Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

Premières données pour estimer l'impact sur l'image de Trump auprès de la population américaine des événements au Congrès américain le 6 janvier

Le site RealClearPolitics maintient depuis quatre ans l'indicateur du taux d'approbation de Donald Trump, qui est moyenné sur les différents sondages paraissant en continu. Pendant tout son mandat, le président américain a toujours été dans la fourchette de 37% à 47% d'approbation - remarquablement stable. Au 4 janvier, il était aux environs de 44%. Les deux derniers sondages parus, réalisés les 6 et 7 janvier, font apparaître un taux d'approbation de 38% et 39% respectivement.

Bien sûr, c'est préliminaire, il faut attendre la parution d'autres sondages post-événements pour être tout à fait sûr de l'impact sur l'approbation moyenne. Mais enfin la première tendance indique la perte d'environ 5 points d'approbation.

Y a pas à dire, ils sont tolérants les Américains. Peut-être même un peu trop… :unsure:

Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Ciders a dit :

Si on touche à l'anonymat, on touche aux libertés fondamentales. Même pas en rêve.

La liberté fondamentale est de pouvoir t'exprimer sans être inquiété.

Si tu as besoin d'anonymat pour parler, c'est là qu'il y a déjà eu un problème avec tes libertés fondamentales... et à titre personnel j'ajouterais même que l'anonymat est un appeau à troll, constatation que je fais tous les jours en lisant les news et leurs commentaires sur les sites de journaux (et il y a quand même beaucoup de Jean Dupont en France, non ? :rolleyes:).

Il y a 8 heures, FATac a dit :

Peut-être une forme d'aveuglement, en mode "ils en parlent, mais non, non, ils n'oseront pas".

la Naruto Run sur la zone 51 n'ayant pas eu le succès escompté, la méfiance était ensuite endormie 

la-photos-1staff-466299-na-area-51-event

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, kmltt a dit :

tu veux que je supprime? ça intéresse personne de savoir ce qui agite le bulbe des maga?

A ta place, j'éditerais le message pour le mettre en spoiler, avec un disclaimer "Attention théorie de conspiration délirante inside".
+le résumé de @Boule75 pour éviter que leur donner un clic, et contribuer à la popularité / propagation de la chose )

(parce que ce n'est pas explicite ton opinion sur le contenu du lien :

  • cité parce que je suis d'accord / c'est intéressant
  • pas d'accord mais intéressant
  • délire total et cité pour comprendre l'état d'esprit des énergumènes )
  • EDIT : ou "vraie question : je ne sais pas si c'est vrai ou pas, je laisse les connaisseurs du forum trancher"

(C'est que je reproche aussi parfois aux retweets sans contexte et aux liens cités par  @Wallaby )

Edited by rogue0
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, rogue0 a dit :

parce que ce n'est pas explicite ton opinion sur le contenu du lien

Sur la tête d'ma mère monsieur le juge, j'fais pas de bizness! c'est pour ma conso personnel...:chirolp_iei:

2 mecs de services louche se font grillé en vidéo (ils étaient surement pas là en pique-nique), mais ce qui compte c'est mon opinion...

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, kmltt a dit :

@Boule75 tu veux que je supprime? ça intéresse personne de savoir ce qui agite le bulbe des maga?

Cache le lien : ça leur fait du référencement en moins. Je viens de finir ce que j'ai compris de la retranscription de l'heure de vidéo : tu vois que ça m'intéresse.

Edited by Boule75
Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, rendbo a dit :

La liberté fondamentale est de pouvoir t'exprimer sans être inquiété.

Si tu as besoin d'anonymat pour parler, c'est là qu'il y a déjà eu un problème avec tes libertés fondamentales

Va faire un compte public en tant qu'avocat ou enseignant même dans un pays démocratique comme la France. Je te garantis les problèmes.

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Ciders a dit :

Va faire un compte public en tant qu'avocat ou enseignant même dans un pays démocratique comme la France. Je te garantis les problèmes.

c'est donc qu'il y a déjà un problème de liberté d'expression en France... soit parce que les mecs ne nous laissent parler et/ou ne peuvent accepter ton opinion ; soit parce que l'état restreint ta liberté de parole.

Edited by rendbo
Link to post
Share on other sites
il y a 36 minutes, rogue0 a dit :

(C'est que je reproche aussi parfois aux retweets sans contexte et aux liens cités par  @Wallaby )

Je peux savoir pourquoi tu me mets en cause, comme ça brutalement, de manière complètement vague. Je veux savoir ce que tu me reproches clairement, à propos de quel lien précis.

Cette façon de faire des insinuations vague me parait de nature à créer un climat délétère.

 

Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, rendbo a dit :

c'est donc qu'il y a déjà un problème de liberté d'expression en France... soit parce que les mecs ne nous laissent parler et/ou ne peuvent accepter ton opinion ; soit parce que l'état restreint ta liberté de parole.

Non. C'est aussi - voire surtout - parce que ces opinions, exposées à tous, identifiables par tous, peuvent poser problème dans le milieu privé ou professionnel. Personnellement, je suis transparent avec les amis, mais je ne mélange aucunement le boulot et ce que je raconte ici, par exemple, et j'entends qu'aucun recruteur n'y ait accès : ça ne les regarde pas, mais ce serait pourtant leur premier réflexe et ils tomberait immédiatement dessus si j'écrivais sans pseudo.

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
à l’instant, Wallaby a dit :

Je peux savoir pourquoi tu me mets en cause, comme ça brutalement, de manière complètement vague. Je veux savoir ce que tu me reproches clairement, à propos de quel lien précis.

Cette façon de faire des insinuations vague me parait de nature à créer un climat délétère.

HS, tu n'es pas visé en 1er chef.

Le message de @kmltt était l'occasion d'exprimer ma frustration avec les citations/retweet de lien sujet à polémique sans positionnement clair (ben oui, même pas de smiley, le préservatif d'internet).
Ma façon de réagir peut varier fortement suivant le contexte *

En gros, si l'orientation de sa citation ou de son message était :

  1. : "je suis d'accord avec la conspi" -> je lui serais rentré dedans, avec ironie (ou si j'étais irritable, à coup de Topol)
  2. : "pas d'accord avec la conspi, ou 4) j'ai un doute" -> j'y serais allé didactiquement
  3. "je sais que c'est une connerie, mais regardez moi ces trolls" -> je n'aurais pas répondu, sauf par un smiley.

Si j'ai un doute sur l'orientation, ça me coince pour répondre.

J'ai parfois ce doute avec tes citations (à la louche, ~1% des articles que tu cites), d'où mon poke.
Désolé que tu l'ai mal pris.

* (ou dans le cas des théories de conspiration, le niveau de mauvaise foi du trollage:
un forumeur qui me ressort aujourd'hui les conspi à base de Su-25 à propos du vol MH-17, je le topolise (virtuellement) )

<fin du HS>

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Boule75 a dit :

Non. C'est aussi - voire surtout - parce que ces opinions, exposées à tous, identifiables par tous, peuvent poser problème dans le milieu privé ou professionnel. Personnellement, je suis transparent avec les amis, mais je ne mélange aucunement le boulot et ce que je raconte ici, par exemple, et j'entends qu'aucun recruteur n'y ait accès : ça ne les regarde pas, mais ce serait pourtant leur premier réflexe et ils tomberait immédiatement dessus si j'écrivais sans pseudo.

En gros tu opposes le voyeurisme potentiel d'un recruteur à la protection et la permissivité non responsabilisante de l'anonymat... tout en pensant que les personnes qui ont envie de savoir qui se cache derrière un pseudo ne le savent pas (ou au moins toute entreprise ou organisation qui ne veut pas s'en donner les moyens).

Désolé de te décevoir, mais dans tes 12300 messages, je ne pense pas qu'il y en ait vraiment qui sois assez sulfureux pour te fermer autre chose qu'un travail à l'ambassade de Russie...

  • Haha 2
Link to post
Share on other sites
il y a 34 minutes, rendbo a dit :

En gros tu opposes le voyeurisme potentiel d'un recruteur à la protection et la permissivité non responsabilisante de l'anonymat... tout en pensant que les personnes qui ont envie de savoir qui se cache derrière un pseudo ne le savent pas (ou au moins toute entreprise ou organisation qui ne veut pas s'en donner les moyens).

Désolé de te décevoir, mais dans tes 12300 messages, je ne pense pas qu'il y en ait vraiment qui sois assez sulfureux pour te fermer autre chose qu'un travail à l'ambassade de Russie...

Oh je suis bien sûr qu'une organisation sérieuse qui voudrait m'identifier ici le pourrait en croisant avec d'autres sources, mais le recruteur lambda, normalement, non, et c'est tout ce qui m'intéresse. Je ne pense pas raconter quoi que ce soit de répréhensible d'ailleurs, ou qui pourrait rebuter, ce n'est juste pas son affaire. Un peu comme de fermer une porte à clé : ce n'est pas inviolable, c'est juste que ça évite les tentations.

Quant à l'ambassade de Russie... ça paye ? :biggrin:

Edited by Boule75
  • Like 1
Link to post
Share on other sites

 @ Tous les forumeurs, ce sujet sur la Démocratie à l'ère des réseaux sociaux (et de la mort des médias traditionnels), me semble très intéressant, mais il est tellement vaste qu'il mérite un sujet dédié.

Je lance un appel solennel @Tancrède à créer enfin un sujet sur son cheval de bataille préféré ... Et à se retrouver là-bas
Sinon je lui pique son cheval. Nah :)

"Challenge ... "
(je te laisse compléter la phrase rituelle de Barney)

 

Il y a 5 heures, BPCs a dit :

Il ne faut pas  tromper de débat :

Le problème est surtout que la seule réaction adaptée à ce qui vient de se passer a été le fait du directeur d'une société privée, alors que le Donald devrait être dans une cellule et privé de son téléphone !
Et là, il n'y aurait pas eu besoin de le priver de sa capacité à gazouiller :dry:

Un éditorial du Guardian :
https://www.theguardian.com/commentisfree/2021/jan/10/trump-coup-capitol-attack-pence-giuliani-fox-news-twitter-facebook-impeachment?CMP=Share_AndroidApp_Other

+10

Les trumpistes sont très prompts à se présenter comme victimes des "gauchistes"... et étrangement hésitants à reconnaître leurs actions passées.

Petit rappel des événements connus (à ce jour : on en découvre tous les jours)

  • Révélation
    • Trump martèle depuis des mois des accusations de fraude électorale massive (jamais prouvées, toutes rejetées même par "ses" juges)
      Ceux qui ne soutiennent pas sa position sont qualifiés de traîtres et de lâches.
    • La plupart des recours légaux à l'élection présidentielle sont déjà clôts (depuis décembre)
    • Il continue quand même de pressurer tout le monde pour "trouver" de la fraude massive, ou pour "trouver" assez de vote pour renverser le vote (cf LES appels enregistrés vers la Georgie la semaine dernière)
       
    • Le jour de la certification des résultats, https://thehill.com/homenews/campaign/532854-live-coverage-pro-trump-protesters-gather-in-washington
      Trump + Giuliani + le fiston haranguent et chauffent une manifestation de supporters (armés), en dressant la liste nominative des lâches du GOP, et les appelle à marcher ensemble avec lui (note: encore une promesse non tenue de politicien) vers les parlementaires en session, et à les "remotiver" ou se débarrasser des faibles.
      https://www.rev.com/blog/transcripts/donald-trump-speech-save-america-rally-transcript-january-6  (Transcription non officielle de son discours de 2h)
      autre analyse du speech (source NY Times : https://www.nytimes.com/2021/01/10/us/trump-speech-riot.html)

      Et ils marchèrent ...
      Et ils entrèrent par effraction

    Y a t il quelqu'un ici pour contester l'enchaînement des événements?

    Par ailleurs, si la plupart des intrus étaient plutôt du genre simple touriste égaré, de nombreux autres étaient venus bien armés (avec flingues et explosifs dans leurs voitures).
    Cf ce fil twitter avec les premières inculpations, avec les arsenaux saisis.

    Heureusement qu'ils n'avaient pas de plan de violence organisée , et qu'ils ont échoué à trouver des parlementaires, sinon ça aurait pu être bien pire (à minima par effet d'emballement).
    (et heureusement qu'il n'y a pas eu d'infiltration de la manif par un commando mieux organisé)
     

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce qu'il faudrait faire, ce serait par ordre de préférence, :

  • Que POTUS quitte le pouvoir immédiatement.
    Volontairement ou pas (démission, destitution, 25ème amendement, etc)
     
  • Si ce n'est pas possible (coût politique/ manque de couill** du GOP, soutien populaire trop important / divisions tribales insurmontables, etc)
    alors monter un cordon sanitaire pour que Néron il ne puisse pas incendier à nouveau Rome d'ici le 20 janvier (passation de pouvoir).
  • Je rappelle que Trump possède toujours :
    • les codes des armes nucléaires, avec l'autorité quasi absolue pour décider seul de leur usage .
      @mehari (apparemment, ça pose problème de lui enlever officiellement )
      https://www.vox.com/22220989/trump-nuclear-codes-pelosi-impeachment
       
    • le contrôle de la 1ère puissance militaire mondiale, avec l'autorité de bombarder quasiment tout pays "back to stone age".

      Heureusement que jusqu'à présent, il a plutôt montré qu'il hésitait à ordonner des frappes militaires.
      (par contre, ordonner aux soldats de charger des manifestants, ça ne lui posait aucun problème, cf BLM)
       

 

Link to post
Share on other sites
2 minutes ago, rogue0 said:

les codes des armes nucléaires, avec l'autorité quasi absolue pour décider seul de leur usage .
@mehari (apparemment, ça pose problème de lui enlever officiellement )

De deux choses, l'une. Ben oui, On peut difficilement prendre les codes nucléaires à Trump, il y a personne d'autre à qui les donner et les enlever purement et simplement reviendrait à "suspendre" la dissuasion nucléaire US. Le seul moyen c'est de le déclarer en incapacité d'exercer ses fonctions/impeach

La seconde, il n'y a pas de double confirmation?

 

 

(Et trois, pourquoi m'avoir tagué moi?)

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

 

La logique des démocrates est désormais de bloquer toute tentative de 2nd mandat et de « marquer l'Histoire » Nouvel Obs - Les démocrates préparent un nouveau procès d’impeachment contre Trump

Citation

(...)

Dans une procédure d’impeachment, la Chambre des Représentants accuse (il faut une majorité simple), le Sénat juge (la culpabilité n’étant possible qu’aux deux tiers des voix). Si Nancy Pelosi donnait le feu vert à cette nouvelle procédure, la Chambre pourrait assez rapidement voter l’acte d’accusation : quelques jours suffiraient. Le Sénat serait saisi avant le changement de locataire à la Maison Blanche, mais selon le leader de l’actuelle majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, compte tenu des règles de la chambre haute, un procès ne pourrait pas commencer avant le 19 janvier, soit la veille de l’investiture de Joe Biden.

La possibilité de prononcer un jugement d’impeachment après la fin du mandat d’un accusé fait l’objet d’un débat juridique. Il y a cependant un précédent : William Belknap, secrétaire à la guerre du président Ulysses Grant, a été acquitté après sa démission.
 

Restera à convaincre 17 sénateurs républicains...

Le nouveau président Joe Biden a-t-il envie de voir un tel procès s’engager dès le premier jour de son mandat, attirant toutes les attentions et occupant tous les esprits ? Pas évident : la priorité de Biden est plutôt de panser les plaies d’une société déchirée et d’engager un combat collectif contre le Covid-19 qui fait des ravages outre-Atlantique… Une solution à l’étude serait de voter l’acte d’accusation dès cette semaine, mais de ne l’adresser au Sénat que dans quelques mois.

La partie promet d’être difficile. Les démocrates n’auront, à partir du 20 janvier, qu’une très courte avance au Sénat. Ils peuvent compter sur 50 des 100 sièges (cette chambre étant présidée par le ou la vice-président(e) des Etats-Unis, en cas de vote ex-aequo, c’est la voix de Kamala Harris qui permettra d’assurer aux démocrates la majorité). Puisqu’il faudra, pour condamner Trump, réunir les deux tiers des voix des sénateurs, les démocrates devront convaincre 17 sénateurs républicains. Pas gagné. Certes, le vent tourne au sein le « Grand Old Party » : le frou-frou des retournements de veste bruisse dans tout Washington et déjà quatre sénateurs républicains (Pat Toomey, Ben Sasse, Lisa Murkowski et Mitt Romney) ont publiquement appelé Trump à démissionner.

Avec de bons avocats, Trump pourrait gagner son procès, en faisant valoir sa propre liberté d’expression, protégée par le premier amendement de la Constitution. Et ressortir auréolé de l’affaire.

Acter les responsabilités

Les pressions se font toutefois de plus en plus nombreuses pour que les responsabilités de ce qui s’est passé ce mercredi 6 janvier soient solennellement établies. Car il est de plus en plus clair qu’il ne s’agissait pas que d’un simple baroud d’honneur foutraque de trumpiens illuminés. Il y a eu cinq morts, dont un policier, et si les élus n’avaient pas été mis à l’abri rapidement, il y aurait pu en avoir davantage. Certains des insurgés portaient sur eux des liasses de serflex (menottes en plastique), ce qui pose de sérieuses questions sur leurs intentions. Au moins l’un des manifestants est en outre entré dans le Capitole avec une arme à feu chargée, d’autres avec des armes blanches, et onze cocktails molotov ont été retrouvés dans un véhicule garé près du Congrès.

Sur le plan constitutionnel, la gravité de cet épisode est vertigineuse. Pour le résumer simplement : l’exécutif a appelé à marcher sur le législatif, brisant le principe cardinal de la Constitution qu’est la séparation des pouvoirs. Les pères fondateurs des Etats-Unis, imprégnés des analyses de John Locke et de Montesquieu, en avaient fait la pierre angulaire de tout l’édifice institutionnel. Pour Nancy Pelosi, « il faut reconnaître que cette profanation a été provoquée par le président. » 

 

L'ex patron de l'USCP, Steven Sund, revient sur les échecs de mercredi...:

Citation

Le chef de la police sortant du Capitole accuse les responsables de la sécurité de la Chambre et du Sénat d'entraver les efforts pour appeler la Garde nationale

Le chef de la police sortant du Capitole, Steven Sund, a accusé les responsables de la sécurité de la Chambre et du Sénat d'avoir entravé de multiples efforts avant et pendant les émeutes du Capitole pour appeler la Garde nationale. Sund a déclaré au Washington Post dans une interview publiée dimanche soir - sa première depuis les événements du Capitole mercredi - qu'il avait demandé aux responsables de la sécurité (Sergeant-in-Arms) de la Chambre et du Sénat dans les jours précédant la date à laquelle le Congrès devait voter dans le comté du Collège électoral pour lui permettre de demander à la Garde nationale du DC d'être à sa disposition au cas où des troupes seraient nécessaires pour gérer les manifestations pro-président Trump. Mais le chef de la police du Capitole, qui a été officiellement été remplacé vendredi après sa démission, a déclaré au journal que les responsables avaient rejeté la demande.

Sund a rapporté que le Sergeant-in-Arms de la Chambre, Paul Irving, avait déclaré ne pas être à l'aise avec « l'optique » de déclarer une urgence avant les manifestations, et son confrère du Sénat Michael Stenger avait recommandé à Sund de demander officieusement à la garde d'être prête pour mercredi dernier. « Nous savions que ce serait plus gros », a déclaré Sund au Post. « Nous avions examiné les renseignements. Nous savions que nous aurions de grandes foules, avec potentiellement de violentes altercations. Mais je n'avais rien indiquant que nous allions voir une grande foule s'emparer du Capitole.» 

Le chef sortant a déclaré que sa demande avant les émeutes était la première des six (tentatives) fois où ses appels à l'aide seraient refusés ou reportés. Lorsque la foule pro-Trump atteint le Capitole vers 12h40, il a fallu environ 15 minutes pour que le périmètre ouest soit franchi, a-t-il déclaré. 

« Si nous avions eu la Garde nationale, nous aurions pu les tenir à distance plus longtemps, jusqu'à ce que davantage d'agents de nos services partenaires puissent arriver », a-t-il déclaré. Sund avance que vers 14h26, il demanda au Pentagone de fournir un renfort à l'issue d'un appel téléphonique. Mais un haut responsable de l'armée lui rétorqua qu'il ne pouvait pas recommander au Secrétaire de l'armée Ryan McCarthy d'autoriser le déploiement, en disant : « Je n'aime pas le visuel de la Garde nationale debout comme une ligne de police avec le Capitole en arrière-plan », a rapporté le Post, citant des participants à l'appel. Le premier personnel de la Garde nationale a fini par arriver à 17 h 40, après que quatre des cinq morts au cours des émeutes s'étaient déjà produits.

Le Post n'a pas pu joindre Irving pour un commentaire, et Stenger a refusé de commenter, disant à un journaliste: "Je ne veux vraiment pas en parler." Les deux responsables ont démissionné après les émeutes sous la pression des législateurs. Les responsables du Pentagone ont souligné le fait que la Police du Capitole n'avait pas demandé l'aide de la Garde nationale de Washington avant la manifestation ni demandé un plan d'urgence contre les émeutes impliquant la Garde. "Nous comptions sur la police du Capitole et les forces de l'ordre fédérales pour fournir une évaluation de la situation", a déclaré le porte-parole du Pentagone Jonathan Hoffman la semaine dernière, selon le Post. « Et sur la base de l'évaluation qu'ils ont faite, ils pensaient disposer d'un personnel suffisant et n'ont pas émis de demande.»

Mais Sund prévient que « s’ils (le Pentagone) ne s'associent pas à la sécurité physique, cela se reproduira » potentiellement lors de l’investiture du président élu Joe Biden.

Sourcehttps://thehill.com/homenews/news/533584-outgoing-capitol-police-chief-accuses-house-senate-security-officials-of

 

Link to post
Share on other sites

Les démocrates doivent évidemment lancer la destitution.

Si ça marche, ils sont crédibles vis à vis de leurs électeurs et ont eu la peau de l'unité républicaine
Si ça marche pas, ils sont crédibles vis à vis de leurs électeurs et les républicains marquent leur soutien à un bouffon indéfendable, ce qui aide les démocrates pour les élections suivantes.

Concernant le nucléaire, la procédure (tant qu'on le sait) c'est double confirmation si pas d'urgence et pas de double si urgence mais toujouts avec contrôle militaire (en gros c'est PAS un code mais une déclaration validée selon une procédure avec contrôle de la présence, légitimité etc etc). 

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, rogue0 a dit :

Heureusement qu'ils n'avaient pas de plan de violence organisée , et qu'ils ont échoué à trouver des parlementaires, sinon ça aurait pu être bien pire (à minima par effet d'emballement).
(et heureusement qu'il n'y a pas eu d'infiltration de la manif par un commando mieux organisé)

Il y a eu infiltration de la manif par un commando organisé. Prenez-le avec des pincettes, je n'ai rien recoupé et ne sais plus vous le montrer ce matin (pas le temps non plus).

Mais sur une vidéo vue hier en plan large, on voit des images d'une colonne cohérente d'un douzaine d'hommes remontant les marches du capitole à travers la foule avant de pénétrer dans le bâtiment, tous équipés de manière similaire (casque, masques, lunettes, vestes-à-pochettes nombreuses, etc..., bref : les mêmes que celui photographié dans la salle des Représentants avec les menottes en plastique, les mêmes que filmés descendant les marches soit-disant avec les disques durs de Pelosi, et qui ont l'air, eux, de savoir ce qu'ils font là.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, Boule75 a dit :

Il y a eu infiltration de la manif par un commando organisé. Prenez-le avec des pincettes, je n'ai rien recoupé et ne sais plus vous le montrer ce matin (pas le temps non plus).

Mais sur une vidéo vue hier en plan large, on voit des images d'une colonne cohérente d'un douzaine d'hommes remontant les marches du capitole à travers la foule avant de pénétrer dans le bâtiment, tous équipés de manière similaire (casque, masques, lunettes, vestes-à-pochettes nombreuses, etc..., bref : les mêmes que celui photographié dans la salle des Représentants avec les menottes en plastique, les mêmes que filmés descendant les marches soit-disant avec les disques durs de Pelosi, et qui ont l'air, eux, de savoir ce qu'ils font là.

Hein ?

Mais où a tu vue ça toi ?!

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, rendbo a dit :

(...)

Désolé de te décevoir, mais dans tes 12300 messages, je ne pense pas qu'il y en ait vraiment qui sois assez sulfureux pour te fermer autre chose qu'un travail à l'ambassade de Russie...

Déjà, poster 12300 messages sur un forum spécialisé dans tout ce qui tourne autour de la défense, c'est louche non ? :blink:

PS :tongue::biggrin:

Link to post
Share on other sites
10 hours ago, rogue0 said:

 @ Tous les forumeurs, ce sujet sur la Démocratie à l'ère des réseaux sociaux (et de la mort des médias traditionnels), me semble très intéressant, mais il est tellement vaste qu'il mérite un sujet dédié.

Je lance un appel solennel @Tancrède à créer enfin un sujet sur son cheval de bataille préféré ... Et à se retrouver là-bas
Sinon je lui pique son cheval. Nah :)

"Challenge ... "
(je te laisse compléter la phrase rituelle de Barney)

 

+10

Les trumpistes sont très prompts à se présenter comme victimes des "gauchistes"... et étrangement hésitants à reconnaître leurs actions passées.
 

 

Tu veux dire, ô mon Dieu, qu'ils sont tout aussi hypocrites que n'importe quelle autre faction politique, qui veut avoir le beurre, l'argent du beurre, le sourire et le cul de la crémière, ainsi que se vivre comme les héros de leur petite histoire? Je suis choqué, monsieur. Choqué! 

Mais l'un des problèmes ici à l'oeuvre est le cycle action-réaction dans la société et la culture: beaucoup de ces gens ont vu pendant des années (et "subi" à un certain degré) une absence totale d'équilibre dans le traitement de diverses questions et personnes, et une tendance aussi lourde qu'unilatérale à noircir des gens comme eux, des gens qu'ils estiment, à caricaturer ce qui leur tient à coeur, voire à cracher dessus totalement sans grand attachement à la vérité ou à un minimum d'équité dans le dit traitement, le tout sur fond de l'évolution socio-économique qu'on connaît un peu partout dans les pays développés. L'éclatement du paysage médiatique depuis avant l'internet (le câble a été le premier jalon de ce changement, avec la multiplication exponentielle des chaînes télé) a favorisé l'émergence puis l'affirmation de bulles informationnelles multiples qui sont autant de "réalités de poche" ayant grandi de plus en plus à part, ou, selon la formule, d'abord côte à côte, puis de plus en plus face à face, alors même que toute question socio-politique et culturelle devenait de plus en plus "nationale" dans son traitement, écrasant les questions locales, favorisant encore plus la déshumanisation de l'autre en le faisant passer de voisin à une incarnation abstraite de telle ou telle caractéristique sociale/économique/ethnique.... Donc un allié ou une cible. 

Et ce champ de bataille semi-imaginaire n'a jamais été équilibré, ou juste: il a plutôt été essentiellement dominé par une mentalité (qui n'a fait qu'empirer au fil des décennies pour arriver à l'actuelle métastase) aux dépends d'autres, ce qui a un impact lourd dans le temps, n'est jamais neutre et opère un travail de sape. Pourquoi s'étonner que face à une telle poussée, des contre-poussées de diverses sortes se développent, les plus puissantes étant animées par une rancoeur de moins en moins encline à un compromis qu'on ne leur a jamais proposé? Et évidemment, de telles contre-poussées seront phagocytées par des groupes plus radicaux, plus bruyants, et souvent bien plus cons, mais aussi certains plus organisés. Quelques dizaines d'individus plus ou moins coordonnés peuvent s'appuyer sur ce substrat et foutre la merde à une autre échelle que s'ils étaient seuls, soit par action plus ou moins planifiée, soit plus simplement parce que, dans une foule, ils peuvent s'exciter les uns les autres jusqu'à créer la frénésie qui accompagne si souvent les mouvements de foule. Ce qui énerve beaucoup de monde, pas que des trumpistes hardcore d'ailleurs, c'est le deux poids deux mesures permanent dans le discours dominant: dans l'exemple du moment, la différence entre les manifs BLM et leurs ravages, et cette frénésie au Capitole. Les unes sont "mostly peaceful" et leurs dégâts et victimes sont minimisés, voire niés (et en tout cas vite foutus sous le boisseau), l'autre est érigée en tentative de coup d'Etat ou acte terroriste menaçant la démocratie elle-même. Sérieusement, s'il y avait eu un risque quelconque pour la direction de pays qui pouvait être causé par quelques dizaines de glandus dont l'essentiel étaient juste surexcités au point de partir en couille (un phénomène commun dans les foules militantes), et qui étaient menés par le frère trisomique de Bison Futé, ça voudrait dire que ce régime américain mérite de s'effondrer. 

N'étant pas un grand croyant dans la capacité de l'être humain à être pro-actif et plannificateur, leader ou particulièrement idéologique (beaucoup plus de suiveurs voulant "appartenir" à un groupe) ma tendance naturelle est de voir des cycles de réactions qui s'empilent les uns sur les autres au fil du temps, favorisés par diverses forces. Le traitement très monoculturel et toujours plus unilatéral de l'info et du débat dans un contexte où les médias sont depuis longtemps (et pour des raisons inhérentes au business model) plus attachés au storytelling et à l'hyper-partisanisme qu'à la recherche de la vérité et l'acceptation de la complexité, ainsi que focalisés sur ce qui préoccupe (plus culturellement qu'économiquement) les 10-20% du sommet de la pyramide sociale, ce traitement donc favorise le genre de réactions de fond qu'on a pu voir émerger ici et là.

La "cancel culture" n'est qu'un des avatars de ces poussées qui provoquent des contre-réactions: elle n'est pas nouvelle dans son principe, mais les médias sociaux lui ont donné une toute autre dimension qui a désormais plus à voir avec une inquisition permanente et arbitraire qui contribue beaucoup à créer un sale climat: rappelons sur ce sujet que si on remarque quelques affaires hautes en couleur généralement liées à des célébrités, il faut garder à l'esprit que pour une telle affaire qui fait la une, il y en a des centaines qui arrivent tous les jours pour des gens lambda. Un petit restaurateur crucifié par quelques "activistes" sur Yelp, un règlement de compte ou des incompatibilités d'humeur dans un bureau (ou l'élimination de la compétition), quelqu'un qui assouvit ses frustrations du quotidien sur une autre personne, un connard qui se croit en croisade, un autre qui veut se faire de la notoriété en ligne et avoir son shoot de dopamine boosté par quelques "likes"... Et quel meilleur moyen que de surfer sur ce qui fait plus facilement du trending (des tendances politiquement connotées) pour maximiser les chances de succès, sur un terrain pas/peu représentatif (les médias sociaux sont plus trustés par certains segments démographiques: femmes, névrosés, hyper activistes, trolls, frustrés, millenials/zoomers, inactifs y sont sur-représentés)? Cela donne une connotation politique/idéologique plus prononcée qu'une autre à cette tendance plus large, et un profil type non neutre de "canceler". Mais surtout, cela crée plus largement un climat chez les gens "normaux" (cad pas très politisés) qui finissent inévitablement par vouloir réagir et n'apprécient pas de ne pas pouvoir s'exprimer normalement ou avoir le bénéfice du doute (72% des Américains disaient ne pas oser exprimer leurs opinions en société: ça doit donc tous être des racistes/sexistes/fachos). Et là non plus, surtout dans un système politique à deux partis, la réaction ne peut pas être neutre. 

Une redéfinition du phénomène qu'on appelle "cancel culture" qui décrit la chose (nommée "expowerment" par l'auteur) comme tout sauf anecdotique et essaie de voir ses ressorts et son ampleur, au-delà des cas qui attirent l'attention. L'auteur, un progressiste qui trahit de nets penchants "woke", présente la chose comme un phénomène générationnel qui est là pour rester, avec tout son aspect "1984"/"lynch mob" médiévale:

https://quillette.com/2021/01/10/to-expower-the-people/

Quote

Every week, more evidence strengthens the case that expowerment is not a passing anomaly but a permanent evolution in public dialogue. In fact, I expect its influence will only continue to grow in the coming years as the principles of expowering are codified into HR departments and institutional bylaws

 

 

 

  • Like 1
  • Upvote 3
Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, Tancrède a dit :

l'émergence puis l'affirmation de bulles informationnelles multiples qui sont autant de "réalités de poche"

Le problème des bulles de filtre est abordé avec un langage un peu différent, un peu philosophique, par un philosophe germano-coréen :

https://www.revue-etudes.com/article/l-expulsion-de-l-autre-de-byung-chul-han-23135 (janvier 2021)

Avec l'hypercommunication numérique tout particulièrement, l'expulsion de l'autre débute par un rapport désincarné au monde et aux autres : une connexion ne fait pas une relation. Elle se poursuit par une culture du bien-être, incitant à consommer un « identique » non inquiétant (les notifications numériques). Elle s'achève dans une économie de l'attention qui envahit la poétique de l'attention, rendant toute chose proche, mais bannissant toute extériorité. Trois exemples : Twitter comme modèle d'une communication permanente mais qui n'est adressée à personne, Facebook comme profilage de soi plutôt que discussion avec l'autre et l'Internet non comme espace d'agir commun et communicationnel mais comme vaste exposition de soi.

Sans transition, ce film https://en.wikipedia.org/wiki/Manchester_by_the_Sea_(film) (2016) qui probablement mérite les différentes récompenses obtenues, qui met le projecteur sur les malaises existentiels, le mal-être plutôt que le bien-être, de la classe ouvrière "col bleu" de Nouvelle Angleterre.

Sans transition, cet article de Glenn Greenwald : https://greenwald.substack.com/p/violence-in-the-capitol-dangers-in-bbe (8 janvier 2021) pour qui le 6 janvier est une sorte de 11 septembre, avec une émotionnalisation-hystérisation du débat, empêchant l'analyse rationnelle, qui probablement va engendrer comme pour le 11 septembre une surréaction liberticide avec des effets à long terme qu'on regrettera, mais trop tard.

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,550
    Total Members
    1,550
    Most Online
    vicky
    Newest Member
    vicky
    Joined
  • Forum Statistics

    21,091
    Total Topics
    1,376,545
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...