Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

15 minutes ago, nemo said:

But what is this sophism of wanting to "define" what a woman is? If some people refuse this category, it is totally useless because the question is whether a human being in whom a fetus is developing (and you can call it a fridge if you like) decides what happens in his body or not. . Who cares where he/she goes to pee.

 

Les femmes ne pourraient-elles pas se soucier du fait qu'un homme entre dans leur salle de bain pour faire pipi ? et si cela les dérange, ont-elles un recours ? c'est gentil de votre part d'être si pragmatique quant aux sentiments de chacun sur de tels sujets, dont les femmes ne sont pas les moindres ? Est-ce que les femmes s'en soucient et est-ce que quelqu'un leur a demandé ? mais c'est un autre débat. 

Quoi qu'il en soit :

Ce que cela signifie pour être "pro-choix", c'est que certains des meilleurs arguments ont été détruits par auto-sabotage.

Même vous, ici, avez établi les "règles" de ce que nous sommes autorisés à discuter, et ce n'est pas si simple. Ils n'ont pas aimé débattre du fait qu'il s'agisse d'un foetus ou non, ils ont soutenu que c'était une question de choix. Les principales raisons pour lesquelles le pro-choix était respecté dans ce pays ont été annulées.

Donc si vous avez soutenu pendant disons un demi-siècle que l'avortement était une question de "femme" faisant "son propre choix", et que vous avez soudainement décidé que la femme n'existait pas, alors il pourrait, juste peut-être, y avoir un réel problème avec l'argument qui sous-tend tout l'argument. C'est exactement ce qu'ils ont fait.  

C'était la même chose avec les mandats de vaccination. Ce n'est plus votre corps, votre choix maintenant. J'ai prédit qu'il y aurait des conséquences, mais je n'ai pas prédit que la phrase serait si efficacement cooptée, et mal utilisée. 

Il y a une raison pour laquelle les "TERF", les féministes radicales trans-exclusives, existent. Elles pouvaient le voir venir à un kilomètre. Cela fait des femmes des citoyens de seconde classe dans leur propre monde. 

Si ce n'était que les illusions des individus, et que nous n'étions pas redevables à ces personnes, ce serait bien. Mais cela affecte les écoles de médecine maintenant. Cela affecte ce que nous sommes autorisés à dire et à ne pas dire. Cela affecte la politique, et les écoles où les hommes entrent dans les sports féminins, etc.

Les hommes peuvent avoir des bébés. OK. Je n'ai jamais eu besoin d'un avortement personnellement. Je suppose que je suis l'un de ces hommes chanceux qui ne peuvent pas tomber enceinte. Mais en tant qu'homme qui peut tomber enceinte, je suis maintenant à égalité d'opinions sur l'avortement. C'est un terrain que la plupart des femmes n'ont jamais voulu concéder. En le gardant comme une expérience unique, elles l'ont rendu exclusif et ont refusé de valider d'autres opinions, ce qui l'a maintenu intact en termes de capital politique. Ce n'est pas une idée nouvelle

Vous pouvez le voir par exemple avec les vétérans de combat, ou la police. "Êtes-vous un officier de police ? Avez-vous déjà eu à faire ce que j'ai eu à faire ? Alors taisez-vous, vous n'avez pas le droit d'avoir une opinion, humble civil. Faites mon travail pendant une semaine, puis venez me parler". 

peut-être que je pourrais m'identifier comme français ? et être autorisé à voter et à avoir mon mot à dire en France, mais avoir une influence démesurée en France. Je ne parlerai pas français, vous devez parler anglais. Qui s'en soucie après tout ? Je suis pragmatique, c'est à vous de jouer le jeu. 

Le problème entier est que politiquement nous sommes coincés dans notre idéologie. 

Nous ne pouvons pas dire que les hommes peuvent avoir des bébés tout en disant que l'avortement est un choix de la femme. C'était le problème et il revient maintenant à la charge. Il ne s'agit pas d'un fœtus, mais des arguments antérieurs qui ont permis à Roe vs Wade de tenir ensemble et d'être éliminés un par un.

Pour donner un exemple de la façon dont c'est ancré culturellement. Lorsque la fuite sur Roe est apparue récemment, Jen Psaki, la secrétaire de presse de la Maison Blanche, a dit à un reporter

Le journaliste a demandé : "Le président Biden croit-il qu'un bébé à naître de 15 semaines est un être humain ?"

Psaki a rapidement répliqué, esquivant la question en posant la sienne :

"Vous me demandez si le président soutient le droit des femmes à choisir ? Il le fait", a répondu Psaki.

Le parti ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. si le journaliste avait été plus rapide, il aurait remis Jen Psaki à sa place ! il aurait fait remarquer que lui aussi, en tant qu'homme, peut aussi avoir des bébés ! et elle a juste donné une réponse très bigote. très peu éclairée en fait, puisque les années 2010 ont établi que les hommes peuvent avoir des bébés ! n'est-elle pas LGBTQ friendly ?

Ce n'est qu'après la fuite de la Cour suprême que j'ai vu des gens dans le courant principal reconnaître que les hommes ne pouvaient pas avoir de bébés et que l'avortement était vraiment une "vraie" question de femme.

Ce n'est que la partie émergée de l'iceberg, comme on dit. Beaucoup de ces choses ne sont que des subterfuges et des distractions. C'est délibéré. Cela paralyse le mouvement politique de notre côté, ce qui en est le but. Les féministes se sont plaintes haut et fort (haha je sais, les femmes se plaignent, non ?) que leurs mouvements sont cooptés. Les femmes sont subverties, de cette façon les femmes ne peuvent pas s'unir pour un but commun. 

 

cela crée une quantité infinie de sous-groupes et de groupes au sein de groupes qui luttent constamment pour atteindre une forme de consensus. Ils ne peuvent plus le faire maintenant.

politiquement, cela a paralysé le parti démocrate, parce qu'ils ont trop peur de contrarier quelqu'un, qu'ils ne peuvent plaire à personne. Il y a cette notion de ce qu'on appelle le "leadership" et l'une des choses du leadership est de prendre quelque chose d'impopulaire ou qui n'est pas populaire auprès de tout le monde, et de faire en sorte que les gens suivent ensemble. 

Il fut un temps, pas explicitement mais il était là, où un politicien disait "voilà ce que nous faisons" et il le faisait, même si cela rendait un sous-groupe ou un électeur mécontent.

Bill Clinton n'a pas rendu tout le monde heureux, mais il a rendu beaucoup de gens suffisamment heureux, et les gens mécontents ne le sont jamais de toute façon. 

 

On ne peut pas être le parti de la science tout en disant que les hommes peuvent avoir des bébés.

Nous ne pouvons pas dire que l'avortement est un choix de la femme tout en disant que les hommes peuvent être enceintes. 

Ce sont des contradictions que beaucoup peuvent et ont déjà acceptées, mais il y en a un grand nombre qui ne le peuvent tout simplement pas.

Nous ne pouvons pas avoir six "priorités numéro 1" différentes. à un moment donné, nous devons choisir, et choisir laissera certaines personnes malheureuses. 

Mais ne pas choisir, c'est aussi faire un choix, et nous en voyons les résultats.  
 

8 minutes ago, Kelkin said:

Not quite, there is one big exception.

So slavery is still perfectly legal in the United States, it's just that the slave market is in jail now. And this is where America's stratospheric incarceration rate (639 incarcerated per 100,000 people, world record, in France it is only 93) becomes particularly remarkable.

Je sais, mais c'est un problème entièrement distinct et massif en soi, je ne peux pas tout couvrir en même temps.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Stark_Contrast a dit :

 

Les femmes ne pourraient-elles pas se soucier du fait qu'un homme entre dans leur salle de bain pour faire pipi ? et si cela les dérange, ont-elles un recours ? c'est gentil de votre part d'être si pragmatique quant aux sentiments de chacun sur de tels sujets, dont les femmes ne sont pas les moindres ? Est-ce que les femmes s'en soucient et est-ce que quelqu'un leur a demandé ? mais c'est un autre débat. 

Quoi qu'il en soit :

Ce que cela signifie pour être "pro-choix", c'est que certains des meilleurs arguments ont été détruits par auto-sabotage.

Même vous, ici, avez établi les "règles" de ce que nous sommes autorisés à discuter, et ce n'est pas si simple. Ils n'ont pas aimé débattre du fait qu'il s'agisse d'un foetus ou non, ils ont soutenu que c'était une question de choix. Les principales raisons pour lesquelles le pro-choix était respecté dans ce pays ont été annulées.

Donc si vous avez soutenu pendant disons un demi-siècle que l'avortement était une question de "femme" faisant "son propre choix", et que vous avez soudainement décidé que la femme n'existait pas, alors il pourrait, juste peut-être, y avoir un réel problème avec l'argument qui sous-tend tout l'argument. C'est exactement ce qu'ils ont fait.  

C'était la même chose avec les mandats de vaccination. Ce n'est plus votre corps, votre choix maintenant. J'ai prédit qu'il y aurait des conséquences, mais je n'ai pas prédit que la phrase serait si efficacement cooptée, et mal utilisée. 

Il y a une raison pour laquelle les "TERF", les féministes radicales trans-exclusives, existent. Elles pouvaient le voir venir à un kilomètre. Cela fait des femmes des citoyens de seconde classe dans leur propre monde. 

Si ce n'était que les illusions des individus, et que nous n'étions pas redevables à ces personnes, ce serait bien. Mais cela affecte les écoles de médecine maintenant. Cela affecte ce que nous sommes autorisés à dire et à ne pas dire. Cela affecte la politique, et les écoles où les hommes entrent dans les sports féminins, etc.

Les hommes peuvent avoir des bébés. OK. Je n'ai jamais eu besoin d'un avortement personnellement. Je suppose que je suis l'un de ces hommes chanceux qui ne peuvent pas tomber enceinte. Mais en tant qu'homme qui peut tomber enceinte, je suis maintenant à égalité d'opinions sur l'avortement. C'est un terrain que la plupart des femmes n'ont jamais voulu concéder. En le gardant comme une expérience unique, elles l'ont rendu exclusif et ont refusé de valider d'autres opinions, ce qui l'a maintenu intact en termes de capital politique. Ce n'est pas une idée nouvelle

Vous pouvez le voir par exemple avec les vétérans de combat, ou la police. "Êtes-vous un officier de police ? Avez-vous déjà eu à faire ce que j'ai eu à faire ? Alors taisez-vous, vous n'avez pas le droit d'avoir une opinion, humble civil. Faites mon travail pendant une semaine, puis venez me parler". 

peut-être que je pourrais m'identifier comme français ? et être autorisé à voter et à avoir mon mot à dire en France, mais avoir une influence démesurée en France. Je ne parlerai pas français, vous devez parler anglais. Qui s'en soucie après tout ? Je suis pragmatique, c'est à vous de jouer le jeu. 

Le problème entier est que politiquement nous sommes coincés dans notre idéologie. 

Nous ne pouvons pas dire que les hommes peuvent avoir des bébés tout en disant que l'avortement est un choix de la femme. C'était le problème et il revient maintenant à la charge. Il ne s'agit pas d'un fœtus, mais des arguments antérieurs qui ont permis à Roe vs Wade de tenir ensemble et d'être éliminés un par un.

Pour donner un exemple de la façon dont c'est ancré culturellement. Lorsque la fuite sur Roe est apparue récemment, Jen Psaki, la secrétaire de presse de la Maison Blanche, a dit à un reporter

Le journaliste a demandé : "Le président Biden croit-il qu'un bébé à naître de 15 semaines est un être humain ?"

Psaki a rapidement répliqué, esquivant la question en posant la sienne :

"Vous me demandez si le président soutient le droit des femmes à choisir ? Il le fait", a répondu Psaki.

Le parti ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. si le journaliste avait été plus rapide, il aurait remis Jen Psaki à sa place ! il aurait fait remarquer que lui aussi, en tant qu'homme, peut aussi avoir des bébés ! et elle a juste donné une réponse très bigote. très peu éclairée en fait, puisque les années 2010 ont établi que les hommes peuvent avoir des bébés ! n'est-elle pas LGBTQ friendly ?

Ce n'est qu'après la fuite de la Cour suprême que j'ai vu des gens dans le courant principal reconnaître que les hommes ne pouvaient pas avoir de bébés et que l'avortement était vraiment une "vraie" question de femme.

Ce n'est que la partie émergée de l'iceberg, comme on dit. Beaucoup de ces choses ne sont que des subterfuges et des distractions. C'est délibéré. Cela paralyse le mouvement politique de notre côté, ce qui en est le but. Les féministes se sont plaintes haut et fort (haha je sais, les femmes se plaignent, non ?) que leurs mouvements sont cooptés. Les femmes sont subverties, de cette façon les femmes ne peuvent pas s'unir pour un but commun. 

 

cela crée une quantité infinie de sous-groupes et de groupes au sein de groupes qui luttent constamment pour atteindre une forme de consensus. Ils ne peuvent plus le faire maintenant.

politiquement, cela a paralysé le parti démocrate, parce qu'ils ont trop peur de contrarier quelqu'un, qu'ils ne peuvent plaire à personne. Il y a cette notion de ce qu'on appelle le "leadership" et l'une des choses du leadership est de prendre quelque chose d'impopulaire ou qui n'est pas populaire auprès de tout le monde, et de faire en sorte que les gens suivent ensemble. 

Il fut un temps, pas explicitement mais il était là, où un politicien disait "voilà ce que nous faisons" et il le faisait, même si cela rendait un sous-groupe ou un électeur mécontent.

Bill Clinton n'a pas rendu tout le monde heureux, mais il a rendu beaucoup de gens suffisamment heureux, et les gens mécontents ne le sont jamais de toute façon. 

 

On ne peut pas être le parti de la science tout en disant que les hommes peuvent avoir des bébés.

Nous ne pouvons pas dire que l'avortement est un choix de la femme tout en disant que les hommes peuvent être enceintes. 

Ce sont des contradictions que beaucoup peuvent et ont déjà acceptées, mais il y en a un grand nombre qui ne le peuvent tout simplement pas.

Nous ne pouvons pas avoir six "priorités numéro 1" différentes. à un moment donné, nous devons choisir, et choisir laissera certaines personnes malheureuses. 

Mais ne pas choisir, c'est aussi faire un choix, et nous en voyons les résultats.  
 

Super blabla mais totalement HS si le sujet est l'avortement et le droit des personnes (pas des frigidaires donc) à choisir.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

1 minute ago, nemo said:

Super blabla but totally HS if the subject is abortion and the right of people (not fridges therefore) to choose.

 

Ce que je dis, c'est que les 3 principaux arguments utilisés pour défendre le choix aux Etats-Unis ont été renversés au cours des 5 dernières années ou moins. Ceci est dévastateur pour le groupe uni qui tenait Roe vs Wade pour imparable. 

Ces arguments dépassent même ma naissance. J'ai grandi avec eux, je ne les ai pas choisis. Ils ont été utilisés pendant des années, ils étaient fondamentalement indiscutables. Des vaches sacrées. Puis ça a changé, presque du jour au lendemain, à un moment où ils étaient le plus nécessaires. Ils jouent maintenant à rattraper le temps perdu et cela ne va pas marcher pour de nombreuses raisons différentes, l'une des principales étant que les mouvements de femmes sont subvertis par les hommes, et que les arguments clés ont été détruits et ne peuvent pas être reconstruits sans tuer les nouvelles vaches sacrées. 

Et une fois encore, l'argument du choix du peuple est l'un des plus récemment effacés. Peu clairvoyant et stupide, je l'avais prédit en 2020. "Ne faites pas de vaccin obligatoire, ou ils vous coinceront pour l'avortement", j'en ai même fait un mème. 

Regarder les mêmes gouverneurs qui exigent que les enfants soient vaccinés pour aller à l'école primaire faire la leçon sur le caractère sacré de garder le gouvernement "hors du corps des gens", à l'ère de l'internet où ils peuvent être vus côte à côte est vraiment un spectacle à voir.

De manière prévisible, et comme j'y ai fait allusion plus haut, une fois que l'autre camp a compris que s'il devait vivre sous une dictature, autant que ce soit la leur, les résultats allaient être évidents. Cela a détruit beaucoup de positions intermédiaires, de centristes et d'indépendants aussi. 

Les démocrates ont cédé le terrain moral, et il allait y avoir un règlement de comptes prévisible. 

Peut-être aurions-nous dû établir de meilleures priorités, mais ce temps est révolu. 

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.telos-eu.com/fr/lemeute-du-6-janvier-un-bilan-ambigu-pour-les-amer.html

Une longue étude publiée par le Washington Post du 15 juin confirme ces données. Selon les enquêteurs du journal, sur 170 primaires républicaines qui ont eu lieu en avril et en mai 2022 et qui concernent des postes de gouverneur, de membre du Congrès ou des responsables politiques des Etats, 108 gagnants de ces primaires ont été élus sur le sujet de l’élection faussée par la fraude et de l’absence de légitimité du président Biden. Or la plupart de ces personnalités l’ont emporté dans des États à majorité républicaine. Ils sont donc pratiquement certains d’être élus en novembre prochain. D’après les mêmes enquêteurs, tout laisse prévoir que les primaires de l’été donneront des résultats semblables, si bien qu’on assistera cet automne à un important renouvellement du personnel républicain et au remplacement de modérés par des extrémistes orientés de manière très précise dans le sens d’une remise en cause du système électoral jugé trop favorable aux Démocrates.

La cote de popularité de Biden, de l’ordre de 40% d’opinions favorables, est aussi basse que celle de Trump quand il était président et il se confirme que les électeurs préoccupés avant tout par l’inflation et la baisse du pouvoir d’achat donneront la majorité aux Républicains dans les deux assemblées du Congrès et du Sénat, en novembre prochain.

  • Sad 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.independent.co.uk/news/world/americas/us-politics/trump-moonies-speech-unifaction-church-b1918750.html (12 septembre 2021)

M. Trump a participé à l'événement "Rally of Hope Think Tank" parrainé par la Fédération universelle pour la paix, un groupe cofondé par les Moon en 2005 et aligné sur le mouvement de l'Unification.

Dans son discours, l'ancien président a fait l'éloge du mouvement et du défunt Moon.

Il a également fait l'éloge des Moon pour avoir créé le média conservateur The Washington Times, que M. Trump a qualifié d'"organisation pour laquelle j'ai énormément de respect et d'admiration".

Par le passé, Hyung Jin "Sean" Moon, le fils des Moon, a fait campagne pour M. Trump et a assisté à l'insurrection du Capitole américain le 6 janvier.

L'ancien président républicain de la Chambre des représentants, Newt Gingrich, est également apparu sur vidéo lors de l'événement. L'ancien vice-président Mike Pence et l'ancien secrétaire d'État Mike Pompeo ont également participé à des événements de la Fédération pour la paix universelle.

En mai, M. Pence a déclaré que le Think Tank 2022 "apporte la sagesse des leaders du gouvernement, des entreprises, de la religion et de la société civile", selon Mother Joneshttps://www.motherjones.com/politics/2021/05/pence-pompeo-headlined-event-mounted-by-unification-church/ ].

  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

Le rôle de Sean Moon dans les événements du 6 janvier :

https://www.dcreport.org/2021/08/04/good-way-to-die-the-moonies-and-the-jan-6-insurrection/ (4 août 2021)

"Vous avez entendu Steve Bannon", a dit Scavo.  Puis, Scavo a présenté l'orateur suivant - un homme vêtu d'un costume et d'une cravate à motifs de camouflage et portant une couronne de balles avec un fusil AR-15 plaqué or en bandoulière.

Il s'agit du pasteur Hyung Jin "Sean" Moon. Moon, leader du Sanctuaire mondial de la paix et de l'unification, plus connu sous le nom de Rod of Iron Ministries.

Aux côtés de Kahr Arms, le fabricant d'armes à feu appartenant au frère aîné Kook-Jin "Justin" Moon, Rod of Iron Ministries organise le "Freedom Festival", une célébration annuelle des armes à feu, du service militaire et du patriotisme dans les montagnes Pocono, dans le nord-est de la Pennsylvanie.

Depuis 2017, Rod of Iron Ministries, une secte dérivée dirigée par le fils cadet du défunt révérend Sun Myung Moon qui pratique son culte avec des AR-15, s'est de plus en plus alignée sur Donald Trump. Elle fait de l'évangélisation agressive auprès des partisans du deuxième amendement et de l'aile anti-gouvernement de l'extrême droite. Conformément aux enseignements de l'Église de l'Unification dont il est issu, le Rod of Iron Ministries considère Sun Myung Moon comme un "Jésus du retour" ou un "Vrai Père".

Après l'élection de 2020, Rod of Iron Ministries a déployé ses membres américains pour une série de grands rassemblements à Washington, D.C., Harrisburg, en Pennsylvanie, et Valdosta, en Géorgie, en novembre et décembre, qui ont contribué à créer un élan pour l'insurrection du 6 janvier. Des membres de l'Église enrôlés au Japon et en Corée du Sud se sont également déployés dans toute la Pennsylvanie pour des rassemblements presque quotidiens au bord des routes en faveur de Trump.

Le 6 janvier, une vidéo partagée sur Instagram par Sean Moon le montre, ainsi qu'au moins une douzaine de membres de Rod of Iron Ministries, en train de réagir à un jet de produit chimique des forces de l'ordre sur l'esplanade devant le Capitole.

À partir de la mi-octobre, des équipes de croyants japonais et sud-coréens, chaperonnées par Ted O'Grady, membre de Rod of Freedom Ministries, ont sillonné la Pennsylvanie, de la capitale de l'État, Harrisburg, à State College, puis à Honesdale, à l'est. Ils ont organisé presque quotidiennement des rassemblements en bord de route pour soutenir Donald Trump.

Une mise à jour sur la page Facebook de l'église sanctuaire de Terre-Neuve - le siège de Rod of Iron Ministries dans le comté rural de Wayne - indique que les visiteurs internationaux avaient initialement prévu de venir pendant sept jours en octobre pour assister au Festival de la liberté et à un dîner de collecte de fonds pour Trump. Mais après le 3 novembre, Sean Moon leur a demandé de rester 21 jours de plus afin de parcourir "toute la Pennsylvanie pour diffuser le message du raz-de-marée en faveur de Trump !".

Plus tard, Moon leur a "demandé d'étendre leur visite à 40 jours en raison de l'urgence électorale aux États-Unis." La secte a rapporté que plus de 100 membres japonais et sud-coréens "ont répondu à l'appel du Ciel, en sortant pour rallier les gens, quel que soit le temps."

Le week-end suivant l'élection, les membres japonais - surnommés par O'Grady les "guerriers d'élite de la J-Team" - ont participé à un rassemblement pro-Trump à Harrisburg. Ils ont posé avec le sénateur d'État Doug Mastriano, colonel de l'armée à la retraite et expert en guerre hybride, qui a reconnu avoir été présent devant le Capitole le 6 janvier et qui est actuellement l'une des principales voix de la campagne visant à lancer un audit de l'élection de 2020 en Pennsylvanie.

Dans un sermon du 12 novembre diffusé sur Internet, Sean Moon a présenté les visiteurs japonais comme un contraste positif avec ses disciples américains, les félicitant pour leur ferveur.

"Nous devons sérieusement former nos Américains", a déclaré Moon. "Et juste en les regardant, wow, ils font honte aux États-Unis. Sérieusement, ce n'est même pas leur pays et ils sont là trois fois par jour, OK, à faire les prières pour le pays. Vous ne pouvez pas dire, "Eh bien, ils n'ont pas de travail". Bonjour. Ils ont renoncé à leur emploi pour venir ici."

De plus en plus agité, Moon a averti que si Biden devenait président, ils devraient "se battre contre une force tyrannique, mondialiste, sataniste, luciférienne".

Evoquant le spectre de Biden ordonnant la confiscation des armes à feu - l'éternelle bête noire des extrémistes - Moon a demandé :

"Combien de conservateurs vont réellement sortir dans un tas de plomb ? Ou de laiton - un tas de laiton ? Cela signifie que vous allez vous retrouver dans une fusillade avec la police. Combien de conservateurs vont faire ça ?"

Sean Moon a refusé une demande d'interview par l'intermédiaire d'un porte-parole pour ce reportage, mais dans un sermon enflammé partagé sur son Instagram deux jours après le siège du Capitole, il a appelé le 6 janvier "un jour épique" où les patriotes américains "ont pris une position spirituelle contre le mal." Dans le même temps, Moon a blanchi l'assaut du Capitole en le qualifiant de "protestation pacifique".

Gregg Noll, l'administrateur de Sanctuary Church a décrit le 6 janvier comme un "tournant" pour la secte.

"Juste après cet événement, le Roi a annoncé que nous entrions dans la phase de croissance", a expliqué Noll dans une présentation PowerPoint du 26 mai.

"Citoyens souverains ! Que signifie la milice de la paix dont le Père a parlé ?". Noll a poursuivi. "Il s'agit vraiment que chacun d'entre nous devienne responsable de son voisin et de son pays, qu'il devienne vraiment patriote au sens propre du terme. Et ensuite, sur cette base, la Constitution de Cheon Il Guk pourra être lancée et acceptée." ("La Constitution des États-Unis de Cheon Il Guk", rédigée par Sean Moon, est décrite sur le site Web de la secte comme fournissant "le cadre politique du futur Royaume de Dieu sur Terre").

https://www.motherjones.com/politics/2021/05/pence-pompeo-headlined-event-mounted-by-unification-church/ (20 mai 2021)

Le mouvement de l'Unification a longtemps cherché à cultiver des alliés parmi les puissants de Washington, en particulier à droite. C'est sans doute l'une des raisons qui ont poussé Sun Myung Moon à créer en 1982 le Washington Times, qui est depuis longtemps un porte-parole des républicains et des conservateurs. En 2004, il a réussi à organiser une étrange cérémonie de couronnement pour lui-même et sa femme dans un bâtiment du Sénat, au cours de laquelle il a déclaré en coréen qu'il était le Messie. (Des présidents et des rois, disait-il, avaient "déclaré au ciel et à la terre que le révérend Sun Myung Moon n'est autre que le Sauveur de l'humanité, le Messie, le Seigneur de retour et le Vrai Parent"). Certains membres du Congrès qui ont assisté à l'événement - qui était parrainé par la Washington Times Foundation - ont affirmé qu'ils avaient été dupés.

Edited by Wallaby
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.nytimes.com/2022/07/11/us/politics/biden-approval-polling-2024.html

Le président Biden est confronté à un niveau de doute alarmant au sein de son propre parti, puisque 64 % des électeurs démocrates disent qu'ils préféreraient un nouveau porte-étendard pour la campagne présidentielle de 2024, selon un sondage New York Times/Siena College, alors que les électeurs à l'échelle nationale se sont désintéressés de son leadership, lui accordant un maigre 33 % d'appréciation de son travail.

Les préoccupations généralisées concernant l'économie et l'inflation ont contribué à assombrir l'humeur nationale, tant à l'égard de M. Biden que de la trajectoire de la nation. Plus des trois quarts des électeurs inscrits considèrent que les États-Unis vont dans la mauvaise direction, un sentiment de pessimisme omniprésent qui touche tous les coins du pays, toutes les tranches d'âge et tous les groupes raciaux, les villes, les banlieues et les zones rurales, ainsi que les deux partis politiques.

Seuls 13 % des électeurs américains ont déclaré que la nation était sur la bonne voie - le point le plus bas du sondage du Times depuis les profondeurs de la crise financière, il y a plus de dix ans.

Pour M. Biden, cette sombre perspective nationale a fait chuter sa cote de popularité à un niveau dangereusement bas. L'opposition des républicains est, comme on pouvait s'y attendre, écrasante, mais plus des deux tiers des indépendants désapprouvent également les performances du président, et près de la moitié d'entre eux les désapprouvent fortement. Parmi ses camarades démocrates, sa cote de popularité est de 70 %, un chiffre relativement bas pour un président, surtout à l'approche des élections de mi-mandat de 2022, lorsque M. Biden doit rallier les démocrates aux urnes pour conserver le contrôle du Congrès.

Signe d'une profonde vulnérabilité et d'un malaise au sein de ce qui est censé être sa base politique, seuls 26 % des électeurs démocrates ont déclaré que leur parti devrait le renommer en 2024.

La réaction négative à l'égard de M. Biden et le désir de prendre une nouvelle direction sont particulièrement marqués chez les jeunes électeurs. Dans l'enquête, 94 % des démocrates âgés de moins de 30 ans ont déclaré qu'ils préféreraient un candidat différent à la présidence.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le 07/07/2022 à 20:40, Stark_Contrast a dit :

le 13e amendement met fin à l'esclavage

S'ils voulaient faire un amendement protégeant le choix ou l'avortement, je m'en réjouis. Mais ils ne le feront pas, pour les raisons que j'ai mentionnées ci-dessus. C'est mauvais pour les affaires, les affaires de la politique. 

Est-ce que ce ne serait pas très difficile ?

Je suis loin d'être spécialiste, mais l'article 5 de la constitution américaine semble clairement dire que pour adopter un nouvel amendement il faut une "super-majorité" de trois quarts des Etats

Pour faire partie de la Constitution, un amendement doit ensuite être ratifié soit par les assemblées législatives des trois quarts des États (selon la décision du Congrès), soit par des conventions de ratification organisées dans les trois quarts des États, un processus qui n'a été utilisé qu'une seule fois jusqu'à présent dans l'histoire américaine, avec la ratification du vingt-et-unième amendement en 1933. Le vote de chaque État (pour ratifier ou rejeter un amendement proposé) a le même poids, indépendamment de la population de l'État ou de son ancienneté dans l'Union.

Pour empêcher l'inclusion d'un nouvel amendement, la minorité de blocage semble donc être de 13 Etats parmi 50 + DC. Ce qui paraît assez facile à atteindre ? Dit autrement, il faudrait un consensus entre les deux principaux partis pour adopter un nouvel amendement... or ce n'est vraiment pas à l'ordre du jour, ni sur ce sujet ni sur d'autres.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Le 19/06/2022 à 11:27, Rob1 a dit :

Le massacre d'Uvalde semble avoir disparu des premières pages, pourtant des rebondissements continuent, c'est un vrai feuilleton noir.

La vidéo du couloir a été publiée :

https://eu.statesman.com/story/news/2022/07/12/uvalde-school-shooting-video-of-robb-elementary-shows-police-response/65370384007/

Bon ca n'apporte pas grand chose de nouveau, personnellement ca me fait un peu me calmer sur les questions que je me pose, je commençais à imaginer n'importe quoi.

Pour le public, ca n'aura pas cet effet, des twittos se focalisent sur tel policier qui a le temps de regarder son smartphone ou de se mettre du gel hydroalcoolique, mais à mon avis ce sont des détails dans le troupeau de policiers.

Reste la question qu'on connait depuis des mois : pendant une heure, des policiers s'agglutinent dans le couloir avec de plus en plus de matos, y compris fusils, casques, boucliers sans rien faire. Et c'est un groupe d'une agence particulière qui décide d'y aller, dont le gars qui a neutralisé le tireur n'avait qu'une casquette comme protection. Je serais très curieux d'entendre tous les gars qui étaient dans le couloir pour essayer de comprendre une telle différence d'attitude (sur la vidéo, on ne voit pas vraiment ce qui se passe à la hauteur de la porte de la classe).

  • Sad 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Ils sont statiques. Pas forcément à couvert en plus. Ils sont juste... là. Ils font acte de présence.

Pas de tentatives de communiquer avec les victimes ou l'assaillant, pas d'établissement de position, pas de progression dans le couloir, ils sont juste là à attendre on ne sait quoi. Ils n'ont pas l'air terrifiés, juste apathiques.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

On 7/12/2022 at 8:32 AM, Alexis said:

Wouldn't that be very difficult?

I'm far from an expert, but article 5 of the American constitution clearly seems to say that to pass a new amendment requires a "super-majority" of three quarters of the States

To become part of the Constitution, an amendment must then be ratified either by the legislatures of three-fourths of the states (depending on the decision of Congress) or by ratification conventions held in three-fourths of the states, a process that does not has been used only once so far in American history, with the ratification of the Twenty-First Amendment in 1933. Each state's vote (to ratify or reject a proposed amendment) carries equal weight, regardless of the state's population or its seniority in the Union.

To prevent the inclusion of a new amendment, the blocking minority therefore appears to be 13 states out of 50 + DC . What seems easy enough to achieve? In other words, it would take a consensus between the two main parties to adopt a new amendment... but it's really not on the agenda, neither on this subject nor on others.

ce serait très difficile. Ce serait fondamentalement impossible parce qu'ils n'auraient tout simplement pas les votes d'un nombre suffisant d'États.

(Les constitutions des états peuvent être une question différente - mais ce n'est évidemment pas la même chose).

Il y a beaucoup de reproches qui circulent. Même s'ils avaient les votes pour faire de l'avortement un droit constitutionnel, ils ne le prendraient pas.

Comment puis-je dire cela ? Quel genre de monstre suis-je ?

Eh bien encore une fois, après la fuite de la Cour suprême il y a quelques mois, les républicains ont proposé de codifier Roe vs Wade dans la loi et Schumer et les démocrates n'ont pas accepté l'accord parce qu'il n'allait pas assez loin. Ils préfèrent ne rien avoir

https://www.collins.senate.gov/newsroom/senator-collins-statement-on-partisan-bill-designed-to-fail

pourquoi ne voudraient-ils "rien" ? Parce qu'ils ne veulent pas que ce soit un "accord conclu". Si c'est un accord conclu, ils ne peuvent pas effrayer les femmes dans l'isoloir. C'est la façon dont beaucoup de choses sont faites ici. Une industrie artisanale et rentable apparaît des deux côtés de la question, et il devient plus rentable de ne jamais résoudre le problème pour toutes les personnes impliquées.

Schumer prononcera des tonnes de grands discours sur les "républicains mauvais", mais au final, il n'a rien choisi et espère que les gens ne le remarqueront pas s'il diabolise suffisamment. Au lieu de cela, Schumer a choisi un projet de loi sur l'avortement qui était si extrême que non seulement tous les républicains l'ont facilement rejeté, mais Joe Manchin, un démocrate, l'a fait aussi. 

entre-temps :

Comme j'y ai fait allusion précédemment, le sénateur républicain Josh Hawley s'est engagé hier dans un débat avec un professeur de droit qui, lorsqu'il parle d'avortement, insiste sur le fait que les hommes peuvent avoir des bébés. Hawley, voyant sa fenêtre, a fait en sorte que le débat ne porte que sur cette affirmation. Et c'est pourquoi, comme je l'ai dit plus tôt, les arguments sur l'avortement ont été complètement détruits, et ils n'ont même pas la moindre idée de la façon de les reconstruire. 

Peut-être que ces arguments n'ont jamais compté. Mais ce que je veux dire, c'est que s'ils veulent plaider en faveur de l'avortement, ils ne peuvent pas se laisser entraîner dans ces "arguments secondaires". C'est ce que les arguments étaient, dans le temps lointain d'il y a à peine 5 ans. 

Les personnes qui s'opposent à l'avortement seront plus qu'heureuses non seulement de distraire les personnes qui défendent le choix en leur demandant d'expliquer 87 genres, mais aussi de leur permettre d'apparaître comme folles en le faisant, et de tenter de démontrer le genre de personnes farfelues qui ont envahi les mouvements "féminins". 

C'est un énorme problème à gauche, parce que ce qui s'est passé, c'est qu'un groupe ne peut pas simplement être pour un objectif, et un seul. Il doit être pour toutes les choses simultanément. Vous ne pouvez pas simplement être un groupe de femmes arguant que c'est un choix de femmes. Il faut maintenant inclure les hommes aussi, et jouer sur le fait que les hommes peuvent aussi tomber enceinte. 

L'idée est que si les choses continuent à empirer, alors les gens en auront assez et commenceront à être plus motivés pour voter démocrate, mais cela peut aussi avoir l'effet inverse. cela peut amener les gens à abandonner et à se demander pourquoi ils devraient se donner la peine. Il est intéressant de noter qu'Obama a effectivement été réélu en 2012, mais avec moins de voix qu'en 2008. Ce total a encore baissé avec Hillary Clinton, qui a bien sûr perdu contre Trump en 2016. 

La tendance s'est inversée avec le nombre record de voix de Joe Biden en 2020. Cependant, Trump a obtenu le deuxième plus grand nombre de voix de l'histoire américaine, dépassant Obama en 2008 de 7 millions de voix. 

Joe Biden s'est manifestement gravement effondré. Je ne suis pas un expert en histoire présidentielle, mais je n'ai jamais rien vu de tel de mon vivant. Et en seulement 18 mois. LBJ en 1968 est le seul équivalent que j'ai, mais beaucoup d'analystes politiques disent que nous sommes en "territoire sans précédent", ce qui signifie que nous n'avons jamais vraiment vu un scénario comme celui qui se déroule sous nos yeux. Trump est toujours une menace en 2024. Nous ne sommes même pas sûrs que Biden sera en mesure de se présenter en 2024. 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

https://www.foreignaffairs.com/articles/united-states/2022-07-14/great-power-competition-bad-democracy (14 juillet 2022)

La reconfiguration de la politique étrangère occidentale en vue d'un conflit entre grandes puissances ne contribuera pas à restaurer la démocratie aux États-Unis ou ailleurs. Il existe peu de preuves que la concurrence entre grandes puissances renforce les liens civiques, l'égalité des droits ou la sécurité économique, et beaucoup d'éléments laissent penser qu'elle pourrait retourner la démocratie contre elle-même. En fait, si les États-Unis veulent un État qui fonctionne bien et une société civile en paix, la dernière chose qu'ils devraient rechercher est la rivalité entre grandes puissances. Bon nombre des menaces les plus pressantes pour la démocratie ne peuvent être résolues dans un cadre concurrentiel : le changement climatique, le nationalisme blanc et la xénophobie, les pandémies et les inégalités économiques. Au lieu de parier que le conflit avec la Chine et la Russie revigorera l'Occident, les États-Unis et leurs partenaires devraient promouvoir des institutions de gouvernance régionale et mondiale afin d'atténuer les dommages causés à la démocratie par la concurrence entre grandes puissances.

Il est vrai que la guerre froide a engendré une croissance économique et une prospérité considérables, mais elle a eu des effets délétères sur la liberté d'expression, l'égalité raciale et économique et le pluralisme démocratique. La rivalité avec l'Union soviétique a alimenté la peur du rouge dans les années 1950, au cours de laquelle des personnes simplement accusées de manquer de loyauté envers le gouvernement américain ont perdu leur emploi et ont été mises sur liste noire à Washington et à Hollywood. Elle a entravé les éléments les plus ambitieux du programme des droits civiques, en sacrifiant la création d'emplois et les investissements dans les infrastructures pour les communautés noires américaines afin de financer la guerre du Viêt Nam. Il a retardé les réformes nécessaires en matière de genre en poussant les femmes dans des rôles de soutien familial et en supprimant le mouvement féministe jusqu'à ce qu'il trouve une voix aux côtés d'autres luttes pour la justice pendant la période de la guerre du Vietnam. Et en attaquant les programmes de plein emploi, de soins de santé nationaux et de syndicalisme comme étant "socialistes" ou "communistes", il a fragilisé l'ordre économique du New Deal établi sous le président américain Franklin Roosevelt.

La rivalité des grandes puissances avec les Soviétiques a exacerbé les inégalités de classe qui ont ouvert la voie à l'ascension des politiques d'austérité dans les années 1980. Ensuite, les prescriptions néolibérales en matière de gestion de l'économie comprenaient un État-providence faible, la déréglementation des entreprises et la privatisation des biens et services publics, ce qui a entraîné des disparités croissantes en termes de salaires, de revenus et de perspectives d'emploi entre la classe ouvrière et les Américains aisés. Une économie politique dépendant des dépenses militaires a créé des emplois dans les secteurs de l'ingénierie et de la technologie, mais ceux-ci ont principalement profité aux personnes hautement qualifiées et à la classe moyenne supérieure. L'essor de l'économie postindustrielle dans les années 1970 et 1980 a eu pour conséquence que les Américains qui n'appartenaient pas aux domaines de la technologie, de l'université et de l'ingénierie (domaines subventionnés par les dépenses de défense de la guerre froide), et qui n'avaient pas de diplômes supérieurs, ont dû chercher des emplois dans le secteur des services, qui offre un travail perpétuellement précaire et mal payé, sans grande possibilité de mobilité sociale. La guerre froide n'a pas été une lutte qui a profité à la classe ouvrière.

La guerre froide a également créé un précédent en matière de dépenses fédérales, selon lequel les armes à feu ont nécessairement été dépensées au détriment du beurre. Alors que les dépenses du Pentagone représentaient en moyenne 7,6 % du PIB, les dépenses d'éducation n'en représentaient que 3 % entre 1946 et 1960. À leur apogée en 1982, les prestations de sécurité sociale représentaient près de 5 % du PIB. Au cours des quarante années précédentes, elles représentaient en moyenne moins de 3 % du PIB.

Dans sa hâte de convaincre tout le monde que "l'Amérique est de retour" en tant que leader du "monde libre", l'administration Biden a établi des distinctions pleines d'hypocrisie entre dictature et démocratie comme base idéologique de la rivalité entre grandes puissances. Mais il est vain - et logiquement contradictoire - d'enrôler des gouvernements étrangers dans un programme de politique étrangère anti-Chine et anti-Russie lorsque le même état d'esprit justifie le soutien des États-Unis à des dirigeants despotiques et démagogues, de la Turquie à l'Arabie saoudite en passant par les Philippines et au-delà.

Si elle reste la seule base de la grande stratégie américaine, la rivalité entre les grandes puissances deviendra circulaire, validant les voies militaristes de la Russie et de la Chine et justifiant une bureaucratie de sécurité nationale américaine surpuissante, prête pour un conflit perpétuel. Elle ne parviendra pas à rectifier les sources de la faiblesse démocratique, qui sont enracinées dans la précarité économique, la corruption politique et le racisme. Elle conduira à l'élection de dirigeants autocratiques, qui décrient les échecs intérieurs des États-Unis et les relient à une politique étrangère supposée faible.

Une véritable grande puissance ferait tout son possible pour s'attaquer aux problèmes non résolus que la pandémie a accentués : inégalités raciales et économiques, crise de santé publique et dégradation environnementale galopante. La rivalité géopolitique ne fera rien de tout cela.

Link to comment
Share on other sites

https://www.aei.org/op-eds/biden-returns-empty-handed-from-the-middle-east/ (19 juillet 2022)

Biden revient du Moyen-Orient les mains vides

Le président n'a pas réussi à obtenir davantage de pétrole des Saoudiens et n'a guère progressé sur les relations israélo-palestiniennes ni sur quoi que ce soit d'autre.

L'impression générale était celle d'un président et d'une puissance américaine en perte de vitesse.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Aux USA, la situation politique inquiète de plus en plus d'observateurs qui craignent que le pays soit rentré dans une phase de "pré-guerre civile". Entre clivages politiques, culturels et sociaux de plus en plus marqués, radicalisation des discours, augmentation de la violence politique et délitement des institutions démocratiques, la première puissance mondiale rentre peut-être dans une période très trouble de son histoire. Voici une sélection d'articles, tribunes d'opinions et analyses publiées récemment que j'ai glané ici et là sur différents thread twitter. 

https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/may/11/second-american-civil-war-robert-reich?CMP=Share_AndroidApp_Other

The second American civil war is already happening - Robert Reich - The Guardian 

 

https://t.co/ZUS3lkeCer

 

‘US democracy will not survive for long’: how January 6 hearings plot a roadmap to autocracy - Ed Pilkington - The Guardian 

 

https://t.co/JkwkgBJyMt

With the end of Roe, the US edges closer and closer to civil war - Stephen Marche - The Guardian 

 

https://t.co/eBegUFY8fr

The next US civil war is already here – we just refuse to see it - Stephen Marche - The Guardian 

 

 

Edited by CortoMaltese
  • Like 2
  • Thanks 1
  • Sad 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 14/07/2022 à 21:12, Stark_Contrast a dit :

Eh bien encore une fois, après la fuite de la Cour suprême il y a quelques mois, les républicains ont proposé de codifier Roe vs Wade dans la loi et Schumer et les démocrates n'ont pas accepté l'accord parce qu'il n'allait pas assez loin. Ils préfèrent ne rien avoir

https://www.collins.senate.gov/newsroom/senator-collins-statement-on-partisan-bill-designed-to-fail

pourquoi ne voudraient-ils "rien" ? Parce qu'ils ne veulent pas que ce soit un "accord conclu". Si c'est un accord conclu, ils ne peuvent pas effrayer les femmes dans l'isoloir. C'est la façon dont beaucoup de choses sont faites ici. Une industrie artisanale et rentable apparaît des deux côtés de la question, et il devient plus rentable de ne jamais résoudre le problème pour toutes les personnes impliquées.

Ce ne sont pas "les républicains" mais deux républicains (sur 50).

Une chose me sidère à la lecture du texte proposé : ça n'a pas grand chose d'une loi. Il s'agit uniquement d'inscrire dans la loi des clarifications portant sur un (ou deux) arrêt(s) de la Cour Suprême, comme si ces arrêts eux-même avaient force de loi. N'aurait-il pas été beaucoup solide, juridiquement parlant, de codifier pleinement Roe & Casey ?

Là, ça ressemble à un bricolage législatif d'une fragilité étonnante. Ce genre de texte est-il fréquent, aux USA ?
 

Edited by Boule75
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

21 hours ago, Boule75 said:

It's not "the Republicans" but two Republicans (out of 50).

 

 

Oui, c'est ce qu'on appelle un "début". 

En général, aux États-Unis, l'avortement est favorisé au cours des trois premiers mois de la grossesse, puis sa popularité diminue au fur et à mesure que le temps passe. 

Schumer a opté pour un projet de loi extrême et s'est lancé à corps perdu dans la folie de l'avortement. Il était facile pour les républicains de dire "non", et de nombreux Américains comprendront pourquoi. 

Les Républicains ayant fait savoir qu'ils pourraient accepter quelque chose de plus modéré, Schumer a raté l'occasion rêvée d'essayer de présenter un projet de loi plus modéré et de mettre les Républicains dans l'embarras pour dire "non" aux parties de l'avortement qui sont les plus populaires.

En d'autres termes, Schumer aurait pu mettre les républicains dans une position terrible, auquel cas les démocrates auraient gagné dans les deux cas. Si le projet de loi plus modéré est adopté, c'est une victoire, si les républicains votent contre et qu'il ne passe pas, c'est une victoire parce qu'il met les républicains sur la défensive des propositions populaires et les oblige à défendre leurs décisions devant leurs électeurs. Une situation sans issue. 

Au lieu de cela, Schumer a opté pour une proposition tellement ridicule que l'on pourrait croire qu'une telle proposition n'a jamais été sérieuse et qu'elle n'était donc rien de plus qu'une performance symbolique. 

On 7/21/2022 at 2:50 PM, Wallaby said:

https://www.aei.org/op-eds/biden-returns-empty-handed-from-the-middle-east/ (July 19, 2022)

Biden returns from the Middle East empty-handed

The president failed to get more oil from the Saudis and made little progress on Israeli-Palestinian relations or anything else.

The general impression was that of a president and an American power in decline.

 

Cela a toujours été un danger avec Joe Biden. Il n'est pas considéré comme un homme durable. J'ai eu des problèmes avec un certain poster ici pour avoir insinué qu'il était une "marionnette", mais il n'y a pas grand chose là-dedans et tout le monde le sait. Les Saoudiens ne sont pas obligés de "jouer le jeu" comme le sont beaucoup d'entre nous.

On 7/24/2022 at 12:05 PM, CortoMaltese said:

In the USA, the political situation is worrying more and more observers who fear that the country has entered a "pre-civil war" phase. Between increasingly marked political, cultural and social divisions, radicalization of discourse, increase in political violence and the disintegration of democratic institutions, the world's leading power may be entering a very troubled period in its history. Here is a selection of articles, opinion pieces and analyzes published recently that I have gleaned here and there on various twitter threads. 

https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/may/11/second-american-civil-war-robert-reich?CMP=Share_AndroidApp_Other

The second American civil war is already happening - Robert Reich - The Guardian 

 

https://t.co/ZUS3lkeCer

 

'US democracy will not survive for long': how January 6 hearings plot a roadmap to autocracy - Ed Pilkington - The Guardian 

 

https://t.co/JkwkgBJyMt

With the end of Roe, the US edges closer and closer to civil war - Stephen Marche - The Guardian 

 

https://t.co/eBegUFY8fr

The next US civil war is already here – we just refuse to see it - Stephen Marche - The Guardian 

 

 

Je ne pense toujours pas que nous soyons au bord d'une guerre civile. Je pense que des temps difficiles nous attendent, mais je ne pense pas que nous soyons au bord d'une guerre civile. Et Stephen Marche a écrit un livre sur la guerre civile américaine à venir ou quelque chose comme ça, donc il est impossible pour lui de "voir" autre chose. 

Je crois que j'ai éternué et cela nous a rapproché d'une minute de la guerre civile. :wink:

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Stark_Contrast a dit :

Oui, c'est ce qu'on appelle un "début". 

Hum... Ce sont surtout les deux sénateurs républicains dont les sièges sont les plus exposés, non ?

Il y a 2 heures, Stark_Contrast a dit :

En général, aux États-Unis, l'avortement est favorisé au cours des trois premiers mois de la grossesse, puis sa popularité diminue au fur et à mesure que le temps passe. 
Schumer a opté pour un projet de loi extrême et s'est lancé à corps perdu dans la folie de l'avortement. Il était facile pour les républicains de dire "non", et de nombreux Américains comprendront pourquoi. 

Le traducteur joue des tours mais je ne comprend pas trop bien : l'avortement est-il (ou était-il) encore légal après 3 mois de grossesse ? Partout ailleurs : non, passé un certain délai, la loi dit "il fallait avorter avant".
Schummer proposait-il autre chose ? De quelle "folie de l'avortement" parlais-tu ? (si tu as un lien, c'est intéressant, vers une publication pro-démocrate sur ce coup-là : on ne peut pas faire la moindre confiance à la presse républicaine dans ce cadre).

Il y a 2 heures, Stark_Contrast a dit :

Les Républicains ayant fait savoir qu'ils pourraient accepter quelque chose de plus modéré, Schumer a raté l'occasion rêvée d'essayer de présenter un projet de loi plus modéré et de mettre les Républicains dans l'embarras pour dire "non" aux parties de l'avortement qui sont les plus populaires.

Une source ? Ca paraît tellement grossièrement faux... :sleep: D'ailleurs si les républicains entendent trouver un compromis, il leur suffit de le signaler encore maintenant : la Cour Suprême ne fait pas la loi, n'est-ce pas ? (cf. déclarations de feu-Alito, qui doit se retourner dans sa tombe en compagnie de Bader-Ginzberg, soit dit en passant).

La proposition Murkowski - Collins avait tout d'une farce légale, non ? "On fait une loi pour préciser les termes d'une non-loi". Tu ne m'a pas répondu là-dessus.

Je pense que tu noies le poisson, comme d'hab'.

Link to comment
Share on other sites

Le 24/07/2022 à 20:05, CortoMaltese a dit :

https://t.co/eBegUFY8fr

The next US civil war is already here – we just refuse to see it - Stephen Marche - The Guardian 

Il y a une contradiction : d'une part les Républicains sont les grands gagnants d'un système d'élection sénatoriale qui leur donne plus de sièges que ce qu'ils seraient en droit d'espérer dans une représentation strictement proportionnelle. Pourquoi donc ces Républicains voudraient-ils faire la "guerre civile" et se débarrasser d'un système qui leur profite ? Pourquoi tuer la poule aux oeufs d'or ?

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 27 minutes, Wallaby a dit :

Il y a une contradiction : d'une part les Républicains sont les grands gagnants d'un système d'élection sénatoriale qui leur donne plus de sièges que ce qu'ils seraient en droit d'espérer dans une représentation strictement proportionnelle. Pourquoi donc ces Républicains voudraient-ils faire la "guerre civile" et se débarrasser d'un système qui leur profite ? Pourquoi tuer la poule aux oeufs d'or ?

Parce que le probleme ne se pose pas ainsi. 
le senat est egalement plus a droite en france. Ca represente les regions et tend donc a sous representer les centres urbains « surpeuples » et a surpresenter les deserts ruraux. Je rappels qu’au tout debut de la 5eme le president etait elu par le senat, ca aurait eu pour consequence rendre la presidentiel beaucoup fermée. 
la guerre civile, c’est celle d’un pouvoir contre le peuple mais d’une amerique contre une autre. Dans ce cas precis c’est l’opposition des valeurs entre les tueurs de bebes d’un cote et les tueurs de femmes de l’autres. Et evident l’autre est toujours le mechant. La fracture entre les cotes et l’interieur du pays est telle que c’est deux pays qui ne se comprennent plus. 
La meilleur solution a terme, c’est un retour aux etats et une reduction du gouv federal. La decision de scotus va d’ailleurs dans ce sens sur la question de l’avortement beaucoup plus qu’elle ne tranche pour ou contre l’avortement, elle renvoit le probleme aux etats. 
on peut aussi voir ca comme un retour a la democratie plutot que d’un droit inventé par la machine juridique avec en tete les « valeurs republicaines » a la francaise (qui ont mis fin a la peine de mort en france, sans vote du peuple mais avec celle du parlement. Ce qui est deja plus legitime). 

Link to comment
Share on other sites

Vu le système "winner takes all", il ne peut y avoir en Amérique que deux partis majeurs. Il y a déjà plusieurs "troisièmes partis" (écolos, libertariens, etc.) mais ils sont trop anecdotiques pour pouvoir avoir une influence à l'échelle de l'état fédéral.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,798
    Total Members
    1,550
    Most Online
    FredX
    Newest Member
    FredX
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...