Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

il y a 2 minutes, wagdoox a dit :

Si un militaire avait a ce point obstrué le president macron en france tu aurais crié a a la trahison sans parler de ses echanges avec les chinois. Le general white rage, tient plus d’un partisan que tu genis militaire de kabul, des frappes de drones oups les enfants… apres il a ete mis lâ par trump qui est donc responsable. Mais dire que milley a sauvé le monde d’une guerre nucleaire est bien un delire. 

Je ne sais pas ce que j'exprime mal : Milley leur a fait un rappel à la règle de crainte que Trump ne la contourne comme il l'a tenté, et parfois réussi, à de multiples reprises.

Où est la foutue obstruction ?

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Boule75 a dit :

Des diplomates, dans leur rôle, avec leurs contradictions et parfois leurs affinités personnelles bien réelles. Ou feintes. Leur rôle est utile.

Tu n’es pas tellement oblige d’aller dans le sentimentalisme surtout quand tu portes sur ta gueule que tu n’en penses pas un mot et encore plus quand tes actes publiques demontrent le contraire. 

il nous avait deja fait un declaration quand la statut de la liberte a ete mise a l’ambassade, le tout en nous mettant un « couteau dans le dos » au meme moment. 
 

quand tu en fais trop, c’est contre production et donc tu ne fais pas bien ton boulot.

il y a 6 minutes, Boule75 a dit :

Je ne sais pas ce que j'exprime mal : Milley leur a fait un rappel à la règle de crainte que Trump ne la contourne comme il l'a tenté, et parfois réussi, à de multiples reprises.

Où est la foutue obstruction ?

Quand il appelle les chinois pour les rassurer, « on vous previendra si jamais il lance une attaque » 

https://www.washingtonpost.com/politics/2021/09/14/peril-woodward-costa-trump-milley-china/

Edited by wagdoox
Link to comment
Share on other sites

Le 21/09/2021 à 14:35, FAFA a dit :

Coup médiatique ou fait réel ? C’est un livre à paraitre et il y a peut-être des exagérations, mais si c’est vrai ça fait froid dans le dos.

Woodward, c'est une sorte d'historien semi-officiel de la cour : il obtient des interviews ou infos exclusives, mais les balance sans restituer le contexte. C'est pas comme si ses sources voulaient lustrer leur propre image... :rolleyes:

Quant à Milley, il a justement besoin de rattraper sa bêtise d'avoir accompagné Trump en uniforme camouflé (pas l'uniforme de sortie !) lors de la séance de photo de celui-ci à Lafayette Square, en pleines émeutes post-George Floyd.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Dites, vous savez que ce que vous décrivez et débattez est le fonctionnement NORMAL d’une démocratie qui se défend?

Evidemment qu’il y a des contre-pouvoirs qui s’exercent dans ces circonstances, et encore heureux. Séparation des pouvoirs, état de droit, polyarchie toussa...

Milley en fait partie. Qu’il y ait une part de calcul là dedans, tant mieux, c’est pas avec ses testicules et son cerveau reptilien qu’on gère la première armée du monde.

Cet épisode relaté Trump /Milley, j’y crois d’autant plus qu’on en parlait déjà à l’époque des faits,  et que ces «fuites » de sujets sensés restés confidentiels avaient un effet apaisant évidemment, y compris en interne, permettant  à l’ administration américaine de rester unie et disciplinée. En un mot raisonnable.

La faiblesse des démocraties est une fable qui ne tient pas l’épreuve des faits. Un régime dictatorial voir totalitaire peut de désunir encore plus vite, justement parce qu’il n’y a qu’une voix qui peut s’exprimer, que les institutions, le droit, la sociologie, sont exclusivement spécialisés dans ça et ne savent, elles, pas gérer les dissonances quand elles arrivent.

On peut en faire l’inventaire historique : trouvez-moi une démocratie qui se vautre brutalement excepté Weymar ? [Et admettez qu’elle manquait singulièrement d’ancienneté cette république]

Je suis inquiet moi aussi pour les Etats-Unis et l’ensemble des démocraties d’ailleurs, y compris la notre, mais ça tient à la conjonction des nouvelles technologies de l’information et à la vacuité idéologique, qui fait qu’une opinion a-scientifique et niant concrètement les faits (je ne sais pas exprimer ça correctement), est considérée avec relativisme.

Et je parie sur la solidité des institutions démocratiques et leur grande variété d’effets pour donner à nos pays le temps nécessaire à ce qu’on s’adapte à ces nouvelles technologies sans dommages irrémédiables.

 

 

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, g4lly a dit :

... tous les pays - ou du moins les habitants CSP+ - anglo-saxon et même sud-américain se prennent pour des américains ... souvent simplement parce qu'ils ont fait quelques études là bas ... qu'ils y vont en vacances ... ou qu'ils en rêvent ...

Ça n'a jamais fait d'eux des américains ... juste des wannabe ... mais c'est bien suffisant pour les américains ... avoir des followers partout ... souvent près à faire le boulot à leur place pour des miettes.

Après rien de nouveau sous le soleil c'est le principe de hégémone et de son empire ...

- -

Le 25/08/2017 à 15:54, Wallaby a dit :

https://www.foreignaffairs.com/articles/2017-06-22/american-tianxia (22 juin 2017)

La thèse de cet article consiste à dire que l'Amérique est aujourd'hui dans la même position de centralité que l'était la Chine des Ming vis à vis de ses vassaux asiatiques. Même si la part du PIB américain diminue dans le PIB mondial, les États-Unis continuent de jouir de leur position centrale : l'intensification du commerce mondial confèrerait (?) aux sanctions américaines une plus grande importance qu'elles n'ont jamais eu. Les connections internet passent par les États-Unis, et même Daèche recommande d'utiliser Android tandis que Kim Jong Un a une préférence pour Apple. Surtout l'Amérique est hégémonique sur le plan culturel. Des dizaines de milliers de Chinoises de la haute société viennent chaque année accoucher en Californie pour que leur enfant ait la nationalité américaine, uniquement américaine, puisque la Chine refuse la double nationalité.

Ces derniers temps, les élites du monde entier ont appris qu'il était juste et même moral de prioritiser son propre bonheur par rapport aux attachements traditionnels de la nation et de la religion.

La priorité individuelle à l'accomplissement personnel, combinée à la centralité des Etats-Unis dans presque toutes les hiérarchies de distinction mondiales (les classifications académiques, artistiques, des affaires, financières et technologiques par lesquelles nous nous jugeons et jugeons les gens qui nous entourent) a créé un monde où les élites individuelles doivent leur statut autant aux Etats-Unis qu'à leur propre pays. Un banquier de Hong Kong, par exemple, peut avoir obtenu son job grâce à un diplôme d'Harvard.

Cela rejoint à la fois ce que dit Regis Debray (1) et le film Elysium de Neill Blomkamp (2).

(1) http://www.air-defense.net/forum/topic/20043-europe-vs-usa-le-duel/?do=findComment&comment=1011702

(2) http://www.air-defense.net/forum/topic/673-venezuela/?do=findComment&comment=1077504

 

- -

On peut ajouter les observations de Caroline Fourest concernant l'américanisation des universitaires en France et le concept de "carrière à cheval entre l'Europe et les États-Unis" :

https://www.lenouvelespritpublic.fr/podcasts/257 (11 avril 2021)

Comment en est-on arrivés là ? La force des universités américaines y est pour beaucoup. Elles ont une vitalité extraordinaire, de gros moyens, de grands réseaux, et par conséquent une influence très large. Cela a commencé dans les années 1980, et cette approche a permis aux enseignants qui l’ont cooptée d’exercer un vrai magistère, et notamment sur tous ceux qui rêvent d’une carrière à cheval entre l’Europe et les Etats-Unis.

On a affaire à des gens qui ne sont plus dans leur tête, des Français, mais des gens "à cheval".

Ainsi l'Amérique exerce un "magistère" sur le monde entier. L'université américaine est en quelque sorte la nouvelle papauté, qui dit le bien et le mal, qui dit les dogmes, excommunie les hérétiques.

Même Mélenchon se recommande d'Édouard Glissant, qui est en réalité un universitaire américain, "à cheval" entre l'Amérique et la Martinique.

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Majority of Trump voters believe it's 'time to split the country' in two, new poll finds

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Selon un nouveau sondage, la majorité des électeurs de Trump pensent qu'il est "temps de diviser le pays" en deux.
Madison Hall,Bryan Metzger
ven, October 1, 2021, 6:04 PM-3 min lu

Les personnes interrogées qui ont voté pour l'ancien président Donald Trump comme pour le président Joe Biden s'inquiètent des effets des politiques du parti opposé, selon un sondage de l'UVA. Tasos Katopodis/Getty Images, Drew Angerer/Getty Images
Selon un nouveau sondage, 52 % des électeurs de Trump souhaitent que les États rouges fassent sécession.

Selon ce sondage, 80 % ou plus des électeurs de Biden et de Trump craignent les effets des politiques de l'autre parti.

L'enquête de l'UVA met en évidence les divisions extrêmes entre les deux principaux partis politiques américains.

Une majorité de personnes qui ont voté pour l'ancien président Donald Trump sont favorables à l'éclatement du pays, selon un nouveau sondage du Centre de politique de l'Université de Virginie.

L'UVA a interrogé 2 012 électeurs - dont la moitié a voté pour Trump et l'autre moitié pour le président Joe Biden - à la fin du mois de juillet afin de mieux comprendre la division croissante entre les partis démocrate et républicain.

Les résultats montrent un pays en guerre idéologique avec lui-même : Plus de la moitié des électeurs de Trump interrogés - environ 52 % - ont déclaré que "la situation est telle que je serais favorable à ce que les États [bleus/rouges] fassent sécession de l'union pour former leur propre pays séparé." Environ 41 % des électeurs de Biden ont répondu de la même manière.

Certains républicains ont proposé de faire sécession de l'union, notamment l'ancien président du GOP du Texas, Allen West. Après le rejet par la Cour suprême d'un procès intenté par le procureur général du Texas visant à renverser les résultats de l'élection présidentielle de 2020, M. West a déclaré que "les États respectueux de la loi devraient peut-être s'unir et former une Union d'États qui respecteraient la Constitution".

L'enquête montre que les républicains et les démocrates se méfient fortement les uns des autres, 80 % ou plus des répondants de chaque parti affirmant que le camp adverse présente "un danger clair et présent pour la démocratie américaine." En outre, 80 % ou plus des personnes interrogées ont déclaré qu'elles craignaient qu'elles ou un de leurs proches subissent "une perte ou une souffrance personnelle en raison des effets" des politiques du parti adverse.

Un nombre écrasant d'électeurs de Trump dans le sondage - environ 83 % - ont déclaré que la société doit mettre un terme aux nombreuses "personnes radicales" et "immorales qui essaient de tout gâcher" dans le pays, notant en outre que les États-Unis ont besoin d'un "leader puissant afin de détruire les courants radicaux et immoraux" qui prévalent dans la société.

Les électeurs de Biden étaient moins favorables à ces mêmes sentiments. Par exemple, 62 % des électeurs de Biden étaient au moins quelque peu d'accord avec le fait que le pays a besoin d'un "leader puissant afin de détruire les courants radicaux et immoraux" dans le pays, contre 82 % des républicains qui ont dit la même chose.

"Le fossé entre les électeurs de Trump et de Biden est profond, large et dangereux", a écrit Larry Sabato, directeur du Center for Politics de l'UVA. "L'ampleur est sans précédent, et elle ne sera pas facilement réparée".

Même s'ils ne peuvent pas être d'accord les uns avec les autres sur la politique ou la direction du pays, environ 80 % des électeurs de chaque camp ont déclaré préférer la démocratie à tout autre style de gouvernement.

Bien que l'enquête n'en ait pas tenu compte, les deux partis semblent également s'accorder sur des priorités majeures telles que la modernisation et l'amélioration des infrastructures, comme en témoigne le projet de loi bipartisan sur les infrastructures adopté par le Sénat en août avec 19 voix du GOP.

  • Confused 1
  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Il ne reste plus qu'à trouver le bon idéologue et la bonne tête de gondole (Donald est trop vieux et trop en mauvaise santé) et l'émergence d'un fascisme (un vrai, pas les glands qui courent derrière les étudiants à Lyon ou ailleurs pour les désosser... ou inversement) américain sera possible.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 27 minutes, Ciders a dit :

Il ne reste plus qu'à trouver le bon idéologue et la bonne tête de gondole (Donald est trop vieux et trop en mauvaise santé) et l'émergence d'un fascisme (un vrai, pas les glands qui courent derrière les étudiants à Lyon ou ailleurs pour les désosser... ou inversement) américain sera possible.

Bonne tête de gondole, bon idéologue et ex-militaire ou ayant de très bonne relation avec les militaires et on a le bon candidat pour une catastrophe.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, nemo a dit :

Bonne tête de gondole, bon idéologue et ex-militaire ou ayant de très bonne relation avec les militaires et on a le bon candidat pour une catastrophe.

Ouais.

Trente ans après la fin de la Guerre Froide. C'est tellement ironique.

Link to comment
Share on other sites

La séparation des pouvoirs aux Etats-Unis font que ce genre de chose n'est pas possible, par contre une nouvelle cession n'est pas à exclure ! Même si cela n'est pas évident à mettre en place depuis que la Cour Suprême a statuée sur le cas du Texas en 1869, maintenant un état ne peut plus faire cession de manière unilatérale, il faut que les autres états de la fédération le reconnaissent.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

la chute de l'Empire romain (pardon l''empire Américain) est aussi en marche depuis quelques année, la question n'est pas de savoir si c'est possible, la question est de savoir si ce sera plus rapide que la chute de l'empire romain. Je laisse les spécialistes de l'Histoire Antique nous renseigner sur la durée. Mais aux vues de la déliquescence des USA, que Trump n'a fait que mettre en lumière et accélérer, grâce à ses "disciples" républicains, on peut raisonnablement anticiper une nouvelle secession (suivi ou non d'une guerre du même nom) avant la fin de la décennie; le fait que certains politiques abordent ce sujet tabou il y a encore une 10aine d'années est  mon avis révélateur d'un malaise profond.

Enfin c'est juste mon avis...

Link to comment
Share on other sites

Sauf que je n'exclus nullement une cession de la fédération, je précise seulement que cela entre déjà dans cadre légal ... pas besoin d'une guerre pour que cela se produise.

Après ce n'est pas nouveau ce genre de déclaration, par exemple lors des élections de 2016 en Californie la population parlaient de sécession en cas de victoire de Trump, tandis que dans les états pro-Trump faisait aussi le même genre de menace. En 2004, il y avait même une caricature symbolisant les divisions qui touchent les Etats-Unis, ou les pro-Kerry intégreraient la fédération du Canada et ceux de Bush qui fonderaient Jesusland.

 

Edited by Rochambeau
  • Like 2
  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Rochambeau a dit :

Sauf que je n'exclus nullement une cession de la fédération, je précise seulement que cela entre déjà dans cadre légal ... pas besoin d'une guerre pour que cela se produise.

Après ce n'est pas nouveau ce genre de déclaration, par exemple lors des élections de 2016 en Californie la population parlaient de sécession en cas de victoire de Trump, tandis que dans les états pro-Trump faisait aussi le même genre de menace. En 2004, il y avait même une caricature symbolisant les divisions qui touche les Etats-Unis, ou les pro-Kerry intégreraient la fédération du Canada et ceux de Bush qui fonderaient Jesusland.

 

Mais a quoi ressemblerait une sécession ?

Qui avec qui ?

Texas/Arkansas/Oklahoma/Louisiane ?

Et on fait quoi du dakota du nord/sud ?

Une confédération de l'est ? Une autre de l'ouest ? Et un dirty south ? Ou un redneck center ?

Ce qui le gène avec les idées sur une sécession, c'est que je ne vois pas de lignes de fracture cohérente.

A la limite le Texas...

Ou la Californie ...

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 49 minutes, Snapcoke a dit :

Mais a quoi ressemblerait une sécession ?

Qui avec qui ?

Texas/Arkansas/Oklahoma/Louisiane ?

Et on fait quoi du dakota du nord/sud ?

Une confédération de l'est ? Une autre de l'ouest ? Et un dirty south ? Ou un redneck center ?

Ce qui le gène avec les idées sur une sécession, c'est que je ne vois pas de lignes de fracture cohérente.

A la limite le Texas...

Ou la Californie ...

Pour être honnête j'en ai aucune idée ... Et de tout manière cela à peu de chance de se produire.

Tout comme l'avènement d'un tyran à la tête de l'Etat, la séparation des pouvoirs est telle aux USA que la chose improbable.

 

Link to comment
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/10/05/facebook-frances-haugen-une-lanceuse-d-alerte-a-la-demarche-tres-structuree_6097253_3234.html

Frances Haugen n’est pas la première employée de Facebook à démissionner, ni la première spécialiste de l’éthique à critiquer le business d’un géant du numérique. Ce qui la distingue est l’aspect très structuré de sa démarche. Elle a mis en place une séquence médiatique et politique millimétrée : enquêtes dans le Wall Street Journal, interview au magazine « 60 Minutes », diffusé sur la chaîne de télévision américaine CBS News, où elle se dévoile, audition devant la commission à laquelle elle a transmis ses documents…

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Citation

Au travail, dans les médias, à l'école : aux États-Unis, ne pas être "woke" peut coûter cher

Un nombre croissant d’Américains se voient sanctionnés dans le cadre de leurs études ou au travail pour de simples désaccords sur le nouvel antiracisme « woke ». Les frontières du discours acceptable sur ce sujet ont changé de façon radicale, particulièrement depuis l’été 2020, dans la foulée de la mort de George Floyd.

A lire ici.

 

Edited by Kiriyama
  • Thanks 2
  • Sad 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

https://theconversation.com/how-theranos-faulty-blood-tests-got-to-market-and-what-that-shows-about-gaps-in-fda-regulation-168050 (5 octobre 2021)

En général, les dispositifs médicaux font partie des produits les plus réglementés de l'économie moderne. La Food and Drug Administration américaine réglemente tous les produits qui correspondent à la définition légale des dispositifs médicaux.

La FDA classe les dispositifs médicaux dans l'une des trois catégories suivantes en fonction du risque qu'ils présentent. Les dispositifs de classe I, tels que les stéthoscopes manuels ou les brosses à dents, sont considérés comme présentant un risque faible. La classe III englobe les dispositifs les plus risqués, tels que les stimulateurs cardiaques implantables. Plus la classe est élevée, plus le nombre d'exigences auxquelles une entreprise doit satisfaire avant de mettre le dispositif à la disposition des consommateurs est important.

La FDA a conclu en 2015 que le nanoconteneur était un dispositif de classe II, qui nécessite des étiquettes spéciales, certaines normes de performance et une surveillance post-commercialisation. Mais Theranos a affirmé qu'il s'agissait d'un dispositif de classe I et, pendant deux ans, l'a expédié sans l'autorisation appropriée de la FDA.

En plus de la mauvaise catégorisation, il y avait une faille que la société a pu exploiter. Les tests de Theranos entraient dans la catégorie réglementaire des tests développés en laboratoire, qui désigne "un type de test de diagnostic in vitro qui est conçu, fabriqué et utilisé dans un seul laboratoire".

La FDA a décidé depuis longtemps de ne pas appliquer l'examen préalable à la mise sur le marché de ce type de test, ce qui signifie que Theranos n'était pas tenue de faire évaluer ses tests par les autorités réglementaires avant de les proposer aux patients.

  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

La canicule à Portland en juin dernier :

https://www.newyorker.com/magazine/2021/10/18/seventy-two-hours-under-the-heat-dome

Quatre-vingt-seize personnes ont péri dans l'une des catastrophes les plus meurtrières de l'Oregon.

M. Shandas mesure et étudie la chaleur ambiante, en particulier dans les zones urbaines, souvent pour démontrer les disparités entre les quartiers aisés et les quartiers pauvres et les communautés de couleur. Il a rédigé de nombreuses études sur les phénomènes connus sous le nom d'îlots de chaleur urbains : des zones où la couverture arborée est rare, où l'asphalte est prépondérant et qui, dans de nombreux cas, sont proches des autoroutes et des parkings. L'asphalte retient la chaleur et empêche le refroidissement nocturne ; l'absence d'arbres signifie qu'il y a peu d'ombre pour refroidir le sol. Ces dernières années, M. Shandas a présenté ses conclusions aux urbanistes de Portland, les mettant en garde contre les menaces que le changement climatique fait peser sur les environnements urbains et les conseillant sur la conception des futurs lotissements, en faisant la distinction entre les éléments qui atténuent la chaleur (végétation, béton clair) et ceux qui l'intensifient (paysages arides, asphalte noir).

À 15 h 03, il prend la mesure la plus élevée qu'il ait vue en quinze ans de chronique des températures, non seulement à Portland mais partout ailleurs. La température ambiante était de cent vingt-quatre degrés [51°C] ; la caméra infrarouge a enregistré la surface de l'asphalte à cent quatre-vingts degrés [82°C]. Il a bravé quelques pâtés de maisons à pied et a constaté que le quartier présentait bon nombre des éléments contre lesquels il avait mis en garde les dirigeants de la ville pendant des années : une végétation clairsemée, des parkings en asphalte, des tours résidentielles serrées les unes contre les autres et près d'une autoroute, le tout absorbant et retenant la chaleur.

Il s'est dirigé vers le nord-ouest. À Nob Hill, l'un des quartiers les plus riches de Portland, il a enregistré une température ambiante de cent onze degrés [44°C], treize degrés de moins qu'à Lents. Dans le quartier verdoyant de Willamette Heights, le capteur de Shandas a enregistré seulement quatre-vingt-dix-neuf degrés [37°C].

  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,771
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Severus Snape
    Newest Member
    Severus Snape
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...