Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Ouzbékistan


Recommended Posts

Il y a 2 heures, dnaxx a dit :

On dirait que les pays d'Asie centrale n'ont pas tourné la page de l'Union Soviétique.

Au niveau de la gestion politique ? Clairement oui. Nombre de dirigeants de ces pays sont soit d'anciens apparatchiks soviétiques, soit des descendants de membres de la nomenklatura. Karimov en était l'un des plus anciens représentants et l'un des très rares dirigeants de RSS à être encore au pouvoir. Le doyen étant actuellement Nursultan Nazarbayev, élu Premier Secrétaire du PCUS pour la RSS du Kazakhstan en 1989 et toujours solidement installé à la tête de ce pays.

Link to comment
Share on other sites

il y a 31 minutes, dnaxx a dit :

Ah je vois... La répression doit être bien féroce pour que le peuple ne bouge pas. 

Il y a de ça. Mais n'oublions pas que la démocratie parlementaire et la liberté ne sont pas forcément l'ambition de tous les peuples de la Terre. Certains aspirent juste à être tranquille sous la férule d'un dirigeant qui donne l'impression de savoir où aller.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

En fait deux systèmes existent :

- soit comme au Kazakhstan où le pouvoir veille à répartir les fruits de la manne financière du pays pour satisfaire la population ;

- soit la répression pure et dure (Ouzbékistan, Turkménistan...).

Mais d'une façon générale comme le dit Ciders la population, dans sa majorité, se contente de la situation. D'une part elle n'a pas le choix, et d'autre part, les systèmes politiques et sociaux ne permettent pas autre chose. Les sociétés sont organisées de telle façon qu'il n'existe pas de société civile, de tradition politique démocratique permettant une réflexion sur un éventuel changement.

Ne pas oublier aussi que ces pays sont "enclavés" entre la Russie et la Chine, des pays eux-mêmes autoritaires, qui les influencent.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

  • 5 years later...

État d'urgence proclamé pour un mois au Karakalpakistan, une région pauvre d'environ 2 millions d'habitants, suite à des manifestations antigouvernementales ayant fait une vingtaine de morts 

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/ouzbekistan-etat-d-urgence-decrete-dans-une-region-apres-des-manifestations-20220702

Le secteur a également des groupuscules ''séparatistes'' dont certains seraient soutenu par la Russie :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Séparatisme_au_Karakalpakistan

Samedi, le président a abandonné le projet de changement de la constitution à l'origine des troubles.

Ce projet prévoyait notamment que cette république de deux millions d’habitants perde officiellement son statut « souverain » et le droit d’organiser un référendum sur son autodétermination.

https://www.lemonde.fr/international/article/2022/07/02/en-ouzbekistan-le-president-recule-apres-une-rare-manifestation-antigouvernementale_6133110_3210.html

  • Thanks 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...

Archéologie :

https://www.sixthtone.com/news/1012683 (11 mai 2023)

Lorsque Wang est arrivé en Ouzbékistan, il a constaté que de nombreuses autres équipes de pays tels que la Russie, la France, l'Italie et le Japon y étaient déjà stationnées.

Les Chinois ont été accueillis froidement. En 2014, Wang se souvient d'avoir rencontré le professeur Maurizio Tosi de l'université de Bologne à Samarcande. "Pourquoi êtes-vous venus ?" a demandé Tosi sans ménagement. Wang savait que cela signifiait que son équipe était en Ouzbékistan depuis 15 ans et qu'elle avait déjà découvert tout ce qui valait la peine d'être découvert. Wang n'a pu que sourire et répondre que leurs objectifs académiques étaient peut-être différents.

En 2015, l'équipe de Wang a commencé ses fouilles dans la banlieue ouest de Samarcande, sur les contreforts nord des monts Tianshan. M. Wang avait depuis longtemps identifié ce site comme une probable colonie Yuezhi. Les fouilles ont rapidement mis au jour un certain nombre d'artefacts nomades anciens.

Cette découverte a fait sensation à Samarcande ; même le professeur Tosi a changé son fusil d'épaule et demandé si l'équipe de Wang était prête à collaborer avec lui.

Wang savait que son exploit avait pris de court bon nombre de ses pairs, mais il n'était pas surpris par son succès rapide. Bien que d'autres chercheurs aient passé des années dans la région, ils ont souvent regardé le paysage avec des yeux différents, a-t-il déclaré.

"Les archéologues chinois ont des perspectives et des habitudes différentes de celles des archéologues occidentaux", explique M. Wang. "Ils semblent être obsédés par les villes et veulent toujours fouiller des éléments tels que les remparts, les palais et les temples. Nous, en revanche, sommes compétents pour trouver des établissements culturels nomades qu'ils ont négligés pendant de nombreuses années."

Cependant, ces travaux se sont heurtés à un obstacle inattendu. En 2018, l'Ouzbékistan a interdit aux chercheurs de sortir des échantillons archéologiques du pays. Wang a commencé à chercher des opportunités pour mettre en place un laboratoire conjointement avec une université locale, afin de pouvoir continuer à mener des recherches ostéo-archéologiques et sur l'ADN. Il était encore à la recherche d'un partenaire lorsque la pandémie a frappé.

Il reste encore 30 ou 40 tombes à fouiller dans un cimetière près de Samarcande. Les recherches le long de la rivière Sulham doivent se poursuivre. Il doit terminer la mise en place d'un laboratoire commun avec une université de Samarcande pour analyser les découvertes de son équipe. Enfin, il a été chargé de contribuer à la création d'un nouveau centre sino-ouzbek de protection du patrimoine archéologique et culturel à Samarcande, afin de promouvoir les efforts de la Chine en matière de "protection des grands sites" à l'étranger.

Pour certains, l'énorme investissement récent de la Chine dans la recherche sur la route de la soie peut sembler représenter un défi pour la communauté archéologique occidentale. Mais Wang insiste sur le fait qu'il ne voit pas les choses de cette manière. Selon lui, les archéologues chinois et occidentaux ont beaucoup à apprendre les uns des autres.

"Lors d'une conférence universitaire internationale organisée en 2021 sur le peuple Saka, j'ai trouvé intéressant que les chercheurs chinois présentent les Sakas sous un jour occidental - avec un nez haut et des yeux enfoncés - alors que les chercheurs occidentaux les décrivent comme des Asiatiques", explique M. Wang. "Qu'est-ce que cela montre ? Cela montre que les gens aiment prêter attention aux différences. Ce n'est qu'en réunissant ces deux perspectives que nous pourrons obtenir une image complète".

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,938
    Total Members
    1,749
    Most Online
    FlorianBlanchard54
    Newest Member
    FlorianBlanchard54
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...