Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

il y a 3 minutes, pascal a dit :

Moi ce qui me fait tiquer c'est la fréquence de genre de chose; mais cela n'a certainement rien à voir avec la culture arme à feu dans ce pays et la diffusion de ces mêmes armes ...

On en revient au débat d'il y a quelques jours. 

J'ai tendance à croire que les armes ne sont pas une cause mais plus une conséquence de problème plus profond dans la société US. De tel sorte que je pense que même en légiférant plus sur les armes rien ne changerai vraiment.

Après ce n'est que mon simple avis de français.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, pascal a dit :

Moi ce qui me fait tiquer c'est la fréquence de genre de chose; mais cela n'a certainement rien à voir avec la culture arme à feu dans ce pays et la diffusion de ces mêmes armes ...

non pas forcement, le plus part des meurtres aux USA sont fait avec des armes improvisées. 
Par contre la culture des armes aux USA est très négatives, c'est vu comme un droit, un pouvoir et non une responsabilité. Mais c'est véhiculé par la tv et le cine ... des milieux très à gauche souvent très hostiles aux armes et très ignorants sur l'usage (rust). Le rapport aux armes dans les campagnes US est très différent. l'imaginaire et le vécu ...

il y a 5 minutes, Nec temere a dit :

je pense que même en légiférant plus sur les armes rien ne changerai vraiment

C'est généralement dans les zones ou la législation est la plus forte que les armes font le plus de dégats... 
Mais c'est aussi généralement dans ces zones que tu as des guerres de gangs... 

Link to comment
Share on other sites

il y a 26 minutes, wagdoox a dit :

très ignorants sur l'usage

C'est sûr que voir un gamin de 15 ans tirer au pistolet automatique dans l'enceinte de son lycée fait partie des risques collatéraux des usages en vigueur ... nous sommes bien d'accord.

il y a 32 minutes, Nec temere a dit :

J'ai tendance à croire que les armes ne sont pas une cause mais plus une conséquence

Oui mais aussi non, s'il était venu exprimer ses sentiments avec une arme blanche ou un lance-pierres le bilan aurait été différent. Une balle çà fait mal, çà porte loin et çà court vite ...

il y a 29 minutes, wagdoox a dit :

non pas forcement, le plus part des meurtres aux USA sont fait avec des armes improvisées

Oui mais la proportion de meurtres avec arme à feu est très importante

il y a 30 minutes, wagdoox a dit :

Le rapport aux armes dans les campagnes US est très différent

Le taux d'urbanisation aux USA est de 81.8 % c'est bien là le soucis

il y a 31 minutes, wagdoox a dit :

guerres de gangs... 

Le problème des USA c'est que l'usage des armes à feu dépasse largement les frontières des gangs. Le Loustic de Columbine ou celui qui vient de faire un carton dans son lycée ne font pas partie de gangs, si cela se trouve ils ont même tout du gamin sans histoire, mais qui pour le plus grand malheur de ses victime avait une arme à feu à sa disposition.

C'est embêtant.

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

il y a 21 minutes, wagdoox a dit :

C'est généralement dans les zones ou la législation est la plus forte que les armes font le plus de dégats... 
Mais c'est aussi généralement dans ces zones que tu as des guerres de gangs... 

Oui j'ai déjà vu ça.

Link to comment
Share on other sites

il y a 58 minutes, Nec temere a dit :

J'ai tendance à croire que les armes ne sont pas une cause mais plus une conséquence de problème plus profond dans la société US. De tel sorte que je pense que même en légiférant plus sur les armes rien ne changerai vraiment.

il y a 18 minutes, pascal a dit :

Oui mais aussi non, s'il était venu exprimer ses sentiments avec une arme blanche ou un lance-pierres le bilan aurait été différent. Une balle çà fait mal, çà porte loin et çà court vite ...

J'ai tendance à appréhender la problématique un peu à la manière - bien qu'il y ait quelques différences - de celle du risque. On conceptualise généralement de la sorte : risque = aléa × vulnérabilité.* Si pas d'aléa, alors peu importe la vulnérabilité : le risque n'est pas. Si pas de vulnérabilité, alors peu importe l'aléa : le risque n'est pas. Pour prévenir les risques, on peut donc parfois tenter d'agir sur l'aléa (mais moyens souvent limités face à la nature, dans le cadre d'un risque naturel, et coûts généralement élevés) et/ou sur la vulnérabilité (déplacements de populations, construction d'infrastructures de protection, etc.).

Pour revenir à cette question des tueries par armes à feu, le problème n'est certes fondamentalement pas l'arme feu en elle-même. Mais tu te dis qu'un meilleur contrôle des armes à feu constitue un moyen relativement efficace et simple pour limiter les tueries quand tu perçois la difficulté à résoudre la multiplicité et l'intensité des problématiques auxquelles doit faire face la société américaine.

* Pour plus d'éléments, sans pour autant que ce soit trop abscons, lire par exemple : https://direns.mines-paristech.fr/Sites/ISIGE/uved/risques/1.1/html/2_2-2_1.html

Edited by Skw
  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, Skw a dit :

J'ai tendance à appréhender la problématique un peu à la manière - bien qu'il y ait quelques différences - de celle du risque. On conceptualise généralement de la sorte : risque = aléa × vulnérabilité.* Si pas d'aléa, alors peu importe la vulnérabilité : le risque n'est pas. Si pas de vulnérabilité, alors peu importe l'aléa : le risque n'est pas. Pour prévenir les risques, on peut donc parfois tenter d'agir sur l'aléa (mais moyens souvent limités face à la nature, dans le cadre d'un risque naturel, et coûts généralement élevés) et/ou sur la vulnérabilité (déplacements de populations, construction d'infrastructures de protection, etc.).

Pour revenir à cette question des tueries par armes à feu, le problème n'est certes fondamentalement pas l'arme feu en elle-même. Mais tu te dis qu'un meilleur contrôle des armes à feu constitue un moyen relativement efficace et simple pour limiter les tueries quand tu perçois la difficulté à résoudre la multiplicité et l'intensité des problématiques auxquelles doit faire face la société américaine.

* Pour plus d'éléments, sans pour autant que ce soit trop abscons, lire par exemple : https://direns.mines-paristech.fr/Sites/ISIGE/uved/risques/1.1/html/2_2-2_1.html

On est d'accord mais c'est un problème global juste se limiter à ça n'aurait pas beaucoup de sens.

Il limiterait le nombre de victimes pas le nombres d'événements selon moi.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, pascal a dit :

Le taux d'urbanisation aux USA est de 81.8 % c'est bien là le soucis

Ca veut pas dire grand chose à ce niveau là, les structures urbaines sont pas du tout les memes qu'en France. 
 

il y a une heure, pascal a dit :

Le problème des USA c'est que l'usage des armes à feu dépasse largement les frontières des gangs. Le Loustic de Columbine ou celui qui vient de faire un carton dans son lycée ne font pas partie de gangs, si cela se trouve ils ont même tout du gamin sans histoire, mais qui pour le plus grand malheur de ses victime avait une arme à feu à sa disposition.

Pas d'un point de vue statistique et tu me feras pas croire que le loustic a eu une arme légalement ...
on se demande bien ou le gamin a eu cette idée... 
Tu as d'autres pays armés sans qu'il y ait le meme probleme. 

Certes tu me diras que les USA sont largement devant et je te rappellerai qu'à peine 60 millions d'américains représentent la très grandes majorités des propriétaires... jusqu'à récemment le mouvement anti-gun a vraiment réussi ... 

Mon propos n'est pas tant de défendre les armes que pointé du doigts les américains, leur culture ... Car au final, c'est pas les armes ou les voitures ou les couteaux qui tuent mais la personne qui les tient. 

Link to comment
Share on other sites

De toute manière même si on interdit les armes à feux, les tueurs de masse se tourneront vers les armes blanche, par exemple au Japon mis à part les fusils de chasse et à air comprimés les armes sont interdits. Pourtant le pays est régulièrement frappé par des tueurs de masse comme Satoshi Uematsu et Mamoru Takuma.

En Grande-Bretagne malgré une législation sévère niveau arme à feu, même les forces de l'ordre ont restreint leur porte d'arme, les violences ont continué à augmenter (mais à l'arme blanche). Au point que dans la période entre février et mars 2018, il y a eu plus d'homicide à Londres que à New-York.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, wagdoox a dit :

Le rapport aux armes dans les campagnes US est très différent.

 

Il y a 1 heure, pascal a dit :

Le taux d'urbanisation aux USA est de 81.8 % c'est bien là le soucis

De façon générale, la criminalité augmente avec la taille des villes :

https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2305136 (3 août 2013)

 

Les grandes villes souffrent-elles d'une incidence encore plus élevée de la criminalité ? Selon Bettencourt, et al. (2007), le nombre de crimes suit une relation super-linéaire en fonction de la taille de la ville. Par exemple, si la taille de la population augmente de 100 %, l'incidence de la criminalité peut augmenter de 120 %. Nous avons analysé un total de 11 types de crimes entre 1995 et 2010 pour environ 250 villes de plus de 100 000 habitants aux États-Unis. Nous avons constaté que la relation entre le nombre de crimes et la taille des villes a suivi une fonction de puissance super-linéaire sans exception. Nous avons également constaté que les valeurs des exposants d'échelle présentent un modèle invariable dans le temps au cours de la période de 16 ans.

Vous allez dire : il n'y a qu'à supprimer les villes, ou encore comme disait Alphonse Allais, « On devrait construire les villes à la campagne car l'air y est plus pur ».

Une des raisons pour lesquelles on construit des villes de plus en plus grandes, est que cela permet d'augmenter le PIB par habitant, tout en faisant des économies sur la longueur du réseau de transport, d'eau ou d'électricité :

https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rsif.2020.0705 (17 mars 2021)

Plusieurs quantités ont une échelle linéaire (γ = 1) avec la population, comme la consommation d'eau, le logement ou le nombre d'emplois [1]. Cependant, les lois d'échelle urbaines non triviales abondent et apparaissent dans un grand nombre de contextes différents. Par exemple, des lois d'échelle par rapport à la taille de la population ont été trouvées pour le PIB [2,3], le nombre de brevets [4], la vitesse de marche [5] ou le taux de criminalité [2]. L'exposant d'échelle associé à ces relations semble se situer dans un intervalle de γ ∼ 1,1-1,2 et on dit qu'elles s'échelonnent de manière super-linéaire avec la population. Le fait que différentes variables partagent le même exposant (appartiennent à la même classe) indique une cause sous-jacente potentielle partagée pour l'émergence de ces valeurs. Pour d'autres quantités, la longueur totale du réseau routier [6], la longueur des câbles électriques [1], le nombre d'emplacements d'installations [7] ou de stations-service [8], l'exposant d'échelle associé se trouve souvent dans une plage de γ ∼ 0,8-0,9.1 On parle alors d'échelle sub-linéaire.

Donc la criminalité est le prix à payer pour avoir plus de PIB.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Nec temere a dit :

Il limiterait le nombre de victimes pas le nombres d'événements selon moi.

Ce serait déjà une très bonne chose ... Le problème des armes automatiques ou semi automatiques à chargeurs de grande capacité c'est leur cadence de tir et leur volume de feu ... Je milite pour un retour en force de la poudre noire et du rechargement par la bouche

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, pascal a dit :

Ce serait déjà une très bonne chose ... Le problème des armes automatiques ou semi automatiques à chargeurs de grande capacité c'est leur cadence de tir et leur volume de feu ... Je milite pour un retour en force de la poudre noire et du rechargement par la bouche

Et moi je serais pour le retour à la guerre sans poudre du tout, arme blanche uniquement! Mais j'ai un doute sur ma capacité à convaincre une puissance nucléaire du bien fondé d'un tel acte :wink: :laugh: .

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, pascal a dit :

Ce serait déjà une très bonne chose ... Le problème des armes automatiques ou semi automatiques à chargeurs de grande capacité c'est leur cadence de tir et leur volume de feu ... Je milite pour un retour en force de la poudre noire et du rechargement par la bouche

On est d'accord que la puissance de feu de se genre d'arme est sans commune mesure. Mais le mal est fait, j'ai envie de dire. Il a déjà beaucoup de personne ayant acquis ses armes. Les interdire maintenant empêcherais juste l'augmentation de la population en possédant et je suis pas sur que ceux là largue leur pétoires comme ça. Me semble pas que ce soit donné ces machin là. Ni dans la culture américaine de cédé à un gouvernement sur ce qu'ils considèrent leur droit le plus fondamental...

il y a 2 minutes, nemo a dit :

Et moi je serais pour le retour à la guerre sans poudre du tout, arme blanche uniquement! Mais j'ai un doute sur ma capacité à convaincre une puissance nucléaire du bien fondé d'un tel acte :wink: :laugh: .

Ah la guerre en dentelle... C'était bô cette époque. 

Mais ça n'empêchait pas de voir des batailles particulièrement meurtrière malheureusement. Point positif : les civils prenaient moins cher :laugh:

Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, Wallaby said:

Donc la criminalité est le prix à payer pour avoir plus de PIB.

Il n'y a pas de raison fondamentale pour que l'activité économique illégale ne croissent pas au même rythme que l'activité économique légale...

Or la criminalité a le plus souvent comme sous jacent une activité économique illégale...

Si la ville créée plus d'opportunités pour les affaires c'est assez logique qu'elle en créée autant pour le traffic ou le vol.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Je me trompe peut être mais je n'ai pas vraiment l'impression qu'une quelconque illégalité concerne cette histoire ni les tueries de masses à quelques exception près.

C'est d'ailleurs pour cette raison que ces affaires sont singulières dans l'ensemble des violences par armes à feu. 

En général c'est soit des suicides soit des crimes violents avec usages d'armes illégales.

Pour ce que j'en sais la plupart des tueries sont commises avec des armes obtenues légalement par des individus en apparence bien sous tout rapport (et c'est bien là que le bât blesse selon moi).

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Wallaby a dit :

 

De façon générale, la criminalité augmente avec la taille des villes :

https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2305136 (3 août 2013)

 

Les grandes villes souffrent-elles d'une incidence encore plus élevée de la criminalité ? Selon Bettencourt, et al. (2007), le nombre de crimes suit une relation super-linéaire en fonction de la taille de la ville. Par exemple, si la taille de la population augmente de 100 %, l'incidence de la criminalité peut augmenter de 120 %. Nous avons analysé un total de 11 types de crimes entre 1995 et 2010 pour environ 250 villes de plus de 100 000 habitants aux États-Unis. Nous avons constaté que la relation entre le nombre de crimes et la taille des villes a suivi une fonction de puissance super-linéaire sans exception. Nous avons également constaté que les valeurs des exposants d'échelle présentent un modèle invariable dans le temps au cours de la période de 16 ans.

Vous allez dire : il n'y a qu'à supprimer les villes, ou encore comme disait Alphonse Allais, « On devrait construire les villes à la campagne car l'air y est plus pur ».

Une des raisons pour lesquelles on construit des villes de plus en plus grandes, est que cela permet d'augmenter le PIB par habitant, tout en faisant des économies sur la longueur du réseau de transport, d'eau ou d'électricité :

https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rsif.2020.0705 (17 mars 2021)

Plusieurs quantités ont une échelle linéaire (γ = 1) avec la population, comme la consommation d'eau, le logement ou le nombre d'emplois [1]. Cependant, les lois d'échelle urbaines non triviales abondent et apparaissent dans un grand nombre de contextes différents. Par exemple, des lois d'échelle par rapport à la taille de la population ont été trouvées pour le PIB [2,3], le nombre de brevets [4], la vitesse de marche [5] ou le taux de criminalité [2]. L'exposant d'échelle associé à ces relations semble se situer dans un intervalle de γ ∼ 1,1-1,2 et on dit qu'elles s'échelonnent de manière super-linéaire avec la population. Le fait que différentes variables partagent le même exposant (appartiennent à la même classe) indique une cause sous-jacente potentielle partagée pour l'émergence de ces valeurs. Pour d'autres quantités, la longueur totale du réseau routier [6], la longueur des câbles électriques [1], le nombre d'emplacements d'installations [7] ou de stations-service [8], l'exposant d'échelle associé se trouve souvent dans une plage de γ ∼ 0,8-0,9.1 On parle alors d'échelle sub-linéaire.

Donc la criminalité est le prix à payer pour avoir plus de PIB.

Il conviendrait de réfléchir globalement les couts en infrastructures et en services plus "locaux" ne serait-il pas compenser par les couts de transports diminué (et notamment les problèmes d'embouteillages) les gains en santé publique (pas seulement la pollution mais aussi le stress) et surement tout un tas d'autre gain qui ne me viennent pas là tout de suite. Le problème c'est que la quasi-totalité de ces couts sont des "externalités" et n'apparaissent donc pas dans les comptes et avantages de façon trompeuses les concentrations urbaines. Il y a aussi le tropisme du contrôle qui va avec la "culture" dirigeante moderne.

Ce qui est sur c'est qu'au de là d'un certain seuil la ville est contreproductive reste à établir ce seuil (sachant qu'il est sans doute différent en fonction des cultures, activités économiques locales, de la géographie...)

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Wallaby a dit :

 

De façon générale, la criminalité augmente avec la taille des villes :

https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2305136 (3 août 2013)

 

Les grandes villes souffrent-elles d'une incidence encore plus élevée de la criminalité ? Selon Bettencourt, et al. (2007), le nombre de crimes suit une relation super-linéaire en fonction de la taille de la ville. Par exemple, si la taille de la population augmente de 100 %, l'incidence de la criminalité peut augmenter de 120 %. Nous avons analysé un total de 11 types de crimes entre 1995 et 2010 pour environ 250 villes de plus de 100 000 habitants aux États-Unis. Nous avons constaté que la relation entre le nombre de crimes et la taille des villes a suivi une fonction de puissance super-linéaire sans exception. Nous avons également constaté que les valeurs des exposants d'échelle présentent un modèle invariable dans le temps au cours de la période de 16 ans.

Vous allez dire : il n'y a qu'à supprimer les villes, ou encore comme disait Alphonse Allais, « On devrait construire les villes à la campagne car l'air y est plus pur ».

Une des raisons pour lesquelles on construit des villes de plus en plus grandes, est que cela permet d'augmenter le PIB par habitant, tout en faisant des économies sur la longueur du réseau de transport, d'eau ou d'électricité :

https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rsif.2020.0705 (17 mars 2021)

Plusieurs quantités ont une échelle linéaire (γ = 1) avec la population, comme la consommation d'eau, le logement ou le nombre d'emplois [1]. Cependant, les lois d'échelle urbaines non triviales abondent et apparaissent dans un grand nombre de contextes différents. Par exemple, des lois d'échelle par rapport à la taille de la population ont été trouvées pour le PIB [2,3], le nombre de brevets [4], la vitesse de marche [5] ou le taux de criminalité [2]. L'exposant d'échelle associé à ces relations semble se situer dans un intervalle de γ ∼ 1,1-1,2 et on dit qu'elles s'échelonnent de manière super-linéaire avec la population. Le fait que différentes variables partagent le même exposant (appartiennent à la même classe) indique une cause sous-jacente potentielle partagée pour l'émergence de ces valeurs. Pour d'autres quantités, la longueur totale du réseau routier [6], la longueur des câbles électriques [1], le nombre d'emplacements d'installations [7] ou de stations-service [8], l'exposant d'échelle associé se trouve souvent dans une plage de γ ∼ 0,8-0,9.1 On parle alors d'échelle sub-linéaire.

Donc la criminalité est le prix à payer pour avoir plus de PIB.

j'ai commencé à ecrire là dessus puis je me suis ravisé, tu vas partir dans un tout autre debat alors que tu as tout à fait raison. 

C'est le fondement meme du capitalisme, plus il y a concentration de capitaux plus il est facile de créer du capital.
mais a partir d'un certain moment les inconv deviennent plus importants que les avantages. 
Ressource première aux alentours qui s'effondrent, espace agricole nécessaire à l'alimentation des villes... (d'ou la creation des villes nouvelles, une franche réussite ce truc ...).
il faudrait aussi pouvoir comparer les densités urbaines entre FR et US. 

D'ailleurs le phénomène d'exode urbain qu'on avait vu se dessiner en 2019-20 se poursuit ou s'était juste covid related ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, wagdoox a dit :

il faudrait aussi pouvoir comparer les densités urbaines entre FR et US. 

Le truc c'est que rien qu'aux US même c'est pas homogène. La différence entre L.A. et N.Y. est frappante à cette égare. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, nemo a dit :

Ce qui est sur c'est qu'au de là d'un certain seuil la ville est contreproductive reste à établir ce seuil (sachant qu'il est sans doute différent en fonction des cultures, activités économiques locales, de la géographie...)

Apparemment les Chinois ont tranché : 

Le 27/12/2017 à 10:57, Wallaby a dit :

https://www.lesechos.fr/monde/chine/0301068553421-shanghai-veut-limiter-sa-population-et-son-expansion-immobiliere-2141042.php (26 décembre 2017)

Shanghaï va limiter sa population à 24 millions en 2035, tandis que Pékin a annoncé en septembre qu'elle se limiterait à 23 millions en 2020 (alors que sa population est déjà de 24 millions).

Ces deux objectifs semblent très différents en matière de densité, puisque Pékin a un territoire plus de deux fois plus étendu que Shanghaï, et donc une densité moyenne plus de deux fois plus faible.

Note : le PIB de Shanghaï est deux fois supérieur à celui de Pékin (source : https://versus.com/en/beijing-vs-shanghai ).

 

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Nec temere a dit :

C'est peut être triste mais c'est l'âge qui me fait tiquer.

Pourquoi ? Il y a déjà eu beaucoup plus jeune : https://www.washingtonexaminer.com/crime-history-6-year-old-is-youngest-shooter-to-kill-at-school

On parle de tuerie dans des écoles, faut pas s'étonner qu'elles soient commises par des écoliers. 15 ans c'est dans la moyenne, il y a l'adolescence et ses changements physiologiques qui vont exacerber les pulsions, les colères, les frustrations... Et dans un pays où l'on vénère le dieu Flingue et où la violence est perçue à la solution miracle à tout les problèmes (cf. 99% des films, séries télé, bandes dessinées, et jeux vidéos américains), ce n'est pas étonnant qu'il y ait aussi fréquemment des évènements de ce genre.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, Kelkin a dit :

Pourquoi ? Il y a déjà eu beaucoup plus jeune : https://www.washingtonexaminer.com/crime-history-6-year-old-is-youngest-shooter-to-kill-at-school

On parle de tuerie dans des écoles, faut pas s'étonner qu'elles soient commises par des écoliers. 15 ans c'est dans la moyenne, il y a l'adolescence et ses changements physiologiques qui vont exacerber les pulsions, les colères, les frustrations... Et dans un pays où l'on vénère le dieu Flingue et où la violence est perçue à la solution miracle à tout les problèmes (cf. 99% des films, séries télé, bandes dessinées, et jeux vidéos américains), ce n'est pas étonnant qu'il y ait aussi fréquemment des évènements de ce genre.

6 ans ?! :blink:

C'est juste hallucinant. Je me suis jamais vraiment intéresser sur ces cas là de violence par arme à feu, mais je croyais naïvement que 15 c'était jeune... :wacko:

Y a pas à dire les US c'est un monde à part.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 20 heures, Kelkin a dit :

On parle de tuerie dans des écoles, faut pas s'étonner qu'elles soient commises par des écoliers. 15 ans c'est dans la moyenne, il y a l'adolescence et ses changements physiologiques qui vont exacerber les pulsions, les colères, les frustrations... Et dans un pays où l'on vénère le dieu Flingue et où la violence est perçue à la solution miracle à tout les problèmes (cf. 99% des films, séries télé, bandes dessinées, et jeux vidéos américains), ce n'est pas étonnant qu'il y ait aussi fréquemment des évènements de ce genre.

De toute façon le cerveau n'est pas entièrement connecté avant l'âge de 30 ans. Alors les gens qui parlent de passer la majorité à 16 ans (la nouvelle coalition allemande pour ne pas la nommer)... Le détricotage incessant de l'ordonnance de 1945...

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, Wallaby a dit :

De toute façon le cerveau n'est pas entièrement connecté avant l'âge de 30 ans.

Pas sur que ce soit un argument... D'autant que ce n'est exactement ça fort heureusement :bloblaugh:

--

 

Les russes me semble aussi concernés par cette problématique des tueries de masses. Pourtant ils n'ont pas l'air particulièrement soft sur la législation des armes.

Est ce que c'est comparable selon vous ?

Edited by Nec temere
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Nec temere a dit :

Pas sur que ce soit un argument... D'autant que ce n'est exactement ça fort heureusement :bloblaugh:

http://www.vaucluse.gouv.fr/IMG/pdf/Comprendre_le_cerveau_cle6fb68c.pdf (Comprendre le cerveau : OCDE 2007, écrit avec "l'engagement approfondi" de scientifiques réputés comme Stanislas Dehaene)

p.50

Jusqu’à l’émergence des techniques d’imagerie cérébrale, la plupart des scientifiques (y compris les psychologues) considéraient qu’après douze ans le cerveau n’évoluait plus. L’une des raisons qui ont donné naissance à cette idée fausse est qu’à partir de l’enfance, le cerveau ne grossit presque plus. Le cerveau d’un enfant de six ans présente déjà un volume de l’ordre de 90 à 95 % du volume de celui d’un adulte. Pourtant, malgré cela, le cerveau adolescent peut être comparé à un « chantier ». L’imagerie cérébrale a montré que le cerveau continue à grandir et à se myéliniser [Cf p42 : les axones myélinisés transmettent-ils l’information jusqu’à 100 fois plus vite que les axones non myélinisés] jusqu’au début de l’âge adulte (entre 20 et 30 ans).

p.51

Plusieurs zones du cerveau se modifient à l’adolescence (voir le graphique 2.4). (...) Enfin, le cortex préfrontal, responsable de fonctions exécutives importantes et de processus
de cognition supérieurs, qui est la dernière zone du cerveau à subir un élagage. Cette zone grandit à la fin de l’enfance, puis se rétrécit durant l’adolescence à mesure que les synapses sont élaguées
[Cf p.54 les modèles de réseaux neuraux ont appris aux chercheurs que l’acquisition des compétences résulte de l’élagage de certaines connexions et du renforcement de certaines autres]. Des études récentes ont montré que la façon dont le cortex préfrontal se développe à l’adolescence pourrait affecter la régulation émotionnelle.

p.52

Ainsi, une étude sur la gestion des risques fondée sur une simulation de conduite automobile a montré que, lorsqu’ils jouent entre eux, les adolescents prennent davantage de risques que les adultes, alors que les membres des deux groupes sont également prudents quand ils jouent seuls(Steinberg, 2004). Selon la psychologue Laurence Temple, « les parties du cerveau responsables d’éléments comme la recherche de sensations fortes sont particulièrement actives vers la puberté, mais celles auxquelles est dû l’exercice du jugement sont toujours en cours de maturation. Cela revient à confier une voiture en marche à quelqu’un qui n’a pas le permis. » (Wallis et autres, 2004). L’immaturité du cortex préfrontal des adolescents joue donc un rôle crucial dans l’instabilité de leur comportement.

p206

Par exemple, la partie dorso-latérale du lobe frontal (associée aux fonctions exécutives), est l’une des dernières à se développer, comme d’ailleurs une partie des lobes temporaux (plus précisément dans les zones latérales, et surtout dans l’hémisphère gauche) (Sowell et autres, 2003) – cette zone joue probablement un rôle particulier dans le stockage de connaissances sémantiques, c’est-à-dire ce que sont les choses, et comment elles fonctionnent (un peu comme un lexique). Que le VSG [Volume de substance grise] atteigne son maximum relativement tard dans cette zone (un peu avant trente ans) est cohérent avec le fait que nous acquérons la plupart de nos connaissances sémantiques durant l’enfance, l’adolescence et le début de l’âge adulte.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,749
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Patou860
    Newest Member
    Patou860
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...