P4

Systeme de Lutte Anti Mines Futur

Recommended Posts

Comme nous serons amenés à en parler.

Image IPB

Le dernier grand dossier est la guerre des mines, où les calendriers des deux marines correspondent. Tandis que la France, durant la PFUE, avait déjà lancé un projet au niveau de l’Agence européenne de défense (programme MMCM - Maritime Mine Counter-Measures), qui vient de s’achever, les Britanniques ont rejoint les discussions, qui doivent se poursuivent en bilatéral. Une équipe de programme franco-britannique est constituée, basée à Paris, pour accoucher d’un projet commun. En 2012, la France, en avance sur son partenaire, notifiera à DCNS le prototype dans le cadre du programme SLAMF (bateau-mère mettant en œuvre des drones de surface et sous-marins). Outre les besoins des deux marines, la difficulté sera de trouver le montage industriel entre DCNS, Thales, ECA (drone sous-marins) et BAe.

http://www.ttu.fr/francais/Articles/Industrie%20%26%20materiels/feuillederoutefr.html

Vous remarquerez l'architecture du bateau mère a meme de se positionner sur le marché des navires civil dédié à l'offshore en concurrence des UT de R&R.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les industriels britanniques étant, en raison de l'Histoire, très "touchy" en ce qui concerne la construction navale, le montage industriel entre les 2 pays sera sans doute assez long à négocier.

Ceci dit c'est un beau projet, et comme même si le budget augmentait légèrement on ne pourra financer d'ici 2020 le renouvellement de tous les navires qui ont aujourd'hui plus de 20 ans, tandis qu'il faut dans la même période payer les FREMM, les SNA Suffren et la mise à niveau des 3 premiers SNLE NG, il faudra sûrement choisir entre retarder le remplacement des P400 + A69 reconvertis ou celui de nos chasseurs de mine tripartites à l'après 2020 ...

A moins que l'on ne conçoive ces bateaux pour remplir aussi la fonction d'OPV "rustiques" (= on leur adjoint un canon de 30mm à l'avant et on les dote d'une autonomie d'au moins 3000nm), et dans ce cas on ferait d'une pierre 2 coups : un peu plus de dépenses sur les budgets 2012 à 2018, mais sans doute 20 à 30% de moins sur l'ensemble de la période 2012-2025 qu'avec 2 programmes séparés ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis allé faire un tour chez M&M pour corroborer mon petit délire et les derniers navire offshore avec x-bow n'ont pas de bulbe, si en plus le tirant d'eau est faible une variante adapté pourrait répondre comme candidat pour remplacer les Batral avec

_une possibilité de plageage (plus réstrictive?)

_ une capacité RO&RO

_une famille avec différent tonnage(un gros pour remplacer les TCD)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

attention, l'image de synthèse est un projet DCNS avec les produits DCNS; Il y a le seekeeper par exemple.

Dans le projet SLAMF, il y a un USV catamaran déposant des UUV et autres tueurs de mines.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Le projet espadon avance. Un drone est en cours de fabrication dans l'ouest de la France. Il servira de demonstrateur

http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=114796

le drone mère est mis à l'eau

Image IPB

Image IPB

Le Sterenn Du est donc, précisément, le démonstrateur de l'un des deux USV qui seraient mis en oeuvre par le bateau-mère. Construit par la société bretonne Pech'Alu International, il s'agit d'un catamaran de 17 mètres de long et 25 tonnes de déplacement. Cet engin sans pilote sera capable de déployer, c'est-à-dire mettre à l'eau et récupérer automatiquement, deux types de matériels : Un sonar remorqué conçu pour la détection et la classification de mines, comme le DUBM-44 de Thales (actuellement mis en oeuvre sur les BRS du type Antarès) ; ainsi que des drones sous-marins

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les ministres de la Défense de l’UE ont lancé, jeudi, un nouveau programme de recherche pour l’Agence européenne de défense d’un drone naval dédié à la lutte anti-mines (UMS).

Onze pays vont participer (et contribuer) au programme : la Belgique, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, l’Espagne et la Suède, ainsi que la Norvège. Budget : 53 millions d’euros. Concrètement ce programme va financer des études avant commercialisation (de-risking), des démonstrateurs et la recherche et technologie, pour préparer la mise en place opérationnelle de cette technologie prévue pour 2018.

Ce programme va impliquer une large palette de laboratoires, universités et industries sans compter les marines concernés. Un réseau d’une centaine d’experts a été constitué et sera un peu le « forum » de discussion du programme.

http://www.bruxelles2.eu/piraterie-golfe-daden-ocean-indien/un-projet-de-drone-maritime-anti-mines-a-letude.html

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

J'aime assez le concept. Et on peu noter un habitacle, normal des essais sont prévus ;-) mais si les technologies ne sont pas assez matures, on pourra toujours équiper ce système d'un pilotage humain.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aime assez le concept. Et on peu noter un habitacle, normal des essais sont prévus ;-) mais si les technologies ne sont pas assez matures, on pourra toujours équiper ce système d'un pilotage humain.

Le projet c'est que le transporteur soit aussi télépiloté?!

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui en fonction des besoins, des perfomances accomplies ou de la situation tactique, il est prévu que le drone-mère soit aussi pilotable par un humain à bord. De même, les drone fils pouraient être autonomes ou téléguidés.

Manifestement, la DGA et la Marine nationale croient suffisamment dans les avancées technologiques en matière d'engins inhabités pour lancer un PEA et réaliser un démonstrateur. Mais, si la technologie ne se révèle pas suffisamment mâture, il sera aussi possible de passer par des stades transitoires, par exemple en transformant l'USV en engin piloté.

J'avais lu dans une autre source plus ancienne que la possibilité d'un poste de contrôle à bord restait dans le projet final, ici il semble parler de phase intermédaire et que la possibilité de piloter disparaitrait dans les engins de série (si tout marche, parce que bateau mère + drone mère + drones fils = ca fait pas mal de niveaux techniques et informatiques à faire fonctionner correctement)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

mais c'est déjà un grand pas. D'autre part, cela permet de se positionner pour les USV de taille importante.

On peu imaginer un drone piloté par un homme à bord allant d'un point A à un point B. déposer les personnels et revenir à un point C, faire du loitering et revenir à un point D récupérer les personnels.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour résumer, il y a un bateau "taille corvette", qui promene deux catamarans comme présenté là, qui eux même promenent soit des engins autonomes soit des engins remorqués. Tout cela pouvant être télépiloté ou non selon.

Un peu notre stiletto a nous  :happy:

C'est quand meme assez encombrant pour etre récupéré par un autre bateau nan?

Share this post


Link to post
Share on other sites

l'USV fait 17 mètres de long et 25 tonnes de déplacement.

Et c'est sensé est embarqué comment sur le navire principal? par une grue?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et c'est sensé est embarqué comment sur le navire principal? par une grue?

Toujours d'après "Mer et Marine" la corvette mère serait un catamaran d'environ 100 mètres de long qui pourrait ressembler à ça :

Image IPB

A partir de cette image on devine que les 2 USV de 17m serait embarqués et mis à l'eau via un petit radier découvert à l'arrière (un peu comme les RHIB intercepteurs de 11m sur les nouveaux côtres "Bertholf" des gardes-côtes américains), pas besoin de grue donc puisque cela se ferait par "glissement" sur l'eau pour entrer ou sortir de la piscine arrière du bateau mère

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si le bateau mere est un catamaran, ca exclu un radier ... J'évacue la solution semisubmersible c'est trop long et trop lourd, deplus les 'classe Stren Du' on déjà un bon petit tirant. Reste un solution de grue, bossoir, ou équivalent.

A priori c'est cette illustration qui se rapporche le plus de la description de M&M

Image IPB

On peut imagine une tres grosse bascule, qui servent a manipuler le petit cata, et le déposer sur une ber mobile qui serait alors ranger dans le hangar ou déplacé sur le coté de la plateforme inférieure, ou bien un ascencseur imergeable a l'image de la plateforme des LCat qui plongerait sous l'eau permettant au cata de se positionner sur une sorte de charriot fixé dessus comme on fait pour les porte a sec. La soltuion style Lcat serait assez élégante en fait, d'autant plus si on peut descendre la plateforment comme une cale plutot qu'une plateforme, suffirait d'un treuil pour hisser le cata dessus avec un systeme de roulette.

Chez DCNS.com y a ces propositions

Côtre multimission pour les opérations de guerre des mines

Version monocoque

Longueur 51,5 m

Largeur 9,7 m

Déplacement 600 t

Vitesse 14 noeuds

Version catamaran :

Longueur 90 m

Largeur 23 m

Déplacement 2 500 t

Vitesse > 20 noeud

La seconde c'est probalement un "ecoship" rebadgé chasseur de mine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sympa le bateau mère cela ferais une bonne base de OPV

Autre point : le USV de la DCNS me fait pensé à ce navire

http://www.defenseindustrydaily.com/stiletto-stealth-ships-look-different-ride-different-buy-different-01834/

Image IPB

Image IPB

L'usv de la DCNS serait pas mal comme vecteur de commandos depuis un BPC

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

http://lefauteuildecolbert.over-blog.fr/article-drone-naval-espadon-pour-lutte-anti-mines-62709137.html

[...]

C'est toute la question que nous pose ce système : qui est le porteur de l'Espadon ? Actuellement, la mobilité des CMT devrait être assurée par un navire de soutien. On ne voit pas bien quel navire pourrait transporter l'Espadon, on n'imagine mal un drone de 25t pour 17m parcourir de grandes distances, même accompagné ! Actuellement, nous ne voyons que le radier d'un BPC pour emporter un ou plusieurs Espadon. Cela suppose bien entendu d'en avoir un de disponible (et c'est le débat sur le tout BPC dans la flotte amphibie, plus un BPC pour remplacer la Jeanne d'Arc, qui repart).

Si de prime abord le système Espadon est convainquant, nous le sommes moins pour le déplacer. C'est un système emcombrant. Une frégate pourrait le porter mais avec un système de mise à l'eau spécifique. Qui plus est, si c'est une frégate ASM à l'origine, cela va poser quelques joyeuses difficultés techniques et d'architecture. Le problème de la mobilité finit par nous faire prendre conscience que c'est un gros défaut du prototype. Il devrait être une de ces solutions nous débarassant d'un navire porteur spécialisé, ce qu'il fait, mais il nous en réimpose un pour déplacer le drone. Espérons que c'est le lot du seul prototype...

SMX-25 anti-mines ?

Nous avions exploré cette voie dans le cadre d'un article de la Chronique de Stratégie et Tactique Navale publiée sur le Portail des sous-marins à l'origine. L'hypothèse était que le SMX-25 offrait une grande mobilité stratégique à l'image d'un SNA. Cela permettait d'imaginer qu'il puisse emporter du matériel spécifique selon la mission. C'est-à-dire une logique à la Littoral Combat Ships mais dégradée : avoir des installations fixes à bord pour opérer des drones anti-mines qui seraient emportés de façon ponctuelle. Les ex-FREMM AVT auraient été avantageusement remplacées par un navire aux capacités de SNA et anti-mines... Si la polyvalence promise par le programme LCS est réalisable et adaptable à notre hypothèse.

Espadon contre drone opérant de tout navires porteurs ?

C'est la question que nous posons : l'Espadon n'est-il pas plutôt la réduction d'un CMT à l'état de drone plutôt que la création de drones pouvant opérer de navire polyvalent ? La réponse est intéressante pour l'avenir des forces anti-mines.

@Par Le marquis de Seignelay

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vrai qu'en voyant le prototype DCNS, je me suis dit " qu'ils sont malins! AU lieu de vendre un navire chasseur de mine, ils vont faire acheter à leurs clients : un ou des gros navires porteur (grosse corvette ou petite frégate) + 1 ou 2 drones mère + 2 à 4 drones chasseurs."

Pas sûr que tous le monde gobe l'appât...  Cela risque de finir en drone hunter stocké sur un flotteur reconverti, donc un chasseur de mine avec son sous-marin téléguidé, presque comme maintenant en fait...

Share this post


Link to post
Share on other sites

mais il y a un autre point c'est l'utilisation de ce drone en côtier depuis un port

25 tonnes c'est transportable par un C17, C5, AN124.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,365
    Total Members
    1,132
    Most Online
    Kirpi2019
    Newest Member
    Kirpi2019
    Joined
  • Forum Statistics

    20,601
    Total Topics
    1,223,903
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries