Recommended Posts

il y a 1 minute, nemo a dit :

Mais est ce une première? N'y a-t-il pas des lycée nommer après des artistes étranger notamment? Picasso au hasard.

Picasso a fait toute sa carrière en France.

Et tant qu'à faire de piocher des figures à l'étranger, pourquoi pas un européen ou une européenne, ou encore une chinoise ou un coréen ?

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui est reproché à cette ré-nomination c'est le fait que Rosa Parks soit américaine ... Néanmoins son combat est universel basé sur une quête d'égalité et de tolérance. Rappelons pourquoi cette dame est devenue célèbre

Citation

Elle est devenue célèbre le 1er décembre 1955, à Montgomery (Alabama) en refusant de céder sa place à un passager blanc dans l'autobus conduit par James F. Blake. Arrêtée par la police, elle se voit infliger une amende de quinze dollars. Le 5 décembre 1955, elle fait appel de ce jugement. Un jeune pasteur noir de vingt-six ans, Martin Luther King, avec le concours de Ralph Abernathy, lance alors une campagne de protestation et de boycott contre la compagnie de bus qui dure 380 jours. Le 13 novembre 1956, la Cour suprême des États-Unis casse les lois ségrégationnistes dans les bus, les déclarant anticonstitutionnelles.

En fait son action est un symbole universel ... Un peu comme le Guernica de Picasso

il y a 27 minutes, Snapcoke a dit :

Je propose georgefloydon...

 

Dernier avertissement ...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Benoitleg a dit :

Ils rasent la moitie du Mont Rushmore après (pour moitié des possesseurs d'esclave) ?

C'est une idée qu'ils défendent.
Mais ne vous y trompez pas, ce n'est pas une histoire de confédération ou d'esclavagisme.
Ils ont abattu la statue d'Ulysse S Grant, l'ancien président, qui était général en chef des armées du nord et a littéralement libéré les esclaves!

Et même celle de Francis Scott Key qui a écrit les paroles de "the star spangled banner", l'hymne des USA!

https://www.marinij.com/2020/06/20/junipero-serra-statue-toppled-at-golden-gate-park/

 

Ulysses S. Grant a en tout et pour tout eu UN esclave, qui lui a été offert, il détestait l'idée et l'a affranchi dans l'année!

https://www.foxnews.com/us/statue-monument-vandalized-torn-down-protest

Ils veulent maintenant que les écoles nommées Washington et Jefferson soient renommées!

Jusqu'à quand les USA vont-ils se coucher devant cette minorité d'excités du bulbe encore plus racistes que ceux qu'ils prétendent combattre, et qui prétendent devenir une force politique???

 

C'est pas juste une attaque contre les confédérés ou les esclavagistes. C'est contre les USA de manière générale. Je suis désolé c'est juste flagrant. C'est même pas contre "la suprématie blanche". Non, c'est juste contre les blancs en général. C'est signé, c'est clair et net.

Et les 1%, grosses boites, gros milliardaires etc, sont à fond derrière à leur filer du fric!

 

Maintenant ça veut supprimer les écoles nommées d'après Jefferson et Washington!

Il y a aussi une controverse avec une marque de sirop appelée "aunt Jemima" et supposément raciste (???) car présentant un visage de femme noire radieux... Le gag étant que la marque avait été créée il y a trèèèès longtemps pour justement habituer les gens à voir un visage de femme noire comme quelque chose de commun dans la vie de tous les jours.

Tim Pool en parle dans cette vidéo en confiant qu'il pense que c'est un symbole raciste, j'ai pourtant lu pas mal de témoignages de noirs sur twitter dire que ça ne l'est pas du tout.

 

Il y a 6 heures, pascal a dit :

Ce qui se passe aux States est avant tout une crise sociétale profonde qui voit des dizaines de millions de personnes se retrouver dans le dur de manière encore plus marquée que précédemment. Je constate que beaucoup voient dans les évènement récents un complot de gauchos hypothèse qui est avant tout bien rassurante car elle est sensée expliquer tous les débordements et toutes les exactions. Mais de tels actes ne sont possibles et ne peuvent prendre racine que sur un terreau de ras-le-bol et de désespoir et sur fond d'une certaine forme de fondamentalisme politique religieux et économique "qui fait peur" pour reprendre le titre d'un essai d'Edward Bear des années 80/90. C'est à méditer çà rappelle toutes proportions gardées la "chienlit" des gilets jaunes.

C'est vrai.

Je viens cela dit de tomber là-dessus: le "World Socialist Website", qui sous-titre fièrement "Published by the International Committee of the Fourth International (ICFI)", ce qui n'est quand même pas rien, a pondu ces articles:

Déjà le 3 septembre 2019: sur le "projet 1619":
https://www.wsws.org/en/articles/2019/09/03/proj-a03.html
The New York Times’ 1619 Project: A racialist falsification of American and world history

 

Et hier: https://www.wsws.org/en/articles/2020/06/22/pers-j22.html
Hands off the monuments to Washington, Jefferson, Lincoln and Grant!

Le second article en français:
https://www.wsws.org/fr/articles/2020/06/23/pers-j23.html
Ne touchez pas aux monuments de Washington, Jefferson, Lincoln et Grant!

Par Tom Mackaman et Niles Niemuth
23 juin 2020

Ces dernières semaines, des participants aux manifestations contre la violence policière aux États-Unis ont exigé le retrait de monuments aux dirigeants confédérés ayant déclenché une insurrection pour défendre l’esclavage pendant la guerre civile américaine de 1861-1865.

Mais l’exigence défendable d’un retrait des monuments à la mémoire de ces défenseurs de l’inégalité raciale s’est accompagnée d’attaques injustes contre des monuments à la mémoire de ceux qui ont dirigé la Révolution américaine et la guerre civile ayant mis fin à l’esclavage. Ceux-là, en défendant le principe de l’égalité, avaient pour la première fois remis en question l’institution de l’esclavage.

Dimanche dernier, une statue de Thomas Jefferson, l’auteur de la Déclaration d’indépendance, a été démolie à Portland, Oregon. Quatre jours plus tard, une statue de George Washington, qui a dirigé les forces ayant vaincu les Anglais durant la Révolution américaine a subi le même sort.

Vendredi, à San Francisco, des manifestants ont renversé une statue d’Ulysses S. Grant, qui a commandé l’Union à la victoire dans la guerre civile et a supprimé le Ku Klux Klan pendant la reconstruction.

Une statue de Thomas Jefferson renversée à Portland, Oregon. (Crédit: utilisateur Twitter @BonnieSilkman)

Une campagne a été lancée sur les réseaux sociaux afin d’obtenir l’éloignement de la célèbre statue du Mémorial de l’émancipation à Washington D.C. La statue représente Abraham Lincoln debout au-dessus d’un esclave agenouillé qui a été libéré. En fait, ce sont des esclaves libérés qui avaient payé pour la statue, érigée en 1876. Frederick Douglass, éminent leader afro-américain, né esclave, avait prononcé le discours de son inauguration.

Personne ne peut s’opposer à l’enlèvement des monuments aux chefs de la Confédération, qui ont consacré leur vie à rejeter la thèse que «tous les hommes sont égaux». Ces figures cherchaient à «arracher leur pain de la sueur au front d’autres hommes», selon les termes du deuxième discours inaugural de Lincoln.

On a érigé ces monuments aux dirigeants des États sécessionnistes dans une période de réaction politique suivant la fin de la Reconstruction, dans le but de légitimer la Confédération, en disant que cela faisait partie de l’école historiographique des «causes perdues» qui niait le caractère révolutionnaire de la guerre civile américaine.

Mais l’enlèvement des monuments aux chefs de la guerre révolutionnaire et de la guerre civile américaines n’a aucune justification. Ces hommes ont mené de grandes luttes sociales contre les forces mêmes de la réaction qui justifiaient l’oppression raciale comme une incarnation de l’inégalité fondamentale des êtres humains.

Il est tout à fait possible que ceux qui ont participé à la profanation des monuments aux dirigeants des deux révolutions américaines n’ait pas eu conscience de ce qu’ils faisaient. Si c’est le cas, alors la responsabilité doit être attribuée à ceux qui ont incité à ces actions.

Dans les mois qui ont précédé ces événements, le New York Times, parlant au nom des sections dominantes de l’establishment politique démocrate, a mené une opération pour discréditer à la fois la révolution américaine et la guerre de Sécession.

Dans le projet 1619 du New York Times, la Révolution américaine était présentée comme une guerre pour défendre l’esclavage, et Abraham Lincoln était présenté comme un raciste typique.

Il est ici nécessaire de clarifier historiquement qui étaient certaines des principales figures historiques de ces événements.

Thomas Jefferson est l’auteur de ce qui est sans doute la phrase révolutionnaire la plus célèbre de l’histoire mondiale: «Nous tenons ces vérités pour évidentes, que tous les hommes sont créés égaux.» On a inscrit cette déclaration sur la bannière de tous les combats pour l’égalité depuis 1776. Lorsque Jefferson l’a formulée, il résumait une nouvelle façon de penser, fondée sur le principe de l’égalité humaine naturelle. Le reste du préambule de la Déclaration d’indépendance énonce en termes saisissants le droit naturel des peuples à la révolution.

La Révolution américaine a donné une puissante impulsion dans ce sens, conduisant à la Révolution française de 1789 et à la plus grande révolte d’esclaves de l’histoire, la Révolution haïtienne de 1791. Ce fut au cours de ces deux événements que les esclaves se sont libérés et mirent fin à la domination nationale et coloniale française.

George Washington fut le commandant de l’Armée continentale lors de la Révolution américaine (1775-1783), au cours de laquelle les treize colonies ont affirmé leur indépendance vis-à-vis de leurs maîtres coloniaux anglais. Washington, dans une décision qui électrisa le monde, quitta son poste militaire et retourna à la vie privée, contribuant à instituer en pratique la séparation des pouvoirs civil et militaire dans la république.

Abraham Lincoln doit être considéré comme l’une des plus grandes figures de l’histoire moderne. Leader du Nord, ou Union, pendant la guerre civile, son but historique s’est avéré être au cours de cette guerre la destruction de ce que les contemporains appelaient le «Slave Power» [la slavocratie]. Lincoln a vu cette lutte aboutir à une victoire en avril 1865, quelques jours seulement avant de mourir en martyr de la cause de la libération humaine. Le monde a pleuré sa mort. Ce fut le cas tant au Nord qu’au Sud, et surtout parmi les esclaves libérés. «Le monde ne l’a découvert comme héros qu’après qu’il soit tombé en martyr», écrit Marx.

Ulysses S. Grant était un héros de la guerre civile dont la stature ne fut surpassée que par celle de Lincoln. Avant son ascension à la direction de l’ensemble de l’organisation militaire en 1864, la cause de l’Union était entravée par des généraux opposés à l’élan émancipateur de la guerre de Sécession.

Grant et son ami de confiance, le général William Tecumseh Sherman, reconnurent que pour vaincre le Sud, il fallait une guerre pour la destruction de l’esclavage dans ses fondements. «Je ne peux pas me passer de cet homme. Il se bat», dit Lincoln à propos de Grant. À la Maison Blanche, Grant fut submergé par la force du capitalisme galvanisée par la guerre civile, mais il défendit les esclaves libérés et supprima le Ku Klux Klan. Après avoir pris sa retraite de la présidence en 1877, Grant fit une tournée en Europe où des foules de travailleurs assistèrent à ses meetings publics et à ses discours.

Les efforts de plus en plus frénétiques du Parti démocrate et du New York Times pour faire de l’histoire américaine un récit racial ont été les initiateurs des attaques contre les monuments dédiés à ces hommes. On a tenté de créer un récit dans lequel l’histoire de l’humanité est réduite à l’histoire d’une lutte entre races. Cette campagne a produit un empoisonnement de la conscience démocratique, qui s’accorde parfaitement avec les intérêts politiques réactionnaires qui la motivent.

Il convient de noter que la seule institution apparemment à l’abri de cette purge est le Parti démocrate, qui a servi d’aile politique à la Confédération et par la suite au Ku Klux Klan.

Ce sale héritage historique n’a d’égal que le bilan contemporain du Parti démocrate en fait de soutien à des guerres qui visaient en fait principalement des ‘non-blancs’. Les Démocrates ont soutenu l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan et, sous Obama, ont détruit la Libye et la Syrie. Le New York Times a été l’un des principaux défenseurs et propagandistes de toutes ces guerres.

Le New York Times et le Parti démocrate cherchent à rendre confus et à désorienter les sentiments démocratiques des masses qui entrent dans la lutte politique contre le système capitaliste et les forces répressives de l’État. Ils le font parce qu’ils savent que le mouvement multiracial, multinational et multiethnique montant de la classe ouvrière se fera en opposition directe à leur politique.

Nombreux sont ceux qui, parmi les gens participant au démantèlement de ces statues, ne comprennent pas les implications politiques de leur geste. Mais l’ignorance n’est pas une excuse. Les actes possèdent une signification objective. Ceux qui attaquent la Révolution américaine aident la réaction contemporaine.

(Article paru d’abord en anglais 22 juin 2020)

 

 

Si même les cocos hardcore se mettent à comprendre qu'il y a péril en la demeure, c'est vraiment qu'il y a un problème non?

 

  • Thanks 1
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, nemo a dit :

MalcomXville ou Martinlutherton serait plus approprier.

Idem que ci-dessus ...

il y a 2 minutes, Patrick a dit :

Si même les cocos hardcore se mettent à comprendre qu'il y a péril en la demeure, c'est vraiment qu'il y a un problème non?

C'est ce que j'avais écrit il y a quelques pages le principal ennemi d'une société apaisée c'est l'inculture

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 21 minutes, pascal a dit :

le Guernica de Picasso

qui a été présenté à l'exposition universelle de Paris en 1937, représentant officiellement l'Espagne, sur commande de l'État (républicain) espagnol.

De toute façon tout ce qui est humain est universel.

Mais souvent, proclamer tel ou tel symbole comme "universel", c'est souvent le signe d'un désir d'hégémonie culturelle, idéologique.

C'est pas pour rien qu'une certaine Église s'autoproclame "catholique" c'est à dire "universelle" en grec.

Communiste et stalinien, Picasso peut être considéré comme un personnage peu sympathique.

Mais ce qui est bien avec les artistes, c'est qu'on peut aimer leurs œuvres sans être obligé d'aimer le personnage.

Edited by Wallaby

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
45 minutes ago, Patrick said:

 

Je viens cela dit de tomber là-dessus: le "World Socialist Website", qui sous-titre fièrement "Published by the International Committee of the Fourth International (ICFI)", ce qui n'est quand même pas rien, a pondu ces articles:

Déjà le 3 septembre 2019: sur le "projet 1619":
https://www.wsws.org/en/articles/2019/09/03/proj-a03.html
The New York Times’ 1619 Project: A racialist falsification of American and world history

 

Et hier: https://www.wsws.org/en/articles/2020/06/22/pers-j22.html
Hands off the monuments to Washington, Jefferson, Lincoln and Grant!

Le second article en français:
https://www.wsws.org/fr/articles/2020/06/23/pers-j23.html
Ne touchez pas aux monuments de Washington, Jefferson, Lincoln et Grant!

Par Tom Mackaman et Niles Niemuth
23 juin 2020

Ces dernières semaines, des participants aux manifestations contre la violence policière aux États-Unis ont exigé le retrait de monuments aux dirigeants confédérés ayant déclenché une insurrection pour défendre l’esclavage pendant la guerre civile américaine de 1861-1865.

(...)

Il convient de noter que la seule institution apparemment à l’abri de cette purge est le Parti démocrate, qui a servi d’aile politique à la Confédération et par la suite au Ku Klux Klan.

Ce sale héritage historique n’a d’égal que le bilan contemporain du Parti démocrate en fait de soutien à des guerres qui visaient en fait principalement des ‘non-blancs’. Les Démocrates ont soutenu l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan et, sous Obama, ont détruit la Libye et la Syrie. Le New York Times a été l’un des principaux défenseurs et propagandistes de toutes ces guerres.

Le New York Times et le Parti démocrate cherchent à rendre confus et à désorienter les sentiments démocratiques des masses qui entrent dans la lutte politique contre le système capitaliste et les forces répressives de l’État. Ils le font parce qu’ils savent que le mouvement multiracial, multinational et multiethnique montant de la classe ouvrière se fera en opposition directe à leur politique.

Nombreux sont ceux qui, parmi les gens participant au démantèlement de ces statues, ne comprennent pas les implications politiques de leur geste. Mais l’ignorance n’est pas une excuse. Les actes possèdent une signification objective. Ceux qui attaquent la Révolution américaine aident la réaction contemporaine.

(Article paru d’abord en anglais 22 juin 2020)

 

 

Si même les cocos hardcore se mettent à comprendre qu'il y a péril en la demeure, c'est vraiment qu'il y a un problème non?

 

Peut-être est-ce du à la déformation inhérente aux publications très militantes qui tendent à avoir un tel ton "propagandesque" qui ressemble plus à la plaidoirie d'un procureur enragé, mais à la façon dont l'article est écrit, j'ai plutôt l'impression d'une attaque de marxistes "classiques" contre les "marxistes 2.0", ceux qui ont réutilisé la matrice initiale avec un prolétariat redéfini s'appuyant non sur l'activité ou la strate sociale, mais sur la race, le sexe/genre.... La lutte des classes vs la lutte des races, quoi. Les "classiques" se rattachent encore, même si partiellement, à une tradition humaniste/universaliste (où le concept d'individu est néanmoins minoré), là où la nouvelle écurie fait foin de tels concepts au profit d'une vision tribalisée à l'extrême, sur bases des traits les plus inchangeables (ou présentés comme tels) de l'être humain (race, sexe/genre, orientation sexuelle), ce qui rend le "conflit" plus émotionnel/passionnel, plus viscéral, voire total, et absolument sans retour en arrière possible. Un collectivisme essentialiste et déterministe en menace un autre (plus "soft" dans son essentialisme et son déterminisme), en somme, et ce dernier essaie de riposter. 

Edited by Tancrède
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 34 minutes, pascal a dit :

Idem que ci-dessus ...

Bah ça se voulais de l'humour. j'ai hésité à rajouter un smiley, j'aurais du.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, pascal a dit :

C'est ce que j'avais écrit il y a quelques pages le principal ennemi d'une société apaisée c'est l'inculture

C'est d'ailleurs assez amusant de voir que pour se maintenir au pouvoir, un certain type de pouvoir choisit l'inculture de la masse, la rendant manipulable et maléable à souhait. Sauf qu'à trop casser/creuser, on en arrive à cette situation où les protagonistes suivent celui qui crie le plus fort, sans se soucier du message et de sa pertinence :sad:

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le syndrome des catcheurs : sale crevure de merde je vais éclater ta tronche pourrie...

Bonjour le niveau des politicards 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
19 hours ago, elannion said:

 

Et navré mais la culture "woke" participe grandement à cette état de fait. Par leurs gérémiades incessantes sur des sujets abscons empêchent ou limitent sérieusement l'exposition des réels problèmes et des éventuels solutions et initient de fait une dissolution du corps social en détruisant la "matrice" culturelle complexe qui nous définit en tant que société.

 

 

Il suffit qu'il y ait assez de mouvances et groupes organisés, avec autour d'eux une portion suffisante de gens plus ou moins "influencés"/d'accord avec quelques postulats fondamentaux (souvent réduits à des slogans moralement incontestables, ou en tout cas compatibles avec une portion plus large de l'opinion), pour complètement phagocyter le débat, si ces gens sont surconcentrés dans les courroies de transmission d'une société. Ils confisquent et régulent la parole publique "légitime" par un tel positionnement. 

Au final, c'est aussi ce qu'on a pu voir dans le terrorisme islamique: de très petits groupes (sauf dans des zones en guerre) dont les actions tendent à rebuter, même une majorité de gens dans des pays islamiques, mais dont tout ou partie du discours (et pour certains l'action socio-économique) joue des bonnes fibres et résonne auprès d'une masse suffisante de "supporters mous ou tacites", de suiveurs non zêlés mais semi-approbateurs.... Ca suffit pour avoir un vivier de recrutement et de financement, une couche de protection et légitimité, et, si les bons leviers d'actions (médias divers...) sont disponibles, voire "infiltrés" (un grand mot, je sais: j'en ai juste pas d'autre) ou cooptés, une place à la table (même si dans une forme plus "sotto voce"/à demi mots) de la conversation. Ce qui compte dans un tel tableau, c'est pas les groupes en eux-mêmes, c'est cette masse critique de suiveurs, semi-suiveurs et "pas totalement hostiles" qui fournit moyens, caisse de résonance, appui... Une fois que cette position est conquise, les vrais radicaux ont leurs entrées et leur discours peut avoir accès à la scène "légitime", voire s'y imposer plus ou moins. C'est ce qu'on voit actuellement aux USA, avec une phase d'accélération depuis une décennie, un emballement avec Trump et le "Trump Derangement Syndrom", et une explosion depuis quelques semaines. Ou comment des idéologues et activistes qui ont fait leur chemin (le thème sur les campus depuis les années 70 est la "long march through the institutions") et développé cette base de soutien, parviennent à confisquer la conversation et l'orienter dans leur sens. C'est pas du complotisme, ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'autres forces à l'oeuvre, juste que c'est un exemple très abouti de la façon dont des mouvances idéologiques se propagent, voire s'imposent. 

La chose risque d'ailleurs de causer d'intenses clashes au sein du parti démocrate, et encore plus en cas de victoire de Biden, parce que pour l'establishment du parti, et encore une très forte portion de la base et des modérés/indépendants tendant plus à gauche (mais qui sont pour l'essentiel passifs en terme de militance), ces mouvances sont vues comme un marteau politique, un outil (la cancel culture, la capacité à définir totalement la fenêtre d'Overton....) leur permettant de continuer comme avant, pas comme un partenaire à avoir à la table, parce que le Big Business reste l'ami principal: ils essaient juste d'instrumentaliser la nouvelle religion. Pas dit que ça marche, ou que les dites mouvances seront si dociles. 

 

Quote

Et là c'est un retour direct au Moyen Age et au début de la féodalisation. . .

Une étape de plus dans ce processus: le parlement de Californie (avec supermajorité démocrate) vient de voter la mise au référendum (donc en novembre) d'une loi qui, en essence, abolit les clauses du Civil Rights Act de 1964 (le "grand", celui de MLK: déségrégation, égalité effectives des droits, lois anti-discrimination et tout le toutim).... Au nom du "progressisme": le but est de pouvoir discriminer sur base de la race, du sexe.... Essentiellement pour recruter sur quotas (dans les facs, les administrations, en entreprise....) d'une part, et exempter des organisations de procès pour une telle discrimination, notamment pour faciliter la vie des boîtes qui cherchent à se conformer aux quotas pour l'apparence, et surtout leur permettre de s'appuyer encore plus sur les visas H1-b. Un des aspects amusants d'une telle mesure est qu'elle permettrait de recréer la ségrégation raciale, même dans des bâtiments publics, un phénomène en vogue déjà présent sur beaucoup de campus (et dans la fameuse zone CHAZ/CHOP entre autres) où il y a des dortoirs et espaces par race, disponibles pour ceux qui veulent "se protéger", ou "guérir" (le terme "healing spaces" est souvent utilisé). 

Après la discrimination positive, on a la ségrégation positive; des micro-trottoirs amusants dans diverses universités ont discuté le phénomène avec des étudiants parfaitement habitués à la chose, et les interviewers tentaient de placer des références à la ségrégation pré 1964, pour voir si ça titillait ou offensait ces chérubins (apparemment pas très au fait de l'Histoire, mais qui vous traitent "d'ignorant" quand vous critiquez leurs slogans), notamment le "separate but equal" qui présidait à la façade de légitimation légale des lois Jim Crow. Et beaucoup approuvaient la phrase, en bons petits progressistes complètement ignares. 

 

Edited by Tancrède
  • Confused 1
  • Sad 2
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

VOILA.

On y est, ils ne se cachent même plus.

Une "nouvelle série télévisée" appelée "CRAKA" et qui sera diffusée sur amazon prime, google play, et itunes, met en scène un méchant néo-nazi américain blanc téléporté dans une amérique du 18ième siècle où ce sont les noirs qui sont les maîtres.

Le trailer comporte des phrases comme "et si on violait vos filles blanches?" et autres joyeusetés. Et est supposé montrer aux gens que l'esclavage terminé depuis 150 ans, et boh c'est pô bien. On s'en serait pas doutés et on a totalement eu besoin que vous en fassiez mention pour le savoir.

https://www.youtube.com/watch?v=Td_m6EP0aAM

Le créateur de la série (et par ailleurs blanc) a réagit très positivement sur instagram avec des smileys "100" "100" "100", signifiant l'approbation, à un message disant "a lot of white folks are going to get killed if this gets released".

Et puis il a supprimé et masqué ses réponses...

https://www.sausageroll.com.au/entertainment/shows/cracka-creator-hyped-that-series-may-inspire-real-violence-on-white-people/

Cracka creator Dale Resteghini replied to an Instagram comment fearing that the show will result white people dying with hype and approval.

“Cracka” is a highly controversial low budget ‘revenge porn’ series that shows an alternative version of American history where the black people enslave, rape, and murder the white people.

NEWS: Controversial new series Cracka glorifies violence against white people.

Although some people claim that the new series doesn’t glorify violence against whites the show’s creator, Dale Restighini, has emphasised that he wants his fans to cheer when the show’s antihero, a white Neo-Nazi, is brutalised by a gang of black slave owners.

The trailer for the upcoming Amazon Prime and iTunes series even has a threatening tone and addresses the white viewers personally with messages such as, “what if we raped your white daughters?”

The new series, without a shadow of a doubt, is divisive and extremely racist revenge porn, that has now been confirmed with a comment from the actual creator of the show wherein he showed excitement and approval of a comment that warned that his series might actually result in death of white people.

A concerned follower commented on the trailer that Resteghini posted on his Instagram (reelrage) saying, “a lot of white folk are going to get killed if this gets released,” to which he replied to with a series of 100 emojis.

Cracka creator Dale Resteghini (reelrage on Instagram) hyped that series may inspire real violence on white people.

According to dictionary.com the 100 emoji is used in digital communication to express or emphasise achievement, support, approval, and motivation. It also generally means “absolutely.”

Dale Resteghini seemingly assumed the comment was from an angry Black Lives Matter activist and was pandering to him by showing support for a violent uprising. Shortly after releasing his mistake he hid the comments and replies to all of his Instagram posts.

According to the comments of the trailer posted on our YouTube channel (go subscribe) a lot of people are excited to see white people harmed in the upcoming racist series Cracka.

Mesha Russel commented: “This trailer is soooo satisfying! I cannot wait to see it.. Hahahaaaa!”

What are your thoughts on the Cracka showrunner’s hyping up a comment that the show will result in the death of white people? Let us know in the comments below.

 

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

J'ai lu les différentes interventions et je me demande si on prend vraiment les faits par le bon bout. Est-ce qu'il n'y aurait pas une part d'ethnocentrisme (plus ou moins) en chacun de nous qui nous empêcherait de bien comprendre la situation ? Il y a de nombreux échanges entre les USA et la France, une réelle influence de la culture américaine sur la notre. Cela peut faire penser que nous sommes proches d'eux. Pour caricaturer je pense au fameux "nous sommes tous des Américains". On penserait donc la situation comme si cela se passait devant chez nous, alors qu'en fait il y a beaucoup de différences entre l'Europe et les USA. Le contexte n'est pas du tout le même.

Ce qui m'interpelle depuis un moment c'est la différence de rapport à l'Histoire entre la France et les USA. La France a une longue Histoire, faite d'un peu de tout, du meilleur et du pire, et c'est une matière importante à l'école. Il y a un recul et un sérieux que n'ont peut être pas les Américains. L'Histoire de leur pays est courte, leur fondement est assez particulier, avec une colonisation qui s'est faite au dépend des Amérindiens, s'en est suivie un recours à l'esclavage (que n'a en fait pas connu l'Europe sur son sol depuis très longtemps et qui se faisait entre "Blancs") et la ségrégation. Ce passé est souvent modifié, glorifié par des œuvres de fiction. Hollywood a l'art de refaire l'Histoire comme ça plait aux Américains, la transformant en mythe. Ce qu'on n'oserait pas faire en France.

Simple hypothèse mais j'me dis que cette irrationalité peut avoir une part de rationalité. Certains n'en peuvent plus de la fiction et s'attaquent au décors du théâtre, arrachant tout pour tout reprendre à zéro. Sans les mensonges, ou pour refaire un nouveau décors de théâtre, moins tragique.

(J'me dis aussi qu'en matière de fiction ils devraient aussi s'en prendre au F-35, ça aurait un sens) 

Edited by Surjoueur
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 6 heures, Snapcoke a dit :

T'imagine le retour de millier de rednecks en Europe ?

J'imagine bien 1 million de dixies s'installer dans le centre de la France, 4x4 a gogo, barbecue... Etc etc...

 

Remigration :bloblaugh:

ils vont morfler : entre la liberté absolue de conscience, l'avortement, la laicité et autres choses qui caractérisent notre pays... ils vont souffrir

 

edit : et j'oubliais, nous avons des socialistes, des communistes et meme de l'extreme gauche (caviar)...

bref, inconcevable selon leurs criteres

 

sans parler d'une République sociale, c'est à dire solidaire : nous sommes un état, pas une entreprise.

 

un put'1 de choc des cultures

Edited by christophe 38
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 54 minutes, christophe 38 a dit :

ils vont morfler : entre la liberté absolue de conscience, l'avortement, la laicité et autres choses qui caractérisent notre pays... ils vont souffrir

Carrément :bloblaugh::bloblaugh:

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vidéo d'un commentateur d'actualité politiquement neutre et orienté grand public, Phil de Franco, calée à partir de la partie parlant de la CHAZ/CHOP, et montrant malgré elle de façon succincte l'évolution hillarante de la situation et des propos de la maire de Seattle, après les différentes fusillades qui ont eu lieu dans la zone (j'en avais même loupé certaines!) citations et chronologie des faits à l'appui, il y en a pour 8 minutes, mais moins si vous mettez en 1.5 ce qui reste écoutable. En anglais.

https://youtu.be/VgBx73dRD90?t=691

 

 

Une très longue entrevue de presque 3 heures, toute fraîche d'aujourd'hui, entre Colion Noir, désormais ex-ambassadeur de la NRA (il reste membre de la NRA, mais ne fait plus partie de leurs programmes en tant que tel, pour clarifier) qui a publié par mal de reportages sur les villes en insécurité depuis quelques années maintenant et le rapport au second amendement, et Joe Rogan, le "radio host" qu'on ne présente plus.

L'idée de départ pour Joe Rogan était d'avoir quelqu'un capable d'expliquer la ruée vers les flingues observée en Californie, état très anti-armes, au début du confinement, avec les longues files d'attentes à l'extérieur des armureries. Ensuite la discussion dévie sur certains aspects culturels, sur l'actualité, sur BLM, etc.

Et à 44 minutes le mot est lâché, Colion ne veut pas passer pour un conspi', maaais, il pense que certaines personnes en veulent à la structure des USA, et il les identifie comme des "marxistes".
La phrase suivante est magique: "Black Lives Matter the sentiment? I can get down with. Black Lives Matter the organization? I cannot."
Joe Rogan de demander: "and why?"
Colion Noir de répondre: "Because they're not the same thing".

...Si seulement je pouvais serrer la main de ce type.

https://www.youtube.com/watch?v=GHRJJkT_7EY

 

 

Pendant ce temps trump célèbre le 200ième mile de mur frontalier avec le Mexique.

https://www.youtube.com/watch?v=pRbWLB-2mwg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Fanch a dit :

Il faudrait leur glisser l'idée que mis à part les amérindiens,qui peuvent revendiquer une legitimité historique la seule solution éthique, c'est le suicide ou là réémigration vers l'Europe, l'Afrique, l'Asie...

Révélation

 

640px-Goyaale.jpg

Ah, enfin un commentaire raisonnable !

 

 

Il y a 4 heures, Patrick a dit :

Jusqu'à quand les USA vont-ils se coucher devant cette minorité d'excités du bulbe encore plus racistes que ceux qu'ils prétendent combattre, et qui prétendent devenir une force politique???

C'est LE point surprenant.

Le fait qu'il se trouve des gens pour croire et faire toutes sortes de choses stupides et ridicules, en fait ce n'est pas si surprenant que ça. N'y a t il pas dans tout pays un fond d'individus trop excitables et trop prêts à s'adonner à n'importe quelle marotte - qui les fait d'ailleurs sortir après un confinement pénible - et n'est-il pas possible en leur laissant la bride sur le cou de les laisser aller à pas mal d'extrémités ? Je parle bien sûr non de la majorité des manifestants, mais des groupes sans doute nombreux mais pas majoritaires qui sont prêts à des actions radicales.

Le point remarquable, c'est que les autorités américaines laissent faire. Je prends autorités au sens le plus large, pas seulement le gouvernement mais les gouvernements fédérés, les mairies, et les prescripteurs d'opinion d'une certaine manière.

Et qu'elles laissent faire dans la durée. Pas seulement deux ou trois jours de folies, mais... on en est maintenant à des semaines.

Qu'est-ce que tout cela deviendra, je n'en sais rien. L'une des possibilités c'est qu'à un certain moment, une réaction se produise, d'autant plus brutale peut-être qu'elle aura tardé. Une réaction dirigée par le président Biden, qui sait ? Car s'il l'emporte en novembre, il aura besoin de reprendre le contrôle, qui ne peut pas rester durablement à la rue.

Alors, Thermidor en janvier :happy: ?

  • Like 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://nationalinterest.org/feature/monumental-error-washington-dc-mob-attacks-andrew-jackson-163306 (23 juin 2020)

Pendant de nombreuses décennies, il a été un héros pour les libéraux. Jackson était un des fondateurs du parti démocrate, un ardent populiste, un adversaire des élites aristocratiques et fortunées, et un ennemi des banques ainsi que du collège électoral. Arthur M. Schlesinger, Jr. a remporté un prix Pulitzer pour sa biographie The Age of Jackson, le décrivant comme un précurseur de Franklin Roosevelt et du New Deal. Il semble maintenant que Jackson, qui a été embrassé par Trump, qui n'avait probablement jamais entendu parler de lui avant que Steve Bannon ne mentionne son nom, est un tyran et un ogre pour la postérité plutôt qu'un produit défectueux de son époque.

Share this post


Link to post
Share on other sites

4 fusillades en 3 jours à la CHAZ/CHOP.
On se sent PACIFIQUES.

Un politicien démocrate frappé par des manifestants qui venaient de faire tomber une statue d'un officier de l'union et activiste anti-esclavage mort au combat à 33 ans pendant la guerre de sécession. Et surpris de s'être fait taper.
Ça y est ça commence à ouvrir (un peu) les yeux.
C'est bien, il faut que ça continue, qu'ils boivent la coupe jusqu'à la lie pour comprendre où mènent ces conneries.

 

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
18 minutes ago, Alexis said:
  Reveal hidden contents

 

640px-Goyaale.jpg

Ah, enfin un commentaire raisonnable !

 

 

C'est LE point surprenant.

Le fait qu'il se trouve des gens pour croire et faire toutes sortes de choses stupides et ridicules, en fait ce n'est pas si surprenant que ça. N'y a t il pas dans tout pays un fond d'individus trop excitables et trop prêts à s'adonner à n'importe quelle marotte - qui les fait d'ailleurs sortir après un confinement pénible - et n'est-il pas possible en leur laissant la bride sur le cou de les laisser aller à pas mal d'extrémités ? Je parle bien sûr non de la majorité des manifestants, mais des groupes sans doute nombreux mais pas majoritaires qui sont prêts à des actions radicales.

Le point remarquable, c'est que les autorités américaines laissent faire. Je prends autorités au sens le plus large, pas seulement le gouvernement mais les gouvernements fédérés, les mairies, et les prescripteurs d'opinion d'une certaine manière.

Et qu'elles laissent faire dans la durée. Pas seulement deux ou trois jours de folies, mais... on en est maintenant à des semaines.

Qu'est-ce que tout cela deviendra, je n'en sais rien. L'une des possibilités c'est qu'à un certain moment, une réaction se produise, d'autant plus brutale peut-être qu'elle aura tardé. Une réaction dirigée par le président Biden, qui sait ? Car s'il l'emporte en novembre, il aura besoin de reprendre le contrôle, qui ne peut pas rester durablement à la rue.

Alors, Thermidor en janvier :happy: ?

Les élites locales/d'Etat (celles qui ont l'essentiel de l'autorité, de la responsabilité et des moyens de l'ordre public et de la justice) ont trop peur pour leur image, s'imaginent que ces foules hargneuses les aident, ne savent pas trop quoi faire, sont incompétentes et/ou velléitaires.... Choisis les ingrédients du cocktail qui domine à un endroit et un moment donné. la maire de Seattle a encore renoncé à faire dégager CHAZ/CHOP, plaidant que des demandes et de la persuasion suffiront, elle qui leur avait déjà fourni dès le début du soutien logistique (chiotte de chantier....) en pensant que ça passerait vite. A aucun moment elle n'a eu l'air de se soucier des gens vivant et travaillant dans ces pâtés de maison, dont les rues ont été vandalisées, dont l'activité a été paralysée, qui ont été rackettés (avec des "contributions volontaires" données aux gentils gugusses avec des armes à feu), intimidés... Et évidemment, aucun média n'a été lui mettre ce point sous le nez. 

Etant donné que nous sommes dans une période où l'un des deux partis n'a jamais aucun compte à rendre, le niveau d'incompétence, de courte vue, de corruption et de lâcheté autorisé, augmente. La maire d'Atlanta, dont on ne peut pas dire que sa gestion de la crise ait été formidable, et dont l'administration s'est entièrement défaussée sur la police suite à une fusillade qui était en fait justifiable (dans le contexte US), alors qu'elle est responsable de la police (budget, entraînement/doctrine, effectifs, impératifs à concilier, comptes à rendre....), cette maire-là, donc, est toujours sur la short list de Biden pour la vice présidence. Quand foirer vaut promotion, et aucune critique, pourquoi se priver? Mais je doute que cela aboutisse à produire des réformes propres à favoriser le Bien Public. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://en.wikipedia.org/wiki/Jacksonian_democracy

Arthur M. Schlesinger Jr. a soutenu en 1945 que la démocratie jacksonienne était construite sur les bases suivantes :

    Le suffrage élargi - Les Jacksoniens estiment que le droit de vote doit être étendu à tous les hommes blancs. À la fin des années 1820, les attitudes et les lois des États avaient changé en faveur du suffrage universel des hommes blancs et, en 1856, toutes les exigences pour posséder une propriété et presque toutes les exigences pour payer des impôts avaient été supprimées.

    Destin manifeste - C'était la croyance que les Américains avaient le destin de coloniser l'Ouest américain et d'étendre leur contrôle de l'océan Atlantique au Pacifique, et que l'Ouest devait être colonisé par des fermiers yeoman. Cependant, les Jacksoniens de Free Soil, notamment Martin Van Buren, ont plaidé pour une limitation de l'esclavage dans les nouvelles zones afin de permettre au pauvre homme blanc de s'épanouir - ils se sont brièvement séparés du parti principal en 1848. Les Whigs se sont généralement opposés au Manifest Destiny et à l'expansion, en disant que la nation devait construire ses villes[10].

    Patronage - Aussi connu sous le nom de système du butin, le patronage était la politique consistant à placer des partisans politiques dans des postes désignés. De nombreux Jacksoniens étaient d'avis que la rotation des personnes nommées à des postes politiques, à l'intérieur et à l'extérieur du bureau, était non seulement le droit, mais aussi le devoir des gagnants dans les concours politiques. La théorie du patronage était bonne parce qu'elle encourageait la participation politique de l'homme de la rue et parce qu'elle rendait un politicien plus responsable des mauvais services gouvernementaux de ses candidats. Les Jacksoniens considéraient également qu'un long mandat dans la fonction publique était corrompu, et que les fonctionnaires devaient donc être remplacés à intervalles réguliers. Cependant, le népotisme conduisait souvent à l'embauche de fonctionnaires incompétents et parfois corrompus en raison de l'accent mis sur la loyauté envers le parti avant toute autre qualification.

    Le constructionnisme strict - Comme les Jeffersoniens qui croyaient fermement aux résolutions du Kentucky et de la Virginie, les Jacksoniens étaient initialement favorables à un gouvernement fédéral aux pouvoirs limités. Jackson a déclaré qu'il se garderait de "tout empiètement sur la sphère légitime de la souveraineté des États". Cependant, il n'était pas un extrémiste des droits des États - en fait, lors de la crise de l'annulation, Jackson se battrait contre ce qu'il percevait comme des empiètements des États sur la sphère d'influence fédérale appropriée. Cette position a été l'une des bases de l'opposition des Jacksoniens à la Seconde Banque des États-Unis. Au fur et à mesure que les Jacksoniens consolidaient leur pouvoir, ils préconisaient de plus en plus souvent l'élargissement du pouvoir fédéral, en particulier du pouvoir présidentiel.

    Le laissez-faire - En complément d'une interprétation stricte de la Constitution, les Jacksoniens étaient généralement favorables à une approche non interventionniste dans l'économie, par opposition au programme Whig qui encourageait la modernisation, les chemins de fer, les banques et la croissance économique. Le principal porte-parole des partisans du laissez-faire était William Leggett des Locofocos de New York.

    Opposition au secteur bancaire - Les Jacksoniens s'opposaient notamment aux monopoles accordés par le gouvernement aux banques, en particulier à la banque nationale, une banque centrale connue sous le nom de "Second Bank of the United States". Jackson a déclaré : "La banque essaie de me tuer, mais je vais la tuer" et il l'a fait. Les Whigs, qui soutenaient fortement la banque, étaient dirigés par Henry Clay, Daniel Webster et Nicholas Biddle, le président de la banque. Jackson lui-même était opposé à toutes les banques parce qu'il croyait qu'elles étaient des dispositifs pour tromper les gens du commun - lui et de nombreux disciples croyaient que seuls l'or et l'argent devaient être utilisés pour soutenir la monnaie, plutôt que l'intégrité d'une banque.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, Patrick a dit :

4 fusillades en 3 jours à la CHAZ/CHOP.
On se sent PACIFIQUES.

Un politicien démocrate frappé par des manifestants qui venaient de faire tomber une statue d'un officier de l'union et activiste anti-esclavage mort au combat à 33 ans pendant la guerre de sécession. Et surpris de s'être fait taper.
Ça y est ça commence à ouvrir (un peu) les yeux.
C'est bien, il faut que ça continue, qu'ils boivent la coupe jusqu'à la lie pour comprendre où mènent ces conneries.

 

Ben du coup pour revenir à l'ordre, a part la garde nationale, je vois pas trop. Belle expérimentation d'anarchie en tout cas. Trump ne réagit pas sur ces zones?

Share this post


Link to post
Share on other sites
11 minutes ago, penaratahiti said:

Ben du coup pour revenir à l'ordre, a part la garde nationale, je vois pas trop. Belle expérimentation d'anarchie en tout cas. Trump ne réagit pas sur ces zones?

Je doute... Plusieurs possibilités, aucune forcément incompatible avec les autres:

- il a peur que cela crée une crise, qui verrait les gouverneurs s'opposer à la chose: en théorie, le président a le dernier mot sur la "fédéralisation" de la GN, mais en ces temps...

- il ne veut pas endosser le mauvais rôle au cas où de sales images (probable) résulteraient du déploiement... Ou veut forcer les gouverneurs à prendre cela sur leur propre dos

- il laisse faire, et ce n'est pas forcément le pire calcul, parce que plus le désordre se répand et dure, plus les dommages montent, plus les citoyens se rendent compte qu'ils sont abandonnés depuis le début de la crise (les flics n'interviennent quasi plus en réponse aux appels pour protection des commerces et domiciles, et même pas pour les monuments publics), avec beaucoup qui s'arment en conséquence, meilleur c'est pour celui qui parviendra à pointer du doigt le parti qui a laissé faire. 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, penaratahiti a dit :

Ben du coup pour revenir à l'ordre, a part la garde nationale, je vois pas trop. Belle expérimentation d'anarchie en tout cas. Trump ne réagit pas sur ces zones?

Si, il gueule, mais il ne peut rien faire, je crois qu'il est en pleine impuissance.

 

PS : si quelqu'un a le numéro de melania :bloblaugh:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, penaratahiti a dit :

Ben du coup pour revenir à l'ordre, a part la garde nationale, je vois pas trop. Belle expérimentation d'anarchie en tout cas. Trump ne réagit pas sur ces zones?

Tu as du retard... La garde nationale initialement déployée a été renvoyée dans ses quartiers.
Et le gouverneur est en droit de s'y opposer.
Actuellement la nouvelle zone envahie est en face de la maison blanche, ils veulent faire tomber la statue d'Andrew Jackson dans le Lafayette Square!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.

  • Member Statistics

    5,526
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Billou
    Newest Member
    Billou
    Joined
  • Forum Statistics

    20,937
    Total Topics
    1,331,612
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries