Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Frappes sur la Libye, le sujet officiel!


Recommended Posts

euh... j'ai raté un épisode. quelqu'un peut m'expliquer le lien entre ces deux derniers posts ?

Concernant Ustica, les italiens parlent d'un avion de l'aéronavale dans un cas et de Mirage dans l'autre, d'où le post de Fenir ;)

Koal était le pilote du Mig-23 qui s'est écrasé dans les montagnes de Calabre.

Link to comment
Share on other sites

Bani Walid,un deuxième Tawargha?

Depuis l’histoire circule dans Bani Walid comme une traînée de poudre. La crainte est la même : que Bani Walid ne devienne un deuxième Tawargha. Cette ville a été entièrement vidée de sa population et détruite par Misrata, en octobre 2011 en représailles de son allégeance kadhafiste durant la révolution.

«Nous demandons une intervention internationale», plaide Mouftah Abdulgabar.

Il n’a aucune confiance dans l’Etat «totalement soumis à Misrata qui possède les milices les mieux armés du pays».

El Bachir Al Muntasser est reporter dans l’unique radio locale de Bani-Walid. Il ne croit pas à une intervention internationale, mais ne doute pas en revanche de la suite:

«Je me sens triste de ce qui se passe. Bani-Walid et Misrata sont voisins. Nous devrions être des partenaires. Mais, s’il le faut nous avons la capacité de nous protéger, de nous défendre pour protéger nos enfants et nos femmes.»

Une capacité bien maigre. Pour se défendre, Bani Walid n’a que quelques check-points aux entrées de la ville. Des check-points tenus par des adolescents, Kalachnikov en bandoulière, mais qui auraient bien du mal à se servir des mitrailleuses, juchés sur les pick-up.

«Ces jeunes devraient être à l’école et pas à tenir un fusil»

http://www.slateafrique.com/96441/reportage-bani-walid-libye-kadhafi

Par Mathieu Galtier.

Link to comment
Share on other sites

Combats dans un ex-bastion de Kadhafi

Des combats opposant les forces gouvernementales libyennes et des groupes armés à Bani Walid, ancien bastion du régime déchu de Mouammar Kadhafi, ont fait  neuf morts et 122 blessés, selon une source médicale. "L'hôpital a reçu neuf personnes tuées et 122 blessées" dans les combats, a déclaré un responsable médical de la ville de Misrata, voisine de Bani Walid sur la côte libyenne, où sont traités les ex-rebelles désormais enrôlés dans les troupes gouvernementales.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/10/20/97001-20121020FILWWW00437-combats-dans-un-ex-bastion-de-kadhafi.php

Link to comment
Share on other sites

Libye: les locaux d'une chaîne américaine en langue arabe incendiés

Plusieurs dizaines de manifestants ont fait irruption dimanche à l'intérieur des locaux de la chaîne américaine en langue arabe Al-Hurra dans la ville de Benghazi, dans l'est de la Libye, avant de mettre à sac les bureaux et de les incendier, rapportent lundi les agences occidentales.

Les protestataires, mécontents de la façon dont la chaîne couvre les combats en cours dans la ville de Bani Walid, ont durant l'attaque blessé plusieurs employés de la chaîne, qui a cessé d'émettre.

Des affrontements entre les forces gouvernementales et des insurgés ont éclaté jeudi dernier à Bani Walid, ville sous contrôle des partisans de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi. Le fils de l'ancien leader, Khamis Kadhafi, a trouvé la mort dans les combats samedi.

Selon les manifestants de Benghazi, les autorités libyennes diffusent à dessein de fausses informations sur ces événements afin de justifier le meurtre de Khamis Kadhafi.

Dimanche, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé les participants des affrontements de Benghazi à entamer des pourparlers.

Benghazi avait récemment été le théâtre de violences visant les intérêts américains. Le 11 septembre, des hommes armés ont tiré des roquettes sur le bâtiment du consulat américain à Benghazi, faisant quatre morts, dont l'ambassadeur des Etats-Unis.

http://fr.rian.ru/world/20121022/196383105.html

Link to comment
Share on other sites

Les Freedom Fighters se sont payés une nouvelle tranche de bani walid:

http://www.lefigaro.fr/international/2012/10/25/01003-20121025ARTFIG00512-lybie-la-chute-de-bani-walid-eclaire-la-faiblesse-de-tripoli.php

Le pire n'est pas sûr. De nombreux civils ont déjà été évacués à travers des «couloirs humanitaires» ouverts par les combattants de Misrata. Mais le sort de ceux qui restent, ainsi que des combattants, restait incertain jeudi matin. L'exemple de la ville proche de Tawargha n'est pas un bon présage. Cette cité qui avait elle aussi participé au siège de Misrata est aujourd'hui une ville fantôme, entièrement vidée de ses habitants.

Link to comment
Share on other sites

Libye: les locaux d'une chaî

Selon les manifestants de Benghazi, les autorités libyennes diffusent à dessein de fausses informations sur ces événements afin de justifier le meurtre de Khamis Kadhafi.

Si mes comptes sont bon Khamis aurait été tué quatre fois en 18 mois , il est coriace le bougre

Link to comment
Share on other sites

http://fr.news.yahoo.com/le-pentagone-publie-une-chronologie-d%C3%A9taill%C3%A9e-benghazi-093401174.html

Le Pentagone publie une chronologie détaillée de Benghazi

WASHINGTON (Reuters) - Les patrons du Pentagone ont été informés de l'attaque contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi une heure après le début des affrontements dans la ville libyenne mais n'ont pu mobiliser à temps des renforts basés en Europe pour éviter la mort de l'ambassadeur Christopher Stevens et de trois autres Américains, selon une chronologie des événements divulguée vendredi.

S'exprimant sous couvert d'anonymat, des hauts responsables de la défense américaine ont rejeté les allégations selon lesquelles le Pentagone n'aurait pas réussi à déplacer rapidement des renforts pour lever le siège du consulat ou à recourir à des drones armés pour repousser les assaillants.

"Le département de la Défense a agi rapidement après avoir appris ce qui se passait à Benghazi", a dit l'un d'eux, ajoutant que des Marines, des forces spéciales et d'autres éléments militaires avaient été soit utilisés, soit mobilisés au cours de l'attaque du consulat.

"Malheureusement, aucune option alternative ou aucun moyen aérien supplémentaire n'était disponible dans un laps de temps qui aurait été efficace", a-t-il ajouté.

La réaction de l'administration à l'attaque de Benghazi est devenue dans les dernières semaines de la campagne présidentielle américaine un sujet politique très sensible.

La CIA et le département d'Etat avaient déjà rendu publiques des chronologies de l'attaque. Le département de la Défense a à son tour procédé de la sorte vendredi soir.

Selon ce document, l'Africa Command, commandement des forces américaines pour l'Afrique basé en Allemagne, a ordonné l'envoi d'un drone de surveillance au-dessus de Benghazi 17 minutes après le début de l'attaque, soit à 21h59 heure locale. Il a fallu plus d'une heure pour que ce drone arrive sur zone.

Le cabinet de Leon Panetta, secrétaire à la Défense, a été informé de l'attaque 50 minutes après le début des événements, et Panetta lui-même a été mis au courant peu de temps après alors qu'il gagnait la Maison blanche pour une réunion préalablement programmée avec Barack Obama et le général Martin Dempsey, président de l'état-major interarmes des forces américaines.

Les trois hommes ont évoqué les réactions potentielles à ce qui se passait alors à Benghazi au cours de cette réunion qui a débuté très exactement 78 minutes après le début de l'attaque, relève le Pentagone.

"DES HEURES OU DES JOURS ?"

Panetta et Dempsey ont ensuite regagné le Pentagone pour une série de discussions avec le général Carter Ham, qui dirige l'AfriCom, et d'autres responsables militaires, entre minuit et 02h00 heure libyenne (18h00 et 20h00 heure de Washington), pour organiser la riposte.

A leur arrivée au Pentagone, une équipe de la CIA était en train d'évacuer le personnel du consulat de Benghazi. Mais l'ambassadeur Christopher Stevens était alors porté disparu.

Son corps a été retrouvé dans un hôpital local. Il a semble-t-il été asphyxié dans l'enceinte diplomatique incendiée par les assaillants. Les trois autres victimes américaine ont péri dans l'attaque du consulat et d'une annexe voisine de la CIA.

"Lorsque les premières informations sont arrivées, nous savions que l'ambassadeur ne pouvait être joint. Nous évaluions la possibilité d'un possible scénario d'exfiltration d'otage. Nous ne savions donc pas si cette opération allait devoir durer des heures ou des jours", a dit à la presse un haut responsable de la défense.

Lors des réunions de crise au Pentagone, il a été décidé de préparer l'envoi de deux équipes des unités antiterroristes des Marines spécialisées dans la sécurisation de sites et de deux unités des forces spéciales, une basée en Europe, l'autre aux Etats-Unis.

Une des deux équipes des Marines devait sécuriser l'ambassade de Tripoli, l'autre le consulat de Benghazi. Les deux unités des forces spéciales devaient rallier elles une base en Europe pour se préparer à une intervention.

Au moment où se tenaient ces réunions au Pentagone, une équipe de sécurité de six hommes partie de l'ambassade de Tripoli arrivait à Benghazi. Ils se sont posés à l'aéroport de la grande ville de l'Est libyen à 01h30 heure locale (19h30 heure de Washington).

D'après les données diffusées la semaine dernière par la CIA, ces six hommes auraient été retenus à l'aéroport pour tenter de localiser l'ambassadeur et d'organiser des transports. Ils seraient arrivés à la station de la CIA à Benghazi à 05h15 heure libyenne (23h15 heure de Washington) au moment où des obus de mortier commençaient à être tirés par des militants. Deux officiers américains ont péri dans ces tirs.

Une heure plus tard, une unité de l'armée libyenne est arrivée dans la base de la CIA et a aidé à l'évacuation de tous les personnels américains ainsi que des corps de l'ambassadeur et des trois autres Américains tués dans l'attaque.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

L’auteur du « Serment de Tobrouk »  rayonnait, ce jeudi matin, à Washington DC…Bernard Henri Lévy  était la semaine dernière, en effet, le seul invité français (et l’un des rares intervenants civils, non militaires) d’un symposium organisé par le groupe Newsweek-Daily Beast et intitulé, « The Hero Summit »: en français, le Sommet des Héros.

Et il y avait, au coeur de cette manifestation très fortement symbolique, le gratin de l’establishment politico-militaire américain : l’amiral William H. McRaven, patron des Operations Spéciales » et, à ce titre, organisateur de l’opération qui aboutit à la liquidation de Ben Laden, des vétérans des guerres d’Irak et d’Afghanistan. Ainsi qu’une équipe des quatre jeunes soldats qui sauvèrent, par hélitreuillage, une unité de GI coincés, l’année dernière, dans la Vallée de la Mort, en Afghanistan.

http://blogs.lexpress.fr/media/2012/11/19/bhl-honore-par-le-tombeur-de-ben-laden-et-le-gratin-de-lappareil-militaro-politico-americain

Link to comment
Share on other sites

z'aurait mieux fait de regarder un taxi pour Tobrouk  =D

https-~~-//www.youtube.com/watch?v=n-tK8mkxWWs

et puis :

https-~~-//www.youtube.com/watch?v=oTYCCrUi-SE

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,938
    Total Members
    1,749
    Most Online
    FlorianBlanchard54
    Newest Member
    FlorianBlanchard54
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...