Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

Pour les intéressés de l'USS Connecticut, sujet également suivi  en Marine américaine SEAWOLF ; y a même un gars qui s'est pris une suée à exhumer un plan rarissime du soum pour  localiser le ballast avant déformé par le choc dit on . Sinon ben parait que y aurait pas de dock à GUAM...

Aller bannette ;  un 4 à 8 demain matin :sleep:

  • Thanks 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, ARMEN56 a dit :

Pour les intéressés de l'USS Connecticut, sujet également suivi  en Marine américaine SEAWOLF ; y a même un gars qui s'est pris une suée à exhumer un plan rarissime du soum pour  localiser le ballast avant déformé par le choc dit on . Sinon ben parait que y aurait pas de dock à GUAM...

Aller bannette ;  un 4 à 8 demain matin :sleep:

Je me permet de te poser une question, les plan des sous marins, il y en a dans les sous marins ?

Parce que au finale il ne peuvent faire aucune réparations extérieur !?

Et même intérieur cela doit être compliqué.

Link to comment
Share on other sites

Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, Nec temere a dit :

L'APL n'a pas ce genre d'armement sur certains de ces navires ? 

Probablement aucun rapport mais les liens entre Cuba et la Chine ne sont pas mauvais il me semble.

Des armements soniques embarqués ? On en aurait entendu parler.

Cette affaire traîne depuis des années, on n'a pas grand chose sous la dent.

Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Ciders a dit :

Des armements soniques embarqués ? On en aurait entendu parler.

Cette affaire traîne depuis des années, on n'a pas grand chose sous la dent.

De mémoire, c'est juste gêner suffisamment pour faire partir l'équipage en tong de petite barcasse, rien de plus. 

Link to comment
Share on other sites

Je tiens le coupable !

Révélation

 

17_fr.jpg

 

C'est le professeur tournesol !

8ISwoEaG_400x400.jpg

 

 

 

il y a 8 minutes, Nec temere a dit :

L'APL n'a pas ce genre d'armement sur certains de ces navires ? 

Probablement aucun rapport mais les liens entre Cuba et la Chine ne sont pas mauvais il me semble.

Assez complet https://fr.wikipedia.org/wiki/Canon_à_son

Page d'un TPE de lycéen  https://destruction-et-ondes.weebly.com/quand-la-fiction-rattrape-la-reacutealiteacute-ou-leffet-deacutevastateur-du-son.html

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Nec temere a dit :

De mémoire, c'est juste gêner suffisamment pour faire partir l'équipage en tong de petite barcasse, rien de plus. 

Si tu as des sources, je prends. Parce que j'en étais resté aux jets d'eau haute puissance et aux éperonnages.

Mais tout de même. Pourquoi Cuba ? Pourquoi uniquement les Américains ? Pourquoi aucune information sur la technologie employée, aucune fuite ?

EDIT : là Shorr Kan, on parle de gros matériels et pas aussi dangereux que ceux dont on parlerait pour Cuba.

Edited by Ciders
Link to comment
Share on other sites

il y a 18 minutes, Ciders a dit :

Si tu as des sources, je prends. Parce que j'en étais resté aux jets d'eau haute puissance et aux éperonnages.

Mais tout de même. Pourquoi Cuba ? Pourquoi uniquement les Américains ? Pourquoi aucune information sur la technologie employée, aucune fuite ?

EDIT : là Shorr Kan, on parle de gros matériels et pas aussi dangereux que ceux dont on parlerait pour Cuba.

J'ai trouvé ça. C'est pas vraiment ce que je cherchais. Peut être que ma mémoire me joue des tours ?:unsure:

https://sciencepost.fr/hong-kong-une-terrible-arme-sonique-portative-pour-faire-fuir-les-manifestants/

Ou alors j'ai confondu avec ce type d'armement

https://www.nouvelobs.com/sciences/20210720.OBS46726/la-mysterieuse-arme-a-micro-ondes-qui-rendrait-malade-a-distance.html

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Ciders a dit :

Si tu as des sources, je prends. Parce que j'en étais resté aux jets d'eau haute puissance et aux éperonnages.

Mais tout de même. Pourquoi Cuba ? Pourquoi uniquement les Américains ? Pourquoi aucune information sur la technologie employée, aucune fuite ?

EDIT : là Shorr Kan, on parle de gros matériels et pas aussi dangereux que ceux dont on parlerait pour Cuba.

D'autre personnel pas seulement tazus ont parlé de symptôme semblable. Le problème c'est que les symptômes sont flous, peuvent avoir des causes multiples et différentes pour chaque cas, que très peu d'info un minimum fiable passent dans les médias et que j'ai l'impression que les principaux concernés ("auteurs" comme victimes -guillemet à auteur parce qu'on est même pas sur que ce soit volontaire) veulent pas du tout que cela se clarifie. Après c'est utiliser en propagande anti cubaine anti russe anti chinoise c'est juste le fonctionnement ordinaire des médias. (ce qui signifie pas qu'ils soient forcément innocent).

Link to comment
Share on other sites

"Syndrome de la Havane" : comment Biden cherche des moyens pour le combattre

https://www.rtl.fr/actu/international/syndrome-de-la-havane-comment-joe-biden-cherche-des-moyens-pour-le-combattre-7900092237

Notre histoire commence en 2016, à Cuba. C’est sur cette île au large des côtes américaines, alliée de longue date de la Russie, qu’on recense les premières victimes officielles. Une vingtaine d'employés de l’ambassade des États-Unis à la Havane et parmi eux plusieurs officiers de la CIA, qui opèrent sous couverture. Certains d’entre eux racontent avoir entendu en pleine nuit un bruit strident qui les a réveillés et qui continue à résonner dans leurs oreilles.

Une victime raconte n’avoir jamais connu une douleur pareille : "Je ne pouvais plus bouger" peut-on lire dans L'Obs. Des maux de tête terribles, des vertiges, des nausées intolérables, nous dit-on et même des pertes de mémoire. Il aurait pu s’agir d’un cas isolé. Au départ les scientifiques misent sur une hallucination collective. On évoque même des grillons qui, gênés par les travaux de l’ambassade auraient décidés de se venger en faisant résonner leur stridulation. Mais assez rapidement, l’histoire se répète et la CIA ainsi que le département d’État comprennent qu’ils font face à un phénomène inconnu et potentiellement très grave.

De nombreuses victimes dans le monde

En 2017 à Moscou, dans sa chambre d’hôtel, le numéro 2 de la CIA en Europe est saisi à son réveil d’un violent vertige et d’une terrible envie de vomir. Aucun scanner, aucun IRM ne parviendra alors à l’époque à mettre le doigt sur les causes de cette étrange et soudaine maladie… Il est contraint de quitter son poste, et souffre encore aujourd’hui de troubles de la concentration et de violents maux de tête.

 

Rebelotte en 2018 cette fois en Chine, à Canton, toujours des diplomates américains. Idem en 2019, à Londres, des collaborateurs de Donald Trump. Et même à Washington désormais en 2020 dans un parc à deux pas de la Maison Blanche. Ce sont systématiquement des attaques isolées jusqu’à cet été 2021 à Vienne, la capitale autrichienne, réputée pour être un nid d’espions.

Là encore, comme à La Havane, une vingtaine de diplomates et d’espions américains sont les victimes de ce mystérieux bruit strident. Les attaques semblent désormais se multiplier : New Delhi en septembre, Hanoï, Belgrade, Irlande du Nord et enfin en Colombie début octobre, juste avant la visite sur place du secrétaire d’État américain. 

"Une arme à micro-ondes"

Aujourd’hui, le nombre de victimes dépasserait les 200. Des victimes qui présentent des lésions cérébrales, visibles au scanner et peut-être irréversibles. La cause la plus probable, selon les scientifiques, semble tout droit sortie d’un roman de science-fiction : de l’énergie de radiofréquences pulsée et dirigée. Autrement dit, une arme à micro-ondes utilisée par des services secrets chinois ou plus probablement russes, voire même les deux. Une arme qui aurait la capacité d’affaiblir, d’intimider ou même de tuer un ennemi sans laisser aucune trace. Un mécanisme d’une précision diabolique, capable de produire une sorte de commotion cérébrale à distance.

Donald Trump ne croyait pas à cette hypothèse. Mais le nouveau patron de la CIA, nommé par Joe Biden, prend, lui, l’affaire très au sérieux. Il a réuni les meilleurs éléments des services secrets américains dans une cellule spéciale, avec un budget illimité. Objectif : établir le plus vite possible la vérité sur ce mystérieux syndrome et surtout trouver des moyens efficaces pour le combattre. Il en va de l’avenir de la CIA et au delà, de la crédibilité des États-Unis comme superpuissance.

Le mystère du syndrome de La Havane à découvrir cette semaine dans les pages de l’Obs.

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

L'idée d'armes à micro-ondes me laisse dubitatif.

Les ambassades US doivent avoir le nécessaires pour "renifler" l'environnement électromagnétique environnant. Je doute qu'une émission de micro-ondes leur auraient échappé.

Et pourquoi faire des testes sur des fonctionnaires américains d'ailleurs ?

Link to comment
Share on other sites

https://www.theguardian.com/us-news/2021/nov/02/glenn-youngkin-wins-virginia-governor-election-result

Les efforts déployés par M. McAuliffe pour dépeindre M. Youngkin comme un acolyte de Donald Trump se sont avérés moins efficaces que la volonté du républicain d'attiser la peur et la colère des parents sur les questions de guerre culturelle dans les écoles de Virginie.

M. Youngkin a prétendu à tort que la théorie critique des races - un cadre analytique par lequel les universitaires examinent la manière dont les disparités raciales sont reproduites par la loi - était omniprésente dans le système éducatif de l'État (en fait, elle n'est pas enseignée).

Sa campagne s'est concentrée sur une gaffe perçue par McAuliffe lors d'un de leurs débats : "Je ne pense pas que les parents doivent dire aux écoles ce qu'elles doivent enseigner".

Il est important de noter que M. Youngkin a également réussi à faire l'équilibriste en acceptant le soutien de M. Trump, mais sans le mentionner dans ses discours ou l'inviter à faire campagne avec lui en personne. Il a cultivé une ambiguïté suffisante pour séduire les républicains modérés sans s'aliéner la base de Trump.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.newyorker.com/news/our-columnists/glenn-youngkins-victory-is-a-warning-for-democrats (3 novembre 2021)

Il commence à sembler que la présidence de Biden soit en difficulté. Au cours de l'été, sa cote de popularité s'est effondrée : en juin, un peu plus de cinquante pour cent des électeurs approuvaient son travail et un peu plus de quarante pour cent le désapprouvaient, mais ces chiffres se sont maintenant inversés. "Biden a presque le pire taux d'approbation de tous les présidents à ce stade de sa présidence", a tweeté Nate Cohn, gourou électoral du Times, tard dans la nuit.

Link to comment
Share on other sites

Les minnéapolitains rejettent par référendum une mesure "defund the police" :

https://www.mprnews.org/story/2021/08/31/the-yes-4-minneapolis-charter-amendment-explained (3 novembre 2021)

Les électeurs de Minneapolis ont rejeté de manière retentissante une proposition visant à réinventer le maintien de l'ordre dans leur ville, 17 mois après que le meurtre de George Floyd par la police a suscité des protestations massives et des appels au changement.

Environ 56% des électeurs ont rejeté une motion référendaire qui aurait retiré le département de police de Minneapolis de la charte de la ville et l'aurait remplacé par un département de la sécurité publique "orienté vers la santé publique".

À l'échelle nationale, le vote a été considéré comme un test pour le mouvement politique visant à "définancer" les services de police traditionnels, car il s'est heurté aux préoccupations liées à la hausse des crimes violents.

Le mouvement "defund", qui préconise la réduction des budgets de la police et le transfert de l'argent à d'autres fins sociales, a gagné du terrain au cours de l'été 2020. Quelques jours après le meurtre de Floyd, la plupart des membres du conseil municipal de Minneapolis avaient participé à un rassemblement en faveur du "defund".

Mais tandis que les crimes violents augmentaient au niveau national - et à Minneapolis - certains de ces mêmes politiciens locaux ont pris leurs distances par rapport à cette idée. En 2021, la campagne pour le "Oui", soutenue par des groupes nationaux de centre-gauche tels que l'ACLU et MoveOn.org, a également pris ses distances par rapport à l'étiquette de "définancement de la police".

La porte-parole de la campagne, JaNaé Bates, a présenté l'amendement comme une "expansion de la sécurité publique". Elle a déclaré que l'élimination de la structure traditionnelle du département - et l'exigence d'un nombre minimum d'agents de police - donnerait à la ville plus de flexibilité dans sa façon de répondre à la criminalité.

Les opposants ont déclaré qu'il s'agissait d'une période dangereuse pour ce type d'incertitude, car l'exode des policiers a laissé le département de police de Minneapolis en sous-effectif, alors même que la ville connaissait un pic quasi record de crimes et d'homicides par armes à feu.

Les deux camps se sont affrontés sur la question de savoir si les officiers de police traditionnels feraient partie du nouveau système. La campagne du "Non" a souligné le langage de l'amendement de la charte, qui dit que le nouveau Département de la sécurité publique "pourrait" employer des officiers de police "si nécessaire".

Les deux parties se sont également disputées au sujet du chef de la police, Medaria Arradondo. Cet officier afro-américain qui a gravi les échelons du MPD est plus populaire que la plupart des politiciens locaux, et les groupes minoritaires de la ville le considèrent comme une force de réforme.

Les opposants à l'amendement ont prévenu que l'élimination du poste de chef de la police signifierait la perte d'Arradondo, tandis que les partisans de l'amendement ont déclaré qu'il n'y avait aucune raison pour qu'il ne puisse pas être maintenu à la tête du nouveau système.

Mercredi dernier, M. Arradondo a jeté le trouble en s'adressant à la presse - en uniforme et devant une toile de fond de la MPD - pour exprimer ses doutes sur l'amendement de la charte.

Les partisans du "oui" ont reproché au chef de prendre parti, ce qui lui a valu une plainte en matière d'éthique pour avoir utilisé les ressources de la ville pour se prononcer sur une question politique.

Le vote sur l'amendement de la charte a également divisé le parti démocrate du Minnesota. La représentante américaine Ilhan Omar et le procureur général de l'État, Keith Ellison, ont apporté leur soutien à l'amendement, tandis que la sénatrice américaine Amy Klobuchar et le gouverneur Tim Walz s'y sont opposés.

  • Like 2
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Merci pour ce travail de veille. Je constate que la démocratie au niveau local fonctionne quand même pas mal, même si le court-termisme aboutit à des situations assez gratinées. Au moins, ils ont pu tester leur idée irénique et la réalité leur a cruellement rappelé que la paix civile n'était pas innée :biggrin:

Par rapport à notre ultra-centralisme où il n'y a que peu de démocratie locale, c'est tout de même notable.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,662
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Lapin
    Newest Member
    Lapin
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...