Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

https://www.sixthtone.com/news/1008469/yunnans-elephant-canteen-aims-to-reduce-human-wildlife-conflict (9 septembre 2021)

Cependant, les experts affirment que les bases alimentaires comme celle de Jinhong pourraient créer davantage de problèmes à l'avenir, rendant les animaux progressivement dépendants des activités humaines pour se nourrir. Zhang Li, professeur d'écologie à l'Université normale de Pékin, a qualifié la création de la banque alimentaire de 165 acres de "goutte d'eau dans l'océan".

"Une banque alimentaire ne peut pas fondamentalement atténuer le conflit homme-éléphant", a déclaré Zhang à Sixth Tone. "La clé est de créer un parc national pour les éléphants d'Asie et d'établir un corridor écologique pour connecter leurs habitats fragmentés."

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

VIRAL In China: Beijing Will Conquer Taiwan By 2025, India’s Arunachal Pradesh By 2040 — Experts

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

VIRAL en Chine : Pékin va conquérir Taïwan d'ici 2025 et l'Arunachal Pradesh d'ici 2040 - Experts

Un article publié en 2013 par le site chinois Sohu devient viral sur les médias sociaux. L'article explique comment Pékin va régler ses comptes avec ses voisins et reconquérir les territoires perdus, dont Taïwan et l'Inde. 

Il peut être pertinent aujourd'hui encore, alors que la "Chine puissante" est à couteaux tirés avec la petite île de Taïwan et d'autres voisins, dont l'Inde, le Japon, les Philippines et le Vietnam, pour des différends territoriaux.

La Chine compte plusieurs médias d'État, qui servent plus ou moins de porte-parole à Pékin. En outre, il existe un grand nombre d'entreprises de médias privées, notamment numériques, qui servent également les intérêts du Parti communiste chinois en diffusant des informations, des opinions et des commentaires favorables au gouvernement depuis des décennies.

Pour les non-initiés, Sohu est une société de médias en ligne, de moteurs de recherche et de services de jeux basée à Pékin qui promeut la propagande du gouvernement chinois depuis des années. La société technologique a été choisie comme sponsor officiel du service de contenu Internet pour les Jeux olympiques de 2008 à Pékin.

L'article publié par Sohu il y a huit ans mentionnait 6 guerres "inévitables" dans lesquelles la Chine devra s'engager entre 2020 et 2050. En voici la stratégie :

Taiwan (2020-2025)
L'article évoquait la nécessité d'une guerre pour unifier Taïwan avec la Chine continentale. Il indique que la Chine doit envoyer un ultimatum à Taïwan d'ici 2020 pour qu'elle choisisse l'unification pacifique ou la guerre.

Le cas le plus probable, écrit l'auteur, serait une guerre totale avec Taïwan. Mais bien sûr, la Chine ne doit pas s'inquiéter ! Sans l'intervention des États-Unis ou du Japon, gagner cette guerre serait une épreuve de trois mois pour la puissante APL.

Et avec leur intervention, elle durerait, peut-être jusqu'en 2025, quand, bien sûr, la féroce armée chinoise reviendrait en vainqueur, le noté.

Mer de Chine méridionale (2025-2030)
Après avoir "conquis" Taïwan, la Chine prendra un repos bien mérité de deux ans. Bientôt, elle enverra un nouvel ultimatum aux pays entourant les îles Spratly, en mer de Chine méridionale.

L'article "news" a estimé que la date limite de 2028 était appropriée pour cet ultimatum. Après cela, le pays poursuivra la "reconquête" de ces îles.

L'article s'attend à une résistance minimale de la part des pays d'Asie du Sud-Est qui, de toute évidence, trembleront encore en raison des prouesses militaires de la Chine démontrées à Taïwan.

Les États-Unis, ayant tiré une dure leçon de l'intervention qu'ils ont tenté de faire à Taïwan, n'affronteront pas directement la Chine, mais se tourneront vers des pays, très probablement les Philippines et le Vietnam.

Si l'on en arrive là, l'article indique que la meilleure option pour Pékin est de déclarer la guerre au Viêt Nam, de la gagner et d'intimider les autres pays pour qu'ils lui cèdent les îles Spratly. La perspective que la Chine perde contre le Viêt Nam n'existe pas. 

Ainsi, d'ici 2030, la Chine aura réussi à étendre son influence dans le Pacifique. Au cours du processus de guerre et de récupération après la guerre, la nation communiste aura également gagné des alliés à contrecœur en Asie du Sud-Est.

Le Tibet du Sud (2035-40)
C'est parti pour la troisième guerre : la "reconquête" du Sud du Tibet, terme utilisé par Pékin pour désigner l'Arunachal Pradesh, en Inde, qui partage une frontière avec le Tibet. L'article présente une analyse des relations militaires potentielles que l'Inde pourrait avoir avec les adversaires de la Chine comme les États-Unis et l'Europe.

Il suggère que la stratégie la plus efficace serait d'inciter à la désintégration de l'Inde - le pays qui a jusqu'à présent survécu à tous ses mouvements sécessionnistes depuis son indépendance.

Mais si cela ne fonctionne pas, la deuxième meilleure option est d'encourager la lutte entre l'Inde et le Pakistan pour le Cachemire et de prendre le contrôle du sud du Tibet pendant que l'Inde est distraite.

Îles Senkaku (2040-2045)
La quatrième guerre concerne l'unification des îles Senkaku (en chinois : Diaoyu) et Okinawa (en chinois : Ryukyu) que le Japon contrôle et que la Chine revendique.

Entre 2040 et 2045, laisse entendre l'article, ce serait un bon moment pour une nouvelle reconquête. Un plan simple : La Chine attaque ces îles "illégalement occupées" ; les États-Unis, l'Europe et la Russie observent en silence ; la guerre se termine en 6 mois (au plus), et la Chine remporte une victoire écrasante.

La Mongolie extérieure (2045-2050)
L'article dit que la 5ème guerre aura lieu en Mongolie extérieure. Ici, l'auteur avait sans ironie écarté l'idée de l'unification de la Mongolie extérieure à l'heure actuelle, puis en 2013, comme irréaliste.

Mais en 2045, compte tenu du poids de la Chine, il ne s'agirait plus que d'un ultimatum suivi ou non d'une guerre. La guerre, mentionne l'article avec une certaine assurance, aboutira à la victoire de la Chine, au plus tard en 2050.

La Russie (2055-2060)
La dernière étape pour la Chine, avant d'obtenir le statut d'hégémonie mondiale, sera la Russie. La Chine a perdu des terres au profit de la Russie, et les Russes devront payer.

L'article est assez confiant dans le fait que même en affrontant une grande puissance nucléaire et militaire, une ancienne superpuissance, le vainqueur sera l'APL.

La propagande d'État envahit toujours le cyberespace chinois. Parfois, c'est pour contrôler la population, parfois pour renforcer la confiance dans la puissance militaire du pays.

Inutile de dire que l'hypothèse présentée par l'auteur frise la fantaisie, qui pourrait, au mieux, être adaptée en bande dessinée ou en jeu vidéo.

  • Like 1
  • Haha 3
  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

a dernière étape pour la Chine, avant d'obtenir le statut d'hégémonie mondiale, sera la Russie.

Ben voilà. Ceux qui pensait que la CHine et le Russie étaient à mettre dans le même sac devraient lire cet article. Pour moi les provocation récurrente de la Russie au-dessus de l'atlantique ne sont là que pour pousser les européens à se réarmer afin qu'ils puissent éventuellement servir d'alliés.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 27 minutes, herciv a dit :

Ben voilà. Ceux qui pensait que la CHine et le Russie étaient à mettre dans le même sac devraient lire cet article. Pour moi les provocation récurrente de la Russie au-dessus de l'atlantique ne sont là que pour pousser les européens à se réarmer afin qu'ils puissent éventuellement servir d'alliés.

Un peu plus de distance, peut-être, par rapport à ses élucubrations pas très subtiles :wink: ?

1- que seraient les moyens de la Chine sans ses clients «occidentaux » ?

2- pourquoi s’enquiquiner avec les conquêtes militaires (contre des puissances nucléaires !) quand on peut viser une hégémonie commerciales, technique et scientifique et les gains politiques qui vont avec ?

3- la subtilité ne serait plus un art chinois (Cachemire) ? 

 

Cela dit, c’est assez poilant comme article, je me suis cru un instant sur FAR Maroc dans ses pages sous acide irrédentiste.

 

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Picdelamirand-oil a dit :

 

Inutile de dire que l'hypothèse présentée par l'auteur frise la fantaisie, qui pourrait, au mieux, être adaptée en bande dessinée ou en jeu vidéo.

J'ai surtout l'impression que la partie pertinente de l'article est celle là.

Link to comment
Share on other sites

https://www.japantimes.co.jp/news/2021/09/08/asia-pacific/politics-diplomacy-asia-pacific/xi-jinping-common-prosperity-media-debate/

Dans un pays qui censure régulièrement les points de vue divergents, la volonté de "prospérité commune" du président chinois Xi Jinping a déclenché quelque chose d'inhabituel : un débat animé sur la politique publique.

D'un côté, on trouve ceux qui partagent le point de vue du blogueur Li Guangman, dont le commentaire du mois dernier, qualifiant la répression réglementaire de Xi Jinping de "révolution profonde", a été largement publié par les principaux médias d'État. Il proclamait que "le marché des capitaux ne deviendra plus un paradis pour les capitalistes qui s'enrichissent du jour au lendemain" et que "tous ceux qui bloquent ce changement centré sur le peuple seront écartés".

Pour contrer cet argument, des personnes comme Hu Xijin, rédacteur en chef du journal nationaliste Global Times, ont réfuté l'article de Li en affirmant que les changements prévus étaient le résultat de politiques unifiées des hauts dirigeants. L'objectif, a-t-il dit, était un progrès social progressif plutôt qu'une campagne de grande envergure équivalente à une sorte de seconde révolution culturelle.

Les points de vue divergents dans l'espace médiatique étroitement contrôlé de la Chine - où les journalistes sont régulièrement enfermés - révèlent une confusion interne quant à la portée des intentions de Xi pour freiner "l'expansion désordonnée du capital". Il en résulte une série de déclarations apparemment contradictoires qui donnent le tournis aux investisseurs, alors que les sociétés cotées en Chine voient leur valeur chuter collectivement de plusieurs milliers de milliards de dollars.

Toute discorde au sein de l'administration chinoise soulève des questions quant à une lutte pour le pouvoir, d'autant plus que tout cela se produit avant un remaniement de la direction qui a lieu deux fois par décennie et au cours duquel Xi devrait se voir accorder cinq années supplémentaires au pouvoir. Mais, plus fondamentalement, cela représente une incertitude sur la façon dont la Chine peut équilibrer deux objectifs clés : créer une croissance plus équilibrée pour soutenir le soutien du parti parmi les masses, et stimuler les percées technologiques nécessaires pour dépasser les États-Unis alors que les tensions mondiales augmentent.

Victor Gao, un interprète de Deng Xiaoping, l'ancien dirigeant chinois qui a mis en place dans les années 1980 des politiques fondées sur le marché qui ont libéré le potentiel économique du pays, a qualifié le débat sur la prospérité commune de "très sensible" et a averti que les messages émis par les hauts dirigeants pouvaient être "exagérés" lorsqu'ils filtraient à travers la bureaucratie tentaculaire de la Chine.

"Nous devons nous prémunir contre le danger de surjouer cette campagne de prospérité commune", a déclaré Gao à Bloomberg TV mardi, ajoutant qu'elle pourrait étouffer les entreprises et nuire à la compétitivité de la Chine. "Personnellement, je ne veux pas voir une situation où, par exemple, la recherche de la prospérité commune nuira à l'innovation, à la créativité et à l'esprit d'entreprise, car c'est exactement ce dont la Chine a besoin aujourd'hui ainsi que dans les années à venir."

Au cours des dernières semaines, d'autres hauts responsables chinois ont cherché à rassurer les entreprises sur le fait qu'ils n'étaient pas en train de balayer le secteur privé. Lundi, le vice-Premier ministre Liu He, principal conseiller économique de Xi, qui a dirigé les négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis, a déclaré que les politiques de soutien à l'économie privée n'avaient pas changé "et ne changeraient pas à l'avenir".

Dans son commentaire sur la "révolution profonde", Li a noté que "le marché de la culture ne sera plus un paradis pour les stars chochottes, et que les informations et l'opinion publique ne seront plus dans une position d'adoration de la culture occidentale". Ce langage a incité certains commentateurs à comparer l'article au premier dazibao - ou affiche à gros caractères - qui a déclenché la Révolution culturelle sous Mao Zedong, laquelle a entraîné des massacres et une destruction économique qui ont duré une décennie jusqu'à sa mort en 1976.

L'article de Li a probablement attiré l'attention de responsables de niveau intermédiaire inclinés à gauche, qui ont ordonné qu'il soit publié sur les sites Internet des principaux médias, dont le Quotidien du Peuple, l'agence de presse Xinhua et CCTV, a déclaré Feng Chucheng, partenaire du cabinet de recherche Plenum à Pékin. Mais, a-t-il ajouté, Hu a probablement publié la réfutation lorsque les dirigeants ont réalisé qu'elle était mal interprétée et qu'elle signifiait le retour de la Révolution culturelle.

"Toute la bureaucratie est fragmentée et la plupart des gens en son sein n'ont pas une vue d'ensemble", a déclaré Feng. "Ainsi, lorsqu'il s'agit d'annonces politiques soudaines par le haut dirigeant, comme la "prospérité commune", il y a effectivement beaucoup de paris et de suppositions qui circulent."

Un article publié par un économiste libéral chinois, qui mettait en garde contre une intervention excessive de l'État qui conduirait à une "pauvreté commune", n'est plus disponible en ligne.

Selon Steve Tsang, directeur de l'Institut de la Chine à la School of Oriental and African Studies de l'Université de Londres, le moment choisi pourrait être lié à des réunions clés du Parti communiste - l'une en novembre et le congrès du parti l'année prochaine - au cours desquelles Xi souhaiterait voir ses politiques confirmées et rester plus longtemps au pouvoir.

"Le désaccord se situe parmi les gauchistes sur la question de savoir jusqu'où et à quelle vitesse le parti doit aller dans la direction de la gauche, et si le virage à gauche est bon ou mauvais pour la Chine", a-t-il déclaré. "Je vois des éléments de résistance et de malaise, mais pas d'opposition organisée".

Link to comment
Share on other sites

il y a 24 minutes, Henri K. a dit :

Scoop du jour : Un destroyer Type 052C de la marine chinoise a été capturé et remorqué au port Mayport, en Floride.

Mayport n'aurait-elle pas plutôt été envahie ?

Link to comment
Share on other sites

https://www.letemps.ch/economie/evergrande-risque-dun-lehman-brothers-chinois (12 septembre 2021)

C’est l’entreprise qui fait peur aux marchés financiers en ce moment. Deuxième acteur de l’immobilier chinois, Evergrande croule sous une dette de près de 90 milliards de dollars et des passifs dépassant 300 milliards – l’équivalent du PIB de la Finlande. L’action du promoteur a chuté de 75% depuis le début de l’année, tandis que la cotation de certaines de ses obligations a été suspendue début septembre à Shanghai. Si elle ne stabilise pas sa situation, Evergrande pourrait envoyer une onde de choc dans l’ensemble du système financier chinois, comme la chute de la banque d’affaires Lehman Brothers avait accéléré la crise financière de 2008.

Link to comment
Share on other sites

https://www.ft.com/content/84b6b889-ae03-47f7-9cd0-bd604b21d5de (China uses anti-fraud app to track access to overseas financial news sites 14 septembre 2021)

L'application, lancée en mars par le Centre national anti-fraude du ministère de la sécurité publique, bloque les appels téléphoniques suspects et signale les logiciels malveillants. Elle bloque les appels téléphoniques suspects et signale les logiciels malveillants. La police a déclaré qu'elle était nécessaire pour lutter contre la recrudescence des fraudes, souvent perpétrées par des opérations à l'étranger gérées par des ressortissants chinois et taïwanais.

Un utilisateur basé à Shanghai a déclaré au Financial Times avoir été contacté par la police après avoir accédé à un service d'informations financières américain. On lui a également demandé s'il avait des contacts à l'étranger et s'il visitait régulièrement des sites Web étrangers.

L'utilisateur, qui a demandé à ne pas être identifié, a déclaré que la police semblait réellement préoccupée par les escroqueries à l'étranger. "Mais les questions qu'ils ont posées pour savoir si j'ai contacté des étrangers m'ont donné l'impression qu'ils ne veulent pas que j'accède à des sites Web étrangers", a-t-il ajouté. "J'ai supprimé l'application après la réunion".

Un deuxième utilisateur de la province orientale de Shandong a déclaré que la police l'avait appelé quatre jours de suite après que l'application ait montré qu'il avait visité ce qu'elle a qualifié de fournisseurs d'informations étrangers "très dangereux", notamment Bloomberg.

Des parents de tout le pays ont déclaré avoir dû télécharger l'application avant d'être autorisés à inscrire leurs enfants à l'école. À Shenzhen, certains locataires ont dû l'installer avant de signer un bail de location.

Selon les données officielles, la Chine a arrêté 361 000 personnes pour fraude électronique ou en ligne l'année dernière, contre 73 000 arrestations en 2018.

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.letemps.ch/opinions/front-uni-un-aspect-meconnu-presence-chinoise-suisse (13 décembre 2020)

Le Front uni: un aspect méconnu de la présence chinoise en Suisse

https://www.letemps.ch/opinions/lambassade-chine-berne-denonce-une-theorie-complot (17 janvier 2021)

Une étude du professeur Ralph Weber sur les réseaux d’influence du Parti communiste chinois en Suisse suscite les protestations de l’ambassade de Chine à Berne.

https://sinopsis.cz/wp-content/uploads/2020/12/switzerland-rhizome.pdf

Un message unifié, une diffusion rhizomatique - Une analyse préliminaire de l'influence du PRC/CCP et du front uni en Suisse
Ralph Weber, 18 décembre 2020

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

https://unherd.com/2021/09/the-myth-of-monolithic-china/?1631566069676 (9 septembre 2021)

Comme je l'explique dans un nouveau livre, Fractured China, le parti-État est beaucoup plus fragmenté que ne le croient de nombreux Occidentaux. En effet, l'élaboration des politiques au niveau central est souvent lâche et vague, et de nombreux intérêts concurrents déterminent ce qui se passe réellement sur le terrain.

Sous Mao, le parti-État chinois était très centralisé, avec des systèmes de "commandement et de contrôle" descendants qui permettaient aux agences centrales de microgérer l'économie et la société chinoises. Toutefois, dans la période de "réforme et d'ouverture" de Deng Xiaoping après 1978, ces institutions ont été démantelées pour faciliter le passage au capitalisme.

Le pouvoir et le contrôle des ressources ont été largement décentralisés vers les gouvernements provinciaux et locaux, ainsi que vers le secteur privé émergent. La privatisation et la corporatisation ont transformé d'anciens ministères en entreprises en roue libre, à la recherche de profits, dont les activités à l'étranger échappent souvent au contrôle des régulateurs chinois. Et comme les cadres du parti se sont lancés dans les affaires et que des magnats du monde des affaires ont rejoint le parti, des réseaux concurrents de cadres-capitalistes sont apparus au sein du parti-État.

Les gouvernements provinciaux ont, par exemple, signé un certain nombre d'accords commerciaux et d'investissement avec des gouvernements d'Asie et d'Afrique. Le ministère chinois des affaires étrangères ne contrôle donc pas la politique étrangère de la Chine et, souvent, ne sait même pas ce que font les autres agences, jusqu'à ce qu'une crise éclate, comme au Ghana, lorsque le gouvernement local du comté de Shangli, dans la province de Guangxi, a délibérément "exporté" des dizaines de milliers de mineurs d'or artisanaux pour compenser le chômage local, ce qui a déclenché une réaction populiste anti-chinoise et une répression gouvernementale [en 2013].

Les hauts dirigeants peuvent convoquer des "petits groupes dirigeants", des comités réunissant différentes agences dans un domaine politique donné, pour tenter de les rassembler autour d'objectifs communs. Mais ces objectifs restent souvent vagues afin de tenir compte des intérêts et des programmes concurrents.

Tout aussi vagues sont les discours et les slogans des élites du PCC, qui donnent le "ton" général et l'orientation de la politique. Les subordonnés doivent s'orienter en fonction de ces slogans pour obtenir le soutien politique, le financement et la promotion. Mais ils sont si généraux qu'il faut généralement les interpréter longuement pour savoir ce qu'ils signifient dans la pratique.

De même, les politiques des agences centrales sont souvent des "opinions" vagues que les gouvernements locaux doivent adapter aux conditions locales. Tout cela crée une énorme marge de manœuvre pour les subordonnés, qui peuvent interpréter les "directives" centrales de manière à promouvoir leurs propres intérêts sectoriels, plutôt qu'une grande stratégie géostratégique. En effet, le système encourage activement l'expérimentation dans le cadre de directives vagues - ce que l'ancien dirigeant suprême Deng Xiaoping appelait "traverser la rivière en tâtant les pierres".

Cette dynamique s'est, par exemple, manifestée dans le conflit actuel autour de la volonté de Xi de parvenir à une "prospérité commune". Tout le monde doit s'orienter vers cet agenda, mais personne - y compris probablement Xi lui-même - ne sait vraiment ce qu'il signifie, et chacun essaie de l'envelopper autour de ses préférences personnelles.

Prenez par exemple l'appel de Xi à une "révolution des toilettes" en 2015, dans un discours déplorant l'état souvent épouvantable des toilettes publiques chinoises. Les gouvernements locaux se sont emparés de cette vague déclaration pour justifier l'investissement de 3 milliards de dollars dans la modernisation des toilettes au cours des 18 mois suivants, enrichissant sans doute de nombreuses entreprises de construction liées à l'État, avant que le Conseil des Affaires de l'État, horrifié, ne les mette au pas.

Mais c'est la nouvelle route de la soie de la Chine qui fournit le meilleur exemple de la façon dont cette dynamique se manifeste au niveau international. Les commentaires occidentaux ont tendance à dépeindre la nouvelle route de la soie comme une grande stratégie rusée de Xi, conçue pour saper le leadership des États-Unis et piéger les pays en développement par une "diplomatie du piège de la dette". Des cartes détaillées donnent l'impression d'un plan stratégique fidèlement mis en œuvre par les fonctionnaires et les entreprises.

La réalité est bien différente. "Une ceinture, une route" est apparu comme un slogan en 2013 à la suite de deux discours de Xi, qui ne faisaient en grande partie que décrire ce que la Chine faisait déjà : investir et construire des infrastructures dans les pays en développement. Mais rapidement, tout le monde s'y est mis. Au cours des deux années suivantes, les gouvernements provinciaux et les entreprises d'État ont exercé un lobbying féroce pour que leurs projets favoris soient intégrés à la nouvelle route de la soie. En conséquence, les lignes directrices du projet sont remarquablement vagues et vastes, sans objectifs clairs, sans calendrier, sans engagement de ressources dédiées et sans réelle hiérarchisation des priorités.

Aujourd'hui encore, il n'existe pas de carte officielle chinoise de la nouvelle route de la soie, et les cartes non officielles ont été interdites en 2017.

Il n'existe même pas de définition claire de ce qui constitue un pays ou un projet de la nouvelle route de la soie : les différentes agences utilisent des paramètres différents selon leurs besoins. Les projets de la nouvelle route de la soie ne sont pas conçus à Pékin, selon un plan stratégique. Ils émanent normalement de gouvernements étrangers, à la recherche de fonds pour accélérer le développement des infrastructures, ce qui peut également être utile pour s'assurer un soutien électoral ou alimenter des réseaux de patronage par le biais de contrats de construction douteux. Et ils sont souvent encouragés par les entreprises d'État chinoises - non pas parce qu'elles veulent faire avancer les intérêts géostratégiques de la Chine, mais parce qu'elles veulent remporter de lucratifs contrats d'aide liée. Par conséquent, les projets ont autant de chances de voir le jour en dehors des six grands "corridors" esquissés dans les lignes directrices de la nouvelle route de la soie qu'à l'intérieur de ceux-ci.

En effet, la surveillance de la nouvelle route de la soie est remarquablement faible. Les banques politiques et les régulateurs chinois ont très peu de moyens d'évaluer la faisabilité des projets et approuvent donc de nombreux "éléphants blancs", comme le tristement célèbre port de Hambantota au Sri Lanka. La moitié des projets chinois à l'étranger sont déficitaires. Les régulateurs n'ont pas non plus la capacité réelle de contrôler la mise en œuvre des projets, s'en remettant plutôt aux pays hôtes pour les superviser. Le ministère des affaires étrangères est à peine impliqué dans la prise de décision et n'intervient généralement que lorsque ces problèmes déclenchent des incidents diplomatiques majeurs. La Chine continue de traverser la rivière en tâtonnant pour trouver les pierres, mais elle se cogne les pieds en cours de route.

Plutôt que de se confronter à un monolithe stratégique imaginaire, les analystes et les décideurs occidentaux devraient donc développer une compréhension beaucoup plus nuancée de la Chine et des luttes internes qui animent le parti-État. Dans certains domaines politiques, les intérêts en jeu rendent la coopération difficile, voire impossible. Mais ailleurs, il existe des forces et des agences qui souhaitent travailler de manière constructive avec des partenaires étrangers, créant ainsi des possibilités de collaboration et d'apprentissage mutuel.

La décision du Royaume-Uni de rejoindre et de façonner la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (AIIB) de la Chine, par exemple - plutôt que de la boycotter, comme l'exigeait Washington - en est un bon exemple. L'AIIB a adopté des normes similaires à celles des banques de développement multilatérales existantes, tout en essayant d'améliorer les normes des projets chinois à l'étranger.

Une nouvelle guerre froide ne fera qu'isoler et immobiliser ces groupes, renforçant les factions nationalistes et paranoïaques qui sont convaincues que l'Occident ne peut tolérer la montée en puissance de la Chine. Si nous ne faisons pas preuve de prudence et ne développons pas une compréhension plus réaliste de la Chine, nous risquons de provoquer une confrontation que nous pourrions ne pas être en mesure de gagner.

 

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Tweet de "Deutsche Welle". Traduction :

Citation

La pauvreté relative de la Chine est-elle vraiment une condition préalable à l'architecture de sécurité occidentale au 21e siècle ? La Maison Blanche le pense. Si la réponse à cette question est vraiment « oui », alors la question suivante est : l'Occident est-il capable de restreindre les Chinois ordinaires de profiter du niveau de vie dont les Occidentaux devraient bénéficier ?

Seule la Maison Blance le pense ? :laugh:

Henri K.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Henri K. a dit :

l'Occident est-il capable de restreindre les Chinois ordinaires de profiter du niveau de vie dont les Occidentaux devraient bénéficier ?

Je crois que la traduction serait plutôt "l'Occident a-t-il le droit de refuser (拒绝) aux Chinois ordinaires le niveau de vie dont bénéficient les peuples Occidentaux ?

La question n'est pas celle de la force, mais celle de l'éthique. Même si l'Occident en avait la force, en aurait-il le droit ?

Le tweet fait référence à :

https://www.focus.de/politik/ausland/gastbeitrag-von-gabor-steingart-steingart_id_20931537.html (10 septembre 2021)

Fazit: Fragen von hoher politisch-ethischer Brisanz sind aufgeworfen. Ist Chinas relative Armut tatsächlich die Grundvoraussetzung für eine westliche Sicherheitsarchitektur im 21. Jahrhundert? Das glaubt man im Weißen Haus. Und falls die Antwort darauf tatsächlich "Ja" lautet: Darf und kann der Westen den einfachen Chinesen dauerhaft jenes Wohlstandsniveau verweigern, das er selbst für seine Bewohner reklamiert?

Conclusion : des questions d'une grande explosivité politico-éthique sont soulevées. La pauvreté relative de la Chine est-elle vraiment la condition de base d'une architecture de sécurité occidentale au XXIe siècle ? C'est ce qu'ils croient à la Maison Blanche. Et si la réponse est effectivement "oui", l'Occident a-t-il le droit (darf) et peut-il (kann) durablement refuser aux Chinois ordinaires le niveau de prospérité qu'il revendique pour ses propres habitants ?

Edited by Wallaby
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Gabor Steingart fait référence à :

https://www.globaltimes.cn/page/202109/1233489.shtml (Hu Xijin, rédacteur en chef de Global Times)

lequel réagit à

https://johnmenadue.com/provoking-china-to-please-the-us/ (Paul Keating, ancien premier ministre australien travailliste)

Keating fait partie du trio de premiers ministres australien mettant en garde contre la servilité à l'égard de l'Amérique : 

Le 19/11/2020 à 12:18, Wallaby a dit :

https://apjjf.org/2013/11/25/Gavan-McCormack/3961/article.html (25 novembre 2013)

Trois anciens Premiers ministres ont récemment adressé des avertissements sévères à l'Australie sur ce qu'ils considèrent comme une pente de plus en plus raide vers la servilité : Malcolm Fraser, Premier ministre conservateur entre 1975 et 1978, a évoqué les "vingt dernières années", au cours desquelles

"Nous semblons plus que jamais être enfermés dans les buts et objectifs des États-Unis. ... Un soutien inconditionnel diminue notre influence dans toute l'Asie de l'Est et du Sud-Est. Il limite notre capacité à agir en tant que nation indépendante et confiante. Il limite notre influence sur les États-Unis eux-mêmes.

Le choix que l'Australie doit faire n'est pas celui de la Chine ou des États-Unis, mais celui de l'indépendance d'esprit pour rompre avec l'asservissement aux États-Unis. L'asservissement n'a pas servi et ne servira pas les intérêts de l'Australie. Elle est en effet dangereuse pour notre avenir.

Dans une autre conférence, des mois plus tard, Fraser a ajouté : "L'Amérique est responsable de notre destin et cela m'inquiète".

Paul Keating, Premier ministre travailliste entre 1991 et 1996, a été plus direct.

"Notre sens de l'indépendance a faibli, et comme il a faibli, nous sommes revenus à un accommodement facile avec les objectifs de politique étrangère des États-Unis... Plus récemment, notre respect pour les objectifs de politique étrangère des États-Unis s'est superposé à ce qui devrait être autrement les objectifs de politique étrangère de l'Australie".

Le problème s'est aggravé, a déclaré M. Keating, pendant le mandat de John Howard au poste de premier ministre : "après avoir joué le rôle du shérif adjoint, John Howard nous a fait danser sur la musique des États-Unis en Irak et en Afghanistan".

Il a également été très critique envers son successeur, Julia Gillard, pour avoir permis [en décembre 2011] au président américain Barack Obama de lancer "une attaque orale et politique contre la Chine et son système politique depuis la chambre basse de notre Parlement".

Kevin Rudd, Premier ministre travailliste entre 2007 et 2010, bien qu'il soit un spécialiste de la Chine et un orateur chinois connu pour ses opinions de faucon sur la Chine, a néanmoins appelé en 2012 à une Pax Pacifica coopérative et multilatérale pour remplacer l'actuelle Pax Americana (ou toute autre Pax Sinica possible) comme cadre de sécurité pour l'ère à venir.

 

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

https://eu.knoxnews.com/story/news/2021/09/09/tennessee-professor-hu-acquitted-spying-charges/8265020002/

Un ancien professeur du Tennessee acquitté des accusations de fraude dans une enquête d'espionnage

Après que Hu a refusé de travailler comme espion pour le gouvernement américain, des agents fédéraux l'ont harcelé pendant plus de deux ans.

En février 2020, Hu a été inculpé pour trois chefs d'accusation de fraude électronique et trois chefs d'accusation de fausses déclarations.

Le juge Tom Varlan a écrit qu'aucun jury raisonnable n'aurait pu déduire que le fait d'être professeur à l'Université de technologie de Pékin l'empêchait de travailler sur des recherches financées par la NASA.

L'affaire du gouvernement reposait sur la preuve que Hu savait qu'une nouvelle lecture élargie des règles de financement de la recherche lui interdisait de travailler avec des institutions chinoises, et qu'il avait tenté de dissimuler sa relation avec l'université pékinoise.

En fait, Hu a ouvertement révélé ce lien dans les documents requis et dans ses profils universitaires.

Le ministère de la Justice de l'administration Biden a abandonné d'autres affaires similaires.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Paniquée par la situation d'Evergrande, la Bourse de Hongkong plonge de plus de 4%. Les menaces qui pèsent sur le géant chinois du secteur Evergrande, au bord de la faillite, font paniquer le marché seul ouvert ce lundi dans la région. Les traders suivent de près la situation

https://www.letemps.ch/economie/paniquee-situation-devergrande-bourse-hongkong-plonge-plus-4

Evergrande : au bord de la faillite, le géant chinois de l'immobilier fait trembler l'économie mondiale. Le cours de l'action Evergrande est tombé lundi 20 septembre à son plus bas niveau depuis 11 ans, poursuivant sa chute face aux craintes d'un défaut du géant chinois de l'immobilier. L'économie mondiale est plus que jamais attentive sur la situation qui pourrait entraîner une crise financière planétaire, comme ce fut le cas en 2008 lors de la faillite de la banque d'investissement Lehman Brothers aux État-Unis.

https://www.midilibre.fr/2021/09/21/evergrande-au-bord-de-la-faillite-le-geant-chinois-de-limmobilier-fait-trembler-leconomie-mondiale-9803547.php

https://www.bfmtv.com/economie/tout-comprendre-evergrande-la-chute-du-geant-chinois-qui-menace-l-economie-mondiale_AV-202109200193.html

 

Actuellement, ce sont près d'un million de personnes qui ont déjà payés pour leur bien immobilier et qui risquent de tout perdre. Une faillite pourrait coûter 4 millions d'emplois directs et indirects. Additionné à la perte d'image, il est clair que l'état Chinois ne peut pas se permettre cette faillite et fera tout pour l'éviter.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,632
    Total Members
    1,550
    Most Online
    gabin1980
    Newest Member
    gabin1980
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.4m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...