Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

Le 02/08/2020 à 01:09, Boule75 a dit :

Un ton mesuré : bon texte.

Par contre j'y la partie graissée, qui me sidère, y compris s'il ne s'agit que des enfants "noirs" * :

Ce chiffre-là est-il réaliste, ou est-ce une exagération, une confusion avec les naissances hors-mariage, les non-reconnaissances ou autres situation où, malgré tout, l'enfant peut parfaitement connaître son père voir être élecvé par lui hors du cadre classique du mariage stable et dûment enregistré ?

Si c'est aussi net que ça : quel malheur !

 

* les guillemets c'est par détestation du modèle de classification par la couleur, mais ce sont les USA, donc on va causer dans le même cadre.

Non non c'est bien ça.
En 1970 c'était 25% et c'était déjà considéré comme élevé.
Aujourd'hui la figure paternelle c'est soit personne, soit le grand-frère, soit le caïd de quartier, soit pour ceux qui ont de la chance le professeur, le militaire ou policier, ou le coach sportif, qui apprend discipline, maîtrise de soi, et offre un tremplin dans la vie.
Pour le reste à la maison ce sont les mamans qui sont en première ligne. Je considère d'ailleurs les parents afro-américains souhaitant élever dignement leurs enfants comme les plus courageux d'Amérique, de très loin. Ils ont tellement d'obstacles devant eux. La "culture noire" désormais limitée au gangsta-rap, leur propre communauté très malade socialement, le racisme toujours ancré et venant de toutes parts, le dénigrement rampant à l'égard des chrétiens noirs, etc... Il faut plus que de l'abnégation.

Le 02/08/2020 à 02:52, Shorr kan a dit :

Les marxistes pensent en terme de rapports/dynamiques de pouvoirs et de structure de pouvoirs.

Il n'y a structurellement que des oppresseurs et des opprimés dans cette vision du monde à travers laquelle ils interprètent tout.

à la base ça n'était qu'au prisme de l'économie, mais depuis que c'est has been, ça a été recyclé pour d'autres causes plus sociétales. 

Et pourtant certains t'expliqueront qu'ils ne voient pas de soucis à ce que des gens qui ne voient le monde que sous un rapport "dominant-dominé" puissent parler d'égalité et de justice.
Mais bon, le camouflage n'est-il pas la meilleure arme des prédateurs?

Edited by Patrick
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Dès lors que l'on décorrèle le marxisme (théorie économique, analyse des rapports sociaux et philosophie) de la notion de gouvernements se réclamant du marxisme (léninisme) en clair depuis la fin de l'URSS; la lecture marxiste des rapports économiques et sociaux (qui sont liés de manière incontournable) dans nos pays dits occidentaux/capitalistes/démocratique redevient d'une actualité et d'une acuité toutes particulières me semble-t-il ...

Le dévoiement de l'analyse marxiste par des régimes qui en ont fait un paravent pour un modèle de domination politique nous a longtemps empêché à mon sens d'utiliser le marxisme comme il devrait l'être: une grille d'analyse des rapports sociaux aux seins de nos pays dits d'économie de marché où les dérives sont devenues aujourd'hui réellement criantes et contribuent largement à entraîner une véritable défiance envers les élites.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Skw a dit :

Disons que la lecture marxiste offre une contribution pertinente. En faire l'alpha et l'oméga de l'analyse des rapports sociaux pose en revanche problème. Car les analyses marxistes ont tendance à n'interpréter les rapports sociaux qu'au prisme des seuls mécanismes économiques. S'ils sont importants, ils ne peuvent expliquer l'intégralité des problématiques sociales et organisations politiques. Par exemple, les interprétations marxistes de l'apartheid sud-africain, en vogue par exemple dans les années 1980, se sont avérées limitées et incapables de saisir l'intégralité des mécanismes.

Des philosophes comme Castoriadis ont bien montrè les limites des analyses marxistes  et son coté sur-simplificateur : rapports sociaux conséquences des rapports de production conséquences des progrès techniques . Le marxisme "dégrossit" les questions, cela permet une compréhension rapide mais cela ne dit pas le tout du fonctionnement social et notamment le rôle de ce que Castoriadis appelle "imaginaire". 

Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, nemo a dit :

Des philosophes comme Castoriadis ont bien montrè les limites des analyses marxistes  et son coté sur-simplificateur : rapports sociaux conséquences des rapports de production conséquences des progrès techniques . Le marxisme "dégrossit" les questions, cela permet une compréhension rapide mais cela ne dit pas le tout du fonctionnement social et notamment le rôle de ce que Castoriadis appelle "imaginaire". 

Je ne connais pas Castoriadis, mais cela semble pouvoir se rapprocher de la théorie de l'hégémonie culturelle, "d'abord formulée par Antonio Gramsci pour expliquer pourquoi les révolutions communistes prédites par Marx dans les pays industrialisés ne s'étaient pas produites" (Wikipedia).

Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, Wallaby a dit :

Je ne connais pas Castoriadis, mais cela semble pouvoir se rapprocher de la théorie de l'hégémonie culturelle, "d'abord formulée par Antonio Gramsci pour expliquer pourquoi les révolutions communistes prédites par Marx dans les pays industrialisés ne s'étaient pas produites" (Wikipedia).

Castoriadis est pas le seul et il s'inspire de Gramsci même si "l'institution imaginaire de la société" de Castoriadis est assez différent de la notion "d'hégémonie culturelle". C'est plutôt l'équivalent de ce que l'anthorpologue Maurice Godelier appelle le "politico-religieux au cœur des sociétés".  

Edited by nemo
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

On 7/31/2020 at 8:32 AM, Snapcoke said:

Attend... Quand les allemands avaient du courage, c'était eux les méchants !!!!

C'est vrai...j'avais oublié que la différence était aussi mince entre le courage et la méchanceté, donc 3 onces de courage mais aucune de méchanceté

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

:happy:

81d2cc8a6dc03eb0286c934f6a3c91e2028e91c8

Citation

Avec ses portraits de migrants, George W. Bush envoie un message à Donald Trump et aux Républicains

L'ancien président, qui ne prendra pas parti dans la campagne électorale, va publier Out Of Many, One, un nouveau plaidoyer pour l'immigration qui ne peut que déplaire à son successeur ...

https://www.lefigaro.fr/culture/avec-ses-portraits-de-migrants-george-w-bush-envoie-un-message-donald-trump-et-aux-republicains-20200807

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

C'est dommage que ça ait trop déconné sur le fil criaillerie... Donc prenons l'info sous un angle sérieux : que faut il (légalement)  pour laisser sa trogne sur le mont Rushmore ? Est ce que ce truc est classé et dans ce cas c'est niet pour y toucher, où est ce que n'importe quel megalo peut y etre à partir de l'instant où il y a consensus ?

Citation

Le président américain (Trump) nourrit depuis plusieurs années un vieux rêve, celui de rejoindre George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln sur le célèbre monument du Dakota du Sud.

 

Edited by rendbo
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, loki a dit :

C'est classé : on ne peut plus rajouter quelqu'un.

Il me semble même que ça n'est plus possible techniquement à cause de la roche elle même.

Trump va le déclassé, rajouté son effigie, et ensuite le reclassera !!!

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Trump quitte précipitamment sa conférence de presse. Intrigant... 

Edit: fusillade a l'extérieur de la maison blanche. "President Trump says an armed suspect has been shot by the Secret Service outside the White"  Bbc world

 

Edited by Phacochère
Précisons
Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, Boule75 a dit :

Or donc, Donald et un gros morceau du parti républicain ont très, très peur du vote en général et donc du vote par correspondance, surtout par ces temps de pandémie ; en le citant de mémoire "Imaginez seulement s'ils votaient tous : nous perdrions le pouvoir pour 100 ans !"

Comme la Cour Suprême a assez bien marqué son indépendance ces derniers temps, le grand discours sur la fraude massive ne suffit pas à faire interdire la pratique, aussi une stratégie très fine se dessine-t-elle avec netteté pour aboutir au résultat espéré : interdire le vote par correspondance, quand même. :combatc:

 

Manœuvre subtile :

  1. nommer un copain à la tête du Postal Service (la Poste de là-bas), par exemple un bon copain, avec tout plein d'actions investies - de l'ordre de 30 millions de $ quand même - dans des concurrents du Postal Service.
  2. un copain qui par exemple va commencer par virer 23 directeurs, pour faire place nette ("réaffecter en interne") ;
  3. un bon copain vraiment, qui veut redresser les comptes et a donc trouvé un bon moyen pour ça.... faire raquer les états en exigeant des surcoûts pour l'acheminement des courriers électoraux, dans les deux sens, sous peine d'égarer tout ça ou de n'être pas en capacité de les remettre aux destinataires.

La bonne réforme à 100 jours de l'élection.

Ca ressemble au dépeçage des entreprises d'état russes dans les années 90 ; on va encore dire que c'est une ruse russe.

Les réseaux d'information ont même ressorti le gros mot de "sabotage" au sujet des chantiers de restructuration de USPS mis en place par Louis DeJoy.

Des sénateurs démocrates réclament la mise en place d'un organisme de contrôle pour garantir l'efficacité de ce service public (fédéral). Rien que l'idée doit faire frémir  les républicains libertaires.

Ca commence à réagir à divers titres :

https://www.esquire.com/news-politics/politics/a33565671/trump-destroy-postal-service-louis-dejoy/

https://www.marketwatch.com/story/critics-of-trump-white-house-decry-latest-friday-night-massacre-as-postmaster-general-sidelines-two-dozen-usps-officials-2020-08-09

 

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Un vendeur de rêve :

"La grippe espagnole «de 1917» a «probablement mis fin à la Seconde Guerre mondiale», déclare Trump" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-grippe-espagnole-de-1917-a-probablement-mis-fin-a-la-seconde-guerre-mondiale-declare-trump-20200811

"Une femme bras droit de Biden? De quoi «offenser» des hommes, selon Trump" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/une-femme-bras-droit-de-biden-de-quoi-offenser-des-hommes-selon-trump-20200811

 

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Wallaby a dit :

La fermeture du fil des criailleries entraine logiquement et inexorablement la pollution de celui-ci par les tweets de Trump en manque de poubelle pour se déverser.

 

 

ça c'est un appel du pied ou je m'y connais pas :biggrin: . Plus sérieusement je pense que la réouverture du fil criaillairies serait une bonne chose à condition que les posteurs soient plus rigoureux dans leur tri pour le choix du fil approprié.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 42 minutes, nemo a dit :

ça c'est un appel du pied ou je m'y connais pas :biggrin: . Plus sérieusement je pense que la réouverture du fil criaillairies serait une bonne chose à condition que les posteurs soient plus rigoureux dans leur tri pour le choix du fil approprié.

Le soucis c'est que Breitbart, Infowars & Co. n'ont pas même de place dans les criailleries (ou alors juste en guise d'illustration) tant leur objectif est la tromperie et le pousse-au-crime. Il faudrait faire un fil "USA - fonds de chiottes"  : est-ce que ça a vraiment le moindre intérêt ?

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

On 8/12/2020 at 2:00 PM, Surjoueur said:

Si on va jusqu'au bout des choses ça fait peur. Tout commentaire ne ferait qu'alimenter le spectacle. Il ne resterait plus de médias américains fiables ? Sur quoi se baser alors ?

C'est un peu tout le problème qui existe à divers degrés (mais généralement élevés) dans les démocraties actuellement: une démocratie vit et meurt sans doute en grande partie, sinon avant tout, de la qualité de son agora. et les nôtres sont aujourd'hui complètement atomisées par la surabondance de supports médiatiques et la faiblesse des coûts nécessaires à la création et la maintenance d'un "média" pouvant potentiellement rameuter du monde (un gars avec un abonnement internet peut réussir ce coup, désormais). La rareté du papier, puis la relative chèreté du journal papier, par la suite aussi celle du média télé, ont garanti de fait pendant un temps une limitation de la sphère médiatique à un nombre d'arènes plus réduit, "gérable" (pour l'attention, la "bande passante" locale/nationale), pour qui l'incitation principale était de rameuter autant de monde que possible d'autant d'horizons politiques que possible, couvrant un spectre plus large du champ idéologique et permettant de ce fait plus de consensus (inconvénient/risque: la fadeur totale, le faux équilibrage des postures et l'absence de positions). La taille du marché américain en a fait cependant à la fois un environnement plus favorable au développement concommittant d'une presse de ce type, plus ouverte d'esprit et couvrant une vaste portion de l'opinion, et d'une presse d'opinion pouvant trouver des audiences importantes (donc la finançant amplement) et assurer un certain niveau de qualité. A côté de ça, bien sûr, on trouvait une presse de caniveau/tabloid, et une presse locale plus centrée sur des priorités moins politisées (ou entrant dans les querelles de personnalités locales). Mais l'ensemble existait et pouvait vivre, assurant une certaine vitalité, une vraie incitation commerciale à la recherche de vérité, et la relative certitude que beaucoup d'avis et de faits pouvaient trouver à s'exprimer (et être entendus hors d'un seul "silo"/caisse de résonance) à un endroit si un autre ne les remarquait pas ou les rebutait. 

Mais avec l'avènement du câble (explosion du nombre de chaînes, surtout celles pouvant vivre, ou bien vivre, de la chose) et du satellite, puis les changements économiques de la presse écrite (certaines choses deviennent plus chères, d'autres beaucoup moins, et changements du marché pub), et enfin l'arrivée d'internet, sa généralisation et sa maturation (haut débit accessible, médias sociaux et vidéos facilement dispo et productible, smartphones, consolidation du secteur par quelques géants trustant les budgets pub), l'équation a complètement changé. Et l'info s'est hyper spécialisée en un nombre quasi infini de silos de plus en plus isolés, calibrés pour des audiences toujours plus segmentées par affinités, tropismes, et même sexe et race. Ce calibrage se fout complètement de la vérité ou de sa recherche, parce qu'au final.... Ca ne vend pas. Ca ne fait pas cliquer. On favorise ce qui marche (l'outrage et les émotions négatives, le biais de confirmation et la validation, les opinions très fortes, et surtout, gratuites, sans complexité ou nuance) auprès des publics les plus susceptibles à ces choses (beaucoup plus les femmes, beaucoup plus les classes moyennes supérieures, beaucoup plus les jeunes... Et les gens plus naturellement militants et/ou névrosés), et ce de manière toujours plus poussée et outrancière, parce que comme toutes drogues, ces choses ne fonctionnent qu'en mode surenchère vu que les cerveaux, comme les organismes, développent une résistance naturelle à un dosage donné. Donc c'est la fuite en avant pour le shoot quotidien d'outrage et de colère (qui sont médicalement des choses hautement addictives et recâblant le cerveau), aidé en plus par l'aspect participatif des médias sociaux, qui implique le consommateur régulier dans sa propre addiction. 

Et l'aspect "agora/forum", les espaces de rencontre et de dialogue effectifs.... Se sont complètement étiolés, alors qu'ils sont les conditions de base pour toute quête d'un peu de vérité, et encore plus pour toute quête du consensus minimum nécessaire à une démocratie à peu près viable. 

De l'information réellement fiable, et qui plus est aussi dépolitisée que possible (au sens large, cad déconnectée des intérêts immédiats d'une faction politique/idéologique ou de pressions corporates), qui ne verse pas dans l'opposition systématique, unilatérale et immédiate à toute affirmation du "camp" adverse, c'est désormais difficile à trouver, surtout dans un nombre limité et gérable (par un individu seul) de médias. Et de l'espace de dialogue entre points de vue différents (et si possible pas réduits à une opposition purement binaire) qui parviennent à échanger de façon productive et éclairante, ça existe encore moins (en tout cas avec une grande audience). 

Toutes ces tendances néfastes décrites ont toujour coexisté avec la presse ou toute forme de médias, mais le degré auquel on est arrivé, qui les voit devenir la règle dominante, est une nouveauté. Même la presse hyper-populiste/démago de la fin du XIXème/début XXème, qui ne reculait devant pas grand chose (nationalisme extrême, anti-élitisme extrême, racisme/antisémitisme/anticléricalisme, communisme/anarchisme violent, bellicisme....) et cultivait aussi de vastes audiences idéologiquement captives et "travaillées au corps" quotidiennement, cette presse, donc, était dans le fond moins dangereuse que l'actuelle, généralement moins directement virulente, mais infiniment plus à même de segmenter, fidéliser, endoctriner, enfermer.... Ses audiences. Et le tout à une époque où la dite audience n'est plus tenue et unifiée (à un degré significatif) par une forte conscience nationale. 

Edited by Tancrède
  • Like 1
  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    f-brn
    Newest Member
    f-brn
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...