Recommended Posts

Il y a 12 heures, Patrick a dit :

Au passage on découvre donc que tu trouvais normal que le pouvoir politique chinois sache ce que pensent et échangent les jeunes américains... mais pas le pouvoir politique US? Désolé mais c'est hilarant. :laugh:

J'ai déjà dit des choses comme ça ?

Non, pas à ma connaissance.

Henri K.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 20/09/2020 à 18:43, Ciders a dit :

Et puis... on ne parle pas encore de paix. Trump va certainement en rajouter trois couches dès la signature ou juste avant comme à son habitude.

Et voilà le travail !

https://www.bfmtv.com/tech/les-applications-chinoises-tik-tok-et-we-chat-interdites-aux-etats-unis-ce-20-septembre_AN-202009180206.html?fbclid=IwAR00OwS8yYFadKL2xIpvWruaQdlYRACDebmBxQEE-MXMp9l2RQ1OY9dnL94

Un POTUS qui agit comme un loan shark. C'est déprimant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 42 minutes, Ciders a dit :

à mettre en parallèle avec les gros titre de ce matin sur FaceBook, à qui on ne demande "que" de ne plus rapatrier les données des Européens, qui doivent être stockées et traitées sur place...

Citation

Facebook menace de fermer Facebook et Instagram en Europe

Une décision de la hate Cour d'Irlande force désormais Facebook à ne plus rapatrier les données personnelles d'utilisateurs européens aux Etats-Unis. Le réseau social fait appel de la décision et menace de fermer ses différents réseaux sociaux en Europe s'il n'obtient pas gain de cause.

Il y a une dizaine de jours, la Data Protection Commissioner, autorité irlandaise chargée de la protection des données personnelles, a rendu une nouvelle décision contre Facebook. Le réseau social et ses succursales ne peuvent plus transférer de données d'utilisateurs européens aux Etats-Unis. Une décision de la Cour de Justice de l'Union Européenne du 16 juillet 2020 invalide en effet des mesures qui permettaient jusqu'alors à Facebook et d'autres géants américains du numérique de transférer les données de leurs utilisateurs européens.

La décision n'est pas une surprise : elle n'est que le dernier volet du bras de fer entre les GAFAM et les autorités européennes en matière de protection des données personnelles comme le RGPD. Elle provoque néanmoins une levée de bouclier du côté de Facebook qui estime être dans l'impossibilité de se conformer à ces nouvelles règles. Facebook a ainsi fait appel de la décision et a obtenu des mesures suspensives en attendant un nouvel avis en appel.

Dans une déclaration sous serment, Yvonne Cunnane, responsable de la protection des données personnelles chez Facebook Irlande, se demande comment le réseau social pourrait poursuivre ses activités sans avoir le droit de transférer des données personnelles aux Etats-Unis : “il n'est pas clair pour Facebook comment, dans de telles circonstances, il serait possible de continuer à fournir les services Facebook et Instagram en Union Européenne“.

[...]

https://va.news-republic.com/a/6874895115849040390?app_id=1239&c=sys&gid=6874895115849040390&impr_id=6875202118967707910&language=fr&region=fr&user_id=6499147509791720458

n'étant pas expert en réseau et traitement de données, je ne comprends pas ce qui gêne, si quelqu'un est plus calé que moi...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.newyorker.com/magazine/2020/09/28/the-tragedy-of-the-west-coast-wildfires

The Economist, dans une étude sur les facteurs climatiques contribuant aux incendies, a conclu que "les habitants de la côte ouest de l'Amérique devront apprendre à coexister avec des incendies plus nombreux et plus fréquents". Ou bien ils peuvent se déplacer, et, en fait, beaucoup peuvent être obligés de le faire. Selon un projet conjoint de ProPublica et du Times, si les émissions ne sont pas réduites de manière draconienne d'ici le milieu du siècle - et, dans une certaine mesure, même si elles le sont - pendant un nombre croissant de jours chaque année, certaines zones très peuplées du pays seront trop chaudes ou trop humides, ou les deux, pour que les habitants puissent s'aventurer en toute sécurité à l'extérieur. Il s'agit notamment de certaines régions du Texas et de l'Arizona, mais aussi de la Caroline du Nord, du Missouri et de l'Illinois.

Pendant ce temps, les villes de la côte Est et du Golfe du Mexique seront confrontées à l'élévation du niveau de la mer qui pourrait rendre la vie misérable ou non durable, sauf dans les endroits les plus riches. À terme, même les programmes d'assurance contre les inondations soutenus par le gouvernement ne suffiront pas à maintenir les populations sur les terres qui sont en train de disparaître dans la mer. Les communautés agricoles seront également confrontées à la nécessité de faire face à la baisse des rendements de nombreuses cultures. Quant aux incendies, les modèles montrent qu'ils consomment du terrain non seulement dans l'Ouest mais aussi dans des États aussi disparates que la Floride et le Minnesota. Les migrants climatiques ne quitteront pas seulement leurs foyers dans le Sud mondial, ils comprendront aussi des Américains qui sillonneront le pays.

Les projections sur la démographie des différents États peuvent être modifiées de façon imprévisible. Les personnes contraintes de quitter leur domicile dans un État rouge ou bleu ne deviendront pas nécessairement des électeurs verts. La dislocation massive pourrait entraîner un réveil environnementaliste, voire mobiliser les Américains pour faire face aux problèmes d'inégalité, mais elle pourrait aussi contribuer à une politique de ressentiment. On peut trop facilement imaginer un futur démagogue - Trump n'est peut-être pas le dernier - exploiter le sentiment de trahison et de peur des migrants climatiques nationaux.

  • Like 2
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://quillette.com/2020/09/19/down-the-1619-projects-memory-hole/ (19 septembre 2020)

Lorsque le projet 1619 a été imprimé en août 2019 sous la forme d'une édition spéciale du New York Times Magazine, le journal a mis en place une version interactive sur son site web. Le texte d'ouverture original indiquait :

Le projet 1619 est une initiative majeure du New York Times qui commémore le 400e anniversaire du début de l'esclavage américain. Il vise à recadrer l'histoire du pays, à comprendre 1619 comme notre véritable fondation et à placer les conséquences de l'esclavage et les contributions des noirs américains au centre même de notre récit national. [c'est nous qui soulignons]

Le passage, et en particulier sa description de l'année 1619 comme "notre véritable fondation", est rapidement devenu un point de controverse autour du projet. Les critiques de gauche et de droite ont contesté l'intention déclarée du journal de remplacer 1776 par la date alternative - un point qui a également été souligné dans les graphiques du magazine, montrant la date de l'indépendance américaine barrée et remplacée par la date d'arrivée du premier bateau d'esclaves à Jamestown, en Virginie.

Mais quelque chose a changé lorsque les controverses historiques autour du projet 1619 se sont intensifiées à la fin de 2019 et au début de 2020. Un groupe de cinq éminents historiens a contesté l'essai principal d'Hannah-Jones, en se concentrant sur son affirmation historiquement non étayée selon laquelle la protection de l'esclavage était l'un des principaux motifs des révolutionnaires américains lorsqu'ils se sont séparés de la Grande-Bretagne en 1776. D'autres détails du projet ont bientôt été examinés, révélant à la fois des erreurs factuelles et des interprétations douteuses des preuves dans d'autres essais, comme l'article de Matthew Desmond qui tente de relier le capitalisme américain à l'esclavage. Enfin, en mars, une historienne recrutée par le Times pour fact-checker l'essai d'Hannah-Jones a révélé qu'elle avait mis en garde le journal contre la publication de ses affirmations sur les motifs de la Révolution américaine en raison de la faiblesse des preuves. Les rédacteurs du Projet 1619 avaient ignoré cet avis.

L'intention annoncée de recadrer la date d'origine du pays a frappé de nombreux lecteurs à travers le spectre politique comme une répudiation implicite de la révolution américaine et de ses principes sous-jacents.

Plutôt que de s'attaquer directement à cette controverse, le Times - il semble maintenant - a décidé de l'envoyer dans le trou de la mémoire - le terme euphémisé pour désigner l'édition sélective de passages embarrassants de vieux articles de journaux dans le roman dystopique de George Orwell, 1984. Sans annonce ni correction, le journal a discrètement supprimé le passage incriminé.

La machine à remonter le temps d'Internet Archive suggère que la modification a eu lieu vers la fin décembre 2019, lorsque le projet 1619 a été confronté à un assaut de critiques sur ce point précis de la part de plusieurs historiens distingués de la fondation américaine.

Quelle que soit l'occasion exacte de ces changements, le Times n'a pas divulgué ses modifications ni la façon dont elles ont occulté l'une des revendications les plus controversées de l'ensemble du projet 1619. Ils ont simplement fait disparaître les passages problématiques, en espérant que personne ne s'en apercevrait.

  • Like 1
  • Haha 2
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour la fondation des USA, je prendrais la date de 1600. C'est à dire la date de la fondation de l'East India Company. Vous me direz, ce sont les Indes Orientales, et l'Amérique est à l'ouest, pas à l'est! Oui, mais ça n'empêchait nullement l'EIC de commercer en Amérique aussi. (Notamment pour y vendre du thé. Il y a une histoire au sujet de ce thé dans le port de Boston...)

Mais là où ça devient amusant est que l'EIC a appuyé et encouragé les indépendantistes américains, parce qu'elle voyait dans une Amérique indépendante une manière de payer moins d'impôts ! Ben oui, c'était une company avant tout. Et ce détail est très important parce que, si vous jetez un petit oeil à l'aspect du drapeau qui flottait fièrement sur les navires et les locaux de la compagnie au début de la guerre d'indépendance américaine...

KLQCQP9.png

Tiens, ça me rappelle quelque chose, mais quoi ? Ah oui, le Grand Union Flag, adopté par les "pères fondateurs" en 1775, c'est à dire juste avant de se décider à l'indépendance, quand ils étaient encore plus dans une idée d'autonomie que d'indépendance :

ee4tFEb.png

Deux ans plus tard, en 1977, ils remplacent l'Union Jack dans le coin pour mettre des étoiles blanches sur fond bleu, avec une inflation progressive du nombre d'étoiles, passant de 13 à 50 en deux siècles. (Les bandes changèrent comme les étoiles de 13 à 15 en 1795, mais revenirent ensuite à 13 quand les étoiles passèrent à 20 en 1818. Vous imaginez s'ils avaient augmenté les deux et avaient 50 bandes maintenant ?)

 

Edited by Kelkin
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
14 minutes ago, Kelkin said:

 

Deux ans plus tard, en 1977, ils remplacent l'Union Jack dans le coin pour mettre des étoiles blanches sur fond bleu, avec une inflation progressive du nombre d'étoiles, passant de 13 à 50 en deux siècles. (Les bandes changèrent comme les étoiles de 13 à 15 en 1795, mais revenirent ensuite à 13 quand les étoiles passèrent à 20 en 1818. Vous imaginez s'ils avaient augmenté les deux et avaient 50 bandes maintenant ?)

Dans un tel cas, si j'étais un écolier américain, je manifesterais contre le drapeau... Parce qu'il serait trop compliqué à apprendre et dessiner. 

Quote

Mais là où ça devient amusant est que l'EIC a appuyé et encouragé les indépendantistes américains, parce qu'elle voyait dans une Amérique indépendante une manière de payer moins d'impôts ! Ben oui, c'était une company avant tout. Et ce détail est très important parce que, si vous jetez un petit oeil à l'aspect du drapeau qui flottait fièrement sur les navires et les locaux de la compagnie au début de la guerre d'indépendance américaine...

D'où tu tiens ça? Tu as des sources là-dessus (je n'accuse pas, je demande, juste)? Le thé envoyé au fond du port de Boston était estampillé EIC, en protestation non seulement du "Stamp Act", puis du "Townshend Act" qui surtaxaient les importations de thé pour renflouer les caisses britanniques post guerre de 7 ans, mais aussi sur la concurrence déloyale imposée par l'EIC qui s'était faite octroyer (via son monopole colonial et son énorme puissance de lobbying) des avantages incroyables contre les importateurs de thé (et d'autres produits) des 13 colonies, dont beaucoup étaient de Boston, notamment John Hancock, un des premiers pères fondateurs, notable à ce moment clé avec John -futur 2ème président US- et Samuel Adams -fondateur des "Sons of Liberty". 

 

1 hour ago, Wallaby said:

https://quillette.com/2020/09/19/down-the-1619-projects-memory-hole/ (19 septembre 2020)

Lorsque le projet 1619 a été imprimé en août 2019 sous la forme d'une édition spéciale du New York Times Magazine, le journal a mis en place une version interactive sur son site web. Le texte d'ouverture original indiquait :

Le projet 1619 est une initiative majeure du New York Times qui commémore le 400e anniversaire du début de l'esclavage américain. Il vise à recadrer l'histoire du pays, à comprendre 1619 comme notre véritable fondation et à placer les conséquences de l'esclavage et les contributions des noirs américains au centre même de notre récit national. [c'est nous qui soulignons]

Le passage, et en particulier sa description de l'année 1619 comme "notre véritable fondation", est rapidement devenu un point de controverse autour du projet. Les critiques de gauche et de droite ont contesté l'intention déclarée du journal de remplacer 1776 par la date alternative - un point qui a également été souligné dans les graphiques du magazine, montrant la date de l'indépendance américaine barrée et remplacée par la date d'arrivée du premier bateau d'esclaves à Jamestown, en Virginie.

Mais quelque chose a changé lorsque les controverses historiques autour du projet 1619 se sont intensifiées à la fin de 2019 et au début de 2020. Un groupe de cinq éminents historiens a contesté l'essai principal d'Hannah-Jones, en se concentrant sur son affirmation historiquement non étayée selon laquelle la protection de l'esclavage était l'un des principaux motifs des révolutionnaires américains lorsqu'ils se sont séparés de la Grande-Bretagne en 1776. D'autres détails du projet ont bientôt été examinés, révélant à la fois des erreurs factuelles et des interprétations douteuses des preuves dans d'autres essais, comme l'article de Matthew Desmond qui tente de relier le capitalisme américain à l'esclavage. Enfin, en mars, une historienne recrutée par le Times pour fact-checker l'essai d'Hannah-Jones a révélé qu'elle avait mis en garde le journal contre la publication de ses affirmations sur les motifs de la Révolution américaine en raison de la faiblesse des preuves. Les rédacteurs du Projet 1619 avaient ignoré cet avis.

L'intention annoncée de recadrer la date d'origine du pays a frappé de nombreux lecteurs à travers le spectre politique comme une répudiation implicite de la révolution américaine et de ses principes sous-jacents.

Plutôt que de s'attaquer directement à cette controverse, le Times - il semble maintenant - a décidé de l'envoyer dans le trou de la mémoire - le terme euphémisé pour désigner l'édition sélective de passages embarrassants de vieux articles de journaux dans le roman dystopique de George Orwell, 1984. Sans annonce ni correction, le journal a discrètement supprimé le passage incriminé.

La machine à remonter le temps d'Internet Archive suggère que la modification a eu lieu vers la fin décembre 2019, lorsque le projet 1619 a été confronté à un assaut de critiques sur ce point précis de la part de plusieurs historiens distingués de la fondation américaine.

Quelle que soit l'occasion exacte de ces changements, le Times n'a pas divulgué ses modifications ni la façon dont elles ont occulté l'une des revendications les plus controversées de l'ensemble du projet 1619. Ils ont simplement fait disparaître les passages problématiques, en espérant que personne ne s'en apercevrait.

Et ça n'empêche pas, depuis avant même la parution de ces essais, ou de leur absurde prix Pulitzer, ce monument de propagande d'avoir été intégré au cursus scolaire dans de nombreux Etats, comtés et villes. Bourrage de crâne and co... 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, Tancrède a dit :

D'où tu tiens ça? Tu as des sources là-dessus (je n'accuse pas, je demande, juste)?

  • Johnson, Robert (2006). Saint Croix 1770–1776: The First Salute to the Stars and Stripes. AuthorHouse. p. 71. ISBN 978-1425970086.
  • Horton, Tom (2014). "Exposing the Origins of Old Glory's stripes". History's Lost Moments: The Stories Your Teacher Never Told You. 5. Trafford Publishing. ISBN 978-1490744698.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, rendbo a dit :

n'étant pas expert en réseau et traitement de données, je ne comprends pas ce qui gêne, si quelqu'un est plus calé que moi...

Bah le point critique des bases de données c'est la vitesse de traitement donc déjà si tu as 2 sites de stockage très éloignés, chacun avec une partie de ta BdD, si par exemple tu as une requête qui nécessite de comparer des entrées entre les deux cela va déjà poser un problème, car si chaque opération prend plusieurs dizaines de millisecondes et si tu dois réaliser des milliards d'opérations avant de donner une réponse à l'utilisateur, ça risque de devenir rapidement infernal.

Enfin c'est déjà un premier obstacle qui me vient à l'esprit.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon pour se détendre, rions avec alyssa milano, starlette d'hollywood vivant dans le luxe, et vertueuse partisane du "defunding" de la police.

https://www.dailymail.co.uk/news/article-8756911/Defund-police-activist-Alyssa-Milano-sparks-massive-police-presence-calling-911.html

EXCLUSIVE: 'Defund the police' activist Alyssa Milano calls 911 sparking massive police presence in her quiet California neighborhood claiming an armed an gunman was on her property - but it was really a teen shooting at squirrels with an air gun
Actress Alyssa Milano called police when she believed an armed gunman was on her Bell Canyon property in California on Sunday morning
At least seven Ventura County Sheriffs' vehicles, one K-9 unit, a police helicopter and one Los Angeles Fire Department team sat down the street on standby
DailyMail.com obtained exclusive photos showing the first responders coming to the aid of the actress and activist who is pro defunding the police 
'It turned out it was a neighborhood teen with an air gun shooting at squirrels,' a resident told the DailyMail.com 
Alyssa and her husband Dave Bugliari were also concerned that it may be someone stalking the former Charmed and Who's The Boss star
 The 47-year-old lives in an 8,000 square foot, $2.5 million home in the upscale gated community that sits just 20 minutes north of Los Angeles

:laugh:

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, Patrick a dit :

Bon pour se détendre, rions avec alyssa milano, starlette d'hollywood vivant dans le luxe, et vertueuse partisane du .../...

Starlette, starlette, à voir: il y a tout de même un vaisseau spatial qui porte son nom.

 

 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Yankev a dit :

Starlette, starlette, à voir: il y a tout de même un vaisseau spatial qui porte son nom.

 

 

et une ville en Italie lui rend hommage... et quand on voit sa performance dans le telefilm "Embrace of the Vampire", on comprend pourquoi :dry:

Révélation

Charlotte%20(Alyssa%20Milano)%20402.jpg?

 

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Intel et amd ont tous les deux obtenu la fameuse licence pour vendre des processeurs à Huawei, tout comme Microsoft qui a réussi à l'obtenir.

https://www.phonandroid.com/intel-obtient-le-droit-de-vendre-certains-processeurs-a-huawei.html

Finalement, seul des sociétés comme TSMC, Samsung, STmicroelectronics ou Mediatek sont perdant avec l'interdiction des américains. 

Je sais pas trop quoi en penser. Mais si j'étais taiwanais, j'aurai vraiment l'impression de m'être fait avoir en fait. :biggrin:

Edited by koojisensei2
  • Upvote 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://abc13.com/archive/9000225/ (21 février 2013)

L'utilisation des antidépresseurs a augmenté de 400 % depuis 1994.

https://www.nytimes.com/2020/01/02/opinion/depression-america-trump.html (2 janvier 2020)

L'American Psychiatric Association a indiqué que de 2016 à 2017, la proportion d'adultes qui se sont décrits comme plus anxieux que l'année précédente était de 36 %. En 2017, plus de 17 millions d'adultes américains ont connu au moins un épisode dépressif majeur, tout comme trois millions d'adolescents âgés de 12 à 17 ans. Quarante millions d'adultes souffrent aujourd'hui d'un trouble anxieux, soit près de 20 % de la population adulte. (Ce sont les cas connus de dépression et d'anxiété. Les chiffres réels doivent être stupéfiants).

Les rapports vraiment tristes concernent le suicide. Parmi tous les Américains, le taux de suicide a augmenté de 33 % entre 1999 et 2017.

https://www.washingtonpost.com/health/2020/05/26/americans-with-depression-anxiety-pandemic/ (26 mai 2020)

Un tiers des Américains montrent des signes d'anxiété clinique ou de dépression, selon les données du Bureau du recensement, ce qui est le signe le plus définitif et le plus alarmant à ce jour du bilan psychologique de la pandémie de coronavirus.

Lorsqu'on leur pose les questions normalement utilisées pour dépister les problèmes de santé mentale chez les patients, 24 % d'entre eux présentent des symptômes cliniquement significatifs de trouble dépressif majeur et 30 % présentent des symptômes de trouble d'anxiété généralisée.

Ces résultats suggèrent un énorme bond par rapport à la période précédant la pandémie. Par exemple, pour une question sur l'humeur dépressive, le pourcentage de personnes ayant signalé de tels symptômes était le double de celui constaté dans une enquête nationale de 2014.

New York, qui a connu la pire épidémie de coronavirus du pays, s'est classée au 12e rang national en termes de proportion d'adultes présentant des symptômes. Près de la moitié des Mississippiens ont été dépistés positifs à l'anxiété ou à la dépression - un chiffre stupéfiant. En revanche, dans l'Iowa, un peu plus d'un quart d'entre eux ont été dépistés positifs.

Certains groupes ont été plus durement touchés que d'autres. Les taux d'anxiété et de dépression étaient beaucoup plus élevés chez les jeunes adultes, les femmes et les pauvres. Les scores les plus faibles chez les jeunes adultes étaient particulièrement remarquables, étant donné que le virus a été plus susceptible de tuer les personnes âgées ou de les rendre gravement malades.

Ces résultats reflètent un approfondissement des tendances existantes : augmentation de la dépression, du stress et du suicide chez les jeunes adultes. "C'est un problème que beaucoup ont étudié sans obtenir de réponses claires - qu'il s'agisse des médias sociaux ou de la façon dont cette génération a été élevée ou simplement d'une plus grande volonté de parler de leurs problèmes", a déclaré Maria A. Oquendo, professeur de psychiatrie à l'université de Pennsylvanie. "Ce qui est inquiétant, c'est l'effet que cette situation a clairement sur les jeunes adultes".

https://www.washingtonpost.com/health/teen-suicides-increasing-at-alarming-pace-outstripping-all-other-age-groups/2019/10/16/e24194c6-f04a-11e9-8693-f487e46784aa_story.html (16 octobre 2019)

Pendant de nombreuses années, le suicide chez les jeunes était relativement rare et sa fréquence relativement stable. Mais de 2007 à 2017, le nombre de suicides parmi les personnes âgées de 10 à 24 ans a soudainement augmenté de 56 %, passant de 6,8 à 10,6 décès pour 100 000 personnes, selon le nouveau rapport.

Edited by Wallaby
  • Like 1
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
19 minutes ago, Kelkin said:

Ben non en fait.

Les USA ne figurent pas sur ce classement, mais on voit que la France, loin d'être en tête de peloton, est en fait en dessous de la moyenne !

 

Marrant, j'avais entendu la chose répétée encore et encore depuis plus de 20 ans, y compris par des psys... Alors soit mes infos datent vraiment, soit c'est un truc qui s'est implanté dans un réflexe (très français) d'autoflagellation, soit encore la chose était en fait mêlée à d'autres médications, faussant le compte (genre antidouleurs, parfois mis dans le même panier). Va falloir que je m'update. 

Je note aussi l'absence étonnante du Japon dans ce classement, pourtant un pays record en matière de dépressions/suicides. 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'affaire de Kenosha rebondit.

Révélation

 

Une vidéo de 11 minutes sortie hier, produite par la "Wood's FightBack Foundation", un organisme vraisemblablement partisan, patriotique, pro 2A et "de droite", est mise en avant par l'avocat de Kyle Rittenhouse, Lucian Lincoln "Lin" Wood Jr. (qui fut l'avocat de Richard Jewell, le héros d'Atlanta en 1996) compilant les évènements qui mènent à la fusillade.
https://www.dailymail.co.uk/news/article-8762311/Kyle-Rittenhouses-attorney-releases-new-footage-shootings.html
Youtube a évidemment soumis la vidéo à des restrictions. Attention images violentes, pas d'intégration mais un hyperlien.

 

C'est donc évidemment partisan, avec notamment l'utilisation d'une séquence vidéo postérieure à l'affaire de Kenosha pour expliquer un contexte antérieur, ce qui n'est pas totalement honnête, mais c'est surtout très éloigné des "faits alternatifs" mis en avant par les médias et faisant de Rittenhouse un monstre aux tares innombrables.

Le comportement dangereux des "manifestants" est bien démontré, avec les feux de poubelles roulantes à proximité d'une station-service. Est également évoquée la possibilité d'une méprise, l'un des aggresseurs plus tard abattu par Rittenhouse ayant eu une altercation avec un individu habillé presque exactement comme Rittenhouse. 
Est aussi démontré le fait que Rittenhouse a cherché à fuir autant que possible. Qu'il a été victime de tirs, soit d'intimidation, soit dirigés contre lui. Qu'il a été menacé de mort verbalement par des individus armés alors qu'il fuyait en direction de la police. Et que l'un de ses aggresseurs déclarera plus tard avoir regretté ne pas avoir tué Rittenhouse, alors même qu'au moment où il a tenté de le faire, non seulement Rittenhouse ne représentait pas de danger pour lui, mais en plus s'est abstenu de lui tirer dessus avant que l'individu ne sorte une arme de poing.
Le profil judiciaire des 3 "victimes" (aggresseurs) est également mentionné. TRÈS loin des héros clairs et purs contés par la presse mainstream.

La litanie de crimes attribués à Rittenhouse, dont un amusant "mise en danger" d'un individu en train de donner un coup de pied à Rittenhouse qui se trouve alors à terre, et mise en danger d'un "journaliste" en train de poursuivre le premier aggresseur de Rittenhouse qui sera abattu par ce dernier, sont pour leur part là pour démontrer l'inanité et la volonté de faire un procès politique du "district attorney".

Dans la foulée Facebook censure désormais et banni les personnes prenant parti pour Rittenhouse sur le réseau social. Prouvant une politisation de ce réseau dans la mesure où tresser les louanges d'autres criminels n'est absolument pas ni interdit ni remis en cause.

 

 

Edited by Patrick
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et voilà comment un nouveau fil va être fermé. C'est triste.

Sinon, on reste sur l'idée de départ : des gens tirent sur d'autres gens qui eux-mêmes les attaquent sans qu'on sache très bien qui a commencé à vouloir tuer le premier sous les yeux d'une police qui elle même tire plus souvent que de raison et pendant que sur les réseaux les deux camps hurlent à la mort en ayant également à l'esprit que les politiques hurlent eux aussi tout en encourageant la violence. Et le débat est de savoir qui a raison de tirer ou de frapper...

Vaste programme aurait dit le Général.

Vous vouliez vivre la fin de la République romaine ? Vous y êtes. Ne manque plus que les assassinats politiques et les affrontements entre bandes armées sur le For... devant le Capitole et on y sera vraiment.

Edited by Ciders
  • Thanks 1
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 51 minutes, Tancrède a dit :

Marrant, j'avais entendu la chose répétée encore et encore depuis plus de 20 ans, y compris par des psys... Alors soit mes infos datent vraiment, soit c'est un truc qui s'est implanté dans un réflexe (très français) d'autoflagellation, soit encore la chose était en fait mêlée à d'autres médications, faussant le compte (genre antidouleurs, parfois mis dans le même panier). Va falloir que je m'update. 

Je note aussi l'absence étonnante du Japon dans ce classement, pourtant un pays record en matière de dépressions/suicides. 

 

Cette baisse de consommation est hyper récente donc normal de rester sur les acquis sachant que oui dans les années 90/2000 on prenait énormément de ces médicaments. C'est par exemple à ce moment qu'on donne le plus de ritalin aux enfants. . .

Aujourd'hui les gens croient moins aux pilules magiques (il y a même une méfiance accrue envers la pharmacopée moderne) et les médecins ont plus de recul sur les molécules et les prescrivent moins

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Tancrède a dit :

Marrant, j'avais entendu la chose répétée encore et encore depuis plus de 20 ans, y compris par des psys... Alors soit mes infos datent vraiment, soit c'est un truc qui s'est implanté dans un réflexe (très français) d'autoflagellation, soit encore la chose était en fait mêlée à d'autres médications, faussant le compte (genre antidouleurs, parfois mis dans le même panier). Va falloir que je m'update. 

Je note aussi l'absence étonnante du Japon dans ce classement, pourtant un pays record en matière de dépressions/suicides. 

Serions-nous victimes d'un "effet Mandela"?

il y a 56 minutes, Ciders a dit :

Et voilà comment un nouveau fil va être fermé. C'est triste.

Pour te faire plaisir je mets tout en masqué.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Tancrède a dit :

Marrant, j'avais entendu la chose répétée encore et encore depuis plus de 20 ans, y compris par des psys... Alors soit mes infos datent vraiment, soit c'est un truc qui s'est implanté dans un réflexe (très français) d'autoflagellation, soit encore la chose était en fait mêlée à d'autres médications, faussant le compte (genre antidouleurs, parfois mis dans le même panier). Va falloir que je m'update. 

Je note aussi l'absence étonnante du Japon dans ce classement, pourtant un pays record en matière de dépressions/suicides.

La France distribuerait chichement les antidépresseurs, mais se rattraperait sur les benzodiazépines (anxiolytiques, somnifères, principalement) :

XVM1cec42d8-1ab5-11e7-88d6-e7c3ba8773d7-

https://sante.lefigaro.fr/article/psychotropes-la-consommation-a-diminue-mais-reste-trop-elevee/ (6 avril 2017)

En 2015 tout comme en 2012, la France est restée au 2ème rang de la consommation des benzodiazépines en Europe, juste derrière l’Espagne.

En 2015, près de 13,4% de la population française a ainsi consommé au moins une fois un médicament à base de benzodiazépine, principalement des anxiolytiques.

  • Like 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Spéciale dédicace aux fans de Bernie Sanders:

https://www.businessinsider.fr/us/i-beat-the-socialist-biden-reminds-voters-he-beat-bernie-sanders-2020-9

'I beat the socialist': Biden reminds voters 'worried about socialism' that he won the party nomination, not Bernie Sanders
"Do I look like a socialist? Look at my career — my whole career. I am not a socialist," the former vice president said.

Democratic presidential nominee Joe Biden aimed to assure voters concerned about socialism by pointing to the fact that he beat Sen. Bernie Sanders in the primary.
“I beat the socialist,” Biden said on Monday. “That’s how I got elected. That’s how I got the nomination."
President Donald Trump's campaign has attempted to characterize Biden as a "radical socialist."
Democratic presidential nominee Joe Biden aimed to assuage voter concerns about socialism by flatly pointing to his recent primary win during an interview on Monday.
"I beat the socialist," Biden said in a local news interview in Wisconsin. "That's how I got elected. That's how I got the nomination. Do I look like a socialist? Look at my career — my whole career. I am not a socialist."
The former vice president was referring to his victory over former 2020 Democratic rival Sen. Bernie Sanders for the party nomination earlier this year. A self-declared "Democratic socialist," Sanders is a staunch believer in the government playing a role to provide services to the public, including education and health care, but his thinking differs from "socialists" who generally believe the government should have total control over the economy.
After Sanders dropped out of the race, he endorsed Biden and worked with him to adopt some progressive policies under his platform, such as ensuring wealthy Americans and large corporations a fair amount in taxes.
Biden repeated an iteration of that proposal during the interview, claiming that President Donald Trump's promised tax cuts will result in a billionaire "paying less percentage of his taxes than you pay in your job and that's not right."
He later clarified his positions to voters "worried about socialism" and higher taxes.
"What we're going to do is make sure that we make people begin to pay their fair share," he said. "I'm not trying to punish anybody."
"I promise — I've never broken my word — anyone making less than $400,000 will not see one single penny in their tax raised," he added.
The Trump campaign has repeatedly attempted to characterize Biden as a "radical socialist" and made similar accusations about his running mate, Sen. Kamala Harris
Over the past few days, Trump escalated the assertions during campaign rallies in Ohio and North Carolina, professing that the country would descend into communism should Biden become elected. 
Recent polling suggests the line of attack has not swayed voters, who say that Biden is the more moderate candidate than Trump.
Still, Biden has continuously shut down the claims and defended his policies.
"You know me. You know my heart. You know my story," he said last month. "Ask yourself: Do I look like a radical socialist with a soft spot for rioters? Really? I want a safe America." :laugh::laugh::laugh::laugh::laugh:

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, Patrick a dit :

Pour te faire plaisir je mets tout en masqué.

C'est très aimable à toi mais le contenu est assez visible pour celui qui sait lire ton pseudo en haut des messages correspondants. :laugh:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,548
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Drul
    Newest Member
    Drul
    Joined
  • Forum Statistics

    21,030
    Total Topics
    1,362,573
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries