Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[SpaceX] Programme Starship et autres innovations


Recommended Posts

à l’instant, Shorr kan a dit :

Sauf que le titre ce sera, "On a marché sur la thune" :laugh:

 

Les deux titres ne sont pas incompatibles.

 

Surtout qu'il faut faire gaffe aux Syldaves. Mine de rien ils avaient déjà une capacité de projection mécanisée sur la Lune dès les années 50 !

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

La sixième section de OLIT a été levée et solidarisée ce matin, et la septième vient d’être amenée près de la grue.



Par ailleurs, le 1er Raptor optimisé pour le vide vient également d’arriver à Boca Chica. Il sera monté sur SN20.

Il pousse pendant 378 sec actuellement, et E. Musk considère qu’il aura bientôt (plus de) 380 sec pleines de poussée.

 

 

Enfin, les 1eres sections de réservoir pour BN3 viennent d’être spottées dans la highbay : son assemblage va bientôt commencer.

Edited by TarpTent
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

2 informations interessantes rapportées dans cette récente demande de SpaceX pour Starlink auprès de la FCC, l’autorité de régulation des télécommunications aux USA :

 

- le vol de test orbital serait plutôt à attendre courant août 

- SpaceX annonce que sa solution Starlink permet les communications même pendant la rentrée atmosphérique, « lorsque le plasma ionisé autour du vaisseau spatial  inhibe les fréquences de télémétrie conventionnelle ».

La fin des 7 minutes de silence en vue ?

 

 

 

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites


Je continue de penser que le démontage sans même un test de BN1 n’était au départ pas prévu, et qu’ils ont dû se rendre compte en cours d’assemblage qu’une partie n’était finalement pas viable.
Puisqu’ils ne peuvent échapper au tir préalable d’un booster avant le tir orbital, et sachant la masse de travaux d’infrastructure qu’il leur reste à mener pour que ce vol soit réalisé - étant entendu que chaque test de booster retarde d’autant les avancées des travaux au sol - , le calendrier devrait effectivement encore un peu glisser.

 

Les chaînes de production continuent de tourner à plein tube, quoi qu’il en soit :

 

Edited by TarpTent
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le Super Heavy Booster 2 (BN3, et encore oui, tout le monde s’y perd désormais dans les numérotations) apparaît maintenant dans toute sa hauteur (plus de 65m), totalement stacké en Highbay.
Il est bientôt prêt pour son essai de vol sub-orbital.

10-B0438-A-FCDE-4-C26-9-B2-C-9816-BEE43-
 

Avec un « petit » détail intrigant que l’on remarque à la quasi-jonction des sections principales, à mi-hauteur, et que je remets avec une autre photo bien plus parlante ci-dessous : des pièces verticales soudées formant comme une espèce de « ceinture visuelle », sorte de crémaillère en relief faisant tout le tour de cette section de la fusée  (et une plomberie à l’horizontale aussi faisant également tout le tour, juste au dessus d’oeil de visite) :

5388-FF21-0381-40-DA-9372-B79-BF9-EF7524


Pour le moment, on se perd en conjectures, et l’on ne s’autorise pas à penser dans les milieux autorisés que toussa toussa.

 

Le Pad A a par ailleurs été modifié à l’aide d’un adaptateur pour permettre d’y positionner le Booster 2 en vue de son test sub-orbital :


1-F42-EC98-6505-42-CA-956-E-36-CD1-AD7-F
 


 

Petite précision pour les grincheux du forum :

 

Edited by TarpTent
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

Et de 7 : le septième et avant-dernier segment de la tour du Pad Orbital A, OLIT, vient d’être levé et solidarisé.

2-EF92-AF8-4712-4-A2-C-A515-299-F877-EC6

Dans tous les cas, avant de pouvoir lever le 8ième et dernier segment, la grue va devoir être « affalée » pour se voir adjoindre une section supplémentaire.

 

 

Mais comme il n’y a pas de temps à perdre… le Booster … 3 (voui parce que bon…) est en vadrouille en direction du Pad suborbital A, où une grue l’attend déjà :

F422-C06-A-98-F9-4-AE3-BD01-D339-B608644

 
Qui veut un tuyau de poêle de 65m de haut ? :laugh:
(imaginez la gueule de l’ensemble quand les 50 m de Starship seront perchés au sommet…)

De belles photos attendues ce soir, quoi qu’il en soit.

 

Pendant ce temps-là au Site de Production, une jupe de Starship et le dôme supérieur d’un SuperHeavy Booster viennent d’être assemblés pour des tests d’intégration du système de séparation, et 3 nouveaux Raptor viennent d’arriver.

 

Et pour finir, le (peut-être pas) meilleur pour la fin :

20039-D52-D952-429-F-BB36-87-F2-C4-A3-E9

 

Donc Booster 3 (bah oui, le Booster 2, c’est maintenant le 3 qui était avant le BN2 avant de devenir le BN3 quand le BN1 est devenu rien et que le BN2 est devenu BN2.1 :biggrin: …) ne fera pas le 1er vol orbital - ça, on savait - et servira finalement pour des tests au sol - ça, c’est dommage - , et c’est Booster 4 (l’ancien BN3 donc… vous suivez ?) qui aura le privilège d’expédier Starship 20 en orbite.

Des fermetures de route et interdictions de survol sont déjà planifiées pour les 6/07 et 07/07.

E. Musk confirme la complexité de fabrication de Booster 3 ainsi que la cadence d’évolution très importante attendue pour les 10 premiers boosters, un peu à l’image de ce qui s’est produit pour la Falcon 9.

Edited by TarpTent
  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

0-AEEA0-E9-85-D0-4855-A921-D4-CF7845-E60

 

Ne me demandez pas à quelle altitude l’autre zigoto travaille (mais il est évidemment dans la tour OLIT, en haut du segment 6 et travaillant à solidariser le segment 7 d’après moi)

Edited by TarpTent
  • Like 1
  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

Une photo intéressante, et pas uniquement pour sa dimension esthétique (même si je la trouve belle par ailleurs) :

7-AE7-CEEC-27-C2-4547-A1-E7-CBC4104-B8-C

Il s’agit de la base du Pad Orbital A photographié en décembre 2020.

 

Le voici maintenant avec les supports pour accueillir la future plateforme, et surtout les poutres de renfort en train d’être ajoutées avant de pouvoir venir poser celle-ci :
 

F8500-CFA-D220-4-B19-A697-0712117-F8524.


D’ici au 15/07 (de mon point de vue), on devrait enfin voir ce plateau être posé sur ces pieds, lui qui patiente tout assemblé depuis un moment maintenant sur le Site de Production.

Edited by TarpTent
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

SpaceX semble rencontrer des soucis avec ses réservoirs GSE devant servir à alimenter le Pad Orbital A :

Après le démontage pur et simple du GSE4 avant même d’être fini et un GSE3 qui n’a pas été amené au Site de Lancement, il se dit que les GSE1 et GSE2 vont également être retirés et tous ces réservoirs reconstruits avec un nouveau design.

 

3 nouveaux Raptor viennent d’arriver au Site de Production, dont 2 clairement identifiés pour équiper le Booster 4. La 1ere section de ce dernier vient d’être positionnée en Highbay, l’assemblage commence donc.
De même pour le SN20 en midbay, dont le tronçon central vient d’être amené.

 

Enfin côté OLIT, la dernière section est en cours d’assemblage au Site de Production, et la grue « FrankenCrane » est au sol pour recevoir une nouvelle extension.
Avec l’annulation des fermetures de route les 06/07 et 07/07 (initialement pour les essais au sol du Booster 3), j’ai le sentiment que la priorité reste à l’installation des infrastructures-sol du Site de Lancement.

 

Au-delà de la tour OLIT et du Pad Orbital A, SpaceX continue de construire des infrastructures : ainsi, les fondations pour les emplacements de SuperHeavy Booster et Starship près du Pad Orbital A afin qu’ils puissent être levés par OLIT sur le Pad et assemblés entre eux viennent d’être réalisées.

7-F9-F82-E9-2135-4384-A977-DFD0-E7-D8131
 

 

Un peu de photoshop pour finir -  voici à l’échelle ce que l’on devrait voir d’ici août :

63748-EA8-063-C-49-C7-BE2-A-5916-C07-D0-

 

Edited by TarpTent
  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Pas grand chose de spectaculaire à se mettre sous la dent en ce moment du côté de Boca Chica, même si l’on sent bien que chaque pièce nécessaire est en train de se mettre en place.

Booster 3 a mené avec succès son premier test cryo hier après-midi après une première mise en pression réalisée il y a 2 jours. Par ailleurs, il a d’ores et déjà reçu les 3 Raptor de son anneau de poussée central.

 

Côté OLIT, et depuis que Frankencrane est à nouveau opérationnel avec sa nouvelle extension ajoutée, le segment 8 a été amené sur le Site de Lancement pour être prochainement levé (demain, à mon avis).
Particularité de ce segment, il est moins haut d’un tiers, et un 9ième segment de la hauteur de ce fameux tiers manquant est en cours d’assemblage sur le Site de Production.
Ce découpage semble nécessaire pour renforcer la structure en haut de la tour et adjoindre les éléments de fixation et d’action du bras de grue qui sera placé à son sommet.

 

Les fermetures de routes sont annoncées et annulées à un rythme soutenu, inutile que j’en fasse mention en détail ici.
Pour moi, SpaceX va monter le segment 8 sur OLIT avant de réaliser un quelconque tir statique du Booster 3, les tests cryo et tirs statiques impactant fortement l’assemblage des infrastructures puisqu’ils obligent à dégager totalement de l’ensemble du personnel le Site de Lancement.

Edited by TarpTent
  • Like 1
  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

@TarpTent, tu penses que notre ami Elon est sérieux quand il évoque la fin de la construction d'une "ville/base" martienne en 2050 ? 

Quel est ton avis, je veux dire un avis il me semble assez éclairé et peut-être dénué du filtre des "infox" à la sauce américaine :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

Citation

tu penses que notre ami Elon est sérieux quand il évoque la fin de la construction d'une "ville/base" martienne en 2050 ? 

Quel est ton avis, je veux dire un avis il me semble assez éclairé et peut-être dénué du filtre des "infox" à la sauce américaine 

En prenant en compte les technologies actuels uniquement, cela prendrait bien plus de temps que ce que Musk annonce, mais en 2050, la technologie pour coloniser d'autre monde aura probablement bien évolué avec des nouvelles versions du Starship, l'IA, le recyclage, l'impression 3D, la robotique, matériaux de construction, ISRU, etc... donc permettrait d'accélérer la colonisation.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Ardachès a dit :

@TarpTent, tu penses que notre ami Elon est sérieux quand il évoque la fin de la construction d'une "ville/base" martienne en 2050 ? 

Quel est ton avis, je veux dire un avis il me semble assez éclairé et peut-être dénué du filtre des "infox" à la sauce américaine :rolleyes:


Pas certain d’avoir réellement un avis éclairé, quand même.
 

Il y a plusieurs aspects à distinguer selon moi, et Stormshadow en a déjà cité quelques-uns :

1) la logistique.

C’est là-dessus que se concentre E. Musk pour le moment, à savoir : un gros cargo capable de transporter de multiples containers en 1 fois plutôt qu’une simple barge capable de transporter un panier de langoustines à chaque vol.

Le fait est qu’aujourd’hui, sa pierre d’achoppement sera la fabrication des réacteurs (et sans doute des tuiles), et non les vaisseaux Starship eux-mêmes qui sont aujourd’hui fabriqués en plein vent, avec de l’acier mis en forme et soudé à côté, ce qui change en soi sérieusement le paradigme des vaisseaux pour aller dans l’espace.

Dans tous les cas, il considère qu’il a besoin de produire ses Raptor à plein tube sur 10 ans pour être capable de mettre en oeuvre la flotte requise.

Son raisonnement tient sur une quantité de matériaux à transporter dans un délai défini pour pouvoir construire quelque chose sur place.

Évidemment, comme il n’ignore pas que les fenêtres de tir ne sont disponibles que tous les 4 ans, il faut envoyer des « salves » plutôt qu’au fur et à mesure de la construction des vaisseaux.

=> toute cette partie-là est faisable avec les connaissances et technologies actuelles, ainsi qu’avec l’approche SpaceX pour peu ou prou être dans les clous (je précise quand même que le design du Raptor est une pure merveille et qu’il est unique en son genre. Donc ce genre de défi n’est pas forcément « simple » dans l’absolu.)

La limite tient aux finances, parce que la main d’oeuvre sera nécessairement conséquente pour pouvoir tenir les cadences. (Comme lorsque l’on calcule le temps nécessaire et les ressources pour assembler le vaisseau Enterprise ou l’Étoile Noire…)
 

2) la technologie nécessaire pour bâtir une ville.

Si aujourd’hui il y a beaucoup d’études en ce sens - le dernier concours de la Nasa pour auto-construire un habitat martien fonctionnel en est un exemple très récent - , c’est vraiment l’avènement de l’impression 3D à grande échelle qui permettra selon moi de faire pousser les « villes », à terme. Cependant, les technologies d’habitats gonflables seront sans aucun doute privilégiées d’ici là, d’abord parce qu’elles sont légères et font leurs preuves dans l’espace, mais aussi et surtout parce qu’il n’est pas vraiment possible de reproduire sur Terre la matière première martienne qui doit être utilisée par les imprimantes. En clair, on découvrira sur place si ça marche, ou bien on attendra le retour d’échantillons significatifs.

D’ici là, on fera avec les modules éprouvés sur la Lune. C’est une bonne chose parce qu’on capitalisera sur les acquis et que ça ira plus vite. La limite, c’est que ces modules sont d’un volume très limité, à l’exception du Starship lunaire s’il fait ses preuves, et devront être adaptés aux conditions martiennes.

Disons qu’à 10 ans d’ici, on devrait savoir si le Starship est exploitable en ce sens, et d’ici 15 ans, l’un d’eux devrait s’être posé sur Mars. E. Musk et la Nasa envisagent des dates plus proches pour la Lune et pour Mars, je suis moins optimiste mais je croise les doigts pour que ça aille bien plus vite (je pressens que dès l’atterrissage réussi du Starship sur la Lune, un autre Starship sera dans la foulée expédié sur Mars pour tenter la même chose là-bas, modulo les créneaux de lancements vers Mars disponibles).

 

3) la capacité de résidents martiens à être autonomes

C'est la vraie grosse inconnue, et la gageure absolue : autonomie alimentaire, en énergie, en eau, en soins, en loisirs, chacun de ces sujets est un casse-tête en soi.
La nourriture est évidemment le sujet le plus prégnant car le plus étudié. Et pour le moment, à part créer des cultures très limitées, aucune tentative n’a vraiment été concluante dans la durée, la qualité de la nourriture cultivée se dégradant systématiquement significativement au cours du temps.
Dans l’état actuel de nos connaissances, à part tout miser sur la culture hors sol et l’aquaponie (plus les algues et autres joyeusetés) et compléter avec des rations , l’autonomie sur ce point ne me semble pas pour 2050. Je pense qu’il leur faudra 20 ans de plus pour stabiliser la démarche, sans aucun droit a l’erreur tant il n’y a rien de rien à manger sur Mars par ailleurs.

Une lueur d’espoir quand même : la production de cellules pour créer de la nourriture synthétique devrait exploser dans les 10 ans (de la viande synthétique commence déjà à être vendue dans le commerce), et si cette solution de cultiver la viande (ou de l’imprimer) mais aussi les cellules produisant du lait deviennent rapidement viables, cela accélèrera d’autant les capacités à devenir autonome. Ajoutons que des poules voyageront forcément aussi, avec quelques autres animaux qui s’adaptent dans à peu près n’importe quelle conditions.
Bref, c’est de cette discipline que doivent venir les vraies avancées, et elles pourraient également être essentielles sur Terre, pour d’autres raisons.

 

Pour l’énergie et les carburants, le régolithe semble le Graal, tout comme semble l’être l’Hélium-3 sur la Lune. Mais pour le moment, personne n’a vraiment la moindre idée de comment les exploiter, à quel coût, avec quelles solutions technologiques et pour quel rendement.
Entre le moment où les 1eres fusées atterriront et les 1ers exploitations viables, j’imagine que 10 bonnes années seront nécessaires.

 

Pour les soins, les navettes Starship conserveront cette capacité dans leur espace vie. Quant aux loisirs… bon, le lien vers la Terre sera déjà de haut débit à ce moment-là, donc le Netflix de 2050 devrait aider, je suppose.

 

Alors 2050… pour une base permanente sur Mars façon Antarctique, peut-être, mais plutôt 2070 pour moi pour un début de ville auto-suffisante.

Dans tous les cas, la seule mobilisation de SpaceX ou même de la Nasa ne suffiront pas, quand on réfléchit aux moyens financiers qui seront nécessaires pour toute la recherche amont et pour développer et mettre en oeuvre toutes les solutions technologiques forcément spécialisées.

(et non, je n’aborde pas la robotique… parce que pour le moment, elle me semble marquer le pas en attendant une hypothétique IA qui aidera à les faire évoluer. Mais le design requis pour qu’ils soient utiles et la quantité d’énergie nécessaire à leur fonctionnement rendent pour le moment leur usage assez restreint.)

Edited by TarpTent
  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le 8ième segment vient d’être posé au sommet de la tour OLIT, et ça été très long et très lent :

566-ECE8-A-F30-B-45-A1-B040-F9-C38466-E6



97932-CD5-2733-4348-9-C58-8-C86-F70-B263

 

6369-FEF0-DD64-4964-93-E3-B26-FC90-C130-

Assez impressionnant étant donnée la masse en déséquilibre (un pilier est plus haut que les 3 autres, ce qui a obligé à stabiliser le segment de telle sorte à ce qu’un des piliers touche avant les 3 autres.)

Avec Booster 3 pas loin, on commence à avoir une petite idée de l’échelle.

 

La tour ne nécessitant pas d’autre grutage dans les prochains jours, un tir statique du Booster 3 est prévu dès demain, avec les 2 jours suivants prévisionnellement réservés également.

 

Edited by TarpTent
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

@TarpTent … Mille mercis pour cette longue et enrichissante réponse.

Elle corrobore les différentes sources qui tendent à prouver qu'il y a loin avant de s'installer "durablement" sur la terre "rouge".

Pour autant, comme tu l'as détaillé dans plusieurs de tes posts, la "méthode" employée/crée par SpaceX est tellement disruptive et innovante que les repères temporels peuvent vite "bouger".

Cette accélération pouvant surprendre nombre d'expert qui sont peut-être issu de "l'ancien monde" … comprendre un monde ou les fusées se construisaient (verticalement ou horizontalement) tellement lentement avec de telles normes de sécurité et sans l'aide "massive" de l'informatique de simulation, qu'ils -les experts- ne sont pas/plus capable de percevoir la formidable avancée de SpaceX et de la révolution qu'Elon et en train de bâtir.

Je suis persuadé, que nombre d'acteur et notamment l'ESA, doivent tous les matins se pincer pour y croire ;-) 

J'aimerai d'ailleurs, sauf si déjà fait, que tu m'expliques en quoi le "Raptor" est un moteur aussi exceptionnel.

A te lire

Edited by Ardachès
Syntaxe
Link to comment
Share on other sites

Citation

J'aimerai d'ailleurs, sauf si déjà fait, que tu m'expliques en quoi le "Raptor" est un moteur aussi exceptionnel.

Rapport poussée/poids et poussé/surface frontale du Moteur le plus élevé qui soit

Utilisation du méthane et oxygène pouvant être produit directement avec l'atmosphère de Mars

Prix très bas (moins de 1 millions de dollars par moteur)

Isp le plus élevé (380s) hors moteur à hydrogène (beaucoup plus cher et difficile à stocker que le méthane)

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,632
    Total Members
    1,550
    Most Online
    gabin1980
    Newest Member
    gabin1980
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.4m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...