Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

13 hours ago, Snapcoke said:

This is for me the most significant current threat to democracy...

 

 

ne soyez pas stupide ! les foules en colère qui menacent des vies et des moyens de subsistance et qui appellent à la censure pour ne pas être d'accord avec elles sont des éléments clés de la démocratie. Un élément clé de la démocratie est la règle incontestée du parti unique.  :biggrin:

 

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, Kelkin a dit :

J'en ai pas vraiment l'impression. Entre les "indigènes" "décolonialistes" et la complaisance médiatique envers Assa Traoré...

Moi je constate surtout qu'elle se fait régulièrement démonter, et à bon droit.

Mais ni Hanouna ni Ruquier ne fréquentent mon salon : je vais rester prudent.

Link to comment
Share on other sites

https://www.msn.com/en-us/news/politics/nancy-pelosi-to-run-for-18th-full-house-term/ar-AAT8vYW

Nancy Pelosi annonce qu'elle va se représenter. Deux années de plus à s'enrichir via le "marché libre" des délits d'initiés "pour les enfants".

https://www.usnews.com/news/politics/articles/2021-12-15/pelosi-defends-lawmaker-stock-trades-citing-free-market

sa valeur nette est de 120 millions de dollars. Pour "attraper" les riches, il faut devenir riche... D'un jour à l'autre, elle tendra son piège !

 

 

  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

https://foreignpolicy.com/2022/01/25/us-natural-gas-france-deal-cheniere-energy-transition-climate-change/

En octobre 2020, le gouvernement français a bloqué un accord de 7 milliards de dollars entre Engie, une entreprise énergétique française partiellement détenue par l'État, et NextDecade, une entreprise américaine de gaz naturel liquéfié (GNL), car le gaz était trop sale. Mais récemment, il a été révélé qu'un nouveau contrat de 11 ans avait été discrètement signé pour ce même combustible en juin dernier, cette fois entre Engie et Cheniere Energy, une autre société américaine de GNL.

  • Confused 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 17 heures, Stark_Contrast a dit :

https://www.msn.com/en-us/news/politics/nancy-pelosi-to-run-for-18th-full-house-term/ar-AAT8vYW

Nancy Pelosi annonce qu'elle va se représenter. Deux années de plus à s'enrichir via le "marché libre" des délits d'initiés "pour les enfants".

https://www.usnews.com/news/politics/articles/2021-12-15/pelosi-defends-lawmaker-stock-trades-citing-free-market

sa valeur nette est de 120 millions de dollars. Pour "attraper" les riches, il faut devenir riche... D'un jour à l'autre, elle tendra son piège !

J'avais relevé les infos suivantes sur la "gérontocratie" américaine : 

Le 17/12/2020 à 15:40, Wallaby a dit :

https://www.newyorker.com/news/news-desk/dianne-feinsteins-missteps-raise-a-painful-age-question-among-senate-democrats (10 décembre 2020)

Lors d'une audition le 17 novembre, Dianne Feinstein, la plus ancienne démocrate de la commission judiciaire du Sénat, qui, à quatre-vingt-sept ans, est le plus ancien membre du Sénat, a fait comparaître un témoin. Lisant un tas de documents préparés, elle a demandé à Jack Dorsey, le PDG de Twitter, si sa société en faisait assez pour endiguer la diffusion de la désinformation. Elle a ensuite lu en entier un tweet que le président Trump avait diffusé le 7 novembre, prétendant à tort avoir remporté l'élection présidentielle. Elle a ensuite demandé à Dorsey si le fait que Twitter ait qualifié le tweet de "controversé" avait suffisamment alerté les lecteurs sur le fait qu'il s'agissait d'un mensonge éhonté.

C'était une bonne question. Feinstein semblait tranchante et concentrée. Depuis des décennies, elle est l'incarnation même de la femme pionnière à Washington, toujours hyper-préparée. Mais cette fois, après la réponse de Dorsey, Feinstein lui a posé à nouveau la même question, en la lisant mot pour mot, en même temps que le tweet de Trump. Son inflexion était étrangement identique. Feinstein avait l'air tout aussi habitée de sa force de conviction, ne semblant pas avoir conscience qu'elle se répétait mot pour mot. Dorsey a gracieusement répondu à la question une fois de plus.

https://www.washingtonpost.com/opinions/2020/12/16/why-we-need-talk-about-dianne-feinstein/

La semaine dernière, Jane Mayer du New Yorker a révélé que la sénatrice Dianne Feinstein (D-Calif.), 87 ans, souffre presque certainement de problèmes de mémoire liés à l'âge. L'histoire aurait dû être un blockbuster mais, au lieu de cela, elle a rapidement disparu, ensevelie sous le barrage des tentatives continues du président Trump pour renverser les résultats des élections, ainsi que la pandémie de coronavirus en cours.

Mais il y avait probablement d'autres raisons pour lesquelles l'article n'a pas été retenu : Elle soulève de multiples questions que nous trouvons trop inconfortables à affronter. La façon de parler des maladies liées à l'âge en est une. Pourquoi nous nous sommes mis dans une position où tant de nos principaux politiciens sont âgés en est une autre.

Les États-Unis sont connus pour être une société obsédée par les jeunes. La discrimination fondée sur l'âge est répandue partout - sauf dans la politique électorale. L'élite dirigeante des États-Unis est, comme l'a souligné Timothy Noah l'année dernière dans Politico, une gérontocratie. Joe Biden est le plus vieil homme jamais élu président, et il remplacera Donald Trump, qui était le plus âgé auparavant. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (D-Calif.), a 80 ans, et le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell (R-Ky.), 78 ans. En fait, il y a maintenant sept sénateurs qui ont 80 ans. A 70 ans, le leader de la minorité au Sénat, Charles E. Schumer (D-N.Y.), est en comparaison un jeunot.

À côté, les gérontes de l'Union Soviétique déclinante étaient des petits jeunes de moins de 80 ans : Brejnev, Andropov et Tchernenko.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

A leur décharge, Biden et Trump sont des dinosaures mais les présidents précédents ne l'étaient pas : Obama avait 47 ans, George Bush Jr 54, Clinton 46. Bush Sr était un plus vieux routier (64 ans), Reagan le dépassait (69 ans) mais les précédents tournaient presque tous autour de la cinquantaine sauf quelques exceptions (dont Ford mais qui n'avait pas prévu d'arriver là ou Eisenhower).

Cela dit, une différence par rapport à l'URSS. Aux États-Unis, les quinquas ont une vraie chance d'arriver au pouvoir suprême, ce qui était totalement impossible en URSS.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

6 hours ago, Wallaby said:

J'avais relevé les infos suivantes sur la "gérontocratie" américaine : 

À côté, les gérontes de l'Union Soviétique déclinante étaient des petits jeunes de moins de 80 ans : Brejnev, Andropov et Tchernenko.

Moi aussi, j'avais considéré que la vieille garde de l'URSS ne cessait de mourir. Les @Ciders m'ont aidé à me sentir mieux, car la situation n'est pas encore si mauvaise. Mais comme je l'ai déjà dit, il était très étrange, lors du processus de nomination des Démocrates, de ne voir que des vieux Blancs se présenter, et de dire "le parti de la jeunesse et de la diversité, bien sûr !" mais j'ai toujours été un fan de la satire, de l'humour noir et des jeux de mots. c'est encore un autre "contraste frappant" entre ce qu'est le parti et ce qu'il prétend être. 

Ce que je veux dire à propos de Nancy Pelosi, c'est que cette femme vaut 120 millions de dollars. Si l'on se base sur la durée de son mandat, elle gagne en moyenne 3,5 millions de dollars par an, pour un travail qui rapporte officiellement un quart de million de dollars sur le papier. Je doute donc qu'elle soit enthousiaste à l'idée de "continuer à aider" et de "rendre les choses équitables". 

J'ai des choses plus intéressantes sur Dianne Feinstein, mais il faudra peut-être attendre. Il s'agit en effet d'une cohorte plus âgée et c'est un problème très aigu, même à court terme. Biden a la majorité la plus étroite de tous les présidents de l'histoire, je pense, et 4 ou 5 sénateurs démocrates ont plus de 80 ans. Si l'un d'entre eux meurt (et la covidie est réelle), ils passent de 50-50 à 49-50.

De plus, l'un des juges de la Cour suprême a annoncé sa retraite. Manchin et Sinema sont maintenant les meilleurs amis de tout le monde car leurs soutiens seront nécessaires pour confirmer le nouveau juge. C'est une des raisons pour lesquelles je n'aime pas les "progressistes" de notre parti. Ils parlent encore de se débarrasser de Manchin et Sinema, alors même que nous avons la démonstration parfaite de leur utilité. Si cela dépend des progressistes, ces sièges feront l'objet d'une opposition interne et seront probablement attribués aux républicains qui bloqueront volontiers toute nomination. Les progressistes sont très anti-progrès. Il vaut mieux ne pas avoir d'amis que des amis imparfaits. 

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Pour changer un peu de la politique politicienne, voilà un (rare) cas (non dissimulable) où le manque de régulation cause des problèmes aux USA.

Je parle des craintes d'interférences de la 5G avec le traffic aérien* (spécifiquement des craintes de brouillage des radio altimètres en approche aux instruments IFR par les antennes 5G, de fréquence radio proche).
La FAA (régulateur du traffic aérien) et la FCC (régulateur télécom) n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur des mesures pour réduire le risque de crash...

Résultat, la crise a été escaladée au plus haut (avec guerre de communiqué apocalyptiques via presse) ...
Et le déploiement de la 5G a été retardé in extremis près des aéroports.
Les compagnies aériennes et les opérateurs téléphoniques sont furieux (les uns pour les risques de crash, les autres pour des millions de $ de frais supplémentaires à prévoir).

<mode ironie ON>
Assez furieux pour réclamer aux partis politiques plus de règlementation ? :-)

https://www.20minutes.fr/high-tech/3219043-20220118-aerien-compagnies-predisent-chaos-deploiement-5g-pres-aeroports

https://www.reuters.com/technology/exclusive-major-us-airline-ceos-urge-action-avoid-catastrophic-5g-flight-2022-01-17/

https://www.thedrive.com/the-war-zone/43917/the-5g-fiasco-from-an-airline-pilots-point-of-view

Du côté européen, aucun problème...
Bon, la vérité c'est qu'on a été un peu aidé, car nos bandes de fréquence 5G ont moins de risque de brouillage des radio altimètres...

Mais, ici, y a eu aucun état d'âme à se concerter pour prendre une série de précautions (baisse de puissance des antennes 5G près des aéroports, faire pointer les antennes vers le sol, et non vers le haut, etc)

https://edition.cnn.com/2022/01/19/business/5g-aviation-safety-europe/index.html

* les antennes satellite (bande C) risquent aussi d'être gênées par la 5G (mais là, peu de danger de mort d'homme)

http://www.satmagazine.com/story.php?number=2132459167

Edited by rogue0
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, rogue0 a dit :

Pour changer un peu de la politique politicienne, voilà un (rare) cas (non dissimulable) où le manque de régulation cause des problèmes aux USA.

Je parle des craintes d'interférences de la 5G avec le traffic aérien* (spécifiquement des craintes de brouillage des radio altimètres en approche aux instruments IFR par les antennes 5G, de fréquence radio proche).
La FAA (régulateur du traffic aérien) et la FCC (régulateur télécom) n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur des mesures pour réduire le risque de crash...

Résultat, la crise a été escaladée au plus haut (avec guerre de communiqué apocalyptiques via presse) ...
Et le déploiement de la 5G a été retardé in extremis près des aéroports.
Les compagnies aériennes et les opérateurs téléphoniques sont furieux (les uns pour les risques de crash, les autres pour des millions de $ de frais supplémentaires à prévoir).

<mode ironie ON>
Assez furieux pour réclamer aux partis politiques plus de règlementation ? :-)

https://www.20minutes.fr/high-tech/3219043-20220118-aerien-compagnies-predisent-chaos-deploiement-5g-pres-aeroports

https://www.reuters.com/technology/exclusive-major-us-airline-ceos-urge-action-avoid-catastrophic-5g-flight-2022-01-17/

https://www.thedrive.com/the-war-zone/43917/the-5g-fiasco-from-an-airline-pilots-point-of-view

Du côté européen, aucun problème...
Bon, la vérité c'est qu'on a été un peu aidé, car nos bandes de fréquence 5G ont moins de risque de brouillage des radio altimètres...

Mais, ici, y a eu aucun état d'âme à se concerter pour prendre une série de précautions (baisse de puissance des antennes 5G près des aéroports, faire pointer les antennes vers le sol, et non vers le haut, etc)

https://edition.cnn.com/2022/01/19/business/5g-aviation-safety-europe/index.html

* les antennes satellite (bande C) risquent aussi d'être gênées par la 5G (mais là, peu de danger de mort d'homme)

http://www.satmagazine.com/story.php?number=2132459167

Encore cette theorie du complot des rep sur la 5g ?! Ah non !!! Comme dirait le leader supreme trump !

Dsl je pouvais m’empecher, heureusement on est vendredi !

Link to comment
Share on other sites

Le 26/01/2022 à 18:56, Stark_Contrast a dit :

Nancy Pelosi annonce qu'elle va se représenter. Deux années de plus à s'enrichir via le "marché libre" des délits d'initiés "pour les enfants".

Sa valeur nette est de 120 millions de dollars. Pour "attraper" les riches, il faut devenir riche... D'un jour à l'autre, elle tendra son piège !

Je la connaissais de nom, mais je ne pensais pas qu'elle était si âgée : elle est née en 1940 ! Ca lui fait 81 ans ! :blink:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nancy_Pelosi

Edited by Kiriyama
Link to comment
Share on other sites

N'oublions pas que je suis un modéré à la Clinton, donc ça peut être un biais de confirmation :

Ecoutez, je suis un démocrate libéral. Je l'ai toujours été. Mais certaines de ces personnes qui râlent contre Manchin ne peuvent pas voir la réalité politique en face. Six pour cent des adultes dans ce pays s'identifient comme "progressistes". Seulement 11 ou 12 % des démocrates s'identifient comme progressistes. Alors trouvons le juste milieu et disons que quelque chose comme 7 ou 8 pour cent du pays est d'accord avec la gauche progressiste. Ce n'est plus un foutu débat. Quelqu'un comme Manchin est plus proche du courant dominant que beaucoup de ces gens le pensent, et prétendre qu'il ne l'est pas n'aidera pas la cause.

--James Carville. 

Plus de Bill Maher que j'ai mentionné plus tôt :

Mettons les choses au clair," a dit Maher. "Ce n'est pas moi qui ai changé, c'est la gauche. Qui est maintenant composée d'un petit contingent qui est devenu fou et d'un grand contingent qui refuse de les appeler pour ça. Mais je le ferai. C'est pourquoi je suis un héros à la FOX ces jours-ci. Ce qui montre à quel point les libéraux ont la tête dans le cul, car s'ils y avaient vraiment pensé, ils auraient fait de moi un héros sur leurs médias. Mais cela ne peut pas se produire dans cette nouvelle ère ridicule de partisanerie abrutissante où si je garde la vérité sur les bêtises du parti démocrate, cela fait de moi un héros instantané pour les républicains."

"Les gens me disent parfois : "Avant, tu ne te moquais pas autant de la gauche". Oui, parce qu'ils ne me donnaient pas autant de matière à travailler", a déclaré Maher.

La gauche progressiste surestime largement sa popularité. Grâce à la "culture de l'annulation", elle essaie ensuite de détruire quiconque le fait remarquer, et elle refuse de faire des compromis, de débattre ou d'essayer de rendre ses idées plus attrayantes, de gagner des soutiens et de former des coalitions. la gauche "réveillée" a été un cadeau absolu pour les républicains.

Les progressistes, pour autant que je puisse le dire, fonctionnent en croyant qu'ils ont raison, et que si leurs rêves se réalisent, les gens les aimeront, seront d'accord avec eux, et ils seront justifiés à la fin, peu importe les coûts à court terme. Cela leur confère une qualité très "kamikaze", ce qui serait formidable s'il s'agissait du parti de quelqu'un d'autre. Obamacare n'a pas non plus donné naissance à une population reconnaissante qui a vu la lumière et n'élit plus que des démocrates.

Même 12 ans après l'adoption de l'Obamacare et 7 ans après sa mise en œuvre, il n'a pas donné lieu à une manne de reconnaissance pour les démocrates, à ma connaissance. Oui, les républicains n'ont pas réussi à l'abroger. Mais cela a également conduit à des majorités républicaines massives pour les 6 années suivantes et a donné naissance à Trump. Pour cette raison, je ne peux pas être d'accord avec la stratégie progressiste de "majorité reconnaissante". 

Le débat interne fait rage. Biden est-il impopulaire parce qu'il n'a pas adopté de politiques progressistes, ou est-ce un échec parce qu'il essaie d'être trop progressiste ? 

Le débat s'intensifie à la lumière de cette merveilleuse nouvelle :

https://news.yahoo.com/rents-40-cities-forcing-millions-025531936.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Like 2
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Quand je disais que biden ne pouvait pas faire autrement, c’est que les progressistes sont pret a tout pour imposer leur vu quitte a faire exploser la maison democrate. L’alliance qui l’a porté au pouvoir est particulierment faible et disparate. la raison de sa victoire tient plus dans la personnalite de trump et d’un systeme mediatique aujourd’hui totalement discredite. 
 

comme toujours les raisonnables se laissent emporter par les fous tant que les consequences n’apparaissent pas. Elles apparaissent de maniere spectaculaire. Et alors que la guerre cvile interne au rep est sur le point de s’achever, celle du parti democrate va a peine commencer et pourrait etre bien plus longue en l’absence d’un leader clair et charismatique. Seul un obama pourrait aujourd’hui pretendre a… et encore. 
 

le parti democrate doit pousser les progressistes vers la sortie, qu’ils fassent leur propre mouvement. Mais ils doivent aussi redevenir un parti populaire, en mettant sur le cote les gros donnateurs et leurs interers particuliers. Revenir sur immigration maitrisé, on peut pas se venter d’etre le parti des travailleurs et faire le jeu du patronnat en mettant ces memes travailleurs en concurrence avec des traveurs sou: payés, sans papier… revenir a une forme de fierte americaine et arreter de pousser a toutes les guerres. En d’autre terme ne pas etre le nouveau parti de bush junior sans devenir non plus le parti d’aoc. 
 

perso, je vois un gros cycle republicain qui forcera les dem a faire se travail sur eux. Le parti a lui meme mis en place un narratif et des regles de vie tellement au gauche qu’un recentrage ou au moins un retour au canal historique parait impossible a mettre en place. Pas sans se faire traiter de raciste, ce qui a tetanisé les republicains pendant des decennies jusqu’a l’arrive de trump est sur le point de se retourner contre la majorite des democrates. 
 

le jeu de la politique identitaire est a double tranchant. Nous y sommes. Les republicains n’ont plus qu’a recuperer des electorats minoritaires degoutés de la manipulation politicienne alors qu’ils ont de plus de mal a vivre sous biden que son trump. Et les femmes blanches horrifiées de l’enseignement que recoivent leurs enfants. 
 

pour la premiere fois depuis tres longtemps les rep reagissent non seulement du haut vers le bas mais aussi du bas vers le haut. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, wagdoox a dit :

les femmes blanches horrifiées de l’enseignement que recoivent leurs enfants. 

Effectivement j'ai vue passé  plusieurs articles la dessus.

Il est bien possible que beaucoup de mères de famille fassent  la bascule...

Link to comment
Share on other sites

Le 01/02/2022 à 02:56, wagdoox a dit :

le jeu de la politique identitaire est a double tranchant. Nous y sommes. Les republicains n’ont plus qu’a recuperer des electorats minoritaires degoutés de la manipulation politicienne alors qu’ils ont de plus de mal a vivre sous biden que son trump. Et les femmes blanches horrifiées de l’enseignement que recoivent leurs enfants. 

Il faut aussi faire remarquer que le jeu politique à droite est profondément identitaire et tout aussi malsain.

--

Bon, sinon, au risque de profondément réjouir l'ami Fort_Contraste, voilà Biden qui annonce, en compagnie du maire de New-York - que "defund the police" n'est pas du tout l'objectif de la loi en préparation au congrès. Nul doute que des législateur des deux bords approuverons ça...
 

Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, Boule75 a dit :

Il faut aussi faire remarquer que le jeu politique à droite est profondément identitaire et tout aussi malsain.

--

Bon, sinon, au risque de profondément réjouir l'ami Fort_Contraste, voilà Biden qui annonce, en compagnie du maire de New-York - que "defund the police" n'est pas du tout l'objectif de la loi en préparation au congrès. Nul doute que des législateur des deux bords approuverons ça...
 

De moins en moins, je trouve, ou peut etre que les dem en font tellement que ca relativise la perception…

Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, wagdoox a dit :

De moins en moins, je trouve, ou peut etre que les dem en font tellement que ca relativise la perception…

De moins en moins identitaire, la droite US ? Sous Trump ? :bloblaugh:
Disons que la droite te parles tellement de la perception qu'ils entendent que tu aies de la gauche que ça finit par fonctionner un peu.

Link to comment
Share on other sites

Pour se relancer en politique, une petite opération militaire anti-barbu:

http://www.opex360.com/2022/02/03/syrie-le-chef-de-daesh-a-ete-retire-du-champ-de-bataille-lors-dune-operation-americaine-ayant-frole-lechec/

D’ailleurs ça donne de nouvelles idées:

Plutôt que de donner l’assaut à un bâtiment, hop une illumination laser, une bonne GBU12… et après y a plus qu’à sortir la photo portrait degueue qui va bien, et expliquer que le salaud s’est fait sauter avec femmes et enfants;) 

.

.

.

Je suis déjà sorti

ou pas.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Boule75 a dit :

De moins en moins identitaire, la droite US ? Sous Trump ? :bloblaugh:
Disons que la droite te parles tellement de la perception qu'ils entendent que tu aies de la gauche que ça finit par fonctionner un peu.

Non c'est juste que tu as entendu Trump sous le filtre CNN et l'interprétation qui en est fait. 
C'est peut etre pas pour rien que c'est le candidat républicain qui a eu le plus taux de vote des minorités.

Link to comment
Share on other sites

https://www.newyorker.com/news/daily-comment/the-pro-trump-case-for-rejecting-the-big-lie (4 février 2022)

Selon plusieurs sondages récents, quatre-vingt pour cent des républicains ne croient toujours pas que Joe Biden a gagné l'élection. M. Wamp, qui a trente-quatre ans et parle avec la cadence tranquille du sud-est du Tennessee, où il a grandi et vit toujours, n'en fait pas partie ; il a pour mission de convaincre les autres membres de la droite que le gros mensonge est un gros mensonge.

Avec ses valeurs de production modestes, "Truthtellers" a une touche artisanale qui reflète la conviction de Wamp que les faits comptent. Contrairement aux efforts des Never Trumpers républicains, tels que le Lincoln Project, qui a publié une série de vidéos pendant la saison électorale de 2020 qui se plaisaient à se moquer du président et de ses sbires, le ton est sérieux, souvent crédule. "Nous avons essayé d'être diligents dans nos recherches et humbles dans notre approche", a déclaré Wamp. "Je ne voulais pas traiter mes collègues républicains comme s'ils avaient de mauvaises intentions en pensant que quelque chose avait mal tourné avec l'élection ou qu'ils n'étaient pas assez intelligents pour la comprendre, mais plutôt le contraire. Là où il y avait de la fumée, nous voulions voir s'il y avait du feu."

Dans l'ensemble, il s'inquiète du fait que, si le parti perdant invoque la fraude à chaque fois qu'il y a une élection, cela minera le processus électoral et la démocratie américaine elle-même. (Il considère que les affirmations des démocrates sur l'ingérence russe dans l'élection de 2016 en sont un exemple antérieur). "Le président Biden a fait des commentaires au cours des deux dernières semaines sur ses préoccupations quant à savoir si la prochaine élection pourrait être légitime", m'a-t-il dit. "Tout cela est une tendance terrible".

"Truthtellers" est une excroissance du podcast de Wamp, "Swamp Stories", un regard sans fard sur la corruption et le copinage à Washington, des deux côtés de l'allée. (Les épisodes précédents ont examiné le rôle de l'argent noir en politique et la façon dont les politiciens utilisent les contributions des comités d'action politique pour financer des styles de vie somptueux). Ces deux initiatives sont parrainées par le groupe de réforme politique à but non lucratif Issue One, dont le ReFormers Caucus comprend d'anciens membres du Congrès, gouverneurs, ambassadeurs et membres du Cabinet, dont les démocrates Russ Feingold et Christopher Dodd, et les républicains Ray LaHood et Trent Lott. (Le père de Wamp, Zach Wamp, un républicain qui a rempli huit mandats à la Chambre des représentants, en est également membre).

Reid Ribble, un républicain de droite autoproclamé et ancien membre du Congrès du Wisconsin, en fait également partie. En mai dernier, il a participé à la rédaction de "A Call for American Renewal", une lettre publique qui exhortait les dirigeants républicains, entre autres, à admettre que l'élection de 2020 avait été remportée équitablement par Biden.

En février dernier, Politico a présenté le profil de Rohn Bishop, un partisan de Trump et président du parti républicain du comté de Fond du Lac, dans le Wisconsin, qui a été vilipendé après avoir commencé à dénoncer les efforts de Trump pour décourager le vote par correspondance. Plus tard, il a exhorté les membres du parti à accepter la défaite de Trump et a résisté aux tentatives de contester la légitimité des votes par correspondance dans les districts urbains de l'État, où vivent de nombreuses personnes de couleur.

Dans le climat actuel, m'a dit Charlie Sykes, les candidats républicains doivent "au moins faire semblant de croire au grand mensonge pour rester viables".

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

@Wallaby : intéressant, mais un point me chiffonne lourdement :

Il y a 4 heures, Wallaby a dit :

(Il considère que les affirmations des démocrates sur l'ingérence russe dans l'élection de 2016 en sont un exemple antérieur)

Ce ne sont pas des affirmations des démocrates : elles émanent d'abord des services de renseignement et de police US, puis elles ont ensuite été étayées et détaillées publiquement par des commissions parlementaires sous direction républicaine.
Il y a un talking point procédant du déni et une tentative constante de réécriture de l'histoire sur ce point.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Boule75 a dit :

@Wallaby : intéressant, mais un point me chiffonne lourdement :

Ce ne sont pas des affirmations des démocrates : elles émanent d'abord des services de renseignement et de police US, puis elles ont ensuite été étayées et détaillées publiquement par des commissions parlementaires sous direction républicaine.
Il y a un talking point procédant du déni et une tentative constante de réécriture de l'histoire sur ce point.

C'est ta perception des choses. Ma perception des choses est que beaucoup de choses ont été faites "pour le compte" de la campagne Hillary Clinton 2016 : 

Le 10/11/2021 à 12:23, Wallaby a dit :

 https://taibbi.substack.com/p/rachel-maddows-shocking-new-low (5 novembre 2021)

Hier, le conseiller spécial John Durham a mis en examen l'analyste de l'Institut Brookings Igor Danchenko, plus connu comme la source principale de Christopher Steele, l'ex-espion qui a compilé le désormais célèbre "dossier Steele" pour le compte de la campagne présidentielle d'Hillary Clinton en 2016. L'affaire a des implications pour des personnalités de plus haut rang, mais l'inculpation est plus immédiatement dévastatrice pour la réputation des nombreuses personnalités de l'information célèbres qui ont fait du battage autour de l'histoire de Steele.

Une grande partie de l'acte d'accusation concerne les fausses déclarations que Danchenko aurait faites au FBI concernant ses interactions avec le "PR Executive-1", décrit comme un "individu basé aux Etats-Unis... qui a longtemps participé à la politique du Parti démocrate et qui était alors cadre dans une société de relations publiques américaine". Le journaliste du New York Times Charlie Savage a reçu la confirmation de l'avocat d'un certain Charles Dolan que ce dernier est bien ce cadre (executive).

Le Russiagate est déjà un furoncle considérable sur le visage du journalisme américain, mais l'inculpation de Danchenko a le potentiel de faire passer l'embarras de la profession à des dimensions fantastiques. Par exemple, l'une des principales affirmations du dossier Steele concernait une "conspiration bien développée de coopération" entre Trump et la Russie, qui remonterait à plusieurs années et serait gérée par Paul Manafort et Carter Page du côté de Trump. À un moment donné, on a cru que cette affirmation avait pour origine un appel téléphonique anonyme que Danchenko pensait provenir de l'ancien président de la Chambre de commerce russo-américaine, Sergei Millian. Danchenko aurait en outre déclaré au FBI que lui et l'"appelant anonyme" avaient pris rendez-vous à New York.

L'acte d'accusation, cependant, affirme que Danchenko n'a même jamais parlé à Millian, lui envoyant des e-mails à plusieurs reprises sans obtenir de réponse. Quant à ce voyage à New York, mazette :

    Du 26 juillet 2016 au 28 juillet 2016 environ, Danchenko a voyagé à New York avec un membre de sa famille. Le ou vers le 28 juillet 2016, Danchenko a visité, entre autres, le zoo du Bronx avec le membre de la famille. Au cours de ce voyage, Danchenko n'a pas rencontré ou communiqué avec le président de chambre I.

Tous les journalistes qui ont touché à cette allégation devraient avoir honte, et Rachel est en tête de cette immense foule. Elle a notamment souligné l'importance des "affirmations plus larges" de Steele, répétant l'affirmation selon laquelle "le régime russe cultive, soutient et assiste Trump depuis au moins cinq ans", allant jusqu'à féliciter Steele pour avoir gardé la "tête basse" et écouté ses "sources profondes" comme Danchenko.

Et à propos des allégations de réjouissances dans le camp Trump après la démission de Manafort :

 Cependant, l'acte d'accusation poursuit en citant Dolan à propos de cette anecdote :

    PR Executive-I a reconnu plus tard au FBI qu'il n'avait jamais rencontré un "ami du GOP" en rapport avec les informations qu'il a transmises à Danchenko, mais qu'il avait plutôt fabriqué de toutes pièces cette rencontre dans ses communications avec Danchenko. Le responsable des relations publiques-I a plutôt obtenu les informations sur le directeur de campagne-I à partir de sources de nouvelles publiques.

 

Et qu'il est surtout question d' "une série de boules puantes lancées par l'équipe de campagne de Hillary Clinton" :

Le 20/11/2021 à 12:51, Wallaby a dit :

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/soupcons-contre-donald-trump-ce-russiagate-qui-fait-pschitt_2162111.html

Dans cet imbroglio, qui est aussi un fiasco journalistique, le quotidien conservateur The Wall Street Journal est l'un des rares médias à esquisser une autocritique. Dans son éditorial du 5 novembre, il relève que "tout cela prouve que toute cette affaire n'est, du début à la fin, qu'une série de boules puantes lancées par l'équipe de campagne de Hillary Clinton, et dont la presse fut le promoteur crédule". Coté démocrate, The Washington Post admet que les investigations en cours du procureur Durham "jettent un doute sur certains articles publiés par les journaux, y compris le nôtre". C'est le moins que l'on puisse dire. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Wallaby a dit :

C'est ta perception des choses. Ma perception des choses est que beaucoup de choses ont été faites "pour le compte" de la campagne Hillary Clinton 2016 : 

 

Et qu'il est surtout question d' "une série de boules puantes lancées par l'équipe de campagne de Hillary Clinton" :

Si on veut, mais ça n'enlève rien aux rapports des services de renseignement et aux conclusions bipartisanes des commissions d'enquête, la sénatoriale notamment.

On pourrait rajouter ce qui a été découvert du financement (très au-delà des plafonds) de la campagne du Brexit, etc...
Il y a bien, ouvertement, une internationale très à droite, très populiste, un axe Banon-Trump-Johnson-Salvini-Orban-Le Pen/Zemmour/Ciotti-Poutine, bien actif.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,749
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Patou860
    Newest Member
    Patou860
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...