Recommended Posts

13 hours ago, Tancrède said:

Mais la bataille est en amont, et budgétaire: l'USPS a perdu près de 9 milliards l'an dernier, doublant son déficit par rapport à 2018, avec une dette totale qui a dépassé les 160 milliards (essentiellement des pensions non financées)

Je ne suis pas sûr que ce soit le service USPS qui soit seul responsable de cette dette pour le coup.

Il y a un réel effort de la part du gouvernement de ne pas s'en occuper et éviter de devoir y injecter du budget alors que le service en a absolument et désespérément besoin aussi.

Et mettre en avant les services privés comme plus compétitifs, c'est oublier que c'est ces entreprises ne sont pas soumis à l'obligation de service universel et qu'elles peuvent choisir ce qu'elle desservent, ou pas justement.

Une vidéo s'il y a 3 mois sur ce sujet justement, par John Oliver. (On me rétorquera qu'il est politiquement orienté. Oui, sans doute, mais je suis plutôt en accord avec ce qu'il présente quand même. Et à moins que ses chiffres soient tous faux, certains des points évoqués méritent réflexion)

Il y a aussi une autre vidéo sur le vote par mail, qui date d'il y a 2 mois, et que j'ai trouvé particulièrement instructive, pour les curieux.

Edited by SLT
Faute affreuse
  • Like 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, SLT a dit :

Il y a un réel effort de la part du gouvernement de ne pas s'en occuper et éviter de devoir y injecter du budget alors que le service en a absolument et désespérément besoin aussi.

Et mettre en avant les services privés comme plus compétitifs, c'est oublier que c'est entreprises ne sont pas soumis à l'obligation de service universel et qu'elles peuvent choisir ce qu'elle desservent, ou pas justement.

C'est exactement ça.

La réalité c'est que le courrier s'est effondré en 20 ans, dans tous les pays du monde. En même temps la poste a l'OBLIGATION de continuer à desservir chaque jour tout le pays. Pas la peine d'être génial pour comprendre que c'est pas rentable.

Amazon peut livrer un jour sur deux, ne pas desservir des bleds, ne livrer que dans des dépo^ts ou même sous traiter à des blaireaux et réenvoyer le paquets si des fois ça se perd. Mais la poste elle apas le droit à tout ça. Elle doit aussi maintenir des milliers de bureaux non rentables car c'est imposé par les communes. Elle doit ramasser à plein d'endroits.

Après c'est facile de dire que c'est pas rentable. D'ailleurs remarquez bien que les opérateurs privés se sont jamais batus pour la livraison des lettres: ils savent bien que c'est foireux.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/uber-et-lyft-sur-le-point-de-fermer-en-californie-20200818

Uber et Lyft sur le point de fermer en Californie

La Justice californienne leur a ordonné de requalifier le statut de leurs conducteurs en salariés, ce qu'ils refusent.

Ce bras de fer doit durer jusqu'au 3 novembre, quand sera voté un référendum soutenu par Lyft et Uber qui exclurait leurs conducteurs de la loi californienne sur les travailleurs indépendants.

https://www.bbc.com/news/technology-53737398

Les entreprises ont 10 jours pour interjeter appel d'une injonction préliminaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au passage, l'USPS est dans la sacro-sainte Constitution.

Et oui, contraitement à ce que l'Américain moyen a appris, la Constitution de leur pays contient plus que "We the People, the right to bear arms shall not be infringed."

Qu'on se rassure toutefois : la "clause postale" se contente de dire que c'est le Congrès qui a l'autorité d'établir les services postaux et les routes postales ; elle ne dit nullement qu'il en aussi a le devoir, donc dissoudre l'USPS est tout à fait possible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vraiment, il va nous manquer ... :laugh:

Citation

Trump appelle au boycott des pneus Goodyear, qui interdit les casquettes « MAGA » à ses employés.

Le président américain a lancé cet appel sur Twitter, oubliant que la limousine présidentielle était équipée de pneus Goodyear ...

https://www.20minutes.fr/monde/2842991-20200820-trump-appelle-boycott-pneus-goodyear-interdit-casquettes-maga-employes

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

En gros on constate qu'une police mieux payée, moins surchargée, avec des missions cohérentes et assez d'effectifs marche mieux.... C'est une découverte, ça!

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, cracou a dit :

En gros on constate qu'une police mieux payée, moins surchargée, avec des missions cohérentes et assez d'effectifs marche mieux.... C'est une découverte, ça!

Tu veux dire comme dans l’Éducation Nationale ? Et la doctrine du "faisons plus avec moins" alors ?

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, Ciders a dit :

Tu veux dire comme dans l’Éducation Nationale ? Et la doctrine du "faisons plus avec moins" alors ?

la doctrine c'est souvent plutôt décrit comme "faisons mieux avec moins car mieux géré/réparti"... mais je t'accorde que dans les faits tu as tout a fait raison.

:rolleyes:

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Kelkin a dit :

On découvre aussi qu'une police chargée de s'intégrer à la communauté et d'établir un rapport de confiance avec elle marche mieux qu'une police chargée de harceler ladite communauté en lui donnant des quotas d'amendes et d'arrestations à remplir chaque mois...

le retour de la police de proximité ? ca va être drôle, là bas comme ici. 
La police ne peut pas vivre au milieux d'une "communauté", simplement par soucis de protection du foyer et de la famille. 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Kelkin a dit :

C'est pourtant ce qu'ils font à Camden :

Dédicace spéciale pour Sarko, qui a démantelé la police de proximité sur le prétexte qu'il ne veut pas que les policiers jouent au football avec les jeunes des quartiers et a instauré la politique du chiffre, c'est à dire le jugement sur le nombre de contraventions. Bref, tout ce qu'il ne fallait pas faire.

Ca c'est une interpretation toute personnelle, je pourrais faire une dédicace à Jospin pour l'avoir instaurée avec le sentiment d'insécurité... 
Quand on fait le bilan ca a été une expérience décevante. Apres la politique du chiffre ... c'est toujours idiot de vouloir mettre du management quand on doit gouverner, c'est juste pas la meme chose. Là dessus je suis d'accord. 

Camden c'est un exemple, avec un avis sur un lieu bien précis... c'est assez limité... 
Ensuite des policiers qui par endroit se prennent pour des cowboy ca existe aussi (la aussi dédicace à NS pour son recrutement police bac -15). 

Share this post


Link to post
Share on other sites
7 minutes ago, Kelkin said:

C'est pourtant ce qu'ils font à Camden :

Dédicace spéciale pour Sarko, qui a démantelé la police de proximité sur le prétexte qu'il ne veut pas que les policiers jouent au football avec les jeunes des quartiers et a instauré la politique du chiffre, c'est à dire le jugement sur le nombre de contraventions. Bref, tout ce qu'il ne fallait pas faire.

L'obsession et la mode managériales, l'envie d'avoir des chiffres concrets qui permettent de "mesurer la réalité" pour des arguments politiciens/médiatiques (et peut-être pour justifier la gestion de carrière en interne).... Le pire, c'est qu'il y a souvent (au moins en partie) de bonnes intentions à l'origine du phénomène, mais la recherche "d'objectivité" à tout prix, par n'importe quelle méthode, produit des trucsparfois délirants. 

Mais il faut reconnaître aussi qu'il y a de la nouveauté "en face": outre l'éternelle adaptabilité de la criminalité aux changements (techniques, sociaux...), on a maintenant des groupes, parfois organisés, qui, surfant sur une mentalité locale et online parfois très conditionnée à la chose, veulent prendre la police en défaut, soit en la poussant à la faute, soit en créant l'apparence de la faute (vidéos éditorialisées...) pour crier au racisme, à la violence policière, ou à tout autre grief exploitable qui peut trouver client en ligne, et au-delà, dans le domaine politique/médiatique. Le climat ainsi créé est-il surmontable? Les smartphones et internet ne disparaîtront pas, et l'envie de notoriété profitable ou imaginaire (faite de "likes" et "shares") non plus, pas plus que les motivations plus politiques de la part de tels acteurs. Ces choses sont une constante nouvelle, dont les effets sont désormais immenses, et sans facteur modérateur à l'horizon. Faut-il d'une part une police hyperlocale, très implantée dans un quartier/une population interconnectée au niveau humain/personnel (pour compenser les effets potentiels d'une vidéo virale et de rumeurs par un bouche à oreille et une communication directe entre personnes se connaissant), et de l'autre une direction politique qui trouve ses couilles et accepte plus clairement de dire que "dura lex sed lex" et que la police a des comptes à rendre là où internet et des réseauteurs anonymes n'en ont aucun, et n'ont donc aucune crédibilité? 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 41 minutes, Tancrède a dit :

on a maintenant des groupes, parfois organisés, qui, surfant sur une mentalité locale et online parfois très conditionnée à la chose, veulent prendre la police en défaut, soit en la poussant à la faute, soit en créant l'apparence de la faute (vidéos éditorialisées...) pour crier au racisme, à la violence policière, ou à tout autre grief exploitable qui peut trouver client en ligne, et au-delà, dans le domaine politique/médiatique. Le climat ainsi créé est-il surmontable?

Puisque c'est une bataille de perception, ça se bat via la perception.

Si l'expérience que la population a de la police va à l'encontre de ce que colporte les "indigénistes décoloniaux" et autres rebelles se cherchant une cause, ces derniers vont se déconsidérer petit à petit, et donc perdre leurs relais et leurs soutiens au fur et à mesure que l'image que les gens se font de la police par leur expérience personnelle change.

Par contre si l'expérience que la population a de la police conforte l'image déplorable qui en est faite parce que les policiers sont juste des unités mobile de répression, anonymes et sans visage, qui ne sont jamais là quand on aurait besoin d'eux en théorie mais qui sont toujours là pour te harceler pour un oui ou un non et pour tataner les manifestants, ben la situation ne va pas s'arranger.

La société est une affaire d'humain, à la source du problème il y a la déshumanisation. Il faut ré-humaniser tout ça.

  • Like 1
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 hours ago, Kelkin said:

Puisque c'est une bataille de perception, ça se bat via la perception.

Si l'expérience que la population a de la police va à l'encontre de ce que colporte les "indigénistes décoloniaux" et autres rebelles se cherchant une cause, ces derniers vont se déconsidérer petit à petit, et donc perdre leurs relais et leurs soutiens au fur et à mesure que l'image que les gens se font de la police par leur expérience personnelle change.

Je suis pas si sûr que cela puisse marcher ainsi, là est mon problème: la diffusion instantanée de vidéos éditées ou non, plus encore dans le cadre d'un travail de longue haleine (parfois pensé "stratégiquement" par certains groupes) qui a un impact culturel sur les perceptions, souvent dès l'enfance (résultat: on peut tous mater le même film, mais peu y verront la même chose et entendront la même histoire), est un médium vraiment puissant. D'où ma référence à la possibilité d'une police "hyperlocale", cad liée profondément à une communauté locale qui se vit et se pratique comme telle (un quartier, une petite ville.... Où en grande majorité, ce sont les mêmes personnes interagissant régulièrement), et probablement recrutant en majorité localement. L'inconvénient d'un tel système, outre l'incompatibilité avec une police "nationale" gérant des carrières sur tout le territoire (et incitant à bouger au fil des promotions et besoins), c'est le développement de comportements purement locaux, qui vont parfois jusqu'à être "mafia like", créant des petits caïds en uniformes, voire des "barons brigands" contrôlant un quartier. 

Je m'égare, mais mon point est que je ne suis pas si sûr que, en l'état de la culture, de la socialisation et des techniques actuelles (vidéo sur smartphone, réseaux sociaux...), il n'y ait pas un avantage immense du côté de la culture tribale/identitaire et de ses moyens de communiquer, de créer, maintenir et développer de l'identité commune hostile à la police, quelle que soit la réalité vécue quotidiennement: nier la réalité, en amplifier ou oublier certains aspects, est un travers humain constant à la base (on voit ce que radio rumeur peut créer dans un petit groupe... Mais avec internet en plus?). Dans une telle optique, beaucoup de gens peuvent aimer leur flic local et détester la police en général, souhaiter la voir prise en faute et la punir, même si en plus c'est dans un autre pays: voir le cas anglais actuellement, où tout est fait pour imputer à la police anglaise, plutôt très clean, les torts de la police américaine, suite à l'import médiatique, universitaire et sociétal -culture des guettos ricains- des lignes rhétoriques US. Aussi infondé que ce soit, ça prend et ça domine la conversation outre-Manche. Lutter contre des perceptions très décalées de la réalité, mais pas totalement infondées (cas US) est déjà difficile, mais lutter contre un presque pur fantôme qui s'alimente quotidiennement dans l'imagination, un discours idéologique, une culture locale (des mauvais quartiers, où la "contre culture" anti-policière est juste le substrat de base dans une certaine frange de la population), la surenchère rhétorique et les emprunts à d'autres pays, cela me semble plus difficile qu'une simple histoire d'avoir des flics toujours clean ET efficaces (en soi un objectif difficile, voire impossible) et d'attendre qu'un décalage plus grand se crée entre le vécu et le colporté (particulièrement vrai dans ces métiers dont on ne retient que les bévues et bavures, et jamais les succès dont le but est de créer le sentiment de normalité dont on ne remarque pas l'effort qu'il coûte). 

Edited by Tancrède
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Tancrède a dit :

Je suis pas si sûr que cela puisse marcher ainsi, là est mon problème: la diffusion instantanée de vidéos éditées ou non, plus encore dans le cadre d'un travail de longue haleine (parfois pensé "stratégiquement" par certains groupes) qui a un impact culturel sur les perceptions, souvent dès l'enfance (résultat: on peut tous mater le même film, mais peu y verront la même chose et entendront la même histoire), est un médium vraiment puissant. D'où ma référence à la possibilité d'une police "hyperlocale", cad liée profondément à une communauté locale qui se vit et se pratique comme telle (un quartier, une ville.... Où en grande majorité, ce sont les mêmes personnes interagissant régulièrement), et probablement recrutant en majorité localement. L'inconvénient d'un tel système, outre l'incompatibilité avec une police "nationale" gérant des carrières sur tout le territoire (et incitant à bouger au fil des promotions et besoins), c'est le développement de comportements purement locaux, qui vont parfois jusqu'à être "mafia like", créant des petits caïds en uniformes, voire des "barons brigands" contrôlant un quartier. 

Je m'égare, mais mon point est que je ne suis pas si sûr que, en l'état de la culture, de la socialisation et des techniques actuelles (vidéo sur smartphone, réseaux sociaux...), il n'y ait pas un avantage immense du côté de la culture tribale/identitaire et de ses moyens de communiquer, de créer, maintenir et développer de l'identité commune hostile à la police, quelle que soit la réalité vécue quotidiennement: nier la réalité, en amplifier ou oublier certains aspects, est un travers humain constant à la base (on voit ce que radio rumeur peut créer dans un petit groupe... Mais avec internet en plus?). Dans une telle optique, beaucoup de gens peuvent aimer leur flic local et détester la police en général, souhaiter la voir prise en faute et la punir, même si en plus c'est dans un autre pays: voir le cas anglais actuellement, où tout est fait pour imputer à la police anglaise, plutôt très clean, les torts de la police américaine, suite à l'import médiatique, universitaire et sociétal -culture des guettos ricains- des lignes rhétoriques US. Aussi infondé que ce soit, ça prend et ça domine la conversation outre-Manche. Lutter contre des perceptions très décalées de la réalité, mais pas totalement infondées (cas US) est déjà difficile, mais lutter contre un presque pur fantôme qui s'alimente quotidiennement dans l'imagination, un discours idéologique, une culture locale (des mauvais quartiers, où la "contre culture" anti-policière est juste le substrat de base dans une certaine frange de la population), la surenchère rhétorique et les emprunts à d'autres pays, cela me semble plus difficile qu'une simple histoire d'avoir des flics toujours clean ET efficaces (en soi un objectif difficile, voire impossible) et d'attendre qu'un décalage plus grand se crée entre le vécu et le colporté (particulièrement vrai dans ces métiers dont on ne retient que les bévues et bavures, et jamais les succès dont le but est de créer le sentiment de normalité dont on ne remarque pas l'effort qu'il coûte). 

Le camp "officiel" est pas exactement démunie en terme de communication. La question est plutôt ou mettons nous notre confiance, est ce que je m'identifie à Cédric Chouviat ou à ceux qui sont cause de sa mort (pour prendre un exemple un peu carricatural)? Et bien sur que c'est une lutte de longue haleine mais c'est vrai dans les deux sens la détérioration de la confiance vis à vis des autorités tombent pas du ciel elle s'inscrit dans une histoire (comme celle de la guerre d'Algérie)  et s'étale en réalité sur des dizaines d'années. Je donne donc raison à Kelkin c'est une lutte qui doit être mené, parler comme toi c'est dire qu'elle est perdu d'avance alors que c'est loin d'être le cas.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, nemo a dit :

Le camp "officiel" est pas exactement démunie en terme de communication. La question est plutôt ou mettons nous notre confiance, est ce que je m'identifie à Cédric Chouviat ou à ceux qui sont cause de sa mort (pour prendre un exemple un peu carricatural)? Et bien sur que c'est une lutte de longue haleine mais c'est vrai dans les deux sens la détérioration de la confiance vis à vis des autorités tombent pas du ciel elle s'inscrit dans une histoire (comme celle de la guerre d'Algérie)  et s'étale en réalité sur des dizaines d'années. Je donne donc raison à Kelkin c'est une lutte qui doit être mené, parler comme toi c'est dire qu'elle est perdu d'avance alors que c'est loin d'être le cas.

le camp officiel communique tres mal (tellement mal que parfois, c'est contre son coté);  il n'y a pas de culture de la communication et, souvent, ce sont des syndicalistes qui communiquent, protégés par leur immunité.. (cela ne veut pas dire qu'ils disent tout et reglementairement)..

 

et, concernant la victime, il y a, pour moi, 2 temps : le premier, le temps du controle et le fait que ça parte en vrille

le second, le geste qui a induit sa mort...

 

et, en étant caricatural, aussi, des milliers, des millions de gens croisent des policiers tous les jours... cela n'en fait pas des des dizaines de morts ou des centaines, quotidiennement ...

pourquoi ?

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, christophe 38 a dit :

le camp officiel communique tres mal (tellement mal que parfois, c'est contre son coté);  il n'y a pas de culture de la communication et, souvent, ce sont des syndicalistes qui communiquent, protégés par leur immunité.. (cela ne veut pas dire qu'ils disent tout et reglementairement)..

 

et, concernant la victime, il y a, pour moi, 2 temps : le premier, le temps du controle et le fait que ça parte en vrille

le second, le geste qui a induit sa mort...

 

et, en étant caricatural, aussi, des milliers, des millions de gens croisent des policiers tous les jours... cela n'en fait pas des des dizaines de morts ou des centaines, quotidiennement ...

pourquoi ?

parce que la police est pas une force d'occupation dans un pays en guerre. Mais la question se retourne : pourquoi il y a régulièrement des morts dans l'interaction de la police avec la population?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, nemo a dit :

parce que la police est pas une force d'occupation dans un pays en guerre. Mais la question se retourne : pourquoi il y a régulièrement des morts dans l'interaction de la police avec la population?

Peut etre parce qu'un citoyen qui vient decommetre un acte répréhensible ne veut pas se laisser arrêter calmement...

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, nemo a dit :

parce que la police est pas une force d'occupation dans un pays en guerre. Mais la question se retourne : pourquoi il y a régulièrement des morts dans l'interaction de la police avec la population?

question de mentalité ? d'éducation ? de non respect ?

En parlant de la France, le comportement des usagers n'est pas le meme qu'à l'étranger, que ce soit pour des touristes qui se permettent en France des comportements qu'ils n'auraient pas chez eux, que ce soit pour des Français qui ne feraient pas en Espagne, en Hollande, aux USA, ce qu'ils font/disent sur le territoire national. (et je ne parle pas de l'Asie ou des pays de l'Est)

Et, je te le dis en rigolant, et en le tenant de policiers de la Guardia qui se marrent quand ils voient débouler les Français qui la ramènent sur des controles ; au second coup de bidule (le manche de pioche local utilisé par les fdo), les Français pleurent et ferment leur gueule.

 

De meme, il y a quelques années, j'ai du ouvrir la boite à claques pour un Algerien, à Grenoble qui m'avait chauffé les oreilles. Une fois calmé, il a reconnu qu'au bled, il aurait pris des coups de ceinture et serait resté debout, les bras en croix, pendant des heures sans meme penser se plaindre aux associations des droits de l'homme.. (là, il avait pris 2 claques)

 

En France, on conchie les institutions ; comportement suicidaire : tout ce que fait la France, ce que font les Français, sont de la merde, pour certains...

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,548
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Drul
    Newest Member
    Drul
    Joined
  • Forum Statistics

    21,040
    Total Topics
    1,363,413
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries