Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Emeutes et évolutions dans le monde Arabe


Recommended Posts

Mais l'ouvrir pour ne rien faire, alors ça c'est vraiment plus que débile.

+1 (et oui encore une fois on est d'accord  ;) )

et encore plus quand on connait la reculade du jour ("on va bombarder Kadaffi ..... s'il utilise des armes chimiques  :lol:)

nan sans deconner le président là c'est vraiment un guignol

pour l'intervention elle aurait été jouable si on avait fermé notre bouche et si on s'etait mis d'accord avec la ligue arabe

qui avait l'air chaude au début, moins maintenant, p'tete parceque les fameux revolutionnaires ne sont plus aussi sympathiques que cela pour une raison ou une autre, p'tete que ca craint d'appuyer une revolution alors qu'on est soit même dictateur, p'tete que maintenant que Fifi reprend la main ca le fait pas d'appuyer une intervention au profit de gars en guenilles et Ak rouillée

toujours est il que sur ce coup la Ligue arabe, les US et le conseil de l'europe (moins nous  :'() l'ont joués plus pragmatiques

Link to comment
Share on other sites

et encore plus quand on connait la reculade du jour ("on va bombarder Kadaffi ..... s'il utilise des armes chimiques  :lol:)

Combien on parie qu'il a balancé ça (la première annonce de bombardements) sans même consulter le CEMA auparavant ? Juste histoire de savoir si on pouvait le faire tout seuls, et même le faire tout court ?

Mes deux pattes à couper que nan !

nan sans deconner le président là c'est vraiment un guignol

Mais nan, t'es déprimé c'est tout.

Ca t'empêche (provisoirement je n'en doute pas) de percevoir la hauteur de vue de notre Bioutitul PR.

Ca va passer, t'inquiètes ....

F'in, je précise pas ce qui va passer, ta déprime, ou le règne du ... enfin de .... euuuhh .. l'Autre, là !

>:(

Link to comment
Share on other sites

Une petit chat du monde qui essaye d'expliquer la valse diplomatique

http://www.lemonde.fr/afrique/chat/2011/03/11/libye-la-diplomatie-ou-la-force_1491653_3212.html#ens_id=1481986

Dans un chat sur LeMonde.fr, Natalie Nougayrède, journaliste chargée des questions diplomatiques au "Monde", affirme qu'Alain Juppé a été stupéfait d'apprendre la reconnaissance de l'opposition libyenne par le chef de l'Etat.

Frédéric Faure : Disposons-nous en Europe de suffisamment d'informations pour pouvoir évaluer correctement la situation actuelle ?

Natalie Nougayrède : Il est frappant d'entendre les responsables occidentaux constater à quel point la situation sur le terrain reste difficile à cerner. On a peu de visibilité sur l'ampleur des exactions contre des civils et l'évolution des combats semble difficile à suivre.

Beaucoup d'ambassades ont été évacuées de Tripoli, et si des Européens ont pu être envoyés à Benghazi en éclaireurs ou en aides humanitaires, la capacité à suivre de près la ou les lignes de front semble limitée.

Roger M. : Pouvez-vous faire un point sur la position actuelle des Européens vis-à-vis de la Libye ? Si toutefois, il est possible de s'y retrouver !

Les Européens sont avant tout dans une posture de soutien politico-humanitaire à l'opposition au colonel Kadhafi. Mais il existe parmi eux, pour passer à une étape supérieure qui impliquerait des ressources militaires, de fortes divergences. La France et le Royaume-Uni semblent faire cavalier seul en invoquant une zone d'interdiction de survol et, plus encore, "d'autres options pour empêcher les attaques aériennes" contre l'insurrection.

L'Allemagne, qui traditionnellement rechigne à entrer dans des opérations militaires, a fortiori en Afrique, est opposée à l'emploi de la force.

Laurent : Du fait de l'opposition de la Russie et de la Chine à une opération militaire au conseil de sécurité de l'ONU, peut-on envisager une telle intervention sans l'accord de l'ONU ?

C'est peu probable, dans la mesure où toutes les capitales occidentales ont conditionné une intervention à l'existence d'une "base légale" incontestable. Celle-ci ne peut être apportée que par l'instance chargée de la paix et de la sécurité internationales, à savoir le Conseil de sécurité de l'ONU.

Certains diplomates invoquent, il est vrai, le précédent du Kosovo en 1999, quand l'OTAN avait bombardé les forces de Milosevic en l'absence d'un feu vert explicite de l'ONU. Mais un des facteurs majeurs qui empêchent une réédition de ce type de scénario est la guerre d'Irak, l'invasion d'un pays pour renverser un dictateur, une opération qui reste à ce jour un énorme point de contentieux sur la scène internationale.

Brice de Nice : Tout donne à penser que le président de la République a court-circuité son ministre des affaires étrangères en reconnaissant la légitimité des opposants à Kadhafi ? Est-ce la réalité ? Si oui, comment a réagi Alain Juppé ?

Oui, manifestement, le ministre des affaires étrangères n'a pas été tenu informé au préalable de la décision de Nicolas Sarkozy, qui a été annoncée par les représentants de l'insurrection libyenne, et non pas officiellement par l'Elysée. C'est un épisode pour le moins cocasse et qui a placé la France dans une position d'isolement, jeudi, à Bruxelles.

Alain Juppé, d'après les témoins, était stupéfait d'apprendre cette nouvelle par un appel téléphonique, alors qu'il était en entretien avec son homologue allemand, Guido Westerwelle.

Mike : La cellule diplomatique de l'Élysée est-elle toujours à la manœuvre ?

Elle est un des pôles actifs pour la prise de décisions, mais au bout du compte, c'est le chef de l'Etat qui fixe la ligne de façon assez personnelle. L'état-major particulier du président, en liaison avec les militaires, ainsi que le ministère de la défense, fournissent une expertise qui pèse évidemment.

Ades : Par quoi peut s'expliquer l'attitude de la France, beaucoup plus interventionniste que sur la Tunisie ou l'Egypte ? Changement de ministre ? Rattrapage de la part du président ? Proximité moins prononcée avec le régime de Kadhafi ?

Il y a un facteur de rattrapage après les "ratés" de la politique menée au moment des révolutions tunisienne et égyptienne. Il faut rappeler que la veille de la fuite de Ben Ali, le président égyptien, la France saluait, dans un communiqué, les réformes qu'il annonçait et après que son avion eut décollé vers l'Arabie saoudite, l'Elysée se contentait de prendre acte.

De même, quand Moubarak a démissionné, le 11 février, la France saluait son courage. Il y a eu un déficit de langage officiel français pendant toute une période pour saluer l'avènement d'un mouvement démocratique arabe.

J'observe que depuis qu'Alain Juppé s'est préparé à revenir au Quai d'Orsay, Nicolas Sarkozy et ses conseillers se sont employés à injecter plus de valeurs dans le discours, allant maintenant jusqu'à comparer les révolutions arabes à celle survenue en Europe de l'Est en 1989.

Il y a un autre facteur : la Libye n'est pas une ancienne colonie française, ce qui ouvre un espace pour une politique plus offensive. Nicolas Sarkozy est là en cohérence avec les explications qu'il avait fournies, fin janvier, dans une conférence de presse, selon lesquelles la France était tenue à une "réserve" s'agissant de son ancien empire colonial.

Pour le reste, on peut imaginer que se glisse dans tout cela une part de mauvaise conscience, car Nicolas Sarkozy avait offert au colonel Kadhafi sans doute sa plus grande "heure de gloire" sur la scène internationale, en l'accueillant en grande pompe à Paris fin 2007.

C'était la première fois que le dictateur libyen était reçu dans une capitale occidentale en visite d'Etat, après des années où il était un paria.

Azaharus : Qu'est-ce qui freine certains membres de l'Union européenne dans le soutien à l'initiative de Nicolas Sarkozy ? Intérêts nationaux vis-à-vis de la Libye de Kadhafi ou une sincère envie de non ingérence ?

Ce qui semble heurter le plus, c'est le solo absolu du président français, sans la moindre concertation avec ses partenaires. Cela suscite une réaction d'agacement, d'autant plus profonde, peut-être, qu'il est coutumier du fait. Le président français a l'image, en Europe, d'un dirigeant qui réagit de façon épidermique, certes actif, mais qui a trop tendance à chercher à passer en force.

L'Italie de Berlusconi a été dans un premier temps très réticente à prendre des mesures contre le pouvoir de Kadhafi, avec lequel Rome avait passé ces dernières années des accords importants sur les plans énergétique et migratoire. L'Allemagne, elle, se méfie d'une action militaire à caractère avant tout européen, comme ont pu sembler l'envisager Paris et Londres.

Car du point de vue de la chancelière Merkel, c'est l'OTAN qui est le mieux habilité à entrer en action s'il le faut.

Denis : Que veut l'Allemagne ? On a l'impression qu'elle traîne les pieds.

Sur cette affaire, il ne s'agit pas de faire une course à l'échalote, une compétition dans la surenchère pour savoir qui va le plus critiquer Kadhafi ou brandir la menace militaire.

Il s'agit de créer une mobilisation internationale suffisamment forte pour que le guide libyen renonce à la politique qu'il mène actuellement, ou pour que des pans entiers de son entourage se détournent de lui. En l'absence d'une résolution au Conseil de sécurité de l'ONU autorisant l'emploi de la force, une intervention militaire sur le territoire libyen ou dans les airs paraît une vue de l'esprit.

L'Allemagne, sans doute, met l'accent sur la nécessité d'apparaître unis sur le plan européen, et se méfie de ce qu'elle perçoit comme des initiatives intempestives françaises. Mais en réalité, c'est un grand désarroi qui domine tout le traitement de cette crise libyenne, je trouve. Personne ne semble savoir comment empêcher le pire, le maintien de Kadhafi et un cortège d'atrocités.

Il n'y a pas d'unité entre les grandes puissances sur ce dossier.

Vincent : Une intervention unilatérale de la France et de la Grande-Bretagne serait-elle viable sans le soutien de l'Italie et l'accès à ses aéroports ?

Sur le plan strictement militaire, les contacts officiels que j'ai pu avoir disent que l'aviation française pourrait très bien intervenir à partir de bases dans le sud de la France. Ainsi, des porte-avions ne seraient même pas nécessaires, car la Libye est si proche.

Mais l'ampleur d'une opération de frappe sur ce pays entraînerait des coûts et une mobilisation de ressources non négligeables pour les Français comme pour les Britanniques. C'est pourquoi, en toute hypothèse, le soutien américain serait recherché, ainsi que sur le plan logistique éventuellement, celui de pays du Golfe qui ont de bonnes capacités aériennes comme les Emirats arabes unis.

Léo : Une stricte intervention aérienne serait-elle suffisante pour aider les insurgés libyens à reprendre la main ?

C'est une très bonne question, car une partie des attaques menées par les forces gouvernementales libyennes se conduit de façon terrestre, avec des tanks et de l'artillerie. Mais ce n'est pas sans raison que les chefs de l'insurrection de Benghazi semblent avoir demandé des frappes aériennes sur certaines cibles militaires fidèles à Kadhafi.

HaCh. : Croyez-vous possible qu'une aide discrète en armes lourdes soit apportée aux insurgés, sans avoir à franchir tous les obstacles juridiques ?

On ne peut pas l'exclure, mais évidemment, cela ne sera jamais dit officiellement. La fourniture d'armes à la rébellion a été un thème évoqué au Congrès américain.

Le journal britannique The Independent a récemment affirmé que Washington s'était adressé aux Saoudiens pour qu'ils fournissent des armements aux rebelles libyens, ajoutant toutefois que Riyad avait refusé. Je ne dispose pas d'autres éléments.

Padrig : Sans aide en matériel militaire, quelle chance a l'opposition de se maintenir ?

Je ne peux pas apporter de réponse précise. Je sais simplement que les émissaires libyens qui étaient ces deux derniers jours en Europe exprimaient une forme de désespoir, affirmant à leurs interlocuteurs que si des soutiens militaires extérieurs – sans troupes au sol – n'intervenaient pas, une catastrophe pourrait se produire.

Olivier : Quelle est l'option la plus risquée : l'intervention ou l'inaction ? Peut-on se permettre de voir Kadhafi se maintenir au pouvoir ?

A ce stade, il est difficile de voir une issue favorable à cette crise, du moins qui ne passerait pas par de nouvelles violences. Si Kadhafi parvient à consolider ses positions et à rester au pouvoir, c'est un échec terrible pour toute la diplomatie internationale qui a été déployée ces dernières semaines.

Les sanctions, les gels d'avoirs, l'embargo sur les armes, l'entrée en jeu de la justice internationale, tout cela aura été mis en oeuvre pour rien.

Guest : A quel titre Bernard-Henri Levy est-il partie au dossier libyen ?

Il est devenu un acteur de ce dossier de façon spectaculaire en agissant comme une sorte de médiateur entre la base des rebelles libyens à Benghazi et l'Elysée. Il semble avoir contribué à la décision de Nicolas Sarkozy de reconnaître le conseil transitoire libyen, et beaucoup de responsables français se disent en privé très perplexes de cette influence subite.

Pour le philosophe, on peut imaginer que le dossier libyen entre en résonance avec d'autres combats médiatico-politiques qu'il a pu mener s'agissant de Massoud en Afghanistan, de Sarajevo assiégé, ou des rebelles du Darfour.

Sur le sujet du Darfour, on peut rappeler que "BHL" avait appelé la communauté internationale à armer la rébellion contre les forces de Khartoum. En plaidant pour des frappes aériennes contre les troupes de Kadhafi, il prend une posture extrêmement interventionniste dans un contexte de guerre civile.

Ines : Une intervention militaire ne provoquerait-elle pas une crise diplomatique majeure entre monde occidental d'une part, Chine et Russie de l'autre ?

Si elle se produisait en dehors d'un feu vert de l'ONU, oui. C'est pourquoi les Occidentaux, y compris ceux qui tiennent des discours plus offensifs, ne cessent de répéter que rien ne pourra être fait sur le plan militaire sans que cela soit autorisé par le Conseil de sécurité sous le chapitre VII de la Charte des Nations unies. Autrement, c'est toute la légitimité d'une intervention qui vole en éclats, et le spectre d'une invasion, modèle américain en Irak, qui commence à planer.

Cel : Existe-t-il une possibilité de voir les pays arabes, et en particulier l'Égypte, intervenir militairement en Libye ?

Cela paraît exclu. Même si les Egyptiens ont, semble-t-il, été sollicités sur ce thème par certains Européens. C'est un refus total qui a été exprimé au Caire, d'après mes informations, une des raisons étant qu'il existe encore un nombre considérable d'Egyptiens vivant en Libye.

Par ailleurs, on peut imaginer qu'ayant fort à faire pour stabiliser la situation politique intérieure en Egypte, les militaires qui tiennent la barre du pouvoir actuellement ne veuillent pas s'engager dans une aventure de cette sorte.

Jeanjo : La déclaration commune du sommet européen engagera-t-elle chaque membre de l'Union européenne ? Faut-il un accord général pour une intervention ? Les statuts de l'UE peuvent-ils permettre à la Grande Bretagne et à la France d'intervenir seules ?

Le document final du sommet ne comportera aucune décision sur la mise en oeuvre d'une zone d'exclusion aérienne, car il n'y a pas de consensus.

L'Union européenne en tant que telle n'apparaît pas comme un acteur militaire sur cette crise. Elle active son "soft power", son aide humanitaire, sa capacité d'exercer des pressions par des sanctions.

La France et le Royaume-Uni sont de fait les seules puissances européennes ayant les capacités, et semble-t-il une volonté politique, pour éventuellement agir militairement.

Si cela se produit, ce ne pourrait être que dans le cadre d'une coalition ad hoc en dehors de la politique européenne de sécurité commune, et en dehors de l'OTAN.


Pendant ce temps la nos voisins européen ironisent http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/03/11/sarkozy-semble-vouloir-abattre-kadhafi-tout-seul_1491575_3212.html

Link to comment
Share on other sites

A autant s'agiter, je vais finir par penser que PR joue l'intoxication à fond pour cacher qu'il n'a rien fait pour empecher le colonel K de recevoir du soutient depuis le Tchad et N'Djamena ou nous sommes présent.

Link to comment
Share on other sites

A autant s'agiter, je vais finir par penser que PR joue l'intoxication à fond pour cacher qu'il n'a rien fait pour empecher le colonel K de recevoir du soutient depuis le Tchad et N'Djamena ou nous sommes présent.

Je suis pas sur qu'il y ait quelques chose sous cette agitation a part des calculs de politique intérieure pour reprendre la une du JT de TF1.

Link to comment
Share on other sites

Je suis pas sur qu'il y ait quelques chose sous cette agitation a part des calculs de politique intérieure pour reprendre la une du JT de TF1.

Je vais finir par penser que c'était ça...

Enfin au début je me suis dis, soit c'est vrai et ça vas enfin bouger, soit il nous fait une brésilienne  :lol:

Ça deviens grave à la fin les gesticulations internationales, deux semaines qu'on parle d'une no flying zone et toujours rien...

En attendant Kadafi reprend du poil de la bête et les insurgés qui ont des chars et de l'artillerie n'ose pas les sortir à cause des hélico et avions de Kadafi.

Vas falloir qu'on se bouge, car la ligue arabe vas faire trainer les trucs, si Kadafi ne tombe pas ça vas refroidir les ardeurs des révolutions arabes et peut-être même y mettre fin, donc ça les arrange bien au final.

Pour une fois qu'on peut avoir le bon rôle dans l'histoire et qu'on nous le demande, une no flying zone plus une petite aide "logistique", comme ça pas d'ingérence, les révoltes pourrons continuer et les peuples arabes enfin devenir maitre de leurs destins et au diable le prix de l'essence qui risque d'exploser c'est bon pour la planète  :oops:

Link to comment
Share on other sites

Vas falloir qu'on se bouge, car la ligue arabe vas faire trainer les trucs, si Kadafi ne tombe pas ça vas refroidir les ardeurs des révolutions arabes et peut-être même y mettre fin, donc ça les arrange bien au final.

Et oui. Pas folle la guêpe.

De plus, il est toujours intéressant de voir que la Ligue arabe fait toujours faire les basses besognes par d'autre.

Link to comment
Share on other sites

Je suis pas sur qu'il y ait quelques chose sous cette agitation a part des calculs de politique intérieure pour reprendre la une du JT de TF1.

tient une petite question ,le premier ministre britannique Cameron ,il est pour une action militaire contre Kad ,est-ce que lui aussi a besoin de se redoré le blason en politique intérieure ?

si se n'est pas le cas ,pourquoi suit-il Sarkozy ?

qu'est -ce quand pense l'opinion public en GB de cette affaire Libyenne ?

vos avis ?

Link to comment
Share on other sites

Je suis pas sur qu'il y ait quelques chose sous cette agitation a part des calculs de politique intérieure pour reprendre la une du JT de TF1.

je suis pas sur, comme dit Gibbs les british aussi sont dans le coup.

Et puis faut arretter de prendre les gens pour des cons, ils voient très bien que si on parle et qu'on fait rien c'est ridicule.

C'est peut etre juste que Sarko sait pas tenir sa langue, ou alors il pense tout haut.

Ou alors il y a une évolution de la situation sur le terrain: c'est délicat ces trucs là, faut trouver le bon timing, attendre que la situation soit bien mure pour la faire basculer juste avec une petite pichenette bien placée. Mitterrand il était très fort pour ça.

Mais peut etre que ça a évoluée sur le terrain trop vite pour notre lenteur. Entre le moment ou Sarko a commencé a causer, juste après les troupes loyales a Kadaf ont remporté une victoire.

Aussi il y a peut etre des gens "raisonnables" qui se sont mis à donner des conseils: "oui mais l'ONU, l'UE, la Ligue Arabe etc" C'est sur que si on tient trop compte de ces trucs on fait jamais rien: on est tellement lié par plein de "machins" qu'il y a toujours une bonne excuse pour rien faire.  Oui mais bon fallait y penser avant de commencer a causer. Il y a quand meme un truc: apparement Juppé a apris nos vélléité d'intervention par les journaux. C'est pas sérieux.

Link to comment
Share on other sites

Comme quoi, dans une population, t'as toujours mille opinions et leur contraire.... Qué bordel, on comprendrait presque les autocrates :lol:!

En effet ils n'attendent plus que l'accord de la Ligue Arabe

La Ligue Arabe va salement tergiverser, et ce malgré même l'impopularité de MK en son sein :P.... Y'avait plus d'espoir avec l'ONU.

Mais le Sarko a cramé ses vaisseaux en prenant position si nettement; faut imaginer qu'il a bien conscience qu'en l'état des choses, il -et l'Angleterre avec, là- passera pour un vrai abruti si rien n'est fait. Vu les couacs des semaines précédentes, y'a quand même des chances qu'il veuille agir.... Ne serait-ce que pour cocher une case "+" dans la colonne "politique étrangère" pour 2012  :lol:.

Une révolte soutenue juste par des mots et finalement noyée dans le sang le ferait VRAIMENT passer pour un con, et pas qu'à l'international. Une révolte soutenue juste par des mots et qui finirait par l'emporter au finish le ferait un peu passer pour un con, et susciterait en tout cas beaucoup de "mais pourquoi qu'on a rien fait". Une révolte qui dure et s'établit en guerre civile permanente.... Oups :-[!

Ceci dit, sur un plan plus "Air Defense", ça ferait là un VRAI label "combat proven" pour le Rafale :lol:.

Link to comment
Share on other sites

Comme quoi, dans une population, t'as toujours mille opinions et leur contraire.... Qué bordel, on comprendrait presque les autocrates :lol:! La Ligue Arabe va salement tergiverser, et ce malgré même l'impopularité de MK en son sein :P.... Y'avait plus d'espoir avec l'ONU.

Mais le Sarko a cramé ses vaisseaux en prenant position si nettement; faut imaginer qu'il a bien conscience qu'en l'état des choses, il -et l'Angleterre avec, là- passera pour un vrai abruti si rien n'est fait. Vu les couacs des semaines précédentes, y'a quand même des chances qu'il veuille agir.... Ne serait-ce que pour cocher une case "+" dans la colonne "politique étrangère" pour 2012  :lol:.

Une révolte soutenue juste par des mots et finalement noyée dans le sang le ferait VRAIMENT passer pour un con, et pas qu'à l'international. Une révolte soutenue juste par des mots et qui finirait par l'emporter au finish le ferait un peu passer pour un con, et susciterait en tout cas beaucoup de "mais pourquoi qu'on a rien fait". Une révolte qui dure et s'établit en guerre civile permanente.... Oups :-[!

Ceci dit, sur un plan plus "Air Defense", ça ferait là un VRAI label "combat proven" pour le Rafale :lol:.

s'est pour sa que je me posais la question plus haut ,pourquoi camerone et d'accord avec sarko ?

j'ai pas l'impression que camerone soit du genre à se faire passé pour un blaireau (voir blair ave l'affaire irakienne ) ,alors qu'est ce qui motive la GB à suivre la ligne de sarko ?

Link to comment
Share on other sites

Le CDG est à Toulon. Instruction : être prêt à appareiller en 72h. Des perms ont été annulées.

Le porte-parole de la Ligue Arabe vient de s'exprimer. Il est pour les frappes ciblées et l'exclusion. Ils cherchent le consensus auprès de leurs membres.

Link to comment
Share on other sites

Je me demande surtout, en l'état des débats à la Ligue Arabe et à l'ONU, ce qui se passerait si la France seule, ou le duo France-Gibi, décidait d'agir de façon unilatérale: Chine et Russie ont dit des trucs, mais ne se prononcent pas réellement pour une position ferme, c'est-à-dire une position défendable par des sanctions/rétorsions et surtout pas par les armes. La Chine a évacué plus de 30 000 de ses ressortissants de Libye (c'est le moment, faut y aller tant qu'ils sont plus là, et pas les laisser revenir après :lol:) et a d'autres chats à fouetter que cette affaire qui en l'état n'est plus très "rentable" si MK reste en place. La Russie utilise la question pour d'autres raisons et n'en a rien à foutre de MK. Donc, au final, qui ça emmerderait (au sens impliquant des rétorsions) vraiment si France et Gibi passaient outre à trop de tergiversations? Il suffit d'avoir l'approbation verbale de la ligue Arabe, même pas une résolution venant d'un consensus, pour s'en servir comme prétexte; la déclaration du porte-parole pourrait être ainsi instrumentalisée et suffire pour passer outre au reste.

En l'état des choses, le bénef de la France est d'agir, même pas de laisser faire: NS a pris position et de ce fait imposé cette ligne de comportement comme la seule pouvant lui apporter un résultat positif. Même siça ne place pas la France en meilleure position sur le futur marché libyen, même si ça ne met pas en position pour prendre une plus grande part à l'exploitation du pétrole libyen, c'est un coup à jouer comme on en a pas eu depuis longtemps, et qui vaudrait une REELLE crédibilité politique pour un moment, avec de forts échos dans le monde arabo-musulman (en plus de la simple politique d'image), soit quelque chose de rentable politiquement. Sarko gâcherait vraiment une occasion en n'agissant pas, quitte à ruer un peu dans les brancards: s'il y a un moment où il faut dire merde à l'UE, et si besoin est à l'ONU, c'est maintenant! En l'état de la volonté réelle d'exercer des mesures variées de rétorsion par ceux qui soutiennent MK, directement ou non, il est même loisible de se demander s'il ne serait pas plus rentable politiquement d'agir unilatéralement: ça donne de la constitance et de la crédibilité.

Bon, en plus, favoriser un retour au calme avec un vrai poing (armé) sur la table, c'est de nature à calmer les marchés en redonnant de la visibilité sur l'appro pétrolier; plus vite ce sera fait, moins les anticipations seront exagérées (surtout par ceux qui en profitent).

Question technique; ce qui emmerde sur le plan opérationnel, apparemment, c'est le reliquat de capacités AA libyennes.... A la fois ce qu'il y a entre des mains hostiles et le fait que personne ne sache qui a quoi et se trouve où. La France a pas de capacité SEAD: la Gibi en a t-elle qu'elle peut employer à cette distance?

Autre détail: si on se mettait au volant grand public des psy-ops? Que la première bombe larguée soit filmée et la vidéo refilée aux journalistes, avec un petit grafiti dessus posé préalablement: "remember Lockerbie" :lol:!

Link to comment
Share on other sites

entièrement d'accord avec Tancrède, la France à une occaz unique de mener une opération qui pourrait être extrêmement rentable politiquement si elle marche... et si ça ne marche pas ça ne pourra pas être pire que de laisser Kadhaf reprendre la main en disant uniquement "c'est pas bien"

Link to comment
Share on other sites

Si seulement NS avait une réelle volonté de franchir le pas, quitte à se chier un peu dessus dans la ligne de conduite habituelle "se conformer à ce que dit l'ONU"; en l'occurrence, une action réussie étoufferait complètement les protestations en ce sens.... Surtout si, POUR UNE FOIS, on se préoccupait du volant média d'une telle action en faisant une vraie offensive médiatique: y'a des boîtes qui savent très bien faire ça (éviter à tout prix le service de presse de l'armée, lamantable à tous égards), et là, le spin serait un vrai multiplicateur de force politique.

Limite d'ailleurs s'il faudrait pas accompagner l'action et la sur-présence médiatique d'un peu de racolage facile sur supports multiples.... Qui veut des T-Shirts "remember Lockerbie" :lol:?

Link to comment
Share on other sites

Si seulement NS avait une réelle volonté de franchir le pas, quitte à se chier un peu dessus dans la ligne de conduite habituelle "se conformer à ce que dit l'ONU"; en l'occurrence, une action réussie étoufferait complètement les protestations en ce sens.... Surtout si, POUR UNE FOIS, on se préoccupait du volant média d'une telle action en faisant une vraie offensive médiatique: y'a des boîtes qui savent très bien faire ça (éviter à tout prix le service de presse de l'armée, lamantable à tous égards), et là, le spin serait un vrai multiplicateur de force politique.

Limite d'ailleurs s'il faudrait pas accompagner l'action et la sur-présence médiatique d'un peu de racolage facile sur supports multiples.... Qui veut des T-Shirts "remember Lockerbie" :lol:?

on pourrait rajouté souviens toi du DC10 d'UTA .

Link to comment
Share on other sites

Ca sonne moins bien: faut être médiatique :P! Et puis faut pas multiplier les variations sur le même thème, ça banalise l'effet. Une fois sur un thème.... Faudrait parachuter une tente de bédoin sur son bunker aussi, tiens :lol:.... Mais ça ferait peut-être un peu mesquin :lol:. En revanche, une unité FS installant sa tente dans le jardin de MK, ça vous aurait de la gueule au 20h :lol:!

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,665
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Godefroy de Bouillon
    Newest Member
    Godefroy de Bouillon
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...