Recommended Posts

il y a 26 minutes, Tancrède a dit :

Et ça, c'est beaucoup plus que juste de l'hubris: il y a vraiment une volonté active de démarrer de tels conflits et de les prolonger, sans grand souci de savoir s'ils peuvent même déboucher sur quelque chose. 

Oui y'a un peu des deux je dirais: autant sur l'Afghanistan on peut légitimement comprendre l'envie d'aller casser la gueule aux Taliban, autant l'Irak c'est clairement ce que tu décris, une confluence de néocons du PNAC avec leur délire de remodeler le proche orient, du complexe militaro-industriel (Haliburton avait quand même un président ou tout comme à la tête des USA), et peut-être de volonté de refaire le match de 91 chez certains.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le changement de régime, j'ai jamais vu de réussite, mais plus un bordel sans fin.

Je pense que revenir au source est mieux? genre tuer les élites qui s'opposent, s'assurer de la vassalité des autres et les laisser gérer le problème de la population, pendant que c'est open bar sur les ressources?? 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, hadriel a dit :

Oui y'a un peu des deux je dirais: autant sur l'Afghanistan on peut légitimement comprendre l'envie d'aller casser la gueule aux Taliban, autant l'Irak c'est clairement ce que tu décris, une confluence de néocons du PNAC avec leur délire de remodeler le proche orient, du complexe militaro-industriel (Haliburton avait quand même un président ou tout comme à la tête des USA), et peut-être de volonté de refaire le match de 91 chez certains.

Le problème est que même la relative légitimité de l'intervention en Afghanistan était pourrit d'avance parce que les intentions réelles sont en réalité pas différentes de ce qui se passe en Irak. Ils avaient que l'apparence de bonnes raisons parce que dans le fond le poisson a la tête qui pourrit depuis déjà bien longtemps. Les "bonnes raisons" ne sont qu'un moment des "mauvaises" pour paraphraser la citation de Debord de ma signature.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, pascal a dit :

le Vietnam c'était quoi ? :tongue:

le developpement de l'aero mobilité, l'engagement des boys, le developpement des armes et des vehicules blindés (qui n'auraient jamais pu avoir si le VN n'avait pas été en guerre)...

lobby pro armes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'espère que ces infos ne seront pas éclipsées dans la prochaine campagne électorale et même qu'elles en seront le point central le poil à gratter l'exemple de ce qu'il ne faut surtout plus faire mais il y a tellement de pognon à se faire pour le CMI les SMP que j'en doute : un "bon" attentat et le pouvoir en place s'emballe vers une nouvelle intervention

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'y a pour ainsi dire aucune chance pour que la politique extérieure occupe le devant de la scène dans l'élection, à moins d'un cataclysme d'une sorte ou d'une autre (ampleur 11 septembre/guerre en Irak) capable d'impacter la psyché nationale au point où elle en est. Les seules questions internationales qui ont une chance d'avoir le moindre poids sont celles des relations avec la Chine (dans la mesure où elles se rapportent au rééquilibrage du commerce, et où elles sont discutées sous l'angle de l'emploi) et l'immigration (là aussi, uniquement parce que c'est un phénomène directement et intimement lié à des questions intérieures). L'A-stan, c'est très loin, et il n'y a vraiment pas assez de troupes pour que quiconque en ait réellement quelque chose à foutre au point d'infléchir ses priorités de vote. On peut mentionner aussi les questions climatiques, mais c'est plus un point qui agite réellement à la gauche de la gauche (dans des proportions suffisantes pour toucher la décision de vote) et les déjà-convaincus (pas de changement de parti sur ce sujet), et c'est un point négatif pour l'électorat ouvrier/populaire qui y voit, du moins dans la façon dont cette gauche agite la chose, un danger pour son gagne-pain. C'est un débat tellement faussé et transformé en délire partisan que sa seule dimension internationale est devenue invocatoire: on n'aborde pas réellement la question parce qu'on n'a aucun pouvoir sur les décisions des autres pays (surtout ceux qui comptent dans le problème) et on brode une histoire délirante sur la chose, en décidant que "les autres" se conformeront au programme de tel ou tel, tout en transformant aussi, côté "vert", les choses décidées par le club international des bien-pensants en standard "chic" auquel il faut se conformer sous peine de faute de mauvais goût (Trudeau et toute son hypocrisie en la matière sont le modèle de tels comportements; l'Allemagne est pas mal non plus, et Macron en est la version "petits pieds"). 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, pascal a dit :

le Vietnam c'était quoi ? :tongue:

Un scandaleux détournement au profit des fournisseurs militaires de ressources qui auraient du revenir aux fournisseurs spatiaux :dry: !

Sérieusement, si les Etats-Unis n'étaient pas allés au Vietnam, ou bien s'ils en étaient partis doucement sur la pointe des pieds vers 1965-66, ils seraient restés sur la Lune. Et ils seraient probablement allés sur Mars vers 1990 voire dès 1986 comme le prévoyait le plan originel de la NASA. En moteur nucléaire.

Voir le Apollo Applications Program

La NASA propose plusieurs types de mission dont le lancement en orbite d'une station spatiale, des séjours prolongés sur la Lune mettant en œuvre plusieurs nouveaux modules dérivés du LEM, une mission habitée vers Mars, le survol de Vénus par une mission habitée, etc. Mais les objectifs scientifiques trop vagues ne réussissent pas à convaincre le Congrès américain beaucoup moins motivé par les programmes spatiaux « post-Apollo ». Par ailleurs, les priorités des États-Unis ont changé : les dispositifs sociaux mis en place par le président Lyndon Johnson dans le cadre de sa guerre contre la pauvreté (Medicare et Medicaid) et surtout un conflit vietnamien qui s'envenime prélèvent une part croissante du budget. Ce dernier ne consacre aucun fonds à l'AAP pour les années 1966 et 1967.

Il n'y aurait sans doute pas eu de mission vers les lunes de Jupiter en 2001, c'était un délai un peu ambitieux de toute façon. Mais de Lune à Mars ça aurait quand même été une vraie Odyssée de l'espace.

Et pourquoi est-ce que ça n'a jamais eu lieu ? Parce que l'argent n'est pas allé aux bons lobbys:pleurec: !

 

En plus, bien sûr, l'exploration de l'espace ça fait plutôt moins de morts que les guerres. Argument de beatnik, je sais :unsure: ...

 

Il y a 15 heures, kotai a dit :

Je pense que revenir au source est mieux? genre tuer les élites qui s'opposent, s'assurer de la vassalité des autres et les laisser gérer le problème de la population, pendant que c'est open bar sur les ressources?? 

Tiens, tu es très "Romain" aujourd'hui :happy: ?

Parcere subjectis et debellare superbos

"Pardonner aux vaincus et vaincre les rebelles" (Virgile, traduction de Victor Hugo)

Bon, Virgile n'a pas parlé de se goinfrer avec les esclaves et les ressources, mais c'était sous-entendu...

 

Attention, les paroles d'invocation ("Romain") ont été prononcées, apparition de Tancrède sur le sujet dans 5, 4, 3... :tongue:

 

Il y a 1 heure, Tancrède a dit :

Les seules questions internationales qui ont une chance d'avoir le moindre poids sont celles des relations avec la Chine (dans la mesure où elles se rapportent au rééquilibrage du commerce, et où elles sont discutées sous l'angle de l'emploi) et l'immigration (là aussi, uniquement parce que c'est un phénomène directement et intimement lié à des questions intérieures).

Rôoooh, tu as oublié l'Ukraine - essentiel ! - et la Russie - encore plus !

Et pas du tout pour des raisons de basse politique de basse-cour intérieure et caquetages divers, attention ! Pas parce que tout le monde s'envoie des accusations et noms d'oiseaux faisant intervenir ces pays pour de bas motifs intérieurs, oh non !

C'est de la politique étrangère, Môoossieur ! On n'est pas du tout en train de prendre ces pays comme simple toile de fond d'hallucinations, montages et magouilles diverses, pas de ça chez l'Oncle Sam !

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
49 minutes ago, Alexis said:

 

 

Rôoooh, tu as oublié l'Ukraine - essentiel ! - et la Russie - encore plus !

Et pas du tout pour des raisons de basse politique de basse-cour intérieure et caquetages divers, attention ! Pas parce que tout le monde s'envoie des accusations et noms d'oiseaux faisant intervenir ces pays pour de bas motifs intérieurs, oh non !

C'est de la politique étrangère, Môoossieur ! On n'est pas du tout en train de prendre ces pays comme simple toile de fond d'hallucinations, montages et magouilles diverses, pas de ça chez l'Oncle Sam !

Honni soit qui mal y pense!

Mais même ça, je pense qu'ils (surtout les démocrates) sont en train d'épuiser le filon: ils l'ont quasiment inventé de toute pièce depuis 2016, et ont trait cette vache à un point tel que la capacité du bouzin à retenir l'attention, voire à susciter l'indignation, a drastiquement baissé, surtout hors de l'électorat hyper partisan (dont le vote ne change pas quoiqu'il arrive), voire est devenu contre-productif (chez les indépendants/modérés). Et l'élection doit attendre encore presque un an. Je ne doute pas qu'ils essaieront (ils ont montré qu'ils étaient prêts à le faire au-delà de l'absurde, avec la complicité de médias en mal de scandale permanent et s'accrochant à la trame narrative établie), et que des opérations médiatiques seront orchestrées à grand écho à des moments jugés cruciaux de la campagne, pour occuper le terrain médiatique, occulter des infos défavorables (pratique, quand 80% des médias bossent pour vous) ou attaquer un adversaire pour qui les choses marchent trop bien si besoin est, mais je ne suis vraiment pas sûr que l'impact soit ce que ces gens imaginent. C'est juste la seule cartouche qu'ils voient, et qu'ils ont eu tendance récemment à voire comme une planche de salut face à des primaires plutôt décevantes, animées par des candidats jugés décevants. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
31 minutes ago, Akhilleus said:

J'aurais bien aimé dire "le roi est nu" après les Afghanistan papers

Dans n'importe quel pays, des têtes seraient tombées, une réflexion aurait été menée et il en serait sorti quelquechose

Dans n'importe quel pays sauf les USA.

C'est pas comme si le mensonge et la manipulation d'état n'était pas une de leur constante depuis le Vietnam en passant par la GW2

Mais bon, c'est les gentils "freedom11!!11" défenseurs de la liberté

Donc que des administrations aient mentis à ce niveau à leur population, ca va ronchonner 5 minutes dans les chaumières et ensuite voir quel dernier Iphone on peut s'offrir avec la carte de crédit du Wallmart d'à coté

Un coup d'épée dans l'eau, malheureusement

Outre le fait que le public a été de fait rendu complètement blasé sur de tels sujets depuis longtemps, tant et si bien que les "secrets" fuités par le document ne sont pour l'essentiel pas des révélations, deux choses démolissent ce qu'il aurait pu rester d'audience significative à l'article:

- tous les médias sont en "mode Trump" permanent avec le degré d'intensité accru de la campagne électorale (quoiqu'ils soient désormais en mode campagne en permanence) = tout le monde s'en fout d'en faire un sujet majeur, même si cela s'ajoutera, comme une goutte d'eau anonyme à un vaste lac, à la rubrique "regime change wars"/corruption du complexe militaro-industriel, sans grandement en changer la donne. De ce côté, c'est peut être bon signe: s'il est triste que personne ne veuille s'intéresser au sujet en particulier, qui le mérite, la récrimination plus générale contre le thème plus général qu'il reflète, elle, est bien réelle et compte dans la balance du vote

- Ca va pas dans le sens "orange man bad", donc ça n'est pas de l'info selon les médias actuels.... Et en plus, la plupart des élites n'aiment pas qu'on regarde ces sujets de trop près et qu'on commence à se demander où va l'argent et si une telle politique extérieure est bien utile, intelligente ou pertinente. Là, ça veut dire qu'il y a des forces actives, au-delà du désintérêt de l'audience, qui agiront pour que l'article ne fasse pas tache d'huile et qu'il soit vite enterré dans le flux immense et permanent d'une actualité publiée pour l'essentiel inutile, manipulative et fausse. Rien de spectaculaire, juste des coups de fil et quelques conversations là où des éditeurs/directeurs de rédac ne savent pas déjà ce qu'il faut en faire, si tant est qu'il y en ait besoin puisque, déjà à la base, le buzz sera minime. On ne conteste pas les fondamentaux de la politique extérieure, aussi creux et répétitifs qu'ils soient. Et orange man bad. 

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Akhilleus a dit :

J'aurais bien aimé dire "le roi est nu" après les Afghanistan papers

Dans n'importe quel pays, des têtes seraient tombées, une réflexion aurait été menée et il en serait sorti quelquechose

Dans n'importe quel pays sauf les USA.

C'est pas comme si le mensonge et la manipulation d'état n'était pas une de leur constante depuis le Vietnam en passant par la GW2

Mais bon, c'est les gentils "freedom11!!11" défenseurs de la liberté

Donc que des administrations aient mentis à ce niveau à leur population, ca va ronchonner 5 minutes dans les chaumières et ensuite voir quel dernier Iphone on peut s'offrir avec la carte de crédit du Wallmart d'à coté

Un coup d'épée dans l'eau, malheureusement

Il est vrai que dans l'affaire du rainbow warrior , le président de la république et le ministre de la défense ont démissionné. Car comment une démocratie peut vivre avec une telle tâche!

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, kotai a dit :

Il est vrai que dans l'affaire du rainbow warrior , le président de la république et le ministre de la défense ont démissionné. Car comment une démocratie peut vivre avec une telle tâche!

Maximum whataboutism achieved..

A part ca quelque chose d'intelligent a dire sur le sujet plutot que de troller?

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Tancrède a dit :

Outre le fait que le public a été de fait rendu complètement blasé sur de tels sujets depuis longtemps, tant et si bien que les "secrets" fuités par le document ne sont pour l'essentiel pas des révélations, deux choses démolissent ce qu'il aurait pu rester d'audience significative à l'article:

Sans relativiser le moins du monde, un autre aspect expliquant l'apathie : ces révélations ne sont pas des surprises. Il ne s'agit que de confirmation, de réchauffé en fait. Qui a jamais cru ici que le Pentagone faisait des progrès ? Personne, depuis longtemps. Eh bien c'est pareil aux US parmi les gens qui pensent à ces choses là.

Ces révélations n'en sont pas, et provoquent donc peu de choses.

La chose "amusante" c'est côté taliban non plus, on ne fait pas grands progrès...

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Akhilleus a dit :

Maximum whataboutism achieved..

A part ca quelque chose d'intelligent a dire sur le sujet plutot que de troller?

C'est kotai. On l'utiliserait bien pour le quota handicapés, mais les vrais handicapés se sentiraient insultés.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Boule75 a dit :

Sans relativiser le moins du monde, un autre aspect expliquant l'apathie : ces révélations ne sont pas des surprises. Il ne s'agit que de confirmation, de réchauffé en fait. Qui a jamais cru ici que le Pentagone faisait des progrès ? Personne, depuis longtemps. Eh bien c'est pareil aux US parmi les gens qui pensent à ces choses là.

Ces révélations n'en sont pas, et provoquent donc peu de choses.

C'est aussi ce que semblaient penser les journalistes défense US que je suis sur twitter...

Il faut ajouter aussi que dans les mensonges, il faut aussi voir le facteur "se leurrer soi-même" : les participants veulent croire que ce qu'ils font est utile et fait avancer les choses.

Et si on vous présente "ce qu'ils disaient en public" vs "ce qu'ils disaient en privé", il ne faut pas oublier que dans un rapport d'activité ou un communiqué de presse, on décrit ce qu'on fait, alors que dans un retex ou une histoire interne faite après-coup, on va chercher à pointer les problèmes qu'on n'a pas su régler pour aider ses successeurs... ça ne veut pas dire double langage, simplement qu'on examine la même situation sous deux angles différents (et complémentaires).

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Rob1 a dit :

C'est aussi ce que semblaient penser les journalistes défense US que je suis sur twitter...

Il faut ajouter aussi que dans les mensonges, il faut aussi voir le facteur "se leurrer soi-même" : les participants veulent croire que ce qu'ils font est utile et fait avancer les choses.

Le souci est qu'il semble vraiment y avoir ce doublethink Orwellien aux États-Unis, où tout le monde sait que c'est faux mais semble vraiment croire à ce qui est su comme étant faux. Un peu comme si le consensus était que c'est la réalité qui a tort et qu'elle finira tôt ou tard par s'adapter elle aussi. Une doctrine qui fonctionnait plus ou moins quand les US bénéficiaient de l'avantage comparatif colossal d'après-guerre, mais qui se pète la figure de tous les côtés maintenant qu'il y a des concurrents sérieux qui ne jouent pas ce jeu : il faut imaginer un instant 1984 si seule une des trois superpuissances agissait comme elles le font toutes dans le livre, en gaspillant délibérément des ressources sans autre but que de créer de la pénurie interne, en éliminant toute forme de méthodologie et de respect de la réalité... en fait, ce que les Allemands ont fait pendant la Guerre avec les résultats que l'on sait (sauf que je ne veut pas comparer les USA actuels avec les Allemands de la Guerre, loin de là).

Mais ce doublethink ? Il est là, et de façon très répandue.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens au fait.

Le rapport Mueller non expurgé a été dévoilé. Les Dems avaient dès le début décidé de ne pas l'utiliser.

Aucune influence d'un "Deep State" ou autre dans le lancement de l'enquête russe, selon le nouveau directeur du FBI, ce qui a eu le don d'énerver Trump.

Trump vient d'être condamné à verser deux millions de dollars pour mésusage de sa fondation (il avait commandé un portrait géant de lui même).

Inquiétudes quant aux effets de la procédure d'impeachment des élus de circonscriptions gagnées par Trup lors des présidentielles. A l'inverse, certains républicains (dont Mit Romney) seraient asssez tentés de voter pour.

Criailleries?

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quote

Après la fusillade de Pensacola, le Pentagone suspend l'entraînement des militaires saoudiens aux États-Unis

Le matin du 6 décembre, le sous-lieutenant Mohammed Saeed Alshamrani, de la Royal Saudi Air Force [RSAF] a ouvert le feu avec un pistolet Glock Model 45 de 9 mm dans une salle de classe de la base aéronavale de Pensacola [Floride], où il suivait une formation dans le cadre de la coopération militaire entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite. La fusillade a fait trois tués [Joshua K. Watson, Mohammed S. Haitham et Cameron S. Walters] et huit blessés parmi les marins américains.

Auparavant, l’officier saoudien, abattu par la police, avait violemment critiqué les États-Unis et cité Oussama ben Laden, le fondateur d’al-Qaïda. En outre, lui et trois de ses camarades avaient regardé des vidéos de fusillades ayant lieu sur le sol américain, lors d’un dîner qu’il avait organisé. Quant à l’arme utilisée, il est apparu qu’il se l’était procuré légalement quelques semaines plus tôt.

Au regard de ces éléments, le FBI a indiqué, deux jours plus tard, qu’il considère cette fusillade comme un « acte terroriste ». « Notre objectif principal est de déterminer s’il [le tireur] a agi seul ou s’il faisait partie d’un réseau plus large », a expliqué l’un de ses responsables, lors d’une conférence presse.

Cela étant, plusieurs élus américains ont demandé la suspension des formations dispensés aux militaires saoudiens aux États-Unis. « L’Arabie saoudite est un allié, mais il y a ici quelque chose de fondamentalement mauvais. Nous devons ralentir ce programme et le réévaluer », a ainsi fait valoir le sénateur républicain Lindsey Graham. « Nous ne devrions pas accueillir de nouveaux étudiants saoudiens tant que n’avons pas absolument confiance en notre processus de contrôle », a également estimé Matt Gaetz, membre de la Chambre des représentants.

Et ces demandes ont été entendues. Dans un premier temps, l’US Navy a en effet annoncé, le 10 décembre, la suspension de la formation de 303 stagiaires saoudiens alors en cours sur les bases navales de Pensacola, Mayport et Whiting Field. Puis, plus tard, et a priori en accord avec Riyad, le Pentagone a étendu cette mesure à l’ensemble des militaires saoudiens présents sur le sol américain.

« L’entraînement opérationnel des militaires saoudiens reprendra à l’issue d’une révision des procédures de sécurité et de vérification des antécédents de tous les militaires étrangers actuellement formés aux États-Unis », a ainsi indiqué un haut responsable du Pentagone. Ce qui devrait prendre entre cinq et dix jours.

Cette mesure « s’appliquera à tous les étudiants saoudiens présents aux États-Unis. Ils continueront donc tous à suivre une formation en classe, mais la formation opérationnelle sera suspendue au cours de cet examen », a précisé un responsable, cité par Military.com.

Étant donné que l’équipement des forces armées saoudiennes est en grande partie d’origine américaine, environ 28.000 militaires saoudiens ont été accueillis aux États-Unis depuis que ces programmes de formation ont été mis en place au titre de la coopération militaire entre Riyad et Washington.

Dans une note publiée cette semaine, le secrétaire adjoint à la Défense, David Norquist, a assuré que les procédures de sécurité et de filtrage des stagiaires étrangères suivant une formation aux États-Unis allaient être réexaminées.

Ainsi, il a été demandé au renseignement américain de « prendre des mesures immédiates pour renforcer la vérification des antécédents des stagiaires militaires étrangers et de terminer, d’ici 10 jours, un examen des politiques et procédures de filtrage de ces dernier avant de leur accorder l’accès aux bases » américaines.

« Ces efforts viseront à aligner plus étroitement les procédures de vérification IMS [International Military Students] avec celles que nous appliquons au personnel américain », a expliqué M. Norquist.

A priori, ces mesures vont également concerner les militaires français, en particulier les élèves-pilotes de l’aéronautique navale, dont une partie de la formation se fait à Whiting Field [Floride] ainsi qu’à Meridian [Mississipi]. Par ailleurs, il est à noter que la France accueille également des stagiaires saoudiens dans ses écoles militaires.

Quoi qu’il en soit, il n’est évidemment pas question pour le Pentagone de mettre un terme aux formations qu’il propose aux forces armées étrangères. « Cela aurait un effet négatif », a commenté le général David Goldfein, le chef d’état-major de l’US Air Force, lors d’un évènement au Reagan National Defence Forum, le 7 décembre. « Le plus grand impact serait sur nos alliés et partenaires et sur l’interopérabilité. […] Ma plus grande préoccupation est que nous nous éloignions de ces relations clés et des gens dont nous savons que nous avons besoin lorsque nous partons au combat », a-t-il ajouté.

Avec ces programmes de formation, « nous disposons de quelque chose que n’ont pas nos adversaires potentiels, comme la Russie et la Chine. […] La possibilité de faire venir ici des étudiants étrangers pour s’entraîner avec nous, pour comprendre la culture américaine, nous est très importante afin de construire ces relations au long cours qui contribuent à notre sécurité », a confirmé Mark Esper, le chef du Pentagone.

http://www.opex360.com/2019/12/11/apres-la-fusillade-de-pensacola-le-pentagone-suspend-lentrainement-des-militaires-saoudiens-aux-etats-unis/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un exemple qui s'inscrit dans une désormais longue lignée, qui continuera à s'allonger via le déni coupable des médias et décideurs:

https://edition.cnn.com/2019/12/11/us/jersey-city-new-jersey-shooting-wednesday/index.html

Une fusillade dans un marché kasher, qui a toutes les apparences de l'antisémitisme, et qui ne sera pas traitée comme telle, ou quand elle le sera, n'aura pas le traitement "habituel" des fusillades, ce qui arrive quand celles-ci ne correspondent pas à la trame narrative voulue. La longue lignée d'exemples renvoie à la recrudescence d'actes, y compris violents, antisémites, qui ne sont PAS liés à des nazillons, dont le nombre ne change pas, ou baisse, et l'âge moyen augmente; la montée de tels actes vient de certaines portions de la population noire, de la communauté musulmane et de certains groupes de gauche, et ça, on n'en parle pas ou peu, ou on étouffe aussi vite que possible, non seulement dans les médias, mais aussi en politique: dans les Etats "bleus", et en particulier à NY, on tait ces choses, on les classifie différemment, ou on les nie, comme à Brooklyn, où la nombreuse population juive orthodoxe est depuis un bout de temps victime de nombreuses attaques de plus en plus violentes dont il est rare que les élus locaux les qualifient de "crimes de haine" ou de "crimes antisémites", parce que les criminels.... Sont noirs. 

Et ici, on a la même chose: l'article est susceptible de changer (sans que ce soit signaler: shadow editing), mais au moment où je mets le lien, et alors que l'attentat remonte à hier et que la chose a été signalée ailleurs depuis un moment, CNN, dans cette page pourtant sortie il y a moins d'une heure, à aucun moment ne qualifie le crime ni n'identifie les criminels, ce qui est le signe immanquable qu'ils ne sont pas blancs. S'ils l'avaient été, ça aurait été publié alors que les balles sifflaient encore. Ici, il s'agirait d'un couple d'afro-américains membres d'un groupe antisémite bien connu, les "Hebrew Israélites" (un délire comme quoi les noirs sont les vrais juifs, et ceux portant le qualificatif sont des usurpateurs criminels ou un truc dans le genre), qui s'étaient déjà signalé au moment de l'affaire dite des "Covington kids" (ces gamins qui avaient été lynchés médiatiquement pour le crime de se tenir debout avec des casquettes MAGA pendant qu'ils se faisaient harceler, insulter et filmer). 

On peut garantir que la chose sera enterrée aussi vite que possible: "not within the narrative". 6 morts quand même (les 2 criminels, 3 civils et un flic), et aucun risque que le problème soit diagnostiqué. Bienvenue dans le monde de l'intersectionalité présidant aux décisions éditoriales et policières. 

 

Edited by Tancrède
  • Thanks 2
  • Confused 1
  • Sad 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je dois admette, Tancrède, si tu ne nous le rappelais pas toutes les huit secondes, on pourrait penser que tu es obsédé par la justice sociale. Est-ce que tu répètes aussi régulièrement à tes proches que tu n'es pas homo ?

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, Rufus Shinra a dit :

Je dois admette, Tancrède, si tu ne nous le rappelais pas toutes les huit secondes, on pourrait penser que tu es obsédé par la justice sociale. Est-ce que tu répètes aussi régulièrement à tes proches que tu n'es pas homo ?

Bon, moi je reste à distance prudente, mais j'observe quand même hein... plutôt curieux de la suite :smile:

Nan, parce qu'à mon avis :happy: ...

Révélation

hqdefault.jpg

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
3 hours ago, Rufus Shinra said:

Je dois admette, Tancrède, si tu ne nous le rappelais pas toutes les huit secondes, on pourrait penser que tu es obsédé par la justice sociale. Est-ce que tu répètes aussi régulièrement à tes proches que tu n'es pas homo ?

En l'état des choses, j'en parle parce que c'est une force sociale/culturelle majeure de notre époque, en pleine croissance et intégration (à des niveaux toujours plus fins) à notre société, qui essaie de remplir le grand vide spirituel des sociétés développées post-chrétiennes (la nature a horreur du vide), et s'incarne sous la forme de forces sociales et politiques de plus en plus vaste, influentes et dangereuses, formulée sous les oripeaux d'une idéologie absolutiste plutôt agressive. Les axes de pénétration en sont les médias et médias sociaux, l'éducation, les mouvements de "représentation" (et la sphère associative avec), le divertissement, et maintenant la politique. La chose me frappe comme extrêmement prégnante, insidieuse, organisée, de grande ampleur aujourd'hui, et terriblement dangereuse en ce qu'elle se pose directement en opposition avec l'ordre dit libéral des démocraties actuelles, comme système religieux complet de remplacement, encompassant, de manière bien totalitaire, tous les aspects, même les plus anecdotiques, de la société, s'imposant graduellement comme catéchisme de substitution jusque dans les plus petites classes des maternelles. 

C'est pas pour autant que je suis obsédé par la chose: choqué à l'occasion, je suis plutôt fasciné par l'ampleur du phénomène et son champ d'application, un peu comme assister à la christianisation de la société impériale romaine en temps réel. Et je ne vois surtout pas de force concurrente encore capable de s'y opposer, sinon en ordre dispersé et sur un nombre plus limité de sujets. Dans la bataille sur la libre expression, je serai le premier à reconnaître que "l'ancien système", aux USA représenté parce qui s'appelait jadis la "moral majority" (les religieux, surtout évangéliques), qu'on pourrait aussi appeler les "MJW" (Moral Justice Warriors), n'est qu'un compagnon de circonstances qui essaierait de brider la libre parole de la même façon s'il en avait encore l'occasion. Mais c'est une force finie en tant que segment démographique et institutionnel décisif: ils pèsent encore, mais plus assez, et sont sur le recul.

Et quand on veut envisager/prévoir ce qui va se passer dans l'arène politique d'une société, d'un pays, y compris dans ses choix géostratégiques (notamment la place de la dépense militaire, la GRH dans les armées et son impact sur les capacités), c'est pas le genre de choses qui se néglige quand la taille critique est atteinte. 

 

Et sur le post que j'ai mentionné en particulier, c'était plus en rapport avec le fait de l'antisémitisme moderne et de son déni par les forces sociales/politiques "qui comptent", garantissant d'autant son développement, ce qui peut sembler, post-XXème siècle, un tantinet choquant, ne serait-ce qu'en considérant le rôle utile de système d'alerte préventif que la communauté juive a toujours représenté par ce qu'elle prenait dans la gueule à certains moments de l'histoire d'un pays, parce qu'elle était rarement la seule dans son cas. Ici, les juifs n'étant pas super bien cotés sur l'échelle intersectionnelle, et une grosse partie de ceux qui donnent dans l'antisémitisme actif étant mieux placés, ça aide à souligner le développement, ou l'approfondissement, de lignes de fractures de plus en plus sérieuses dans la société américaine, prélude à de possibles changements d'alignements politiques. 

Edited by Tancrède
  • Like 1
  • Haha 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,486
    Total Members
    1,550
    Most Online
    ThomasM
    Newest Member
    ThomasM
    Joined
  • Forum Statistics

    20,844
    Total Topics
    1,299,761
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries