Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Wikileaks : des documents sur la France potentiellement très gênants.


Recommended Posts

El Watan à écrit une petite série d'article sur l'Algérie :

http://www.elwatan.com/Wikileaks/

La politique intérieure est un vraie marigot et il de gros doutes quand à l'honnêteté des élections. Au niveau internationale, pas de grosses surprises, l'Algérie ne considéré pas mister K comme quelqu'un de fiable, et si elle n'aime pas les Saoud, ne souhaite pas que la monarchie tombe car vraiment trop problématique.

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...
  • Replies 187
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Londres menace d'extrader Julian Assange de force

L'Equateur a dénoncé mercredi la menace des autorités britanniques de lancer un assaut contre son ambassade à Londres, alors qu'il doit annoncer jeudi s'il accorde l'asile politique à Julian Assange qui y est réfugié depuis deux mois.

«Aujourd'hui (mercredi) nous avons reçu du Royaume-Uni la menace expresse et par écrit qu'un assaut pourrait être lancé contre notre ambassade à Londres si l'Equateur ne lui remet pas Julian Assange», a déclaré le ministre équatorien des Affaires étrangères, Ricardo Patino, lors d'une conférence de presse à Quito.

«L'Equateur rejette de la manière la plus énergique la menace explicite» britannique, a-t-il affirmé. Le ministre a par ailleurs indiqué que l'Equateur annoncera jeudi à 12h00 GMT sa décision concernant la demande d'asile politique faite par le fondateur de WikiLeaks Julian Assange.

Dans un communiqué, WikiLeaks a dénoncé une menace «disproportionnée» et une «atteinte sans précédent au droit des demandeurs d'asile».

La justice britannique avait donné son feu vert à son extradition vers la Suède où la justice veut le juger pour viol et agression sexuelle. Le Foreign Office a répété mercredi que la Grande-Bretagne était «déterminée» à l'extrader.

«Le Royaume-Uni a l'obligation légale d'extrader Julian Assange vers la Suède (...) et nous restons déterminés à remplir cette obligation», a affirmé un porte-parole du Foreign Office.

Julian Assange, un Australien de 41 ans, est accusé par la justice suédoise de viol et d'agression sexuelle. Depuis le 19 juin, il est réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il a déposé une demande d'asile politique, pour éviter son extradition vers la Suède.

Le fondateur de WikiLeaks dit redouter d'être transféré dans un second temps aux Etats-Unis pour y répondre d'espionnage après la divulgation par son site de 250.000 télégrammes diplomatiques américains.

Selon le chef de la diplomatie équatorienne, «la position qu'a adoptée le gouvernement de Grande-Bretagne est inadmissible, tant du point de vue politique que du point de vue juridique». «Une entrée non autorisée dans l'ambassade d'Equateur serait une violation flagrante de la Convention de Vienne» sur les missions diplomatiques, a déclaré Ricardo Patino.

L'Australie a de son côté implicitement «lâché» Julian Assange jeudi. «Finalement (...) c'est une affaire entre M. Assange et l'Equateur» et «de plus en plus, il semble que ce soit une affaire entre l'Equateur et la Grande-Bretagne», a déclaré la ministre de la Justice, Nicola Roxon, à la radio ABC.

Londres pourrait justifier une telle intervention par une loi de 1987 sur les statuts des locaux consulaires et diplomatiques qui permet de lever l'immunité d'une ambassade sur le sol britannique.

Un appel à manifester devant l'ambassade a été lancé sur le réseau social Twitter. Elle est située dans le quartier chic londonien de Kensington.

Une dizaine de policiers étaient présents mercredi soir devant l'ambassade, a constaté un journaliste de l'AFP.

Une porte-parole de WikiLeaks Sarah Harrison a par ailleurs été aperçue entrant dans le bâtiment.

Mardi soir, le site internet du quotidien britannique The Guardian avait annoncé que le président équatorien Rafael Correa avait décidé d'accorder l'asile politique à Julian Assange. Selon une source proche du dossier et citée par le Guardian, le gouvernement britannique a «dissuadé» le gouvernement équatorien d'accorder l'asile à Julian Assange, tandis que le gouvernement suédois ne s'est «pas montré très coopératif». Le président équatorien avait aussitôt démenti avoir pris une décision.Dans le cas où Quito déciderait d'accorder l'asile politique à Julian Assange, rien ne garantit toutefois que les autorités britanniques le laisseraient quitter le territoire, la justice britannique ayant donné son feu vert à son extradition vers la Suède et Julian Assange ayant enfreint les conditions de sa liberté surveillée.

http://www.20minutes.fr/monde/gb/986265-wikileaks-londres-menace-extrader-julian-assange-force

Link to comment
Share on other sites

Je trouve ça assez grave que l'Angleterre menace un pays souverain d'attaquer son ambassade. Je ne suis pas sur qu'ils auraient pris le risque d'une agression de ce genre pour tout autre violeur qui se serait réfugié dans une ambassade. Et quelle aurait été la réaction des USA si la Chine avait pris d'assaut son ambassade quand Chen Guangcheng  s'y était réfugié ? Je n'apprécie pas beaucoup le bonhomme dont je considère sa lutte pour l'information hypocrite, totalitaire, visant à remplir son égaux sur-dimensionné et ayant mis en danger des gens, mais ces accusations de viols tombent vraiment trop bien pour une administration américaine qui souhaitait le faire taire pour que cela soit honnête.

Link to comment
Share on other sites

Je trouve ça assez grave que l'Angleterre menace un pays souverain d'attaquer son ambassade. Je ne suis pas sur qu'ils auraient pris le risque d'une agression de ce genre pour tout autre violeur qui se serait réfugié dans une ambassade. Et quelle aurait été la réaction des USA si la Chine avait pris d'assaut son ambassade quand Chen Guangcheng  s'y était réfugié ? Je n'apprécie pas beaucoup le bonhomme dont je considère sa lutte pour l'information hypocrite, totalitaire, visant à remplir son égaux sur-dimensionné et ayant mis en danger des gens, mais ces accusations de viols tombent vraiment trop bien pour une administration américaine qui souhaitait le faire taire pour que cela soit honnête.

Je crois que Londres subit des pressions de la part des Etats-Unis car un diplomate américain affirmait qu'il y a quelques semaines que Julian Assange méritait d'être abattu pour haute trahison !  :-X

Je n'y crois pas trop à l'histoire de viols.  :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

Ils vont finir par me le rendre sympathique ce J. Assange  =(

Cette histoire commence en effet à devenir ridicule et particulièrement contre-productive pour la politique étrangère des Etats-Unis. Il suffit de lire la presse étrangère.

Link to comment
Share on other sites

Effectivement, ca devient assez comique, on va bientot en faire un film. ils vont le mettre dans une malle diplomatique.

Si ils suppriment le statut d'ambassade pour donner l'assaut, tous les autres pays pourront faire de même, une vrai boite de pandore.

Link to comment
Share on other sites

Le cirque continue !

Jeudi soir, la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland a assuré que Washington n'est aucunement impliqué dans le différend entre Londres et Quito, démentant toute pression sur le gouvernement britannique. "Je rejette pleinement les accusations selon lesquelles les Etats-Unis ont l'intention de le persécuter", a insisté Mme Nuland.

c'est ça, on va te croire !  :lol:

Face à l'inflexibilité de Londres, M. Patiño a affirmé dans la soirée ne pas exclure de saisir la Cour Internationale de Justice (CIJ) de la Haye pour contraindre la Grande-Bretagne à accorder un sauf-conduit à Julian Assange. Une option également évoquée par l'ex-juge espagnol Baltasar Garzon, qui coordonne la défense de M. Assange.

De son côté, la Suède a "fermement" rejeté "toute accusation" selon laquelle sa justice ne garantit pas les droits de la défense. Stockholm a même annoncé la convocation de l'ambassadeur équatorien pour qu'il s'explique sur les accusations de son gouvernement.

Peu après les déclarations de son ministre, le président équatorien Rafael Correa s'était exclamé sur son compte Twitter: "Personne ne va nous faire peur", comme un défi lancé aux autorités britanniques.

L'Organisation des Etats américains (OEA) a convoqué une réunion d'urgence jeudi à Washington pour traiter des relations entre l'Equateur et la Grande-Bretagne (AFP).

A mon avis, ça va finir par une réunion exceptionnelle du conseil de sécurité de l'ONU, cette histoire !  :lol:

Link to comment
Share on other sites

En tout cas quel acharnement britannique comparer à la clémence du feu dictateur Pinochet quand il était arrêté à Londres à la suite d'une plainte internationale déposée en Espagne pour « génocide, terrorisme et tortures ». Qui a pu retourner sans problème chez lui avec aucune poursuite !  :-\

Pour la diplomatie anglaise, Julian Assange serait donc pire que Pinochet !!!!  :O

Il me dégoûte les "Rosbeefs" !  :-\

Le caniche britannique a l'obligation de ramener le "jou-jou Assange" à l'Oncle Sam.  :P

Link to comment
Share on other sites

Tout à fait, quand on compare la réaction britannique face à Assange, et face à un dictateur ayant le sang de nombreuses victimes sur les mains, on se dit que cette histoire de viol est vraiment bidon.

Le Royaume-Uni ne doit en aucun cas prendre d'assaut l'ambassade de l'Equateur, ce serait un précédent fâcheux. Comment reprocher aux Iraniens l'assaut de l'ambassade américaine de 1979 si eux font de même, voir pire car cette fois ce serait des forces officiels du pouvoir et non des "manifestants incontrôlable".

Link to comment
Share on other sites

...

A mon avis, ça va finir par une réunion exceptionnelle du conseil de sécurité de l'ONU, cette histoire !  :lol:

Pour une blague, elle devient vraie:

Parlamentul Ecuadorului a cerut astăzi guvernului ţării să solicite o reuniune a Consiliului de Securitate al ONU pentru a se evita ca autoritățile britanice să recurgă la forţă pentru a-l aresta pe Assange, aflat în prezent în sediul Ambasadei Ecuadorului la Londra.

EVZ.ro

C'est d'un journal roumain, j'ai la flemme de traduire, mais c'est compréhensible pour un francophone.

Link to comment
Share on other sites

Sans oublier le fait que celà serait contre-productif et confèrerait à Assange la qualité de martyr du "néo-impérialisme".

re,

tout ça pour quelqu'un qui aurait peut etre commis un viol ?

les Ricains veulent nous faire croire ça ?

Mais, c'est cousu de fil blanc !

ils veulent lui faire payer wikileaks, c'est tout !

ils l'auront bien un jour, question de temps mais là, ils racontent n'importe quoi (comme les armes de destruction massive de Saddam) Trop gros !

Link to comment
Share on other sites

re,

tout ça pour quelqu'un qui aurait peut etre commis un viol ?

les Ricains veulent nous faire croire ça ?

Mais, c'est cousu de fil blanc !

ils veulent lui faire payer wikileaks, c'est tout !

ils l'auront bien un jour, question de temps mais là, ils racontent n'importe quoi (comme les armes de destruction massive de Saddam) Trop gros !

Même le viol est spécial.

Si j'ai bien compris, il a eu un rapport sexuel consenti avec une femme chez qui il était hébergé, et ceci sur 5 jours (avec des pauses je présume) et la nana s'est rappelé qu'il n'a pas mis de capote le premier jour et quand il a consenti, il l'aurait déchiré pendant l'acte!!!

D'ailleurs une première plainte a été classée sans suite.

Link to comment
Share on other sites

VIDÉO. WikiLeaks : la nouvelle provocation de Julian Assange

L'Australien est apparu au balcon de l'ambassade équatorienne de Londres, dimanche. Juste au-dessus de la tête des policiers qui le gardent.

http://www.lepoint.fr/monde/en-direct-wikileaks-julian-assange-au-nez-et-a-la-barbe-de-la-police-londonienne-19-08-2012-1497178_24.php

On savait Julian Assange doué pour la provocation. Dimanche, le fondateur de WikiLeaks l'a une nouvelle fois prouvé. Il est apparu au balcon de l'ambassade d'Équateur, à Londres, où il est réfugié depuis deux mois. Ce balcon est situé à un rez-de-chaussée surélevé du bâtiment, donnant l'occasion à Julian Assange de s'exprimer publiquement sans crainte d'être arrêté, le balcon de l'ambassade étant considéré comme territoire diplomatique. Et, cerise sur le gâteau, juste au-dessus de la tête des policiers qui le gardent.

Le fondateur de WikiLeaks est apparu très élégant, chemise bleue et cravate à motifs bordeaux, coiffé et rasé de frais, et bronzé. Il a remercié ceux qui l'ont aidé, et a enjoint au président américain Barack Obama de faire "ce qu'il doit faire", et aux États-Unis de "cesser la chasse aux sorcières" contre WikiLeaks. Il a aussi longuement remercié les partisans de WikiLeaks, "témoins" qui ont surveillé sa situation, et surtout l'Équateur, un pays qui s'est "levé pour la justice".

Il a énuméré aussi toute la liste des pays d'Amérique centrale ou du Sud qui ont fait connaître leur soutien à l'Équateur dans cette affaire : "l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Salvador, le Honduras, le Mexique, le Nicaragua, l'Argentine, le Pérou, le Venezuela et tous les autres". Il a ensuite remercié ses enfants, et les a assurés qu'ils seraient "bientôt réunis", ainsi que les habitants des États-Unis, du Royaume-Uni ou de Suède qui l'ont soutenu. Au bout de dix minutes, il a levé les deux pouces en l'air avant de rentrer dans l'ambassade, sans être inquiété.

Peine de mort

Julian Assange craint, s'il se rend à la Suède, d'être ensuite extradé vers les États-Unis. Là, il pourrait avoir à répondre d'espionnage, après la divulgation de centaines de milliers de télégrammes diplomatiques américains par WikiLeaks en 2010, voire y encourir la peine de mort, soutiennent ses partisans. Dimanche matin cependant, un porte-parole de WikiLeaks a indiqué que "ce serait une bonne base, pour négocier une façon de mettre un terme à cette affaire si les autorités suédoises déclaraient absolument sans réserve que Julian ne sera jamais extradé de Suède vers les États-Unis".

Peu avant qu'Assange ne prenne la parole, c'est son avocat, l'ancien juge espagnol Baltasar Garzón, qui s'est exprimé devant l'ambassade de l'Équateur. Il a annoncé qu'il avait rencontré M. Assange et l'avait trouvé "dans un état d'esprit combatif". "Il remercie les Équatoriens, et particulièrement le président Rafael Correa, de lui avoir accordé l'asile", et "a demandé à son avocat de mener une action en justice pour protéger les droits de WikiLeaks, les siens et ceux de toutes les personnes qui font l'objet d'une enquête", a ajouté M. Garzón.

http://www.dailymotion.com/video/xsx4wj_julian-assange-makes-first-public-statement-outside-the-ecua_news

Link to comment
Share on other sites

Quel est le problème ?

Pourquoi Le Point parle de provocation ? J.Assange saisit une occasion pour communiquer, sans violence, sans arrogance quelconque, à ses supporters.

Qui sont ces journalistes qui veulent nous dire ce que l'on doit penser ?

PS : il craint plus les USA que la Suède. Je trouve que ça en dit long.

Link to comment
Share on other sites

Ils ont changés le titre depuis, je suppose qu'ils parlent  du fait qu'il s'est positionné juste à la limite derriere les policiers, qui souhaiteraient bien l'interpeller.

VIDÉO. WikiLeaks : Julian Assange dénonce une "chasse aux sorcières"

Je suis d'accord, dans un contexte normal, je pense qu'il n auait pas de problème pour se présenter de lui même au tribunal suédois, par contre si les USA le coince, il est grillé.

Tant qu'il n aura pas de garanti qu'il ne sera pas extradé aux USA, il fera tout ce qu'il pourra pour y échapper.

Link to comment
Share on other sites

Surprenant de la part des USA... Un peu trop gros. Aucun secret d'état d'une quelconque importance n'est sortie. La solution est peut être qu'il a gardé les plus importants et que les USA aimeraient mettre la main dessus. Qu'no ne me dise pas qu'ils n'ont pas les moyens de le faire passer dans un mauvais quartier où il se ferait enlever en Equateur... Là c'est vraiment très gros.

Link to comment
Share on other sites

Surprenant de la part des USA... Un peu trop gros. Aucun secret d'état d'une quelconque importance n'est sortie. La solution est peut être qu'il a gardé les plus importants et que les USA aimeraient mettre la main dessus. Qu'no ne me dise pas qu'ils n'ont pas les moyens de le faire passer dans un mauvais quartier où il se ferait enlever en Equateur... Là c'est vraiment très gros.

oui, mais,

d'une part, s'il se fait enlever, c'est pour trepasser : ça ne passerait pas, dans l'opinion publique, qu'il se fasse kidnapper et qu'il ressorte aux States

ensuite, s'il devait lui arriver quelque chose, ce serait signé, quand meme  (à qui profite le crime)..

qu'en pensez vous ?

Link to comment
Share on other sites

Quoi qu'on en dise nos démocraties occidentales sont devenues fort policées et respectueuses du droit quand on les compare à certaines parties du monde et à ce qui se faisait autrefois...

D'un côté on a un Julian Assange qui est encore vivant après avoir révélé des choses qui l'auraient fait passer de vie à trépas en d'autres temps avec un "accident" malencontreux survenu par hasard. Que ce type soit encore vivant me stupéfie littéralement.  =| Ou alors ce qu'il révèle n'est pas bien gênant finalement.  :P

De l'autre on a une jeune femme, Candice Cohen-Ahnine, qui ne révélait rien de gênant pour un Etat, mais qui se battait juste depuis des années pour récupérer la garde de sa fille, enlevée par son père en Arabie Saoudite, et qui est bien morte, elle, dans des conditions très suspectes après avoir fait une chute de quatre étages depuis son appartement parisien, apprend-on dans le Parisien. La jeune femme de 34 ans aurait enjambé sa fenêtre pour tenter, sans succès, de passer dans l'appartement voisin. Fuyait-elle un danger ? Un proche de la défunte affirme que cette dernière se "sentait menacée" depuis plusieurs jours. Petite info qui met la puce à l'oreille peut-être : La mère d'Haya, 11 ans, venait d'obtenir le droit de voir sa fille en septembre en Arabie Saoudite.

Link to comment
Share on other sites

Le président vénézuélien évoque des "réponses très radicales" en cas d'entrée dans l'ambassade équatorienne.

Le président vénézuélien Hugo Chavez a menacé lundi le Royaume-Uni de "réponses très radicales" si les autorités britanniques pénétraient par la force dans l'ambassade équatorienne de Londres pour y arrêter Julian Assange, soulignant que Quito "n'était pas seul". "Nous apporterons des réponses très radicales si le Royaume-Uni décidait de violer la souveraineté équatorienne dans l'ambassade de l'Équateur" pour arrêter Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, a déclaré Hugo Chávez à des journalistes, dans un entretien diffusé par la chaîne télévisée d'État VTV.

"Nous suggérons au gouvernement (britannique) qu'il réfléchisse bien (auparavant), parce qu'elle est terminée, l'époque où les vieux empires et les nouveaux pouvaient faire ce qu'ils voulaient. L'Équateur n'est pas seul", a affirmé le président. Hugo Chávez, un allié proche du président équatorien Rafael Correa, n'a pas précisé en détail le type d'actions que prendrait son gouvernement, mais il a dit qu'elles étaient "en préparation".

http://www.lepoint.fr/monde/julian-assange-chavez-menace-londres-21-08-2012-1497618_24.php

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,772
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Severus Snape
    Newest Member
    Severus Snape
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...