Recommended Posts

merci a la France qui a travers son Pdt, vient d'apporter a nouveau un franc soutien a la position marocaine sur ce conflit : soutien a l'offre d'autonomie sous souveraineté marocaine.

Pgm

Share this post


Link to post
Share on other sites

« On ne peut pas se proclamer porteur de l'ambition et de l'idéal du Maghreb arabe et en même temps, s'acharner à tout faire pour perpétuer un statu quo avec pour unique dessein fantasmatique,  la consolidation virtuelle de  la marge de son action diplomatique sur la question du Sahara occidental », explique un responsable algérien qui a requis l’anonymat.

Pour ce responsable, dans le dossier du Sahara occidental, « la légalité internationale finira par rattraper et par s'imposer à tous les protagonistes, y compris ceux qui ont une responsabilité particulière au sein du Conseil de sécurité », en allusion claire à la France qui bloque toutes les résolutions défavorables au Maroc. « La position de la France, partagée aussi bien par la droite que par la gauche, se fonde sur la certitude que le trône marocain ne survivra pas à la "perte" du Sahara occidental. C'est ce qui explique que la gauche est écartelée entre les considérations légales et morales de la doctrine onusienne en matière de décolonisation et les considérations de realpolitik vis-à-vis de la survie d'un allié », ajoute-t-il.

http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/au-maroc-francois-hollande-a-bien-froisse-les-algeriens_24259.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a appelé à une résolution "urgente" de la crise au Sahara occidental, craignant les retombées du conflit malien dans la région sahélienne.

Dans un rapport remis lundi au Conseil de sécurité, Ban Ki-moon s'inquiète fortement des conséquences de l'actuelle guerre au Mali sur l'équilibre général de la région, en particulier sur l'épineuse question du Sahara occidental.

« La montée de l'instabilité et de l'insécurité au sein et autour du Sahel requiert une solution urgente de ce conflit qui dure depuis longtemps », alerte le secrétaire général de l'ONU dans ce rapport.

Son envoyé personnel pour le Sahara occidental, Christopher Ross, avait déjà tenu des propos similaires au début du mois à Alger, alors que se poursuivait l'intervention militaire contre des jihadistes au Mali. Celui-ci, en tournée dans la région du 20 mars au 3 avril, s'est engagé dans de nouvelles tentatives de négociations entre le Maroc et le mouvement indépendantiste du Front Polisario. Il a notamment rencontré les autorités marocaines et algériennes, ainsi que des représentants du Polisario.

Le Sahara occidental, une "bombe à retardement"

« Tous les gouvernements consultés ont soulevé de sérieuses inquiétudes quant au risque que les combats au Mali puissent avoir des retombées dans les pays voisins et contribuent à radicaliser les camps de réfugiés du Sahara occidental », précise Ban Ki-moon. Selon le rapport, un dirigeant de la région a décrit ces camps comme « une bombe à retardement ».

Le Maroc propose une large autonomie pour la région, mais ce plan est rejeté par le Polisario, soutenu par l'Algérie, qui milite pour un référendum d'autodétermination. Ce conflit remonte aux années 1970. Les Nations unies y ont une mission, la Minurso, chargée de surveiller le cessez-le-feu depuis 1991.

Depuis plusieurs années, des groupes liés à Al-Qaïda sévissent dans les pays de la bande sahélo-saharienne. Une intervention franco-africaine, qui a débuté le 11 janvier, a en partie chassé du nord du Mali ces groupes qui ont occupé cette région pendant plusieurs mois en 2012. Christopher Ross, également passé par la Mauritanie, a achevé sa tournée le 3 avril et doit présenter ses conclusions au Conseil de sécurité le 22 avril prochain.

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130409105609/onu-algerie-maroc-malil-onu-s-inquiete-des-consequences-du-conflit-malien-sur-le-sahara-occidental.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonne nouvelle pour les sahraouis ;)

MAROC : les USA lâchent le Maroc

Les Etats-Unis vont demander l'extension du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l'homme au Sahara et à Tindouf. Un cinglant désaveu du « processus de réformes » marketé par Rabat depuis le déclenchement du printemps arabe. Même si la France va probablement opposer son véto, cette décision constitue un tournant majeur sur la question du Sahara.

L'information a été confirmée par plusieurs sources proches du dossier : les Etats-Unis vont présenter un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU pour demander l'extension du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l'homme au Sahara et à Tindouf.

Le texte est actuellement en préparation au sein du « Groupe des Amis du Sahara Occidental » (Etats-Unis, Royaume Uni, France, Russie et Espagne), en vue de la réunion du Conseil de Sécurité prévue à la fin du mois pour examiner le renouvellement du mandat de la Minurso.

« Cette proposition innovatrice faite par les Etats-Unis intervient après des décennies de silence de la part de la communauté internationale sur cette crise persistante des droits de l'homme », commente le RFK Center, ONG proche des démocrates américains et des activistes indépendantistes.

L'Etat marocain y échappe depuis plusieurs années

La question de l'extension du mandat de la Minurso fait pourtant l'objet de débats depuis plusieurs années au sein du Conseil de sécurité mais les autorités marocaines - grâce notamment à la France et son droit de véto - ont toujours réussi jusqu'à présent à faire reporter la décision.

En avril 2010, c'est justement le véto français qui avait permis « d'éliminer » toute référence à la question des droits de l'homme dans la résolution du Conseil de Sécurité. L'année suivante, en avril 2011, Rabat y avait une nouvelle fois échappé de peu malgré l'épisode Gdim Izik fin 2010, durant lequel la Minurso avait été interdite d'accès au camp par Rabat.

Une première version du rapport annuel 2011 de Ban Ki Moon demandait en effet cette extension du mandat de la Minurso mais le rapport final avait été modifié au dernier moment sous la pression du Maroc, qui s'engageait en échange à "accueillir" au Sahara les Représentants spéciaux de l'ONU.

Cette année, le rapport annuel de Ban Ki Moon est clair : le Secrétaire Général de l'ONU demande la mise en place d'un mécanisme indépendant pour surveiller le respect des droits de l'homme au Sahara (et à Tindouf), reprenant ainsi les recommandations du Rapporteur spécial sur la torture, Juan Mendez, et celles du Conseil des Droits de l'homme de l'ONU, toutes deux émises en 2012.

Seule la France pourra s'y opposer en y mettant son véto ou en minimisant la portée de l'extension, Paris contrôlant à New York la Direction des opérations de maintien de la paix de l'ONU (DPKO) depuis quatre mandats successifs.

En quoi consisterait le nouveau rôle de la Minurso ?

Une extension du mandat de la Minurso signifierait la présence au Sahara et à Tindouf d'une équipe d'agents onusiens chargés de promouvoir et de surveiller les droits de l'homme dans le territoire, à travers des actions de sensibilisation et de formation auprès de la population et des autorités locales, mais aussi des rapports réguliers transmis au siège de l'ONU.

Les militants indépendantistes, souvent harcelés et passés à tabac par les forces de l'ordre marocaines, seraient donc « protégés » dans leurs actions militantes pour l'indépendance du territoire et bénéficieraient d'un espace politique sans précédent : meetings, discours publics, création d'associations et de médias pro-indépendance, etc.

Un tournant de la diplomatie US

Cette proposition américaine constitue ainsi un tournant majeur de l'attitude de Washington concernant le Sahara. Alors que jusqu'en 2008, la diplomatie US soutenait fermement Rabat, allant jusqu'à proposer de qualifier l'option d'indépendance « d'irréaliste », le vent a tourné depuis. En cause : l'arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche mais surtout les nombreuses promesses non-tenues de Rabat concernant l'amélioration des droits de l'homme dans le territoire.

Certains câbles diplomatiques rédigés par l'ambassade US à Rabat (et révélés par Wikileaks), comme les rapports annuels du département d'Etat, notaient la nette amélioration des droits de l'homme au Sahara jusqu'en 2008 mais un inversement de tendance à partir de 2009.

La déconvenue du palais, à travers le PAM, aux élections municipales à Laâyoune en juin 2009, l'arrestation des 7 militants indépendantistes à leur retour d'Alger en septembre puis l'affaire Aminatou Haidar dénotaient une crispation du Palais, reflétée dans le discours agressif du roi Mohammed VI de novembre 2009, qualifié de «populiste » par la diplomatie américaine.

Paris prévient Rabat dès 2010

En 2010, alors que l'Etat marocain s'inquiétait de la possible extension du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l'homme, Paris avait pourtant prévenu Rabat, selon un câble diplomatique daté de février 2010 : « les officiels français ont expliqué à leurs homologues marocains l'importance de mener des réformes en interne afin de permettre à la France et aux amis du Maroc de s'opposer à toute extension du mandat de la Minurso ».

Or, les promesses de réforme, non-tenues par Rabat, semblent avoir fini par exaspérer Washington. L'exemple de l'association sahraouie pro-indépendance ASVDH est significatif : les diplomates US expliquent en 2009 dans un câble diplomatique avoir fait du lobbying pendant près d'un an auprès des autorités marocaines pour qu'elles reconnaissent le statut légal de l'association. Malgré un verdict du tribunal administratif puis de la cour d'appel d'Agadir favorables à l'ASVDH, Rabat refuse jusqu'à présent d'autoriser sa création !

La nouvelle constitution ne change rien pour Washington

Aujourd'hui, la position américaine peut donc être considérée comme un désaveu des réformes promises par Rabat après le déclenchement du printemps arabe. Ni la création du CNDH ni les avancées constitutionnelles de la nouvelle loi fondamentale ne semblent suffisants aux yeux de Washington et de la communauté internationale pour garantir en pratique le respect des droits de l'homme au Sahara.

Le rapport de Juan Mendez, établit suite à sa visite dans le territoire en septembre 2012, parle de torture quasi-systématique envers les militants indépendantistes.

Que la France s'oppose ou non à l'extension du mandat de la Minurso dans les jours qui viennent, la décision des Etats-Unis a d'ors et déjà une conséquence politique majeure : l'éloignement de Washington de la proposition d'autonomie, une attitude qui fait aujourd'hui paniquer le Palais. Lors de son « pot de départ » jeudi dernier à Rabat, l'ambassadeur américain Samuel Kaplan a été on ne peut plus clair : la proposition marocaine d'autonomie « ne peut pas servir de seule base dans les négociations avec les autres parties du conflit » (1).

1 L'Economiste, 15 avril 2013 ( c'est un journal marocain ca)

Share this post


Link to post
Share on other sites

ben c'est monté d'un cran là  :rolleyes:

sinon pas forcément judicieux d'avoir pris des f16.

Exclusif. Sahara/USA : l'Etat marocain annule l'opération militaire conjointe African Lion 2013

Le commandement militaire marocain a donné ses instructions pour suspendre l'opération African Lion 2013. Une possible mesure de « rétorsion » après la décision de Washington d'étendre le mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l'homme au Sahara.

La pression monte entre Rabat et Washington. Suite à la décision des Etats-Unis, annoncée hier sur Lakome, de demander l'extension du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l'homme au Sahara et à Tindouf, le palais se braque.

Lakome a en effet appris de source proche du dossier qui n'a pas souhaitée être identifiée, que le commandement militaire marocain vient d'envoyer des instructions pour suspendre le lancement de l'opération militaire African Lion 2013, prévue ce mois-ci dans la région d'Agadir et dont la composante aérienne a été lancée hier à Benguérir ("Majestic Eagles"). Washington attend toujours une notification officielle des autorités marocaines mais a commencé à organiser la logistique pour le rapatriement du matériel et des hommes déjà sur place.

African Lion est une importante opération annuelle d'exercices militaires conjoints entre les FAR et l'armée américaine. Près de 1400 militaires US étaient attendus ce mois d'avril à Agadir, pour s'entraîner avec 900 éléments des FAR.

A travers cette suspension, le palais semble vouloir faire pression sur Washington en capitalisant sur l'importance stratégique régionale acquise par le royaume. Une attitude risquée car à double tranchant pour le Maroc si les Etats-Unis refusent de céder et décident de revoir leurs alliances en conséquence...

https://fr.lakome.com/index.php/politique/642-exclusif-sahara-usa-l-etat-marocain-annule-l-operation-militaire-conjointe-african-lion-2013

Share this post


Link to post
Share on other sites

le revirement que vient de se produire dans le sahara occidental est catastrophique pour le maroc ,la nouvelle position des USA a une importance capitale pour l'avenir du Sahara occidental , si l’extension du monda de la Minurso pour la surveillance des droits de l'homme au sahara occidental est approuver et que les sahraouis peuvent s’exprimer librement alors c'est perdue pour le Maroc, le Sahara occidental sera indépendant via référendum d'autodétermination sahraoui d'ici 5 a 10 ans .

personne au Conseil de sécurité ne se risquera plus a défendre les revendications marocaine dans de tel condition , pour avoir une idée voici une Lettre de Human Rights Watch pour le Conseil de sécurité de l’ONU au sujet du Sahara occidental

Maroc : Lettre au Conseil de sécurité de l’ONU au sujet du Sahara occidental

17 avril 2013

Àl’attention de: tous les membres du Conseil de Sécurité de l’ONU

Objet: Renouvellement du mandat de la MINURSO

Madame l’Ambassadrice, Monsieur l’Ambassadeur, 

Human Rights Watch exhorte le Conseil de Sécurité, lorsqu’il votera ce mois-ci sur le renouvellement de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO), à en élargir le mandat pour y inclure la tâche de surveiller la situation des droits humains au Sahara occidental et dans les camps de réfugiés administrés par le Front Polisario près de Tindouf, en Algérie.

Nous saluons la déclaration du Secrétaire général Ban Ki-moon dans son rapport sur la situation au Sahara occidental publié la semaine dernière : « Comme les violations des droits de l’homme n’ont apparemment pas cessé, la surveillance indépendante, impartiale, complète et constante de la situation des droits de l’homme au Sahara occidental et dans les camps devient plus que jamais une nécessité primordiale. »

De même le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Juan Mendez, dans son rapport sur le Maroc et le Sahara occidental publié le mois dernier, concluait que « la région tout entière tirerait profit de l’établissement d’un mécanisme régional intergouvernemental de surveillance des droits de l’homme, robuste, comme une mesure importante visant à instaurer la confiance et qui peut contribuer à améliorer la situation en ce qui concerne le respect des droits de l’homme  ».

Les mécanismes actuels de surveillance des droits humains au Sahara occidental ne répondent pas aux critères évoqués par le Secrétaire général et par le Rapporteur spécial. Ces objectifs seraient plus sûrement atteints en élargissant le mandat de la MINURSO pour y inclure l’observation des violations des droits humains commises par toutes les parties en présence.

La résolution 1979 du Conseil de Sécurité, adoptée le 27 avril 2011, a accueilli favorablement deux initiatives marocaines sur la question des droits humains : la création du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), avec une antenne envisagée au Sahara occidental, et l’engagement de garantir que toutes les Procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui visiteraient le Maroc puissent avoir accès au Sahara occidental.

Ces initiatives marocaines, quoique bienvenues, sont loin de constituer la surveillance « indépendante, impartiale, complète et constante » de la situation actuelle des droits humains à laquelle appelle le Secrétaire général.

Le CNDH a ouvert deux bureaux au Sahara occidental. Il y a entrepris un certain nombre d’activités relatives aux droits humains et peut recevoir des plaintes de citoyens. Pourtant, outre le fait que le CNDH est une institution nationale du Maroc, dont l’ONU ne reconnaît pas la souveraineté sur le Sahara occidental, cette institution n’assure pas de surveillance régulière et étendue des conditions des droits humains au Sahara occidental et n’émet pas de rapports sur le sujet.

Les initiatives du Maroc ne changent pas la situation fondamentale : au Sahara occidental, les gens continuent à souffrir du fait que leurs droits sont bafoués (voir l’Annexe, « Événements récents causant l’inquiétude de Human Rights Watch »). Les autorités continuent à soumettre à des formes de répression variées les Sahraouis qui prônent l’auto-détermination de la région ou qui dénoncent les violations des droits humains par le Maroc : notamment l’emprisonnement à l’issue de procès non équitables, les passages à tabac, la privation du droit de se rassembler pacifiquement, de créer des associations et de s’exprimer librement.

Pour ce qui est des mécanismes de l’ONU relatifs aux droits humains, le Maroc a coopéré avec l’experte indépendante de l’ONU dans le domaine des droits culturels, qui a passé une journée au Sahara occidental lors d’une visite en septembre 2011, et avec le Rapporteur spécial sur la torture, qui en septembre 2012 a accompli une visite d’une semaine au Maroc et au Sahara occidental.

Même si ces visites au Sahara occidental effectuées par des représentants des mécanismes thématiques de l’ONU sont des événements positifs qui devraient se poursuivre, elles sont par nature brèves et rares, et n’auront jamais la valeur d’une surveillance générale et régulière.

Le mandat élargi de la MINURSO devrait inclure la tâche de surveiller la situation des droits humains non seulement au Sahara occidental, mais aussi dans les camps de réfugiés sahraouis situés de l’autre côté de la frontière, en Algérie, dont les habitants vivent de façon relativement isolée.

Ces dernières années, la surveillance de la situation des droits humains ainsi que les enquêtes et les rapports sur le sujet sont devenus partie intégrante des missions de maintien de la paix de l’ONU dans le monde, ce qui a profité à l’ensemble des objectifs de l’ONU dans des pays tels que la République Démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, le Liberia, l’Afghanistan et le Soudan du Sud. La future présence d’une mission de maintien de la paix de l’ONU au Mali, telle qu’imaginée par un projet de résolution élaboré par la France, engloberait aussi un important mandat sur le plan des droits humains. Une surveillance impartiale assurée par l’ONU a tendance à empêcher les parties en présence de dénaturer les allégations de violations des droits humains pour servir leurs stratégies politiques. Elle dissuade les abus et contribue à ce que des comptes soient rendus – autant de facteurs essentiels pour promouvoir la stabilité et les solutions politiques.

Nous conseillons donc vivement au Conseil de Sécurité de mettre fin à cette situation anormale dans le cadre de laquelle la MINURSO – pratiquement l’exception parmi les missions modernes de maintien de la paix - est dépourvue d’un mandat de surveiller les violations des droits humains et d’en rendre compte.

Nous vous remercions pour l’attention que vous voudrez bien porter à notre demande.

Veuillez agréer, Monsieur l’Ambassadeur, Madame l’Ambassadrice, l’expression de notre haute considération.

Sarah Leah Whitson

Directrice exécutive

Division Moyen-Orient et Afrique du Nord

Philippe Bolopion

Directeur auprès des Nations Unies

Annexe – Événements récents suscitant les préoccupations de Human Rights Watch

Human Rights Watch reste inquiète de la qualité et de l’indépendance des jugements rendus par les tribunaux marocains lorsqu’il s’agit de juger des activistes sahraouis. Le 17 février, le Tribunal militaire de Rabat a reconnu coupables l’ensemble des 25 civils sahraouis qui étaient jugés pour complot et pour des violences ayant entraîné la mort de plusieurs policiers qui démantelaient, en 2010, un campement de protestataires dressé par des Sahraouis à Gdeim Izik, au Sahara occidental. Le tribunal militaire a basé son verdict presque uniquement sur des aveux attribués aux accusés par la police et a refusé d’enquêter sur les déclarations de certains accusés selon lesquelles ces aveux leur auraient été extorqués sous la torture. Le tribunal a condamné neuf accusés à la prison à vie et 14 autres à des peines de vingt ans de prison ou davantage. Les accusés, dont 21 ont passé plus de deux années en détention provisoire, n’ont que très peu de possibilités de faire appel de leur condamnation en raison des règles inhérentes aux procès devant un tribunal militaire.

Selon la loi marocaine, les discours pacifiques ou les activités qui « portent atteinte à l’intégrité territoriale » du Maroc sont passibles de peines de prison et d’amendes. Les autorités judiciaires utilisent régulièrement cette formulation, qu’on trouve par exemple dans l’article 41 du Code de la presse, pour lancer des poursuites contre des personnes ayant appelé pacifiquement à l’indépendance du Sahara occidental. D’après l’article 3 de la Loi sur les associations, aucune association qui « porte atteinte à l’intégrité territoriale » du Maroc ne peut avoir d’existence légale. Ces lois répressives, parmi d’autres, demeurent en vigueur bien que le Maroc ait adopté en 2011 une nouvelle constitution incluant de nombreuses garanties sur le plan des droits humains.

Au Sahara occidental, les policiers marocains interviennent rapidement et de façon systématique pour disperser de force toute manifestation pacifique en faveur de l’auto-détermination ou de l’indépendance des Sahraouis, ou solidaire des partisans de cette cause. Par exemple, le 23 mars, ils ont violemment dispersé un rassemblement pacifique organisé à Laâyoune, qui plaidait pour que la MINURSO reçoive un mandat relatif aux droits humains et qui coïncidait avec une visite de l’Envoyé personnel du Secrétaire général, Christopher Ross.

Le ministère de l’Intérieur marocain a privé de reconnaissance légale toutes les associations de défense des droits humains qu’il considère comme indépendantistes ou dont les leaders sont vus comme tels, même dans des cas où les tribunaux ont jugé que l’administration avait refusé à tort à une association le droit d’être enregistrée. Ainsi les autorités ont refusé pendant des années la reconnaissance légale à l’Association sahraouie des victimes de violations graves des droits de l’Homme (ASVDH)et au Collectif des défenseurs sahraouis des droits humains (CODESA). En septembre 2011, les autorités ont refusé de légaliser la Ligue sahraouie de défense des droits humains et des ressources naturelles, une nouvelle organisation basée à Boujdour.Même l’Association marocaine des droits humains, qui travaille légalement partout au Maroc, n’a pas pu obtenir de statut légal pour sa section de Smara, dans le Sahara occidental, et ce depuis 2009. De même  l’Instance marocaine pour les droits humains n’a toujours pas pu obtenir de statut légal pour une antenne au Sahara occidental depuis sa demande déposée en avril 2012.

D’autre part, le Sahara occidental sous administration du Maroc n’est pas complètement accessible aux groupes ou personnes de l’extérieur qui voudraient observer et rapporter la situation des droits humains là-bas. Au fil des ans, les autorités ont expulsé ou empêché d’entrer des dizaines de journalistes étrangers, d’activistes politiques non violents et de personnes travaillant dans le domaine des droits humains, tout en permettant à d’autres personnes de visiter la région sans entrave. Le 6 mars, le Maroc a refoulé quatre membres du Parlement européen, à leur arrivée à Casablanca, alors qu’ils voulaient se rendre au Sahara occidental pour examiner les conditions en termes de droits humains, en arguant qu’ils étaient soi-disant « pro-Algérie » et « pro-Polisario ».

Les réfugiés sahraouis vivent dans un relatif isolement dans les camps de Tindouf en Algérie, où il n’y a aucune présence permanente, sur le terrain, de groupes indépendants de surveillance des droits humains, ni locaux, ni internationaux, et seulement de rares visites d’organisme de surveillance extérieurs. Human Rights Watch a reçu des informations relatives à des cas isolés indiquant que les personnes ouvertement en désaccord avec le Polisario subissaient des pressions et des représailles à cause de leurs opinions politiques. Comme les résidents du Sahara occidental, les réfugiés des camps tireraient profit de la protection accrue qu’offrirait une surveillance des droits humains par l’ONU.

http://www.hrw.org/fr/news/2013/04/17/maroc-lettre-au-conseil-de-securite-de-l-onu-au-sujet-du-sahara-occidental

pour info , le polisario réclame l’extension du monda de la Minurso a la surveillance des droits de l'homme au Sahara occidental et dans les camps de réfugies sahraouis a Tindouf depuis les années 90 donc inutile de dire qu'il est ravie du soutien des USA a ça position  .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les résolutions sont discutées jusqu'à la dernière minute. Attendons le texte définitif avant de spéculer.

Pgm

Share this post


Link to post
Share on other sites

John Kerry accuse le Maroc de violations des droits de l’Homme [Rapport]

Hasard du calendrier ou une initiative bien calculée, le rapport  du département d’Etat américain sur la situation des droits de l’Homme dans le monde, tombe au mauvais moment pour le Maroc et à point nommé pour le Polisario : à quelques jours de la présentation d’un projet de résolution élaboré par les services de John Kerry préconisant un élargissement du mandat de la Minurso au Sahara au contrôle des droits de l'Homme.

« Des rapports crédibles indiquent que les forces de sécurité marocaines sont impliquées dans la torture, les coups et d’autres mauvais traitements infligés aux détenus sahraouis ». Les propos n’émanent pas d’une ONG internationale proche du Polisario mais bel et bien du département d’Etat américain. Dans un document, rendu public ce vendredi, sur les droits de l’Homme dans le monde, les services de John Kerry n’ont pas fait dans la dentelle concernant le Maroc.

Pire, le successeur de Mme Clinton a tenu à ajouter sa touche personnelle au texte. Pour la première fois, les pages consacrées au Sahara occidental sont séparées de celles réservées au royaume (voir le lien suivant : http://www.state.gov/documents/organization/204600.pdf). D’habitude dans ce genre de travaux préparés annuellement par Amnesty international ou Human Rights Watch, une seule partie concerne et le Maroc et le Sahara. Ce n’est donc plus le cas.

Un indicateur fort du changement de la position de Washington à l’égard du Maroc, amorcé avec l’arrivée du président Barak Obama, janvier 2009, à la Maison blanche et qui se confirme, notamment après le départ d’Hilary Clinton, l’unique alliée que comptait le royaume au sein de cette administration démocrate.

Même le CNDH n’échappe pas aux critiques

Reprenant à son compte les allégations des associations pro-Polisario au Sahara, le rapport accuse la section sud du CNDH de n’avoir pas totalement répondu favorablement aux revendications des personnes dites victimes de violations des droits de l’Homme durant les années 70 et 80. Le document de John Kerry assure que sur les 552 demandes déposées durant l'année dernière, le CNDH n’a solutionné que 463, il lui reste dans le compteur 144 cas à régler.

D’aucuns pourraient dire que le conseil du tandem El Yazami-Sebbar a réussi à résoudre 75% des dossiers en accordant comme le souligne le rapport  des dédommagements : « 108 logements, 81 postes d’emplois dans les ministères de l’Intérieur et la Justice ». Mais il s’avère que cette performance n’a pas convaincu le département d’Etat américain.

Le rapport se réfère aux travaux de Juan Mendez et Kerry Kennedy

Le document réserve toute une partie à la torture et traitements inhumains dégradants. Dans laquelle, les services de John Kerry rappellent les conclusions des rapports du Juan Mendez, le rapporteur des Nations Unies sur la torture et la visite, en septembre dernier, d'une délégation américaine conduite par Mme Kerry Kennedy, la présidente du Centre Robert Kennedy des droits de l’Homme et la justice, au Sahara.

Le rapport accuse également les autorités marocaines d’entraver toute enquête sur les allégations de torture commises dans les commissariats ou dans la prison de Laâyoune. Le texte mentionne que, depuis 2008, les ONG sont interdites d’y accéder. Depuis cette date, le Maroc n’a autorisé que 34 visites à ce centre détention dont une de Juan Mendez, 20 effectuées par les services judiciaires, 5 par des commissions d’enquêtes et 8 par des ONG nationales y compris le CNDH qui a été considéré par le Maroc comme étant une ONG, souligne le rapport.

Lire le rapport (anglais) :

http://www.state.gov/j/drl/rls/hrrpt/2012/nea/204390.htm

http://www.yabiladi.com/articles/details/16832/sahara-john-kerry-accuse-maroc.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

après les USA c'est au tour de la France de revoir ça position sur le conflit du Sahara occidental et la nouvelle position US va encourager de nombreux pays dans le monde a revoir leurs position également .

Sahara occidental : François Hollande pris entre deux feux

Image IPB

(Agence Ecofin) - La décision des Etats Unis, du 9 avril dernier, de présenter un projet de résolution au Conseil de sécurité élargissant le mandat de la MINURSO à la surveillance du respect des droits de l’homme au Sahara occidental, place la France dans une position très délicate.

C’est pourtant un ami de la France, John Kerry, qui en est l’initiateur. Le nouveau secrétaire d’Etat américain n’a jamais caché son souhait de rééquilibrer la diplomatie US au Maghreb en faveur de l’Algérie.

Alors que fera la France, lors de la prochaine réunion du Conseil de sécurité consacrée au Sahara occidental, prévue pour la semaine prochaine ?

Une position conforme au discours de François Hollande, devant le parlement marocain il y a deux semaines, imposerait aux Français d’actionner leur droit de veto : « le plan présenté en 2007 par le Maroc, qui prévoit un statut d’une large autonomie pour la population du Sahara occidental, est une base sérieuse et crédible en vue d’une solution négociée », avait alors déclaré le chef de l’Etat français, à la grande déception de ses amis algériens.

Mercredi dernier, dans un communiqué, Human Rights Watch mettait la pression sur la France : « Le Maroc, avec le soutien de la France, s’est longtemps opposé à l'inclusion de la surveillance des droits de l’homme dans le mandat » de la MINURSO.

Un diplomate français interrogé par Reuters a déclaré vendredi dernier que la France ne devrait pas opposer son veto à la résolution américaine : « Nous ne pensons pas que la France va bloquer », a-t-il dit.

La dernière fois que la France s’est opposée aux USA dans le cadre du Conseil de sécurité, c’était contre le projet guerrier de Georges W. Bush en Irak. Il est peu probable que l’Hexagone relance les tensions franco-américaines cette occasion, d’autant qu’il ne s’agit là, officiellement, que d’une volonté de protéger les droits de l’homme. Tout au plus la France pourra-t-elle s’abstenir pour pas compromettre « une amitié d’une qualité rare pour ne pas dire exceptionnelle ».

http://www.agenceecofin.com/politique/2104-10391-sahara-occidental-francois-hollande-pris-entre-deux-feux

ps : comme si la position marocaine n'était pas assé catastrophique , il a fallu que la BHL marocaine s'en mele  :lol:

Rachida Dati: Dénaturer le mandat de la Minurso “déstabilisera indûment” le processus de négociation

Dénaturer le mandat de la Minurso “déstabilisera indûment” le processus de négociation en vue du règlement de la question du Sahara, a affirmé l’eurodéputée française et vice-présidente de l’Union pour un mouvement populaire (UMP), Rachida Dati.

Elargir le mandat de la Minurso pour englober la surveillance des droits de l’Homme “revient à mettre en doute tous les efforts considérables réalisés de sa propre initiative par le Maroc pour trouver une solution politique, juste et durable au conflit du Sahara”, a souligné Mme Dati dans un communiqué.

L’ex-ministre de la Justice, qui “regrette vivement” la proposition de dénaturer le mandat de la Minurso, a appelé à “ne pas déstabiliser, par ce genre d’initiative, un pays, qui représente aujourd’hui un modèle de stabilité pour l’ensemble du monde arabe”. “Prenons garde également à ne pas fragiliser un allié sûr dans la lutte contre le terrorisme, à un moment où la menace terroriste se fait de plus en plus pressante dans le Sahel”, a-t-elle averti.

Mme Dati a en outre affirmé que l’émotion qu’a suscitée cette démarche au Maroc est non seulement compréhensible. Elle est justifiée car “elle laisse planer un soupçon inacceptable sur la capacité du Maroc à faire respecter les droits de l’Homme dans cette région”, a-t-elle fait observer. Or, a-t-elle rappelé, la nouvelle Constitution voulue par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et adoptée par les Marocains en 2011, a entériné des avancées considérables pour la démocratie marocaine.

Le président français François Hollande a bien tenu aussi à rappeler le 4 avril courant devant le Parlement marocain, les réussites importantes du Maroc en matière de droits de l’Homme, a-ajouté Mme Dati qui a formé le vœu que la France s’engage aux Nations-Unies pour le rappeler. L’eurodéputée française a indiqué que “le Maroc n’est pas un partenaire international lambda. Il est plus qu’un allié, il est un ami pour l’Europe et les Etats-Unis”. “On ne traite pas les amis ainsi”, a-t-elle regretté.(MAP)

http://www.algerie1.com/flash-dactu/rachida-dati-denaturer-le-mandat-de-la-minurso-destabilisera-indument-le-processus-de-negociation/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce conflit du Sahara occidental impose effectivement aujourd'hui au gouvernement français des choix cornéliens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Philippe Lalliot : La France amendera le projet US sur la MINURSO

Le porte parole du ministère français des Affaires étrangères a affirmé que la France pressait Washington pour revoir son avant projet.

Philippe Lalliot, affirme que la France a entamé des discussions avec les Etats-Unis pour l'amendement de l'avant-projet de résolution, concernant l'extension des attributions de la MINURSO,

http://www.slateafrique.com/173371/philippe-lalliot-la-france-amendera-le-projet-us-sur-la-minurso

Ni la France, ni l'espagne, ni la Chine, ni les russes ne veulent de modification du mandat de la minurso. La régle dans ces commissions etant le consensus, le projet de résolution Us n'a que très peu de chance d'être adopté.

la marginalité même de ce conflit, n'est pas de nature a ce que les principaux acteurs du dossier s'étripent en commission.

la résolution satisfera tout le monde en attendant la prochaine. Tempête dans un verre d'eau.

Hors négociations au sommet entre maroc et algerie, point de salut pour ce dossier (je sais l'algerie n'est pas partie prenante  :-[)

PGM

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ni la France, ni l'espagne, ni la Chine, ni les russes ne veulent de modification du mandat de la minurso

tu fais erreur on ne parle pas du conflit syrien ou autres , les russes n'ont pas d'allie menacer dans se conflit et ne sont donc pas concerné que la minurso soit doté ou non de monda de surveillance des droits de l'homme au sahara occidental , d'ailleurs la mission de l'onu qui va voir le jour pour le mali a l'initiative de la france d'ailleurs comprend également un monda de surveillance des droit de l'homme et personne n'a parlait d'un blocage des grande puissance sur cette question , pour rappel toute les missions des nations unis dans le monde ont déjà monda pour la surveillance des droit de homme , si se que tu penses est vrai alors pourquoi les russe ou les chinois n'opposent pas leurs vétos  ?

il ne faut pas trop se faire de faux espoirs si les américains ont entrepris une tel résolution c'est qu'elle va passer , quand a la france elle a besoin du soutien des américains aux Mali , c'est tout sauf le bon moment d'avoir des divergences avec son principal allie américain .

je sais l'algerie n'est pas partie prenante

oui c'est se que dit l'ONU entre autre ..

sites de l'ONU

Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental ( MINURSO ) :

A la suite d´un accord auxquels sont parvenus le Gouvernement du Maroc et le Front POLISARIO, la MINURSO a été déployée en septembre 1991 afin de surveiller le cessez-le-feu et d´organiser un référendum qui permettrait aux habitants du Sahara occidental habilités à voter de décider du statut futur du territoire.

Le plan de règlement, tel qu'approuvé par le Conseil de sécurité, a prévu une période transitoire pour la préparation d'un référendum à l'occasion duquel le peuple du Sahara occidental choisirait entre l'indépendance et l'intégration au Maroc.

Le Représentant spécial du Secrétaire général prend la responsabilité unique et exclusive des questions relatives au référendum et est assisté dans sa tâche par du personnel policier, militaire et civil.

statut du territoire

Liste des territoires non autonomes inscrits sur la liste de l'Assemblée générale de L'ONU :

Le 26 février 1976, l'Espagne a informé le Secrétaire général qu'à compter de cette date elle mettait fin à sa présence dans le territoire du Sahara. Elle jugeait par ailleurs nécessaire qu'il soit pris note qu'ayant cessé de participer à l'administration provisoire établie pour ce territoire, elle se considérait désormais déchargée de toute responsabilité de caractère international relative à son administration. En 1990, l'Assemblée générale a réaffirmé que la question du Sahara occidental relevait de la décolonisation, processus que la population du Sahara occidental n'avait pas encore achevé.

on ne parle nul part de l’Algérie

Share this post


Link to post
Share on other sites

NEW YORK (Nations unies) - Un compromis a été trouvé entre les Etats-Unis et le Maroc sur la question des droits de l'homme au Sahara occidental, Washington abandonnant l'idée de l'inclure formellement dans le mandat de l'ONU, ont indiqué mardi des diplomates.

Finalement le texte que les Etats-Unis ont mis au point, et qui devrait être voté jeudi, mentionne la nécessité d'encourager au respect des droits de l'homme mais sans l'inclure dans le mandat.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A priori pas d'extension du mandat de la Minurso au DH :

Il semble que le but de la manoeuvre US etait destiné à obliger le Maroc a acepter certaines exigences americaines relevant de sa strategie globale . Quant aux saharaouis , l'Amerique s'en foute royalement qu'ils puissent benificier de droit ,d'ailleurs c'est pas le seul endroit ou les droits de l'homme sont foulés au pieds avec la benidiction de l'oncle Sam ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

mais a quel prix pour le maroc ? le polisario demeure gagnant méme avec se compromis .

maintenant la marge de manœuvre marocaine est plus réduite qu'avant , les américains ont  bien jouer leurs coup , lorsqu'on veut obtenir quelque chose on vise haut ! , après lorsqu'on négocier on obtient se qu'on veut et même plus encore ! les américains ont bluffé et le Maroc n'a rien vue.

lisez se qui est écrit en minuscule ...

Sahara occidental: Washington recule sur la question des droits de l'homme

NEW YORK (Nations unies) - Un compromis a été trouvé entre les Etats-Unis et le Maroc sur la question des droits de l'homme au Sahara occidental, Washington abandonnant l'idée de l'inclure formellement dans le mandat de l'ONU, ont indiqué mardi des diplomates.

Comme tous les ans, les membres du Conseil de sécurité doivent renouveler avant fin avril le mandat de la Mission des Nations unies au Sahara occidental (Minurso). Les Etats-Unis avaient d'abord présenté un projet de résolution qui chargeait la Minurso d'enquêter sur les droits de l'homme, au grand dam de Rabat.

Finalement le texte que les Etats-Unis ont mis au point, et qui devrait être voté jeudi, mentionne la nécessité d'encourager au respect des droits de l'homme mais sans l'inclure dans le mandat.

Les droits de l'homme seront davantage mentionnés dans le texte que l'an dernier et le texte encourage des efforts et des progrès dans ce domaine, a indiqué un diplomate au courant des négociations.

C'est une manière d'avertir les Marocains que la communauté internationale surveille davantage la situation au Sahara occidental, a souligné un autre diplomate. L'an dernier le Conseil avait prolongé le mandat de la Minurso tout en demandant au Maroc d'améliorer la situation.

Le gouvernement marocain avait réagi très vivement au premier texte américain et a fait pression sur les membres du groupe des amis du Sahara occidental (Etats-Unis, Russie, France, Royaume-Uni, Espagne). C'est ce groupe qui doit soumettre formellement le projet de résolution au Conseil.

Rabat avait rejeté catégoriquement des initiatives visant à dénaturer le mandat de la Minurso et un exercice militaire conjoint auquel s'apprêtaient à participer 1.400 soldats américains et 900 Marocains avait été reporté sine die.

Des organisations de défense des droits de l'homme et un envoyé spécial de l'ONU ont accusé les autorités marocaines de torture de militants sahraouis qui luttent pour l'indépendance du territoire.

C'est une occasion manquée et une déception de voir les Etats-Unis reculer devant les Marocains, qui ont réagi avec excès, a déclaré le directeur pour l'ONU de Human Rights Watch, Philippe Bolopion. Le compromis de cette année ne pourra tenir que si le Maroc autorise des visites régulières d'experts des droits de l'homme de l'ONU au Sahara occidental et que l'Algérie fasse de même dans les camps contrôlés par le Polisario autour de Tindouf.

Le Maroc a annexé le Sahara occidental en 1975, au départ du colonisateur espagnol. Le front Polisario a pris les armes pour obtenir l'indépendance jusqu'à ce que l'ONU impose un cessez-le-feu en 1991.

Le Polisario, qui est appuyé par l'Algérie, demande que l'ONU soutienne l'organisation d'un référendum d'auto-détermination du territoire, alors que le Maroc propose une large autonomie.

(©AFP / 23 avril 2013 17h53)

http://www.romandie.com/news/n/_Sahara_occidental_Washington_recule_sur_la_question_des_droits_de_l_homme87230420131755.asp

Compromis en vue à l'Onu sur la mission au Sahara occidental

23/04/2013| 18:35

Les Etats-Unis ont renoncé à leur idée d'"observateurs des droits de l'homme" au Sahara occidental, a-t-on appris mardi de source diplomatique, ce qui ouvre la voie à un compromis aux Nations unies permettant la reconduite pour un an du mandat de la mission de l'Onu (Minurso) sur place.

La proposition américaine avait irrité le Maroc et pris de court la France, alliée traditionnelle de Rabat.

"Il y aura très vite une résolution pour un nouveau mandat de la Minurso", a dit aux journalistes à Paris Philippe Lalliot, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. "Nous sommes proches d'une solution qui pourra satisfaire tout le monde", a-t-il ajouté sans autre précision.

Le vote sur ce projet de résolution doit avoir lieu jeudi prochain au Conseil de sécurité de l'Onu.

Selon plusieurs diplomates occidentaux, Washington a renoncé à demander que le respect des droits de l'homme soit surveillé par l'Onu au Sahara occidental.

"Les Marocains seront satisfaits", a dit un diplomate.

Washington avait proposé la semaine dernière que la Minurso se charge de faire respecter les droits de l'homme dans l'ancienne colonie espagnole annexée en 1975 par le Maroc.

Mécontent, le gouvernement de Rabat avait répliqué en annulant les manoeuvres militaires annuelles "Lion africain", auxquelles devaient participer 1.400 soldats américains et 900 militaires marocains.

Après l'annexion par le Maroc s'est développé au Sahara occidental un mouvement indépendantiste mené par le Front Polisario. Depuis un cessez-le-feu conclu en 1991 sous l'égide des Nations unies, le Maroc contrôle et administre environ 80% du territoire.

http://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Compromis-en-vue-a-l-Onu-sur-la-mission-au-Sahara-occidental--16769671/

résultat de cette crise diplomatique  :

se que le Maroc a gagner :

- L’extension du monda de la minurso pour la surveillance des droits de l'homme n'est pas passé cette foie au conseil de sécurité de l'ONU ( mais rien n'indique que ça sera le cas dans six mois lors de la prochaine résolution du conseil de sécurité de l'onu sur le sahara occidental ou celle d’après, on l'a vue chaque année le maroc perd du terrain , il y a plus de pression et de soutien a l’extension du monda de la minurso a chaque résolution ,la cause sahraoui avance doucement mais surement )  .

se que le polisario a gagner :

- Les droits de l'homme seront davantage mentionnés dans les résolutions  de l'ONU (dans le sens de se que réclame le polisario depuis des années).

- un grave précédent pour le maroc vient d’être franchie , c'est la boite de pandore qui a était ouverte pour l’extension du monda de la minurso , c'est qu'une question de temps .

- Susan Elizabeth Rice l'ambassadrice des USA a l'Onu l’initiatrice du projet US est en faveur de l'autodétermination sahraoui .

- John Kerry le chef de la diplomatie US  proche des Kennedy et de la fondation Robert F. Kennedy ( Center for Justice and Human Rights) en faveur du droit sahraoui a l'autodétermination .

- le maroc en est arrivé a s'embrouiller avec son allie historique ,  a réagit excessivement en annulant African lions 2013 , se qui a décrédibilisé le maroc et laissera des trace au states ...

en gros qui a le plus obtenue dans cette histoire ?

le polisario bien sur ! il a obtenue plus qu'il n'avait eux ces 5 dernières années ces revendications en faveur de la surveillance des droits de l’homme ont avancer au détriment du maroc et toutes les ONG méme celle qui n'avais jamais entendue parlait du sahara occidental l'ont remarquer maintenant grâce a cette crise et garde un œil sur lui (ça passe pas inaperçu une crise diplomatique pour bloquer la surveillance des droits de l'homme par l'onu , ça ne peut qu'apporter plus de soutien a la cause sahraoui ).

mieux encore la cerise sur le gâteau  ! la cause sahraoui et le polisario n'ont jamais eux au tant d’allié a la maison blanche que maintenant  

la réaction très retenue du polisario a cette annonce de ce Compromis renseigne largement sur le fait que le polisaio est largement satisfait .

donc oui pendant qu'au maroc c'est le soulagement apres une victoire fictif la cause sahraoui avance , cette crise diplomatique avec les américains n'est que  la partie émergée de l'iceberg pour le maroc .

wait and see

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Scorpion,

Ce qu'il y a de bien avec toi, c'est que quelque soit la situation, tu estimes que le polisario en sort gagnant !

Secundo, tu avais bien vendu la peau de l'ours en ne prenant pas le temps d'attendre la proposition définitive.

le polisario voulait inclure les DH dans la résolution, il ne l'obtiendra pas. Tu peux au moins convenir que ce n'est pas une réussite...?

oui, il y aura bien un blabla qui incite les parties a surveiller les droits de l'hommes. Et alors ? il y a bien longtemps que les ONG (HRW, fondation Kennedy...) peuvent venir au maroc faire leur rapport, sur le fond donc, RAS. Par contre tu ne mentionnes pas l'accès du HCR au camps de tindouf.

Après les brouilles entre alliés, notamment quand c'est les US, est quelque chose d'habituels (avec la turquie, israel, la france, taiwan, corée....). Nous n'étions pas d'accord avec une tendance du state department et avons fait jouer des relations et exercer des pressions pour leur faire echec. Mission réussie. que ça laisse des traces, seul l'avenir nous le dira. Evitons de vendre systématiquement la peau de l'ours. Ca va faire désordre si a chaque fois tu es obligé de te dédire face aux evenements.

PGM

Share this post


Link to post
Share on other sites

la presse algerienne, au moins  reconnait plus facilement l'echec de la démarche saharaoui :

La Minurso n’enquêtera pas sur les droits de l’homme

Washington détruit l’espoir des Sahraouis

Le lobbying marocain dans les travées des Nations unies semble avoir porté ses fruits. Les Etats-Unis ont changé leur fusil d’épaule…

Le mandat de la Minurso ne sera pas élargi à la surveillance des droits de l’homme comme le proposaient initialement les Etat-Unis au grand bonheur des Sahraouis. La faute à un «compromis» de dernière minute qui a sanctionné les tractations entre les Etats-Unis et le Maroc, selon l’AFP à propos de la question des droits de l’homme au Sahara occidental. Washington, qui était à l’origine du projet de résolution chargeant la Minurso d’enquêter sur les droits de l’homme, a fini par changer son fusil d’épaule.

La nouvelle mouture qui trouve grâce aux yeux du Maroc se contenterait, d’après des sources diplomatiques à New York, «d’encourager» Rabat à «faire des progrès dans ce domaine». «Les droits de l’homme seront davantage mentionnés dans le texte que l’an dernier et le texte encourage des efforts et des progrès dans ce domaine», a indiqué un diplomate au courant de la négociation à l’AFP. «C’est une manière d’avertir les Marocains que la communauté internationale surveille davantage la situation au Sahara occidental», a souligné un autre diplomate.

En termes clairs, les Etats-Unis ont fini par abandonner l’idée d’inclure formellement les enquêtes sur les droits de l’homme dans le mandat de la Mission des Nations unies au Sahara occidental (Minurso). Cette résolution revue et corrigée, qui sera votée demain, constitue sans doute une déception pour le Front Polisario et plus généralement pour les Sahraouis des territoires occupés.  Et pour cause, ils ne pourront pas compter sur une protection onusienne contre les graves atteintes aux droits de l’homme et aux tortures qui leur sont infligées par les forces armées du makhzen.

De fait, c’est le rapport accablant de l’enquêteur de l’ONU, Juan Mendez, sur la torture et ceux des ONG des droits de l’homme comme la fondation Kennedy, HRW et Amnesty qui tombent à l’eau. Et c’est tout l’espoir que les Sahraouis fondaient sur l’initiative américaine qui s’écroule comme un château de cartes face à la realpolitik US. L’ambassadrice américaine aux Nations unies, Mme Susan Rice, a été ainsi priée de revoir sa copie qui a affolé le makhzen, pour la rendre plus acceptable et plus supportable. 

La recommandation du Congrès

Le Maroc peut désormais se frotter les mains de pouvoir pratiquer son «sport national» qui consiste à casser du Sahraoui, sans craindre d’être dénoncé et encore moins sanctionné par une Minurso «désarmée». En maintenant cette mission dans un rôle de faire-valoir, les Etats-Unis, la France et l’Espagne notamment auront renouvelé le feu vert aux forces de sécurité marocaines. Ce sont en effet ces pays dits «groupe des amis du Sahara occidental» avec la Russie et le Royaume-Uni qui ont fignolé le projet de résolution qui sera soumis demain au Conseil de sécurité.

.../...

http://www.elwatan.com/international/washington-detruit-l-espoir-des-sahraouis-24-04-2013-211415_112.php

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sahara occidental : malgré le revirement américain, Alger fait une lecture positive des derniers évènements

Depuis quelques jours, Rabat savoure sa nouvelle « victoire » diplomatique dans le dossier du Sahara occidental. Appuyé discrètement, mais activement par Paris, le Maroc a réussi à faire reculer les Etats-Unis sur le projet de résolution, qui, pour la première fois, chargeait formellement la Minurso de surveiller le

respect des droits de l'Homme, au grand dam de Rabat .Le texte, qui sera adopté ce jeudi par le Conseil de sécurité, a été réécrit : il encourage seulement les parties en conflit à respecter les droits de l’Homme.

Pour Alger, ce revirement américain ne constitue pas un échec. Il ne conduira pas non plus l’Algérie à changer sa position sur le dossier sahraoui, comme le laissent entendre les Marocains. « Pour nous, il s’agit d’une question de décolonisation, que nul artifice, bâti sur de prétendues dimensions régionale ou bilatérale, ne saurait occulter », explique un haut responsable algérien. Même le contexte d’instabilité dans la région, notamment le Sahel, souvent mis en avant par Rabat pour justifier sa position sur le Sahara occidental, ne risque pas de faire évoluer la position algérienne. Cette situation dans la région « ne doit pas nous faire oublier l’essentiel, à savoir que la question du Sahara occidental est une question de décolonisation », ajoute le même responsable.

Dans ce contexte, l’Algérie estime que la solution « devra impérativement pourvoir l'autodétermination du peuple du Sahara occidental ». « C’est la doctrine de l’ONU et nul, fut-il membre permanent du Conseil de sécurité, ne peut biffer d’un trait de plume la référence à l’autodétermination, qui est le point d’ancrage gravé dans toutes les résolutions du Conseil de sécurité, comme ce sera le cas également pour la résolution qui devrait être adoptée le 25 avril », insiste le même haut responsable, allusion notamment à la position de la France, membre permanent du Conseil de sécurité et soutien inconditionnel de Rabat.

Droits de l’Homme et exploitation des richesses du Sahara occidental

Pour ce haut responsable, tous les rapports élaborés dernièrement par les organismes internationaux, dont ceux de l’ONU, montrent que « la question des droits de l’Homme dans les territoires sahraouis est un élément primordial de tout règlement du conflit, comme l’a souligné le secrétaire général de l’ONU dans son dernier rapport, et cette question restera posée, même si les Américains, faute de consensus, ont fini par retirer leur initiative ». Même si la question ne va pas figurer dans la résolution qui sera votée aujourd’hui, l’initiative américaine « aura eu le grand mérite de lancer un avertissement solennel à la puissance occupante, et la communauté internationale sera désormais plus attentive à la situation des droits de l’Homme dans les territoires sahraouis occupés », ajoute-t-il.

« Dans l’hypothèse où les violations devaient se poursuivre, cette question reviendra systématiquement l’année prochaine devant le Conseil de sécurité, et, à l’exclusion d’un seul pays connu pour son alignement sur les thèses marocaines, pour des raisons géostratégiques évidentes, il est improbable que d’autres membres du conseil viennent encore à la rescousse du Maroc », précise-t-il.

En plus de la question des droits de l’Homme, le même haut responsable pointe un autre problème : l’exploitation illégale des richesses sahraouies par le Maroc. « A l’instar de la question primordiale des droits de l’Homme, la question de l'exploitation illégale des ressources naturelles de ce territoire non autonome ne doit plus être occultée et elle doit trouver toute sa place dans les rapports onusiens », estime-t-il.

http://www.tsa-algerie.com/actualite/item/210-sahara-occidental-malgre-le-revirement-americain-alger-fait-une-lecture-positive-des-derniers-evenements

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Scorpion,

Ce qu'il y a de bien avec toi, c'est que quelque soit la situation, tu estimes que le polisario en sort gagnant !

Secundo, tu avais bien vendu la peau de l'ours en ne prenant pas le temps d'attendre la proposition définitive.

salut PGM

désolé pour le retard , mais je n'affirme  jamais rien sans rien , il y a quelques temps tu affirmais toi méme que le maroc avait les USA dans la poche et je t'affirmer que non  , la semaine dernière tu en as eu la preuve avec le projet de résolution américain qui n'ont d'ailleurs méme dégner en informé le maroc qui a limité les dégât de justes .

et encore a lire la résolution de l'ONU méme si rien n'a changer globalement , le droit international reste en faveur de la cause sahraoui .

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

   Conseil de sécurité                                        

   6951e séance – matin                                      

  LE CONSEIL DE SÉCURITÉ PROROGE LE MANDAT DE LA MINURSO JUSQU’AU 30 AVRIL 2014

   Le Conseil de sécurité a, ce matin, prorogé le mandat de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) jusqu’au 30 avril 2014.

   Le Conseil de sécurité, par la résolution 2099 (2013), adoptée à l’unanimité, a demandé à toutes les parties de « coopérer pleinement aux opérations de la MINURSO » et de « continuer de faire preuve de volonté politique et de travailler dans une atmosphère propice au dialogue afin d’engager des négociations plus résolues et plus axées sur le fond ».

   Le Conseil de sécurité a également demandé aux parties de « poursuivre les négociations sous les auspices du Secrétaire général, sans conditions préalables et de bonne foi, en tenant compte des efforts faits depuis 2006 et des faits nouveaux survenus depuis, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable ».

   Le Secrétaire général, dans son rapport* sur la situation concernant le Sahara occidental, soumis au Conseil de sécurité, avait recommandé à ce dernier de proroger le mandat de la MINURSO pour une nouvelle période de 12 mois, jusqu’au 30 avril 2014, en demandant aux deux parties, le Maroc et le Front Polisario, de coopérer pleinement avec la Mission pour atteindre ses objectifs.

   * S/2013/220

   LA SITUATION CONCERNANT LE SAHARA OCCIDENTAL

  Rapport du Secrétaire général sur la situation concernant le Sahara occidental (S/2013/220)

   Texte du projet de résolution (S/2013/243)

   Le Conseil de sécurité,

   Rappelant et réaffirmant toutes ses résolutions antérieures sur le Sahara occidental,

   Réaffirmant son ferme appui aux efforts que le Secrétaire général et son Envoyé personnel font pour mettre en application ses résolutions 1754 (2007), 1783 (2007), 1813 (2008), 1871 (2009), 1920 (2010), 1979 (2011) et 2044 (2012),

   Réaffirmant sa volonté d’aider les parties à parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, et notant le rôle et les responsabilités des parties à cet égard,

   Demandant à nouveau aux parties et aux États de la région de coopérer plus pleinement avec l’Organisation des Nations Unies et les uns avec les autres et de s’impliquer plus résolument pour mettre fin à l’impasse actuelle et aller de l’avant vers une solution politique,

   Conscient que la solution politique de ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les États membres de l’Union du Maghreb arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité dans la région du Sahel,

   Se félicitant des efforts que fait le Secrétaire général pour suivre de près toutes les opérations de maintien de la paix, y compris la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO), et soulignant que le Conseil doit adopter une approche rigoureuse et stratégique en matière de déploiement au service du maintien de la paix et de gestion efficace des ressources,

   Se déclarant préoccupé par les violations des accords en vigueur et demandant aux parties de se conformer à leurs obligations,

  Prenant note de la proposition marocaine présentée au Secrétaire général le 11 avril 2007, et se félicitant des efforts sérieux et crédibles faits par le Maroc pour aller de l’avant vers un règlement; prenant note également de la proposition du Front Polisario présentée au Secrétaire général le 10 avril 2007,

   Engageant les parties, dans ce contexte, à faire preuve d’une plus grande volonté politique de parvenir à une solution, notamment en examinant de façon plus approfondie leurs propositions respectives,

   Prenant note des quatre séries de négociations tenues sous les auspices du Secrétaire général et se félicitant de la volonté des parties de poursuivre les négociations,

   Engageant les parties à continuer de coopérer avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés à la mise en œuvre du plan d’action actualisé sur les mesures de confiance adopté en janvier 2012,

  Soulignant qu’il importe d’améliorer la situation des droits de l’homme au Sahara occidental et dans les camps de Tindouf, et engageant les parties à collaborer avec la communauté internationale pour mettre au point et appliquer des mesures indépendantes et crédibles qui garantissent le plein respect des droits de l’homme, en gardant à l’esprit leurs obligations découlant du droit international,

   Engageant les parties à poursuivre l’action qu’elles mènent chacune pour renforcer la promotion et la protection des droits de l’homme au Sahara occidental et dans les camps de réfugiés de Tindouf,

   Conscient et se félicitant à cet égard des mesures que le Maroc a prises pour renforcer les commissions du Conseil national des droits de l’homme à Dakhla et Laâyoune et du dialogue qu’il entretient avec les titulaires de mandats relevant des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies,

   Se félicitant également de l’application du programme renforcé de protection des réfugiés que le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a élaboré en coordination avec le Front Polisario et qui comprend des activités de formation et de sensibilisation aux droits des réfugiés et aux droits de l’homme,

   Demandant à nouveau que soit envisagé l’enregistrement des réfugiés dans les camps de réfugiés de Tindouf, et encourageant les efforts déployés à cet égard,

   Accueillant avec satisfaction l’engagement pris par les parties de poursuivre les négociations dans le cadre des pourparlers tenus sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies,

   Considérant que la consolidation du statu quo n’est pas acceptable, et notant en outre qu’il est essentiel que ces négociations progressent pour que tous les aspects de la qualité de vie des habitants du Sahara occidental s’améliorent,

   Affirmant son soutien à l’Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental, Christopher Ross, et à l’action qu’il mène pour faciliter les négociations entre les parties, et se félicitant à cet égard des initiatives qu’il a prises récemment et des consultations qu’il mène actuellement avec les parties et les États voisins,

   Affirmant son soutien au Représentant spécial du Secrétaire général pour le Sahara occidental et Chef de la MINURSO, Wolfgang Weisbrod-Weber,

   Ayant examiné le rapport du Secrétaire général en date du 8 avril 2013 (S/2013/220),

   Décide de proroger jusqu’au 30 avril 2014 le mandat de la MINURSO;

   Réaffirme que les accords militaires conclus avec la MINURSO concernant le cessez-le-feu doivent être pleinement respectés, et exhorte les parties à y adhérer pleinement;

   Demande à toutes les parties de coopérer pleinement aux opérations de la MINURSO, y compris en ce qui concerne sa liberté d’interaction avec tous ses interlocuteurs, et de prendre les mesures voulues pour garantir la sécurité, ainsi qu’une totale liberté de circulation et un accès immédiat, au personnel des Nations Unies et au personnel associé dans l’exécution de leur mandat, conformément aux accords existants;

   Se félicite que les parties se soient engagées à continuer à préparer une cinquième série de négociations, et rappelle qu’il fait sienne la recommandation formulée dans le rapport daté du 14 avril 2008 (S/2008/251) selon laquelle il est indispensable que les parties fassent preuve de réalisme et d’un esprit de compromis pour aller de l’avant dans les négociations;

   Demande aux parties de continuer de faire preuve de volonté politique et de travailler dans une atmosphère propice au dialogue afin d’engager des négociations plus résolues et plus axées sur le fond et de garantir ainsi l’application de ses résolutions 1754 (2007), 1783 (2007), 1813 (2008), 1871 (2009), 1920 (2010), 1979 (2011) et 2044 (2012), ainsi que le succès des négociations;

   Affirme son soutien sans réserve aux efforts déterminés que font le Secrétaire général et son Envoyé personnel pour qu’une solution soit trouvée à la question du Sahara occidental dans ce contexte, et demande que les réunions reprennent et que les contacts soient renforcés;

   7.    Demande aux parties de poursuivre les négociations sous les auspices du Secrétaire général, sans conditions préalables et de bonne foi, en tenant compte des efforts faits depuis 2006 et des faits nouveaux survenus depuis, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le contexte d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, et prend note du rôle et des responsabilités des parties à cet égard;

   Invite les États Membres à prêter le concours voulu à ces négociations;

   Prie le Secrétaire général de lui faire régulièrement, et au moins deux fois par an, des exposés sur l’état et l’avancement des négociations tenues sous ses auspices, l’application de la présente résolution, les difficultés auxquelles se heurtent les opérations de la MINURSO et les mesures prises pour les surmonter, déclare son intention de se réunir pour entendre ces exposés et les examiner, et, à cet égard, prie également le Secrétaire général de lui présenter un rapport sur la situation au Sahara occidental bien avant la fin du mandat de la Mission;

   Se félicite que les parties et les États de la région se soient engagés à tenir des réunions périodiques avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés afin d’examiner et, autant que faire se peut, de renforcer les mesures de confiance, et approuve à cet égard la demande du Secrétaire général tendant à l’envoi de six policiers des Nations Unies supplémentaires dans le cadre de l’élargissement du programme de visites familiales;

   Engage les États Membres à verser des contributions volontaires pour financer des mesures de confiance qui permettent aux membres séparés d’une même famille de se rendre visite, ainsi que les autres mesures de confiance dont les parties conviendraient;

   12.   Prie le Secrétaire général de continuer à prendre les mesures voulues pour faire pleinement respecter par la MINURSO la politique de tolérance zéro instituée par l’Organisation des Nations Unies en ce qui concerne l’exploitation et les violences sexuelles et de le tenir informé, et demande instamment aux pays qui fournissent des contingents de prendre les mesures préventives voulues, notamment de mener avant tout déploiement des activités de sensibilisation à ces questions, et d’adopter d’autres mesures pour faire en sorte que les membres de leur personnel qui seraient mis en cause soient amenés à répondre pleinement de leurs actes;

   13.   Décide de rester saisi de la question.

http://www.un.org/News/fr-press/docs//2013/CS10986.doc.htm

l'Onu réaffirme ça resolution pour l'autodétermination et rappel que toute solution au conflit du sahara occidental devrait garantir le droit du peuple sahraoui a ...l'autodétermination .

le polisario voulait inclure les DH dans la résolution, il ne l'obtiendra pas. Tu peux au moins convenir que ce n'est pas une réussite...?

la réponse dans ton propre poste ..

oui, il y aura bien un blabla qui incite les parties a surveiller les droits de l'hommes. Et alors ? il y a bien longtemps que les ONG (HRW, fondation Kennedy...) peuvent venir au maroc faire leur rapport, sur le fond donc, RAS.

es que la derniere résolution a souligner au tant la question des doits  de l'homme au sahara occidental ? la question avance de résolution en  résolution , le maroc n'a gagner qu'un sursis de 6 mois ou an mais la résolution sur l'extension du monda de la minurso finira par passé c'est qu'une question de temps.

Par contre tu ne mentionnes pas l'accès du HCR au camps de tindouf.

le HCR a acces au camps de refugiers sahraouis depuis des années , idem pour la minurso et d'autre ONG!

derniere actualité du programme du HCR dans les camps de tindouf

Western Sahara Territory

Aperçu opérationnel sous-régional 2013 - Afrique du Nord

En janvier 2012, le Maroc et le Front Polisario ont participé à une réunion consacrée aux mesures de rétablissement de la confiance, à laquelle l'Algérie et la Mauritanie ont assisté en qualité d'observateurs. A l'occasion de cette réunion, il a été convenu d'élargir le programme de visites familiales moyennant l'utilisation d'un avion de plus grande capacité. La première de ces visites familiales élargies, réunissant les réfugiés sahraouis accueillis dans les camps de Tindouf et les membres de leur famille demeurés au Sahara occidental, a eu lieu en avril, 15 visites étant prévues au total en 2012. Quelque 4 500 personnes devraient bénéficier de ces visites cette année et par la suite, jusqu'à 6 000 personnes devraient y participer chaque année. A la fin du mois de juin 2012, quelque 14 300 Sahraouis, sur les plus de 43 200 candidats inscrits, avaient bénéficié de ce programme depuis son lancement en 2004. En 2013, le HCR prévoit d'organiser 34 vols aller-retour au titre des visites familiales.

http://www.unhcr.fr/cgi-bin/texis/vtx/page?page=4aae621d5a7

rien de nouveau

la presse algerienne, au moins  reconnait plus facilement l'echec de la démarche saharaoui :

http://www.elwatan.com/international/washington-detruit-l-espoir-des-sahraouis-24-04-2013-211415_112.php

oui la presse algerienne rale pour le blocage de l'extention du monda de la minurso mais le polisario qui a observé un changement positive de la position US a grandement saluer leurs démarche .

si non on peut aussi lire la presse marocaine qui pour certaine a remarquer que le maroc perd du terrain d'année en année.

Tempête de sable

Image IPB

Cataclysme ! Coup de massue ! L’Oncle Sam nous fait un bébé dans le dos avec son désir d’élargir le mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l’homme au Sahara. Lui qui nous a toujours rabâché ses salamalecs du genre “le royaume est le premier pays à reconnaître les USA”, “c’est un allié stratégique dans la lutte contre le terrorisme”… voilà qu’il nous lâche sur notre cause nationale. En même temps, la bienséance diplomatique est une chose, la realpolitik de Washington en est une autre. Les connaisseurs des rouages du pouvoir entre le State Department, le Congress et K Street (où pullulent les cabinets de lobbying agréés qui défendent la cause du roi dollar) savent que depuis quelques années, le Maroc ne pouvait compter que sur la sympathie de Hillary Clinton. Sauf que l’amie du royaume a rendu son tablier de secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères.

Et son successeur, John Kerry, lui, pourrait bien ne pas être aussi sensible au charme de notre diplomatie.

Dès l’annonce de ce projet de résolution, toute la machine makhzénienne s’est mise en branle. Le cabinet royal, qui a toujours fait de l’affaire du Sahara un domaine réservé, a provoqué une réunion rassemblant les zaïms politiques de tout bord. Et bien sûr, ces derniers étaient ravis qu’on fasse appel à eux pour réaffirmer le consensus national autour de l’intégrité territoriale, ne se sentant aucunement offensés de faire de la figuration dans la gestion de ce dossier. En parallèle, des émissaires royaux ont été envoyés dans toutes les grandes capitales du monde pour sensibiliser la communauté internationale.

Le Maroc officiel avance comme principal argument pour contrecarrer la proposition US qu’il n’y a “pas besoin que la Minurso s’intéresse aux droits de l’homme. Nous réalisons des avancées dans ce domaine saluées même par les rapporteurs onusiens”. Référence est faite à la ratification par le royaume de conventions internationales et à l’installation de délégations régionales du Conseil national des droits de l’homme (CNDH). Comme si c’étaient des garanties suffisantes… Nos officiels se contentent en fait de se réjouir des avancées soulignées dans les différents rapports présentés au Conseil de sécurité. Ils feignent d’ignorer ce passage qui est revenu dans les deux dernières résolutions onusiennes : “Soulignant qu’il importe d’améliorer la situation des droits de l’homme au Sahara occidental et dans les camps de réfugiés de Tindouf, et engageant les parties à collaborer avec la communauté internationale pour mettre au point et appliquer des mesures indépendantes et crédibles qui garantissent le plein respect des droits de l’homme…”. Ce sont donc ces “mesures indépendantes et crédibles” que les Américains ont décidé d’activer aujourd’hui.

Le royaume a bien évidemment raison de rejeter catégoriquement cette proposition. L’accepter reviendrait politiquement à admettre une victoire du camp adverse qui formule cette requête depuis au moins cinq ans. Ce serait une défaite cuisante pour notre diplomatie. Mais ne la mérite-t-elle pas justement ? Si, en 2007, elle a réalisé un joli coup en présentant une proposition de plan d’autonomie, celle-ci est restée malheureusement sans suite. Nos diplomates n’ont pas été suffisamment habiles pour convaincre la partie adverse de l’offre marocaine. Le pouvoir non plus ne s’est pas montré fin : il n’a pas enclenché de véritables réformes pour démontrer le réalisme de notre proposition et notre bonne foi à la mettre en pratique. Pourquoi ne pas avoir lancé effectivement ce processus de régionalisation à même d’aboutir à une Région Autonome du Sahara ?

Le pouvoir a donc commis des erreurs. Aujourd’hui, il en paie le prix avec cette volte-face américaine. Bien sûr, rien n’est encore perdu. On parle encore de projet de résolution. Et notre diplomatie est capable de réaliser des miracles quand elle se retrouve dos au mur. Sauf que dans le contexte actuel, la partie est plus serrée que jamais. Même la France, notre allié de toujours sur ce dossier, n’est plus fiable à 100% avec l’avènement du président François Hollande, qui en est encore au stade d’initiation à l’hospitalité marocaine. Difficile d’imaginer la république dégainer, spontanément, son veto pour nous sortir de ce guêpier... Pour espérer convaincre ce membre permanent du Conseil de sécurité, il faut sans doute en supporter  le coût économique. Peut-être un deuxième TGV ? Ou encore des Rafale ? Mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

Laisser passer cette tempête de sable, accepter à la limite de perdre une bataille et réaliser un véritable travail de fond, que ce soit sur les droits de l’homme ou sur le développement humain, serait peut-être plus sage. De toute façon, le Sahara, nous y sommes déjà et nous y resterons. Ce n’est pas un rapport annuel de l’ONU - qui va aussi traiter la situation des droits de l’homme dans les camps de Tindouf (que l’on imagine moins reluisante que chez nous) - qui risque de nous déstabiliser. Et puis, même si nous parvenons, cette fois-ci encore, à contrecarrer ce projet de résolution, soyons certains qu’on nous le resservira l’année prochaine.

http://www.telquel-online.com/Editorial/Tempete-de-sable/567

bref comme je te les dis plus haut c'est une victoire illusoire pour le maroc .

Après les brouilles entre alliés, notamment quand c'est les US, est quelque chose d'habituels (avec la turquie, israel, la france, taiwan, corée....). Nous n'étions pas d'accord avec une tendance du state department et avons fait jouer des relations et exercer des pressions pour leur faire echec. Mission réussie. que ça laisse des traces, seul l'avenir nous le dira. Evitons de vendre systématiquement la peau de l'ours. Ca va faire désordre si a chaque fois tu es obligé de te dédire face aux evenements.

je ne vois pas trop de quoi tu parles c'est plutôt le contraire qui c'est produit , j'ai vue juste et la plus part de mes analyse se sont révélé bonnes   ;)

laisse moi te rafraichir la mémoire , il y a de ça a pêne un an tu m'affirmais que j'avais tort quand je disais qu'avec Obama la position marocaine était fragilisée et que les USA allaient revoir leurs position sur le dossier du sahara occidental ?

ou encore après le retré de confiance de Christophe Ross  par le Maroc lorsque je te disais que le maroc avait fait une grosse erreur ,Christophe Ross ne partira pas et les USA et la france ne soutiendront pas le maroc qui devra faire marche arrière .

alors que toi tu me disais que non le maroc avait le soutien des grande puissance et que Christophe Ross va partir comme Peter Van Walsum avant lui lorsque le polisario lui avait retiré ça confiance .

Scorpion,

La règle est simple : quand un envoyé spécial de l'ONU n'a plus la confiance d'une parité au conflit, il finit toujours par partir. Assurer la médiation sans la confiance d'une partie rêve de la mission impossible.

Quant au soutien US, français ou autre, je me souviens qu'a l'arrivée d'Obama, avec force article démontrant son "penchant pour le droit des peuples", tu m'affirmais que la position marocaine se trouverait fragilisée et que le collapsus n'était qu'une question de temps...

http://www.air-defense.net/forum/index.php/topic,14998.300.html

un an apres ..

1 - Christophe Ross n'est pas partie au contraire il a eu le soutien des USA et des l'onu au détrimant du maroc qui a due faire marche arriére et contrain d'accepté le maintien de Christophe Ross...comme je l'avais dis.

2- les USA ont décidé de lâcher le Maroc unilatéralement, de revoir leurs position dans le conflit du Sahara occidental et de lancer un projet de résolution au détriment du Maroc sans même le prévenir !

même si le Maroc a réussi a limité les dégâts et que la résolution n'est pas passé cette foie , j'avais vue juste sur la position US.

3- je peux aussi citer d'autre cas comme l’annulation de l'accord de pèche entre le Maroc et l'UE a cause du Sahara occidental chose que tu disais impossible.. je continue ?

et je vais te dire encore une chose , la position marocaine dans le conflit du Sahara occidental ne repose sur aucune base solide , la seul raison qui fait que le Maroc soit encore aujourd'hui sahara occidental c'est la protection de la france au conseil de sécurité et encore la france a ces propre intérêt elle ne peut soutenir la position marocaine que dans une certaine mesure , si les américains avait décider de faire passé leurs projet la france ne se serait pas opposé .

donc rappel toi de ça , le jour ou la France lâchera le Maroc , le Sahara occidental obtiendra son indépendance et comme je te le dis toujours les temps changent et les intérêts aussi la France ne soutiendra pas le Maroc indéfiniment et on a bien vue l'exemple des USA dernièrement, alors que la position sahraoui repose sur une base juridique reconnue par l'ONU , personne ne pourra lui imposer quoi que se soit le droit international est de leurs coté  .

compte sur moi pour te le rappelé le moment venu et je suis sur que tu feras de méme si j'ai tort :happy:

en attendant wait and see ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Scorpion : A un moment il faut aretter de rever , comment tu peux savoir que "le jour ou la France lachera le Maroc" , le Sahara obtiendra son indépendance ! Tu est devin ? De plus ce n'est pas la France qui a bloqué le passage de cette résolution , mais bien l'attitude diplomatique agressive du Maroc , qui des le debut a donner le ton , le Sahara est non négociable . La petite Rice , qui est novice et qui voulait sortir ses muscles devant le Maroc , excuse moi du terme , mais elle a compté ses dents une par une , et a compris que the next time , il faudra se taire :

Ambassador Rice replied, “the story's done, we have a resolution

http://www.innercitypress.com/ws1rosspayback042613.html

Tu oublie juste que il y a 40 millions de marocains sur lesquels faudra passer , tu oublie egalement que le Maroc n'est pas la Zimbabwe , et que partout dans le monde , on a des contacts tres influents , de puissants lobby qui peuvent servir les interets du Royaume tres efficacement et sans faire de propagande , contrairement a d'autres ... Juste le lobby juif marocain en Amérique du Nord peut influencé plus d'un haut responsables américains . Gloire a ces fils de la Patrie , qui n'ont pas oublié leur pays , et qui servent leurs pays , pendant que des musulmans nous trahissent ... Je ne parle meme pas des juifs franco marocains présent dans les hautes spheres du milieu politico - financier en France .

Tu oublie également que le Maroc a toujours des leviers de pression tres efficaces , je t'invite a te rememorer avec moi lorsque l'Espagne a voulu a son tour nous mettre des batons dans les roues , elle a vite reculer , devant les menaces , et je dit bien les menaces du Maroc , de revoir a zéro les relations avec ce pays , notamment dans les domaines de l'immigration clandestine , le contre terrorisme et surtout avec la crise , les entreprises espagnoles qui se sont installées au Maroc ne seront plus tellement les bienvenue ... Quand le Maroc sort des dossiers aussi sensibles que ceux la , l'Espagne comprend tres rapidement et arette les betises dans le champs , je ne parle meme pas des présides occupés de Sebta et Melilia , qui eux , sont LE levier de pression a utilisé face a l'Espagne , c'est pas pour rien que le Maroc n'est pas pressé de les récuperer ...

Tout sa n'est que une mise en bouche , pour te faire comprendre que le Maroc , est une force tranquille , on agit efficacement , sans faire de bruit , et tout sa avec le sourire . Donc faut que tu arette de rever d'indépendance ou je ne sais quoi . Et Merci .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,549
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Ardachès
    Newest Member
    Ardachès
    Joined
  • Forum Statistics

    21,071
    Total Topics
    1,374,773
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries