement de Chine et de la Banque d'import-export de Chine se sont effondrés, passant d'un pic de 75 milliards de dollars en 2016 à seulement 4 milliards de dollars l'année dernière.

Entre 2008 et 2019, les deux banques chinoises ont prêté 462 milliards de dollars, soit un peu moins que les 467 milliards de dollars accordés par la Banque mondiale, selon les données de l'Université de Boston. Certaines années, les prêts accordés par les banques chinoises étaient presque équivalents à ceux accordés par les six institutions financières multilatérales du monde entier, qui, avec la Banque mondiale, comprennent la Banque asiatique de développement, la Banque interaméricaine de développement, la Banque européenne d'investissement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement et la Banque africaine de développement.

"Dans les médias nationaux chinois, la fréquence du sujet [Nouvelle route de la Soie] a beaucoup diminué ces dernières années, en partie pour minimiser les ambitions d'expansion de la Chine à l'étranger", déclare le professeur Chen [Chen Zhiwu de l'université de Hong Kong].

  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

À propos de Bloomberg...

https://theintercept.com/2020/02/18/mike-bloomberg-lp-nda-china/ (18 février 2020)

Je suis l'une des nombreuses femmes que la société de Mike Bloomberg a essayé de faire taire par des accords de non-divulgation. Ce qui est drôle, c'est que je n'ai même jamais travaillé pour Bloomberg.

Mais mon histoire montre jusqu'où la machine Bloomberg ira pour éviter d'offenser Pékin. La société de Bloomberg, Bloomberg LP, est tellement dépendante du vaste marché chinois pour ses activités que ses avocats ont menacé de dévaster financièrement ma famille si je ne signais pas un accord de non-divulgation me faisant taire sur la façon dont Bloomberg News a tué un article critiquant les dirigeants du parti communiste chinois.

Ce n'est que lorsque j'ai engagé les avocats d'Edward Snowden à Hong Kong que Bloomberg LP a fini par rappeler ses chiens après de nombreuses tentatives d'intimidation.

 

  • Thanks 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://foreignpolicy.com/2020/12/14/china-technology-sanctions-huawei-chips-semiconductors/

Les déboires de la Chine en matière de semiconducteurs.

 

https://nationalinterest.org/feature/unexpected-wrath-imran-khan-174424 (14 décembre 2020)

Sous la pression chinoise, par exemple, Khan a créé l'Autorité du corridor économique Chine-Pakistan (CPECA) qui a permis à Pékin de contourner l'Assemblée nationale et le Sénat du Pakistan. L'administration de Khan a également accordé à la China Overseas Ports Holding Company Limited (COPHC), qui exploite le port de Gwadar, une exonération fiscale de vingt-trois ans. Sharif et d'autres politiciens de l'opposition ont qualifié ces concessions d'illégales au regard de la loi pakistanaise, mais Khan a quand même poursuivi ses efforts pour apaiser les intérêts chinois. Et, en effet, cet apaisement s'est poursuivi puisque, l'année dernière, Khan a vendu d'autres concessions et actifs à la Chine. Alors que Khan a parlé de cette relation comme d'une bouée de sauvetage pour l'économie pakistanaise, c'est le contraire qui est vrai : Alors que le Pakistan exporte pour 2 milliards de dollars de marchandises vers la Chine, il en importe plus de six fois plus de la Chine. La fabrication chinoise bon marché et les marchandises faisant l'objet d'un dumping continuent d'éroder la base industrielle pakistanaise.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://thediplomat.com/2020/09/cpec-2-0-full-speed-ahead/ (10 septembre 2020)

Le lieutenant général à la retraite Asim Saleem Bajwa a été nommé président de l'Autorité du corridor économique sino-pakistanais (CPECA) malgré les critiques de l'opposition sur la formation même de cet organisme.

Entre autres choses, la CPECA donne à l'armée un rôle plus formel en tant que partie prenante supervisant des projets connexes. Cela a été fait dans le but d'assurer le bon déroulement des projets de la CPECA au Pakistan, où, selon la pensée chinoise, les gouvernements politiques sont soit faibles, soit trop éphémères. Cela crée des goulets d'étranglement dans la mise en œuvre des projets à plus long terme, du moins du point de vue de la Chine, où il existe déjà un régime autoritaire. Mais la volonté de donner aux militaires le contrôle de la plus grande initiative de politique économique et étrangère du Pakistan peut encore affaiblir la structure civile du gouvernement.

Comme son prédécesseur, l'ancien Premier ministre Nawaz Sharif, Khan a apparemment réalisé que le Corridor économique sino-pakistanais est important pour son pays à court d'argent, peu importe à quel point il rend Islamabad dépendant de Pékin à long terme.

Un accord entre la Chine et l'Iran va-t-il encore éloigner le Pakistan et l'Iran ou bien les réunir sous les ailes de la Chine ?

Selon le projet d'accord qui a fait l'objet d'une fuite, la Chine pourrait dépenser une somme de 400 milliards de dollars en Iran - ce qui est beaucoup plus élevé que les investissements de Pékin dans les projets du CPEC au Pakistan. L'un des ports importants est celui de Bandar-e-Jask, situé à plus de 200 kilomètres de Chabahar et à l'extérieur du golfe d'Ormuz, une étroite bande où transitent les navires transportant la majeure partie du pétrole mondial. Si la Chine investissait dans ce port, des analystes indépendants estiment que cela pourrait potentiellement réduire l'importance du port de Gwadar - l'épine dorsale des projets du CPEC au Pakistan.

Les récents accords du CPEC devraient pousser le Pakistan encore plus loin dans le camp chinois, au point d'antagoniser Washington. En raison de l'opposition américaine, le Pakistan a précédemment renoncé à un accord sur le gaz avec l'Iran, bien que l'Iran ait terminé les travaux de son côté.

Les séparatistes baloutches ont ciblé les intérêts chinois au Pakistan. L'attaque du 29 juin des séparatistes baloutches contre la Bourse de Karachi, détenue à 40 % par un consortium de trois sociétés chinoises, en est un exemple.

 

 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.slate.fr/story/198346/kimchi-guerre-gastronomique-chine-coree-du-sud-pao-cai (18 décembre 2020)

Le kimchi au cœur d'une guerre gastronomique entre la Chine et la Corée du Sud

Bien que l'ISO précise que le document concerne la certification du pao cai et non celle du kimchi, le média chinois Global Times a affirmé que celle-ci s'étendait à l'industrie du kimchi dirigée par la Chine. La remarque a vite fait réagir les Sud-Coréens et le ministre coréen de l'Agriculture, qui a considéré comme inapproprié le fait de ne pas différencier le kimchi du pao cai.

Les Coréens ont dénoncé dans les médias le comportement jugé inacceptable de la Chine, qui selon eux souhaiterait s'approprier leur gastronomie. Pour le Chosun Ilbo, un journal sud-coréen, il s'agit d'une nouvelle tentative chinoise de dominer le monde.

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, collectionneur a dit :

@Wallaby Tu l'a pas déjà mis il y a deux semaines avec un article coréen ?

Je n'en ai pas souvenir. Le moteur de recherche n'affiche rien de pertinent avec le mot clé "kimchi".

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.politico.eu/article/paris-will-block-eu-china-deal-says-trade-minister/ (23 décembre 2020)

Un diplomate européen a confirmé qu'un "groupe important de pays" a fait pression sur la Commission cette semaine concernant l'accord UE-Chine, à la fois en raison de la question du travail forcé et du manque de protection des investissements des entreprises européennes en Chine.

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 03/08/2018 à 20:24, Wallaby a dit :

Et cela a été très compliqué pour la France de faire oublier les ventes d'armes à Taïwan et les effets de manche de condamnation de Tiananmen.

"D'importantes ruptures de contrats nous ont ainsi été infligées. Nous avons par exemple perdu le métro de Canton. (...) Le chancelier Kohl, en novembre 1993, est revenu de Pékin les poches bourrées de contrats initialement destinés à la France. Le gouvernement allemand a très bien compris que les dirigeants chinois détestaient perdre la face. Il a donc exprimé de façon moins gesticulatoire que nous sa réprobation de certains aspects de la politique de Pékin. (...) La presse allemande ne s'est pas gendarmée lorsque des dissidents avaient été mis à l'écart pendant la visite du chancelier en Chine en novembre dernier ».

Alain Peyrefitte, « La Chine s'est éveillée », Fayard, 1996, p.262.

"Dès le 14 avril 1993, je fis observer au nouveau Premier Ministre que la politique de boycottage préconisée, sous le coup de l'émotion, par François Mitterrand au Conseil européen de Madrid en juin 1989, et de nouveau au sommet des Sept à Paris le 15 juillet, n'avait nullement été appliquée par nos partenaires : ceux-ci, sous des prétextes divers, n'avaient en rien modifié leur politique chinoise, tout en évitant habilement de contrarier leur opinion publique.C'était folie pour la France de vouloir imposer seule une quarantaine dont elle était la seule victime. C'était encore plus une folie que de vouloir opérer un renversement d'alliance et de vendre des armes offensives (...) à Taïwan." (p.230).

"Tous suivaient l'exemple du président Bush, qui dès le mois de juillet envoyait à Pékin deux émissaires secrets, le conseiller pour la sécurité Scowcroft et le sous-secrétaire d'Etat Eagleberger" (p. 224)

"Tous ces hommes d'affaires [français en Chine] n'ont qu'un mot : de 1989 à 1994, ils ont vécu un cauchemar. Aucune demande auprès des autorités chinoises n'aboutissait. Toutes les portes se fermaient. Leur chiffre d'affaire plongeait." (p.283)

En plus cela vient dans un contexte dégradé dès avant 1989 : 

"Nos parts de marché chinois sont passées entre 1981 à 1990 de 4% à 1,5%, tandis que celles de l'Allemagne (encore occidentale) montaient de 3% à 6%"(p.229).

Même contraste avec la politique du Japon :

https://www.japantimes.co.jp/news/2020/12/23/national/japan-china-sanctions-tiananmen/ (23 décembre 2020)

Parmi les documents déclassifiés, l'un d'eux, daté du 4 juin 1989 et intitulé "Position de notre pays face à la situation en Chine (principalement pour l'Occident)", indiquait que "le Japon est opposé à la prise conjointe de mesures telles que des sanctions contre la Chine".

 

"Notre position était de ne pas isoler la Chine, qui poursuit sa politique de réforme et d'ouverture", a déclaré Yuji Miyamoto, ancien ambassadeur du Japon en Chine, qui participait à l'époque aux négociations en tant que fonctionnaire du ministère des affaires étrangères.

Il a rappelé que la différence entre le Japon et les autres pays du G7, qui multiplient les critiques à l'égard de la Chine, était "très claire".

Concernant la mesure dans laquelle la Chine pouvait être dénoncée, le document indiquait également que le Japon reconnaissait qu'il y avait des "limites", notant que le système politique du pays voisin est différent du sien et décrivant la répression comme une affaire "intérieure" pour Pékin.

Les pays du G7 - Grande-Bretagne, Canada, France, Italie, Japon, Etats-Unis et Allemagne de l'Ouest - ont publié une déclaration condamnant la Chine le 15 juillet 1989. Mais cette déclaration ne mentionne pas les nouvelles sanctions communes contre la Chine, qui reflètent la position de Tokyo.

D'autres documents diplomatiques déclassifiés concernant l'approche du Japon au sommet du G7, dont un daté du 19 juin 1989, montrent sa réticence à être impliqué dans toute déclaration faite au sujet de la Chine ou sa préférence si une déclaration était faite pour que la Chine ne soit pas citée nommément.

Contraint de se mettre sur la défensive, le Japon a accepté la publication d'une déclaration à condition qu'elle comporte une phrase touchant à l'importance d'éviter d'isoler la Chine, selon les documents.

" Compte tenu de la situation de l'époque, l'objectif du Japon de ne pas isoler la Chine est compréhensible ", a déclaré M. Takahara. "En promouvant la coopération économique, la Chine et le Japon en ont tous deux bénéficié".

Mais il a ajouté : "Aucun pays ne pensait que la Chine allait étendre sa puissance (militaire et économique) en si peu de temps".

En novembre 1990, le Japon a recommencé à offrir des prêts à la Chine pour un montant total de plus de 800 milliards de yens après qu'ils aient été effectivement suspendus à la suite de la répression.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/tencent-et-alibaba-deux-empires-dans-le-collimateur-de-pekin-1276497 (24 décembre 2020)

Tencent et Alibaba, deux empires dans le collimateur de Pékin

En vingt ans, les deux groupes ont colonisé l'Internet chinois, désormais divisé en deux écosystèmes fermés. Pékin pourrait bien avoir sifflé la fin de la récréation, en novembre, avec la publication de nouvelles règles pour lutter contre les pratiques monopolistiques.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.n-tv.de/wirtschaft/Studie-China-ueberholt-2028-die-USA-article22256508.html (26 décembre 2020)

Selon des économistes britanniques, la Chine remplacera les États-Unis en tant que première économie mondiale dès 2028, soit cinq ans plus tôt que prévu. Comme l'explique le Centre for Economics and Business Research (CEBR) dans son rapport annuel, la Chine se remet de la crise de Corona plus rapidement et plus fortement que les États-Unis. "La pandémie de Covid 19 et l'impact économique qui l'accompagne favorisent la Chine dans cette rivalité", écrivent les économistes. Le succès de ses propres mesures sévères contre Corona et les revers de la croissance économique à long terme en Occident ont amélioré la force économique relative de la Chine, ont-ils déclaré.

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,549
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Ardachès
    Newest Member
    Ardachès
    Joined
  • Forum Statistics

    21,071
    Total Topics
    1,374,479
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries