Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

Il y a 10 heures, Akhilleus a dit :

Je plaisantais a moitié 

Pas souvenir que le siphonage des données par C.A ait été a destination des russes mais plutot des organes de campagne de divers candidat US et d'un etat spécifique comme Israel

Il y a une tambouille infernale avec Mercer, Farrage, le Brexit, Trump et sa clique, 13 russes inculpés (et de mémoire condamnés) aux USA et l'ambassadeur russe nommément cité, un premier jeu de données sorties/détournées soit-disant à l'insu de Facebook, une utilisation de copies de ces données, une répétition du même procédé par une autre boîte et re-circulation de données.

Un bouillabaisse infernale...

Link to comment
Share on other sites

Les Russes n'ont rien à voir avec CA, dont rien n'a d'ailleurs jamais prouvé un impact électoral si ce n'est les dires publicitaires des dirigeants de cette firme. Et non, il n'est pas si aisé d'orienter des meutes de trolls pour obtenir un résultat significatif...

Edited by gustave
  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, gustave a dit :

Et non, il n'est pas si aisé d'orienter des meutes de trolls pour obtenir un résultat significatif...

çà c'est sûr gérer des trolls c'est un vrai métier ... :biggrin:

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Le 08/02/2022 à 20:45, gustave a dit :

Les Russes n'ont rien à voir avec CA, dont rien n'a d'ailleurs jamais prouvé un impact électoral si ce n'est les dires publicitaires des dirigeants de cette firme. Et non, il n'est pas si aisé d'orienter des meutes de trolls pour obtenir un résultat significatif...

Ca me peine aussi quand les agents russes sont pris dans le pot de confiture, mais il faut hélas s'y résoudre en ce moment. Et donc si, la Russie était entre autres impliquée jusqu'au cou dans un trafic de données avec l'équipe Trump, en 2016 comme en 2020. On été fournies aux russes pour analyse des données de sondage notamment ; objectif : identifier comment faire basculer les indécis, améliorer le ciblage des publicités.

l'administration Biden a confirmé qu'un agent du gouvernement russe ayant des liens étroits avec le principal responsable de la campagne 2016 de Donald Trump "a fourni aux services de renseignement russes des informations sensibles sur les sondages et la stratégie de la campagne [de Trump]."

[...]

Mais quelle était la valeur des données sur les sondages et la stratégie de campagne que Paul Manafort, le président de la campagne de Trump, a données à un agent russe ?

Selon Brad Parscale, le gourou des données électorales de Trump, les informations que Manafort a transmises directement aux services de renseignement russes étaient d'une importance capitale, déterminant "98 %" de l'allocation des ressources de la campagne (telles que les dépenses en publicités télévisées, radio et médias sociaux, les rassemblements, les opérations sur le terrain, etc.)

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

(source, qui n'est pas un article de The Hill mais avec plein de liens vers des sites officiels...). Et puis sinon chez CNN, chez The Independent, un plein dossier sur Cambridge Analytica dans le Guardian dans lequel apparaît le nom de l'ambassadeur russe au RU (plutôt lié au Brexit), etc...

Il y a 14 heures, christophe 38 a dit :

[les trolls] ça dépend si tu le prends au sens strict ou au sens figuré...

Bah. Tu les prend à la turco-saoudienne : trempés dans l'acide.

Link to comment
Share on other sites

il y a 36 minutes, Boule75 a dit :

Ca me peine aussi quand les agents russes sont pris dans le pot de confiture, mais il faut hélas s'y résoudre en ce moment. Et donc si, la Russie était entre autres impliquée jusqu'au cou dans un trafic de données avec l'équipe Trump, en 2016 comme en 2020. On été fournies aux russes pour analyse des données de sondage notamment ; objectif : identifier comment faire basculer les indécis, améliorer le ciblage des publicités.

l'administration Biden a confirmé qu'un agent du gouvernement russe ayant des liens étroits avec le principal responsable de la campagne 2016 de Donald Trump "a fourni aux services de renseignement russes des informations sensibles sur les sondages et la stratégie de la campagne [de Trump]."

[...]

Mais quelle était la valeur des données sur les sondages et la stratégie de campagne que Paul Manafort, le président de la campagne de Trump, a données à un agent russe ?

Selon Brad Parscale, le gourou des données électorales de Trump, les informations que Manafort a transmises directement aux services de renseignement russes étaient d'une importance capitale, déterminant "98 %" de l'allocation des ressources de la campagne (telles que les dépenses en publicités télévisées, radio et médias sociaux, les rassemblements, les opérations sur le terrain, etc.)

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

(source, qui n'est pas un article de The Hill mais avec plein de liens vers des sites officiels...). Et puis sinon chez CNN, chez The Independent, un plein dossier sur Cambridge Analytica dans le Guardian dans lequel apparaît le nom de l'ambassadeur russe au RU (plutôt lié au Brexit), etc...

Bah. Tu les prend à la turco-saoudienne : trempés dans l'acide.

mafia italienne : tu les couches sur un tapis roulant, au bout, la broyeuse et la viande, éjectée, est bouffée par les cochons...

tu en laisses juste un en vie pour qu'il raconte aux autres..

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, christophe 38 a dit :

mafia italienne : tu les couches sur un tapis roulant, au bout, la broyeuse et la viande, éjectée, est bouffée par les cochons...

tu en laisses juste un en vie pour qu'il raconte aux autres..

Kingsman 

570657293+%2528Medium%2529.jpg

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Boule75 a dit :

Ca me peine aussi quand les agents russes sont pris dans le pot de confiture, mais il faut hélas s'y résoudre en ce moment. Et donc si, la Russie était entre autres impliquée jusqu'au cou dans un trafic de données avec l'équipe Trump, en 2016 comme en 2020. On été fournies aux russes pour analyse des données de sondage notamment ; objectif : identifier comment faire basculer les indécis, améliorer le ciblage des publicités.

l'administration Biden a confirmé qu'un agent du gouvernement russe ayant des liens étroits avec le principal responsable de la campagne 2016 de Donald Trump "a fourni aux services de renseignement russes des informations sensibles sur les sondages et la stratégie de la campagne [de Trump]."

[...]

Mais quelle était la valeur des données sur les sondages et la stratégie de campagne que Paul Manafort, le président de la campagne de Trump, a données à un agent russe ?

Selon Brad Parscale, le gourou des données électorales de Trump, les informations que Manafort a transmises directement aux services de renseignement russes étaient d'une importance capitale, déterminant "98 %" de l'allocation des ressources de la campagne (telles que les dépenses en publicités télévisées, radio et médias sociaux, les rassemblements, les opérations sur le terrain, etc.)

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

(source, qui n'est pas un article de The Hill mais avec plein de liens vers des sites officiels...). Et puis sinon chez CNN, chez The Independent, un plein dossier sur Cambridge Analytica dans le Guardian dans lequel apparaît le nom de l'ambassadeur russe au RU (plutôt lié au Brexit), etc...

Bah. Tu les prend à la turco-saoudienne : trempés dans l'acide.

C’est ce que je dis : CA n’a rien à voir avec les Russes. Que des proches de Donald aient dit aux Russes leur budget ou je ne sais quoi est autre chose.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Boule75 a dit :

Je m'arrête-là : tu n'as pas bien compris ce qu'ont fait les nazis.
Les woke, tout détestables qu'ils soient, en sont encore loin, et heureusement.

Ne pas banaliser l'horreur...

Une partie des militants de la mouvance woke utilise des méthodes d'insécurisation de leurs adversaires à leur domicile privé.

Ces méthodes ont été qualifiées de "totalitaires" par Christian Carius, CDU :

Le 23/11/2017 à 19:33, Wallaby a dit :

http://www.faz.net/aktuell/politik/inland/die-kunstaktion-gegen-hoecke-schlaegt-in-thueringen-politische-wellen-15306622.html (23 novembre 2017)

Le groupe artistique "Centre de beauté politique" a loué le terrain voisin de la maison de Höcke et y a réalisé une mini-réplique du Mémorial de l'holocauste de Berlin :

Mercredi matin, des militants du Centre de beauté politique (ZPS) ont coulé 24 caisses en contreplaqué avec du béton sur la propriété voisine de Höckes, qui avait déjà été acquise il y a dix mois, et qui ressemble à des copies authentiques des stèles du Mémorial de Berlin aux Juifs assassinés d'Europe.

Le ZPS recueille des dons sur son site Internet pour la construction et la maintenance de la réplique commémorative ; jeudi, plus de 85 000 euros avaient déjà été collectés. Avec des coûts d'exploitation annuels de 8400 euros, la préservation du mémorial dans le quartier de Höcke est garantie pendant des années, expliquent les militants.

Mais ils utiliseraient aussi le terrain pour espionner Höcke et sa famille, suscitant des critiques :

Comme depuis dix mois les artistes ont apparemment suivi et même écouté Höcke et sa famille, le président du Landtag de Thuringe Carius a critiqué l'action avec des mots acérés au début de la session parlementaire de jeudi. Il ne fait aucun doute qu'il rejette l'opinion et les positions politiques de Höcke, a déclaré le politicien de la CDU. Le contenu et le style du discours mentionné [celui de Höcke] sont irresponsables, il les condamne fermement. A Bohrwagen, cependant,"sous couvert de liberté artistique, une atteinte scandaleuse à la liberté de mandat, à l'intégrité de la personne, ainsi qu'à la famille et à la vie privée" est perpétrée. Le rejet politique se transforme en psychoterrorisme moralement déguisé "La vie privée des politiciens ne doit pas devenir l'objet d'un débat politique. "Il n' y a que les systèmes totalitaires qui pratiquent la punition collective familiale."

Le président de la communauté juive de Thuringe, Reinhard Schramm, a qualifié le tout dans MDR de "bien intentionné et mal fait". La protestation contre Höcke était correcte, "mais pas devant sa maison privée". La vie privée et la famille doivent rester taboues.

Dans le contexte américain, on peut renvoyer à l'épisode suivant :

https://www.parismatch.com/Actu/International/Le-couple-de-St-Louis-qui-avait-menace-des-manifestants-plaide-coupable-1743561

En juin 2020 (...) des manifestants (...) circulaient dans le quartier pour aller protester devant la maison de la maire de St Louis, Lyda Krewson, lui reprochant d'avoir révélé lors d'un Facebook Live les noms et adresses de manifestants qui lui avaient écrit afin de demander la baisse voire la suppression des fonds alloués aux services de police.

Link to comment
Share on other sites

il y a 44 minutes, gustave a dit :

C’est ce que je dis : CA n’a rien à voir avec les Russes. Que des proches de Donald aient dit aux Russes leur budget ou je ne sais quoi est autre chose.

Euh... tu le fais exprès, là, non ? Les russes ont fourni leurs services pour l'analyse des données pour effectuer le ciblage des dépenses.

 La base est de répondre aux questions suivantes :

  • qui pouvons-nous convaincre de voter pour notre candidat / ne pas voter ou l'autre ?
  • comment maximiser le résultat de nos efforts, c'est à dire maximiser le nombre d'électeurs convaincus par rapport à nos capacités d'investissement pour les convaincre ?

On va analyser les données d'audience, les thèmes qui font réagir sur les réseaux sociaux, les campagnes-test d'influence, les données des votes passés, la carte électorale, des études sociologiques (marketing) pour identifier :

  • les réservoirs d'indécis (presque décidés à voter / presque décidés à s'abstenir, pour ou contre "nous")
  • les plus prometteurs (qui devraient permettre de faire franchir un seuil, à la hausse comme à la baisse)
  • qu'on sait cibler et convaincre (parce qu'on sait où ils se "rassemblent", virtuellement sur Internet ou par leurs habitudes d'audiences, ou physiquement selon la carte électorale)
  • et parce qu'ils sont sensibles à des thèmes clairement identifiés sur la base desquels on peut les "travailler".

Partant :

  • où/quand tenir les meetings pour maximiser leur impact ? Quels sont les districts-clé susceptibles de basculer compte-tenu de leur sociologie et de la sensibilité de celle-ci à nos thèmes de campagne ?
  • où/quand déployer les publicités dans ces zones, avec quels messages ciblés ?
  • pour quels mots-clés, à travers quels groupes peut-on faire passer des messages par les réseaux sociaux, selon quelles séquences ? Comment investit-on nos bots, nos comptes dormants ou à-succès ? Quels contenus crée-t-on / soutient-on en support de ces comptes ?
  • sur quels thèmes et quand oriente-t-on les efforts de nos idiots utiles ? Sait-on d'ailleurs en recruter d'autres ?
  • tout en restant dans le budget.

Entre une bonne analyse des données et une mauvaise, en la matières, tu vas te retrouver avec une efficacité du simple au centuple.

Ca demande beaucoup de savoir-faire en plus du matériel. Savoir-faire pour analyser les problématiques, et comment on peut les adresser compte tenu de l'analyse des données à disposition, pour redresser éventuellement ces données, pour agréger plusieurs sources de manière cohérente, pour lancer les bons algorithmes sur les bons systèmes de traitement de données, pour valider les modèles, pour les ajuster, etc... Et après, peut-être, un peu de puissance de calcul et réseau si le ou les jeux de données sont importants. C'est un sacré boulot. Il faut des matheux, des statisticiens, des informaticiens, des spécialistes de l'analyse/redressement des données, des psychologues probablement, etc... Un métier, quoi.

 

C'est pour cela que quand on lit un aveu d'un gars de l'équipe Trump devant les enquêteurs qui dit que les russes ont profondément aidé au ciblage de la dépense, c'est significatif.
Ca l'est d'autant plus quand on voit un Trump élu avec 3 millions de voix de moins que Clinton : la campagne Trump a su cibler aux bons endroits...

---

il y a 28 minutes, Wallaby a dit :

Une partie des militants de la mouvance woke utilise des méthodes d'insécurisation de leurs adversaires à leur domicile privé.

Ces méthodes ont été qualifiées de "totalitaires" par Christian Carius, CDU :

Oui, les nazis aussi, et plein d'autres ; même des GJ récemment, tiens.
Je maintiens que c'est banaliser les nazis, c'est une caricature de point Godwin en fait.

il y a 23 minutes, WizardOfLinn a dit :

Et au Canada, etc...

Edited by Boule75
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Boule75 a dit :

Je maintiens que c'est banaliser les nazis, c'est une caricature de point Godwin en fait.

Les nazis ont fait des horreurs après avoir pris le pouvoir et après avoir déclenché une guerre mondiale. Mais les nazis avant de prendre le pouvoir, dans les années 30, étaient des émeutiers violents qui contestaient l'ordre républicain. Pour prendre conscience du danger nazi avant qu'ils ne prissent le pouvoir, il fallait être attentif à leurs discours et à leurs méthodes, sans avoir connaissance de ce qu'ils feraient dans le futur une fois qu'ils auraient pris le pouvoir. Si le point Godwin nous empêche de penser le nazisme dans son évolution, depuis la phase où ils n'ont pas le pouvoir jusqu'à la phase où ils ont pris le pouvoir, alors il faut supprimer le point Godwin.

Link to comment
Share on other sites

C’est précisément ce que dit avoir fait CA ! Et rien dans les documents dit que les Russes ont réalisé cette exploitation, et je pense d’ailleurs qu’il existe aux US bien des entreprises bien plus performantes que les Russes dans ce domaine, entreprises que Trump pouvait (et a) solliciter!

Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, gustave a dit :

C’est précisément ce que dit avoir fait CA ! Et rien dans les documents dit que les Russes ont réalisé cette exploitation, et je pense d’ailleurs qu’il existe aux US bien des entreprises bien plus performantes que les Russes dans ce domaine, entreprises que Trump pouvait (et a) solliciter!

Là c'est du foutage de gueule et/ou de l'aveuglement ; on va reprendre la citation précédente :

"Selon Brad Parscale, le gourou des données électorales de Trump, les informations que Manafort a transmises directement aux services de renseignement russes étaient d'une importance capitale, déterminant "98 %" de l'allocation des ressources de la campagne (telles que les dépenses en publicités télévisées, radio et médias sociaux, les rassemblements, les opérations sur le terrain, etc.)"

il y a 9 minutes, Wallaby a dit :

Les nazis ont fait des horreurs après avoir pris le pouvoir et après avoir déclenché une guerre mondiale. Mais les nazis avant de prendre le pouvoir, dans les années 30, étaient des émeutiers violents qui contestaient l'ordre républicain.

Ca n'a rien d'une spécificité nazie, ni woke.
On peut tranquillement remonter aux guerres de religion et avant : les chasses aux chrétiens, aux ci, aux ça. Vieux comme la connerie. Et donc associer woke et nazis, c'est naze.

Link to comment
Share on other sites

Je comprends que les Russes ont eu connaissance des données ayant permis d’orienter les ressources, pas que ce sont ces derniers qui ont fait cette orientation, ce à quoi je ne vois aucun intérêt car les compétences nécessaires existent aux USA

Link to comment
Share on other sites

il y a 32 minutes, gustave a dit :

Je comprends que les Russes ont eu connaissance des données ayant permis d’orienter les ressources, pas que ce sont ces derniers qui ont fait cette orientation, ce à quoi je ne vois aucun intérêt car les compétences nécessaires existent aux USA

Rapide, de qualité, confidentiel et gratuit... et ça ne serait pas intéressant ?
Allons donc...

Link to comment
Share on other sites

 

 

Terrorisme.Un attentat déjoué à l’université de Lisbonne grâce au FBI

https://www.courrierinternational.com/article/terrorisme-un-attentat-dejoue-luniversite-de-lisbonne-grace-au-fbi
 

Quote

 

Sur une alerte des renseignements américains, la police judiciaire portugaise a arrêté hier un jeune homme de 18 ans. Cet étudiant en ingénierie informatique projetait une tuerie de masse sur son campus en ce jour d’examens.

Nos services

L’information, délivrée en début de soirée jeudi 10 février, est à la une de la presse portugaise ce 11 février. “Attentat déjoué”, annonce en gros titre Jornal i, qui précise dans sa manchette : “Le jeune homme était accro aux vidéos de massacre dans les écoles.” Repéré par le FBI pour ses “activités suspectes sur le darknet et les réseaux sociaux”, filé depuis une semaine par la police, le Portugais de 18 ans a été arrêté hier. Cet étudiant en ingénierie informatique est soupçonné d’avoir planifié une attaque contre ses camarades de la faculté des sciences de Lisbonne ce vendredi, jour d’examens.

........

 

 

Link to comment
Share on other sites

https://www.nytimes.com/2022/01/05/opinion/jan-6-global-democracy.html

Francis Fukuyama :

Le monde est donc très différent de ce qu'il était il y a environ 30 ans, lorsque l'ancienne Union soviétique s'est effondrée. À l'époque, j'ai sous-estimé deux facteurs clés : premièrement, la difficulté de créer non seulement une démocratie, mais aussi un État moderne, impartial et non corrompu ; et deuxièmement, la possibilité d'une décomposition politique dans les démocraties avancées.

Le modèle américain est en train de se dégrader depuis un certain temps. Depuis le milieu des années 1990, la politique du pays est devenue de plus en plus polarisée et sujette à un blocage permanent, ce qui l'a empêchée de remplir les fonctions gouvernementales de base comme l'adoption des budgets. Les institutions américaines présentaient des problèmes évidents - l'influence de l'argent en politique, les effets d'un système de vote de moins en moins aligné sur le choix démocratique - mais le pays semblait incapable de se réformer. Les périodes de crise précédentes, telles que la guerre de Sécession et la Grande Dépression, ont produit des dirigeants clairvoyants, capables de mettre en place des institutions ; ce n'est pas le cas des premières décennies du XXIe siècle, qui ont vu les responsables politiques américains présider à deux catastrophes - la guerre en Irak et la crise financière des subprimes - et ont ensuite assisté à l'émergence d'un démagogue à courte vue qui a encouragé un mouvement populiste en colère.

Ce qui a fait du 6 janvier une tache (et une tension) particulièrement alarmante pour la démocratie américaine, c'est le fait que le parti républicain, loin de répudier ceux qui ont initié et participé au soulèvement, a cherché à le normaliser et à purger de ses propres rangs ceux qui étaient prêts à dire la vérité sur l'élection de 2020, alors qu'il se projette vers 2024, lorsque M. Trump pourrait chercher à se faire restaurer.

https://www.nytimes.com/2022/01/05/opinion/jan-6-jimmy-carter.html

Jimmy Carter :

Selon le Survey Center on American Life, 36 % des Américains - soit près de 100 millions d'adultes de tous bords politiques - sont d'accord pour dire que "le mode de vie traditionnel américain disparaît si rapidement que nous devrons peut-être recourir à la force pour le sauver". Le Washington Post a récemment rapporté qu'environ 40 % des républicains pensent qu'une action violente contre le gouvernement est parfois justifiée.

Je crains maintenant que ce pour quoi nous nous sommes battus si durement au niveau mondial - le droit à des élections libres et équitables, sans être gênés par des hommes politiques forts qui ne cherchent rien d'autre qu'à accroître leur propre pouvoir - soit devenu dangereusement fragile chez nous.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

USA : Colorado, le retour de la lutte des classes - ARTE

Les salariés, confrontés à l’inflation, demandent avant tout des augmentations de salaire et une meilleure couverture santé, dans un contexte où le marché de l’emploi est tendu, le chômage au plus bas et les inégalités de plus en plus flagrantes.  

A ces mouvements de protestation s’ajoute le phénomène de « la grande démission ». Chaque mois, environ 4 millions de salariés quittent leur emploi. Certains, pour mener une autre vie dans un environnement apaisé, en famille : la pandémie et le confinement leur ont appris à s’affranchir du stress de la réussite à l’américaine. D’autres, pour quitter un emploi mal rémunéré ne leur offrant que peu reconnaissance au regard de leur investissement professionnel. A Denver, capitale du Colorado, les grévistes d’une chaîne de supermarchés ont obtenu gain de cause. Mais la question des inégalités, entre les plus riches – une minorité - et tous les autres, n’est pas réglée pour autant. Le fossé ne cesse de se creuser. C’est à Aspen, une station de ski très chic, que l’Amérique se dévoile dans tout ce qu’elle a de plus trivial. Les maisons s’y vendent des millions de dollars, alors que les jeunes saisonniers qui travaillent sur les remontées mécaniques ou dans les restaurants.

 

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,773
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Severus Snape
    Newest Member
    Severus Snape
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...