Recommended Posts

Il y a 7 heures, Shorr kan a dit :

Il n'y a pas de signification particulière à trouver aux propos de Musk. Il a du lâcher ça comme ça. Ou au minimum, lui demander ce qu'il a voulu dire.

Après, comme toujours, c'est surtout un affrontement alimenté par la nature clivante de la personnalité du bonhomme, avec les pours et les contres qui se lancent dans l’exégèse de propos trop brefs pour qu'on soit certain de leur sens.

 

Space X compte quand même lancer une mission vers Mars tout les 2 ans après la 1er programmée en 2018. C'est de nature à accumuler pas mal de données, surtout pour ce qui est de l’atterrissage d’objets relativement lourd sur la surface de la planète, ce que personne ne maîtrise à l'heure actuel, je le rappel. Pas même la NASA. Cette dernière sera certainement très intéressé par le retour d’expérience et Elon Musk de son coté disposé à monnayer cet atout par une collaboration plus étroite qu'elle ne l'est déjà et un partenariat privilégié.

Car je n'imagine pas Space X ne pas s'associer massivement à l'agence spatial américaine pour une mission martienne avec des humains ; tant par les moyens colossaux qu'il faudra mobiliser que j'imagine mal aussi le gouvernement américain laisser se faire devancer par une de ses propres entreprises:laugh:.

Il est déjà prévu un accord de coopération technique entre SpaceX et la Nasa sur ce sujet :

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/vols-habites-nasa-ira-t-elle-mars-spacex-63136/

 

"Avec cette date de lancement, la Nasa ne devrait pas fournir de charges utiles pour la mission de 2018. Mais, en vertu d’un accord, elle fournira un soutien technique à SpaceX en échange des « données EDL » (c'est-à-dire concernant l'entrée atmosphèrique, la descente et l'atterrissage)."

"Pour la mission de 2020, la Nasa étudie la possibilité d’installer sur la capsule Red Dragon une petite unité « ISRU » (in-situ resource utilization) pour convertir le dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère martienne en oxygène"

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
On ‎5‎/‎26‎/‎2016 at 4:01 PM, chaba said:

Par ailleurs le planning des lancements futurs de SpaceX continue de deriver gentillement et nous avons maintenant pour les trois prochains mois :

  • 16 juin @ circa 16h30 (Europe time) - Eutelsat 117 - Cape Canaveral
  • 16 juillet (au lieu du 27 juin) @ circa 07h32 (Europe time) - CRS-9 vers l'ISS - Cape Canaveral
  • juillet (aussi ??) - Amos 9 - Cape Canaveral
  • juillet - Formosat 5 - Vandenberg
  • juillet (aussi ??) - Iridium 1-10 - Vandenberg
  • etc...
  • Decembre (au lieu de novembre) - Falcom Heavy

Observons que depuis decembre, SpaceX realise en fait un lancement par mois et qu'il serait absolument remarquable qu'ils parviennent a en faire quatre au mois de juillet. Wait en see...

Le planning actuel est le suivant:

  • 18 juillet (au lieu du 16) @ 12h45 EDT - CRS-9 vers l'ISS - Cape Canaveral
  • aout - JCSAT-16 - Cape Canaveral
  • septembre (au lieu de juillet) - Amos 6 - Cape Canaveral
  • Entre juillet et septembre (au lieu de juillet) - Formosat 5 - Vandenberg
  • 12 septembre (au lieu de juillet) - Iridium 1-10 - Vandenberg
  • octobre - SES-11 - Cape Canaveral
  • 21 novembre - CRS-10 vers l'ISS - Cape Canaveral

De decembre 2015 a juin, SpaceX a realise 7 tirs et ils semblent rester sur cette cadence mensuelle pour les mois prochains. Les deux lancements depuis Vanenberg ne cessent de glisser dans le temps; pourquoi ? Mystere... De meme pour celui de l'Amos 6, ce qui pour celui-la ressemble un peu a un satellite qui ne serait pas pret.

A noter que le prochain tir de la Falcon 9 visera l'orbite basse (cargo Dragon pour CRS-9 vers l'ISS) ce qui permettra une tentative de recuperation du premier etage vers la terre ferme et dans des conditions normalement plus favorables a un succes. SpaceX n'a pas souhaite communiquer sur les raisons techniques de l'echec de la tentative de recuperation de l'etage sur la barge a la mi-juin pour le tir d'Eutelsat 117. Comme je ne veux pas croire qu'ils ne savent pas, ils doivent considerer qu'il s'agit d'un secret commercial... On en est a 4 succes de retour du premier etage sur les 7 derniers lancements. De meme toujours pas d'annonce ferme quant a la premiere re-utilisation d'un etage revenu entier, la derniere annonce de SpaceX parle de septembre-octobre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils avaient prévu combien de tir cette année ? 20 il me semble non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils avaient annonce 18 tirs je crois.

Partis comme ils sont partis, cela fera 12 + les 2 depuis Vandenberg + (maybe maybe...) le premier de FalconHavy en novembre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils promettaient en effet 18 lancements en 2016... :rolleyes: : 

Je ne veux pas trop accabler E. Musk sur ce point, car il n'y a pas que SpaceX qui rencontre des difficultés pour monter en cadence :

Citation

La capacité d’Arianespace plafonne à 10 ou 12 lancements maximum par an. Il y a encore quelques temps, la barre des 10 lancements par an depuis le centre spatial guyanais apparaissait encore comme un "plafond de verre". http://www.usinenouvelle.com/article/pourquoi-le-mirifique-contrat-oneweb-ne-peut-echapper-a-arianespace.N336400 

Je garde à l'esprit que l'URSS atteignait des rythmes bien plus élevés (tous les 10 jours?), et que la chose s'avère donc possible. Mais il semblerait qu'avec la cadence, la difficulté croisse plus que proportionnellement (exponentiellement?) SpaceX pourra donc certainement résoudre le problème, mais quand?
Car avec un lancement par mois, on peut s'interroger sur la pertinence d'une fusée réutilisable. Il me semble qu'Arianespace ou la NASA avait lancé des études qui estimaient qu'à une telle cadence, il s'avérait financièrement plus intéressant de disposer d'usines capables de fournir 10-12 fusées par an.

Or actuellement, on ignore si les tarifs de SpaceX lui permettent non seulement de couvrir ses frais de lancement, mais aussi de commencer à amortir son outil de production. Pour le savoir, il faudrait connaître les comptes de la société. A ma connaissance, le public n'y a pas accès. Les choses changeraient, si l'entreprise se retrouvait cotée en Bourse, mais A. Musk ne l'envisage pas à court/ moyen terme  ( https://www.thestreet.com/story/11943630/1/spacex-ipo-possible-in-the-very-long-term.html ) Et quand on connait sa propension à ne pas respecter les délais, ça laisse encore de la marge :tongue:  

En fait la démarche du PDG, m'évoque celle de P. Drahi ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Drahi#Investissements_et_achats_en_France ): profiter des taux bas et des conditions financières actuelles très favorables pour emprunter autant que possible et grossir très très vite. Le jour où le marché se retournera, il sera temps de ralentir le rythme et de faire fructifier ses acquis. En l'occurrence, pas tant des biens matériel que des connaissances. Par exemple, la rétropropulsion supersonique, à savoir (...) présenter durant la phase supersonique de rentrée dans l’atmosphère un jet de réacteur contre le flot relatif supersonique de l'air, ce qui va étendre le plasma généré par la rentrée dans l’atmosphère, et ainsi augmenter le freinage aérodynamique (...) Cette technique, le Falcon 9 l’utilise déjà pour la récupération des étages principaux du lanceur. Donc, chaque tentative de récupération d’étages s’apparente à autant d’essais grandeur nature pour étudier comment atterrir sur Mars. (...) http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/vols-habites-nasa-ira-t-elle-mars-spacex-63136/

Est-ce que ça marchera? J'avoue rester sceptique. Avant tout parce que la crise de 2008 me laisse quelque peu réservé en ce qui concerne la sagacité des investisseurs :ph34r:. Je me demande en effet si le charisme et les déclarations exagérément optimistes d'Elon Musk ne les leurrent pas un peu. Avec des retours sur terre qui peuvent s'avérer compliqués, dans d'autres domaines:

Citation

(...) Musk veut (...) un géant des énergies propres. Mardi 21 juin, le (...) patron de Tesla a lancé une offre (...) sur SolarCity. Le constructeur de voitures (...) propose (...) 2,8 milliards de dollars (...) pour (...) le fabricant de panneaux solaires (...)
En attendant, cette annonce ne satisfait pas les investisseurs (...), l’action de Tesla chutait de plus de 12 %. Le groupe automobile pourrait (...) acquérir une entreprise (...) déficitaire. L’an passé, ses pertes ont plus que doublé pour (...) davantage que le chiffre d’affaires (...) sur la même période. (...)
(...) Selon M. Musk, ce rachat permettra de convertir de nouveaux consommateurs à l’énergie solaire. « La plupart de nos clients sont intéressés par le solaire », assure-t-il. (...) http://siliconvalley.blog.lemonde.fr/2016/06/22/tesla-veut-racheter-le-fabricant-de-panneaux-solaires-solarcity/ 

Je pense cependant que SpaceX n'a pas à s'inquiéter pour son financement à court terme. Sauf si son PDG décide brusquement que ses capsules spatiales devraient disposer des panneaux solaires de SolarCity, ou que les turbopompes des moteurs fusées marcheraient beaucoup mieux  avec l'électricité des batteries de Tesla Motors  :rolleyes:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui est surprenant surtout c'est que la production de 24 lanceurs par ans chez spaceX est annonce depuis 2 ans. Du coup je serais curieux de savoir ou ça coince. Et en effet je doute qu'ils puissent tenir leur business modèle avec une douzaine de lancements par ans. Leur objectif est clairement de 24 voir plus.

Pour Arianespace attention quand même. Je pense que le gros des limitations vient aujourd'hui d'Ariane 5 qui ne doit pas trop pouvoir tourner a plus de 6 a 7 lancements par ans (cette année étant exceptionnelle avec 8 lancement possibles). Mais le carnet de commande de Soyuz a Kourou est plutôt vide et ils doivent donc pouvoir presque dédier tous les lancements de Soyuz pour OneWeb (2 a 3 par ans en temps normal). Et vont utiliser il me semble Soyuz en Russie également.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, seb24 a dit :

Ce qui est surprenant surtout c'est que la production de 24 lanceurs par ans chez spaceX est annonce depuis 2 ans. Du coup je serais curieux de savoir ou ça coince. Et en effet je doute qu'ils puissent tenir leur business modèle avec une douzaine de lancements par ans. Leur objectif est clairement de 24 voir plus.

Pour Arianespace attention quand même. Je pense que le gros des limitations vient aujourd'hui d'Ariane 5 qui ne doit pas trop pouvoir tourner a plus de 6 a 7 lancements par ans (cette année étant exceptionnelle avec 8 lancement possibles). Mais le carnet de commande de Soyuz a Kourou est plutôt vide et ils doivent donc pouvoir presque dédier tous les lancements de Soyuz pour OneWeb (2 a 3 par ans en temps normal). Et vont utiliser il me semble Soyuz en Russie également.

Peut-être qu'ils avaient prévu leur cadencement sur la base de la récupération des 1ers étages.

Dans tous les cas, ils sont effectivement en retard sur le feuille de route (nombre de lancements comme fréquence).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, TarpTent a dit :

Peut-être qu'ils avaient prévu leur cadencement sur la base de la récupération des 1ers étages.

Dans tous les cas, ils sont effectivement en retard sur le feuille de route (nombre de lancements comme fréquence).

Ils avaient prévu annoncés la production de 24 corps de lanceurs par ans. Du coup sans réutilisation. Bon après ils ont eu le boulot sur l’évolution du lanceur + l’échec de l'an dernier. Mais j'aurais pense que cette année aurait été la bonne justement. Du coup je serais curieux de connaître les dessous de l'affaire :biggrin: .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 27/06/2016 à 03:52, chaba a dit :

Les deux lancements depuis Vanenberg ne cessent de glisser dans le temps; pourquoi ? Mystere...

Le déménagement de tout le système de contrôle du "Range" de la base était prévu pour Mars de cette année, il a finalement débuté en Mai et ne devrait être terminé que vers le 20 Août. Après cela, les missions militaires en retards auront priorités, le premier lancement de SpaceX pour la constellation Next-Iridium devant intervenir "pas avant" (NET) le 12 Septembre.

Le 27/06/2016 à 10:58, chaba a dit :

Ils avaient annonce 18 tirs je crois.

Partis comme ils sont partis, cela fera 12 + les 2 depuis Vandenberg + (maybe maybe...) le premier de FalconHavy en novembre.

S'il en font quinze cela sera tout de même "légèrement" mieux que les 7 de l'année dernière, surtout que la mise en condition du pas LC-36A a pris énormément de retard dut à l'hésitation de la Nasa et SpaceX sur le planning et les moyens de démontage à employer de certaines structures hérités de l'ère Navette.

Le nouveau centre de lancement au Texas ayant lui aussi prit du retard du à la nécessité de travaux de terrassement beaucoup plus important que prévus.

Dernière nouvelle: l’autorisation pour construire deux autres pas d'atterrissage près de LZ-1 au Cap, est entrée en phase de consultation publique jusqu'à la fin de Juillet, après quoi les travaux devraient rapidement débuter pour que le complexe soit en mesure d’accueillir les trois corps principaux de la Falcon Heavy.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 27/06/2016 à 03:52, chaba a dit :

Le planning actuel est le suivant:

  • 18 juillet (au lieu du 16) @ 12h45 EDT - CRS-9 vers l'ISS - Cape Canaveral
  • aout - JCSAT-16 - Cape Canaveral
  • septembre (au lieu de juillet) - Amos 6 - Cape Canaveral
  • Entre juillet et septembre (au lieu de juillet) - Formosat 5 - Vandenberg
  • 12 septembre (au lieu de juillet) - Iridium 1-10 - Vandenberg
  • octobre - SES-11 - Cape Canaveral
  • 21 novembre - CRS-10 vers l'ISS - Cape Canaveral

Pour l'instant on a ce planing:

- 18 Juillet, CRS-9, CCAFB;

-10 Août, JCSAT-16, CCAFB;

- 22 Août, Amos 6, CCAFB;

- 12 Septembre, Iridium-1, VAFB.;

- mi-Septembre, SES-10, CCAFB;

- fin Septembre ou début Octobre, Echostar 23, CCAFB;

- Octobre, Formosat-5, VAFB;

- fin Octobre, SES-11 depuis CCAFB ou KSC;

- 11 Novembre, CRS-10, CCAFB;

- fin Novembre, KoreaSat-5A, CCAFB;

- Decembre, Iridium-2, VAFB;

- fin Décembre, Falcon Heavy Demo, KSC;

- reste possible à la mi-Décembre, BulgariaSat-1, CCAFB;

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne crois pas avoir vu ces info dans le fil: 

Il s'agit d'études sur les pistes technologiques du futur vaisseau vers Mars. Extraits:

Citation

Au cours du second semestre 2014, nous nous sommes livrés à l’exercice périlleux d’une étude de « Mars Colonization Transport » (MCT) répondant aux quelques rares indications données par SpaceX sur ses intentions (étude publiée sur le site public d’APM, www.planete-mars.com). Le point déterminant des données était la définition du lanceur alors apparemment envisagé, un super Falcon Heavy de trois modules récupérables de 10 m de diamètre équipés de 9 moteurs Raptor de 450 tonnes de poussée unitaire et capable (nous l’avons vérifié) de placer 300 tonnes en orbite basse terrestre (LEO). Ce niveau de performance permet d’expédier environ 100 tonnes vers Mars et, en fin de compte, si l’on entend que le vaisseau soit une navette aller-retour entièrement récupérable, de déposer sur le sol martien une charge utile de moins de 20 tonnes.
Ces résultats conduisaient à conclure à une incohérence par rapport à l’objectif assigné par Elon Musk, à savoir une charge utile de 100 tonnes. Mais le lanceur annoncé paraissait d’une taille déjà tellement audacieuse que l’on pouvait se demander si l’ambition du projet ne serait pas, par la force des choses, revue à la baisse. (...)

 

Citation

Notre première étude s’était attachée à examiner les limites du concept « Tout-en-Un », c’est-à-dire d’un Mars Colonization Transport comprenant un seul lancement et un seul vaisseau navette, le tout entièrement réutilisable. Nos résultats, tout en permettant de conclure à la possibilité théorique de ce concept radical et d’en donner une illustration, nous ont aussi conduits à le considérer irréaliste, du fait de la taille du lanceur nécessaire (13500 T au décollage, 20 m de diamètre à la base…).
Dans cette reprise de l’étude, nous abandonnons donc cette architecture et nous intéressons à celle qui paraît le moins accroître la complexité et les coûts opérationnels, à savoir celle d’un lancement double, schéma vers lequel SpaceX pourrait s’orienter. (...)


Je ne crois pas les avoir vues sur le fil. Dans le cas contraire, désolé   :pleurec:

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Elon Musk n'a encore jamais été très précis à ce sujet mais je crois qu'il a prévu de donner une conférence en Septembre consacrée à la colonisation martienne, il devrait donner plus de détails, après ça on pourra discuter.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense qu'ils vont être déçu ceux la quand il vont voir le vrai projet ^^, mais a mon avis trop coûteux . Leur projet a l'air super sympa mais je pense qu'Elon va réduire les coûts au maximum.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai bien aimé les études, car l'auteur prend la peine de donner des ordres de grandeur pour les différentes options (ex : propulsion électriques)
Si Musk réduit les couts au maximum, je me dis que le contraste entre les choix techniques de SpaceX et la manière dont il les présentera ("tout est genial sera fini pour demain soir et c'est déjà bien trop long"), va s'avérer intéressant :happy:

Sinon, j'avais émis des réserves sur les difficultés que SpaceX  pourrait affronter en cas de décès d'un astronaute

Mon principal point d'achoppement concernait les propos d'Elon Musk, du type "il y aura des morts, mais on y arrivera". J'ajoutais que si la perte d'un satellite est une opération comptable, la perte d'un homme est une tragédie.
Or Tesla, autre société d'Elon Musk doit justement faire face à une polémique proche :

Citation

Tesla a réagi vivement à un article de Fortune qui accuse le constructeur d'avoir attendu près de deux mois avant de révéler l'accident mortel intervenu à bord d'une Model S en mode Autopilot. Au passage, il redit qu'à ses yeux, le système s'est comporté comme attendu. (...) Mais le constructeur qui subit par ailleurs d’autres problèmes industriels, se montre tendu. Contrairement aux usages, il a pris le soin de répondre longuement et agressivement à un article du magazine Fortune qui avait déjà mis en colère Elon Musk, parce qu’il accusait la firme d’avoir fait traîner pendant huit semaines la révélation de l’accident mortel intervenu le 7 mai dernier en Floride, pour permettre à Musk de vendre pour 2 milliards de dollars de parts dans l’intervalle. L’entreprise répond point à point et accuse Fortune d’avoir publié trop vite un article sans s’informer, mais surtout affirme à nouveau que son Autopilot n’est pas en cause. (...) Pour Tesla, l’accident mortel était « une fatalité statistique ». Quant à l’accusation de délit d’initié, le constructeur fait remarquer un peu maladroitement (ou cyniquement) que lors de l’annonce de l’enquête, l’action de Tesla n’a pas baissé, mais augmenté. «  Ce qui confirme que nos investisseurs savent mieux [que Fortune] », écrit la firme. 
http://www.numerama.com/tech/180992-accident-mortel-tesla-estime-autopilot-sest-comporte-normalement.html 


Concernant les réactions d'Elon Musk: 

Citation

Tesla CEO Elon Musk has been bullish in his defense of his company following the death in May of a driver using the car’s “autopilot” feature (...) But experts in crisis management have said the handling of events by both Musk and Tesla has been a “case study” of how not to do it. (...) “Quoting statistics that explain why the death isn’t so bad in the big picture has been proven time and time again to be quite ineffective in influencing public opinion,” (...) “ resorting – as Musk did – to statistics to try to put an accident or malfunction which resulted in a death into a wider context, however well-meaning, was ill-judged. ” (...)  
https://www.theguardian.com/technology/2016/jul/07/tesla-elon-musk-autopilot-death-crisis-management 


Je résume : Tesla et Musk minimisent l'importance de l'accident (mortel!) en le réduisant à une inéluctabilité statistique. Et ils estiment que seule le cours de l'action en Bourse compte. Je vois là un écho à mes réserves

Enfin, extrait des documents que Tesla envoie au gendarme boursier américain :  

Citation

Nous nous auto-assurons contre le risque de demandes d’indemnisation liées à un produit, ce qui signifie que toutes les demandes d’indemnisation liées à un produit devront être payées à partir des fonds de l’entreprise, et non par une assurance  ( Tesla n’est pas assuré contre les failles de son Autopilot http://www.numerama.com/business/181162-tesla-nest-assure-contre-failles-de-autopilot.html


C'est sûr qu'en prenant les gens de haut, ça va aider pour négocier à l'amiable et éviter des demandes d'indemnités démesurées... :rolleyes: Bien sûr, comparaison n'est pas raison, mais ces propos tendraient à me conforter dans mon analyse: un décès lors de lancement d'une Falcon pourrait s'avérer très périlleux pour l'entreprise. Surtout si SpaceX réagit aussi vivement que Tesla ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour Tesla c'est d'autant moins justifiable que Google par exemple avait clairement mis en avant le fait qu'offrir une voiture automatique peu fiable ou semi-automatique ne fonctionnait pas. Et que les conducteurs avaient au final tendance a ne plus faire attention a la route. Et ca tombe exactement après la discussion qu'on a eu sur la banalisation des morts.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petit H.S au vu des discussions actuelles, mais une vidéo sympa quand même (bien que les lancements Chinois n'apparaissent pas dans la vidéo).

 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Desty-N a dit :

J'ai bien aimé les études, car l'auteur prend la peine de donner des ordres de grandeur pour les différentes options (ex : propulsion électriques)
Si Musk réduit les couts au maximum, je me dis que le contraste entre les choix techniques de SpaceX et la manière dont il les présentera ("tout est genial sera fini pour demain soir et c'est déjà bien trop long"), va s'avérer intéressant :happy:

Sinon, j'avais émis des réserves sur les difficultés que SpaceX  pourrait affronter en cas de décès d'un astronaute

Mon principal point d'achoppement concernait les propos d'Elon Musk, du type "il y aura des morts, mais on y arrivera". J'ajoutais que si la perte d'un satellite est une opération comptable, la perte d'un homme est une tragédie.
Or Tesla, autre société d'Elon Musk doit justement faire face à une polémique proche :


Concernant les réactions d'Elon Musk: 


Je résume : Tesla et Musk minimisent l'importance de l'accident (mortel!) en le réduisant à une inéluctabilité statistique. Et ils estiment que seule le cours de l'action en Bourse compte. Je vois là un écho à mes réserves

Enfin, extrait des documents que Tesla envoie au gendarme boursier américain :  


C'est sûr qu'en prenant les gens de haut, ça va aider pour négocier à l'amiable et éviter des demandes d'indemnités démesurées... :rolleyes: Bien sûr, comparaison n'est pas raison, mais ces propos tendraient à me conforter dans mon analyse: un décès lors de lancement d'une Falcon pourrait s'avérer très périlleux pour l'entreprise. Surtout si SpaceX réagit aussi vivement que Tesla ...

 

Il y a 4 heures, seb24 a dit :

Pour Tesla c'est d'autant moins justifiable que Google par exemple avait clairement mis en avant le fait qu'offrir une voiture automatique peu fiable ou semi-automatique ne fonctionnait pas. Et que les conducteurs avaient au final tendance a ne plus faire attention a la route. Et ca tombe exactement après la discussion qu'on a eu sur la banalisation des morts.

Pour la voiture j'ai lu qu'en rapportant le nombre de fails avec le nombre de kilomètres parcourus le taux d'accident est équivalent à celui des humains. Pour une techno balbutiante c'est pas mal je trouve.

Et quand bien même il n'aurait pas de considération pour la vie humaine il tient à ses machines au moins, qui je le rappel, transporte des humains ! ça reviens donc au même. 

La preuve. Regardez cette photo. Elle est pas attendrissante ? Avec sa petite tête penché à hauteur de la chambre de combustion, la tempe collé à l'un des tuyaux :sleep:.

man-of-the-world-issue-no-12-elon-musk-t

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Shorr kan a dit :

 

Pour la voiture j'ai lu qu'en rapportant le nombre de fails avec le nombre de kilomètres parcourus le taux d'accident est équivalent à celui des humains. Pour une techno balbutiante c'est pas mal je trouve.

Et quand bien même il n'aurait pas de considération pour la vie humaine il tient à ses machines au moins, qui je le rappel, transporte des humains ! ça reviens donc au même. 

La preuve. Regardez cette photo. Elle est pas attendrissante ? Avec sa petite tête penché à hauteur de la chambre de combustion, la tempe collé à l'un des tuyaux :sleep:.

 

 

 

La question statistique c'est une manière de ne pas prendre ses responsabilités. Depuis que Google a commence son programme de voiture automatique ils savent qu'ils ne peuvent pas faire confiance aux conducteur et doivent donc soit laisser le conducteur conduire soit avoir une voiture totalement automatique sans prise en main du conducteur. Et quand tu vois le boulot derrière les Google Car alors qu'elle ne sont pas encore a la vente on est loins des technos de Tesla.

Et Tesla ne pouvait ignorer ce problème... J'ai bien peur que les astronautes vers mars servent aussi de cobaye jetable. C'est un peu ce que je crains: Qu'il envoi du monde a une mort certaine dans le seul et unique but de dire qu'il était le premier ou que sa boite est trop cool.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excusez moi, mais Tesla c'est un peu HS non ?

Et puis si vous voulez liez ça au soit disant peu de cas que ferait Elon Musk des mort accidentelles, alors vous devez dire que les Models S et X sont parmi les voitures les plus sures qui existent, ce qui contredit complètement vos propos.
Notons aussi que pour l'instant absolument rien n'indique que Tesla serait en faute.

Il n'y a aucune preuve à ce que vous avancez, juste des suspicions à cause de la façon dont s'exprime Musk, c'est ridicule.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Pseudonyme a dit :

Excusez moi, mais Tesla c'est un peu HS non ?

Et puis si vous voulez liez ça au soit disant peu de cas que ferait Elon Musk des mort accidentelles, alors vous devez dire que les Models S et X sont parmi les voitures les plus sures qui existent, ce qui contredit complètement vos propos.
Notons aussi que pour l'instant absolument rien n'indique que Tesla serait en faute.

Il n'y a aucune preuve à ce que vous avancez, juste des suspicions à cause de la façon dont s'exprime Musk, c'est ridicule.

Tesla en lui-même est un sujet un peu HS, cependant la manière dont les sociétés d'Elon Musk abordent la question de la vie humaine dans leurs entreprises - ici le débat tournait autour des déclarations de Musk concernant les risques liés à ses futures expéditions martiennes - sont dans le sujet.

 

Le fait est que juridiquement, sur la question de la "faute", Tesla saura a priori démontrer que son véhicule et son système d'auto-pilot ne sont pas la cause de l'accident.

La preuve de l'axe retenu avec cet article, de la société Tesla elle-même, concernant cet accident :

"First, they assume that this accident was caused by an Autopilot failure. To be clear, this accident was the result of a semi-tractor trailer crossing both lanes of a divided highway in front of an oncoming car. Whether driven under manual or assisted mode, this presented a challenging and unexpected emergency braking scenario for the driver to respond to. In the moments leading up to the collision, there is no evidence to suggest that Autopilot was not operating as designed and as described to users: specifically, as a driver assistance system that maintains a vehicle's position in lane and adjusts the vehicle's speed to match surrounding traffic."

En clair et pour synthétiser : c'est le semi-remorque qui a provoqué l'accident / son évitement est un défi, aussi bien pour un conducteur humain que pour un système d'auto-pilotage /l'auto-pilote est un système d'aide à la conduite qui maintient le véhicule dans sa ligne ajuste sa vitesse au trafic environnant.

(J'ai peut-être lu un peu vite, mais il ne me semble pas que Tesla aborde le "fait" - non confirmé pour le moment - que le chauffeur n'aurait lui même pas été attentif au moment de l'accident, en dépit des recommandations claires d'usage de l'autopilote par le constructeur)

https://www.teslamotors.com/fr_FR/blog/misfortune?redirect=no

 

Et tant pis si un incident précédent avait vu une Tesla Berline S s'encastrer sous une remorque à basse vitesse. Tesla avait alors notamment à l'époque répondu, sur l'aspect technique de l'incident : "« Veuillez noter que le véhicule peut ne pas détecter certains obstacles, notamment ceux qui sont très fins (par ex. des vélos), plus bas que le tableau de bord, ou qui pendent du toît » "

 

L'approche juridique sera sans doute la même en cas d'accident pendant la conquête martienne. Ça n'enlève rien au fait que techniquement, on peut se poser la question de savoir s'il y a effets d'annonce et précipitation lors de la mise sur le marché (ou en orbite à partir de 2018) pour des considérations commerciales, vu qu'il n'y a quasiment aucune communication ni retour de tests liés à la sécurité des passagers.

 

Pour la conquête de Mars cependant, je suis plus nuancé sur les risques liés à l'absence supposée de considération : Concernant la capsule - hors l'espace vie - elle aura déjà été abondamment testée avec ses nombreux ravitaillements de l'ISS, et les atterrissages sur Mars (non, je n'écrirai pas amarsissage, parce qu'au bout de la cinquième planète conquise, on en aura déjà marre d'avoir un terme par planète par pur snobisme ! Et oui, je m'offusque avec 100 ans d'avance :fachec: ) auront également été testés à partir de 2018 avec l'envoi en avance de fret sur place.

Edited by TarpTent

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le problème avec ce genre de déclarations proférées par Musk, c'est quoi qu'il dise ou quoi qu'il de dise pas, il sera toujours pointer du doigt. Il est clair que l'exploration spatiale de ne se fera pas sans morts. Delà, je crois que c'est là la vrai signification de ses propos. Maintenant, que faudrait-il faire, entre continuer sur ses projets sans parler des risques qui y sont associés, ou dire dés le départ que, comme toute activité humaine, l'exploration spatiale comporte des risques et que par nature aucune de ces activités n'est zero mort.

Je ne rallumerai pas le débat sur cet accident de la Tesla car ce n'est pas ici le sujet, même si je trouve que ce système de cruise controle adaptatif devrait changer de nom pour quelque chose comme AutoAssist ou PilotAssis. Ce ne fut ni plus ni moins qu'un coup de marketing de l'avoir appelé Autopilot, en partie à cause de son avance par rapport aux autres systèmes concurrents (d'ailleurs j'ai vraiment l'impression que c'est cette avance qui en fait un système qui amène les conducteurs à prendre des libertés avec ses conditions d'utilisation, d'où des dérives dont youtube regorge). Mais ce coup de marketing n'était pas une première, puisque l'inventeur du cruise controle, un certain Ralph Teetor, quand il appliqua son système à une Chrysler Imperial en 1958, l'appela, lui aussi..."Autopilot", déjà!

Ce thème de la conduction autonome pourrait avoir son propre topique sur ce site une fois qu'il n'est pas impossible que nous ayons sur les champs de bataille, dans un futur proche, des engins automatiques qu'il conviendrait de ne pas les laisser écraser les soldats qui les accompagneront!

Edited by Atlantis
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Pseudonyme a dit :

Excusez moi, mais Tesla c'est un peu HS non ?

Et puis si vous voulez liez ça au soit disant peu de cas que ferait Elon Musk des mort accidentelles, alors vous devez dire que les Models S et X sont parmi les voitures les plus sures qui existent, ce qui contredit complètement vos propos.
Notons aussi que pour l'instant absolument rien n'indique que Tesla serait en faute.

Il n'y a aucune preuve à ce que vous avancez, juste des suspicions à cause de la façon dont s'exprime Musk, c'est ridicule.

Tu rates surtout tous le propos encore une fois. Bon pour moi le sujet est clos de toute façon.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Désolé d'avoir initié un tel HS :pleurec:. Comme l'a très bien résumé TarpTent: 

Citation

Tesla en lui-même est un sujet un peu HS, cependant la manière dont les sociétés d'Elon Musk abordent la question de la vie humaine dans leurs entreprises - ici le débat tournait autour des déclarations de Musk concernant les risques liés à ses futures expéditions martiennes - sont dans le sujet. (...)

Pour en revenir au thème "SpaceXien", je me suis creusé la tête, car je ne comprenais pas pourquoi cette société n'avait pas encore réutilisé un des étagé récupérés. Je me demande si le carburant utilisé n'aurait pas pu jouer un rôle? Bruler du kérosène présente l'avantage d'utiliser un produit facile à se procurer et à stocker, et pour lequel il existe une grande documentation concernant son usage dans les fusées. Mais cet hydrocarbure reste à l'état liquide dans les conditions normales de température et de pression. Cela pourrait compliquer la tâche quand il faut nettoyer le moteur avant de le réutiliser. De plus les longues chaines carbonées ne doivent pas toutes parfaitement se consumer, entrainant des dépôts de suies.
Cela expliquerait pourquoi SpaceX travaille sur un moteur méthane-oxygène (tout comme Arianespace et Blue Origin). Le gaz naturel reste abordable et stockable sans trop de difficultés. Mais ses molécules plus petites (CH4), gazeuses, brulent plus simplement et s'évacuent plus facilement après usage.

Dans cette optique, je ne suis même pas sûr que le couple kérosène-oxygène aie vocation à perdurer longtemps. Contrairement par exemple à hydrogène-oxygène qui pourra toujours servir pour les étages supérieurs. Je comprends le choix de l'hydrocarbure dans le cadre du développement rapide d'une fusée orbitale, mais je me demande s'il ne s'agira pas à terme d'une impasse, voire d'une dette technique ???
( IE: quand on développe au plus vite et de manière non optimale, on contracte une dette technique que l'on rembourse tout au long de la vie du projet sous forme de temps de développement de plus en plus long https://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_technique

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui peut être. Je ne connais pas les détails technique entre ces différents choix. Mais forcement les décisions prises il y a quelques années peuvent commencer a devenir encombrantes si elles ne sont plus adaptée et surtout ils ont maintenant des contraintes qu'ils n'avaient pas ( Des clients qui attendent, une fusée qui ne peut pas être modifiée n'importe comment et une prod industrielle qui nécessité un peu de stabilité en terme de design). Et SpaceX est de moins en moins un petite startup agile (Plus de 5.000 employes en comparaison ASL ce sera environ 8.000).

Et je suis curieux de savoir quels sont les challenges de la réutilisation qui les bloquent pour relancer un premier étage. J'ai un peu l'impression qu'ils continuent de faire un peu comme avant en traitant les problèmes quand ils arrivent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

accès restreint, voir le spoiler, sinon faut être enregistrer, il est pas fou, la nasa va sortir le porte monnaie

 

NASA May Pay Elon Musk To Land Scientific Instruments On Mars

http://aviationweek.com/space/nasa-may-pay-elon-musk-land-scientific-instruments-mars

 

NASA is ready to help Elon Musk land a Dragon capsule on Mars and is taking a wait-and-see approach to sending its own expensive instruments along with it. The U.S. space agency has an internal list of potential scientific payloads for the “Red Dragon” mission the SpaceX founder and his engineers hope to launch in 2018. NASA is ready to spend “on the order of $30 million” to assist that first private mission to Mars. Landing NASA’s own stuff inside the capsule is another story.

“We’ve got to demonstrate we can safely land on Mars, which we know is hard, using a technique that he’s going to try,” says Jim Green, head of NASA’s Planetary Science Div. The technique—supersonic retropropulsion—is the odds-on favorite for landing the heavy payloads that would be needed to support humans  on the Martian surface. The combination of heat shields, parachutes and retro-rockets used for the current generation of landers will only work with payloads weighing about a ton. It worked for the Curiosity rover that landed on Aug. 7, 2012, and is planned for a follow-on mission set for the 2020 planetary launch window.

But exploration planners believe a human outpost will need habitats and supplies to arrive in 20-ton loads, and the “sky-crane” hovering retro-rocket platform that lowered Curiosity to the surface in the famous “7 min. of terror” will not work with payloads that big. Maybe supersonic retropropulsion—turning a big rocket engine downward and lighting it up as a brake—will do the trick.

Musk says he has even bigger fish to fry. He expects to announce details of his plan to colonize Mars at the International Astronautical Conference in Guadalajara, Mexico, Sept. 26-30. The 2018 mission will be just the first step.

“What really matters is being able to transport a large number of people and millions of tons of cargo to Mars,” Musk said June 2 at a symposium in Rancho Palos Verdes, California.

 SpaceX already uses supersonic retropropulsion to land Falcon 9 first stages back on Earth after using them to send cargo toward the International Space Station and satellites to geostationary orbit. NASA monitors those landings with aircraft-mounted infrared cameras and shares the data with SpaceX (AW&ST Oct. 20, 2014, p. 26).

Now the space agency wants to conduct similar research at Mars, perhaps even turning Curiosity’s cameras to the pink skies and using other sensors to study how a supersonic rocket plume interacts with the thin Martian atmosphere. In return, it has promised to help SpaceX with deep-space communications and planetary protection.

Privately, the NASA team that prepared the unfunded Space Act agreement setting out the terms of the public-private collaboration found the risk of an unsuccessful Red Dragon landing after launch in 2018 “high” and noted there was “insufficient data to properly assess” the chances of success. Even so, according to an internal document prepared late last year, NASA identified 62 payload options for SpaceX missions to Mars in 2018 and beyond, including 20 for the 2018 opportunity. None was found ready to fly, and none had funding.

Among the candidates identified for 2018 is a prototype Mars helicopter to provide stereo color images of surface targets at 10 times the resolution available from orbit, a “Rover Environmental Monitoring Station” to transmit “daily and seasonal reports” on weather and ultraviolet radiation at the surface and a group of atmospheric-dust sensors. Also on the list is a compressor developed for the “Moxie” In Situ Resource Utilization (ISRU) oxygen-recovery experiment planned for the 2020 rover that would feed the dust sensors “if not integrated with [the] SpaceX ISRU plant.”

SpaceX apparently agreed NASA would not send payloads on the first Red Dragon flight to Mars, although Musk says he wants to continue flying to Mars in all subsequent launch windows, which come every 26 months.

“SpaceX sees any payload as a low priority for 2018,” the internal document states. The Dragon vehicle SpaceX hopes to land on Mars (see illustration) would weigh about 6 tons, and Musk says, “if things go according to plan, we should be able to launch people probably in 2024, with arrival in 2025.”

The early flights will require the 27-engine Falcon Heavy, which Musk says should have its first flight by year-end. The company’s website lists its planned payload capability as 29,980 lb. to Mars, with a $90 million commercial pricetag.

While the Falcon Heavy will be “the most powerful rocket on Earth,” Musk says, the vehicle that will launch human colonies will be larger. He promised to give details in September. Meanwhile, NASA says it will continue to watch near-term developments in Musk’s ambitious plans.

 “If he can demonstrate he can land safely, I’m all in. We’ll start working with him on payloads,” says Green. 

 

 

Edited by zx

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,529
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Rom1_
    Newest Member
    Rom1_
    Joined
  • Forum Statistics

    20,946
    Total Topics
    1,333,324
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries