Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Taux de disponibilité des navires de combat


delajungle75
 Share

Recommended Posts

Bonjour,

Je lance ce file de discussion afin de discuter de ce sujet essentiel qui est "le taux de disponibilité des navires de combar".

En effet, comment discuter de la nécessité de 10-15 ou 18 frégates si la connaissance du taux de disponiblité d'un navire de combat n'est pas intégré dans la reflexion.

Pour lancer la discussion, j'ai noté que les navires français réalisaient des IPER de plus moins 6 mois-1 ans tous les 5 ans hors carénage.

D'après quelques info sur le sujet, je pense à un taux de dispo de 60%.

Link to comment
Share on other sites

la connaissance du taux de disponiblité d'un navire de combat n'est pas intégré dans la reflexion.

Tu es sur qu'elle ne l'est pas dans les arbitrages qui ont conduit au schéma "17 frégates de première ligne" ?

(escroquerie "FLF = 1ere ligne" mise à part  :lol:)

Link to comment
Share on other sites

Les FREMM sont conçues pour avoir une durée de vie de 30 ans en navigant en moyenne 145 jours par an IPER comprises. C'est le cahier des charges.

Mais ces chiffres doivent être modulés par une variable: les budgets.

Ainsi en 2011 selon l'Amiral Forissier les batiments passeront 90 jours en entraînement à la mer contre 100 en 2010...

Les Ohio américains sont conçus pour avoir une dispo de 66% ce qui est considéré comme excellent.

Link to comment
Share on other sites

le nombre de jour d'entrainement en mer est un paramètre. Mais il faut plutôt compter le nombre de jours pendant lequel le navire est soit au quai (disponible à partir) soit en mer.

Considérant 60% de 9 FREMM -> 5,40 FREMM de dispo en permanence, dont 2(3?) pour la fost. Il nous reste à peine 3,4 FREMM pou le GAN et le groupe amphibie......

Link to comment
Share on other sites

le nombre de jour d'entrainement en mer est un paramètre. Mais il faut plutôt compter le nombre de jours pendant lequel le navire est soit au quai (disponible à partir) soit en mer.

Considérant 60% de 9 FREMM -> 5,40 FREMM de dispo en permanence, dont 2(3?) pour la fost. Il nous reste à peine 3,4 FREMM pou le GAN et le groupe amphibie......

3.4 navires ASM en temps de paix c'est pas beaucoup mais suffisant pour ce qu'on en fait.. Et il reste 7 frégates (Horizons, FLF), à la dispo près.

Je suppose qu'en cas de besoin les IPER peuvent être "retardées"

Faut penser à passer se présenter aussi delajungle75  =)

Link to comment
Share on other sites

le nombre de jour d'entrainement en mer est un paramètre. Mais il faut plutôt compter le nombre de jours pendant lequel le navire est soit au quai (disponible à partir) soit en mer.

Il faut compter les deux. Ce qui est important c'est le nombre de missions effectuées en temps "de paix" donc le nombre de jour passé en mer. Mais vu qu'une armée sert aussi en temps de guerre, il faut aussi tenir compte du nombre de navire disponible à l'instant T ou T+30 jours.

Pour des navires comme les frégates La Fayette, il faut surtout tenir compte des missions temps de paix donc le nombre de jours passés en mer en temps de paix. Mais pour un PA, ce serra plutôt le contraire. A moins de s'en servir pour chasser les pirates ou pour des missions commerciales, on n'en as pas besoin en temps de paix ce qui compte c'est de pouvoir le déployer en cas de besoin.

Link to comment
Share on other sites

Effectivement,

Je pense néanmoins qu'on doit évaluer une flotte de guerre en fonction de ce taux. Ainsi on obtient un instant T le nombre de navires de premier rang, qui peuvent appareiller pour une opération de guerre. Et finalement c'est de ca qui'on parle quand il est question des Forbin ou des FREMM:)

Par exemple: La flotte russe réputée mal entretenue, dispose en théorie de bcp de navire de 1er rang, mais en réalité, ils sont peu nombreux disponibles un instant T.

Je pense que ce paramètre est important pour comparer les puissances navales respectives.

Link to comment
Share on other sites

Mais il faut plutôt compter le nombre de jours pendant lequel le navire est soit au quai (disponible à partir) soit en mer

un entraînement à quai reste un entraînement à quai

actuellement la Marine fait de la lutte ASM sans Lynx et pourtant les frégates sont à la mer ...

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Je lance ce file de discussion afin de discuter de ce sujet essentiel qui est "le taux de disponibilité des navires de combar".

En effet, comment discuter de la nécessité de 10-15 ou 18 frégates si la connaissance du taux de disponiblité d'un navire de combat n'est pas intégré dans la reflexion.

Pour lancer la discussion, j'ai noté que les navires français réalisaient des IPER de plus moins 6 mois-1 ans tous les 5 ans hors carénage.

D'après quelques info sur le sujet, je pense à un taux de dispo de 60%.

Juste avant d'aller manger, ci-joint ici tout ce que tu recherches en DTO et MCO sur http://www.assemblee-nationale.fr/13/budget/plf2010/a1972-tV.asp désolé pas le temps d'y apposer tous les tableaux.

L’objectif de l’état major de la marine est de maintenir le taux moyen de disponibilité technique des bâtiments (4) au dessus de 70 %, en restant dans le cadre fixé par le rythme d’entretien des bâtiments et en recherchant un optimum économique ainsi qu’une amélioration de la disponibilité opérationnelle pour les navires en opération. Le taux moyen s’est élevé à 73 % en 2007, a légèrement fléchi en 2008 pour atteindre 70,5 %, et devrait s’établir en 2009 autour de 71 %.

On peut donc conclure à une réelle stabilisation de la disponibilité de la flotte, les résultats 2007 et 2008 ayant été principalement impactés par les mauvaises performances des SNA.

L’augmentation des dotations pour la maintenance des bâtiments de surface permettra de prendre en charge un grand nombre d’arrêts techniques majeurs (ATM), rendus urgents par l’ancienneté des bâtiments concernés (Frégates Montcalm, Jean de Vienne, Aconit, Germinal, Georges Leygues, Floréal, Vendémiaire, BCR Var et Marne notamment). Les besoins sont également importants dans le domaine de l’entretien des armes-équipements, et notamment des moyens d’autodéfense des bâtiments qui constituent toujours une préoccupation majeure en raison de leurs nombreuses obsolescences.

De façon plus générale, le vieillissement de la flotte, dont la moyenne d’âge est supérieure à 21 ans, demeure une difficulté centrale pour le MCO. Les bâtiments récents souffrent quant à eux d’une absence de logistique initiale (rechanges majeurs) et de contrat d’entretien.

— En ce qui concerne la flotte sous-marine, la contraction des CP inscrits pour 2010 s’explique notamment par le fait qu’aucun arrêt technique majeur n’est programmé pour les SNLE avant fin 2010, date d’admission au service actif du Terrible. Le Vigilant entrera alors en IPER pour adaptation de son système d’arme de dissuasion au missile M51. Le plan d’entretien des SNA pour les années 2010 à 2014 est en phase finale d’approbation. Financièrement contraint, il imposera un allongement des durées d’indisponibilité pour entretien des sous-marins nucléaires d’attaque. La Perle est actuellement en IPER pour de nombreuses modifications techniques et le changement de son cœur nucléaire. Ce sera ensuite au tour du Saphir en 2010 puis du Casabianca en 2010-2011.

En ce qui concerne les forces sous-marines, le niveau de disponibilité des SNLE respecte le contrat opérationnel de la posture de dissuasion.

La disponibilité des SNA s’est sensiblement améliorée entre la fin des années 90 et la période 2003-2005 mais en 2007, cette tendance s’est inversée en raison de retards enregistrés en sortie d’IPER, d’indisponibilités dues à des avaries répétées de certaines installations et de l’accident du Rubis en mars 2007. La période difficile est désormais dépassée, le Saphir et le Rubis ayant recommencé à naviguer. La disponibilité s’est nettement redressée à la mi-2009 et devrait atteindre un résultat supérieur à 50 % sur l’ensemble de l’année.

Pour les bâtiments de surface, la réalisation de l’objectif global varie selon le type de bâtiment considéré, tout en se situant, dans la grande majorité des cas, au-dessus de l’objectif moyen annuel fixé (supérieur à 70 % pour 2009). La disponibilité est globalement stable ou en augmentation par rapport à 2008, avec une disponibilité moyenne de 71 % au 30 août 2009.

Si le taux de disponibilité technique s’avère satisfaisant et permet de mettre les bateaux à la mer, l’indisponibilité des armes et équipements impacte encore trop souvent l’aptitude des bâtiments à remplir totalement la mission pour laquelle ils ont été conçus (c’est-à-dire leur disponibilité opérationnelle). Ces armes et équipements, principalement composés de systèmes électroniques fabriqués en petite série, sont en effet régulièrement frappés d’obsolescence, ce qui rend leur entretien difficile et onéreux.

— En ce qui concerne l’aéronavale, le taux moyen de disponibilité technique a atteint 55,2 % au premier semestre 2009, contre 51,6 % en 2008. Ce taux exprime le rapport entre le nombre d’aéronefs disponibles dans les unités ou pouvant être rendus disponibles dans un délai de 6 heures et le nombre d’appareils en service (5) dans les forces.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Rafale28
    Newest Member
    Rafale28
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...