Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

À signaler que la Caroline du Nord ne communique plus depuis presque 48 heures : ils vont prendre en compte les bulletins par correspondance jusqu'au 12 novembre ( mais en date du 3 ) donc pas de résultat dans les jours à venir.

Idem pour la Pennsylvanie qui comptabilisera les votes des militaires outre-mer pendant encore une semaine.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

3 hours ago, rendbo said:

article qui m'avait fait tiquer

je ne sais pas où va ce pays, mais j'espère qu'il n'entrainera pas le monde (que nous connaissons) dans sa chute.

Ces référendums n'ont pas grande chance d'aller où que ce soit: le fédéralisme est fort, et les dispositions constitutionelles quasi impossibles à bouger, surtout en ces temps de division/polarisation extrême. Bouger les frontières des comtés ruraux de l'Oregon et de l'Etat de Washington pour les rattacher à l'Idaho ne se fera pas, tout comme faire de Porto Rico (voire du District of Columbia) un Etat, ou encore diviser la Californie en plusieurs Etats, avant tout précisément... En raison du problème que ces comtés pointent dans leur militantisme: le fonctionnement du vote, la concentration du pouvoir dans une zone urbaine dominante, s'y opposera, tout comme la frilosité des autres Etats à modifier de telles choses (dépense de capital politique pour un sujet qui ne leur apporte rien, risque de contagion, risque d'impact sur la carte électorale...) au Congrès. 

Mais c'est aussi un problème plus large de l'époque: une sorte "d'oppression" géographique des zones moins densément peuplées, de nombre de villes moyennes et même de certaines grandes (qui n'ont pas économiquement le vent en poupe) à un degré sans précédent par un nombre somme toute limité d'aires urbaines disproportionnellement attractives/puissantes qui surconcentrent les flux de capitaux d'investissement et une population (par ailleurs très divisée économiquement genre "a tale of two cities") dont la taille permet d'imposer les impératifs de la dite agglomération aux dépends de tout le reste du territoire concerné. En Californie et à NY, c'est cruellement caricatural. 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 21 heures, Héliphas a dit :

on faisait des blagues sur l'Afrique qui envoit des observateurs.

Révélation

 

Vu d’Afrique.

Les États-Unis seraient-ils eux aussi un “pays de merde” ?

Burkina Faso

Le Pays - Ouagadougou

Publié le 05/11/2020 - 13:40

 

En 2018, Donald Trump avait qualifié un certain nombre de pays, dont les États africains, de “pays de merde”. Mais au vu de son attitude peu démocratique lors de la présidentielle américaine – au cours de laquelle il s’est empressé de revendiquer la victoire et de dénoncer des fraudes –, l’on est en droit de se demander s’il n’est pas du même acabit que les dirigeants de ces pays qu’il méprise, s’amuse ce journal burkinabé.

De Joe Biden ou de Donald Trump, les Américains, qui étaient appelés aux urnes le 3 novembre dernier, attendent de savoir qui sera le 46e président des États-Unis. Une élection qui intéresse aussi au plus haut point les Africains, curieux de savoir si Donald Trump, connu pour son manque d’intérêt, à la limite du mépris, pour le continent noir, où il n’a même pas daigné mettre les pieds une seule fois en quatre ans, pourra se succéder à lui-même.

C’est donc naturellement qu’en Afrique, comme un peu partout dans le monde, la tension monte durant l’attente des résultats. Car, s’il n’est pas exclu que le milliardaire compte encore des sympathisants sur le continent noir, il y a des raisons de croire que, dans leur grande majorité, le cœur des Africains bat pour Joe Biden, ancien vice-président du seul président noir de l’histoire des États-Unis.

 

République bananière

En qualifiant leurs États de “pays de merde”, Donald Trump a contribué à s’aliéner la sympathie de bien des Africains. Cela dit, vu d’Afrique, l’un des faits majeurs de cette présidentielle est qu’avant même la fin du dépouillement, le président américain sortant s’est autoproclamé vainqueur, dénonçant au passage des tentatives de fraude, et a menacé de saisir la Cour suprême pour arrêter le décompte des résultats.

De quoi rappeler les républiques bananières, où la contestation systématique et les dénonciations de fraudes sont la marque déposée des élections en Afrique. Sauf que, dans ce cas d’espèce, ce n’est pas le candidat de l’opposition, comme c’est généralement le cas sous nos tropiques, qui crie à la fraude, mais bien le président sortant. On croit rêver, et pourtant c’est la triste réalité.

 

Risque de violences

Donald Trump va-t-il faire de son pays un “pays de merde” ? Il présente bien des points de similitude avec tous ces dirigeants africains qui se comportent en “président fondateur” [expression ironique employée en Afrique pour qualifier les autocrates]. On se demande quel genre de démocrate est Donald Trump, avec un tel comportement, qui ne met pas son pays à l’abri d’une crise.

À lire aussi Vu d’Europe. Désormais, l’Amérique fait pitié

En tout état de cause, il faut souhaiter qu’au sortir de cette présidentielle 2020, qui s’annonce indécise jusqu’au bout, cela ne donne pas lieu à des violences, dont la menace est loin d’être écartée. Cela ne pourrait qu’écorner l’image de la plus grande démocratie du monde, et celle de Donald Trump avec.

 

https://www.courrierinternational.com/article/vu-dafrique-les-etats-unis-seraient-ils-eux-aussi-un-pays-de-merde?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1604580169&fbclid=IwAR33QB-CUW8U3lwuteQB_W4-Pv2Tha6e-qjz8bV4G98VgUjZNxCqdPlmyX0

Attend,

Dans le genre retour de bâton ironique, y a encore plus fort.

L'OSCE ( qui envoie souvent des observateurs pour surveiller le bon déroulement des élections, et qui a l'habitude de dézinguer les élections dans la sphère ex-soviétique ) donne son avis sur les élections US...

Et dénonce un abus de pouvoir de Trump (la déclaration prématurée de victoire, et la demande d'arrêter les décomptes)
MDR.
Si Trump surmonte cette crise, je sent aussi un retrait/defunding de l'OSCE ( avec un remplacement par la Russie? :)

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/05/elections-americaines-l-osce-accuse-donald-trump-d-abus-de-pouvoir-flagrant_6058624_3210.html

 

Link to comment
Share on other sites

Attention: je ne dis pas qu'il y a fraude!

Par contre je pense que les questions sont légitime et on ferrait mieux d'y répondre.

https://i.f1g.fr/media/cms/768x/2020/11/05/0102f36e839beca75d5a4d350842b1f7a0332ca2c1c71824977c213b4f60bda3.jpeg

https://i.f1g.fr/media/cms/715x/2020/11/05/948eac17954a0fa00cdef6b958b2f14ac95cf870d7687b94aa5da11b9d898082.png

Un taux de participation de 89.25% dans le Wisconsin est possible, oui. Mais il pose question.

Des gens respectables comme l'ancien maire de NY Rudolph Giuliani ont des gros soucis avec le Michigan.

Les articles ci-dessous sont raisonables et sourcés. Donc Il vaut bien mieux répondre aux questions raisonnablement plutôt que de pincer le nez face aux 49.999999% d'électeurs qui ont voté Trump malgré le Covid, la crise économique et une campagne de presse permanente depuis 4 ans.

https://www.lefigaro.fr/international/elections-americaines-les-accusations-de-fraudes-sont-elles-fondees-20201105

 

Révélation

 

Élections américaines : les accusations de fraudes sont-elles fondées ?

LA VÉRIFICATION - L'équipe de Donald Trump a annoncé entamer plusieurs poursuites judiciaires. Plusieurs incidents ou simples rumeurs émaillent le décompte de l'élection présidentielle, et la question du vote à distance reste éminemment délicate.

Par Luc Lenoir

Publié hier à 18:43, mis à jour il y a 2 heures

L'avocat de campagne de Donald Trump, Rudolph Giuliani, lors de son intervention à Philadelphie. MARK KAUZLARICH / REUTERS

LA QUESTION. L'équipe de Donald Trump le martèle : elle ne laissera pas l'élection «volée» par ce qu'elle décrit comme une «fraude électorale massive». Mercredi dans la journée, Rudolph Giuliani, ancien maire de New York et principal avocat de la campagne de Donald Trump a pris la parole à Philadelphie pour expliquer la position actuelle du président candidat : «C'est triste que nous soyons ici, dans le berceau de notre démocratie, et que nous assistions à la chose la plus antidémocratique qui soit», a-t-il notamment affirmé. Au cœur des suspicions, les bulletins de vote par correspondance, utilisés cette année par près de 100 millions d'électeurs en raison de la crise du coronavirus. «Cette forme de vote à distance a toujours été considérée comme la plus susceptible de fraude. Le New York Times l'affirmait quand cela ne s'appliquait pas au candidat Donald Trump», ironisait ainsi Rudolph Giuliani, évoquant d'anciens articles du célèbre journal.

En direct : EN DIRECT - Présidentielle américaine : Trump et Biden quasiment à égalité en Géorgie

Dans le Michigan, Donald Trump a lancé une requête pour faire à nouveau examiner les bulletins déjà décomptés. L'équipe a également annoncé avoir lancé des actions similaires dans le Wisconsin, en Arizona, et dans le Nevada. Parallèlement, Donald Trump a indiqué dès la nuit de l'élection qu'il allait demander à la Cour suprême d'invalider les bulletins arrivés en retard, une modalité récemment autorisée dans plusieurs États. Ces actions en justice reposent-elles sur des éléments concrets, qui pourraient laisser penser à une fraude?

VÉRIFIONS. Première pomme de discorde, les observateurs républicains qui se seraient vus empêchés d'entrer dans la salle de tri et de dépouillement des votes. Rudolph Giuliani a ainsi détaillé son accusation : «Nous étions supposés être autorisés à observer le décompte des bulletins. Pour la machine corrompue de Philadelphie, cela signifie se tenir à 20 ou 30 pieds [6 à 9 mètres environ], sans pouvoir voir si le vote a un cachet de poste valide, s'il est bien daté, signé... Autant de choses qui permettent d'inclure des bulletins frauduleux. Ça fait vingt heures que ça dure», s'est-il inquiété.

Des représentants de Pennsylvanie et du Michigan ont répondu, expliquant que les règles d'écartement mises en place découlent des exigences de distanciation sociale imposées pour protéger les agents du scrutin contre le coronavirus. Le gouverneur démocrate de Pennsylvanie Tom Wolf a déclaré qu'«à Philadelphie, les officiels administrent les élections avec le plus haut degré de transparence». D'autres ont ajouté que les observateurs non-officiels ne peuvent entrer dans les salles de décompte. Jeudi soir, Pamela Bondi, ancien procureur général de Floride et soutien de Donald Trump a annoncé sur Fox News avoir obtenu une décision judiciaire pour entrer dans les salles et observer le processus de dépouillement.

Les étranges courbes de décompte du Wisconsin et du Michigan

L'autre sujet de préoccupation des Républicains concerne les courbes de décompte des votes, principalement dans le Wisconsin et le Michigan, États clés du scrutin, pour l'instant officiellement tombés dans l'escarcelle de Joe Biden. Les graphiques de décompte en fonction du temps, publiés notamment par le site Fivethirtyeight y montrent d'étranges progressions fulgurantes des voix pour le candidat démocrate (voir images ci-dessous), sans aucune progression pour Donald Trump.

Les courbes de progression du décompte dans le Michigan et le Wisconsin, avec les montées brutales du vote Biden. Fivethirtyeight

Une fraude de ce type - aussi grossière soit-elle - est-elle envisageable? Le site qui les a publiées a précisé que l'augmentation brutale constatée dans le Wisconsin correspondait à «l'arrivée des votes par correspondance de la ville de Milwaukee». Celle du Michigan serait de son côté due à «l'arrivée d'un gros lot provenant du comté de Wayne, où se situe Détroit. Comme on peut s'y attendre, ceux-ci sont essentiellement démocrates». Reste à déterminer pourquoi Donald Trump n'enregistre aucun vote dans l'intervalle. La revue conservatrice The American Conservative a de son côté souligné que le taux de participation était «ahurissant» dans l'État, reprenant des données issues du New York Times: «environ 89,25% des électeurs inscrits. Bien sûr, c'est techniquement possible, mais dire que ce serait un taux de participation record serait un euphémisme». Le record de participation dans l'État était pour l'instant de 73.24%, en 2004. Si au niveau fédéral, la participation à l'élection de 2020 est sans précédent depuis plus d'un siècle, beaucoup de Républicains doutent de la réalité d'un tel sursaut citoyen.

Une autre image fait également réagir, comparant deux instants du décompte, entre lesquels Joe Biden empoche 138.339 voix d'un coup dans le Michigan alors que Donald Trump et les autres candidats n'en enregistrent strictement aucune (voir ci-dessous).

Les tableaux indiquant une montée soudaine du vote Biden dans le Michigan. Decision Desk HQ

Avant d'être abondamment commentées, ces deux cartes avaient été publiées par le site politique Decision Desk HQ. Son porte-parole a commenté auprès de Buzzfeed News qu'il s'agissait «d'une simple erreur d'un fichier créé par l'État» du Michigan. «L'État a remarqué l'erreur et a produit un décompte mis à jour, corrigé en temps réel comme nous l'avons fait». Une faute de frappe serait à l'origine de l'incident. Le total des voix pour Joe Biden redescendait un peu plus tard dans la nuit à 2,02 millions de voix. Aucun incident de ce type n'a pour l'instant été relevé concernant le vote républicain.

Çà et là, des commentateurs ont enfin relevé des votes fantaisistes, provenant de personnes «nées au XIXe siècle», entendant par là manifestement usurpés. Des erreurs qui font écho à plusieurs affaires datant des derniers mois : à certains endroits, comme le New Jersey, des habitants avaient reçu des bulletins adressés à des personnes décédées, ou ne vivant pas à l'adresse indiquée.

À lire aussi : Présidentielle américaine: «Comme en 2016, les médias ont confondu prétention morale et réalité des faits»

Le vote à distance, bête noire des Républicains

Si ces incidents doivent être pris avec précaution, et peuvent sembler marginaux, le sujet du vote à distance inquiète de manière générale les votants républicains et leur candidat Donald Trump depuis le début de la campagne électorale. Le New York Post, quotidien conservateur, avait publié en août les «confessions» d'un fraudeur démocrate, partisan de Bernie Sanders et qui ne souhaitait pas défendre la candidature de Joe Biden. Il y détaillait toutes les techniques qu'il disait utilisées par son camp pour manipuler les élections. L'article avait éveillé les soupçons des partisans républicains, mais aussi les doutes de démocrates sur la véracité du témoignage.

Les partisans de Trump dénoncent également le manque de sécurité générique du vote à distance. Plusieurs États, dont certains vont décider de l'élection présidentielle ne requièrent par exemple pas de signature pour authentifier le vote. Dans le Wisconsin, aujourd'hui stratégique, les scrutateurs ne sont pas tenus de comparer les signatures. En Pennsylvanie, le code électoral publié en septembre 2020 «n'autorise pas le conseil électoral du comté à mettre de côté les bulletins de vote par correspondance ou par correspondance renvoyés uniquement sur la base de l'analyse des signatures». En août, Karen Bell, directrice du conseil électoral de Caroline du Nord, avait souligné dans un document officiel que «La signature de l'électeur sur l'enveloppe ne doit pas être comparée à la signature de l'électeur au dossier, car cela n'est pas exigé par la loi de la Caroline du Nord». «Les conseils de comté accepteront la signature de l'électeur sur l'enveloppe de retour du conteneur si elle semble avoir été faite par l'électeur».

À lire aussi : Présidentielle américaine : Portland, Détroit, Phoenix... Les tensions s'accumulent entre pro-Trump et pro-Biden

La polémique des stylos «sharpie»

Enfin, une polémique a éclaté en Arizona autour de l'utilisation d'un feutre, de la marque Sharpie, qui rendrait les bulletins invalides selon des électeurs. Le procureur général de l'Arizona s'est inquiété des multiples remontées de citoyens et a demandé des explications à une commission électorale du Comté de Maricopa. Un autre comté, celui de Pima, a répondu sur Twitter que les peurs étaient infondées sur le sujet, précisant que les bulletins de vote seraient comptés sans problème quelle que soit l'encre utilisée, avec un traitement manuel en cas de problème avec les machines de décompte.

Une mise au point qui, là encore, n'a pas suffi à rassurer les électeurs, certains concluant qu'un repassage manuel du vote pour vérification constituait une nouvelle possibilité de fraude pour les opérateurs... Au gré des allégations et contre-allégations des deux camps, et des recours judiciaires républicains - qui restent parfaitement légaux -, la question de la fraude électorale risque donc de rester au cœur des débats autour du scrutin pour plusieurs jours encore.

 

 

https://www.theamericanconservative.com/state-of-the-union/cause-for-concern-in-the-six-holdouts/

 

Edited by c seven
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Plus sérieusement

Il y a 16 heures, Boule75 a dit :

Le parti Républicain, à ce stade, ses caciques en tout cas, sont très contents :

  • débarrassés du Trump ; ils peuvent parfaitement survivre à 4 ans d'opposition, surtout...

(...)Donc Trump : à la poubelle, ciao bello !

Je trouve que tu t'avances un peu (vendre la peau de l'ours ...).

1) Qui te dis que Trump concèdera cette élection ?
Le personnage me dégoûte, mais si j'étais à sa place, je tenterais absolument tout pour décrocher un autre mandat.

Juste par auto-préservation :
il a un certain nombre de procès qui l'attendent dès la fin de mandat (juste en comptant les affaires avant son élection de 2016).
Tant qu'il est président, il est de facto immunisé contre toute procédure judiciaire.

C'est vrai qu'habituellement, il y a de grosses indulgences (+ le pardon) pour les ex-présidents ...
Mais pas sûr que ça tienne cette fois : tensions tribales + de nombreux tabous / gentlemen's agreement qui ont déjà sauté lors de cette présidence.

 

2) Même si Trump n'est plus président, je le vois mal renoncer à sa tribune médiatique préférée.
Je le vois très bien, soit démarrer son propre media, ou plus simplement continuer de gueuler via twitter et conférences d'ex-président.
Et ce, quels que soient  les souhaits du GOP (qu'il a fréquemment ignoré, surtout les recommendations d'éviter les polémiques)

Bref, pour moi, non on ne sera pas débarrassé du Trump...
Et même s'il succombait (par exemple à une covid-orgie ), son héritage et style politique restera durablement dans le GOP
(le populisme fait voter ... et la base ne demande que ça)

Il y a 16 heures, Boule75 a dit :

Pour l'instant, car les bulletins dépouillés le plus tard sont souvent acquis à Biden ; à ce titre j'aime beaucoup les flagellations de sondeurs avant proclamation des résultats finaux : les enquêtes ont encore sous-estimés Trump, mais dans quelle marge finalement ?
Et on critique déjà ces outils comme s'ils avaient totalement failli alors qu'au final, si Biden est élu, eh bien... ils auront eu "raison".

Ils se sont aussi largement planté en prédisant une large vague démocrate au Sénat et à la Chambre ...
et ça c'est limite plus grave pour faire passer les mesures souhaitées par les démocrates.

Bref, c'est un triple échec.
 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 32 minutes, c seven a dit :

Un taux de participation de 89.25% dans le Wisconsin est possible, oui. Mais il pose question.

Pourquoi?

il y a 32 minutes, c seven a dit :

Des gens respectables comme l'ancien maire de NY Rudolph Giuliani ont des gros soucis avec le Michigan.

Mettre respectable et Giuliani dans la même phrase c'est comme dire que Staline était un humaniste....

il y a 32 minutes, c seven a dit :

Les articles ci-dessous sont raisonables et sourcés.

"The americanconservative".... mmmm....... ?

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Fusilier a dit :

Avec tout ce qui va lui tomber sur le dos et compris le risque de finir en taule, il va être très occupé :rolleyes:

Il finira bien par donner publiquement ou pas des secrets d’État. Ça devrait suffire. Ça plus la faillite qui surviendra tôt ou tard.

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Hirondelle a dit :

@rogue0

Donald Trump : son âge lui permettrait-il d’entamer une guérilla politique ?

Il me semble que la situation tient toute à sa personne. On ne trouve pas des numéros pareils sous la botte d’un cheval.

Il faut s'attendre au...

Révélation

Retour du Jedi :happy: !

-196217.jpg

Et non, c'est pas forcément une blague.

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, rogue0 a dit :

Bref, c'est un triple échec.

Imagine le tableau final, 

+ 4 millions de voix de différence  au niveau national. Les républicains ont augmenté le nombre de votants, mais les démocrates aussi en accroissant la différence de votes au niveau national 

deux Etats républicains (de vieille tradition) qui passent dans l'escarcelle des démocrates,

Pour le Sénat va falloir attendre, il y a quand même la possibilité que ça finisse 50 /50 , les deux indépendants (Libertarian?)  faisant la loi...

Link to comment
Share on other sites

il y a 53 minutes, c seven a dit :

Des gens respectables comme l'ancien maire de NY Rudolph Giuliani ont des gros soucis avec le Michigan.

Même les américains disent que les avocats ne sont pas des gens respectables. :biggrin:

Vous n'avez pas idée du nombre de blagues sur les avocats que ma famille m'a ramené d'un long séjour en Californie. Et ils y tiennent, le plus souvent, le rôle de la vermine. :wink:

Mais puisqu'on en est à juger les élections sur les courbes de progression des dépouillements, je comprends que Donald Trump veuille arrête le poll race alors qu'il est en tête, mais ce n'est pas comme ça que ça se passe. C'est quand on a tout compté que le résultat arrive. La ligne d'arrivée, c'est 100% de bulletins dépouillés et pris en compte (donc mi-novembre si c'est serré).

Parce que sinon, Joe Biden aussi peut demander l'arrêt de la prise en compte des bulletins dépouillés au delà d'une certaine durée. Si l'on prend les graphiques de @Castor au début de cette page, au 1er % des bulletins dépouillés, Sleepy Joe a gagné la Géorgie et la Pennsylvanie. A quoi bon s'emmerder à dépouiller le reste, c'est certainement que de la fraude. :rolleyes:

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, Fusilier a dit :

Avec tout ce qui va lui tomber sur le dos et compris le risque de finir en taule, il va être très occupé :rolleyes:

Potus le Orange en taule, tu tiens vraiment à faire un martyr ?!

C’est quand même un pays fabuleux !

[et appreciez à sa juste valeur le gars qui va et vient derrière la prêtresse envoûtée en lisant son journal :biggrin:]

@Alexis : 78 ans et le reste, ce serait un phénix.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 31 minutes, rogue0 a dit :

[...] Qui te dis que Trump concèdera cette élection ?
Le personnage me dégoûte, mais si j'étais à sa place, je tenterais absolument tout pour décrocher un autre mandat.

Juste par auto-préservation :
il a un certain nombre de procès qui l'attendent dès la fin de mandat (juste en comptant les affaires avant son élection de 2016).
Tant qu'il est président, il est de facto immunisé contre toute procédure judiciaire. [...]

Si Twitter propose de l'héberger, un peu à l'instar de ce que font certains états avec des dictateurs sur le point d'être déchus et qui risqueraient leur vie en cédant la place dans leur pays, tu penses qu'il accepterait de quitter le poste ? :laugh:

Edited by Skw
Link to comment
Share on other sites

Voici une image de Trump Resurrection, dont la sortie est prévue en 2024

4Budget.png

Il s'agit du débat électoral entre la 47ème présidente des États-Unis Kamala Harris - au pouvoir depuis 2021 -et le 45ème président :smile:

 

il y a 6 minutes, Hirondelle a dit :

 

 

@Alexis : 78 ans et le reste, ce serait un phénix.

Tu veux dire : l'âge de Joe Biden aujourd'hui :happy: #VGE2022

Edited by Alexis
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Hirondelle a dit :

Potus le Orange en taule, tu tiens vraiment à faire un martyr ?!

Dans cas il ne serait plus que l'orange, potus c'est réservé  au président...  Ceci dit, moi je ne veux rien, ça sera la justice US...

il y a 5 minutes, Hirondelle a dit :

la prêtresse envoûtée

Elle va pas bien de la cafetière celle-là....:combatc:

Link to comment
Share on other sites

15 minutes ago, rogue0 said:

 

 

2) Même si Trump n'est plus président, je le vois mal renoncer à sa tribune médiatique préférée.
Je le vois très bien, soit démarrer son propre media, ou plus simplement continuer de gueuler via twitter et conférences d'ex-président.
Et ce, quels que soient  les souhaits du GOP (qu'il a fréquemment ignoré, surtout les recommendations d'éviter les polémiques)

 

Une fois qu'il ne sera plus président, Twitter le censurera massivement, comme ils ont déjà commencé à le faire: on n'a le droit de mentir et de provoquer que d'un seul côté de la barrière politique, les GAFA entendent le faire savoir. S'il est probable qu'il va au moins essayer de se reconvertir dans un média d'un type quelconque, c'est pas dit que l'accès lui soit si facilement ouvert: il y aura de la rétorsion, des entraves, des coupures d'accès (aux financements notamment, mais aussi aux licenses légales) sous mille et une formes, et certainement un blocage massif par les boîtes dont un média d'aujourd'hui ne peut se passer, les plates-formes de médias sociaux. Je le vois mal essayer de se lancer sur une plate-forme alt tech, dont la taille est encore trop limitée. 

Le GOP sera certainement content d'être débarrassé de Trump, mais ils ne le seront que partiellement et, plus sérieusement, ils auront besoin de lui pour un moment, à un certain degré: s'ils croient qu'ils ont quelqu'un, sur les rangs, capables de rameuter du monde comme il le fait, ils se fourrent le doigt dans l'oeil. Même s'ils faisaient un réalignement plus populiste et incluant un certain niveau d'étatisme en matière économique (exit le credo reaganien "pur"), ce qui semble leur seul voie vers le succès désormais, et comme un certain nombre d'élus GOP, surtout les nouveaux, semblent le promouvoir, ça veut pas dire qu'ils ont trouvé quelqu'un capable de porter le message et d'atteindre ce genre de notoriété qui pèse. Ce genre de chose ne se produit pas sur commande. 

4 minutes ago, Fusilier said:

Imagine le tableau final, 

+ 4 millions de voix de différence  au niveau national. Les républicains ont augmenté le nombre de votants, mais les démocrates aussi en accroissant la différence de votes au niveau national 

 

Ironiquement, ces 4 millions de voix ne signifient que peu: faire sur-participer un électorat démocrate en Californie, à NY, dans le Massachussets ou dans l'Illinois, c'est pas vraiment si dur. L'élection va au final se décider sur quelque chose comme 100 000 électeurs au très grand maximum, dans un petit nombre d'Etats pivots, soit ce qui s'est passé en 2016 dans l'autre sens. 

Sur un plan moins électoral et plus politique, il serait intéressant de pouvoir savoir à quoi ce niveau de participation est plus du:

- Le Donald lui-même: pour ou contre

- la campagne anti-Trump (qui mobilise ou inquiète) d'une ampleur, d'une intensité sans précédent, et surtout menée avec la complicité/collaboration active de l'essentiel des médias et plates-formes de médias sociaux (pour moi, le phénomène le plus préoccupant, non parce que c'est pour ou contre un candidat particulier, mais parce que c'est un mécanisme réutilisable à l'envi, sur n'importe quel sujet, et qui semble au service d'une certaine portion de l'élite)

- les circonstances liées au COVID et à ses conséquences: confinement, peur massive sur la situation économique individuelle et les perspectives de chacun, tensions raciales (largement sur-travaillées au corps par une idéologie sur-représentée dans la "talking class").... Hors ce point exceptionnel, combien y aurait-il eu de votants en moins (là, on est à un surplus de 21 millions de votants par rapport à 2016), avec "juste" les deux facteurs précédents? 

4 minutes ago, Alexis said:

Voici une image de Trump Resurrection, dont la sortie est prévue en 2024

4Budget.png

Il s'agit du débat électoral entre la 47ème présidente des États-Unis Kamala Harris - au pouvoir depuis 2021 -et le 45ème président :smile:

La vraie question est de savoir, dans cette représentation, qui est qui? Perso, J'ai plus tendance à voir cette photo avec Harris à gauche (son vrai visage), et un Trump vraiment très mal casté à droite :tongue:

  • Haha 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Alexis a dit :

 

Tu veux dire : l'âge de Joe Biden aujourd'hui :happy:

 

Exactement ! Mais celui-là a été choisi précisément pour sa capacité à ne pas faire de vagues m’avez-vous expliqué quand je pensais que c’était un mauvais choix des démocrates.

Pas exactement le tempérament de Donald Trump.

il y a 4 minutes, Tancrède a dit :

La vraie question est de savoir, dans cette représentation, qui est qui? Perso, J'ai plus tendance à voir cette photo avec Harris à gauche (son vrai visage), et un Trump vraiment très mal casté à droite :tongue:

Le premier qui dit du mal de Sigourney, je le defonce !

spacer.png

Révélation

Qu’est ce qu’il a pu me faire comme mal, ce mini slip, ds mes tendres années...

 

  • Thanks 1
  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Tancrède a dit :

Ironiquement, ces 4 millions de voix ne signifient que peu:

Effectivement, ça ne joue pas sur l'élection. Mais,  puisque la mobilisation de l'électoral républicain est mise en avant comme une réussite de l'orange,  il me paraissait de bon ton de souligner que de l'autre côté c'est pareil, tout en augmentant le distances.  D'ailleurs, les votes "perdus"  c'est aussi valable pour les républicains.  Faut aussi regarder les votes dans les différents Etats, par exemple AU Texas les distances ne sont pas si énormes et tous les votes n'ont pas été dépouillés; 

Link to comment
Share on other sites

il y a 17 minutes, Hirondelle a dit :

Le premier qui dit du mal de Sigourney, je le defonce !

spacer.png

  Masquer le contenu

Qu’est ce qu’il a pu me faire comme mal, ce mini slip, ds mes tendres années...

 

Attends, Tancrède vient de dire que Sigourney Weaver ne ressemble pas à Donald Trump, et tu réagis comme s'il l'avait insultée :huh: ?

Révélation

Et dans ces années moins tendres, quel effet aurait sur toi un mini slip de Donald Trump :tongue: ?

 

Edited by Alexis
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

2 minutes ago, Fusilier said:

Effectivement, ça ne joue pas sur l'élection. Mais,  puisque la mobilisation de l'électoral républicain est mise en avant comme une réussite de l'orange,  il me paraissait de bon ton de souligner que de l'autre côté c'est pareil, tout en augmentant le distances.  D'ailleurs, les votes "perdus"  c'est aussi valable pour les républicains.  Faut aussi regarder les votes dans les différents Etats, par exemple AU Texas les distances ne sont pas si énormes et tous les votes n'ont pas été dépouillés; 

D'un certain point de vue, et pour essayer de me détacher de la "horse race" et du résultat de cette élection, le facteur qui me semble à surveiller, ou à essayer de débroussailler, consisterait à voir quelle est la portion, surtout dans le surcroît de voix exprimées, de vote tribal dans le résultat final: combien de gens en plus ont voté dans l'esprit "avec nous/contre nous". Le niveau d'enthousiasme ayant été très faible côté démocrate (plus de vote anti Trump que pro Biden ou pro démocrate), et les résultats républicains hors case présidentielle du bulletin ayant été tout sauf dégueulasses (comme ce n'était PAS anticipé), cela veut dire que l'élection a plus tourné autour de Trump (pour/contre: là est l'enthousiasme) et de la situation "covidienne" et ses conséquences (peur, colère.... Qui partent dans tous les sens), avec l'extrême partialité des médias et plates-formes médias sociaux pour pousser très fort dans un sens et empêcher "l'agora" d'être un champ de bataille tendant vers le plus neutre possible. 

De même, sur le côté du vote GOP, j'aimerais savoir quel est le niveau "d'enthousiasme négatif" qui a pesé dans le vote, à savoir des gens qui sont moins pro-Trump (voire pas du tout) qu'effrayés par l'évolution des démocrates. 

C'est là qu'on peut avoir plus d'infos sur les dynamiques actuellement à l'oeuvre dans le pays. A cet égard, Trump (moins l'individu et la réalité de sa présidence, au final pas vraiment sortie des normes US, que le croquemitaine/idole construit dans le vaste univers médiatique) est presque un phénomène qui masque en partie ces réalités. 

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,632
    Total Members
    1,550
    Most Online
    gabin1980
    Newest Member
    gabin1980
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.4m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...