Recommended Posts

57 minutes ago, Rob1 said:

Désolé, mais je ne me suis pas du tout intéressé à ce dossier, donc je n'en sais rien.

Par contre, je sais que compiler une liste de morts suspectes (ou pas) suggérant qu'il y a quelque-chose de louche est un faux argument. Fais la même chose dans un autre milieu, et tu prouveras l'existence de la malédiction de Toutankhamon ou ce que tu veux...

Inversement, la liste suggère que dans le milieu Clinton on peut trucider quarante personnes pour étouffer des affaires mais qu'on n'a pas été fichu d'étouffer l'histoire de la stagiaire dans le bureau ovale avec le cigare...

C'était peut-être un très gros cigare. Genre immanquable :huh:

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Rob1 a dit :

Inversement, la liste suggère que dans le milieu Clinton on peut trucider quarante personnes pour étouffer des affaires mais qu'on n'a pas été fichu d'étouffer l'histoire de la stagiaire dans le bureau ovale avec le cigare...

Effectivement les USA sont remarquables par leur incapacité notoire à garder leurs secrets. Supposer une consipiration revient à considérer qu'ils peuvent faire mieux que dans les 200 dernières années...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 13 heures, Rob1 a dit :

Par contre, je sais que compiler une liste de morts suspectes (ou pas) suggérant qu'il y a quelque-chose de louche est un faux argument. Fais la même chose dans un autre milieu, et tu prouveras l'existence de la malédiction de Toutankhamon ou ce que tu veux...

Sans compter que cette liste de décès - en estimant que ceux-ci soient tous suspects et que toutes les défunts soient effectivement liés à telle personnalité ou parti - serait à pondérer en fonction du nombre de personnalités gravitant autour de la personnalité ou du parti en question. Par exemple, combien de personnes gravitant autour de Bill Clinton ? Vue l'étendue de sa carrière politique, les fonctions qu'a également pu remplir sa femme, cela doit faire une sacrée liste... Au pif, j'estimerais son cercle social à 1000 fois plus large que pour un individu lambda. Et je me demande si je ne suis pas encore moins-disant...

Edited by Skw

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me demandais à la lecture de ce reportage :

à 8'47, est ce que si l'Obamacare n'avait pas été détricoté / supprimé, les couts faramineux des tests et traitement du Covid aurait supportable ? si oui, par extension, y a t'il des réactions sur le fait que la crise actuelle aurait été moindre ou terminée si les gens avaent accès au soins (reste le problème des masques et gestes barrières, toujours dans cette vidéo à 1'55)

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
3 hours ago, rendbo said:

Je me demandais à la lecture de ce reportage :

à 8'47, est ce que si l'Obamacare n'avait pas été détricoté / supprimé, les couts faramineux des tests et traitement du Covid aurait supportable ? si oui, par extension, y a t'il des réactions sur le fait que la crise actuelle aurait été moindre ou terminée si les gens avaent accès au soins (reste le problème des masques et gestes barrières, toujours dans cette vidéo à 1'55)

 

 

Douteux: l'Obamacare n'a absolument pas réduit les coûts de la médecine aux USA, et il a à peine (cet effet est même discuté) ralenti le rythme d'augmentation de ces coûts. La seule chose notable, qui n'était pas vraiment l'ACA (Affordable Care Act, le vrai nom) à proprement parler, a été son accompagnement par l'extension du Medicare, soit la chose qui a étendu une couverture médicale à 20-30 millions de personnes en plus, mais à très grands frais pour le gouvernement fédéral, avec un effet secondaire qui a été attribué à la vilennie du business pharma et de l'establishment, à savoir que, passé l'effet initial d'aubaine, plus d'hôpitaux et de médecins ont cherché à tout prix à éviter les patients medicare (prestations dont le remboursement est très bas pour eux, tout en prenant autant de temps/efforts/dépenses), et les assureurs se sont retirés autant que faire se peut du système (incitant d'autant plus les hôpitaux traitant avec eux à le faire), alors même que beaucoup d'employeurs (dans les Etats ayant adopté la "medicare extension") se sont empressés de ne plus fournir d'assurance médicale privée (meilleures) à des employés (surtout les plus modestes) qui pouvaient désormais émarger au medicare. 

Le problème est que l'Obamacare, et plus encore le débat autour, est complètement faussé: la politique n'a pas eu de bons résultats, et a eu quantité d'effets pervers. Et la medicare extension était une cautère sur une jambe de bois. Le problème du système de santé américain est bien plus vaste et profond, ayant accumulé des "perverse incentives" en pagaille et des contradictions et empilement de lois (nationales et d'Etats), immensément complexes, pendant plus de 4 décennies. Le secteur aurait besoin d'abord et avant tout d'une intense libéralisation (au sens clean) pour pouvoir devenir effectivement concurrentiel (ce que l'Obamacare prétendait faire, mais ne faisait pas), y compris en autorisant Medicare/Medicaid à opérer comme un acheteur lambda (impact sur les prix garanti). Il y a un besoin de concurrence, seul à même de forcer les acteurs immensément puissants de ce marché à se défoncer entre eux plutôt qu'à opérer comme une coalition permanente pesant 18% du PIB (et de ce fait irrésistible): un tel poids fait que tout gouvernement qui veut s'acheter les bonnes grâces du public sur le sujet sans avoir à payer le prix de l'hostilité des secteurs pharmas/hospitalier/médecine, ne peut le faire qu'aux frais de la princesse, comme par le "medicare extension", soit une explosion de dépense pas si efficace à court terme, avec un sale effet kisscool dans un second temps (évitement/évacuation des patients medicare...), et le tout avec un alignement sur les tarifs imposés par la pourriture du secteur tel qu'il existe (soit beaucoup de fric public dépensé pour pas tant de gens que ça aidés). 

Edited by Tancrède
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 54 minutes, Tancrède a dit :

Douteux: l'Obamacare n'a absolument pas réduit les coûts de la médecine aux USA, et il a à peine (cet effet est même discuté) ralenti le rythme d'augmentation de ces coûts. La seule chose notable, qui n'était pas vraiment l'ACA (Affordable Care Act, le vrai nom) à proprement parler, a été son accompagnement par l'extension du Medicare, soit la chose qui a étendu une couverture médicale à 20-30 millions de personnes en plus, mais à très grands frais pour le gouvernement fédéral, avec un effet secondaire qui a été attribué à la vilennie du business pharma et de l'establishment, à savoir que, passé l'effet initial d'aubaine, plus d'hôpitaux et de médecins ont cherché à tout prix à éviter les patients medicare (prestations dont le remboursement est très bas pour eux, tout en prenant autant de temps/efforts/dépenses), et les assureurs se sont retirés autant que faire se peut du système (incitant d'autant plus les hôpitaux traitant avec eux à le faire), alors même que beaucoup d'employeurs (dans les Etats ayant adopté la "medicare extension") se sont empressés de ne plus fournir d'assurance médicale privée (meilleures) à des employés (surtout les plus modestes) qui pouvaient désormais émarger au medicare. 

Le problème est que l'Obamacare, et plus encore le débat autour, est complètement faussé: la politique n'a pas eu de bons résultats, et a eu quantité d'effets pervers. Et la medicare extension était une cautère sur une jambe de bois. Le problème du système de santé américain est bien plus vaste et profond, ayant accumulé des "perverse incentives" en pagaille et des contradictions et empilement de lois (nationales et d'Etats), immensément complexes, pendant plus de 4 décennies. Le secteur aurait besoin d'abord et avant tout d'une intense libéralisation (au sens clean) pour pouvoir devenir effectivement concurrentiel (ce que l'Obamacare prétendait faire, mais ne faisait pas), y compris en autorisant Medicare/Medicaid à opérer comme un acheteur lambda (impact sur les prix garanti). Il y a un besoin de concurrence *** seul à même de forcer les acteurs immensément puissants de ce marché à se défoncer entre eux plutôt qu'à opérer comme une coalition permanente pesant 18% du PIB (et de ce fait irrésistible): un tel poids fait que tout gouvernement qui veut s'acheter les bonnes grâces du public sur le sujet sans avoir à payer le prix de l'hostilité des secteurs pharmas/hospitalier/médecine, ne peut le faire qu'aux frais de la princesse, comme par le "medicare extension", soit une explosion de dépense pas si efficace à court terme, avec un sale effet kisscool dans un second temps (évitement/évacuation des patients medicare...), et le tout avec un alignement sur les tarifs imposés par la pourriture du secteur tel qu'il existe (soit beaucoup de fric public dépensé pour pas tant de gens que ça aidés). 

Je ne suis pas certain du tout que plus de concurrence change quoi que ce soit... quand l'assurance maladie se voit interdit par la loi toute négociation sur les tarifs. Si, si, ils l'ont fait.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 18 heures, Tancrède a dit :

Il est rare de voir des phénomènes d'une telle ampleur se développer en temps réel ("il y a des décennies où rien n'arrive, et des semaines où des décennies arrivent" selon Engels) avec un potentiel par bien des aspects terrifiant: même les religions traditionnelles (aux USA et dans les pays développés) sont divisées en interne par cette vague idéologique qui s'attaque à leurs fondements (et leur légitimité). 

C'est un peu comme lorsque des réactifs chimiques ont atteint les proportions stœchiométriques ou qu'une pile atomique a atteint la masse critique. Ou lorsqu'une forêt a subi une sécheresse pendant des mois. On peut s'intéresser microscopiquement à savoir si le départ de feu a eu lieu ici ou là, ou s'il y a eu plusieurs départs de feu simultanés, mais les conditions sont réunies et il ne manque plus qu'une étincelle pour réduire en cendres le bois accumulé pendant des décennies. Ou quand l'eau est sur le feu, on peut se demander si la première bulle d'ébullition partira à droite, à gauche, ou bien au centre de la casserole, mais on sait que très vite il va y avoir des bulles partout, et que le résultat sera à brève échéance, la vaporisation, c'est à dire un changement d'état du système. À moins d'avoir les leviers pour jouer sur les grands paramètres (la température sous la casserole, faire pleuvoir la pluie sur la forêt, faire descendre les barres de contrôle dans le réacteur atomique), le destin est écrit dans la réunion des conditions initiales.

Edited by Wallaby
  • Like 2
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, Wallaby a dit :

C'est un peu comme lorsque des réactifs chimiques ont atteint les proportions stœchiométriques ou qu'une pile atomique a atteint la masse critique. Ou lorsqu'une forêt a subi une sécheresse pendant des mois. On peut s'intéresser microscopiquement à savoir si le départ de feu a eu lieu ici ou là, ou s'il y a eu plusieurs départs de feu simultanés, mais les conditions sont réunies et il ne manque plus qu'une étincelle pour réduire en cendres le bois accumulé pendant des décennies. Ou quand l'eau est sur le feu, on peut se demander si la première bulle d'ébullition partira à droite, à gauche, ou bien au centre de la casserole, mais on sait que très vite il va y avoir des bulles partout, et que le résultat sera à brève échéance, la vaporisation, c'est à dire un changement d'état du système. À moins d'avoir les leviers pour jouer sur les grands paramètres (la température sous la casserole, faire pleuvoir la pluie sur la forêt, faire descendre les barres de contrôle dans le réacteur atomique), le destin est écrit dans la réunion des conditions initiales.

"Il faut que le scandale arrive, mais malheur à celui par qui le scandale arrive." Luc 17.1

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petite info fraiche liée à la surconsommation d'opiacés aux USA, un thème récurrent depuis quelques années :

Citation

Opiacés : accusé de tromperie, un laboratoire verse 600 millions de dollars aux Etats-Unis
Le laboratoire pharmaceutique Indivior, accusé d’avoir fait de fausses déclarations pour promouvoir un médicament dans le traitement de l’addiction aux opiacés, a accepté de verser 600 millions de dollars (515 millions d’euros) pour solder les poursuites
(...) Les autorités accusaient Indivior d’avoir cherché à profiter de la profonde crise des opiacés qui touche les Etats-Unis pour pousser les ventes de son médicament Suboxone, destiné à aider les personnes dépendantes aux opiacés ou à l’héroïne à se désintoxiquer, mais qui contient lui-même l’opiacé buprénorphine. (...)
Indivior a admis avoir cherché à convaincre en 2012 les autorités de l’Etat du Massachusetts de préférer une version du Subutex à administrer sous la langue en leur affirmant, à l’aide de données trompeuses, qu’elle était moins dangereuse que d’autres médicaments similaires en cas de prise accidentelle par les enfants. (...)
En plus des 600 millions de dollars d’amende, le groupe s’est engagé à dissoudre l’équipe commerciale chargée de promouvoir le Suboxone et à retirer de ses listes les médecins qui risquent de ne pas prescrire le médicament à bon escient. (...)
https://www.lemonde.fr/sante/article/2020/07/25/opiaces-accuse-de-tromperie-un-laboratoire-verse-600-millions-de-dollars-aux-etats-unis_6047244_1651302.html

Un médicament qui aide à se désintoxiquer, mais qui te rend accro à une nouvelle substance. Autrement dit, creuser un trou pour en boucher un autre ...:ph34r:

  • Confused 1
  • Sad 2
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est malheureusement assez courant : en psychiatrie on a des tas de tox. sous méthadone, qu'ils revendent pour s'acheter de l'héro...sans parler de tous les psychotropes qu'ils s'enfilent légalement

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, kalligator a dit :

C'est malheureusement assez courant : en psychiatrie on a des tas de tox. sous méthadone, qu'ils revendent pour s'acheter de l'héro...sans parler de tous les psychotropes qu'ils s'enfilent légalement

Très courant en prison. raison aussi pourquoi certain qui ne sont pas tox disent qu'ils le sont pour pouvoir se faire prescrire de la méthadone, qu'ils revendent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
7 hours ago, Desty-N said:

Un médicament qui aide à se désintoxiquer, mais qui te rend accro à une nouvelle substance. Autrement dit, creuser un trou pour en boucher un autre ...:ph34r:

C'est comme ça que fonctionne les traitements substitutif ... ce sont des molécules proche qui monopolise les récepteur de la molécule qu'on cherche a substituer.

L'avantage du produit de substituions c'est qu'il traite le manque ... sans avoir les effets que le toxicomane recherche dans le produit initial. En gros la personne sous substitue n'est pas "défoncée" ... tout en ne ressentant pas de manque "physique". La trame manque psy et gérer par d'autre molécule type antidépresseur par exemple.

Pour l'héro et les autres opiacée qui crée un vrai manque physique menant à la mort ... la solution de substitution fonctionne très bien. Le gros souci c'est surtout de trouver des public vraiment motivé pour arrêter de se défoncer.

C'est le drame avec l'alcool ... qui crée une dépense quasi pire que l'héro ... mais qui ne connaît pas de solution de substitution et dont il est alors beaucoup plus difficile de sortir.

22 minutes ago, nemo said:

Très courant en prison. raison aussi pourquoi certain qui ne sont pas tox disent qu'ils le sont pour pouvoir se faire prescrire de la méthadone, qu'ils revendent.

Il est de plus en plus difficile de se défoncer au Subutex ou à la Méthadone ... les compostions incluant des produit la rendant particulièrement inadapté a l'injection.

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'alcool crée une "dépense" (dépendance en fait) pire que l'héro car très lente à venir, très facile à acheter...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
10 minutes ago, kalligator said:

L'alcool crée une "dépense" (dépendance en fait) pire que l'héro car très lente à venir, très facile à acheter...

Le sucre aussi, à ce compte (composante déterminante de la dépendance à l'alcool?), qui impacte le cerveau autant que la cocaïne ou l'héro (sur le plan de la dépendance). Et cette dépendance est encore plus lente, infiniment moins visible et pointée du doigt, car c'est un produit de consommation encore plus courante, totalement intégré dans l'alimentation quotidienne même si les montants (et les types de sucres) ingérés actuellement n'ont rien à voir avec ce qu'on pouvait trouver dans l'alimentation d'il y a encore 60 ans (vie moins sédentaire, plus d'activité physique, moins de bouffe industrielle, quantités ingérées moindres, moins de sucre raffiné sur et/ou dans la bouffe....). Résultat, le diabète est passé du statut de maladie peu fréquente à une épidémie mondiale justifiant des budgets de recherche pharma massifs et des coûts de traitement faramineux (les USA étant le pire exemple en la matière). Sans compter sur l'impact diffus, mais massif, sur les personnes, au-delà de la seule santé physique (dépendance, impact sur le cerveau...). 

On pointe du doigt, caricaturalement, le plomb des canalisations romaines qui en aurait fait des décadents (c'est infiniment exagéré).... Ben, avec beaucoup plus de justifications, "le sucre est le nouveau plomb" (surtout quand mis en équipe avec ses copains, le sel et le gras). 

 

Edited by Tancrède
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
5 minutes ago, Tancrède said:

Le sucre aussi, à ce compte (composante déterminante de la dépendance à l'alcool?), qui impacte le cerveau autant que la cocaïne ou l'héro (sur le plan de la dépendance). Et cette dépendance est encore plus lente, infiniment moins visible et pointée du doigt, car c'est un produit de consommation encore plus courante, totalement intégré dans l'alimentation quotidienne même si les montants (et les types de sucres) ingérés actuellement n'ont rien à voir avec ce qu'on pouvait trouver dans l'alimentation d'il y a encore 60 ans (vie moins sédentaire, plus d'activité physique, moins de bouffe industrielle, quantités ingérées moindres, moins de sucre raffiné sur et/ou dans la bouffe....). Résultat, le diabète est passé du statut de maladie peu fréquente à une épidémie mondiale justifiant des budgets de recherche pharma massifs et des coûts de traitement faramineux (les USA étant le pire exemple en la matière). Sans compter sur l'impact diffus, mais massif, sur les personnes, au-delà de la seule santé physique (dépendance, impact sur le cerveau...). 

On pointe du doigt, caricaturalement, le plomb des canalisations romaines qui en aurait fait des décadents (c'est infiniment exagéré).... Ben, avec beaucoup plus de justifications, "le sucre est le nouveau plomb" (surtout quand mis en équipe avec ses copains, le sel et le gras). 

 

Pas tout à fait : arrête le sucre d'un coup c'est désagréable mais tu ne risque pas de partir en deltrem

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
On 7/27/2020 at 1:27 PM, kalligator said:

Pas tout à fait : arrête le sucre d'un coup c'est désagréable mais tu ne risque pas de partir en deltrem

Ah, ça c'est sûr (quoique je ne sais pas pour les diabétiques, désormais une portion conséquente de la population, , surtout aux USA où c'est catastrophique, et avec une prévision de croissance forte), mais je pointais l'énormité de l'impact de la chose (produit non vital, principalement fait pour le plaisir, et hautement addictif) au niveau sociétal et économique. Pour rester dans le sujet, quelques points sur la situation aux USA:

- environs 30 millions de gens atteints (quasiment 10% de la population, et 20% des plus de 60 ans) en 2014, essentiellement du type 2

- 57 millions en état de prédiabète, qui implique déjà bien des problèmes liés au diabète de type 2

- en 2010, il y avait 12 millions de visites aux urgences pour des raisons liées au diabète, pour les adultes (et ça a augmenté depuis), soit environs 10% des visites aux urgences

- il a été évalué qu'un Américain sur 3 né après 2000 sera diabétique, à un degré ou un autre

Quand on compare aux ravages de l'alcool ou des opiacées, c'est d'une toute autre dimension (macro-économique et sociétale surtout), même si les impacts de court terme (comparés à ceux du type violence, criminalité organisée) sont moins spectaculaires et moins générateurs de parasitage sociétaux. L'impact est juste plus dilué, mais à un niveau plus profond: impact psychologique (moral, capacité d'attention...), économique (productivité et employabilité impactées, coûts de la santé, organisation des dépenses et budgets de santé), démographique (impact sur la nuptialité, transmission à la génération suivante pour ceux qui parviennent à fonder une famille)... Et on ne va pas se lancer dans l'immense niveau de corruption induite par les lobbies pharma/médical et agro-alimentaire. 

Le sucre n'est pas le seul facteur, de même que l'alimentation ou le style de vie, mais on est là infiniment au-delà des proportions que la seule composante génétique impliquerait: les corrélations avec le poids, l'alimentation et le niveau d'activité physique, avec le statut socio-économique... Sont énormes. Et la croissance du phénomène sur une très courte période de temps (essentiellement les 30 dernières années), de même que sa répartition géographique et sociologique, sont très indicatifs. Et dans cet impact, le sucre est au sommet de la liste des coupables. 

Et puis pour ce qui est de la dépendance, je doute fortement de la capacité au niveau macro de "désintoxiquer" une population si facilement: passer de façon permanente à une alimentation poisson/viandes maigres, brocoli/tofu/quinoa, sans dessert ou soda... Ca va pas vraiment le faire: les pays autoritaires (Chine comprise) n'ont pas l'air de tellement mieux réussir à adresser la chose. 

 

Edited by Tancrède
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Entièrement d'accord, si le sevrage alcoolique peut être mortel, la dépendance au sucre et au au gras pose un problème général de santé publique énorme, dont on ne voit pas d'issue sinon la transformation d'humains en diplodocus gélatineux

Share this post


Link to post
Share on other sites
25 minutes ago, kalligator said:

diplodocus gélatineux

:laugh:!! Je garderai l'image en tête, dorénavant. A côté de l'expression américaine: "land whale" (baleine terrestre). 

 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, DrWho a dit :

Pour mettre tout le monde de bonne humeur dès le matin :

"La médecin qui apparaît dans une vidéo relayée par Trump croit aux humains «reptiliens»" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-medecin-d-une-video-retweetee-par-trump-croit-aux-humains-reptiliens-20200728

Au cas où, je rappelle que en principe les infos sérieuses restent ici dans le fil USA, et les moins sérieuses dans le fil

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.

  • Member Statistics

    5,535
    Total Members
    1,550
    Most Online
    perso69man
    Newest Member
    perso69man
    Joined
  • Forum Statistics

    20,966
    Total Topics
    1,341,142
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries