Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Avenir du nucléaire civil en France et dans le monde ?


LBP
 Share

Recommended Posts

Le 06/02/2023 à 13:21, Picdelamirand-oil a dit :

Nucléaire : la volte-face du gouvernement belge

L’exécutif, déjà profondément divisé sur ce sujet, pense désormais prolonger les réacteurs nucléaires qu’il comptait fermer, après une alerte sur des risques de coupures à partir de 2025.

Au moins, il y a une reflextion mais ca poser énormément de probleme pour eux encore plus que pour nous. C’est une industrie avec beaucoup d’inertie. 
il me semble que chez nous, on aura un probleme de place dans les piscines de refroidissement vers 2030. 
Bref, la question va demander des milliards et ne pourra pas se faire sans l’action direct de l’etat. Bruxelles va devoir mettre de l’eau dans son vin… ou pas. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Picdelamirand-oil a dit :

C'est l'ASN qu'il fallait réformer, pas l'IRSN qu'il fallait supprimer!
L'IRSN ne font que des mesures! On va condamner la réalité physique désormais en cas de problème ou d'inadéquation avec une politique totalement débile sans doute???

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Minitel a dit :

Ou comment un pays qui produit plus de 400g "d'équivalent CO2" par kwh d'électricité se permet de faire la leçon à un pays qui produit son Kwh à moins de 100g "d'équivalent CO2". Et je ne comprends même pas la position française : il n'y a qu'à affirmer que notre hydrogène est produite via nos installations photovoltaïques et le tour est joué : c'est bien ce que fait l'Allemagne avec l'éolien alors que la majorité de la production électrique est fossile.

Le souci c'est que l'hydrogène nucléaire, ou "hydrogène jaune" est bien plus bas carbone (5 grammes par kilowatt heure, je reprends les chiffres utilisés par ElectricityMap) que les autres, le "vert" (solaire éolien) et le bleu (gaz).

Remplacer du nuke par autre chose, c'est AUGMENTER l'intensité carbone, et absolument pas la diminuer. C'est une vérité simple, mais que des hordes d'écolo-botomisés continuent de nier, tels des platistes niant la rotondité de la terre...

Là ce que proposent l'Espagne et l'Allemagne c'est juste de faire passer de l'hydrogène "bleu", voire "gris" (provenant du craquage d'hydrocarbure, ou d'électricité issue du charbon, à savoir LA source d'énergie la plus dégueulasse connue sur terre) pour un truc super écolo, parce qu'il y aura un peu d'hydrogène vert dans le tas.

Mieux encore, une partie de l'hydrogène espagnol est supposé venir... d'Afrique du nord! Je savais pas que c'était devenu une zone exportatrice excédentaire d'électricité, ni que les gisements naturels d'hydrogène (une prouesse de la géothermie naturelle) trouvés en Afrique étaient aussi productifs.
Allez, on sait tous bien que ce qui arrivera de là, c'est du gaz.

La boucle est bouclée.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

ChatGPT est écolo-gauchiste :biggrin: :bloblaugh:

J'ai dialogué avec ChatGPT à propos des énergies nucléaires et renouvelable. Je l'ai fait en anglais, mais je vous donne la traduction.

Donnez-moi un argumentaire en faveur de l'énergie nucléaire

L'énergie nucléaire est un sujet très controversé, mais il existe plusieurs arguments convaincants en sa faveur en tant que source d'énergie. Voici quelques-unes des principales raisons pour lesquelles l'énergie nucléaire est considérée comme une option viable :

  1. Haute densité énergétique : Les centrales nucléaires produisent une grande quantité d'énergie à partir d'une petite quantité de combustible. Cela signifie qu'une seule centrale nucléaire peut fournir la même quantité d'énergie que plusieurs centrales au charbon ou au gaz naturel.
  2. Faibles émissions de gaz à effet de serre : Contrairement aux combustibles fossiles, l'énergie nucléaire n'émet pas de gaz à effet de serre, comme le dioxyde de carbone, qui contribuent au changement climatique. Cela fait de l'énergie nucléaire un outil potentiellement important dans la lutte contre le changement climatique.
  3. Fiabilité : Les centrales nucléaires sont très fiables et peuvent fonctionner à pleine capacité pendant de longues périodes, fournissant ainsi une source d'énergie stable.
  4. Disponibilité du combustible : Le combustible nucléaire, sous forme d'uranium enrichi, est largement disponible et peut être stocké pendant de longues périodes. Cela permet d'assurer un approvisionnement en énergie stable et à long terme.
  5. Compétitivité des coûts : Si les coûts initiaux de construction d'une centrale nucléaire sont élevés, les coûts d'exploitation sont relativement faibles. Cela signifie que l'énergie nucléaire peut être compétitive par rapport aux autres sources d'énergie, en particulier dans les régions où la demande d'énergie est élevée et le coût du capital faible.

Bien entendu, l'énergie nucléaire présente également des inconvénients potentiels, notamment le risque d'accidents nucléaires, la difficulté d'éliminer les déchets nucléaires et le risque de prolifération des armes nucléaires. Toutefois, ces risques peuvent être gérés et atténués grâce à des règles de sécurité appropriées et à une gestion responsable du cycle du combustible nucléaire.

Mais n'est-il pas souhaitable de favoriser les énergies renouvelables ?

Oui, les énergies renouvelables telles que le solaire, l'éolien et l'hydroélectricité sont hautement souhaitables et offrent de nombreux avantages par rapport aux combustibles fossiles traditionnels et à l'énergie nucléaire. Les énergies renouvelables présentent plusieurs avantages clés, notamment :

  1. La durabilité : Les énergies renouvelables sont durables car elles utilisent des ressources qui se renouvellent naturellement, comme la lumière du soleil, le vent et l'eau. Cela signifie qu'elles peuvent fournir de l'énergie indéfiniment, contrairement aux combustibles fossiles, qui sont limités et finissent par s'épuiser.
  2. Réduction des émissions de gaz à effet de serre : Les énergies renouvelables n'émettent pas de gaz à effet de serre, contrairement aux combustibles fossiles, qui contribuent largement au changement climatique. Cela fait des énergies renouvelables un élément crucial des efforts visant à lutter contre le réchauffement de la planète et à réduire les impacts négatifs de l'activité humaine sur l'environnement.
  3. Décentralisation : Les énergies renouvelables peuvent être produites à proximité de l'endroit où elles sont nécessaires, ce qui réduit le besoin de transport et de distribution d'énergie sur de longues distances. Cela peut améliorer la sécurité énergétique et réduire les coûts associés au transport et à la distribution de l'énergie.
  4. Compétitivité des coûts : Les coûts des technologies des énergies renouvelables ont diminué rapidement au cours des dernières années et, dans de nombreux cas, ils sont déjà compétitifs par rapport aux combustibles fossiles traditionnels et à l'énergie nucléaire. Cela signifie que les énergies renouvelables peuvent constituer une source d'énergie abordable et accessible pour un nombre croissant de personnes.

Cela dit, les énergies renouvelables ne sont pas une solution miracle à tous nos problèmes énergétiques. Elles peuvent être intermittentes, ce qui signifie que leur disponibilité peut varier en fonction des conditions météorologiques et d'autres facteurs, et qu'elles peuvent nécessiter des systèmes de stockage ou de secours supplémentaires pour garantir un approvisionnement stable en énergie. Toutefois, en investissant dans les énergies renouvelables et en améliorant leurs systèmes de stockage et de distribution, nous pouvons nous orienter vers un avenir énergétique plus durable et plus respectueux de l'environnement.

Je pense que les énergies renouvelables produisent plus de dioxyde de carbone que l'énergie nucléaire.

Il n'est pas exact de dire que les énergies renouvelables produisent plus de dioxyde de carbone que l'énergie nucléaire. Les énergies renouvelables, comme l'éolien et le solaire, n'émettent pas de dioxyde de carbone ni d'autres gaz à effet de serre, contrairement aux combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel. L'énergie nucléaire n'émet pas non plus de gaz à effet de serre pendant son fonctionnement, mais elle a une empreinte carbone liée à la production de combustible, à la construction et au déclassement des centrales nucléaires, ainsi qu'à la gestion des déchets nucléaires.

Toutefois, l'empreinte carbone des énergies renouvelables est relativement faible par rapport à celle des combustibles fossiles, et elle peut être encore réduite par l'utilisation de sources d'énergie renouvelables pour la production des matériaux utilisés dans les systèmes d'énergie renouvelable, tels que les éoliennes et les panneaux solaires. En outre, l'empreinte carbone des technologies d'énergie renouvelable diminue à mesure que les processus de production deviennent plus efficaces et que l'utilisation de sources d'énergie renouvelables pour la production d'électricité se généralise.

Il est également important de noter que si les énergies renouvelables n'émettent pas de gaz à effet de serre pendant leur fonctionnement, la production d'éoliennes, de panneaux solaires et d'autres technologies d'énergie renouvelable nécessite l'utilisation d'énergie et de matières premières, ce qui peut entraîner des émissions de gaz à effet de serre. Toutefois, les émissions associées à la production de technologies d'énergie renouvelable sont généralement beaucoup plus faibles que celles associées à la production de combustibles fossiles, et elles sont compensées tout au long de la durée de vie de la technologie, à mesure qu'elle produit de l'énergie propre.

Dans l'ensemble, les énergies renouvelables sont une composante essentielle des efforts visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à lutter contre le changement climatique, et elles jouent un rôle important dans la transition vers un avenir énergétique plus durable et plus respectueux de l'environnement.

Edited by Picdelamirand-oil
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Suite

 

Mais comme les énergies renouvelables sont intermittentes, nous sommes obligés de prévoir des centrales électriques utilisant des combustibles fossiles pour produire en période de pénurie de ressources renouvelables, et donc statistiquement une production centrée sur les énergies renouvelables produira plus de dioxyde de carbone qu'une production centrée sur l'énergie nucléaire.

Il est vrai que les sources d'énergie renouvelables peuvent être intermittentes, ce qui signifie que leur disponibilité peut varier en fonction du temps et d'autres facteurs. Il peut en résulter des périodes de faible production d'énergie éolienne et solaire, et dans certains cas, il peut être nécessaire de compléter la production d'énergie renouvelable par des centrales électriques à combustible fossile pendant les périodes de faible production d'énergie renouvelable.

Cependant, il est important de noter que l'intermittence des sources d'énergie renouvelables peut être gérée et traitée par l'utilisation de systèmes de stockage d'énergie, tels que les batteries ou le stockage hydroélectrique par pompage, et par l'intégration de plusieurs sources d'énergie renouvelables dans le réseau énergétique. L'énergie peut ainsi être stockée et distribuée selon les besoins, ce qui permet d'assurer un approvisionnement énergétique stable et fiable, même pendant les périodes de faible production d'énergie renouvelable.

En outre, l'intermittence des sources d'énergie renouvelables peut être réduite grâce à l'utilisation de systèmes de prévision météorologique et de gestion de l'énergie, qui peuvent aider à prévoir les changements dans la production d'énergie renouvelable et à y répondre. En investissant dans ces technologies et en améliorant l'intégration des énergies renouvelables dans le réseau énergétique, il est possible de réduire le besoin de centrales électriques alimentées par des combustibles fossiles pendant les périodes de faible production d'énergie renouvelable.

Par conséquent, s'il est vrai que la production de technologies d'énergie renouvelable peut entraîner certaines émissions, un système d'énergie renouvelable bien conçu et correctement géré peut produire moins de dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre qu'un système basé principalement sur les combustibles fossiles, même en tenant compte des émissions associées au stockage et à la gestion de l'énergie. L'essentiel est de continuer à investir dans les technologies et les systèmes associés à la production d'énergie renouvelable et à les améliorer, afin de garantir qu'ils constituent une source d'énergie stable, fiable et à faible teneur en carbone pour l'avenir.

 

Vous continuez à faire des comparaisons avec les systèmes basés sur les combustibles fossiles alors que je ne m'intéresse qu'aux comparaisons avec la production d'énergie nucléaire.

Je m'excuse d'avoir comparé les énergies renouvelables aux combustibles fossiles dans ma réponse précédente. Pour répondre plus directement à votre question, je vais comparer spécifiquement l'énergie nucléaire aux énergies renouvelables.

S'il est vrai que l'énergie nucléaire n'émet pas de gaz à effet de serre pendant son fonctionnement, elle présente d'autres problèmes environnementaux et de sécurité, notamment le risque d'accident nucléaire et la gestion à long terme des déchets radioactifs. L'énergie nucléaire exige également un niveau élevé d'investissement et d'expertise pour construire et entretenir les centrales nucléaires, et des questions se posent quant à l'avenir de l'industrie, notamment la disponibilité du combustible et les préoccupations concernant la prolifération nucléaire.

En revanche, les énergies renouvelables, telles que l'éolien et le solaire, sont propres et sûres, sans émissions de polluants nocifs ou de gaz à effet de serre pendant leur fonctionnement. Elles ont également le potentiel d'être distribuées plus largement, fournissant un accès à l'énergie aux communautés éloignées et mal desservies. Les coûts des technologies des énergies renouvelables ont diminué rapidement, ce qui les rend de plus en plus compétitives par rapport aux sources d'énergie traditionnelles, y compris l'énergie nucléaire.

En termes de production d'énergie, il convient de noter que les technologies des énergies renouvelables sont de plus en plus efficaces et qu'elles devraient jouer un rôle de plus en plus important dans la satisfaction des besoins énergétiques mondiaux au cours des prochaines années. Si l'énergie nucléaire est une source d'énergie relativement stable et constante, elle n'est pas aussi flexible que les énergies renouvelables, qui peuvent être ajustées pour répondre à l'évolution de la demande énergétique.

Il convient également de considérer que les systèmes d'énergie renouvelable ont le potentiel de fournir un approvisionnement énergétique plus résilient, car ils sont moins vulnérables aux perturbations de l'approvisionnement et aux chocs de prix par rapport aux sources d'énergie telles que le pétrole, le gaz naturel et l'énergie nucléaire.

En conclusion, l'énergie nucléaire et les énergies renouvelables ont toutes deux leurs avantages et leurs inconvénients, et la meilleure approche consiste à trouver un mélange énergétique équilibré qui tienne compte des caractéristiques et des limites uniques de chaque source d'énergie. Cela peut contribuer à garantir un approvisionnement énergétique stable, fiable et à faible émission de carbone pour l'avenir.

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

Suite

 

Vous parlez de rupture d'approvisionnement pour l'énergie nucléaire mais vous avez dit : "Disponibilité du combustible : Le combustible nucléaire, sous forme d'uranium enrichi, est largement disponible et peut être stocké pendant de longues périodes. Cela permet d'assurer un approvisionnement stable et à long terme en énergie"

Mes excuses pour l'erreur dans ma réponse précédente. Vous avez raison de dire que le combustible nucléaire est largement disponible et peut être stocké pendant de longues périodes, ce qui contribue à garantir un approvisionnement stable et à long terme en énergie. Cette stabilité de l'approvisionnement est l'un des points forts de l'énergie nucléaire par rapport à certaines autres sources d'énergie.

Cependant, il existe toujours certains risques associés à l'approvisionnement en combustible nucléaire, tels que des changements dans la réglementation et des développements politiques internationaux qui peuvent affecter la disponibilité du combustible et le coût de la production d'énergie. En outre, bien que le stockage à long terme des déchets nucléaires soit bien géré dans de nombreux pays, il peut encore poser des défis et des risques, tels que le potentiel d'accidents ou le vol de matériaux nucléaires qui pourraient être utilisés à des fins malveillantes.

Dans l'ensemble, si l'approvisionnement stable en combustible nucléaire est un avantage de l'énergie nucléaire, il est important de prendre en compte l'ensemble des risques et des défis associés à cette source d'énergie, ainsi que les avantages potentiels des sources d'énergie alternatives, lors de la prise de décisions concernant la production et l'utilisation de l'énergie.

Votre opinion reflète-t-elle une opinion majoritaire ou est-elle fondée sur des arguments scientifiques ?

En tant que modèle linguistique IA, je n'ai pas d'opinions ou de croyances, seulement la capacité de fournir des informations et de répondre à des questions sur la base des données sur lesquelles j'ai été formé. Mes réponses sont fondées sur des preuves scientifiques et la compréhension actuelle du sujet, ainsi que sur des informations provenant de sources réputées.

Dans le cas des avantages et des inconvénients de l'énergie nucléaire, il existe un large éventail d'arguments et de données scientifiques et techniques qui peuvent être utilisés pour soutenir différentes perspectives. Certains experts et organisations mettent l'accent sur les avantages potentiels de l'énergie nucléaire, tels que ses faibles émissions et son approvisionnement stable en énergie, tandis que d'autres se concentrent sur les défis et les risques associés à cette source d'énergie, tels que le potentiel d'accidents nucléaires et la gestion à long terme des déchets radioactifs.

En fin de compte, les preuves scientifiques et les arguments qui entourent l'énergie nucléaire sont complexes et multiformes, et il appartient aux individus, aux communautés et aux décideurs politiques d'évaluer les preuves et de prendre des décisions éclairées sur le rôle que l'énergie nucléaire devrait jouer pour répondre aux besoins énergétiques du monde.

Pouvez-vous réévaluer la comparaison entre le nucléaire et les énergies renouvelables du seul point de vue de la production de dioxyde de carbone, en tant que système global de production d'énergie ?

Bien sûr, permettez-moi de réévaluer la comparaison entre les énergies nucléaires et les énergies renouvelables, notamment en termes de production de dioxyde de carbone (CO2).

En termes d'émissions de CO2, l'énergie nucléaire présente l'avantage, par rapport aux énergies renouvelables, de ne pas émettre de CO2 pendant son fonctionnement. Les centrales nucléaires ne brûlent pas de combustible pour produire de l'énergie et, par conséquent, elles ne produisent pas de gaz à effet de serre ni d'autres polluants nocifs.

Cependant, il est important de prendre en compte le cycle de vie complet de chaque source d'énergie, y compris les émissions associées à l'extraction, au transport et au traitement du combustible, ainsi que les émissions associées à la construction et au déclassement des centrales.

Pour les énergies renouvelables, les émissions associées au cycle de vie de la source d'énergie varient en fonction de la technologie utilisée. Par exemple, la fabrication de panneaux solaires et d'éoliennes nécessite beaucoup d'énergie et de matières premières, ce qui peut entraîner des émissions. Cependant, une fois l'infrastructure d'énergie renouvelable en place, l'exploitation continue de ces systèmes ne produit pas d'émissions.

Pour l'énergie nucléaire, les émissions associées au cycle de vie de la source d'énergie sont principalement liées à l'extraction et au traitement de l'uranium, ainsi qu'à la construction des centrales nucléaires. Bien que ces émissions soient inférieures aux émissions associées aux systèmes énergétiques à base de combustibles fossiles, elles restent importantes et contribuent à l'empreinte carbone globale de l'énergie nucléaire.

En conclusion, si l'énergie nucléaire présente l'avantage de ne produire aucune émission de CO2 pendant son fonctionnement, une évaluation complète de l'empreinte carbone de chaque source d'énergie doit prendre en compte les émissions associées au cycle de vie complet de la source d'énergie, y compris l'extraction, le transport et le traitement du combustible, ainsi que la construction et le déclassement des centrales.

Vous ne tenez pas compte de l'intermittence des énergies renouvelables dans votre évaluation. Pourrions-nous avoir une évaluation quantifiée ? 

Je m'excuse de ne pas avoir pleinement pris en compte l'intermittence des énergies renouvelables dans ma réponse précédente. Il s'agit d'un facteur important à prendre en compte pour comparer l'empreinte carbone des sources d'énergie nucléaire et renouvelable.

Pour fournir une évaluation quantifiée, l'empreinte carbone de chaque source d'énergie doit prendre en compte non seulement les émissions directes associées à la production d'énergie, mais aussi les émissions associées à l'équilibrage du système énergétique pour tenir compte de l'intermittence des sources d'énergie renouvelables.

Pour les énergies renouvelables, cela signifie que l'empreinte carbone doit prendre en compte les émissions associées à la construction et à l'exploitation de systèmes d'alimentation de secours, tels que les centrales électriques au gaz naturel, qui peuvent être utilisés pour produire de l'énergie lorsque les sources d'énergie renouvelables ne sont pas disponibles. Ces émissions peuvent être importantes et l'empreinte carbone totale des énergies renouvelables dépendra de la proportion d'énergies renouvelables dans le bouquet énergétique et de l'efficacité du système d'alimentation de secours.

Pour l'énergie nucléaire, l'empreinte carbone dépendra des émissions associées à la construction et à l'exploitation des centrales nucléaires, ainsi que des émissions associées à l'extraction et au traitement du combustible. Ces émissions peuvent être importantes, mais elles sont relativement constantes dans le temps et ne dépendent pas de la disponibilité de la source d'énergie.

En conclusion, une évaluation quantifiée complète de l'empreinte carbone des sources d'énergie nucléaire et renouvelable nécessiterait une analyse détaillée des émissions directes et indirectes associées à chaque source d'énergie, en tenant compte de facteurs tels que l'efficacité du système énergétique, la proportion d'énergie renouvelable dans le bouquet énergétique et la disponibilité de systèmes d'alimentation de secours.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, Picdelamirand-oil a dit :

En conclusion, une évaluation quantifiée complète de l'empreinte carbone des sources d'énergie nucléaire et renouvelable nécessiterait une analyse détaillée des émissions directes et indirectes associées à chaque source d'énergie, en tenant compte de facteurs tels que l'efficacité du système énergétique, la proportion d'énergie renouvelable dans le bouquet énergétique et la disponibilité de systèmes d'alimentation de secours.

Et donc le bidule "apprend", tient compte des réponses de son interlocuteur qu'il considère comme un mentor, ajuste son discours en fonction de ses remarques. L'évolution des réponses est-elle propagée pour l'ensemble des instances de chatGpt mises à disposition ou ne vaut-elle que pour celle qui est propre à l'utilisateur ? Et dans tous les cas, est-ce persistant ? Les "nouvelles réponses", ajustées suites aux interactions, deviennent-elles la norme ou sont-elles "oubliées" une fois l'instance renouvelée ? (j'ai lu qque part que le jeu de données du chatGpt public était  verrouillé, qu'on ne le nourrissait plus et que son comportement était donc figé).

Ca reste spectaculaire... mais largement HS ! :biggrin:

----

Un scoop d'Euractiv en ce qui concerne la production d'hydrogène labellisée "vert" : la Directive de la Commission Européenne serait désormais bouclée.

Je note :

  • l'hydrogène vert pourra être tiré des centrales nucléaire,
  • les règles d'importation ne favorisent pas le laxisme de producteurs étrangers (mêmes exigences),
  • l'industrie est très soulagée, qui va pouvoir investir maintenant les règles fixées.

L'article fournit des liens vers ce qui semble être les versions définitives de 3 textes.

Gros extrait traduit :

LEAK : La France obtient la reconnaissance du nucléaire dans les règles de l'UE sur l'hydrogène vert.

Par Nikolaus J. Kurmayer | EURACTIV.com

 11 févr. 2023 (mis à jour : 11 févr. 2023)

La Commission européenne a présenté des règles très attendues définissant les circonstances dans lesquelles l'hydrogène peut être étiqueté comme provenant de sources d'énergie " renouvelables ". À la dernière minute, Paris a également obtenu la reconnaissance de l'hydrogène à faible teneur en carbone produit à partir d'électricité nucléaire.

Alors que l'Europe se tourne vers l'hydrogène, certains craignent que les électrolyseurs produisant le carburant gazeux ne fassent grimper la demande d'électricité et ne cannibalisent l'électricité renouvelable destinée à d'autres usages.

Pour éviter cela, la Commission européenne a travaillé sur un ensemble de règles visant à garantir que l'hydrogène vert n'utilise que des sources "supplémentaires" d'électricité renouvelable.

Après plus d'un an de retard dû à l'intense lobbying de Paris et Berlin, l'exécutif européen a finalement adopté ces règles vendredi soir (10 février), selon des documents obtenus par EURACTIV.

Pour s'assurer que l'hydrogène vert est fabriqué uniquement à partir d'une énergie renouvelable " supplémentaire ", la Commission a cherché à corréler sa production dans le temps et l'espace. Selon ce principe, un producteur d'hydrogène espagnol, par exemple, ne pourrait pas prétendre que l'hydrogène est renouvelable si l'électricité utilisée provient de Suède.

Le degré de corrélation requis - toutes les heures ou tous les trimestres, à 50 kilomètres de distance ou en provenance d'un pays voisin - a fait l'objet d'un débat intense, l'industrie préconisant des règles plus souples et les défenseurs de l'environnement insistant sur une corrélation étroite pour éviter la cannibalisation.

Après des mois d'hésitation, la Commission a finalement pris une décision et fixé deux critères importants :

    D'ici à 2030, la production d'hydrogène doit correspondre à la production d'énergie renouvelable sur une base horaire. Jusque-là, la corrélation est fixée sur une base mensuelle.
    D'ici 2028, les producteurs d'hydrogène doivent prouver que leurs électrolyseurs sont connectés à des installations d'énergie renouvelable ne datant pas de plus de 36 mois.

Avec ces critères, l'industrie européenne de l'hydrogène est désormais soulagée.

[...]

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

  • Thanks 1
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, Boule75 a dit :

L'évolution des réponses est-elle propagée pour l'ensemble des instances de chatGpt mises à disposition ou ne vaut-elle que pour celle qui est propre à l'utilisateur ? Et dans tous les cas, est-ce persistant ? Les "nouvelles réponses", ajustées suites aux interactions, deviennent-elles la norme ou sont-elles "oubliées" une fois l'instance renouvelée ?

Si j'ai bien compris les nouvelles données ne sont valables que pour toi. Heureusement ...

Et l'outil est bloqué en 2021, il ne sait rien ensuite 

Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, Boule75 a dit :

Et donc le bidule "apprend", tient compte des réponses de son interlocuteur qu'il considère comme un mentor, ajuste son discours en fonction de ses remarques. L'évolution des réponses est-elle propagée pour l'ensemble des instances de chatGpt mises à disposition ou ne vaut-elle que pour celle qui est propre à l'utilisateur ? Et dans tous les cas, est-ce persistant ? Les "nouvelles réponses", ajustées suites aux interactions, deviennent-elles la norme ou sont-elles "oubliées" une fois l'instance renouvelée ? (j'ai lu qque part que le jeu de données du chatGpt public était  verrouillé, qu'on ne le nourrissait plus et que son comportement était donc figé).

Ca reste spectaculaire... mais largement HS ! :biggrin:

Tu peux lui poser les mêmes questions et voir comment il répond.

Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, Boule75 a dit :

Et donc le bidule "apprend", tient compte des réponses de son interlocuteur qu'il considère comme un mentor, ajuste son discours en fonction de ses remarques. L'évolution des réponses est-elle propagée pour l'ensemble des instances de chatGpt mises à disposition ou ne vaut-elle que pour celle qui est propre à l'utilisateur ? Et dans tous les cas, est-ce persistant ? Les "nouvelles réponses", ajustées suites aux interactions, deviennent-elles la norme ou sont-elles "oubliées" une fois l'instance renouvelée ? (j'ai lu qque part que le jeu de données du chatGpt public était  verrouillé, qu'on ne le nourrissait plus et que son comportement était donc figé).

Ca reste spectaculaire... mais largement HS ! :biggrin:

Il mémorise des conversations avec un utilisateur, et ces apprentissages sont confinés à l'intérieur de chacune de ces discussions. Si tu Pic démarre une nouvelle discussion avec lui (au lieu de continuer l'ancienne), il aura tout oublié.

Mon impression de ChatGPT, c'est qu'il a évidemment une connaissance phénoménale, mais la profondeur d'analyse d'un étudiant. Seuls les arguments de surface sont mentionnés, et les raisonnement complexes et les contre-réactions sont ignorés (il mentionne que le renouvelable est intermittent mais ne pousse pas l'analyse sur les conséquences de cette intermittence).

De plus, à la moindre critique de son "mentor", il se rétracte et peut changer d'analyse du tout au tout, cf l'exemple sur la température d'ébullition de l'eau dans l'autre fil (je sais pas mettre de lien vers un autre fil).

Cette IA est tout de même extrêmement impressionnante, et très efficace dans certains champs donnés, mais il faut vraiment qu'elle s'achète une paire de couilles !

Edited by Delbareth
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 12/02/2023 à 11:00, Delbareth a dit :

De plus, à la moindre critique de son "mentor", il se rétracte et peut changer d'analyse du tout au tout, cf l'exemple sur la température d'ébullition de l'eau dans l'autre fil (je sais pas mettre de lien vers un autre fil).

C'est pire que ça, dans mon dialogue je dis que "les fan boy français" etc... un interlocuteur humain prendrait de telles déclarations de fan boy avec des pincettes mais pas ChatGPT qui invente sur cette base.

Il fait Thèse, Anti thèse, Conclusion et pour thèse il réconcilie à tout prix ce qu'il "sait" avec le point de vue supposé de son interlocuteur.

Edited by Picdelamirand-oil
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Il y a 6 heures, Boule75 a dit :

Ca négocie sec au niveau européen sur le nucléaire et le marché de l'électricité. Et en France, on entend plus parler de vente des barrages (moi en tout cas).

Où l'on se découvre plein d'alliés à l'Est et au Nord sur certains sujets...

Oui c’est très intéressant ce cas nucléaire car il rappelle à la France qu’en Europe les alliances de circonstance sont souvent plus efficaces que les grands partenariats historiques, et en plus cela nous rapproche de pays avec lesquels nos relations sont soit compliquées soit à développer.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Energie : de nouveaux scénarios se dessinent sur l’électricité en France d’ici à 2035

Le gestionnaire du Réseau de transport d’électricité (RTE) en France, chargé des prévisions, a transmis de nouvelles hypothèses de travail aux acteurs du secteur. Elles conjuguent une hausse significative des besoins en électricité, et beaucoup d’incertitudes sur les capacités de production.

Une hausse significative des besoins en électricité, d’un côté ; beaucoup d’incertitudes sur les capacités de production électrique en France, de l’autre. Les prévisions ne sont pas définitives mais elles éclairent l’ampleur des chantiers en cours sur le plan énergétique, singulièrement sur les enjeux de l’électrification : le gestionnaire du Réseau de transport d’électricité (RTE), chargé des prévisions sur l’électricité en France, a transmis, fin février, ses hypothèses de travail aux différents acteurs du secteur afin de préparer son « bilan prévisionnel », un exercice de projection jusqu’en 2035, attendu cet été, alors que la France doit effectuer des choix énergétiques l’engageant pour des décennies.

« Plusieurs éléments de contexte récents conduisent à modifier profondément les perspectives d’évolution du système énergétique français et européen à court et moyen terme », explique l’opérateur, dans ce document de cadrage de 99 pages, soumis à consultation, en citant la guerre en Ukraine, les politiques de décarbonation en Europe, les tentations protectionnistes ou encore l’évolution de la politique énergétique du gouvernement.

En fil conducteur émerge une inquiétude : « Les perspectives d’électrification augurent d’une consommation d’électricité en forte augmentation d’ici à 2035 et suscitent ainsi une question sur les leviers permettant de garantir un approvisionnement suffisant de la France sur cette période », indiquent les prévisionnistes de RTE. « Si le système électrique français est historiquement largement exportateur, les incertitudes persistantes sur la disponibilité du nucléaire et sur les dates et le rythme de mise en service de nouveaux moyens de production, combinées à des ambitions rehaussées en matière d’électrification et de réindustrialisation, pourraient à terme conduire à réduire largement les marges de production d’électricité en France », ajoutent-ils. Un scénario rendu crédible par le déroulement de l’année 2022 : pour compenser la baisse de production d’EDF, la France a dû utiliser massivement de l’électricité produite dans le reste de l’Europe, au point que, pour la première fois depuis les années 1980, les importations ont largement dépassé les exportations. Un phénomène de corrosion sous contrainte − sur des tuyauteries de secours destinées à refroidir le réacteur en cas d’urgence − a entraîné la mise à l’arrêt de plusieurs unités. Dont celle de « Penly 1 », en Seine-Maritime, où le défaut est « significatif », selon une note d’EDF publiée le 24 février et médiatisée mardi 7 mars par le site spécialisé Contexte.

  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Dont celle de « Penly 1 », en Seine-Maritime, où le défaut est « significatif », selon une note d’EDF publiée le 24 février et médiatisée mardi 7 mars par le site spécialisé Contexte.

C'est pas de la CSC au sens ou c'est sur une soudure qui a été reprise à l'origine, c'est pas un défaut générique.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, hadriel a dit :

C'est pas de la CSC au sens ou c'est sur une soudure qui a été reprise à l'origine, c'est pas un défaut générique.

Oui j'ai entendu ça, tant mieux, je ne suis pas inquiet, mais il vaut mieux vérifier toutes les centrales pour faire taire les critiques des Cassandres.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,982
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...