Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Penser l'organisation de la section d'infanterie.


Serge
 Share

Recommended Posts

il y a 47 minutes, Rescator a dit :

La conclusion de vos échanges très instructifs n'est-elle pas un cinquième véhicule dans la section, comme évoqué déjà il y a qq années? j'ai l'impression qu'on y va tout droit, non?

En effet, tant pour avoir quelques places de libres pour des éléments en plus en fonction du théatre/conflit/besoin "Embeded" (droniste, Auxsan, interprète, JTAC/FO, ...), pour éviter d'adopter des cathédrales comme véhicules (conf .photo Griffon/VAB même si l'effet de perspective y est un peu forcé) , ou bien des trucs devenant énormes comme le Boxer, le Titus, Superav, Lazar, ...

spacer.png

Maintenant 5 véhicules veut dire aussi 2 pax en moins débarqués, ou deux pax en plus dans l'organigramme (le candidat militaire court plus les rues actuellement > difficultés de recrutement EVAT pour l'AdT), c'est 20 % de budget en plus en moyenne, et puis cela entraine la cesure en plus petites unités de la section, avec des restrictions au niveau de la communication/information, même si les systèmes modernes à la Scorpion compensent cela ...

Clairon

Link to comment
Share on other sites

Dernier point, essayer de trouver une organisation fixe des forces a un avantage du point de vue de la gestion RH mais crée aussi une force qui ne répond pas optimalement à sa mission et à ses contraintes.

Par exemple, prenons un bataillon d'infanterie blindée (formation inter-arme de segment lourd) et formons le peloton d'infanterie sur le modèle néerlandais.

Pour rappel, le peloton néerlandais est composé de 38 personnes et comprend

  • Élément de commandement
    • Commandant de peloton (1LT)
    • Commandant d'élément débarqué (2LT)
    • NCO de peloton (1SG)
    • NCO d'élément débarqué (1SG)
  • 4 équipages de véhicules (2 de deux personnes, 2 de 3)
  • 4 sections de 6 personnes

Les sections disposent d'un mix de C8, Minimi, MAG, PzF3, AGL 40mm et HK417 et fonctionnent avec une forme basique de "weapons locker" (le peloton dispose de plus d'armement qu'il ne peut emporter avec lui et choisi en fonction de la situation).

Pour plus de flexibilité, l'élément débarqué peut s'organiser de façon suivante:

  • 4 section de 6 (combat embarqué en support direct des véhicules)
  • 2 demi-pelotons de 12 (combat embarqué en coopération directe avec un binôme de véhicules) organisé en
    • 2 équipes de 6 (rapidité d'organisation lors du débarquement)
    • 3 équipes de 4 (préféré lorsque la réorganisation est possible après le débarquement)
  • 3 sections de 8 (combat débarqué)

Lorsque le peloton combat en 3×8 débarqué, on peut considérer problématique l'absence de groupe d'appui dédiée qui demanderait la réorganisation d'une des sections pour cette tâche (ce qui n'est pas impossible par ailleurs). Cependant, c'est oublier que les véhicules existent toujours et peuvent fournir un appui feu avec leur 35mm. Se concentrer sur la force de l'élément débarqué oublie le fait que, même lorsque le combat débarqué de mise, les véhicules sont toujours présents pour fournir un appui.

Lorsqu'on monte au niveau supérieur, on peut aussi questionner l'absence de peloton d'appui au niveau de la compagnie mais de nouveau, c'est oublier les capacités du peloton. Si chaque véhicule monte une lanceur MMP double, est-ce qu'on a vraiment besoin d'une section dédiée au niveau de la compagnie? Qui plus est lorsqu'on agit dans le cadre d'un bataillon interarmes avec des compagnies de char.

Pareil pour les mortiers. Une compagnie française a besoin de ses mortiers vu qu'au mieux, elle ne peut se reposer que sur le 25mm de ses VBCI pour le support HE. À l'inverse, une compagnie d'infanterie blindée  peut se reposer sur la puissance de feu des tanks qui l'accompagne. Si on prend l'exemple suédois, ces tanks sont aussi accompagnés de deux pelotons de 4 pièces de 120mm...

 

Maintenant, prenons les médians et supposons une force basée sur un IFV 8×8 équipé d'un 40CT. En supposant qu'on vise à disposer d'une capacité amphibie, la masse et donc la protection doivent être limités et par conséquent, le combat mécanisé est tout aussi limité, mettant plus d'emphase sur le combat débarqué. Dans ce cas, une organisation constante en 3×8 est probablement de mise. Vu qu'on ne peut pas toujours compter sur les véhicules, disposer d'un élément d'appui débarqué semble nécessaire donc on a un groupe de 5 en plus avec MMG, ATGM et/ou Carl Gustav, voire un mortier commando de 60mm.

En l'absence de missiles sur les véhicules et au vu de la disparition ou réduction d'autres moyens HE, disposer de sections ATGM et mortiers semblent bienvenus d'où la présence d'un peloton d'appui.

Enfin, sur les légers, on peut considérer que la perte d'un véhicule pouvant fournir un solide appui feu justifie la création de sections AGL/HMG.

 

Si on veut organiser efficacement les sections, il faut les considérer dans le contexte de leur équipement et de leurs missions. Tout organiser selon un même moule est tentant d'un point de vue RH mais pas forcément optimal d'un point de vue opérationnel.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Le 13/11/2023 à 10:53, Rescator a dit :

La conclusion de vos échanges très instructifs n'est-elle pas un cinquième véhicule dans la section, comme évoqué déjà il y a qq années? j'ai l'impression qu'on y va tout droit, non?

On pourrait dire que le point de départ des échanges est erroné :  la section à 48 PAX proposée ici  ne tient pas la route : une fois les redondances éliminée, tout le petit monde tient dans 4 camions.

Mais ne faudrait-il pas effectivement un 5ème véhicule si l'AdT persiste à vouloir faire accompagner la section déployée par des robots terrestres ? Pour loger les opérateurs...

FwuSPT6WIAA1Rvm.jpg

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, BPCs a dit :

On pourrait dire que le point de départ des échanges est erroné :  la section à 48 PAX proposée ici  ne tient pas la route : une fois les redondances éliminée, tout le petit monde tient dans 4 camions.

Mais ne faudrait-il pas effectivement un 5ème véhicule si l'AdT persiste à vouloir faire accompagner la section déployée par des robots terrestres ? Pour loger les opérateurs...

FwuSPT6WIAA1Rvm.jpg

oui on voit que ça déborde et qu'au final il n'y a plus beaucoup de mecs avec un fusil ! Le seul service des armes collectives (lance-roquettes, mortier 60, mitrailleuses) et des drones, MTO et robots + le médic + un siège libre pour l'interprète/journaliste/spécialiste, tout ça dans 4 camionnettes. ça va forcément coincer, non?

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

Du nouveau dans l'organisation et l'armement des sections d'infanterie françaises : https://www.fantassins.fr > N°52

Arrivée du NLAW à la place de l'Eryx et réorg du combat antichar, avec semble-t-il la répartition des moyens antichars au sein de chaque groupe de combat ... Le magazine n'est pas très clair et malheureusement contrairement à l'organisation de la nouvelle SAM 120 et de la SRRI/SRGE qui détaille chaque poste et groupe, aucun détail précis pour cette nouvelle articulation de la section et du groupe de combat.

On apprend aussi la venue d'un binome de dronistes par section de combat 

Comme les effectifs ne peuvent pas augmenter, (même ils diminuent de 75 pax par RI), on confirme la dissolution des 5e compagnies, ce qui doit laisser 100 pax a répartir (175 - 75 de diminution par RI) entre la SAM120 = 45 pax et une SRRI/SRGE de 35 environ ... restent 20 pax sans oute plus en log ou soutien, le père de l'Infanterie insiste que ces fonctions doivent être accrues.

Cela pourrait signifier une nouvelle structure de la section d'infanterie, selon ces bribes cela devrait être selon moi ainsi :

3 groupes de combat à 8 Pax : CDG + TP + Binome AC NLAW AT4 F2 + 2x Binomes voltige = 3 x 8 = 24

1 groupe commadement : CDS - SOA - Radio - Binome drones = 5

4 équipages d'engin = 4x2 = 8

Total 37, restent encore 2 à 3 pax (selon que la section soit à 39 ou 40 pax), on pourrait avoir un binome MAG en plus

Si l'on arrive en plus à switcher le SOA avec un TP, on un plan d'emport par véhicule cohérent ...

Aussi dans le même num des infos sur les sections d'appuis (pas trop de changement, toujours 2 ACMP + 2 x 81) et les section AC qui passent à 4 ACMP Akeron et 2 NLAW

Enfin on sent un peu l'obession "commando" des différents rédacteurs, ça parle tout le temps de SAED et de GCM dans quasiement chaque article, alors qu'ils ne représentent que 3 % des effectifs d'un RI ... 

Clairon

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, Clairon a dit :

 

Arrivée du NLAW à la place de l'Eryx et réorg du combat antichar, avec semble-t-il la répartition des moyens antichars au sein de chaque groupe de combat ... Le magazine n'est pas très clair et malheureusement contrairement à l'organisation de la nouvelle SAM 120 et de la SRRI/SRGE qui détaille chaque poste et groupe, aucun détail précis pour cette nouvelle articulation de la section et du groupe de combat.

C'est pas page 17? Double dot NLAW et AT4 F2 pour chaque groupe. Et 12 système MMP par RI, 2 par groupe d'appui des compagnies combat, 2 groupes de la section antichar avec 2 systèmes et 2 groupes avec 1 système + 1 NLAW

 

Y'a création d'une section de guerre élec (avec des drones aussi), des dronistes dans la  SAED, un binome droniste par compagnie de combat et un binome MO81 sera qualifié pour les munitions téléopérées.

Edited by hadriel
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 56 minutes, hadriel a dit :

Double dot NLAW et AT4 F2 pour chaque groupe.

Oui mais que devient le Groupe AC/appuis de la section de combat alors ?

"...Au sein des compagnies de combat, cette trame antichar sera également renforcée et mieux disséminée dans les groupes.  C’est l’une des raisons essentielles de la refonte de la section de combat. Dans cette nouvelle mouture,  les armes antichar (2 pièces ERYX) ne sont en effet  plus concentrées sur un seul groupe mais au contraire réparties dans les trois groupes de combat (1 binôme  ACCP NLAW), appuyées par des armes anti-blindés légers (AT4 F2) afin de donner une plus grande ..."

il y a 57 minutes, hadriel a dit :

un binome droniste par compagnie de combat

Par section de combat  :

"... Au niveau de la compagnie de combat, chaque section disposera d’un binôme spécialisé dans la mise en œuvre des mini-drones, tandis qu’un binôme du  groupe mortier de 81mm disposera d’une double qualification pour mettre en œuvre les futures munitions téléopérées de courte portée (MTO-CP)  qui complèteront la capacité d’appui indirect de la compagnie."

Clairon

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

@Clairon @hadriel J'ai un peu du mal à le lire comme ça. Ils disent que les systèmes anti-char "(2 systèmes Eryx)" ne sont pas concentrées mais réparties dans les groupes, avec un binôme NLAW, "appuyés par des AT4" donc ce n'est pas aussi simple. Il est possible que la section dispose de 2 Eryx répartis entre 2 groupes et le 3e continue à utiliser des AT4.

Ça pose pas mal de problème comme idée. Le NLAW est plus une arme des 600m donc ça va dans l'équipe d'appui au même titre que le LGI et la Minimi (à qui il arrive quoi?). Les AT4 ne peuvent pas être une arme des 600m dans leur version standard donc ça va aux 300m. Ça complique la dotation, à moins de faire du NLAW l'arme du groupe des 300m.

Ou alors, on oublie l'ancienne doctrine des équipes 300-600.

7 minutes ago, Clairon said:

Oui mais que devient le Groupe AC/appuis de la section de combat alors ?

Avec l'arrivée de binômes dronistes (ça doit vraiment être un binôme?), en supposant qu'on ne puisse pas augmenter le personnel du peloton (contrainte des véhicules), on a le choix entre une réduction à un trinôme (mortier de 60mm ou mitrailleur 7.62?) ou une élimination pure et simple.

 

En ce qui me concerne, je ne suis pas convaincu.

Premièrement, pourquoi un binôme NLAW? Le NLAW est une arme personnelle usuellement utilisée à raison de 1 disponible par section dans d'autres armées et généralement laissé dans le véhicule jusqu'à ce qu'on en ait besoin.

Ensuite, pourquoi un binôme droniste? On peut très bien opérer un 4copter seul (et c'est d'ailleurs le plan dans l'USMC (ou ça l'a été à un moment donné, j'ignore où ils en sont avec leurs futurs pelotons pour l'instant), j'ignore ce qu'il en est dans l'US Army (je n'ai pas vu de position dédiée dans leur futur peloton léger)).

Au vu de la disparition du RTO dans certains pays (Pays-Bas, Suède, Singapour, Suisse au moins), on pourrait se demander si il ne faudrait pas transformer cette position en Squad Systems Operator.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, mehari a dit :

Premièrement, pourquoi un binôme NLAW? Le NLAW est une arme personnelle usuellement utilisée à raison de 1 disponible par section dans d'autres armées et généralement laissé dans le véhicule jusqu'à ce qu'on en ait besoin.

 

Le rédacteur de l'article s'emmêle un peu entre l'Eryx et le NLAW à mon sens et ne se rend peut-être pas compte qu'en passant d'Eryx à NLAW on passe à un système qui peut être parfaitement servi par un seul homme ... Maintenant je comprends aussi que le 2e du binome emporterait un AT4 F2, on aurait alors encore 2 binomes pour la voltige avec Minimi ou Evolys, 1 binôme AC NLAW/AT4 et un binome CDG + TP  ..

Enfin l'article mentionne aussi le véhicule de combat comme "armoire d'équipement"

"...Dans cette configuration, le véhicule de combat d’infanterie devient un véritable « magasin d’armes où le groupe pourra s’équiper selon la mission qui lui aura été confiée, avec une capacité de réversibilité immédiate...;"

Clairon

Link to comment
Share on other sites

10 hours ago, Clairon said:

"...Dans cette configuration, le véhicule de combat d’infanterie devient un véritable « magasin d’armes où le groupe pourra s’équiper selon la mission qui lui aura été confiée, avec une capacité de réversibilité immédiate...;"

Comme en Suède du coup (avec un choix d'AT4, CG, Minimi, MAG et/ou Ak4D). Ou en Belgique (dans les sections d'appui de peloton avec au choix un mortier de 60, une M2, 2 Minimi 7.62, des RGW90 et/ou des SCAR-H PR).

Ça a ses avantages au niveau de la flexibilité mais je pense que garder un groupe d'appui flexible serait aussi une idée. Par exemple (médians):

  • QG
    • CO
    • 2IC
    • Systems operator (drone)
  • 3 sections de combat
    • Team A
      • Chef de section (UGL?)
      • Mitrailleur A (Minimi/Evolys)
      • Grenadier (LGI)
      • Tireur de précision (DMR)
    • Team B
      • Adjoint (UGL)
      • Mitrailleur B (Evolys)
      • Fusilier 1 (AT4)
      • Fusilier 2 (AT4)
  • 1 section d'appui
    • Chef de section
    • 4 opérateurs (typiquement en 2 binômes) avec une combinaison de
      • MAG
      • Carl Gustav
      • NLAW/ACCP
      • FPVs
      • Etc.

La Team A des sections de combat pourrait aussi se reformater pour laisser tomber le DMR ou le LGI pour prendre une MAG suivant les situation (ou abandonner le Mitrailleur B et le transférer au groupe A pour servir d'assistant MAG). En cas de besoins, le peloton pourrait distribuer les NLAW/ACCP dans les sections de combat ou les sections pourraient juste débarquer avec plus d'AT4.

En Suède, on a une situation "weapons locker" dans les groupes (6 personnes dans les mécanisés) avec une organisation standard théorique ressemblant à ceci:

Spoiler
  • Chef de groupe (avec UGL)
  • Adjoint (avec UGL)
  • Tireur Carl Gustav
  • Assistant Carl Gustav
  • Mitrailleur (Minimi)
  • Fusilier/secouriste

Sauf que le Carl Gustav peut-être remplacé par une paire d'AT4 (ou en cas de besoin par des NLAW normalement situé dans le train du bataillon). Si besoin, l'adjoint et le fusilier peuvent aussi emporter un AT4. Dans d'autres situation, le fusilier peut prendre un Ak4D (pour devenir un marksman), une Mimini (deuxième mitrailleur) ou former un binôme avec le mitrailleur pour sortir une MAG (à noter que suivant les situations ou préférences, l'adjoint peut prendre l'Ak4D).

 

Alternativement, dans des cas mécanisés, on peut se reposer sur les véhicules pour fournir certaines capacités comme le contrôle d'UAVs et FPVs (qui peuvent même être lancés par des systèmes intégrés à la tourelle) tandis que le groupe débarque.

Link to comment
Share on other sites

Section/Groupe? Tu parles de groupe pas de section et d'équipe ...

Je n'ai jamais compris les Section à 3 groupes ... à mon sens ca n'a pas de sens. C'est bancal et non fonctionnel.

J'ai toujours pensé que des sections si peut dense était non fonctionnelle en soi et ne servait que d'élément pour former un élément fonctionnel, ce qui à mon sens est un non sens.

Ca impose d'engager des quasi compagnie pour obtenir un peut d'autonomie de fonctionnement.

Alors qu'une section dense à 4 groupes - de 8, plus commandement - serait fonctionnelle et autonome pour assez peu d'effectif en plus.

Link to comment
Share on other sites

@mehari utilise l'appelation belge/UK, donc Section = groupe de combat en Fr, et peloton = section de combat en Fr

Section à 4 groupes de 8 + commandement + équipages d'engins, donne au minimum des sections (pelotons en Belgique) à 44 pax, ce qui a un impact fort sur les véhicules en termes d'emport, de poids, de volume ... Vu qu'il faut quasiement des engins pouvant emporter 12 pax (pour une répartition harmonieuse du groupe de commandement) .. Résultat un VBCI VTT sans tourelle est l'engin quasiement le plus léger pour emmener une telle section ... Ou bien on monte à 5 véhicules et donc 46 Pax au minimum, et je vous parle pas de l'org des sections d'infanterie blindée sur véritable VCI

Clairon

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 13/06/2024 à 11:58, Clairon a dit :

Résultat un VBCI VTT sans tourelle est l'engin quasiment le plus léger pour emmener une telle section ...

Un VBCI avec une tourelle téléopéré non pénétrante tu rentres jusqu'à 14 pax ... 12 ca laisse de la marge pour les munitions de l'armement téléopéré.

Au USA ils ont bien des unité motorisé sur Humvee ... ca n'a pas l'air de les déranger plus que ca d'avoir autant de chauffeur.

Sinon l'USMC rentre 22 pax dans ses AAAV ...

C'est plus un probleme de volonté et de doctrine qu'autre chose.

---

Et je le répète, c'est une forme de viscosité intellectuelle de refuser que les unité mécanisé soit organisé de la même manière que les différemment des motorisé.

Rien n'interdit si c'était à ce point indispensable d'organiser différemment les groupe des section mécanisé ... même si moi je ne vois pas d'impossibilité de groupe à 8 ... plutôt un refus argumenté par du conservatisme pathologique.+

---

VBCI philoctete ... un vrai camping car. Rien que la en config basse densité il y a 11 places.

jb5O8N4.jpeg

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Adoption du NLAW, mais pas que:

https://www.opex360.com/2024/06/13/les-regiments-dinfanterie-vont-renforcer-leur-trame-antichar-avec-des-missiles-a-courte-portee-nlaw/

(Post redondant et transverse avec dautres Item).

Je note que le combattant de demain sera encore moins monotâche et disposera de moyens importants. La formation et l'expérience auront une grande importance. Les ressources humaines et leurs qualités seront prépondérantes. Le volume sera-t-il suffisant pour la résilience et l'attrition, nonobstant l'emploi de la Réserve?

Beaucoup voudraient changer le format des Armées légitimement. La raison commande de bien analyser les moyens et ressources qu'il faudrait mettre en oeuvre avec les personnels qualifiés nécessaires. Il ne s'agit pas toujours d'arithmétique pour évaluer la progression envisagée.

Edited by Kamelot
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, g4lly a dit :

Un VBCI avec une tourelle téléopéré non pénétrante tu rentres jusqu'à 14 pax ... 12 ca laisse de la marge pour les munitions de l'armement téléopéré.

Au USA ils ont bien des unité motorisé sur Humvee ... ca n'a pas l'air de les déranger plus que ca d'avoir autant de chauffeur.

Sinon l'USMC rentre 22 pax dans ses AAAV ...

C'est plus un probleme de volonté et de doctrine qu'autre chose.

La réflexion est intéressante.

J'introduis une notion de prudence ou de modération avec les pertes au combat, voire l'attrition des moyens roulants. Faut-il tout mettre dans le même panier ou répartir un minimum?

Il sagit sûrement d'un équilibre à établir. Un exemple simple: même un trinôme aura des difficultés pour évacuer un camarade et se mettre à couvert si le véhicule ou engin est "neutralisé". Une destruction compliquerait des "effets" sur les éléments transportés. Quid des conséquences sur le reste de la "phalange"?

Organiner théoriquement la composition des groupes, la mamoeuvre et le feu sont nécessaires, penser à la résilience dans la durée relève de la réalité surtout sur un champs de bataille transparent.

Je ne suis pas un tacticien pour affirmer des solutions, d'où mes interrogations, d'autant que j'ai été formaté à l'époque des binômes... :tongue:

Edited by Kamelot
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, g4lly a dit :

Et je le répète, c'est une forme de viscosité intellectuelle de refuser que les unité mécanisé soit organisé de la même manière que les motorisé.

Rien n'interdit si c'était à ce point indispensable d'organiser différement les groupe des section mécanisé ... meme si moi je ne vois pas d'impossibilité de groupe à 8 ... plutot un refus argumenté par du conservatisme pathologique.+

Tout à fait, c'est d'ailleurs évoqué à mots couvert dans le dernier fantassins 52 que les différentes infanterie ne devraient plus nécessairement être organisées de façon identique.

"...Oui, le modèle du régiment d’infanterie à l’horizon 2030 est pour l’heure un modèle unique qui ne prend pas en compte les spécificités de nos brigades interarmes (lourdes, médianes-amphibies, légères TAP ou montagne) ni la diversité de nos régiments. Il devra donc être adapté à chaque situation pour mieux correspondre aux impératifs opérationnels des brigades ..."

On pourrait presque rêver de voir se créer une arme "Blindée lourde" alliant régiments de chars et régiments mécanisés ... Mais je crois en effet que les esprits ne sont pas prêts pour cela à l'EMAT ...

Clairon 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

3 hours ago, g4lly said:

Au USA ils ont bien des unité motorisé sur Humvee ... ca n'a pas l'air de les déranger plus que ca d'avoir autant de chauffeur.

Aux USA, les IBCT ne sont pas motorisées! Les HMMWV ont été ajoutés dans le contexte GWOT mais en général, l'IBCT travaille à pieds et dispose de camions (je ne sais plus à quel niveau mais c'est pas la compagnie de combat) pour le transport longue distance. Même la cavalerie n'y est pas entièrement motorisée. Voici l'étendue des véhicules d'une compagnie d'infanterie IBCT (2020):

Quote

IBCT%20infantry%20rifle%20company-01.png

 

Dans les cas où les HMMWV ont été utilisés, un membre de l'escouade fait office de chauffeur. Similairement, quand les Rangers partent en Pandur, des membres de la Weapons Squad sont utilisés pour fournir l'équipage des Pandur.

 

À l'avenir, les IBCT passeront sur ISV mais il n'y a pas d'équipage dédié.

 

3 hours ago, g4lly said:

Et je le répète, c'est une forme de viscosité intellectuelle de refuser que les unité mécanisé soit organisé de la même manière que les motorisé.

Rien n'interdit si c'était à ce point indispensable d'organiser différement les groupe des section mécanisé ... meme si moi je ne vois pas d'impossibilité de groupe à 8 ... plutot un refus argumenté par du conservatisme pathologique.+

Je suis confus ici. Tu n'étais pas en faveur d'une variation du peloton d'infanterie selon les branches par le passé? Pas mal de pays adaptent leur pelotons et sections aux contraintes de leurs véhicules.

Les Suédois sont à 6 et 8 sur les mécanisés et motorisés respectivement. Les Britanniques à 7 et 8 sur les mécanisés et légers. Les US ont une taille d'escouade fixe mais ont des variations de taille des escouades d'appui (aucune, 5, 9 dans les ABCT, SBCT et IBCT).

 

3 hours ago, Clairon said:

Section à 4 groupes de 8 + commandement + équipages d'engins, donne au minimum des sections (pelotons en Belgique) à 44 pax, ce qui a un impact fort sur les véhicules en termes d'emport, de poids, de volume ... Vu qu'il faut quasiement des engins pouvant emporter 12 pax (pour une répartition harmonieuse du groupe de commandement) .. Résultat un VBCI VTT sans tourelle est l'engin quasiement le plus léger pour emmener une telle section ... Ou bien on monte à 5 véhicules et donc 46 Pax au minimum, et je vous parle pas de l'org des sections d'infanterie blindée sur véritable VCI

Les Suisses le font mais ça vient avec un inconvénients. Le peloton dispose 4 groupes de 8, 2 équipages de 3, 2 équipages de 2 et un QG de 2 personnes. Pas de RTO, medic ou autres dédiés, pas de groupe d'appui.

Total de 44 montés sur Piranha IIC. J'ignore ce qu'ils ont comme espace pour des munitions de plus ou un concept weapons locker.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
Le 13/06/2024 à 15:55, mehari a dit :

Je suis confus ici. Tu n'étais pas en faveur d'une variation du peloton d'infanterie selon les branches par le passé? Pas mal de pays adaptent leur pelotons et sections aux contraintes de leurs véhicules.

Ma pensée à dérapé ... il fallait lire organiser "différemment" ...

Link to comment
Share on other sites

10 minutes ago, Clairon said:

Voila à quoi la compagnie d'infanterie 2030 ressemblera :

spacer.png

La section de combat

spacer.png

La section d'appui

spacer.png

Clairon

Je ne suis pas convaincu par cette section d'infanterie. On a le choix entre le LGI et les AT4 (les AT4 devraient pas être une autre option pour les ACCP?) et je ne sais pas pourquoi les ACCP et FM sont des binômes séparés alors qu'il s'agit d'armements personnels.

Et au final, ça fait peu de mitraille dans tout ça.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, mehari a dit :

Et au final, ça fait peu de mitraille dans tout ça.

Possiblement compensé par le remplacement des Minimi 5.56 par des Evolys 7.62?

Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, hadriel said:

Possiblement compensé par le remplacement des Minimi 5.56 par des Evolys 7.62?

Partiellement alors. L'augmentation de la puissance de la 7.62 va aider mais ça ne va pas non plus remplacer le pur volume et la durée de feu de la Minimi 5.56, avec ses poches de 200 coups et son canon à remplacement rapide.

Quand on regarde à l'étranger, les escouades à 1 seule mitrailleuse sont rares et présentes surtout à l'Est (Russie, Chine) et en général ils ont une autre position demandant un assistant dans l'escouade (en général un grenadier avec RPG-7 ou similaire). Leurs escouades sont aussi petites (6 hommes si le chef d'escouade débarque).

En Occident, j'ai surtout la Nouvelle-Zélande (mais ils utilisent la Minimi 7.62 avec un assistant dédié) et le Royaume-Uni en tête (qui viennent de passer de 2 à 1 en passant de la Minimi à la MAG). Dans certaines configuration, la Suède est aussi dans ce cas (mais cette situation est un choix vu qu'ils ont une MAG et 2 Minimi à disposition par groupe de 6 dans l'infanterie mécanisée).

 

Si on prend le cas de la Belgique (qui devrait aussi remplacer ses Minimi), on a déjà deux mitrailleuses par section. On peut donc considérer que le passage à deux Evolys (5.56 ou 7.62) n'est pas trop problématique vu que les deux peuvent alterner entre elles et qu'on a en plus une section d'appui au sein du peloton qui peut sortir 2 Minimi 7.62 ou une M2 si nécessaire.

 

Autre point plus ou moins problématique, la totale absence d'adjoint au chef de groupe. Celui-ci a 5 pions à superviser (3 binômes débarqués, 1 TP, 1 binôme véhicule) et je ne sais pas si il y a une position d'adjoint prévue pour diminuer la charge.

 

En ce qui me concerne, j'aurais arrangé la chose comme ceci:

  • CDG (416)
  • Adjoint (416 + GL40)
  • Grenadier (416 + GL51)
  • Tireur de précision (SCAR-H PR)
  • Mitrailleur 1 (Evolys)
  • Mitrailleur 2 (Evolys)
  • Fusilier 1 (416 + AT4/ACCP)
  • Fusilier 2 (416 + AT4/ACCP)

On pourrait arranger ce groupe en 2 équipes dirigée par le CDG et l'adjoint soit selon un format feu/contact (CDG/Gr/TP/M1 et A/M2/F1/F2) soit selon un format quasi-symétrique (CDG/Gr/M1/F1 et A/TP/M2/F2). Chaque équipe pourrait se diviser en binôme selon le besoin ou transférer des éléments entre elles.

Personnellement, j'aurais aussi essayé de garder le groupe d'appui pour opérer des Minimi 7.62/MAG, CG et/ou ACCP.

 

En l'état, j'ai l'impression que quelqu'un dans l'armée française a découvert le concept de binôme et a décidé que tout (NLAW, mitrailleuse, drone, etc.) devait être opéré par un binôme.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, mehari a dit :

Partiellement alors. L'augmentation de la puissance de la 7.62 va aider mais ça ne va pas non plus remplacer le pur volume et la durée de feu de la Minimi 5.56, avec ses poches de 200 coups et son canon à remplacement rapide.

Quand on regarde à l'étranger, les escouades à 1 seule mitrailleuse sont rares et présentes surtout à l'Est (Russie, Chine) et en général ils ont une autre position demandant un assistant dans l'escouade (en général un grenadier avec RPG-7 ou similaire). Leurs escouades sont aussi petites (6 hommes si le chef d'escouade débarque).

En Occident, j'ai surtout la Nouvelle-Zélande (mais ils utilisent la Minimi 7.62 avec un assistant dédié) et le Royaume-Uni en tête (qui viennent de passer de 2 à 1 en passant de la Minimi à la MAG). Dans certaines configuration, la Suède est aussi dans ce cas (mais cette situation est un choix vu qu'ils ont une MAG et 2 Minimi à disposition par groupe de 6 dans l'infanterie mécanisée).

 

Si on prend le cas de la Belgique (qui devrait aussi remplacer ses Minimi), on a déjà deux mitrailleuses par section. On peut donc considérer que le passage à deux Evolys (5.56 ou 7.62) n'est pas trop problématique vu que les deux peuvent alterner entre elles et qu'on a en plus une section d'appui au sein du peloton qui peut sortir 2 Minimi 7.62 ou une M2 si nécessaire.

 

Autre point plus ou moins problématique, la totale absence d'adjoint au chef de groupe. Celui-ci a 5 pions à superviser (3 binômes débarqués, 1 TP, 1 binôme véhicule) et je ne sais pas si il y a une position d'adjoint prévue pour diminuer la charge.

 

En ce qui me concerne, j'aurais arrangé la chose comme ceci:

  • CDG (416)
  • Adjoint (416 + GL40)
  • Grenadier (416 + GL51)
  • Tireur de précision (SCAR-H PR)
  • Mitrailleur 1 (Evolys)
  • Mitrailleur 2 (Evolys)
  • Fusilier 1 (416 + AT4/ACCP)
  • Fusilier 2 (416 + AT4/ACCP)

On pourrait arranger ce groupe en 2 équipes dirigée par le CDG et l'adjoint soit selon un format feu/contact (CDG/Gr/TP/M1 et A/M2/F1/F2) soit selon un format quasi-symétrique (CDG/Gr/M1/F1 et A/TP/M2/F2). Chaque équipe pourrait se diviser en binôme selon le besoin ou transférer des éléments entre elles.

Personnellement, j'aurais aussi essayé de garder le groupe d'appui pour opérer des Minimi 7.62/MAG, CG et/ou ACCP.

 

En l'état, j'ai l'impression que quelqu'un dans l'armée française a découvert le concept de binôme et a décidé que tout (NLAW, mitrailleuse, drone, etc.) devait être opéré par un binôme.

J'aime beaucoup ta conception, je lui apporte cependant plusieurs questions:

Place d'un drone dans le groupe de combat ?  Qui l'emporte ? 

Un 2e LG40 au niveau du CDG notamment?

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,982
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...