Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Frappes sur la Libye, le sujet officiel!


Recommended Posts

MK joue assez finement pour l'instant, soufflant le chaud et le froid avec son cessez le feu pouvant destabiliser les pays les moins impliqués et surtout l'opinion public.

Le problème va être que si on commence, on va devoir terminer cette guerre et en aucun cas s'arrêter au milieu du chemin, tout en sachant que MK va se priver de mettre des volontaires euh boucliers humains euh des futurs victimes de dégâts collatéraux tout autour de ses sites stratégiques.

Il sait que cela jouera à nôtre désavantage en cas de pertes civils.

Autre point: le retournement de veste totale de l'Italie!

Il y a une semaine: Berlu disait qu'il ne ferait rien du fait du traité entre l'Italie et la Lybie concernant les interventions étrangères.

Puis Khadaffi dit être trahi par Berlu donc plus de contrat.

Enfin l'annonce hier comme quoi les appareils allant frapper la Lybie pourrait passer par des bases Italiennes.

De véritables girouettes ces Italiens (rien de nouveau en fait!).

Link to comment
Share on other sites

En effet, il joue bien l'ancien. C'est assez fin son affaire car depuis son cessez le feux, les frappes ne se justifient plus. Pour ce qui est de l'eau et de l'électricité, il peut toujours dire que c'est en panne.

De plus, il peut toujours nous gêner sur d'autres plans. A sa place, je faciliterais le départ de migrants en bateau vu notre sensibilité sur ce sujet.

Link to comment
Share on other sites

Suite a l appel de leur état major , des dizaines de vehicules et un camion lance roquette quitte benghazi pour la direction de al magroun (80 km plus au sud) afin de reprendre cette ville a l armée de khadafi d'apres des observateurs

(lien actualisé pour suivre la situation)

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/03/18/suivez-la-situation-en-libye-en-direct_1494962_3212.html#ens_id=1481986

Pendant ce temps là , al jezira, seule tv encore sur place annonce que l armee de khadafi avance vers benghazi...

beaucoup de contradictions...et de démentis... rien n est sûr

Link to comment
Share on other sites

Suite a l appel de leur état major , des dizaines de vehicules et un camion lance roquette quitte benghazi pour la direction de al magroun (80 km plus au sud) afin de reprendre cette ville a l armée de khadafi d'apres des observateurs

(lien actualisé pour suivre la situation)

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/03/18/suivez-la-situation-en-libye-en-direct_1494962_3212.html#ens_id=1481986

Pendant ce temps là , al jezira, seule tv encore sur place annonce que l armee de khadafi avance vers benghazi...

beaucoup de contradictions...et de démentis... rien n est sûr

ouais

chouette

des colonnes de civils à fond de la gachette dans des vehicules au blindage papier alu sur un axe previsible  O0

si on veut se suicider y'a plus simple que faire le canard pour l'artillerie automotrice de Duffy

Link to comment
Share on other sites

Case closed. A moins d'un raid venant du Tchad sur des milliers de kilomètres :rolleyes: :P :lol:.... Quelque part, on doute :-[ :rolleyes: :lol:.

bah une piste sommaire amménagée par les insurgés et des FS dans l'interieur du pays et hop un petit coup de Transall. faisable ?

Bon autrement les camions aujourd'hui c'est autre chose que les guimbardes à Leclerc. Si Leclerc l'a fait c'est faisable par la piste. Mais faut qu'ils soient partit il y a 10 jours et traversent des territoires "amis".

Autrement pour ton rezzou tu préconise quoi comme vehicule ?

allez je continue la lecture du thread, vous avez été prolifiques aujourd'hui ;)

Link to comment
Share on other sites

A savoir qu'à l'hôpital de Bengazy, les insurgés blessés le sont aux pieds.

En effet, ne connaissant pas les mesures de sécurité avec une arme, ils se rafalent dessus copieusement.

:O

A ce rythme là Kad n'a qu'a attendre qu'ils s'eliminent tout seuls !

Link to comment
Share on other sites

L'Article 35 de la Constitution française concernant l'envoi de troupes à l'étranger stipule que : "La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement. Le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l'étranger, au plus tard trois jours après le début de l'intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n'est suivi d'aucun vote. Lorsque la durée de l'intervention excède quatre mois, le Gouvernement soumet sa prolongation à l'autorisation du Parlement. Il peut demander à l'Assemblée nationale de décider en dernier ressort.

Si le Parlement n'est pas en session à l'expiration du délai de quatre mois, il se prononce à l'ouverture de la session suivante."

Link to comment
Share on other sites

Ces tergiversations me gavent au plus haut point.

Les agences de renseignement US confirment l'avancée des troupes et le non respect du cessez le feu.

http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/les-forces-de-kadhafi-marchent-sur-benghazi-selon-washington_974030.html

Qu'attendent Paris et Londres pour donner le green light pour les raids?

Bougez-vous le cul!!!

Link to comment
Share on other sites

Ils doivent avoir trois pas sur le recul prêts à l'emploi, vu les pressions qui doivent s'exercer dans la cour des grands; le point est de vraiment pas se rater, et sur ce plan, le théâtre opérationnel libyen est le moins dur à traiter. Il s'agit de convertir quelque chose de pas exceptionnellement dur militairement (mettre les troupes mobiles de Khadaf hors jeu dans un périmètre donné autour de Benghazi et de la "zone" de l'insurrection) en capital politique.... Parce que c'est à ça que sert l'armée du point de vue du décideur (tant que la situation n'est pas celle d'une invasion du pays où les choses sont plus tendues mais plus simples): fournir une base concrète pour avoir un point de plus dans les affaires du vaste monde. Une victoire militaire (ou une opération en cours avec avantage net et pas droit d'aller plus loin) peut être strictement sans lendemain, voire devenir un handicap, ou alors être un atout, suivant ce qui se passe sur le vrai théâtre opérationnel.

En tout cas, le "cessez le feu" proclamé par Gadaf a montré ce que valait la parole du personnage: non qu'il ait été fiable avant, mais là faut espérer que ce sera correctement utilisé pour démontrer qu'il n'y a rien à attendre de lui, ce que savent ses soutiens, mais exposer ça en place publique, c'est leur clouer le bec pour un moment.

Qu'attendent Paris et Londres pour donner le green light pour les raids?

D'avoir assez de moyens pour frapper beaucoup en une fois? D'attendre le bon moment pour optimiser l'effet politique, tant sur Gadaf que sur les Etats réticents à l'ONU? Que la lumière du jour soit bonne pour les caméras? Que les FS soient en place et aient pu trouver, sélectionner et désigner les cibles les plus utiles?
Link to comment
Share on other sites

D'avoir assez de moyens pour frapper beaucoup en une fois? D'attendre le bon moment pour optimiser l'effet politique, tant sur Gadaf que sur les Etats réticents à l'ONU? Que la lumière du jour soit bonne pour les caméras? Que les FS soient en place et aient pu trouver, sélectionner et désigner les cibles les plus utiles?

Tout ça en même temps.

Avoir de l'info, sur tout. Où sont les batteries anti-aériennes, de quoi sont-elles constituées, où sont les forces terrestres significatives de K et ainsi de suite.

Comment organiser la logistique, la mettre en place pour l'aviation.

Prévoir et installer sur les avions les armements adaptés aux différentes situations.

Où sont les "résistants", histoire de pas leur taper sur la gueule passsqu'on a repéré un ZSU 23/4 et que pas de bol, c'est pas un truc actionné par les forces de K, mais par le mouvement de résistance, le tout en plein désert ?

Comment synchroniser des actions entres des forces aériennes différentes.

C'est un gros boulot de savoir tout ça, le coordonner et ensuite préparer en conséquence les strykes qui en découleront.

Ca se fait pas en 5 mn.

Link to comment
Share on other sites

Sans compter que beaucoup de monde doit en se moment turbiner pour essayer de voir à quelle sauce les ricains vont baiser Anglais (ils sont plus habitués) et Français en capitalisant sur LEUR opération réussie :lol:, et essayer de limiter la casse.... Déjà arrivé ailleurs (en ex-Yougoslavie notamment): malgré le temps, les efforts, la souffrance et les humilations, voire les quelques rares réussites de l'histoire, ce sont les ricains qui ont raflé l'essentiel de ce qui a pu l'être, contrats de reconstruction et d'armements compris dans le package général avec le beau rôle et l'image de sérieux.

Link to comment
Share on other sites

Tout ça en même temps.

Avoir de l'info, sur tout. Où sont les batteries anti-aériennes, de quoi sont-elles constituées, où sont les forces terrestres significatives de K et ainsi de suite.

Rassurez moi, à la DRM, ils bossent combien de jours par an? Ils découvrent quand même pas où et de quoi est équipé MK quand même??

Comment organiser la logistique, la mettre en place pour l'aviation.

Comment synchroniser des actions entres des forces aériennes différentes.

C'est un gros boulot de savoir tout ça, le coordonner et ensuite préparer en conséquence les strykes qui en découleront.

Ca se fait pas en 5 mn.

J'ai cru entendre la diplomatie française être "prête" pour les raids?

Synchroniser des raids avec les Britanniques, Belges et Danois, ça ne se fait pas dans le cadre de l'OTAN ce genre de procédure? C'est tout nouveau pour nous?

Je veux bien qu'il y ait une chaine de commandement à mettre en place mais delà à attendre 4 jours...

Link to comment
Share on other sites

Rassurez moi, à la DRM, ils bossent combien de jours par an? Ils découvrent quand même pas où et de quoi est équipé MK quand même??

Ils ont peut etre du mal a retrouver les bon de commande :lol:

J'ai cru entendre la diplomatie française être "prête" pour les raids?

Synchroniser des raids avec les Britanniques, Belges et Danois, ça ne se fait pas dans le cadre de l'OTAN ce genre de procédure? C'est tout nouveau pour nous?

Je veux bien qu'il y ait une chaine de commandement à mettre en place mais delà à attendre 4 jours...

L'objectif diplomatique c'est de commencer les survol avec le plus de diversité possible, donc avec des arabes etc.

De plus chaun agit en son propre nom, donc pas de commandement OTAN ou autres, il faut donc organiser la coopération pour l'affectation des objectif et fixer les regles d'engagement et les modalité d'action. Qui s'occupe du controle aérien, qui assure le refueling, qui assure la CAP de telle zone et telle autre. Idem pour les condition d'attaque des site SAM, juste en riposte, en prévention, par qui ... En gros meme si le dossier est parfaitement documenté, il faut valider le plan et répartir les roles et fixer le tempo.

Link to comment
Share on other sites

L'objectif diplomatique c'est de commencer les survol avec le plus de diversité possible, donc avec des arabes etc.

De plus chaun agit en son propre nom, donc pas de commandement OTAN ou autres, il faut donc organiser la coopération pour l'affectation des objectif et fixer les regles d'engagement et les modalité d'action. Qui s'occupe du controle aérien, qui assure le refueling, qui assure la CAP de telle zone et telle autre. Idem pour les condition d'attaque des site SAM, juste en riposte, en prévention, par qui ... En gros meme si le dossier est parfaitement documenté, il faut valider le plan et répartir les roles et fixer le tempo.

Question bête, là tout de suite, qu'est ce qui l'empêche matériellement de faire décoller ses avions et de finir son offensive sur Benghazi ?

Link to comment
Share on other sites

bon dieux soit c'est des as du timing aux nerf d'acier soit c'est des nuls. Vu d'ici chaque heure compte. Il ya a pas moyen d'avoir quelques frappes d'avions non identifés avant que les diplomates aient mis la cerise sur leur gateaux ?

Link to comment
Share on other sites

qu'est ce qui l'empêche matériellement de faire décoller ses avions et de finir son offensive sur Benghazi

Ses avions pas en état de voler pour 90% d'entre eux, et le reste n'ayant pas vraiment de quoi faire mal de façon très décisive (ni en quantité ni en précision), peut-être? Une ville d'un million d'habitants, dont il a besoin de récupérer les installations pétrolières et portuaires, ça se "prend" pas avec quelques raids.... Qui cibleraient quoi?

Link to comment
Share on other sites

Question bête, là tout de suite, qu'est ce qui l'empêche matériellement de faire décoller ses avions et de finir son offensive sur Benghazi ?

Bein, le manque d'avions, de pilotes confirmés et d'armements adaptés à délivrer avec ce qu'il faut pour déterminer où larguer ce qu'il faut..

Après, une offensive aérienne, ça règle pas tout.

Faut ensuite occuper le terrain, et là, c'est pas sûr qu'il en ait les moyens, du moins à court terme.

Link to comment
Share on other sites

Ca fait un moment que je n'avais pas posté (mais je continue à vous lire !)

Tout d'abord, du même avis que Artyparis et Akhilleus : la guerre n'est pas un jeu...

Sinon, je me pose une question. Pourquoi ce volontarisme français ? Depuis quelques décennies, la France avait surtout été une nation suiveuse*, d'autant plus quand il s'agissait d'un pays ne s'inscrivant pas dans la zone d'influence française. Et Sarkozy a l'air en forme, allant mettre sur le devant de la scène, son BHL du moment. Gagnons les esprits !

Si cette intervention militaire peut apparaître contestable (ingérence, rapport à venir avec le monde arabe, etc.), elle peut aussi se comprendre et se justifier (émancipation arabe et démocratisation à défendre). Mais je me demande si notre président n'est pas également en train de faire payer à Kadhafi sa visite à Paris en 2007. Le ridicule de cette visite avait fait extrêmement mal à Sarkozy, que ce soit vis à vis de l'opinion française, ou même vis-à-vis de l'étranger (Sarkozy passait pour un clown aux yeux des autres dirigeants. La France aussi d'ailleurs). La période dorée du Président connaissait son premier accroc : jusque là, c'était l'état de grâce. Bref, Kadhafi n'a-t-il pas offert à Sarkozy la possibilité d'une vengeance personnelle (et acceptable que ce soit par le concert des nations ou les différentes opinions publiques) ? Perso, je ne suis pas en train de pleurer sur le sort de Kadhafi (m'avait personnellement gonflé lors de sa venue à Paris), mais j'ai bien l'impression que cette épisode de 2007 explique largement la posture française actuelle.

Désolé si cette question fut abordée dans un autre sujet.

* Et quand elle était la tête de proue, c'était justement pour calmer le jeu.

Tu peux même y ajouter a la suite du sketch de 2007, l'envoie de la légion pour le défilé de l'anniversaire de la révolution du guide avec 2 raffy en guise de bande son..... ;)

Il est clair voir même très clair que si lors de sa visite en 2007 sieur Mouamar avait eu la lumineuse idée d'honoré sa promesse de contrat de 14 milliards d'euros (vente de rafale compris), l'attitude de N.S aurais était un brin plus « couille-mollesque »......enfin a l'image de l’Europe quoi!!! O0

il n'y aurait eu guère plus que des condamnations officielle de principe, ce qui n'aurait fait ni chaud, ni froid au colonel grand guignol (mais ça, nous le savons tous).

Maintenant pour ce qui est de la France nation suiveuse depuis quelques décennies comme tu le fait remarqué très justement, il faut également rappeler que depuis quelques années dans le concert des nations il est de bonne aloi de prendre la France pour une brelle (french basching oblige ;)) et que ce petit jeu commence a devenir le hobbies préféré de quelques dirigeants (Laurent Gbagbo pour le dernier en date).

Personnellement, je suis prêt a accepter le sobriquet de « caniche français » mais seulement a la condition ou les autres prennent en considération que même les caniches ont des dents et que si ils ne sont pas capable de vous sauter a la gorge, ils peuvent encore vous chopez par les glaouis.....  :oops:

Par conséquent, partir montrer du biceps face au taré psychédélique dont la crédibilité seule et a l'image de son lifting me paraît,  médiatiquement parlant du pain bénis surtout lorsque l'ont connait la capacité de nuisance qu'il a pu fournir ces quarante dernière années entre ses pétrodollars et ses courses frénétique a l'armement, pour le reste la guerre reste la guerre avec son lot de consequense pour ceux qui la vive. :-\

De mon coté, les deux grandes questions qui me turlupine sont: Quid de l’après Kadhafi senior??? (par ce que lui, il va gicler, c'est quasi certain), fiston prenant la relève de papouner, redistribution des cartes entre les tributs libyenne, AQMI a l'affut....., un beau merdier en devenir.....

Et pourquoi diable la Russie n'a t'elle pas poser son veto, pour sauver un si juteux client??? 

Mais il continue a brouiller les cartes le bougre:

« 21h30. La Turquie annonce qu'elle examine la proposition libyenne de superviser le cessez-le-feu. La Libye a aussi demandé à Malte et à la Chine d'envoyer des observateurs »

http://www.leparisien.fr/crise-egypte/libye-l-ultimatum-de-paris-londres-et-washington-a-kadhafi-18-03-2011-1365287.php

Link to comment
Share on other sites

La résolution en francais http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/03/18/le-texte-de-la-resolution-sur-le-libye_1494976_3212.html

Voici le texte intégral de la résolution 1973 de l'ONU adopté à dix voix sur quinze et autorisant le recours à la force contre le régime de Kadhafi.

Le Conseil de sécurité,

Rappelant sa résolution 1970 (2011) du 26 février 2011,

Déplorant que les autorités libyennes ne respectent pas la résolution 1970 (2011),

Se déclarant vivement préoccupé par la détérioration de la situation, l'escalade de la violence et les lourdes pertes civiles,

Rappelant la responsabilité qui incombe aux autorités libyennes de protéger la population libyenne et réaffirmant qu'il incombe au premier chef aux parties à tout conflit armé de prendre toutes les mesures voulues pour assurer la protection des civils,

Condamnant la violation flagrante et systématique des droits de l'homme, y compris les détentions arbitraires, disparitions forcées, tortures et exécutions sommaires,

Condamnant également les actes de violence et d'intimidation que les autorités libyennes commettent contre les journalistes, les professionnels des médias et le personnel associé et engageant vivement celles-ci à respecter les obligations mises à leur charge par le droit international humanitaire, comme indiqué dans la résolution 1738 (2006),

Considérant que les attaques généralisées et systématiques actuellement commises en Jamahiriya arabe libyenne contre la population civile peuvent constituer des crimes contre l'humanité,

Rappelant le paragraphe 26 de la résolution 1970 (2011) dans lequel il s'est déclaré prêt à envisager de prendre d'autres mesures pertinentes, si nécessaire, pour faciliter et appuyer le retour des organismes d'aide humanitaire et rendre accessible en Jamahiriya arabe libyenne une aide humanitaire et une aide connexe,

Se déclarant résolu à assurer la protection des civils et des secteurs où vivent des civils, et à assurer l'acheminement sans obstacle ni contretemps de l'aide humanitaire et la sécurité du personnel humanitaire,

Rappelant que la Ligue des États arabes, l'Union africaine et le Secrétaire général de l'Organisation de la Conférence islamique ont condamné les violations graves des droits de l'homme et du droit international humanitaire qui ont été et continuent d'être commises en Jamahiriya arabe libyenne,

Prenant note du communiqué final de l'Organisation de la Conférence islamique en date du 8 mars 2011 et du communiqué du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine en date du 10 mars 2011 portant création d'un comité ad hoc de haut niveau sur la Libye,

Prenant note également de la décision du Conseil de la Ligue des États arabes, en date du 12 mars 2011, de demander l'imposition d'une zone d'exclusion aérienne contre l'armée de l'air libyenne et de créer des zones protégées dans les secteurs exposés aux bombardements à titre de précaution pour assurer la protection du peuple libyen et des étrangers résidant en Jamahiriya arabe libyenne,

Prenant note en outre de l'appel à un cessez-le-feu immédiat lancé par le Secrétaire général le 16 mars 2011,

Rappelant sa décision de saisir le Procureur de la Cour pénale international de la situation en Jamahiriya arabe libyenne depuis le 15 février 2011 et soulignant que les auteurs d'attaques, y compris aériennes et navales, dirigées contre la population civile, ou leurs complices doivent répondre de leurs actes,

Se déclarant à nouveau préoccupé par le sort tragique des réfugiés et des travailleurs étrangers forcés de fuir la violence en Jamahiriya arabe libyenne, se félicitant que les États voisins, en particulier la Tunisie et l'Égypte, aient répondu aux besoins de ces réfugiés et travailleurs étrangers, et demandant à la communauté internationale d'appuyer ces efforts,

Déplorant que les autorités libyennes continuent d'employer des mercenaires,

Considérant que l'interdiction de tous vols dans l'espace aérien de la Jamahiriya arabe libyenne est importante pour assurer la protection des civils et la sécurité des opérations d'assistance humanitaire et décisive pour faire cesser les hostilités en Jamahiriya arabe libyenne,

Inquiet également pour la sécurité des étrangers en Jamahiriya arabe libyenne et pour leurs droits,

Se félicitant que le Secrétaire général ait nommé M. Abdel-Elah Mohamed Al-Khatib Envoyé spécial en Libye et soutenant ses efforts pour apporter une solution durable et pacifique à la crise en Jamahiriya arabe libyenne,

Réaffirmant son ferme attachement à la souveraineté, à l'indépendance, à l'intégrité territoriale et à l'unité nationale de la Jamahiriya arabe libyenne,

Constatant que la situation en Jamahiriya arabe libyenne reste une menace pour la paix et la sécurité internationales,

Agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies,

1. Exige un cessez-le-feu immédiat et la cessation totale des violences et de toutes les attaques et exactions contre la population civile;

2. Souligne qu'il faut redoubler d'efforts pour apporter une solution à la crise, qui satisfasse les revendications légitimes du peuple libyen, et note que le Secrétaire général a demandé à son Envoyé spécial de se rendre en Jamahiriya arabe libyenne et que le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine a décidé d'envoyer son Comité ad hoc de haut niveau sur la Libye sur place pour faciliter un dialogue qui débouche sur les réformes politiques nécessaires à un règlement pacifique et durable;

3. Exige des autorités libyennes qu'elles respectent les obligations qui leur incombent en vertu du droit international, y compris le droit international humanitaire, du droit des droits de l'homme et du droit des réfugiés, et prenne toutes les mesures pour protéger les civils et satisfaire leurs besoins élémentaires, et pour garantir l'acheminement sans obstacle ni contretemps de l'aide humanitaire;

Protection civile

4. Autorise les États Membres qui ont adressé au Secrétaire général une notification à cet effet et agissent à titre national ou dans le cadre d'organismes ou d'arrangements régionaux et en coopération avec le Secrétaire général, à prendre toutes mesures nécessaires, nonobstant le paragraphe 9 de la résolution 1970 (2011), pour protéger les populations et les zones civiles menacées d'attaque en Jamahiriya arabe libyenne, y compris Benghazi, tout en excluant le déploiement d'une force d'occupation étrangère sous quelque forme que ce soit et sur n'importe quelle partie du territoire libyen, et prie les États Membres concernés d'informer immédiatement le Secrétaire général des mesures qu'ils auront prises en vertu des pouvoirs qu'ils tirent du présent paragraphe et qui seront immédiatement portées à l'attention du Conseil de sécurité;

5. Mesure l'importance du rôle que joue la Ligue des États arabes dans le maintien de la paix et de la sécurité régionales et, gardant à l'esprit le Chapitre VIII de la Charte des Nations Unies, prie les États Membres qui appartiennent à la Ligue de coopérer avec les autres États Membres àl'application du paragraphe 4;

Zone d'exclusion aérienne

6. Décide d'interdire tous vols dans l'espace aérien de la Jamahiriya arabe libyenne afin d'aider à protéger les civils;

7. Décide également que l'interdiction imposée au paragraphe 6 ne s'appliquera pas aux vols dont le seul objectif est d'ordre humanitaire, comme l'acheminement d'une assistance, notamment de fournitures médicales, de denrées alimentaires, de travailleurs humanitaires et d'aide connexe, ou la facilitation de cet acheminement, ou encore l'évacuation d'étrangers de la Jamahiriya arabe libyenne, qu'elle ne s'appliquera pas non plus aux vols autorisés par les paragraphes 4 ci-dessus ou 8 ci-dessous ni à d'autres vols assurés par des États agissant en vertu de l'autorisation accordée au paragraphe 8 dont on estime qu'ils sont dans l'intérêt du peuple libyen et que ces vols seront assurés en coordination avec tout mécanisme établi en application du paragraphe 8;

8. Autorise les États Membres qui ont adressé aux Secrétaires généraux de l'Organisation des Nations Unies et de la Ligue des États arabes une notification à cet effet, agissant à titre national ou dans le cadre d'organismes ou d'arrangements régionaux, à prendre au besoin toutes mesures nécessaires pour faire respecter l'interdiction de vol imposée au paragraphe 6 ci-dessus et faire en sorte que des aéronefs ne puissent être utilisés pour des attaques aériennes contre la population civile et demande aux États concernés, en coopération avec la Ligue des États arabes, de procéder en étroite coordination avec le Secrétaire général s'agissant des mesures qu'ils prennent pour appliquer cette interdiction, notamment en créant un mécanisme approprié de mise en œuvre des dispositions des paragraphes 6 et 7 ci-dessus;

9. Appelle tous les États Membres agissant à titre national ou dans le cadre d'organismes ou d'arrangements régionaux à fournir une assistance, notamment pour toute autorisation de survol nécessaire, en vue de l'application des paragraphes 4, 6, 7 et 8 ci-dessus;

10. Prie les États Membres concernés de coordonner étroitement leur action entre eux et avec le Secrétaire général s'agissant des mesures qu'ils prennent pour mettre en œuvre les paragraphes 4, 6, 7 et 8 ci-dessus, notamment les mesures pratiques de suivi et d'approbation de vols humanitaires ou d'évacuation autorisés;

11. Décide que les États Membres concernés devront informer immédiatement le Secrétaire général et le Secrétaire général de la Ligue des États arabes des mesures prises en vertu des pouvoirs qu'ils tirent du paragraphe 8 ci-dessus et notamment soumettre un concept d'opérations;

12. Prie le Secrétaire général de l'informer immédiatement de toute mesure prise par les États Membres concernés en vertu des pouvoirs qu'ils tirent du paragraphe 8 ci-dessus et de lui faire rapport dans les sept jours et puis tous les mois sur la mise en œuvre de la présente résolution, notamment pour ce qui est de toute violation de l'interdiction de vol imposée au paragraphe 6 ci-dessus;

Application de l'embargo sur les armes

13. Décide que le paragraphe 11 de la résolution 1970 (2011) sera remplacé par le paragraphe suivant : " Demande à tous les États Membres, en particulier aux États de la région, agissant à titre national ou dans le cadre d'organismes ou d'arrangements régionaux, afin de garantir la stricte application de l'embargo sur les armes établi par les paragraphes 9 et 10 de la résolution 1970 (2011), de faire inspecter sur leur territoire, y compris dans leurs ports maritimes et aéroports et en haute mer, les navires et aéronefs en provenance ou à destination de la Jamahiriya arabe libyenne, si l'État concerné dispose d'informations autorisant raisonnablement à penser que tel chargement contient des articles dont la fourniture, la vente, le transfert et l'exportation sont interdits par les paragraphes 9 ou 10 de la résolution 1970 (2011), telle que modifiée par la présente résolution; s'agissant notamment de mercenaires armés, prie tous les États de pavillon ou d'immatriculation de ces navires et aéronefs de coopérer à toutes inspections et autorise les États Membres à prendre toutes mesures dictées par la situation existante pour procéder à ces inspections ";

14. Prie les États Membres qui prennent des mesures en haute mer par application du paragraphe 13 ci-dessus de coordonner étroitement leur action entre eux et avec le Secrétaire général et prie également l'État concerné d'informer immédiatement le Secrétaire général et le Comité créé conformément au paragraphe 24 de la résolution 1970 (2011) (" le Comité ") des mesures prises en vertu des pouvoirs conférés par le paragraphe 13 ci-dessus;

15. Demande à tout État Membre qui procède à titre national ou dans le cadre d'un organisme ou d'un arrangement régional à une inspection, en application du paragraphe 13 ci-dessus, de présenter au Comité par écrit et sans délai un rapport initial exposant en particulier les motifs de l'inspection et les résultats de celle-ci et indiquant s'il y a eu coopération ou non et, si des articles dont le transfert est interdit ont été découverts, demande également audit État Membre de présenter par écrit au Comité, à une étape ultérieure, un rapport écrit donnant des précisions sur l'inspection, la saisie et la neutralisation, ainsi que des précisions sur le transfert, notamment une description des articles en question, leur origine et leur destination prévue, si ces informations ne figurent pas dans le rapport initial;

16. Déplore les flux continus de mercenaires qui arrivent en Jamahiriya arabe libyenne et appelle tous les États Membres à respecter strictement les obligations mises à leur charge par le paragraphe

9 de la résolution 1970 (2011) afin d'empêcher la fourniture de mercenaires armés à la Jamahiriya arabe libyenne;

Interdiction des vols

17. Décide que tous les États interdiront à tout aéronef enregistré en Jamahiriya arabe libyenne, appartenant à toute personne ou compagnie libyenne ou exploité par elle, de décoller de leur territoire, de le survoler ou d'y atterrir, à moins que le vol ait été approuvé par avance par le Comité ou en cas d'atterrissage d'urgence;

18. Décide que tous les États interdiront à tout aéronef de décoller de leur territoire, d'y atterrir ou de le survoler s'ils disposent d'informations autorisant raisonnablement à penser que l'aéronef en question contient des articles dont la fourniture, la vente, le transfert ou l'exportation sont interdits par les paragraphes 9 et 10 de la résolution 1970 (2011), telle que modifiée par la présente résolution, notamment des mercenaires armés, sauf en cas d'atterrissage d'urgence;

Gel des avoirs

19. Décide que le gel des avoirs imposé aux paragraphes 17, 19, 20 et 21 de la résolution 1970 (2011) s'appliquera aux fonds, autres avoirs financiers ou ressources économiques se trouvant sur le territoire des États Membres qui sont détenus ou contrôlés, directement ou indirectement, par les autorités libyennes, désignées comme telles par le Comité, ou par des personnes ou entités agissant pour son compte ou sous ses ordres, ou par des entités détenues ou contrôlées par eux et désignées comme telles par le Comité, et décide également que tous les États devront veiller à empêcher leurs nationaux ou toute personne ou entité se trouvant sur leur territoire de mettre des fonds, autres avoirs financiers ou ressources économiques à la disposition des autorités libyennes, désignées comme telles par le Comité, des personnes ou entités agissant pour son compte ou sous ses ordres, ou des entités détenues ou contrôlées par eux et désignées comme telles par le Comité, ou d'en permettre l'utilisation à leur profit et demande au Comité de désigner ces autorités, personnes et entités dans un délai de 30 jours à dater de l'adoption de la présente résolution et ensuite selon qu'il y aura lieu;

20. Se déclare résolu à veiller à ce que les avoirs gelés en application du paragraphe 17 de la résolution 1970 (2011) soient à une étape ultérieure, dès que possible, mis à la disposition du peuple de la Jamahiriya arabe libyenne et utilisés à son profit;

21. Décide que tous les États exigeront de leurs nationaux et ressortissants et des sociétés sises sur leur territoire ou relevant de leur juridiction de faire preuve de vigilance dans leurs échanges avec des entités enregistrées en Jamahiriya arabe libyenne ou relevant de la juridiction de ce pays, ou toute personne ou entité agissant pour leur compte ou sous leurs ordres, et avec des entités détenues ou contrôlées par elles si ces États ont des raisons de penser que de tels échanges peuvent contribuer à la violence ou à l'emploi de la force contre les civils;

Désignation

22. Décide que les personnes désignées à l'annexe I tombent sous le coup de l'interdiction de voyager imposée aux paragraphes 15 et 16 de la résolution 1970 (2011) et décide également que les personnes et entités désignées à l'annexe II sont visées par le gel des avoirs imposé aux paragraphes 17, 19, 20 et 21 de la résolution 1970 (2011);

23. Décide que les mesures prévues aux paragraphes 15, 16, 17, 19, 20 et 21 de la résolution 1970 (2011) s'appliqueront aussi à toutes personnes et entités dont le Conseil ou le Comité ont établi qu'elles ont violé les dispositions de la résolution 1970 (2011), en particulier ses paragraphes 9 et 10, ou qu'elles ont aidé d'autres à les violer;

Groupe d'experts

24. Prie le Secrétaire général de créer, pour une période initiale d'un an, en consultation avec le Comité créé par la résolution 1970 (2011) (le " Comité "), un groupe de huit experts au maximum (le " Groupe d'experts ") qui sera placé sous la direction du Comité et s'acquittera des tâches suivantes :

a) Aider le Comité à s'acquitter de son mandat, tel que défini au paragraphe 24 de la résolution 1970 (2011) et de la présente résolution;

b) Réunir, examiner et analyser des informations provenant des États, d'organismes des Nations Unies compétents, d'organisations régionales et d'autres parties intéressées concernant l'application des mesures édictées dans la résolution 1970 (2011) et dans la présente résolution, en particulier les violations de leurs dispositions;

c) Faire des recommandations sur les décisions que le Conseil, le Comité ou les États pourraient envisager de prendre pour améliorer l'application des mesures pertinentes;

d) Remettre au Conseil un rapport d'activité au plus tard 90 jours après sa création, et lui remettre un rapport final comportant ses conclusions et recommandations au plus tard 30 jours avant la fin de son mandat;

25. Engage instamment tous les États, les organismes compétents des Nations Unies et les autres parties intéressées à coopérer pleinement avec le Comité et avec le Groupe d'experts, notamment en leur communiquant toutes informations à leur disposition sur l'application des mesures édictées par la résolution 1970 (2011) et par la présente résolution, en particulier les violations de leurs dispositions;

26. Décide que le mandat du Comité, tel que défini au paragraphe 24 de la résolution 1970 (2011), s'étendra aux mesures prévues par la présente résolution;

27. Décide que tous les États, y compris la Jamahiriya arabe libyenne, prendront les mesures nécessaires pour s'assurer qu'aucune réclamation ne soit instruite à l'initiative des autorités libyennes ou de toute personne ou entité de la Jamahiriya arabe libyenne ou par toute personne déclarant agir par leur intermédiaire ou pour leur compte en liaison avec tout contrat ou autre transaction dont la réalisation aura été affectée en raison des mesures imposées par sa résolution 1970 (2011), par la présente résolution ou par d'autres résolutions connexes;

28. Réaffirme qu'il entend continuer de suivre les agissements des autorités libyennes et souligne qu'il est disposé à revoir à tout moment les mesures imposées par la présente résolution et par la résolution 1970 (2011), y compris à les renforcer, les suspendre ou les lever, selon que les autorités libyennes respectent les dispositions de la présente résolution et de la résolution 1970 (2011);

29. Décide de rester activement saisi de la question.

Link to comment
Share on other sites

Quelques questions sur les cibles:

Viser les multiplicateurs de force

Avions de combat:

la lybie bénéficie t-elle d'hangars blindés de caches souterraines?

Navires de combat:

Des unités navales ont elles bombardé les insurgés, dans ce cas elles pourraient être des cibles pour nos rubis et les trafalgar?

ces unités ont elles une capacité de nuisance?

Toujours dans le domaine naval la lybie maintient -elle son (ses ?) foxtrot au niveau opérationnel? si oui c'est une cible prioritaire (n'imaginons pas un immense coup de bol qui verrait un navire brit ou français être coulé)

Forces terrestres

Chars pièces d'artillerie blindés divers

il faudra déployer des troupes au sol (guidage)

une idée: est -il possible de déployer des hélicoptères de combat APACHES / TIGRES sur les BPC / MISTRAL OCEAN quite à établir des points de ravitaillement sur le sol lybien?

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,772
    Total Members
    1,550
    Most Online
    U235
    Newest Member
    U235
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...