Recommended Posts

Posted (edited)
Il y a 19 heures, Patrick a dit :

On continue de rire.
Un ancien CEO de twitter déclare que ses ennemis politiques seront "les premiers à être alignés contre un mur et abattus quand sera lancée la révolution". Tweeter n'a pas supprimé son message qu'il a fini par retirer tout seul.

Un article de Forbes tentant de faire une analyse:

https://www.forbes.com/sites/abrambrown/2020/10/01/some-business-leader-should-face-a-firing-squad-former-twitter-ceo-dick-costolo-suggests-in-angry-tweet/#5f4bf4137b94

 

https://summit.news/2020/10/01/former-twitter-ceo-calls-for-political-enemies-to-be-lined-up-against-the-wall-and-shot/

Former Twitter CEO Dick Costolo has publicly called for people who disagree with him to be “lined up against the wall and shot.”
But there’s no Big Tech bias, honest!
“Me-first capitalists who think you can separate society from business are going to be the first people lined up against the wall and shot in the revolution. I’ll happily provide video commentary,” tweeted Costolo.
— dick costolo (@dickc) October 1, 2020

Mike Cernovich pointed out that Costolo was in violation of Twitter’s own rules regarding the glorification of violence.

https://www.foxbusiness.com/technology/former-twitter-ceo-capitalists-shot

Former Twitter CEO Dick Costolo said some capitalists "are going to be the first" to be "shot in the revolution" in a tweet Wednesday.
"Me-first capitalists who think you can separate society from business are going to be the first people lined up against the wall and shot in the revolution," he wrote. "I'll happily provide video commentary."

Petit détail amusant: ce monsieur dick costolo, "vaut" 300 millions de dollars US.
...Mais c'est ok, lui n'est pas un "me first-capitalist". Juste un très gros capitaliste très très riche, mais qui pense beaucoup aux autres. Promis.
C'est rassurant on a presque eu peur qu'il soit aligné contre un mur et fusillé...

Costolo was responding to a tweet in a thread about whether tech companies and business leaders should involve themselves in social justice issues.
"Tech companies used to welcome lively debate about ideas and society," he tweeted in the thread on Sept. 29. "It was part of the social contract inside the company, and it's what differentiated tech culture from, say, Wells Fargo culture. Now it's considered a distraction."

Et donc un "débat vivant" c'est quand on propose d'aligner des gens contre un mur pour les fusiller parce que c'est des capitalistes. Qui n'ont sans doute clairement pas tous une "valeur" de 300 millions de $.

 

 

Sans transition une question existentielle:
"Mais pourquoi les américains s'arment-ils autant?"
On se le demande.

Je ne sais pas où tu as pêché cette "nouvelle" (la seule qualité du gusse est d'avoir été chef chez Twitter et d'être riche : pas chef de parti, pas élu, pas candidat : représente lui-même. Bref...), mais la traduction qui en est faite est peut être fausse, et du coup tout le commentaire est absurde...

Un me-first capitalist, c'est un "capitaliste qui ne pense qu'à son propre intérêt." (sous-entendu : qui ignore les intérêts des tiers).
Dire en substance que, s'il y a révolution, ceux-ci seront les premiers fusillés parce qu'ils le méritent, c'est tout de même d'une banalité affligeante doublée d'un rappel factuel à ce qui s'est déjà passé durant nombre de révolutions : les figures honnies du peuple y passent.

En tant que tel, c'est donc un appel - un peu vif peut être, et encore ! à un capitalisme responsable et une dénonciation du "puisque je peux le faire je le fais, et tant pis pour les conséquences" si bien ancré dans certains milieux d'affaires.

Je ne sais pas quelles sont les autres opinions du gars, mais cette phrase-là relève d'un discours politique classique, en fait.

 

Les titres de Fox et de Summit, à en juger par les seules URLs, sont des détournements du propos.

Edited by Boule75
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 7 heures, Boule75 a dit :

Je ne sais pas où tu as pêché cette "nouvelle" (la seule qualité du gusse est d'avoir été chef chez Twitter et d'être riche : pas chef de pati, pas élu, pas condidat : représente lui-même. Bref...), mais la traduction qui en est faite est peut être fausse, et du coup tout le commentaire est absurde...

Un me-first capitalist, c'est un "capitaliste qui ne pense qu'à son propre intérêt." (sous-entendu : qui ignore les intérêts des tiers).
Dire en substance que, s'il y a révolution, ceux-ci seront les premiers fusilliés parce qu'ils le méritent, c'est tout de même d'une banalité affligeante doublée d'un rappel factuel à ce qui s'est déjà passé durant nombre de révolutions : les figures honnies du peuple y passent.

En tant que tel, c'est donc un appel - un peu vif peut être, et encore ! à un capitalisme responsable et une dénonciation du "puisque je peux le faire je le fais, et tant pis pour les conséquences" si bien ancré dans certains milieux d'affaires.

Je ne sais pas quelles sont les autres opinions du gars, mais cette phrase-là relève d'un discours politique classique, en fait.

 

Les titres de Fox et de Summit, à en juger par les seules URLs, sont des détournements du propos.

Bon...

Déjà le mec n'a été "que" CEO d'un des plus gros réseaux sociaux de la planète utilisé par des gouvernements, des agences de presse, des acteurs politiques, militaires, des faiseurs d'opinion...
Une broutille.
Mais tu as volontairement omis le plus important dans ta tentative de dédouaner cet ignoble personnage:
Le mec a ajouté:

"I’ll happily provide video commentary"

Preuve en capture d'écran:

TPM-Cover-Photos--98-.png

 

Le tweet supprimé du trou de balle en question:

https://twitter.com/dickc/status/1311472075903647750

 

Tu veux une traduction et une contextualisation ou bien pointer ce "point de détail" (oui la référence est voulue) suffira à m'éviter une nouvelle démonstration de mauvaise foi? :angry:

Voilà donc le contexte pour expliciter "l'affaire":

Et pas de "ouin ouin la source". C'est objectif.
https://thepostmillennial.com/former-twitter-ceo-gleefully-tweets-about-murdering-capitalists-on-a-platform-that-forbids-glorifying-violence

The former CEO of Twitter stated that those who reject woke politics "are going to be the first people lined up against the wall and shot in the revolution" and he'd "happily provide video commentary."

"Me-first capitalists who think you can separate society from business are going to be the first people lined up against the wall and shot in the revolution. I'll happily provide video commentary," pre-2016 Twitter head Dick Costolo tweeted Wednesday night to his 1.5 million followers.

Conservative commentator Michael Cernovich called out Costolo for violating the glorification of violence policy under Twitter's Terms of Service.

"That aside, thanks for publicly endorsing the mass murder of your political adversaries. This is clarifying," Cernovich continued.

"This is incitement of violence, glorifying violence and it’s the former CEO of Twitter," TechCrunch founder Michael Arrington said. "And, I thought, an old friend. I’m stunned."

OANN's Jack Posobiec replied with a gif that illustrated what Costolo had advocated for his political opponents: death by firing squad.

Media analyst Mark Dice referenced when Black Lives Matter activists alongside Antifa militants torched Portland Mayor Ted Wheeler's apartment complex. Illegal commercial-grade fireworks were launched in the residential neighbourhood to "celebrate" the mayor's birthday.

"Guess Dick missed what Antifa did to Portland mayor Ted Wheeler's condo just hours after he virtue signaled to them that he wasn't going to stop the riots," Dice wrote. "Spoiler Alert: They tried to burn it down, and force him to go into hiding."

"Tech companies used to welcome lively debate about ideas and society," Costolo ironically wrote in the initial Twitter thread, including a follow-up that criticized Coinbase CEO Brian Armstrong for "[a]bandoning the social contract with employees."

Armstrong pushed the "apolitical culture" in an open letter published Sunday, affirming that the exchange would not engage in "broader societal issues" or entertain staff discussions about political dialogue.

"Most folks want to work in an environment free from today's vitriolic politics," added Internet entrepreneur Jason Calacanis, pointing out that Coinbase will lose support from passionate pundits, "but they will gain a massive influx of talent that wants work to be about work and work only."

A Twitter user then agreed, asserting that the vast majority of workers desire to be effective and support professionalism in the workplace. "This will be rough for people who want an activist job on a tech person’s salary, but life is about choices. If you want to get paid to be an activist, join a non-profit," he said.

That's when Costolo called for the assassination of free-thinking individuals who seek a work environment free of politics.

 

En gros:

Une boite de cryptomonnaie, Coinbase, a décidé que désormais ses employés devaient arrêter l'activisme politique au travail et sur leurs réseaux sociaux, de quelque bord qu'ils soient.
Son patron dit que c'est sans doute avec de bonnes intentions mais que ça n'a rien à faire au travail parce que ça crée de la division.
Si les employés ne sont pas capables de se conformer à cette décision, ils ont droit à une prime de départ très généreuse.

Souce msnbc:
https://www.cnbc.com/2020/09/30/coinbase-ceo-offers-severance-to-employees-leaving-over-politics.html

Coinbase CEO Brian Armstrong told employees the company would offer severance packages for those who leave after he discouraged employee activism and political discussions at work.
He points to “internal strife” at Silicon Valley companies that “engage in a wide variety of social activism, even those unrelated to what the company does.” 
“While I think these efforts are well intentioned, they have the potential to destroy a lot of value at most companies, both by being a distraction, and by creating internal division,” Armstrong says.
[...]

 

MSNBC ne parlent évidemment pas de dick costolo, il ne faudrait pas donner du grain à moudre à leurs adversaires politiques conservateurs/républicains/autres personnes qui ne veulent pas aligner leurs opposants contre un mur et les fusiller.
:rolleyes::laugh::rolleyes:

 

Le résultat, c'est qu'un débat a donc lieu, avec des pour, des contre, etc...

 

...Et à ce moment, en réponse à tout ça, s'adressant DIRECTEMENT AU PATRON DE COINBASE, comme prouvé par les "@", l'ancien CEO de twitter déclare que:

"les capitalistes qui ne pensent qu'à eux et pensent qu'on peut séparer la société du business seront les premier à être alignés contre un mur et fusillés pendant la révolution, je serai heureux de commenter cela en vidéo".

Je remets la capture d'écran pour te laisser admirer le "REPLYING @COINBASE"

TPM-Cover-Photos--98-.png

 

Pas besoin d'enrober tout ça dans de la soie et du tulle.
Ce type se rêve en fasciste génocidaire.
Il est l'ancien CEO d'un des réseaux sociaux les plus puissants de la planète.
Il "pèse" 300 millions de dollars.
Et rêve de "révolution".
Et de fusiller des gens contre les murs quand ils refusent de faire de leurs entreprises des officines d'activistes politiques.
Des officines politiques qui bien entendu vont dans son sens à lui, c'est-à-dire vers le "progressisme".

 

Merci, et à bientôt.

Edited by Patrick
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non,  steuplait @Patrick, pas «génocidaire », le mot est déjà employé (trop a mon goût) pour Erdogan :pleurec:

Epi, je te soupçonne d'être un peu woke, sur le coup :tongue:

Sinon, tes interventions posent toujours la question : mais comment fait-il pour faire des réponses aussi circonstanciées sur tous les sujets ?! Moi, passé deux messages sérieux par jour gromax, je dois me doper.

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 59 minutes, Patrick a dit :

"les capitalistes qui ne pensent qu'à eux et pensent qu'on peut séparer la société du business seront les premier à être alignés contre un mur et fusillés pendant la révolution, je serai heureux de commenter cela en vidéo".

Tu permets une autre lecture ?

"Sérieux, les gars, à vous comporter comme ça, s'il y a une révolution, vous serez les premiers dont la tête sera au bout d'une pique ! Moi, je suis plus dans le sens du vent, et je hurlerai avec les loups." (pour ne pas me faire attraper moi aussi).

C'est beaucoup moins "fasciste génocidaire" et beaucoup plus "capitaliste qui ne pense qu'à lui", en fait. :biggrin:

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, FATac a dit :

C'est beaucoup moins "fasciste génocidaire" et beaucoup plus "capitaliste qui ne pense qu'à lui", en fait. :biggrin:

J'en déduis donc que le monsieur compte donc se suicider le dos au mur vu ses 300 millions de dollars de "net worth". :dry:

 

il y a 35 minutes, Hirondelle a dit :

Sinon, tes interventions posent toujours la question : mais comment fait-il pour faire des réponses aussi circonstanciées sur tous les sujets ?! Moi, passé deux messages sérieux par jour gromax, je dois me doper.

Le confinement qui est toujours d'actualité pour moi et d'autres raisons passablement irritantes partiellement dues à ce contexte.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a une heure, Patrick a dit :

Et pas de "ouin ouin la source". C'est objectif.

https://thepostmillennial.com/former-twitter-ceo-gleefully-tweets-about-murdering-capitalists-on-a-platform-that-forbids-glorifying-violence

The former CEO of Twitter stated that those who reject woke politics "are going to be the first people lined up against the wall and shot in the revolution" and he'd "happily provide video commentary."

"Me-first capitalists who think you can separate society from business are going to be the first people lined up against the wall and shot in the revolution. I'll happily provide video commentary," pre-2016 Twitter head Dick Costolo tweeted Wednesday night to his 1.5 million followers.

C'est tellement objectif que "me-first capitalists who think you can separate society from business" devient "those who reject woke politics". On note aussi l'objectivité dans le raccourci du titre de l'article, qui présente la chose comme étant cette individu annonçant son intention d'assassiner des capitalistes.

Mais bon. Tout ça c'est bien rigolo, mais la question est pourquoi les élucubrations sur un réseau social d'un ancien PDG sont placées dans le fil sur la politique étrangère des USA ? :huh:

Edited by Kelkin
  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Etats-Unis : création d’emplois et baisse des inégalités (2016-2019)

L’économie américaine de 2016 à 2019 sous Donald Trump n’a pas du tout profité aux riches mais aux ménages américains modestes et moyens

PAR NICOLAS LECAUSSIN

6 octobre 2020

La contamination du président Trump, son hospitalisation, la manière scandaleusement partiale dont les médias, pour la plupart, couvrent l’actualité des États-Unis, ont occulté quelques nouvelles économiques importantes. D’abord, les chiffres de l’emploi. L’économie américaine a créé 877.000 emplois nouveaux (en septembre) et le taux de chômage a baissé de 8.4 % à 7.9 % (fin septembre) ce qui constitue une assez forte réduction dans le contexte de l’ouverture (après confinement) de plusieurs États. On le voit dans les différences de taux de chômage qui vont du simple au double : Phoenix (5,9%) et Dallas (6,3%) contre Los Angeles (15%), New York City (13 %) ou Chicago (11,7%). Le taux de chômage a baissé dans 41 États et les salaires ont augmenté dans 40. A souligner aussi le rebond impressionnant de l’indice de confiance des consommateurs, un record depuis 17 ans !

Même si les créations d’emplois ont été moins importantes qu’au mois d’août (1.5 millions), la reprise économique est considérée comme forte et devrait le rester à condition que le pays ne reste plus confiné et continue à s’ouvrir complètement. Le chômage serait probablement encore plus bas si plusieurs États démocrates ne maintenaient pas leur économie fermée, telle la Californie où le parc Disneyland vient d’annoncer le licenciements de 28 000 employés, alors que le parc de Floride, lui, fonctionne normalement. Rappelons qu’en France, depuis les années 1990, un taux à 7.9 % est considéré comme pratiquement un succès !

D’autres statistiques auraient dû (aussi) attirer l’attention des journalistes et des observateurs. La Réserve fédérale a publié lundi son enquête sur les revenus des consommateurs, enquête qu’elle publie tous les trois ans. Elle donne un aperçu de la dette, du revenu et de la richesse des ménages américains dans tous les groupes démographiques. Principales informations : les revenus réels médians ont augmenté de 5% de 2016 à 2019. Entre 2016 et 2019, ceux des ménages blancs, riches et diplômés d’université ont connu une croissance relativement moindre que ceux des autres groupes. La Fed observe que « plus généralement, les écarts de revenus entre les familles titulaires d’un diplôme universitaire et celles qui n’en ont pas ont diminué ». Le revenu médian réel a augmenté de 9% pour les Américains qui n’ont pas terminé leurs études secondaires et de 6,3% pour ceux qui ont un diplôme d’études secondaires. Il a diminué de 2,3% pour ceux qui ont un diplôme d’études supérieures. La Fed souligne également une richesse croissante chez les Américains à faible revenu. La valeur nette (actifs moins dette) a augmenté de 32,5% dans le quintile de revenu le plus bas et de 30,7% dans le deuxième plus bas, tout en diminuant légèrement dans le quintile supérieur.

La hausse des revenus a rendu l’accession à la propriété plus abordable. Dans l’ensemble, l’achat de logements a diminué pendant la présidence Obama malgré des taux d’intérêt proches de zéro, mais il a augmenté de 1,4 point de pourcentage de 2016 à 2019, y compris chez les Hispaniques (1,8 point) et les Noirs (2,3 points). La croissance économique et le boom des entreprises ont contribué aussi à l’augmentation des participations dans les entreprises, en particulier chez les Noirs (+ 138%), les Hispaniques (+ 63%) et les Américains sans diplôme d’études secondaires (+ 104%).

Selon l’enquête de la FED et contrairement aux clichés, l’économie américaine de 2016 à 2019 (avant la pandémie) n’a pas du tout profité aux riches mais aux ménages américains modestes et moyens, ce qui a contribué à la réduction des écarts de richesses.

Article de Nicolas Lecaussin avec l’aimable autorisation de l’IREF

 

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Haha 1
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Kelkin a dit :

Mais bon. Tout ça c'est bien rigolo, mais la question est pourquoi les élucubrations sur un réseau social d'un ancien PDG sont placées dans le fil sur la politique étrangère des USA ? :huh:

C'est pas le fil politique étrangère des USA. C'est le fil "USA" tout court.
Le fil politique étrangère des USA est ici: 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, Zalmox a dit :

Etats-Unis : création d’emplois et baisse des inégalités (2016-2019)

L’économie américaine de 2016 à 2019 sous Donald Trump n’a pas du tout profité aux riches mais aux ménages américains modestes et moyens

PAR NICOLAS LECAUSSIN

6 octobre 2020

D’autres statistiques auraient dû (aussi) attirer l’attention des journalistes et des observateurs. La Réserve fédérale a publié lundi son enquête sur les revenus des consommateurs, enquête qu’elle publie tous les trois ans. Elle donne un aperçu de la dette, du revenu et de la richesse des ménages américains dans tous les groupes démographiques. Principales informations : les revenus réels médians ont augmenté de 5% de 2016 à 2019. Entre 2016 et 2019, ceux des ménages blancs, riches et diplômés d’université ont connu une croissance relativement moindre que ceux des autres groupes. La Fed observe que « plus généralement, les écarts de revenus entre les familles titulaires d’un diplôme universitaire et celles qui n’en ont pas ont diminué ». Le revenu médian réel a augmenté de 9% pour les Américains qui n’ont pas terminé leurs études secondaires et de 6,3% pour ceux qui ont un diplôme d’études secondaires. Il a diminué de 2,3% pour ceux qui ont un diplôme d’études supérieures. La Fed souligne également une richesse croissante chez les Américains à faible revenu. La valeur nette (actifs moins dette) a augmenté de 32,5% dans le quintile de revenu le plus bas et de 30,7% dans le deuxième plus bas, tout en diminuant légèrement dans le quintile supérieur.

La hausse des revenus a rendu l’accession à la propriété plus abordable. Dans l’ensemble, l’achat de logements a diminué pendant la présidence Obama malgré des taux d’intérêt proches de zéro, mais il a augmenté de 1,4 point de pourcentage de 2016 à 2019, y compris chez les Hispaniques (1,8 point) et les Noirs (2,3 points). La croissance économique et le boom des entreprises ont contribué aussi à l’augmentation des participations dans les entreprises, en particulier chez les Noirs (+ 138%), les Hispaniques (+ 63%) et les Américains sans diplôme d’études secondaires (+ 104%).

Selon l’enquête de la FED et contrairement aux clichés, l’économie américaine de 2016 à 2019 (avant la pandémie) n’a pas du tout profité aux riches mais aux ménages américains modestes et moyens, ce qui a contribué à la réduction des écarts de richesses.

Article de Nicolas Lecaussin avec l’aimable autorisation de l’IREF

J'avais lu d'autres chiffres : 

Le 09/02/2020 à 14:27, Wallaby a dit :

Il n'y a pas eu "d'effet Trump" sur les revenus des ménages. Malgré des taux de croissance du PIB de plusieurs points de pourcentage en rythme annuel durant toute cette période. Cela veut bien dire qu'il n'y a pas de partage des fruits de la croissance entre le capital et le travail.

https://theconversation.com/real-pay-data-show-trumps-blue-collar-boom-is-more-of-a-bust-for-us-workers-in-3-charts-131264 (7 février 2019)

De décembre 2016 à septembre 2019, les salaires nominaux ont augmenté de 6,79 %, passant de 22,83 $ à 24,38 $. Mais après avoir pris en compte l'inflation, les salaires moyens ont à peine bougé, n'augmentant que de 0,42 % sur la période.

La valeur réelle ou corrigée de l'inflation des avantages sociaux, qui comprennent les compensations sous forme d'assurance maladie, de retraite et de primes, a diminué de 1,7 % au cours de la période de trois ans.

Au total, cela signifie que la compensation réelle totale a diminué de 0,22 % entre fin 2016 et septembre 2019.

Les données nominales concernant les travailleurs du secteur manufacturier ne soutiennent guère un boom, mais elles montrent une augmentation de 2,22 % depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump.

Les données ajustées, cependant, font plutôt penser à un fiasco, les salaires ayant chuté de 3,88 % au cours de cette période. Et, là encore, la situation est pire si l'on ajoute les avantages sociaux, ce qui porte la baisse à 4,33 %. 

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Boule75 a dit :

Dire en substance que, s'il y a révolution, ceux-ci seront les premiers fusilliés parce qu'ils le méritent, c'est tout de même d'une banalité affligeante doublée d'un rappel factuel à ce qui s'est déjà passé durant nombre de révolutions : les figures honnies du peuple y passent.

En tant que tel, c'est donc un appel - un peu vif peut être, et encore ! à un capitalisme responsable et une dénonciation du "puisque je peux le faire je le fais, et tant pis pour les conséquences" si bien ancré dans certains milieux d'affaires.

Je ne sais pas quelles sont les autres opinions du gars, mais cette phrase-là relève d'un discours politique classique, en fait.

Dire en substance que, s'il y a révolution nationale, les mauvais citoyens (de préférence juif et/ou oppresseurs riches) seront les premiers fusillés parce qu'ils le méritent, c'est tout de même d'une banalité affligeante doublée d'un rappel factuel à ce qui s'est déjà passé durant nombre de révolutions : les figures honnies des révolutionnaires (cela marche avec réactionnaire, et plein d'autres mots aussi) y passent.

En tant que tel, c'est donc un appel - un peu vif peut être, et encore ! à un capitalisme responsable engagé au service de la Nation et une dénonciation des groupes qui parasitent celle-ci.

Discours politique classique en fait.

Évidemment il est aisé de relativiser même bien plus atroce avec cette élégante défense.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 57 minutes, gustave a dit :

Dire en substance que, s'il y a révolution nationale, les mauvais citoyens (de préférence juif et/ou oppresseurs riches) seront les premiers fusillés parce qu'ils le méritent, c'est tout de même d'une banalité affligeante doublée d'un rappel factuel à ce qui s'est déjà passé durant nombre de révolutions : les figures honnies des révolutionnaires (cela marche avec réactionnaire, et plein d'autres mots aussi) y passent.

En tant que tel, c'est donc un appel - un peu vif peut être, et encore ! à un capitalisme responsable engagé au service de la Nation et une dénonciation des groupes qui parasitent celle-ci.

Discours politique classique en fait.

Évidemment il est aisé de relativiser même bien plus atroce avec cette élégante défense.

Sérieux les gars enfants : vous voudriez criminaliser l'expression des gens qui appellent à la révolution ou même ceux qui, comme dans ce gazouillis, prophétisent très finement que les plus grossiers des robber-barons seront les premiers à se faire raccourcir ? Et aux Etats-Unis ? Ca va mettre du monde en taule, ça !

Il faut changer le titre du fil en USA - Bisounours et capitalisme débridé

 

Et sinon, sur le fond : moi un gusse qui fait l'apologie de la pollution, de la prédation sans limite, que jette des gens à la rue alors qu'ils ne sont même pas en retard dans leur remboursement de prêts, qui use de méthodes mafieuses pour favoriser un projet immobilier, qui n'hésite pas à empoisonner l'eau courante si ça lui fait gagner 1% de marge, qui tolère le viol dans les locaux de sa boîte, qui utilise la maltraitance grave comme "outil de gestion", qui blanchit l'argent du crime, je ne lui voit qu'une destination : la taule. La grande série du "tant que je ne me fais pas condamner c'est que j'avais le droit" me donne envie d'envahir l'Arménie.
Et si ça devait par trop se généraliser, moi aussi je serais bien un peu révolutionnaire sur-les-bords : abolition des privilèges et tout le toutim, en évitant la Terreur si possible.

Et vous voudriez quoi au juste : que ce genre d'expression d'opinion soit interdit ?

 

Encore une fois : pourquoi nous infliger ici sans aucune distance le véritable lavage de cerveau continu organisé sciemment par Fox News pour son audience, mettant en avant les connards "de gauche" pour favoriser ses poulains d'extrème-droite ? @Patrick : tu nous dirais "regardez donc de quoi cause Fox / Breitbard / & Co" ou inversement les sites censément ultra-woke ou ultra à gauche (qui ne sont curieusement jamais cités directement), je comprendrais. Mais là tu nous relaye ça comme si c'était chez nous, maintenant, généralisé, qu'il fallait prendre les armes tout de suite, etc...

Je dis stop : de la distance, de la réflexion.
De la dénonciation si tu veux de ce qui se produit ici, mais ailleurs.*

 

* en bon proto-révolutionnaire quasi-bourgeois et parisien, j'en profite immédiatement pour transgresser : la maire de Paris s'épanche en néo-français "inclusif"-mes-fesses sur ses communications officielles : je conchie cette mode de m...e ; d'ailleurs comment dit-on m...e au masculin ? Il me semble qu'il y a un trou dans l'inclusion ; si quelqu'un veut bien combler cette fistule.

Edited by Boule75
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Boule75 a dit :

Encore une fois : pourquoi nous infliger ici sans aucune distance le véritable lavage de cerveau continu organisé sciemment par Fox News pour son audience, mettant en avant les connards "de gauche" pour favoriser ses poulains d'extrème-droite ?

Ce que je mettais en avant c'était cette prise de distance, cette façon de relativiser et justifier, si souvent concédée à l'extrême gauche révolutionnaire par les mêmes qui s'enflamment à la moindre déclaration du camp d'en face (sans même que celui-ci appelle à tuer qui que ce soit, ce qui se termine alors illico en justice).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 24 minutes, gustave a dit :

Ce que je mettais en avant c'était cette prise de distance, cette façon de relativiser et justifier, si souvent concédée à l'extrême gauche révolutionnaire par les mêmes qui s'enflamment à la moindre déclaration du camp d'en face (sans même que celui-ci appelle à tuer qui que ce soit, ce qui se termine alors illico en justice).

Y a pas d'appel à tuer qui que ce soit dans ce tweet.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Relis bien le texte de Boule: "vous voudriez criminaliser l'expression des gens qui appellent à la révolution ou même ceux qui, comme dans ce gazouillis, prophétisent très finement que les plus grossiers des robber-barons seront les premiers à se faire raccourcir ?".

Note bien que je comprends cela, c'est juste que ceux qui disent bien moins sur BLM ou autres n'ont pas vraiment droit à ce même relativisme.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, gustave a dit :

Relis bien le texte de Boule: "vous voudriez criminaliser l'expression des gens qui appellent à la révolution ou même ceux qui, comme dans ce gazouillis, prophétisent très finement que les plus grossiers des robber-barons seront les premiers à se faire raccourcir ?".

Note bien que je comprends cela, c'est juste que ceux qui disent bien moins sur BLM ou autres n'ont pas vraiment droit à ce même relativisme.

Je ne sais pas à quel relativisme au juste tu fais référence : en démocratie, on a le droit de faire campagne pour "la révolution". Tant que le pouvoir n'est pas oppressif, on n'a pas le droit d'appeler au renversement de la démocratie, à la violence, etc... mais il y a une grosse différence entre l'énoncé d'un programme révolutionnaire (rupture de politique mais maintien de la démocratie) et l'appel au coup d'état (anti-démocratique, proscrit) ou l'appel au meurtre. Le tweet en question est légal aux USA, et il le serait en France aussi.

Par ailleurs, défendre la liberté d'afficher ces convictions ne signifie pas adhérer ou même défendre celles-ci.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

  

Il y a 5 heures, Zalmox a dit :

Etats-Unis : création d’emplois et baisse des inégalités (2016-2019)

L’économie américaine de 2016 à 2019 sous Donald Trump n’a pas du tout profité aux riches mais aux ménages américains modestes et moyens

PAR NICOLAS LECAUSSIN

6 octobre 2020

La contamination du président Trump, son hospitalisation, la manière scandaleusement partiale dont les médias, pour la plupart, couvrent l’actualité des États-Unis, ont occulté quelques nouvelles économiques importantes. D’abord, les chiffres de l’emploi. L’économie américaine a créé 877.000 emplois nouveaux (en septembre)

Ce n'est pas ce que j'ai lu à plusieurs reprises : solde de +661.000 avec une courbe qui a cette tête là :

Du coup le reste de l'article (source ?) me semble bien, bien douteux. Entre autres, il me semble qu'il confond "revenus des 20% qui gagnent le plus" avec "revenus des riches", et ça doit faire une sacrée énorme différence...

 

Citation

D’autres statistiques auraient dû (aussi) attirer l’attention des journalistes et des observateurs. La Réserve fédérale a publié lundi son enquête sur les revenus des consommateurs, enquête qu’elle publie tous les trois ans. Elle donne un aperçu de la dette, du revenu et de la richesse des ménages américains dans tous les groupes démographiques. Principales informations : les revenus réels médians ont augmenté de 5% de 2016 à 2019. Entre 2016 et 2019, ceux des ménages blancs, riches et diplômés d’université ont connu une croissance relativement moindre que ceux des autres groupes. La Fed observe que « plus généralement, les écarts de revenus entre les familles titulaires d’un diplôme universitaire et celles qui n’en ont pas ont diminué ». Le revenu médian réel a augmenté de 9% pour les Américains qui n’ont pas terminé leurs études secondaires et de 6,3% pour ceux qui ont un diplôme d’études secondaires. Il a diminué de 2,3% pour ceux qui ont un diplôme d’études supérieures. La Fed souligne également une richesse croissante chez les Américains à faible revenu. La valeur nette (actifs moins dette) a augmenté de 32,5% dans le quintile de revenu le plus bas et de 30,7% dans le deuxième plus bas, tout en diminuant légèrement dans le quintile supérieur.

Prend-il en compte l'inflation ou est-ce un truc pour les faibles ? Et encore une fois : source ?

Citation

La hausse des revenus a rendu l’accession à la propriété plus abordable. Dans l’ensemble, l’achat de logements a diminué pendant la présidence Obama malgré des taux d’intérêt proches de zéro, mais il a augmenté de 1,4 point de pourcentage de 2016 à 2019, y compris chez les Hispaniques (1,8 point) et les Noirs (2,3 points). La croissance économique et le boom des entreprises ont contribué aussi à l’augmentation des participations dans les entreprises, en particulier chez les Noirs (+ 138%), les Hispaniques (+ 63%) et les Américains sans diplôme d’études secondaires (+ 104%).

Ceux qui n'ont pas d'épargne du tout ???

Citation

Selon l’enquête de la FED et contrairement aux clichés, l’économie américaine de 2016 à 2019 (avant la pandémie) n’a pas du tout profité aux riches mais aux ménages américains modestes et moyens, ce qui a contribué à la réduction des écarts de richesses.

Ca voudrait dire que ceux qui détiennent l'essentiel des actions n'ont pas profité de leur hausse très supérieure à celle des revenus salariaux, doublée de distributions record de dividendes et de rachats massifs d'actions ? Comment est-ce possible ?

 

Citation

Article de Nicolas Lecaussin avec l’aimable autorisation de l’IREF

 

Bref : je ne sais pas d'où vient le texte (j'en ai trouvé un presque pareil du même auteur ), mais l'absence de sources, de citations, la faiblesse des dates notamment ("les années Obama", ça inclue toute la récession de 2008 héritée de soin prédécesseur ou pas ? Ca fait de sacrés écarts...) mais ses faiblesses sont légion et la teneur des autres écrits donne une assez bonne idée : ce Monsieur n'est pas un chercheur, mais un lobbyiste.

Edit : d'ailleurs les médias "scandaleusement partiaux" sont quand même assez gentil avec ce Monsieur qui aime tant Trump : il est "contributeur" chez politico.fr, l'opinion.fr, theepochtimes.com, europe-israel.org, a-droite-fierement.fr et... patriote.info . Ca, c'est juste la première page de Qwant, mais on a déjà fait le tour je crois : un poulain de Banon ou assimilé.

Edited by Boule75
  • Thanks 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, Boule75 a dit :

Un me-first capitalist, c'est un "capitaliste qui ne pense qu'à son propre intérêt." (sous-entendu : qui ignore les intérêts des tiers).
Dire en substance que, s'il y a révolution, ceux-ci seront les premiers fusillés parce qu'ils le méritent, c'est tout de même d'une banalité affligeante doublée d'un rappel factuel à ce qui s'est déjà passé durant nombre de révolutions : les figures honnies du peuple y passent.

 

Il y a 2 heures, Boule75 a dit :

Sérieux les gars enfants : vous voudriez criminaliser l'expression des gens qui appellent à la révolution ou même ceux qui, comme dans ce gazouillis, prophétisent très finement que les plus grossiers des robber-barons seront les premiers à se faire raccourcir ? Et aux Etats-Unis ? Ca va mettre du monde en taule, ça !

Je comprends l'interprétation que tu proposes, mais elle ne correspond - malheureusement - pas au contexte du gazouillis en question.

En bref, le PDG d'une entreprise décrète qu'il a envie que ses employés utilisent leurs heures de travail au bénéfice de la boîte plutôt que de faire du militantisme Eveillé (woke), qu'il voit semble-t-il comme sans rapport avec l'objet social de ladite boîte, et Costolo rétorque, sur le fond, que les capitalistes qui refusent de laisser leurs employés militer pour l'Eveil pendant leurs heures du travail, non seulement seront les premiers exécutés après la révolution, mais que lui-même en sera très heureux.

Screen-Shot-2020-10-01-at-6.04.26-AM.png

Ca c'est en aucun cas un discours banal. Et Costolo s'est bien réjoui à l'avance de l'exécution de ceux qui ne pensent pas comme lui.

Pas de l'exécution de barons voleurs ou d'autres grands méchants capitalistes - ce qui serait déjà inacceptable. Seulement de ceux qui pensent Mal, c'est-à-dire qui refusent la glorieuse révolution Eveillée à venir.

 

Il y a 2 heures, Boule75 a dit :

La grande série du "tant que je ne me fais pas condamner c'est que j'avais le droit" me donne envie d'envahir l'Arménie.

A chacun ses sensibilités particulières. Moi c'est plutôt d'écouter Wagner. Et envahir la Pologne.

Un autre moustachu, en fait :happy:

 

Il y a 2 heures, Boule75 a dit :

la maire de Paris s'épanche en néo-français "inclusif"-mes-fesses sur ses communications officielles : je conchie cette mode de m...e ; d'ailleurs comment dit-on m...e au masculin ? Il me semble qu'il y a un trou dans l'inclusion ; si quelqu'un veut bien combler cette fistule.

Alors déjà sur la première question : le masculin de "inclusif"-mes-fesses, c'est inclusif-mon-cul.

Je t'en prie :smile:

Au sujet d'une fistule anale, j'ai un certain Louis-Dieudonné en ligne à qui ce sujet rappelle de mauvais souvenirs. Même si certes sa guérison au final donna lieu à mélodie par Lully, qui devait être reprise ailleurs et serait encore jouée à l'occasion dans certains pays - enfin ce n'est qu'une rumeur :biggrin:

Révélation

 

Alors bien sûr, un modérateur me dira "Sur le fil USA ? Mais quel rapport ? Peux-tu l'expliquer ?"

Je répondrai "Ce ne sera pas difficile mein F... désolé, Monsieur le Président"

En effet, après Louis XIV, vint Louis XV. Après Louis XV, vint Louis XVI. Lequel rendit possible la victoire des Insurgents, et partant celle de Donald Trump (1) Et hop le tour est joué je me reçois en beauté comme une fleur :tongue:

 

(1) Qui est donc l'héritier légitime du trône de France. C'est vous dire si on a intérêt à rester en république :unsure:

Révélation

C'est dire aussi s'il est temps que je me couche. Bonne nuit !

 

  • Haha 2
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 2 heures, Boule75 a dit :

Bref : je ne sais pas d'où vient le texte

De là : https://fr.irefeurope.org/auteur/Nicolas-Lecaussin

Mais j'évite à donner des liens car dans le passé on a lâché les chiens sur moi quand j'ai osé publier des citations d' "Alexandre del Valle" (Marc d'Ana) avec des liens et puni pour trollage(sic). (En plus dans une discussion sur la Turquie et Erdogan pour lesquels il a une certaine expertise pour ne pas dire une expertise certaine. Le plus drôle c'est que son analyse c'est avérée juste avec l'actualité turque tout azimut. C'est comme Bernard Lugan dont on ne veut pas entendre ses analyses sur l'Afrique, alors qu'il est peut-être le meilleur africaniste du monde, mais ça ne colle pas à la doxa). Entre temps ce monsieur est devenu soudainement fréquentable, invité à la télé et tout le tintouin, ils n'étaient pas au courant que sur A.D. il était un personnage sulfureux.

Edited by Zalmox
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 5 heures, Zalmox a dit :

De là : https://fr.irefeurope.org/auteur/Nicolas-Lecaussin

Mais j'évite à donner des liens car dans le passé on a lâché les chiens sur moi quand j'ai osé publier des citations d' "Alexandre del Valle" (Marc d'Ana) avec des liens et puni pour trollage(sic). (En plus dans une discussion sur la Turquie et Erdogan pour lesquels il a une certaine expertise pour ne pas dire une expertise certaine. Le plus drôle c'est que son analyse c'est avérée juste avec l'actualité turque tout azimut. C'est comme Bernard Lugan dont on ne veut pas entendre ses analyses sur l'Afrique, alors qu'il est peut-être le meilleur africaniste du monde, mais ça ne colle pas à la doxa). Entre temps ce monsieur est devenu soudainement fréquentable, invité à la télé et tout le tintouin, ils n'étaient pas au courant que sur A.D. il était un personnage sulfureux.

Je viens donc d'aller voir et ça conforte mon analyse :

  • quasi-aucune source pour les chiffres donnés (les seules qui soient fournies concernent deux chiffres non-polémiques).
  • Certains arguments sont extrêmement faibles. L'indice de confiance des consommateurs a rebondi très fortement entre août et septembre : la belle affaire !
  • Et je vois a teneur des autres "articles" publiés (1128 !) : copier-coller de la partie polémique de Fox News, quoi (l'Ukraine qui aurait truqué l'élection US de 2016... Ben voyons !).

Au final, je maintiens : l'auteur vit de panphlets pondus à la chaîne, déclinés sur un aéropage de supports après vague réécriture. Au mieux un "idiot utile", au pire un agent, plus probablement un gusse qui a fait son trou dans le business de rabâchage des thèmes du patron de l'Opinion : tout privatiser, tout déréguler, l'environnement c'est d'la flûte, les français sont des feignants, vive les Rep's et le Likud, etc...

C'est pour @Bat dans la rubrique propagande.

P.S. : d'ailleurs, je vous recommande le "papier" sur Les vrais coupables de la « collusion avec la Russie » et les « affaires » louches du fils Biden* : un modèle d'accumulation d'insinuations malveillantes, un seul lien vers une "pièce" de dossier (une lettre de... Barr) et au final, ben... on n'a aucune idée de que qu'aurait pu vouloir faire l'Ukraine en 2016. Mais Biden est sûrement méchant (et donc les russes et Trump gentils).
Ce gusse a une profession : troll en cravate.

 

* on va éviter de le faire monter dans Google, hein :

 

Edited by Boule75
  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Zalmox a dit :

puni pour trollage(sic)

Forumeur n'est pas (contrairement à ce que l'on pense) une activité sans risques ...

Il y a 6 heures, Patrick a dit :

Miterrand, que je n'apprécie pas pour de multiples raisons, et notamment parce qu'il fut durant toute sa carrière politique d'après-guerre un erzatz de pétain, n'en déplaise à ses laudateurs et apologistes, disait: «La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort.»

Et il avait raison.

Nous avons bien plus de chances de survivre dans ce monde-là avec trump que sans lui. Parce qu'il est l'antithèse de cette politique, et c'est exactement pour ça que l'entièreté de l'appareil médiatique, de l'establishment, est contre lui.

Je trouve cette analyse assez fine, mais la principal soucis de "Donnie" n'est-il pas "Donnie" lui-même ? Car après-tout personne mieux que lui ne prête le flanc à la critique ... L'establishment à bon dos car "Donnie" en fait partie, jamais la colline n'a laisser un pèquenot accéder à la présidence

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Patrick a dit :

Il est latent que certaines élites, certains cercles de pouvoir américains, ont changé d'armes de domination culturelle et idéologique au cours des 15 dernières années

Ah? Rien de bien neuf si on regarde bien.

Il y a 6 heures, Patrick a dit :

Ces cercles politico-économico-culturels mènent activement une intense guerre de propagande, leur ambition étant de prendre le pouvoir et de se mettre en situation de ne plus jamais le perdre,

Si tu parles des Tea Party et autres groupes d'extrême droite, c'est tout à fait vrai.

Il y a 6 heures, Patrick a dit :

J'avais déjà parlé de ça, mais nous avons besoin de trump pour nous consolider nationalement et au niveau européen, voire même encore mieux, pour donner corps à l'idée française de l'Europe

La France c'est pluis rien du tout ou presque. C'est 1/20e de la Chine (et encore). C'est le Texas. Trump c'est le soutien aux anti alliances en Europe (genre les polonais). Voir la France comme une grande nation si elle sort des alliances fortes c'est comme pour l'Angleterre: ça ferait rigoler tout le monde et point barre. Regarde un peu les anglais qui v oulaient signer des supper accords avec tout le monde et qui se sont fait rire au nez (à commencer par les Indiens). 

Il y a 6 heures, Patrick a dit :

Il n'en reste pas moins que si les USA quittent leur rôle de gendarmes du monde, le bénéfice sur la balance du pouvoir sera immense,

En quoi la fin de l'alliance la plus démocratique qui soit est une avancée? Pour la remplacer par la dictature chinoise? ('je ne parle pas des russes qui gesticulent mais qui n'ont pas les moyens).

il y a 9 minutes, pascal a dit :

la principal soucis de "Donnie" n'est-il pas "Donnie" lui-même ? Car après-tout personne mieux que lui ne prête le flanc à la critique ... L'establishment à bon dos car "Donnie" en fait partie, jamais la colline n'a laisser un pèquenot accéder à la présidence

IL sert plus que jamais la haute classe républicaine: ils l'ont soutenu pour avoir les voix des white trash et pouvoir s'en mettrre plein les poches sans contrôle (ce qui a été fait). En mettant un con en place ils étaient certain de pouvoir gérer les rouages et de ne pas se faire prendre. Ils ne s'attendaient cependant probablement pas à tant de nullité.  Ils osnt réussi à faire foirer l'influence des USA dans le monde mais vu leurs ages, ils s'en foutent.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Patrick a dit :

@Alexis a tout dit, je ne commenterai pas plus.

 

En fait Boule, il faudrait que j'explicite toute ma vision des USA pour qu'on se comprenne. J'avais commencé à écrire un long pavé... mais à quoi bon?

Je m'en tiendrai à une conclusion:

Il est latent que certaines élites, certains cercles de pouvoir américains, ont changé d'armes de domination culturelle et idéologique au cours des 15 dernières années. Comme d'ordinaire aux USA, ils n'ont rien inventé (politiquement) et simplement repris et "industrialisé" des méthodes venues d'ailleurs. Ces cercles ce sont les progressistes qui emploient le parti démocrate comme rampe de lancement au risque de dénaturer totalement celui-ci.

Ces cercles politico-économico-culturels mènent activement une intense guerre de propagande, leur ambition étant de prendre le pouvoir et de se mettre en situation de ne plus jamais le perdre, voire de le reconquérir auprès du reste de l'occident qui subit des transformations accélérées et franchement délétères.

J'avais déjà parlé de ça, mais nous avons besoin de trump pour nous consolider nationalement et au niveau européen, voire même encore mieux, pour donner corps à l'idée française de l'Europe qui n'a jamais été aussi proche d'aboutir depuis l'époque où le général De Gaulle disait, "donnez-moi de tout sauf de l'Angleterre". Ce qui là aussi est bien triste quand on voit le potentiel que l'alliance et non l'opposition de ces deux pays a produit par le passé, depuis l'époque de Richard Coeur de Lion, mais je digresse.

Il n'en reste pas moins que si les USA quittent leur rôle de gendarmes du monde, le bénéfice sur la balance du pouvoir sera immense, même si le monde sera beacoup plus dangereux qu'avant. Cette situation, c'est l'aboutissement de la politique trumpienne. C'est aussi en partie la nôtre depuis le "L'OTAN est en état de mort cérébrale" de Macron.

Miterrand, que je n'apprécie pas pour de multiples raisons, et notamment parce qu'il fut durant toute sa carrière politique d'après-guerre un erzatz de pétain, n'en déplaise à ses laudateurs et apologistes, disait: «La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort.»

Et il avait raison.

Nous avons bien plus de chances de survivre dans ce monde-là avec trump que sans lui. Parce qu'il est l'antithèse de cette politique, et c'est exactement pour ça que l'entièreté de l'appareil médiatique, de l'establishment, est contre lui.

Et c'est aussi con que ça.

Je suis d'accord avec plein de choses là-dedans, y compris la citation de Miterrand dans les grandes lignes.

Mais faire campagne, d'une certaine manière, pour la réélection de Trump, est un pari d'un cynisme bien trop hasardeux à mon goût. Certes, cela scellerait possiblement l'unité de l'Europe occidentale encore plus fermement. Mais il faudrait aussi compter sur une agressivité totalement décomplexée de l'appareil d'influence US. Et sur le fond, cet appareil-là promouvrait non-seulement des doctrines géopolitiques désastreuses pour nous, mais des politiques environnementales, "culturelles" et économiques totalement contraires à nos intérêts.

L'élection de Biden permettrait certes probablement aux plus atlantistes de retourner à leur confort intellectuel, mais elle mettrait aussi le gouvernement polonais en porte-à-faux sur les sujets sociétaux, et qui sait si elle ne démontrerait pas que le repli des USA sur leur pré-carré est plus profonde qu'anticipé, justifiant ainsi l'approfondissement d'intégration de l'UE quel que soit le parti au pouvoir à Washington ? Sans compter que Biden héritera d'un pays très affaibli, possiblement peu gouvernable (il va avoir droit à des contestations permanentes de toutes ses législations et nominations devant la Cour Suprême, une véritable guérilla juridico-médiatique possiblement doublée de troubles civils).

Bref : "voter" Trump dans l'espoir que ça nous servirait est un pari outrageusement hasardeux.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Boule75 a dit :

Je ne sais pas à quel relativisme au juste tu fais référence : en démocratie, on a le droit de faire campagne pour "la révolution". Tant que le pouvoir n'est pas oppressif, on n'a pas le droit d'appeler au renversement de la démocratie, à la violence, etc... mais il y a une grosse différence entre l'énoncé d'un programme révolutionnaire (rupture de politique mais maintien de la démocratie) et l'appel au coup d'état (anti-démocratique, proscrit) ou l'appel au meurtre. Le tweet en question est légal aux USA, et il le serait en France aussi.

Par ailleurs, défendre la liberté d'afficher ces convictions ne signifie pas adhérer ou même défendre celles-ci.

Celui qui te fait traduire <je me réjouis que les égoïstes qui ne facilitent pas le Progrès soient fusilles à la révolution > par <je souhaite la révolution contre les capitalistes égoïstes > et commenter cela par <un discours politique normal >. 
encore une fois non pas que je conteste le droit de tels propos, mais permets-moi de douter que s’ils avaient été tenus par un méchant réactionnaire ils auraient bénéficié de la même mansuétude quant à leur interprétation 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,544
    Total Members
    1,550
    Most Online
    salvaggioc
    Newest Member
    salvaggioc
    Joined
  • Forum Statistics

    20,996
    Total Topics
    1,349,957
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries