Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

Le 14/09/2015 à 18:47, Wallaby a dit :

http://blogs.cfr.org/asia/2015/06/29/the-rising-anti-intellectualism-in-china-part-i/

Le culte de l'argent, en conjonction avec le problème de chômage causé par le grand bond en avant vers l'éducation de masse depuis 1999 a conduit à insister sur les matières "pratiques" (par exemple le commerce et les finances) au détriment de matières qui valorisent la réflexion et le progrès intellectuel. En 2011, parmi 5000 diplômés d'une université parmi les plus réputées dans le sud-est de la Chine, il n'y avait que 3 diplômés de philosophie, ce qui suscita des appels pour supprimer le cursus de philosophie.

En contraste :

https://supchina.com/2022/01/13/china-looks-to-the-western-classics/

Alors que les universités américaines réévaluent le rôle de l'enseignement classique occidental, les cours de latin et de grec se multiplient en Chine, où les étudiants considèrent les classiques comme une source de sagesse qui reste pertinente quel que soit l'hémisphère.

Ayant passé cinq de ses années de formation en France à participer au Mouvement du travail assidu et des études frugales, Deng [Xiaoping] connaissait la valeur du savoir occidental. Ses réformes éducatives prévoyaient une formation accrue aux langues étrangères. En outre, les étudiants étaient encouragés à partir à l'étranger après avoir étudié dans les universités chinoises, et des ressources leur étaient offertes à cet effet.

En 2015, la Chine est devenue le deuxième plus grand marché du livre, derrière les États-Unis.

"Aujourd'hui, les étudiants chinois étudient la théologie médiévale, le Moyen-Orient ancien et le Proche-Orient ancien", m'a dit [Jiang, maître de conférence dans une université américaine. Il] pense que cette curiosité intellectuelle est due en partie à un regain de confiance. "[Les étudiants chinois] ont commencé à penser : "Oh, ces autres cultures nous sont accessibles. Et puisque la Chine est aussi une grande civilisation, pourquoi n'étudions-nous pas aussi d'autres civilisations ?""

Dans les premières années de la réforme, lorsqu'il s'agissait de financer les études classiques, le ministère de l'Éducation [chinois] a été aussi dépensier qu'un noble de la Renaissance. Il a parrainé des projets sur Catulle, réimprimé des traductions de poètes classiques et créé des instituts consacrés à l'étude sérieuse des civilisations occidentales. Des éditions bilingues de textes grecs et romains commencent à apparaître dans les librairies. (Les traductions des œuvres complètes d'Aristote ont été achevées en 1997).

La revue chinoise d'études classiques, créée en 2010, produit des travaux universitaires sur la Rome et la Grèce antiques.

Le Centre d'études classiques occidentales a été créé en 2011 à la prestigieuse université de Pékin.

Après l'arrivée au pouvoir de Xí Jìnpíng 习近平 en 2012, le monde a commencé à voir la Chine comme un espace de recul et de régression politique. Mais les classiques en Chine continuent de se développer. Le classiciste prééminent Gān Yáng 甘阳 a fait remarquer dans un essai récent que le terme "études classiques" - gǔdiǎn xué 古典学 - était devenu un tel mot à la mode ces derniers temps que même "classiques confucéens", ou jīngxué 经学, a été ressuscité de son exil d'un siècle parmi les intellectuels.

"J'ai enseigné à l'université de Washington pendant plus de six ans. J'ai essayé toutes sortes de choses pour que cela reste attrayant - ils n'en avaient tout simplement rien à faire." [dit Luó Xiāorán]

L'année dernière, en revanche, il a donné une conférence à Hangzhou devant une foule de Chinois sur le personnage du Cyclope dans la mythologie grecque. "Je pouvais voir des étincelles [dans leurs yeux]."

En 2008, Evan Osnos, dans le New Yorker, a décrit une "nouvelle veine de conservatisme" émergeant parmi les jeunes Chinois, inspirée par ce que certains ont appelé la "fièvre Strauss", en référence au classiciste allemand Leo Strauss. Dans les années 2010, Strauss, ainsi que le théoricien allemand du droit Carl Schmitt, étaient soudainement devenus un sujet brûlant dans les cercles intellectuels chinois. "Personne ne vous prendra au sérieux si vous n'avez rien à dire sur ces deux hommes et leurs idées", a déclaré un journaliste chinois à l'historien Mark Lilla dans le New Republic en 2010.

L'obsession de Strauss offre une autre fenêtre sur le renouveau des classiques en Chine. Une idée centrale de l'œuvre du philosophe allemand était la différence, dans le canon occidental, entre les anciens et les modernes - deux groupes distincts à plusieurs égards critiques, de la vision de la rationalité à la vérité et à la politique. Strauss, qui avait un penchant pour les anciens, a fourni un langage permettant d'articuler le propre éloignement de la Chine de son passé ancien. En d'autres termes, les chercheurs straussiens chinois participent à une réhabilitation de la pensée chinoise ancienne sous la direction d'un philosophe germano-américain. Dans l'énoncé de mission du Chinese Journal of Classical Studies, fondé par Liu, le comité de rédaction établit le lien de manière concise : Pour "restaurer l'esprit de la civilisation traditionnelle de la Chine", les universitaires doivent "acquérir une compréhension profonde de la civilisation occidentale".

 "La principale raison de l'introduction de Strauss en Chine", écrit Liu, était "d'éviter le fanatisme séculaire envers toutes sortes de discours occidentaux modernes." Le féminisme, la théorie critique de la race, l'intersectionnalité : il ne s'agissait pas pour Liu des poteaux indicateurs du progrès moral, mais plutôt des herses à éviter sur le propre chemin de la Chine vers la modernité.

Les straussiens en Chine considèrent presque unanimement le "politiquement correct" en Occident comme une "seconde révolution culturelle", m'a dit Jiang.

Lorsque Wáng Hùníng 王沪宁, principal théoricien politique de la Chine et membre du Comité permanent du Politburo, a visité les États-Unis en 1988, il a été particulièrement attiré par les penseurs néoconservateurs américains, dont beaucoup étaient d'anciens étudiants de Leo Strauss.

Wang a vu ce groupe comme les derniers résistants à un fléau de gauchistes qui s'acharnent à détruire le système de valeurs traditionnel de l'Occident. Dans son livre America Against America, un mémoire de ses visites, Wang cite les travaux d'Allan Bloom, Daniel Bell et Daniel Patrick Moynihan pour s'insurger contre une "jeune génération ignorante des valeurs occidentales". "Si le système de valeurs s'effondre, comment le système social peut-il se maintenir ?".

 Aujourd'hui, les idées néoconservatrices de cohésion culturelle ne font que croître. L'année dernière, le parti communiste a adopté des réformes de l'éducation visant à embaucher davantage de professeurs de gymnastique et à "cultiver la masculinité" chez les écoliers. Les diffuseurs de médias ont été contraints de passer d'émissions montrant des "hommes efféminés" à des émissions faisant la promotion de la "culture traditionnelle chinoise". Timothy Cheek, historien intellectuel à l'université de Colombie-Britannique, m'a dit que les derniers diktats constituent un "tournant culturel" dans la modernisation de la Chine, ce qu'il appelle "le traditionalisme d'Allan Bloom avec des caractéristiques chinoises".

"La vie quotidienne en Chine est maintenant basée sur tous ces contrats comme le mariage", m'a dit Leeb. "Cela a été créé par les anciens Romains. La plupart des Chinois ne sont pas conscients de cela." Même certains mots chinois, a-t-il expliqué, comme le mot pour le fromage, lào 酪, étaient probablement venus du latin (lac est le lait). Étudier les classiques en tant que Chinois, c'est se connaître soi-même.

"Le climat politique actuel est plus anti-occidental", admet Luo. "Mais culturellement, ce n'est pas le cas. Culturellement, nous aimons toujours l'Occident. Regardez ces voitures ! Regardez ces gens, regardez ces tenues, et cet endroit !" Il a désigné le café dans lequel nous avons choisi de nous asseoir, un café qui semblait avoir été parachuté depuis le centre-ville de Portland.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Ces schémas sont des simplifications, et comme bien souvent avec les simplifications, ils sont simplificateurs.

Les tailles des pastilles paraissent représenter le commerce extérieur, et non le PIB, ce qui expliquerait que la pastille chinoise soit plus grosse que celle de l'Amérique.

Pour les "petits pays", ils ont tous la même taille de pastille, ce qui ne reflète probablement pas les écarts réels entre ces pays.

Je me demande s'il est très judicieux d'accorder la même taille de pastille au Royaume-Uni en 2020, qu'à... l'Estonie ou à Chypre.

Le biais le plus important vient du fait que les liens indiquent les premiers partenaires commerciaux, quand bien même le deuxième partenaire commercial pourrait être très proche derrière. Donc faire disparaître purement et simplement ce deuxième partenaire (et a fortiori le 3e, le 4e etc...) c'est déformer la réalité. Par exemple pour la France, le premier partenaire commercial à l'exportation en 2019 est l'Allemagne avec 13,7% suivi par les Etats-Unis à 8,49%. (source : https://oec.world/en/profile/country/fra )

Faire disparaître tous les partenaires commerciaux de rang 2 ou plus, pour se concentrer sur le premier partenaire commercial, quand celui-ci représente tout au plus 10 à 20% des échanges, c'est l'arbre qui cache la forêt.

D'autre part, cette représentation ne montre pas ce qui se passe vis à vis des coalitions d'États, comme c'est le cas de l'Union Européenne, ou de l'ASEAN ou du Mercosur.

Que deviennent ces schémas si on met l'Union Européenne à la place des États individuels ?

Finalement cette représentation est très politique, très dépendante de la notion d'État, un peu comme l'ONU qui accorde le même poids en sièges (un seul) au Liechtenstein et à l'Italie.

Mais, sait-on jamais, c'est peut-être une bonne représentation de la psyché du "rêve chinois" de Xi Jinping.

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.lenouvelespritpublic.fr/podcasts/301 (6 février 2022)

Béatrice Giblin

"Je suis allée voir le film « H6 », réalisé par Ye Ye, réalisatrice qu’on dit franco-chinoise (mais j’ignore si elle a la double nationalité). Elle a été hospitalisée en France lors d’un séjour, puis retourna en Chine où elle réalisa ce documentaire dont le sujet est l’un des grands hôpitaux de Shanghaï, « H6 », qui fait plus de 70 000 mètres carrés, et reçoit 70 millions de patients par an. Le film est remarquable, car on y voit à la fois le gigantisme, les queues interminables pour obtenir les rendez-vous, les gens qui font 1 000 kilomètres pour pouvoir se faire soigner … On suit cinq patients et leurs familles, et petit à petit se révèlent toutes les difficultés, la douleur mais aussi toute la dignité. Dans ces temps où l’on parle beaucoup du totalitarisme chinois, l’humanité du film impressionne. On se dit également que si grandes que soient les difficultés des hôpitaux français, nous avons bien de la chance de les avoir. "

 

https://www.nouvelobs.com/cinema/20220202.OBS53943/h6-petite-solange-arthur-rambo-les-films-a-voir-ou-pas-cette-semaine.html

Et ce qui frappe le plus, dans l’hôpital n° 6 de Shanghai, où la jeune documentariste a placé ses caméras, c’est que tout s’achète. Les infirmières sont rémunérées par les patients, dont les familles doivent s’endetter pour s’acquitter d’opérations hors de prix – survivre est coûteux. Troublant paradoxe : dans la Chine communiste, la protection de la santé est dérisoire. Il faut payer pour être soigné. Et ne pas être pressé. Car il n’y a pas assez de médecins, et encore moins de spécialistes, pour traiter la foule de malades qui s’agglutinent dans les couloirs et attendent d’être pris en charge.

  • Like 2
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le 06/02/2022 à 13:34, Wallaby a dit :

Et ce qui frappe le plus, dans l’hôpital n° 6 de Shanghai, où la jeune documentariste a placé ses caméras, c’est que tout s’achète. Les infirmières sont rémunérées par les patients, dont les familles doivent s’endetter pour s’acquitter d’opérations hors de prix – survivre est coûteux. Troublant paradoxe : dans la Chine communiste, la protection de la santé est dérisoire. Il faut payer pour être soigné. Et ne pas être pressé. Car il n’y a pas assez de médecins, et encore moins de spécialistes, pour traiter la foule de malades qui s’agglutinent dans les couloirs et attendent d’être pris en charge.

Si j'ai bien compris, la Chine a beau s'être beaucoup enrichie, la part de la consommation dans le PIB ne décolle pas de 40% ce qui veut dire que la consommation privée reste le parent pauvre de la richesse. La santé fait parti de cette consommation. On est à 55% en France par exemple.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/02/08/les-autorites-chinoises-veulent-reguler-les-algorithmes-de-recommandation-qui-font-le-quotidien-d-internet_6112738_3232.html

Si vous pensiez que l’Union européenne était la championne de la régulation, avec le Digital Service Act (DSA) et le Digital Market Act (DMA), sans compter le Règlement général sur la protection des données (RGPD), détrompez-vous.

La Chine vient de la dépasser avec un texte mis en consultation à l’été 2021 et en application à compter du 1er mars. Il est passé inaperçu en Europe, qui ne brille pas par la présence de ses champions numériques, mais pas aux Etats-Unis. Ce texte mettra fin aux dernières ambitions des « Big Tech » en Chine.

Ce texte, qui ne contient que des « recommandations », impose à leurs équivalents chinois d’expliquer les règles qui ont servi de base aux algorithmes aux utilisateurs. Ces derniers peuvent demander leur désactivation ou exiger que leur profil ne soit pas pris en compte (une liberté bien cosmétique comparée au profilage social à points de tous par l’Etat et le parti). Tout contenu illégal mais aussi « négatif » doit être arrêté car il faut transmettre de l’énergie positive (sic).

Les utilisateurs doivent comprendre pourquoi ce contenu leur est présenté, y renoncer si besoin, pourquoi les résultats sont présentés dans cet ordre, etc. Bref, savoir si on les manipule (sans doute parce que c’est le monopole du Parti). Une trace du fonctionnement de ces algorithmes doit aussi être conservée six mois à des fins d’inspection des différents services de l’Etat (mais aucune allusion à une plainte d’un citoyen pour le faire).

La formulation des autorités chinoises sert de repoussoir : les algorithmes ne peuvent pas mettre en danger la sécurité nationale, ni les valeurs socialistes, ni perturber l’ordre économique ou social. Ils ne peuvent pas transmettre des informations prohibées, aller à l’encontre de l’éthique et la morale, que le texte traduit par « ni addiction, ni dépense compulsive ».

https://www.notretemps.com/depeches/chine-la-mort-d-un-employe-epuise-relance-le-debat-sur-le-temps-de-travail-46147 (9 février 2022)

L'internet chinois s'est emballé autour du décès du jeune homme, mort à 25 ans d'une hémorragie cérébrale après avoir travaillé comme modérateur de contenus pour le site de vidéos Bilibili durant toute la semaine de congés qui vient de marquer le Nouvel an lunaire.

D'autres utilisateurs de Weibo se présentant comme des employés de Bilibili ont accusé la compagnie d'avoir obligé les modérateurs de contenus à travailler douze heures d'affilée sans pause durant les congés du Nouvel an.

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/chine-le-site-bilibili-épinglé-pour-ses-conditions-de-travail-après-la-mort-d-un-de-ses-salariés/ar-AATGpEM

La plateforme chinoise de vidéo en ligne Bilibili s’apprête à embaucher 1 000 modérateurs supplémentaires.

Le blogueur Wang Luobei, qui a révélé le décès sur le réseau Sina Weibo, a reçu mercredi soir une lettre des avocats du groupe le menaçant d’une plainte en diffamation pour son post publié le 6 février dernier à minuit. Intitulé « Un employé de Bilibili est mort soudainement à cause du surmenage durant les vacances du printemps ».

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

https://supchina.com/2022/02/04/china-in-therapy-how-families-in-crisis-will-affect-chinas-future/ (4 février 2022)

La semaine dernière, un jeune employé de Tencent est devenu une sensation sur Internet après avoir tenu tête à ses patrons qui glorifiaient les pratiques de travail brutales du 996 (ou pire) au sein de l'entreprise technologique. L'expression 996, ou 9 heures du matin à 9 heures du soir, six jours par semaine, est la routine de travail légendaire des employés des entreprises technologiques chinoises.

Zhāng Yìfēi 张义飞, un programmeur de 25 ans, a reçu un "prix de la percée commerciale" (业务突破奖) après avoir travaillé 20 heures par jour dans une équipe de Tencent qui déployait une nouvelle fonctionnalité pour une application de productivité. Cette distinction a été annoncée lors d'une discussion de groupe avec des centaines de membres du département de développement de produits de Tencent.

En réponse à cet "honneur", Zhang a écrit dans le groupe : Est-il vraiment nécessaire de demander à vos programmeurs de travailler plus de 20 heures d'affilée juste pour répondre à vos besoins ? En organisant le travail de votre équipe, avez-vous seulement tenu compte de leur santé [littéralement : leur vie ou leur mort] ?

Il a ensuite ajouté qu'il remettrait son préavis le lendemain afin de pouvoir passer des vacances sans stress pour le Nouvel An chinois. La direction de Tencent a rapidement réagi, affirmant que personne ne devrait être censé mettre sa santé en danger pour son travail. Mais les utilisateurs des médias sociaux n'ont pas été convaincus, commentant avec sarcasme que la machine de relations publiques de crise de Tencent était très efficace, mais qu'il y avait peu de chances que la culture des heures supplémentaires de l'entreprise change.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Apparemment, la situation démographique chinoise ne s'améliore pas, ce qui pousse les dirigeants à envisager des solutions … disons drastiques

Citation

Pour enrayer le déclin démographique, la Chine veut limiter les avortements « non médicaux » 
L’association pour le planning familial a annoncé son intention d’« intervenir » afin de contribuer à réduire le nombre d’avortements auprès des femmes non mariées et des adolescentes. (...)
https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/02/17/pour-enrayer-le-declin-demographique-la-chine-veut-limiter-les-avortements-non-medicaux_6114125_3244.html

Révélation

Après avoir imposé la politique de l’enfant unique de 1980 à 2016, la Chine emprunte le chemin inverse. Le tournant pris par la démographie inquiète les responsables politiques. Avec seulement 10,62 millions de naissances en 2021 contre 12 millions en 2020 et même 17,86 millions en 2016, le pays fait face à la fois à un ralentissement, mais aussi à un vieillissement démographique.

(...) Si, officiellement, la population continue d’augmenter légèrement, le taux de naissance – 7,52 pour 1 000 habitants – est le plus faible enregistré depuis l’arrivée du Parti communiste (PCC) au pouvoir, en 1949. Fin 2021, on recensait officiellement 1,4126 milliard de Chinois, soit une progression de 480 000 (+ 0,034 %) par rapport à 2020. La plus faible progression en pourcentage depuis la grande famine de 1958-1961.

Si les courbes se prolongent, l’empire du Milieu passera, dès 2022, sous la barre symbolique des 10 millions de naissances. Dès 2020, le Forum économique mondial avait prévu qu’en 2100 la Chine, avec 732 millions d’habitants, serait moins peuplée que l’Inde (1,09 milliard) mais aussi que le Nigeria (791 millions).

« Améliorer la santé procréative »
Pour enrayer ce déclin, le pays autorise, depuis fin mai 2021, les couples chinois à avoir trois enfants. Alors que de nombreux couples mettent en avant le coût de la vie et du logement pour justifier leur réserve face à cette politique, les provinces multiplient les mesures incitatives, augmentant par exemple à 350 jours le congé maternité en cas de troisième enfant.

Ces derniers temps, cependant, ce sont surtout les mesures restreignant l’avortement qui retiennent l’attention. La même association pour le planning familial qui, pendant des années, s’est immiscée dans l’intimité des couples et a contraint nombre de femmes à avorter, va désormais mener la politique inverse. Elle va « intervenir », a-t-elle indiqué début février, pour contribuer à réduire le nombre d’avortements, en prônant le respect des « valeurs traditionnelles » auprès des femmes non mariées et des adolescentes qui souhaitent interrompre une grossesse.

Selon la commission nationale de la santé, il y aurait eu près de 9 millions d’avortements effectués en Chine en 2020, dont 40 % sur des adolescentes

« Nous voulons orienter davantage la façon dont les jeunes gens voient le mariage et la famille, réapprendre à élever plusieurs enfants dans une famille, promouvoir une nouvelle culture positive du mariage et de la parentalité », explique le planning familial. Selon la commission nationale de la santé, il y aurait eu près de 9 millions d’avortements effectués en Chine en 2020, dont 40 % sur des adolescentes, indiquait en mai 2021 l’expert Wang Pei’an, dans une commission du Parlement chinois. Il déplorait qu’« en raison de la libéralisation sexuelle venue d’Occident, 70 % des adolescentes [avaient] une image positive des relations sexuelles avant le mariage ». (...)

 Les IVG sont un sujet délicat, et j'espère que ça ne va pas transformer ce fil de discussion en champ de ruines, que les modos fermeraient après avoir généreusement assaisonnés tous les belligérants. :dry:
Pour éviter ce triste sort, je voudrais me concentrer sur l'objectif du gouvernement chinois. Ils entendent relancer les naissances et visiblement, les mesures prises jusqu'ici ne marchant pas trop. Je doute que l'approche anti-avortement fonctionne, et ce pour une raison très simple: un autre pays communiste a déjà essayé. Ils s'agit de la Roumanie, au milieu des années 60. 

Citation

La politique nataliste en République socialiste de Roumanie est une série de mesures prises par le gouvernement roumain sous la direction de Nicolae Ceaușescu afin d'enrayer le déclin démographique en relançant la natalité, pour assurer le poids international de la Roumanie. Ces mesures comprennent le décret no 770 émis en 1966, réglementant très strictement l'avortement, et la mise en place d'un réseau d'orphelinats d'État pour les enfants que leurs familles ne pouvaient pas élever. Le décret no 770/1966 a été abrogé en décembre 1989, mais de très nombreuses personnes nées en 1967 sans avoir été désirées, et, pour beaucoup d'entre elles, gardant des séquelles physiques et psychologiques des carences subies dans les orphelinats, ainsi que les parents pris par surprise lors de la promulgation de ce décret, gardent des traumas de cette politique nataliste coercitive, imposée dans un contexte de dictature et de pénuries alimentaires, médicales et énergétiques. (...)            https://fr.wikipedia.org/wiki/Politique_nataliste_en_République_socialiste_de_Roumanie

C'est allé très loin puisque des examens gynécologiques obligatoires et réguliers étaient imposés aux femmes en âge de procréer, en particulier sur leurs lieux de travail. Dans un premier temps ça a fonctionné, puisque en 1969 il y a eu un million de naissances supplémentaires. Sauf que  l'avortement illégal s'est rapidement développé dans toutes les couches sociales, avec pour conséquence subsidiaire une hausse de la mortalité féminine.
Et à la chute du Mur de Berlin, on s'est aperçu que beaucoup d'orphelinats roumains créés pour accueillir les enfants non désirés relevaient carrément du sordide.
http://www.slate.fr/story/177582/etats-unis-interdiction-avortement-roe-v-wade-roumanie-ceausescu )

Si la Chine prend le même chemin, ils ne sont pas sortis d'affaire. Surtout si la mortalité féminine augmente. Déjà qu'il y a un déficit de naissances féminines .:ph34r:

Le problème c'est que les alternatives occidentales me semblent difficilement transposables.
L'immigration comme aux USA? Je vois mal Pékin accueillir des flots de Sénégalaises à bras ouvert (j'ai pris un pays au hasard comme exemple).
Le développement des congés parentaux et des aides sociales pour aider les parents, comme en Scandinavie, ou chez nous? Il suffit de lire les posts au dessus du mien pour comprendre qu'en février 2022, la mode est plutôt aux journées de travail de 12h.

Sans compter qu'il semble que les parents chinois se retrouvent à économiser durant des années pour payer les études de leur progéniture. S'ils ont deux enfants, alors ils doivent économiser deux fois plus, ce qui s'avère souvent dissuasif.
Bien sûr on peut imaginer que l'état intervienne pour baisser les coûts de scolarité, mais vu l'ampleur de la population chinoise, ça impliquerait d'énormes sommes d'argent public. Et peut-être même des besoins d'arbitrages budgétaires entre différents ministères.
Et j'ai du mal à imaginer Pékin réduire, ou même juste arrêter d'augmenter, les sommes affectées à la défense. :mellow:

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/02/17/tout-se-passe-comme-si-la-chine-voulait-raboter-les-normes-a-peu-pres-admises-dans-l-ordre-du-monde-post-1945-pour-imposer-les-siennes_6114048_3232.html

La Chine fut admise à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en décembre 2001 après quatorze ans de rudes négociations. C’était l’époque de la « mondialisation heureuse ». On pensait que l’essor du commerce serait la clé de la paix mondiale. Sans même parler de la théorie de la convergence qui expliquait que les différents systèmes politico-économiques ne pourraient que s’aligner sur les « bonnes pratiques » censément universelles.

La prospérité générale serait sans nuages, la démocratie à l’occidentale s’imposerait logiquement partout. On sait aujourd’hui que cette théorie a disparu dans les tréfonds de la pensée magique.

Link to comment
Share on other sites

Une vidéo sur la corruption dans l'armée chinoise qui pourrait se traduire par de nombreuses faiblesses derrière une apparente puissance très importante.

A prendre quand même avec des "pincettes "car c'est un média partial anti-chinois je pense.

En particulier, on peut aussi se dire que la recrudescence de découvertes de corruptions militaires est plus lié aux "chasses aux sorcières" politiques internes à la Chine qu'à un niveau de corruption réel.

Mais il faut aussi se dire que dans un tel environnement, cela peut avoir de fâcheuses conséquences sur l'efficacité de leur machine militaire si une bonne partie des officiers ont "acheté" leur avancement et que les acheteurs militaires peuvent aussi se faire acheter.  On a bien vu que les malfaçons dans l'immobilier sont très courantes en Chine, ainsi que les scandales de contamination alimentaire, donc il y a peu de raisons que cela n'existe pas non plus dans la sphère militaire.

 

Edited by Deres
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Hong Kong :

https://www.scmp.com/comment/opinion/article/3162674/birthday-party-fiasco-insult-community-deserves-better?module=inline&pgtype=article (8 janvier 2022)

La célébration de l'anniversaire de Witman Hung Wai-man, un délégué local à l'assemblée législative nationale, a eu lieu dans un restaurant de Wan Chai le 3 janvier. Un invité a été testé positif. Le résultat positif préliminaire d'un autre s'est avéré être une fausse alerte samedi. Cela signifie que jusqu'à 80 des 170 invités envoyés en quarantaine, dont certains fonctionnaires, vont être libérés.

Des enquêtes sont en cours pour déterminer si les règles de la distance sociale ont été enfreintes et si des lois ont été violées lors de la fête.

Les personnes invitées à la fête devaient être bien conscientes des risques. Le jour de l'événement, le gouvernement a lancé un appel pressant pour que les règles de distanciation sociale soient respectées, alors que les cas se multiplient. Il n'est pas étonnant que les invitations à la fête aient demandé aux invités de ne pas publier de photos sur les médias sociaux.

Ce scandale a mis Carrie Lam Cheng Yuet-ngor et son administration dans l'embarras.

https://www.scmp.com/comment/opinion/hong-kong/article/3168537/how-carrie-lams-omicron-failures-forced-beijing-take-over?module=opinion&pgtype=homepage (28 février 2022)

Enfin, quelque chose a éclaté à Pékin. Nous ne saurons probablement jamais quelle est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase : l'augmentation soudaine du nombre de décès dus à la maladie de Covid-19, en particulier chez les enfants et les nourrissons ; le scandale de la fête d'anniversaire qui a semblé piéger tant de hauts fonctionnaires ; la reconnaissance tardive du fait que nous n'avions pas suffisamment de médecins, d'infirmières, de techniciens, de lits de quarantaine ou de capacités de test ; la farce de l'abattage des hamsters ; la combinaison de tous ces éléments ?

Le président Xi Jinping a pris la décision inhabituelle d'émettre une directive très médiatisée à l'intention de la chef de l'exécutif Carrie Lam Cheng Yuet-ngor, communiquée en première page de deux journaux de gauche, afin de faire de l'éradication du virus la priorité absolue du gouvernement. La prochaine élection du chef de l'exécutif, à laquelle Mme Lam espérait vraisemblablement se présenter, a été reportée au 8 mai, date limite pour l'éradication de la maladie.

Le directeur du bureau des affaires de Hong Kong et de Macao, Xia Baolong, a personnellement transféré ses activités à Shenzhen pour prendre le contrôle de la situation et veiller à ce que l'administration reste concentrée.

Xia est épaulé par de hauts fonctionnaires de Pékin, dont l'expert médical à la retraite Zhong Nanshan et des hauts fonctionnaires du Guangdong. Toutes les déficiences énumérées ci-dessus seront comblées grâce aux ressources du continent. Des centaines de membres du personnel médical du continent sont attendus cette semaine et des milliers d'autres sont sur le point de suivre.

Chaque Hongkongais sera testé trois fois au cours du mois prochain, et devra se tester à plusieurs reprises entre-temps. Lam a déclaré qu'il n'y aurait pas de confinement complet comme à Wuhan.

On ne sait pas non plus si la capacité accrue des centres de quarantaine sera en mesure de faire face aux résultats de la vague de tests. Après tout, si seulement 5 % de la population est déjà infectée, comme certains l'ont supposé, il faudrait transporter plus de 370 000 personnes [vers les centres de quarantaine]. Les chiffres sont ahurissants.

Quoi qu'il en soit, la véritable question est de savoir si l'administration locale reste en charge de la politique. Il semble plus probable qu'elles aient été réduites au rôle de soldats de base exécutant les ordres des généraux qui siègent ailleurs.

L'une des priorités du prochain chef de l'exécutif, qui devra être une personne visionnaire et déterminée, sera de récupérer notre haut degré d'autonomie.

Edited by Wallaby
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

https://asia.nikkei.com/Business/China-tech/China-regulator-to-extend-youth-time-limits-to-videos-and-WeChat (14 mars 2022)

Le principal régulateur de l'internet en Chine a indiqué lundi que les services de streaming, les réseaux sociaux et les services de messagerie en ligne devront restreindre l'utilisation par les enfants, comme les plateformes de jeux en ligne ont dû le faire l'année dernière.

Tencent Holdings, opérateur de l'omniprésent service de messagerie sociale WeChat, a chuté de 9,8 % à 331,80 HK$. Le service de streaming Kuaishou a chuté de 12,9% à 60,20 HK$, tandis que son rival Bilibili a dégringolé de 19,4% à 133,90 HK$.

Depuis l'année dernière, les utilisateurs de moins de 18 ans sont limités à trois heures précises de jeu par semaine.

Le projet de texte indique également que les plates-formes internet seront tenues de limiter les dépenses quotidiennes des mineurs et qu'il leur sera interdit de solliciter leur participation à des collectes de fonds en ligne ou à des sondages de popularité de célébrités.

Ce nouveau coup dur intervient alors que Bilibili et d'autres grands services de streaming ont annoncé des pertes croissantes. La semaine dernière, Bilibili a annoncé que sa perte pour le quatrième trimestre s'était étendue à 2,1 milliards de yuans, contre 903,4 millions de yuans un an plus tôt. Son rival iQiyi a enregistré une perte nette trimestrielle de 1,8 milliard de yuans, contre 1,5 milliard de yuans précédemment.

Sous la pression du contrôle des coûts, iQiyi et Kuaishou ont récemment supprimé des centaines de postes, tandis que les dirigeants de Bilibili ont déclaré la semaine dernière que l'augmentation des effectifs serait "très limitée" cette année.

C'est contradictoire avec l'idée qu'ils doivent au contraire embaucher pour ne pas tuer leurs modérateurs au travail :

Le 10/02/2022 à 13:48, Wallaby a dit :

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/chine-le-site-bilibili-épinglé-pour-ses-conditions-de-travail-après-la-mort-d-un-de-ses-salariés/ar-AATGpEM

La plateforme chinoise de vidéo en ligne Bilibili s’apprête à embaucher 1 000 modérateurs supplémentaires.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

La stratégie zéro COVID en Chine semble atteindre ses limites et cela confine à tout va

https://www.letemps.ch/monde/chine-millions-personnes-confinees-face-une-flambee-cas-record-deux-ans

En Chine, des millions de personnes confinées face à une flambée de cas record en deux ans. Les autorités chinoises serrent la vis pour freiner la propagation du coronavirus dans le pays. Une stratégie sanitaire qui interroge. La lassitude se fait sentir au sein de la population

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,799
    Total Members
    1,550
    Most Online
    VIVE LA PAIX
    Newest Member
    VIVE LA PAIX
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...