Serge

Penser l'organisation de la section d'infanterie.

Recommended Posts

Il y a 3 heures, mehari a dit :

Je viens de me rendre compte en lisant l'organisation des sections et pelotons de divers pays que la "section" française n'a pas l'air de comprendre de medic.

Dans les sections françaises tu as en général un "auxsan section" et un au niveau de la compagnie (au sein de la commandement). Sinon tout le monde est normalement qualifié SC1 (c'est de toute façon dans les pré requis individuel pour partir en OPEX)

L'auxsan section n'est pas dédié à cette tâche, il a une autre fonction dans la section.

En cas de besoin une unité sera renforcée par un ou des personnels spécialisés issus par exemple du RMED ou du SSA

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Fanch said:

Dans les sections françaises tu as en général un "auxsan section" et un au niveau de la compagnie (au sein de la commandement). Sinon tout le monde est normalement qualifié SC1 (c'est de toute façon dans les pré requis individuel pour partir en OPEX)

L'auxsan section n'est pas dédié à cette tâche, il a une autre fonction dans la section.

En cas de besoin une unité sera renforcée par un ou des personnels spécialisés issus par exemple du RMED ou du SSA

Merci pour ta réponse. Qui est, généralement, l'auxsan (membre de groupe, membre de groupe d'appui ou n'importe qui (qui n'a pas d'entraînement spécialisé ou d'autre fonction encombrante (Minimi ou tireur de précision)) et quel est son niveau (par rapport à un combat medic dédié tel qu'on peut le trouver aux US)?

Si il s'agit d'un membre de groupe, s'agit-il d'un auxsan pour toute la section ou il y a-t'il autant de auxsan qu'il y a de groupe?

 

 

Par ailleurs, j'ai trouvé une source intéressante pour l'organisation de sections (dans les deux sens du terme) à l'étranger sur... Instagram! Un type sur Instagram a l'air de faire des posters d'organisation de section/peloton (groupe/section) et, de ce que je peux voir, ça a l'air globalement correct. Dans certains cas, il fait aussi suivre d'un petit article sur son site battleorder.org. On y trouve ainsi l'organisation des groupes Fallschirmjäger et Panzergrenadier allemands, groupes Jaeger finlandais, des escouades d'infanterie des US Marines et d'infanterie légère et Stryker de l'US Army, d'infanterie Suisse, Suédoise et Home Guard Norvégienne, d'infanterie mécanisée est-allemande, chinoise, russe et Danoise, des escouades VDV russes des sections d'infanterie Australienne, Britannique (pré- et post- abandon Minimi), Néo-Zélandaise et Singapourienne, des sections mécanisées Canadiennes, etc. À l'échelon supérieur, on trouve aussi l'organisation des pelotons britanniques, néo-zélandais et US (infanterie légère et Marines).

Par exemple, pour l'escouade Singapourienne, on a ça:

Spoiler

 

Oui, ils donnent un RGW-90 au tireur de précision, ne cherchez pas trop (encore que le tireur de précision n'est doté que de 5.56 et d'un x3 donc c'est pas comme si il avait un DMR 7.62).

 

Ceci me permet du coup de répondre à la question de @titispv28 sur les sections belges (l'organisation peloton m'échappe cependant). J'avais récolté des informations de sources séparées et d'une part, certaines étaient contradictoires, d'autre part l'une des configurations paraissait trop incroyable. J'ai toujours des doutes mais vu le nombre de sources concurrentes...

Voici l'organisation d'une section Para-Commando belge

Spoiler

 

Et vous comprenez maintenant pourquoi, je trouvais ça incroyable. Cependant, cette organisation est spécifique Para-Cdo et la section d'infanterie suivrait un schéma plus classique avec 8 hommes et 2 Minimi (j'ignore comment sont attribués les lance-grenades, tireurs de précision). Il faut cependant, noter deux choses: dans l'armée belge, la Minimi est une arme personnelle au même titre que le SCAR (ce qui explique l'usage immodéré de celle-ci par les Para-Cdo) et il y a des M72 LAW qui traînent dans le tas (même si je ne sais pas qui les porte).

Par ailleurs, on comprends mieux l'intérêt de l'achat de Minimi 7.62 par l'armée belge: les mitrailleurs vont être bien content et la section Para-Cdo va fortement gagner en mobilité...

 

PS: je ne poste ceci que parce que ça vient confirmer ce que m'ont dit 1 lieutenant-colonel enseignant à l'École Royale Militaire (et ami de la famille), un officier  de la Composante Médicale travaillant à l'état-major (mais ayant passé le brevet Para-Commando), un membre du forum à l'armée belge (mais pas dans l'infanterie) et que le reste du profil semble solide

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça ressemble aux groupes dans l'infanterie allemand ende la seconde guerre.

Autour d'une MG 42... Avec un tireur de précision et son fusil et le reste avec des pistolets mitrailleur et des grenades a main.

Pour Singapour les missions sont essentiellement en jungle et en localité... Les distances d'engagement moyennes doivent être modeste d'où le fait qu'on se permette de passer tout le monde en 5.56.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve ce modèle para-commando très bien avec une grosse puissance de feu 

le mortier de 61mm est intégré dans le peloton para-commando non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour l'exemple belge : n'oublions pas qu'en "ABL" une section est équivalente à un groupe de combat français et qu'une section d'infanterie française se fait appeler un peloton d'infanterie belge ....

Les MAG en unités débarquées ont été /sont en cours de remplacement par des Minimi 7.62 >ce qui pose la question de "quid" du "Assistant Machine Gunner"

Les M72 ont été normalement remplacés par des LGW60

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites
11 minutes ago, Clairon said:

Les MAG en unités débarquées ont été /sont en cours de remplacement par des Minimi 7.62 >ce qui pose la question de "quid" du "Assistant Machine Gunner" 

Il faut bien porter les munitions et le/les canon de rechange? Et les munition pèse le même poids MAG ou Minimi ... et le canon lourd doit pas non plus etre infiniment plus léger.

Share this post


Link to post
Share on other sites
15 minutes ago, Clairon said:

Les MAG en unités débarquées ont été /sont en cours de remplacement par des Minimi 7.62 >ce qui pose la question de "quid" du "Assistant Machine Gunner"

Il faut toujours quelqu'un pour porter les munitions non? Je ne sais pas si le passage à la Minimi 7.62 va vraiment changer ça, même si le Mitrailleur perd ~3kg au passage.

Quote

Les M72 ont été normalement remplacés par des LGW60

Qu'est-ce qu'un LGW60? Je n'ai trouvé aucune info là dessus (même si j'ai un RGW-60 de chez DND, les fabricants du RGW-90). D'après ce que je sais, les LAW ont été remplacé par un AFAB VSR (Anti-Fortificatoin Anti-Blindé Very Short Range) qui serait un LAW NG, identifié sur ce forum comme étant le LAW EC (celui avec 450mm de pénétration). L'achat était parallèle à celui du RGW-90 (AFAB SR) et du Spike MR (AFAB MR).

Edited by mehari

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais Ducoup la section ( groupe chez nous ) Para-Commando est déployable dans un seul véhicule ( si je ne dis pas de bétise Unimog en ce moment et LTTV bientôt ) ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, titispv28 said:

Mais Ducoup la section ( groupe chez nous ) Para-Commando est déployable dans un seul véhicule ( si je ne dis pas de bétise Unimog en ce moment et LTTV bientôt ) ? 

Sur un Mog U5000 tu peux mettre facile 14 pax ...

... le seul souci du Mog c'est que le châssis est très haut ce qui rend les embarquements et débarquement compliqué. Les FS avaient abandonné les Mog pour ça.

A priori pour le LTTV ils ont choisi une config bizarre avec deux rang de profil de deux place par coté ... plus un rang dos a la route de 4 place au fond de la benne ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui fait 8 places plus pilote et radio-tireur si je ne me trompe ? l'engin en lui même est un bon projet mais c'est vrai que cette config est bizarre, j'attend de voir les premiers engins 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Début août on apprenait que les US Marines allaient essayer sur le terrain des sections à 15 pax, après 3 ans d'expérimentations diverses.

Est-ce qu'on fait des expérimentations de ce genre en France, et est-ce que la question d'optimiser l'organisation de la section se pose maintenant que le risque de se voir sucrer du budget / des effectifs à la moindre occasion est moindre ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Brian McNewbie a dit :

Début août on apprenait que les US Marines allaient essayer sur le terrain des sections à 15 pax, après 3 ans d'expérimentations diverses.

Est-ce qu'on fait des expérimentations de ce genre en France, et est-ce que la question d'optimiser l'organisation de la section se pose maintenant que le risque de se voir sucrer du budget / des effectifs à la moindre occasion est moindre ?

Dans une troupe organisée autour de véhicules, la taille du groupe est déterminée, du moins en partie, par les capacités des véhicules et le nombre de ceux-ci affectés en section. 

C'est différents pour une troupe non organisée autour de véhicules,  15  comme chez les US Marines, ou 14 comme  chez les KM (NDL)  .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour 

Pour ma part je prendrai un formation de 42 PAX ( cela entraine la création d'une place supplémentaire dans le GRIFFON) 

3 groupes de combat de 8 PAX avec 2 minimi 5.56 1 hk 417 2 roquette NG 2 lance Grenade de 40mm et 1 drone black hornet il Yaura également des grenades à fusil et le lgi dispatcher dans le groupe 

1 groupe d'appui de 5 PAX avec 2 minimi 7.62

1 groupe commandement de 5 PAX don't le CDS le SOA un radio et 2 AUXSAN

1 groupe équipage avec 8 PAX dont 1 sergent 

 

On aurait donc 3 sections de combat par compagnie 

La 4e section sera une section d'appui avrc 

1 groupe de commandement de 4 pax dont LE CDS le SOA le radio et 1 AUXSAN 

2 groupes appui direct de 8 pax Avec 1 MMP et 1 FN MAG et 1 drone NX 70

2 pièces mortier de 81mm de 5 pax

1 groupe équipage avec 8 PAX dont 1 sergent 

La compagnie dapppui elle aura 

2 sections d'appui direct qui aura 4 groupes appui direct et 1 groupe commandement ( identique à la section d'appui) et 1 groupe equopage ( identique à la section d'appui) 

1 section d'aide à l'engagement débarquer avec 4 groupes de 8 PAX 

1 section de tireur d'élite longue distance avec 4 groupes de 6 PAX et 1 groupe equopage de 8 PAX 

Edited by Thibault2845

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quote

...

La section de l’adjudant Evrard se trouvait donc isolée sans espoir de secours rapide avec, cinquième faiblesse, l’impossibilité de résister très longtemps. Là encore, Carmin 2 payait en bout de chaîne des années d’errements, de bidouillages et de petites économies qui avaient affaibli les sections d’infanterie et que le courage et un excellent entrainement ne pouvaient entièrement compenser.

Cette section à terre était équipée exactement de la même façon que celle que j’avais commandée quinze ans plus tôt, époque où nous étions très heureux des nouveautés (gilets pare-balles, casque kevlar, Minimi) incorporées en urgence après déjà un certain nombre de tués en Bosnie. Depuis il n’y avait pas eu grand-chose de nouveau pour les fantassins, ou pour être juste des choses arrivaient, mais très lentement. Pas de mort pas d’urgence, pas d’urgence pas d’argent pour ce que les Britanniques appellent la « poor bloody infantry ».

Au lieu d’une section à terre théorique de 30 hommes (structure déjà réduite par économie), il n’y en avait que 23, une habitude prise depuis longtemps dans les missions extérieures afin d’économiser quelques postes. On avait alors atteint un minimum historique depuis l’invention de la section d’infanterie en France. Cette section réduite était en revanche organisée comme le prévoyait le règlement, inchangé depuis la fin de la guerre froide. Passons rapidement sur les groupes à sept hommes, un chef et deux trinômes. Trois ans plus tôt, une enième étude, britannique cette fois, avait montré que le groupe de combat idéal optimal était composé d’un chef et de deux équipes de quatre. À la même époque, des fantassins israéliens m’expliquaient pourquoi ils avaient renoncé au groupe à deux trinômes, trop léger et trop rapidement déstructuré en cas de pertes. Ayant raison contre tous, nous avons quand même conservé le groupe de combat le plus réduit des armées développées. Nous continuerons d’ailleurs à le faire pendant très longtemps puisque les véhicules dont nous nous dotons actuellement ne peuvent en accueillir plus.

Constatons aussi que toutes les armes d’appui, mitrailleuses légères Minimi, lance-grenades individuels (LGI), fusil de précision FRF2, étaient réparties dans les groupes, une constante française depuis l’invention des groupes de combat en 1917. Alors que les combattants étaient collés à l’ennemi, ces armes d’appui n’avaient plus beaucoup d’utilité. À quelques dizaines de mètres de l’ennemi, on ne tire pas au fusil ou au LGI et la Minimi n’apporte pas de plus-value par rapport au Famas. Je prône pour ma part, une organisation en 3 + 1 avec trois groupes légers et un groupe rassemblant les armes d’appui. Placé en arrière, ce groupe peut utiliser ses armes plus facilement et même combiner ses effets (précision, saturation légère et tir indirect).

À Uzbin, le tireur de précision placé un peu en arrière, Kevin Chassaing, a fait des ravages (peut-être huit ennemis abattus) avant d’être mortellement frappé à son tour. Son camarade plus en avant et plus mal placé a également abattu avec certitude au moins un combattant ennemi. Les tireurs de précision sont de loin nos soldats les plus redoutables, c’est sans doute la raison pour laquelle il n’y en a plus que deux par section au lieu de trois comme au temps de la section à 42 hommes. Au passage, on utilisait alors les fusils à répétition F1 et F2 depuis 39 ans. Alors que l’on constatait l’efficacité remarquable des tireurs de précision, vendre ces armes sur le marché de l’occasion et acquérir quelques centaines d’armes up to date aurait-il constitué un investissement faramineux ?

Il manquait aussi de quoi envoyer sur l’ennemi de l’explosif en tir direct… alors qu’en face presque tous ceux que nous combattons disposent de lance-roquettes RPG-7, mise en service en 1959, qui sert d’artillerie antichar, antipersonnel, antihélicoptère, à tir direct ou indirect. À Sper Kunday, Rouge 4 a reçu une quarantaine de roquettes sans pouvoir riposter. Là encore, il suffisait d’acquérir quelques bons vieux Carl Gustav de 84 mm, modernisés en 1991, à la place des LGI par exemple et en complément des quelques grenades à fusil.

D’une manière générale, la section d’infanterie française en opération était devenue une petite unité porteuse d’armes légères en 5,56 mm et par ailleurs elles-mêmes déjà vieilles de presque trente ans (et qu’on ait toujours conservé les mêmes mauvais chargeurs durant tout ce temps reste pour moi un mystère). Le Famas est une très bonne arme, légère, maniable, fiable, mais plutôt faite pour un combat à relativement courte distance. Rien là-dedans qui écrase, sature, tient en respect sur 800 mètres. La grande majorité des combats d’infanterie ont lieu à moins de 400 mètres et la grande majorité des pertes à moins de 100, mais il est bon de pouvoir tirer aussi au-delà ne serait-ce que pour gêner ou prendre l’initiative. Il manque à la section d’infanterie française, hors du FRF2, une arme qui tire loin et fort, comme une mitrailleuse légère de 7,62 par exemple… ou la vieille MG 42 de la Wehrmacht (1 200 coups minute, une munition lourde qui arrache tout jusqu’à 1 000 mètres et un bruit terrifiant) qu’auraient, semble-t-il, utilisé les rebelles.

À défaut d’investir dans une nouvelle arme plus moderne (ce que l’on fait enfin actuellement pour 200 millions d’euros, soit 0,5 % du programme Rafale), il aurait été simplement possible de doter les hommes de Carmin 2 d’un peu plus que les 200 cartouches réglementaires. Deux cents cartouches, c’est peu lorsqu’il faut tenir des centaines de minutes. Avec 300 cartouches, voire 400, comme pour leurs camarades engagés quelques dizaines de kilomètres plus loin en Kapisa, ils auraient peut-être pu tenir au moins une heure de plus et cela peut faire une énorme différence lorsqu’on attend des renforts.

En résumé, Carmin 2 aurait pu être beaucoup plus efficace à moindre coût. Ce n’est la faute des hommes qui la constituaient, ils ont fait le maximum possible avec ce qu’ils avaient, mais de la nation qui n’a pas su donner les moyens et du ministère qui n’a pas su les organiser. Il aurait fallu faire preuve d’un peu d’imagination et investir modestement dans quelques équipements qui auraient été disponibles immédiatement en surmontant la lourdeur bureaucratique. Une section à 30 hommes, deux ou trois groupes légers équipés un groupe d’appui feux bien placé à trois TP, deux mitrailleuses et deux Carl Gustav, aurait au moins tenu en respect l’ennemi. Avec en plus un véhicule d’appui avec canon mitrailleur elle aurait pu largement résister en attendant d’être dégagée. Rien là-dedans qui constituât un défi majeur.

...

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout est dit dans cet extrait du Colonel Goya (même si certains dans d'autres parties du forum trouvent qu'il est pseudo-débile), si l'on veut appliquer on doit alors changer de fond en comble l'organisation et travailler comme suit :

2 Groupes de combat à 2 x équipes de 4 + 1 CDG, uniquement avec des fusils d'assaut de base (HK416F), lance-roquettes léger (AT4) et quelques LG40, on a alors 4x4 équipes de voltige "pure" + 2 CDG = 18 pax

1 Groupe d'appui polyvalent regroupant 3 TP 7,62 - 4 Mitrailleurs 7,62 (2 Minimi 7,62 + 1 MAG) - 1 équipe CG84 Mk4 (2 pax) - 1 pax "libre" (micro drone ou munitions supplémentaires) - 1 CDG Appui = 11 pax

1 CDS - 1 Radio - 1 SOA - 1 Auxsan = 4 pax 

Total : 33 pax débarqués + 8 pax d'équipage = 41 ... Ca le fait sur les VBCI (11 d'emport) et sur les Griffon, si en effet y avait pas ce siège arrière prenant la place de deux on pourrait monter à 11 pax par engin et avoir encore 3 places de libres pour interprète, journaleux, ... D'accord pour le Serval, il faudrait revoir cela, mais la loi d'airain de 4 véhicules par section est trop contraignante selon moi.

Sur le terrain, on aurait 4 équipes de voltige pure (contre 3 de 3 actuellement) soit quasiment le double.

Après le CDS organise son dispositif en fonction du terrain, des équipes "binomées" TP + Minimi seraient rajoutées aux 2 groupes, ou bien tout le groupe d'appui est conservé ensemble un peu en retrait, de nouveau c'est le terrain et le chef "local" qui décide. Il commande les 4 équipes/2 groupes lui-même "à la culotte" et laisse les appuis au SOA, où l'inverse là aussi c'est le terrain qui commande et pas le momento du  chef de section édité en 1999 par l'EAI ...

Cette réorg ne demande quasiement rien, mis à part des commandes qui représentent moins de 0,5 % du budget annuel d'équipement (des CG84, Minimi 7,62, la modif des sièges du Griffon, ...). Elle bute sur un obstacle la formule 3 Groupes + 1 d'appui qui est une sorte de Mantra inattaquable mais qui n'est pas vrai, vu que les groupes actuels regroupent voltige et appui et qu'en déploiement on est souvent à 2 groupes + 1 d'appui 

Clairon

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Question : à quoi servent les groupes de voltiges vu que leur létalité est en fait assez faible au final. Presque tout les morts sont infligés par les appuis - organiques à la section ou non ?

Dans ce cas, et pour aller au bout de la logique, pourquoi avoir une majorité de voltigeurs plutôt que juste le nécessaire pour manœuvrer et le reste en appui ? Raisons tactiques ? Barrières psychologiques ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 28 minutes, Clairon a dit :

Tout est dit dans cet extrait du Colonel Goya (même si certains dans d'autres parties du forum trouvent qu'il est pseudo-débile), si l'on veut appliquer on doit alors changer de fond en comble l'organisation et travailler comme suit :

2 Groupes de combat à 2 x équipes de 4 + 1 CDG, uniquement avec des fusils d'assaut de base (HK416F), lance-roquettes léger (AT4) et quelques LG40, on a alors 4x4 équipes de voltige "pure" + 2 CDG = 18 pax

1 Groupe d'appui polyvalent regroupant 3 TP 7,62 - 4 Mitrailleurs 7,62 (2 Minimi 7,62 + 1 MAG) - 1 équipe CG84 Mk4 (2 pax) - 1 pax "libre" (micro drone ou munitions supplémentaires) - 1 CDG Appui = 11 pax

1 CDS - 1 Radio - 1 SOA - 1 Auxsan = 4 pax 

Total : 33 pax débarqués + 8 pax d'équipage = 41 ... Ca le fait sur les VBCI (11 d'emport) et sur les Griffon, si en effet y avait pas ce siège arrière prenant la place de deux on pourrait monter à 11 pax par engin et avoir encore 3 places de libres pour interprète, journaleux, ... D'accord pour le Serval, il faudrait revoir cela, mais la loi d'airain de 4 véhicules par section est trop contraignante selon moi.

Sur le terrain, on aurait 4 équipes de voltige pure (contre 3 de 3 actuellement) soit quasiment le double.

Après le CDS organise son dispositif en fonction du terrain, des équipes "binomées" TP + Minimi seraient rajoutées aux 2 groupes, ou bien tout le groupe d'appui est conservé ensemble un peu en retrait, de nouveau c'est le terrain et le chef "local" qui décide. Il commande les 4 équipes/2 groupes lui-même "à la culotte" et laisse les appuis au SOA, où l'inverse là aussi c'est le terrain qui commande et pas le momento du  chef de section édité en 1999 par l'EAI ...

Cette réorg ne demande quasiement rien, mis à part des commandes qui représentent moins de 0,5 % du budget annuel d'équipement (des CG84, Minimi 7,62, la modif des sièges du Griffon, ...). Elle bute sur un obstacle la formule 3 Groupes + 1 d'appui qui est une sorte de Mantra inattaquable mais qui n'est pas vrai, vu que les groupes actuels regroupent voltige et appui et qu'en déploiement on est souvent à 2 groupes + 1 d'appui 

Clairon

 

40 pax par section le format actuelle reste le plus simple à mettre en place il faut juste bouger un peux les effectifs 

Un groupe de commandement et de soutient avec CDS SOA RADIO 2 AUXSAN et un trinôme servant un mortier de 61mm RSG60 ou un carl Gustav m4 en fonction des besoins etc le trinome débarque avec un des deux etc 

3 groupes de combat avec 

Chef de groupe avec hk 416F et lg40

Adjoint avec hk 416F et lg40

TP avec scar h-pr

Mitrailleur avec minimi 7.62

Servant minimi 7.62

Opérateur drone qui peut servir un micro drone un robot terrestre une mule le fardier enfin un pax polyvalent pour les nouveaux matos qui vont être mis en service 

2 GV avec HK 416F et roquette ng

Ajouter 4 équipages de 2 pax et on a 40 pax embarquable sur 

VBCI GRIFFON SERVAL VHM 

 

Après le modèle n'est pas mieux que celui de clairon tout modele a ses pour ses contres etc 

Je pense que des expérimentations en condition au centac etc de différentes organisations peut être bénéfique 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ton organisation c'est 6 GV avec des HK, tout le reste c'est de l'appui ... c'est plus une section d'infanterie, mais une section d'appui - 3 opérateurs de drones par section c'est du lourd ... et ton CDG doit gérer des drones, un mitrailleur, un TP, des GV ... c'est trop il n'y arrivera jamais dans l'odeur de la poudre.

Relis à ce propos les écrits du même Colonel sur son expérience en tant que CDS, les CDG qui ont un seul groupe homogène à gérer performe 3x plus que les CDG qui doivent se disperser dans quantité de matériel.

Les brittons ont abandonné les mortiers de 60 mm après l'expérience afghane 

Clairon

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La solution c'est 4 groupe à 8/9 - selon qu'on intègre ou non les chef de groupe - ... Plus CdS SoA radio AuxSan. Ça permet d'avoir une section robuste avec un groupe.complet en spare.

Avec des véhicules assez grand on reste a 4 engin de 12 places. 2+10.

Et surtout on peut moduler comme on veut les sous éléments.

En séparant la section en deux escouades de 19/20 par exemple. Etc.

Pour le tir indirect au niveau de la section c'est ingérable a cause de la quantité de munition que ça consomme. Seul intérêt dispenser des munitions fumigène ou éclairante. Mais pour ça le LGI ou même le 60 ça va pas pisser fort... Un masque de fumée a entretenir au LGI bon courage  Autant prendre deux lanceur CG  et des obus fumigène dedans.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, g4lly a dit :

La solution c'est 4 groupe à 8/9 - selon qu'on intègre ou non les chef de groupe - ... Plus CdS SoA radio AuxSan. Ça permet d'avoir une section robuste avec un groupe.complet en spare.

Avec des véhicules assez grand on reste a 4 engin de 12 places. 2+10.

Et surtout on peut moduler comme on veut les sous éléments.

En séparant la section en deux escouades de 19/20 par exemple. Etc.

Ca fait des sections à 50 gonziers (4 x 9 + 4 + 8 pax d'équipage) ... Les engins doivent plutôt être au format Titus que VAB ...

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites
29 minutes ago, Clairon said:

Ca fait des sections à 50 gonziers (4 x 9 + 4 + 8 pax d'équipage) ... Les engins doivent plutôt être au format Titus que VAB ...

Clairon

A la base on rentrait 12 personnes dans un VAB ^_^
On en rentre 12 à 14 dans un VBCI 2 VTT.

Et il y a la place pour 12 sans souci dans un Griffon.

Si tu fais

4 groupes de 8 commandement intègré

2 chef d'escouade ... Qu'on lié a un des groupes et qui peut en commander un ou deux

4 du groupe commandement

Soit 36 pax

Ça fait 9 par véhicule ... Il reste même un spare.

La section avec les 8 pax équipage est à 44 ... Pas vraiment un truc complètement deglingo.

L'avantage des 4 groupes et de se concentrer sur les moyen d'appui direct. CG et 7.62 MG et FP. On peut meme facilement former tout le monde a tirer a la MG et au CG ...

Le résultat c'est une polyvalence maximale qui permet au CdS d'organiser sa section en fonction de la mission/posture.

On peut même imaginer 4 groupe en défense ferme dont deux avec des MG 7.62 et deux avec des CG par exemple. Ambiance boule de feu.

Ou au contraire du super léger avec 4 groupes en 5.56 ... Et juste les TP en 7.62 ...

Et bien.sur toutes les variantes intermédiaire.

Une telle section même avec un groupe complet au tas ... Peut continuer a combattre efficacement...

Côté armement c'est très simple...

Individuel

FA556+GAF

MG556

FP762

Collectif selon mission

2x CG84

2x MG762

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Pour une section fr standard de 31 pax débarqués, je pensais à l'organisation suivante en respectant au maximum les conseils du Colonel GOYA:

Une équipe de commandement: CDS + SOA + Radio + Infirmier = 4 pax

2 groupes de combat à 8 pax avec chacun 2 équipes de combat identiques de 4 pax constituées de 1 CDE ou CDG + 2 GV + 1 Mitrailleur = 16 pax

1 groupe d'appuis à 11 pax constitué d'un CDG + 2 équipes d'appuis identiques de 5 pax constituées de 1 CDE + 1 Binôme CG MK4 + 2 TP

4 + 16 + 11 = 31 pax

Embarquement:

VBCI 1 = 1 groupe de combat

VBCI 2 = 1 groupe de combat

VBCI 3 = CDG (groupe d'appui) + 1 équipe d'appui  + SOA/Infirmier

VBCI 4 = 1 équipe d'appui + CDS/Radio

 

Citation

Question : à quoi servent les groupes de voltiges vu que leur létalité est en fait assez faible au final. Presque tout les morts sont infligés par les appuis - organiques à la section ou non ?

Dans ce cas, et pour aller au bout de la logique, pourquoi avoir une majorité de voltigeurs plutôt que juste le nécessaire pour manœuvrer et le reste en appui ? Raisons tactiques ? Barrières psychologiques ?

Les groupes voltiges servent à éliminer l’ennemie après que celui-ci est été fixé par le groupe d'appui ou vice-versa, c'est à dire à fixer l’ennemie pour permettre son élimination par le groupe d'appui.

Edited by stormshadow

Share this post


Link to post
Share on other sites

Intéressant comme org, sauf limitation au niveau des mitrailleurs 

1° La mitrailleuse de 5.56 n'apporte pas de réelle plus value (abandonnée aussi par les Brittons et les Belges), il faut une 7,62 et c'est plus une arme d'appui, donc qui ne doit pas se retrouver dans les groupes de voltiges.

2° Une combinaison destructice en appui c'est le binome FM/Mitrailleuse légère 7,62 + TP 7,62, il faut donc trouver un moyen de les réunir

3° Dans ta solution on a 4 TP ce qui est peut-être trop 

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Citation

Intéressant comme org, sauf limitation au niveau des mitrailleurs 

1° La mitrailleuse de 5.56 n'apporte pas de réelle plus value (abandonnée aussi par les Brittons et les Belges), il faut une 7,62 et c'est plus une arme d'appui, donc qui ne doit pas se retrouver dans les groupes de voltiges.

2° Une combinaison destructice en appui c'est le binome FM/Mitrailleuse légère 7,62 + TP 7,62, il faut donc trouver un moyen de les réunir

3° Dans ta solution on a 4 TP ce qui est peut-être trop 

Clairon

1) Je pensais plutôt  pour le mitrailleur (dans les équipes de combat) à un HK 416 avec chargeur Armatac de 150 coups ou équivalent.

Afin de pouvoir fixer l’ennemie à courte distance (dans un couloir d'un bâtiment par exemple).

2/3) Je préfère avoir plus de TP plutôt que des mitrailleurs 7.62 car d'après Goya, les TP sont de loin les troupes les plus efficaces en terme de létalité donc autant maximiser cette composante.

Cependant,  on peut remplacer dans chaque équipe d'appui, un TP par un mitrailleur 7.62 ce qui permet d'avoir un binôme TP/Mitrailleur 7.62 dans chaque équipe d'appui dans ma solution.

Edited by stormshadow

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,511
    Total Members
    1,550
    Most Online
    nikesfeld13
    Newest Member
    nikesfeld13
    Joined
  • Forum Statistics

    20,895
    Total Topics
    1,318,495
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries