Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Armée Italienne


alexandreVBCI
 Share

Recommended Posts

L'Italie investit sur ses équipements :

"Le premier porte sur l’acquisition de torpilles lourdes Black Shark destinées aux sous-marins U-212A de la Marina Militare (MM), programme qui démarrera début 2011 pour se conclure en 2019 et dont l’enveloppe s’élève à 87,5 millions d’euros.

Le deuxième prévoit la réalisation d’une unité navale de support polyvalente, dite ARS/NAI (Ausiliaria per la Ricerca et il Soccorso/Nave Appoggio Incursori), destinée à prendre la place de la vieille «Anteo». La construction de cette nouvelle unité auxiliaire de recherche et de secours pour les équipages de sous-marins en difficulté, qui sera utilisée également par les nageurs de combat de la MM, devrait démarrer en 2011 et se conclure en 2015, pour un coût de 125 millions d’euros, répartis sur les exercices 2010-2017.

Le troisième programme porte sur l’acquisition et l’intégration d’armements et de systèmes pour les AW-129 de l’Esercito, en l’occurrence 32 systèmes OTS (Observation and Targeting System), plus 16 autres en option, et de 32 systèmes antichars Spike, plus 16 autres en option. Ce programme coûtera 200 millions d’euros, prélevés sur les budgets ordinaires alloués pour les années 2010-2014. Toujours pour l’Esercito, le quatrième programme porte sur l’acquisition d’un nombre imprécis de mortiers de 81 mm, pour un montant de 22,3 millions d’euros, avec des livraisons dès début 2011 et étalées jusqu’à la fin 2013.

L’Aeronautica Militare Italiana (AMI) n’a pas été oubliée, puisque le cinquième programme prévoit l’acquisition de dix hélicoptères moyens destinés à assurer les missions SAR/Medevac, en remplacement des HH-3F actuellement en service. Le choix de la plateforme n’a pas encore été communiqué, mais, d’après certaines indiscrétions, il s’agira probablement du AW-139. Le coût de ce programme, incluant la formation de 18 équipages (soit 36 pilotes), est évalué à 200 millions d’euros, qui seront étalés sur les exercices 2010-2018. Cinq de ces hélicoptères devraient être livrés en 2011, les cinq autres en 2012.

Le sixième programme intéresse également l’AMI, puisqu’il prévoit la réalisation, à Pise, d’un “hub” national pour la gestion des flux aériens, afin d’accroître les capacités de projection des forces. A plein régime, celui-ci devra permettre le transit de 600 à 1 200 passagers/jour et de 300 à 400 tonnes de matériel, avec une piste principale en mesure d’être utilisée par des gros porteurs, type An-124, C-17 ou B-767. Pour ce programme, l’enveloppe approuvée s’élève à 63 millions d’euros, dont 37 millions pour la réalisation des infrastructures et 26 millions pour l’acquisition d’équipements divers.

Enfin, le septième et dernier programme est un projet pilote évalué à 236 millions d’euros, qui sera financé avec les budgets ordinaires 2010-2014, projet très articulé visant à moderniser et à étoffer les capacités C4ISTAR."

http://www.ttu.fr/francais/Articles/Industrie%20%26%20materiels/programmesitalie.html

Link to comment
Share on other sites

  • 4 years later...

Italian Army Lays Out Future Vision

By Tom Kington 4:41 p.m. EST February 14, 2015

vbm_freccia_l2_zps16845b97.jpg

ROME — The Italian Army has launched a strategy and technology blueprint that stresses the role of civilian emergency operations and gives details of planned helicopter and vehicle procurements.

Launched in Rome on Feb 9, the document could win back the attention of policymakers who have recently focused more on Navy and Air Force modernization and spending.

Drawn up with the help of industry and strategy specialists, the document follows the passing of a law granting over €5 billion (US $5.7 billion) in funding in funding for new Navy ships and continued funding for the Air Force's flagship Joint Strike Fighter program.

While the Army has performed the largest share of work in recent deployments, including Afghanistan, Army procurement "has remained behind," said Germano Dottori, one of two academics involved in the writing of the document.

The Army may receive more attention now that Army Chief Gen. Claudio Graziano is due to become Italy's military chief of staff. On the funding front, the procurement of 381 armored vehicles has also been approved by Italy's parliamentary defense commission. The Freccia armored vehicles, built by an all-Italian consortium of Iveco and Finmeccanica unit Oto Melara, will equip an Army brigade, which will add to an existing brigade that has already been equipped with Freccias thanks to a previous order of 249 vehicles.

The new document states that the Army currently has 11 brigades, 3,800 combat vehicles, 7,300 support vehicles, 226 helicopters and 103,000 military personnel, joined by 9,800 civilian personnel.

At the end of the current military restructuring, the Army will have just nine brigades, 90,000 military personnel, 7,000 civilian personnel, and by 2018, a 40 percent reduction in infrastructure.

The document stresses the need for the Army to become more "dual" — ready to take on tasks during civilian emergencies and disasters, and to shape a suitable command-and-control set-up. Greater service digitization is also called for.

Apart from new vehicles, the document calls for "The acquisition of a series of helicopters and fixed wing aircraft, both piloted, optionally piloted and unpiloted, dual, including new tiltrotors."

The document describes the planned development of a family of tiltrotors for dual use ranging from 8 to 14 tons.

"A first aircraft of eight tonnes for six passengers would allow the rapid transport of personnel and material, host an aerial command post," and carry out medical evacuations, the document said.

That first tiltrotor could be a commercial acquisition, after which the Army could oversee the development of a 14-ton tiltrotor able to transport 15 personnel or a load of 2.5 tons.

The Army would require the larger tiltrotor to be able to control UAVs.

Dottori said the Army was more likely eyeing developments of the planned AgustaWestland AW609 tiltrotor than the Boeing Osprey. Italian firm AgustaWestland is now going alone in the development of its AW609 after ending a partnership with Bell. The firm has long left the door open to a military version.

A second helicopter planned in the document would also likely provide work for AgustaWestland. Looking beyond the current service of the AW129 assault helicopter, which has served effectively in Afghanistan and is now being upgraded, the document envisages a successor to the AgustaWestland AW129 being developed.

Weighing 5 tons, the new model would be able to launch and control small UAVs.

The document also envisages the Army operating armed, unmanned helicopters.

Before any of those programs find funding, the Army will push ahead acquiring its new Freccias, although Dottori warned that the €2.65 billion program was only funded for the first four of a multiyear procurement plan.

In the past, the Italian government might have sought bank loans to shore up the procurement, but a plan to use loans to buy new ships has just been deemed wasteful by parliament and scrapped, with funds being found up front. Dottori said the government is more likely to use direct funding for the Freccia.

The new Freccias are planned in combat, anti-tank, mortar, command post and exploration version.

Roberto Cibrario Assereto, the chairman of Iveco Defense Vehicles, said the second batch of Freccias could be equipped with more powerful engines thanks to parallel development work being undertaken on a new version of Iveco and Oto Melara's Centauro wheeled tank, which is at prototype stage.

The Army document has come out ahead of a new Italian defense white paper, which was originally due in December.

"The two documents were written in parallel," said Dottori. "The white paper is aimed at the political world and the country, to justify the relaunch of the culture of defense. The Army document is about new armaments that can equip the Army for the next 15 to 30 years and about having an industry that can compete come the middle of the century," he said.

Speaking at the launch of the Army document, Defense Minister Roberta Pinotti said the white paper was completed but still needed a sign-off from Italy's president.

Email: tkington@defensenews.com

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

A propos des Centauro et Ariete :

Citation

New Italian tank to be funded as cash for Freccia vehicle slows

Tom Kington, Defense News 4:26 p.m. EDT May 20, 2016

 

ROME — Italy is set to spend €160 million this year for the development of a new wheeled tank, but will skimp on planned funding for a new batch of its armored Freccia vehicles, slowing the Army’s drive toward becoming a lighter-weight, digital fighting force.

Sources knowledgeable of funding decisions told Defense News that the new Centauro II wheeled tank program would receive €160 million via the 2016 Italian defense budget, which is expected to be released imminently.

Developed by a consortium of Italy’s Iveco and Leonardo-Finmeccanica, the tank is an update on the Centauro already in service with the Italian Army. The prototype will be unveiled at the Eurosatory show in Paris next month before it's handed over to the Army in July for tests that will run through 2017.

The funding may lead to a pre-series contract for about 15of the 30 ton, 105 kph vehicles, the sources said.

With a new hull and better armor than the first Centauro, the upgrade will have a 120mm gun, compared to the 105mm gun on the original, and a more powerful, 720 horsepower engine.

The sources said that up to 140 Centauro IIs might eventually be ordered, replacing the Army’s oldest Centauros from the approximately 400 that were ordered, of which about 240 are still in service after more than 140 were sold to Jordan.

The Centauro II's funding will be a positive note for military planners constrained by a tight budget. A provisional budget document released in December, which did not break down individual programs, said that €1.95 billion would be spent on procurement, down 17.7 percent year on year. To that sum will be added the regular top-up from the Ministry of Industry budget, which has exceeded €2 billion euros in previous years.

The document warned that programs, including the planned arming of Italy’s UAVs, would not find funding in 2015.

The Army is likely to be disappointed by the amount of money — just €21 million, sources said — which will be freed up for its Freccia armored vehicle program.

At the start of 2015, the Italian Parliament approved the spending of €2.65 billion to buy 381 Freccias to equip a brigade, joining an initial Freccia-equipped brigade for which a first lot of 249 vehicles has already been ordered.

The two brigades based on the vehicles, which are built by Iveco and Leonardo-Finmeccanica, were seen as key to the Army’s shift to greater mobility and digitization.

Sources said that €201 million were earmarked last year for the second batch of vehicles and a first contract for 30 vehicles is due to be signed.

But with only €21 million freed up this year to continue the funding, planners will have their work cut out to round out the order of 381 vehicles by the scheduled date of 2024.

The new batch will be split into one group of 261 vehicles containing mortar, command-post, anti-tank and combat versions, and a second group of 120 so-called Freccia Explorers, which will contain versions mounting a Lyra 10 radar.

Versions of the Explorer, which will debut at Eurosatory, will also carry the Leonardo-Finmeccanica UAV Horus and the tracked unmanned ground vehicle TRP2, which sports a machine gun, camera and grenade launcher.

Germano Dottori, a lecturer in strategic studies at Rome’s LUISS University, said that Italian Army generals might also be routing for a new battle tank.

“What they might be better off buying are Leopard II tanks, which is what the generals want,” Dottori said.

The Army is now down to about 30 functioning Arietes — its main battle tank — after savage cuts to maintenance budgets left many tanks without parts and out of service, he said.

Dottori said the Leopard II had recently beaten the Ariete in a NATO firing test, upping its reputation in Italy.

“If Italy wanted to go into Libya, its hands would be tied because it does not have battle tanks,” he said.

Dottori said the Army might find additional funding in the 2016 budget if Italian Defence Minister Roberta Pinotti makes good on her promise to reduce spending on the joint strike fighter (JSF) program following criticism of the program from within the Italian Parliament.

Whether the spending cuts take place or not, the JSF program is continuing in Italy as aircraft roll off the country's final assembly line. The first aircraft off the line made history in February by becoming the first F-35 to cross the Atlantic when it was flown to Luke Air Force Base in Arizona to contribute toward pilot training.

On May 18, the second and third aircraft off the line also flew to the US, accompanied by two Italian 767 tankers.

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Citation

Germano Dottori, a lecturer in strategic studies at Rome’s LUISS University, said that Italian Army generals might also be routing for a new battle tank.

“What they might be better off buying are Leopard II tanks, which is what the generals want,” Dottori said.

The Army is now down to about 30 functioning Arietes — its main battle tank — after savage cuts to maintenance budgets left many tanks without parts and out of service, he said.

Dottori said the Leopard II had recently beaten the Ariete in a NATO firing test, upping its reputation in Italy.

“If Italy wanted to go into Libya, its hands would be tied because it does not have battle tanks,” he said.

 

Les mauvais résultats des équipages italiens et le manque de budget de l'Esercito Italiano justifierait-il le remplacement des C1 Ariete ...par des Léopard 2 ?  Cela me semble insensé.

 

1463921029-2000x1335-q95.jpg

Edited by Sovngard
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Sovngard a dit :

Les mauvais résultats des équipages italiens et le manque de budget de l'Esercito Italiano justifierait-il le remplacement des C1 Ariete ...par des Léopard 2 ?  Cela me semble insensé

Pas mal de raté lors de  l'exercice

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, FoxZz° a dit :

Ah oui, c'est bien à coté quand même.

J'ai lu que les tankistes italiens manquaient d'entraînement et ont éprouvé des difficultés à faire du simbleautage dès le premier jour, obtenant ainsi des résultats décevants, mais ils auraient assez bien rattrapé le coup en réalisant un très bon score lors du deuxième, au final ils ont  obtenu la quatrième place.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, Serge a dit :

Pour qu'il y ai un tel décalage, ça ne peut être que d'origine technique. Ou il n'y a pas de simbleautage, ou ils tirent de L'explo en mode flèche. 

Que d'origine technique... je ne dirais pas cela.
Après tout le chef de char est maître sur la façon de régler ses soucis techniques (retour au valeurs d'usine, correction à X mils vers le haut, changement température poudre).

Si cela avait été tout le peloton, le CP aurait donné une consigne de changement température poudre car le soucis aurait été un lot de munitions défectueux.

Link to comment
Share on other sites

Comme le souligne DarkLabor ce n'est pas le char qui fait tout et on a vu des engins moins performant et plus ancien faire du du tip top en résultat tout simplement parce que l'équipage qui s'entraîne régulièrement et connait une forte cohésion peut allé loin même avec un vieux tank ( bien évidemment pas avec un FT 17 Lol ) 

Dans un billet de Chris Hernandez sur son FB il en parle ,vu que les US ont pas fait mieux .

http://www.popularmechanics.com/military/a20917/us-crews-fail-to-place-in-nato-tank-competition/

https://www.facebook.com/ProofofOurResolve

Citation

Hmmm. I get transferred out of tanks, and twelve short years later American tankers get beaten by Europeans. Coincidence? I think not.

 

Il y a des commentaires qui  parlent du fait que les guerres actuelles de faible intensité font qu'on perd en pratique dans la préparation du haut intensité , pour certain vaut-il mieux ce préparer au guerre en cours ou assuré dans l'entraînement d'une hypothétique guerre de haute intensité face à un adversaire du même gabarit ?

Mine de rien cela est fort complexe comme réflexion ,même pour une armée qui a du budget .

 

 

Pour ceux qui ne le connaissent pas voici son blog :

https://chrishernandezauthor.com/2013/07/09/working-with-the-french-army/

 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

"A tout vouloir défendre, l'on ne défend rien."

Une journée fera toujours 24h.

Il reste cependant une question : qui fait la prof de ces hommes ? Ces compétitions sont prévues longtemps à l'avance. Il n'existe donc pas d'excuse pour l'unité de ne pas avoir pu préparé ses hommes.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 23 minutes, DarkLabor a dit :

Toute la problématique est : "Faut-il des militaires polyvalents ou des militaires qui excellent dans leur domaine?" Après tout, la problématique n'est pas que spécifique aux chars.

Oui tout à fait .

Mais je pense que s'est surtout le nombre et type de conflits qui font que cela est une question compliquée et le militaire reste à disposition de la politique d'un état et de facto quand un pays multiplie les opérations de facto on ne peut-être partout je dirais .

Les US aussi envoient des unités hors spécialité à l'occase ,on a vu des artilleurs de l'USMC passé en cie de marche en Afghanistan .

il y a 4 minutes, Serge a dit :

"A tout vouloir défendre, l'on ne défend rien."

Une journée fera toujours 24h.

Il reste cependant une question : qui fait la prof de ces hommes ? Ces compétitions sont prévues longtemps à l'avance. Il n'existe donc pas d'excuse pour l'unité de ne pas avoir pu préparé ses hommes.

Effectivement , mais on a aussi le phénomène de penser qu'on est prêt sans avoir besoin de ce sur préparer ou que tout simplement cette manip reste une simple manip ou l'on y a va par "politesse" sans cherché à briller pour autant .

On voit souvent dans pas mal d'occasion de pays tenté des manips de ce genre dans des domaines divers comme l'ambiance TE ou reco/scout etc ...,force de police ,raid optique commando etc ...... en y envoyant une troupe considérée comme largement capable et ce planté en pensant avoir préparé correctement cette manip alors que des unités moins prestigieuse vont assuré l'affaire .

S'est la qu'on voit que parfois une unité moins réputée assurent sans aucun problème en bananant d'autres unités dite "d'élite" . On le voit avec ce qui ce passe avec ce concours de l'armée de terre ou les TE/TP des régiments viennent à une compétition .

Je pense que selon le concours il y a un tas de facteur qui font qu'on ce plante pour divers raison tout simplement .

Maintenant est-ce que des concours prouvent réellement quelque chose au fond ? 

Certain mise en assurant correctement la préparation des gens qu'ils vont envoyé alors que d'autres ne prendront pas la peine d'en faire plus ,"on était présent suffit "...

Moi je me dis qu'au fond il peut y avoir du bon si cela est pris sérieusement par tout le monde , quand je vois que les snipers canadiens réussissent pas mal de concours organisé par les US , j'observe que l'US Army avec les Rangers du 75 th regiment ont eu de l'intérêt pour le niveau des canadiens et ont étaient ce formé chez les canadiens pour ensuite améliorer leur école de sniper .

La il y a de l'intérêt car au travers d'un concours sa peu profiter aux autres ,mais si s'est juste pour faire du on a fini sur le podium en premier et que derrière rien ,pas vraiment d'échange au fond sa n'apporte pas grand chose .

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Gibbs le Cajun a dit :

Oui tout à fait .

Mais je pense que s'est surtout le nombre et type de conflits qui font que cela est une question compliquée et le militaire reste à disposition de la politique d'un état et de facto quand un pays multiplie les opérations de facto on ne peut-être partout je dirais .

Les US aussi envoient des unités hors spécialité à l'occase ,on a vu des artilleurs de l'USMC passé en cie de marche en Afghanistan .

Le problème, c'est qu'avec le changement de typologie de la menace, les réductions de formats etc. , on crée des personnels qui tournent entre différentes missions.
Au final on a tombe dans le cas "touche à tout, bon à rien"

Il aurait été plus judicieux de faire tourner moins régulièrement les pelotons/escadrons et dédier des escadrons complets à une et une seule mission au cours d'une année (cela permet à potentiels égaux, d'avoir des équipages qui ne perdent pas la main aussi souvent).

Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, DarkLabor a dit :

Le problème, c'est qu'avec le changement de typologie de la menace, les réductions de formats etc. , on crée des personnels qui tournent entre différentes missions.
Au final on a tombe dans le cas "touche à tout, bon à rien"

Il aurait été plus judicieux de faire tourner moins régulièrement les pelotons/escadrons et dédier des escadrons complets à une et une seule mission au cours d'une année (cela permet à potentiels égaux, d'avoir des équipages qui ne perdent pas la main aussi souvent).

Effectivement mais après on entre aussi dans une autre donne ,celle du taux de présence effective dans les escadrons/pelotons car entre les examens , les "malades" ,les bascules de personnels pour mettre un peloton à niveau en terme d'effectif , les fins de contrats ,retraite etc ... On fini par ne pas avoir un effectif qui va bien .

Je sais que dans le régiment de cavalerie légère du fiston , le système s'est monte un peloton dès le départ de la formation de base des engagés ,les cadres et petit gradé seront l'ossature du peloton pour le former à la base et dans sa spécialisation mais cela à ces limites , car on a parfois des pelotons en mode mise en sommeil en attendant les prochains jeunes engagés , tout simplement parce qu'entre temps comme expliqué plus haut on a des bascules dans d'autres pelotons , ou escadron , malades ,personnes en stage ou en examens , fin de contrat ou départ en retraite etc ...

Donc on recommence en permanence la création de peloton ...

Moi ce que j'observe s'est que pour monté un escadron pour le Mali , on a piocher partout dans les escadrons afin d'avoir des mecs apte ,des mecs à plus d'un an de service , en évitant d'envoyer des personnels revenant d'opex etc ... etc ... sans oublié les escadrons déjà déployé en opex ...

Donc au fond le problème est pas aussi évident quand on connait les problèmes chronique d'effectifs .

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...
  • 1 month later...
  • 3 years later...

Dans le dernier Raids Magazine un article sur le retour au sein des 2 brigades Alpine de l'obusier de 105/14mm mod. 56 de chez Oto Melara. 

25 obusiers on était rénové sur les 250 pièces stockées, mais apparemment ça ne sera pas un retour pour d'autres unités d'artillerie italienne ( paras entre d'autres). 

Les pièces ont participé à une grosse manœuvre, au côté du 120 et de 81 mm des fantassins. On voit qu'elle a été  tracté par du chenillé BV-206. 

Au delà de cette bonne nouvelle pour les Alpins italiens, en règle générale pour une artillerie adaptée il est sûr que le 105 mm reste une valeur sûre, mais qu'il ne peut pas être dissociable du mortier de 120 mm, les 2 se complètent très bien, entre l'efficacité de l'obus de 120 mm quasi proche du 155mm, et l'efficacité au niveau tir direct du 105mm, je pense que tactiquement on peut jouer en mode espace à défendre et l'appui offensif entre les 2 pièces.

Et pour le 105mm une vision appui tir direct ou là l'efficacité du 105 mm en tir direct sera plus que évidente face à des positions, bâtiments, voir du véhicule complétant les appuis des fantassins au niveau tir direct ( missile AC , 12,7 mm, etc... ). Je pense que pour du combat axé rase campagne ( Montagne aussi  bien évidemment), car le combat urbain ne sera pas l'alpha et l'oméga même si il ne doit pas être minoré. 

Et puis je pense l'optique binôme 105/120 doit resté pour de la brigade spécifique comme les Alpins et les paras, et amphibie selon les pays. 

Les britanniques de la brigade commando on les artilleurs commandos qui servent sur 105 , à l'époque de la guerre Froide le Korps Mariner avait aussi du 120 mm ( jusqu'en 2012 apparemment) , vu que ces 2 unités étaient appelée à être employé ensemble, donc très complémentaire au niveau artillerie de "poche". Bon avec nos échanges via la 9ème BIMa et la brigade Commando  vu le binômage entre le 29 d'artillerie commando et le 11ème RAMa, on retrouve aussi cette possibilité de gérer en mode 105 mm brits et 120 mm français et du 155 mm Caesar pour de la profondeur, se qui compensera je pense par rapport à un modèle type USMC si on reste dans le cadre d'une mission franco-britannique. 

Pour l'USMC il y a eu de l'intérêt pour le 120 mm, mais pas de retour au 105 mm, mais là on est dans un cadre spécifique d'un Corps possédant des gros moyens, et donc un panel d'appuis puissant. 

Enfin voilà, je pense que c'est peut être aussi une vision qui s'est mise en place disons naturellement, et qui au final voit soit de manière effective une dotation double 105/120 comme semble le faire les italiens ( mais uniquement axé brigade Montagne) , ou association entre unité jumelée de 2 pays, comme se fut le cas sur un mode guerre Froide entre brits et néerlandais, et actuellement entre brits et français. Bon là je traite uniquement de la convergence de l'appui artillerie 105/120, pas du modèle de chacun au niveau amphibie. 

Je pense que si on y regarde bien au final, les cavaliers du 1er RHP et du 4ème Chasseurs des Alpins, quelques part leur Sagaie puis AMX10 RCR avaient disons via le 90 mm ou le 105 mm une forme de complément pour de l'appui tir direct ( mais pas de tir indirect bien évidemment) , complété par du 120 mm des artilleurs de Montagne du 93eme RAM,  35eme RAP ( idem quelque par pour la 9eme BIMa et 6eme BLBCar on parle souvent de l'artillerie pour le tir indirecte, mais moins du tir direct en mode base de feu. Bon hormis les obus flèches spécifique à l'antichar, on avait toujours de l'explosif, fumigène qui pouvait être utile sur du bâtiment, position durcie etc... 

Enfin voilà, un peu bordélique mon message qui sort du cadre italien, mais qui met en avant que l'artillerie devra rester une combinaison de type de pièces aux calibres variée, et qu'au final il sera toujours compliqué d'avoir la pièce d'artillerie idéale qui fera tout, mais que de la combinaison peuvent sur certains conflits suffirent, l'exemple du 105 mm en mode tir direct sur des cibles types positions durcis, bâtiment couple, couplée à l'efficacité du 120 mm via une efficacité presque proche du 155mm, en sachant que le 105mm peut aussi bien évidemment combler les intervalles en tir indirect sur certains objectifs communs à ceux du 120 mm, complétant disons la capacité à transformer en enfer une zone pour l'adversaire qui se prendra du 105 et 120 mm, sans oublier se que les fantassins peuvent envoyer à leur niveau via le 81mm. 

C'est pour ça que si ça ne tenait qu'à moi, le 105 mm serait de retour au côté des 120 mm chez les Alpins et les paras même si le Caesar reste de mise ( il est très efficace en montagne) , et que le Caesar devra aussi avoir son pendant avec de l'AUF1 new age. 

Je pense qu'au vu de notre vision boîte à outils en mode GTIA , ben de la pièce type 105mm et 120 mm ça reste très raisonnable en coût de maintenance, qei c'est aussi très motivant pour un artilleur d'être un spécialiste sachant travailler sur divers pièces déjà au niveau 105/120 qui seule ou combinée peuvent offrir de l'efficacité sans sortir la grosse artillerie type 155 mm. Pour moi les basiques de l'artilleur ça reste le rustique, un esprit de travail en équipe plus développé même si on garde cette esprit sur 155 ( Caesar ou AUF1). 

Moi j'ais eu la chance de servir sur le 105 mm et le 120 mm, le 155 TRF1, d'ailleurs en RCA on avait le binôme 105 HM2 et 120 mm, se qui offrait un sacré complément efficacité direct et indirect comme je l'explique plus haut dans le message. 

Je suis dans l'esprit de la devise de l'artillerie française, Ultima Ratio Regum, donc adaptée à la menace et situation du moment ! 

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Ultima_ratio_regum

Je trouve que les italiens ont un outil adapté à leurs besoins, d'ailleurs @Fusilierl'avait déjà mis en avant via leur amphibie , s'est très intéressant. D'ailleurs j'observe qu'ils participent à beaucoup de manip avec les espagnols, il y a eu récemment une grosse manip en Espagne. 

 

Edited by Gibbs le Cajun
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...


Quand il faut vraiment être prêt à TOUTES les situations de combat, même les plus sournoises :

« 

Par erreur, un char de l’armée italienne a effectué un tir d’entraînement sur un élevage de poulets dans le nord-est du pays.

De nombreux volatiles ont été tués et une partie du bâtiment qui les abritait s’est effondrée […].

Le char Centauro de la brigade Pozzuolo del Friuli doit normalement chasser les chars, mais ce sont les poulets qui en ont fait les frais. Il manœuvrait de nuit sur un terrain militaire près de Vivaro, à environ une heure de route au nord de Venise, quand il a tiré involontairement sur le bâtiment abritant cet élevage.»

 

https://www.cnews.fr/faits-divers/2021-03-19/italie-un-char-tire-sur-un-elevage-de-poulets-1060617

  • Haha 1
  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Exercice "CADAR 2021", organisé par la brigade aéromobile "Friuli"

 

Exercice "CAEX 1 – 2021" (Complex Aviation Exercise) date de juin de cette année

 

Cette vidéo date déjà de 2018 mais il m'a semblé intéressant de la publier.

SIAT Système intégré de formation terrestre. Le système permet de surveiller et d'enregistrer les décisions, les comportements, les actions et les communications des soldats afin de les corriger pendant l'activité de débriefing. Le système est situé dans le Val Pusteria, près de Brunico, et est soutenu par un peloton spécialisé du 6e Alpini, qui opère en tant qu'adversaires et figurants selon les scénarios.

 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Exercice des troupes alpines de l'armée "Vertigo - 5 Torri 2021".

Lors de l'exercice "LARAN 2021", les troupes alpines de la Brigade "Taurinense" ont confirmé l'extrême mobilité, la puissance de feu et la flexibilité typiques des troupes alpines de l'armée italienne, démontrant un niveau d'intégration efficace entre les différentes composantes opérationnelles.

 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,812
    Total Members
    1,550
    Most Online
    GOUPIL
    Newest Member
    GOUPIL
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...