Sign in to follow this  
Chris.

Scénario VII - 2012 - La fin d'un "rêve" africain

Recommended Posts

Bon voilà un scénario (fictif) qui devrait vous amuser quelques temps.

Le contexte est un peu pourri, donc bon, passez sur les éventuelles incohérences et faites comme-ci cela était plausible (pas trop le temps de pousser plus en détail les recherches...)

I - Contexte

La République Démocratique d'Afrique Equatoriale (RDAE) est un petit pays d'Afrique situé au sud de l'équateur, encerclé par l'Océan Atlantique à l'ouest et par l'Angola à l'est et peuplé par environ 4 millions d'habitants.

Formé par la réunion d'une ancienne colonie française et d'une ancienne colonie italienne, et pays jusqu' alors plutôt prospère, avec un niveau de vie par habitant plutôt élevé pour cette région de l'Afrique, même si tout n'était pas rose, à basculé il y a quelques jours dans la violence quand un coup d'état militaire soutenu par une partie de la population civile, a renversé le président à vie qui dirigeait alors ce pays, et qui était plutôt ami avec la France et l'Italie.

En effet ce cher président, s'il offrait certes un cadre de vie correct à sa population, n'en était pas moins très autoritaire et tendait à éliminer toute forme d'opposition, sans que la France ou l'Italie, n'y voient trop d'inconvénient, trop attirée par les très nombreux gisements pétroliers et mines d'uranium présentes au large (pétrole) et au centre (uranium) de celui-ci, que l'ancien président laissait exploiter à de très bonnes conditions à des sociétés européennes...

Manque de chance, les révolutionnaires, s'ils ont pris le pouvoir sans qu'il n'y ait réellement de violence (pour changer...), ont ensuite décidé de récupérer la souveraineté sur leurs richesses et donc de chasser les colonisateurs...

II - Situation actuelle

Suite à la révolution, les troupes françaises présentes dans ce pays, fortes d'environ 800 hommes, (+ environ 50 "instructeurs" italiens), dont un détachement aérien d'environ 100 de personnes exploitant 2 Gazelle, 2 Puma et 1 Transall, mais assez légèrement équipées (VAB, VBL et moyens de transport non protégés, ainsi que quelques postes Mistral (qui ont été amenés sur place pour former les militaires de ce pays) et Milan (là aussi dans un but de formation principalement)), ont entrepris le regroupement des expatriés français et italiens volontaires, très présent dans ce petit pays (environ 10'000 expatriés, principalement situés autour de la ville minière d'Uraniumville (250'000 habitants au total), de la ville pétrolière côtière de Saint-Petrole (750'000 d'habitants) et de la capitale President-Laurent (oui il était un peu mégalo le président à vie; 2 millions d'habitants)), mais ont été interrompu dans leurs opérations par le début des opérations de chasse aux français.

De ce fait, les troupes françaises, qui ont déjà perdu une Gazelle et au moins une dizaine d'hommes (dans des combats avec les troupes nationales), luttent actuellement pour garder le contrôle leur base principale située en périphérie de la capitale (camp Alpha), de l'ambassade de France située dans le centre ville de la capitale et des deux bases avancées situées près des 2 autres villes importantes (camp Bravo (à Uraniumville) et Charlie (à Saint-Pétrole)). L'ambassade d'Italie, elle, est malheureusement tombée. De plus, les troupes françaises ont du abandonner l'unique aéroport de ce pays, laissant derrière elle un Transall et les hélicoptères (l'autre transall a pu quitté le pays), heureusement rendu inutilisables.

Image IPB

Quant aux ressortissants étrangers,

- environ 800 personnes ont déjà quitté le pays, par des moyens civils.

- environ 2000 personnes ont trouvé refuge dans le camp Alpha, ainsi que 500 militaires dont l'état-major, le personnel aéronautique et les instructeurs italiens.

- environ 1000 personnes ont trouvé refuge dans le camp Bravo, ainsi qu'environ 150 militaires (une compagnie)

- environ 1000 personnes ont trouvé refuge dans le camp Charlie, là aussi avec environ 150 militaires.

- environ 200 personnes, une partie du personnel diplomatique et 50 gendarmes et militaires sont retranchés dans l'ambassade de France.

-environ 3000 personnes ont été faites prisonnières par l'ennemi dans plusieurs camps d'internement, ainsi que dans les mines d'uranium et sur les plateformes pétrolières, et son globalement bien traitées. Le personnel diplomatique Italien a notamment été pris.

-le statut des autres personnes est inconnu, mais l'immense majorité est très probablement encore en vie et en bonne santé.

III - Forces d'opposition

Malheureusement, l'armée de ce pays est plutôt bien équipée, ayant reçu pas mal d'équipements, d'origine française principalement, car le président avait peur de se faire envahir par son voisin l'Angola (il était un peu parano sur les bords aussi)

Voilà à peu près son ordre de bataille.

Forces aériennes:

10 Ecureuil: capable de recevoir des missiles HOT, des roquettes et/ou canon de 20 mm,

10 Gazelle anciennement françaises, elles aussi capables d'emporter cet armement.

8 Cougar: 6 de transport de troupes (capable de recevoir une mitrailleuse en sabord), 2 VIP.

10 A109 LUH: capable de recevoir des roquettes et/ou canon de 20 mm.

6 AB205 anciennement italiens, utilisés pour le transport de troupes.

5 C27J achetés récemment.

4 Panther, dont 2 équipés pour l'ASuW (avec des missiles AS-15TT) et 2 "logistiques".

A noter que des opérateurs pétroliers civils opèrent une flotte d'environ 10 Cougar/EC-225, 5 EC-155 et 10 AW-139 qui pourrait servir à des opérations militaires le cas échéant.

Marine de guerre:

2 frégates de type Floréal, mais sans missile anti-navires

2 Batral, mais avec une plateforme hélico.

une cinquantaine de petits patrouilleurs rapides, armés de canon de 20mm.

La formation des équipages est relativement bonne

Forces terrestres:

environ 100 VAB 6x6, dont une dizaine en version porte-mortiers, une dizaine en version commandement.

environ 200 VBL, dont une cinquantaine équipés de missile anti-chars et le reste équipé d'une mitrailleuse 12.7 ou d'un canon 20 mm.

environ 30 Centauro, livrés récemment par l'italie d'occasion (d'où la présence des instructeurs italiens).

environ 20 Sherpa de défense anti-aérienne équipée de postes mistral.

des camions, des pick-up, etc.

l'armement est principalement constitué de FAL, Minimi MAG mais aussi de missiles Milan assez récents.

Au niveau des hommes, une garde d'élite d'environ 5'000 hommes est plutôt bien formée, même selon des standards européens, le reste (environ 50'000 hommes) ayant une formation correct (supérieure à la moyenne africaine en tout cas). Les véhicules modernes étant principalement contrôlé par la garde d'élite, le reste des troupes ayant des moyens plus légers. Eventuellement aussi les forces de Police et une partie de la population, mais bon ils ne sont pas vraiment équipés pour faire la guerre, et pour la population, pas vraiment entrainé...

IV - Moyen d'intervention français

Un BPC avec à son bord 2 Tigre, 4 Gazelle, 4 Puma et 1 Panther ainsi qu'un environ 200 militaires avec leur équipement (VAB, VBL, Caesar, etc.) et escorté par une FLF (avec à bord un autre Panther) se trouvaient actuellement au large de la côte d'Ivoire et ont immédiatement mis le cap au sud.

Un autre BPC se trouve actuellement en mission Jeanne d'Arc dans le Pacifique, au nord du Chili, et ne pourra pas être sur zone avant deux ou trois semaines. Son complément d'hélico est de plus assez limité, avec seulement 2 Gazelle, 1 Puma et une Alouette III.

le CDG se trouve actuellement en Océan Indien, en soutien aux troupes de la coalition en Afghanistan.

Le dernier BPC est en IPER à Toulon (mais il peut être disponible en environ deux semaines), tandis que le TCD est en entrainement avec un groupe amphibie international au large de toulon.

V - Moyen d'intervention italiens

Aucun navire italien ne se trouve à proximité.

Le Cavour est entrain se s'entrainer avec le TCD au large de Toulon.

Le Garibaldi est en IPER et ne pourra pas être disponible avant plusieurs semaines.

Un des 3 San Giorgio se trouve lui aussi au large de Toulon, tandis qu'un autre est à quai à sa base de Brindisi et un dernier se trouve dans les Caraïbes.

VI - Soutien des autres états

Au niveaux alliés locaux de la France, ni le Gabon, ni la Côte d'Ivoire, ni le Tchad ne permettent des opérations offensives depuis leur territoire, mais ont par contre accepté de laisser des appareils de transport transiter par leur territoire pour évacuer des français. Quant à l'Angola, ils se sont déclarés neutre dans cette affaire et refuse tout transit d'appareil militaire par leur territoire (bon aorès quant au survol de leur territoire...). La Grande Bretagne a par contre autorisé la France et l'Italie à utiliser ses bases de l'île de l'Ascension et des Malouines si nécessaire, y compris pour y baser des appareils de chasse.

Cependant aucune autre nation européenne, ni les USA, ne veulent aller faire la guerre à la RDAE (business is business...). Au mieux, certains pays européens ont accepter de fournir des appareils de transport pour faciliter l'éventuelle évacuation de ressortissants européens.

VII - Situation diplomatique

Le nouveau gouvernement du pays a cependant envoyé le message suivant aux gouvernements  français et italiens:

1) les conventions de Genève concernant le traitement des prisonniers, sera appliqué autant que possible. Les observations réalisées par certaines ONG ayant pu voir l'arrestation de citoyens étrangers tant d'ailleurs à le montrer. La Croix Rouge aura de plus accès aux camps d'internement, pour peu qu'ils soient ressortissants d'une nation neutre.

2) il ne sera pas fait usage des armes contre les civils tant que ceux-ci ne résisteront pas à leur arrestation ou ne se montreront pas hostile.

3) en cas de cessez-le-feu français, les femmes (sauf les militaires), les enfants ainsi que les personnes fragiles ou blessées seront rapidement rapatriées, par une nation neutre (l'Autriche, la Suède et la Suisse ont déjà accepté de participer à cet éventuel mission, avec des avions militaires ou civils).

4) jusqu'à la signature d'un accord définitif traitant de la rétrocession des installations pétrolières et minières étrangères au peuple de ce pays, le reste des prisonniers (militaires + hommes en age de travailler) ne sera pas rapatrié en France ou en Italie.

5) en cas d'usage disproportionné de la force contre les populations civiles du pays, les points 1 à 4 ne tiendront plus.

6) au cas où un cessez-le-feu a été déclaré par les colonisateurs mais que des actions "surprises" ont ensuite lieu, là aussi les points 1 à 4 ne tiendront plus..

bref, en résumé, si vous faites la guerre de manière "civilisée", on le fera aussi... :lol:

VIII - Votre mission

En tant que commandant des opérations de secours, votre mission est:

Idéalement, évacuer l'ensemble des ressortissants étrangers avec le minimum de morts possibles.

Cependant, si vous pensez qu'il est impossible de réaliser cela sans lourdes pertes, vous pouvez convaincre M. le président de la république et M. le Président du conseil des ministres qu'un cessez-le-feu, provisoire ou définitif est la seule solution viable.

Bonne chance.

EDIT: l'action se passe fin 2011 début 2012 environ.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci.  ;)

Si quelqu'un veut retoucher un peu le scénario pour le rendre à peu près réalisable. Par exemple en remplaçant les citoyens français par des citoyens européens histoire d'avoir plus de moyens.  =)

Share this post


Link to post
Share on other sites

je pense que ce serait faisable avec un pa tout près et j'aurais bien imaginer lancer les rafales avec des asmp-a, de sorte qu'ils flippent un peu et leur rappeler qui sont les plus forts et ensuite on avisera, ce sera pour un prochain billet

Share this post


Link to post
Share on other sites

n'oublie pas qu'il y a 8000 ressortissants français en otage, donc le coup du champignon atomique, ça passe (ils flippent et libèrent les otages) ou ça casse (plus grosses pertes françaises dans une guerre depuis l'Indochine)

Et puis bon, si on y va direct au nucléaire, c'est trop simple...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour compléter mon message précédent, on parle certes de preneurs d'otages, qui retiennent des civils (que l'on peut à la limite considérer comme des prisonniers de guerre), mais dans des conditions pas trop mauvaises.

Si vous commencez à atomiser le pays (et surtout si vous ne vous contentez pas de cibles désertes ou clairement militaires), il y a des chances que le grand méchant soit la France, et pas ce petit pays d'Afrique (qui retient certes 8000 français en otage, mais qui les traitent bien, pas comme la France qui "massacre des populations civiles à coup de bombes atomiques"), surtout si par hasard ce petit pays a la bonne idée de promettre son pétrole à une grande puissance genre les USA...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sauf que faudrait 400 rotations de Puma/Cougar pour évacuer les 8000 personnes (avec 20 personnes par rotation), donc niveau effet de surprise on a vu mieux. :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai modifié un peu le scénario, de manière à ce que les italiens soient aussi impliqués (même si je suis d'accord que c'est pas forcément dans leur zone d'influence en Afrique...).

PS: Gilles, lit voir ma présentation, j'ai justement dit que les USA préféraient ne pas s'impliquer...

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est as parce que les usa ne veulent pas s'en mêler qu'on ne peut pas leur louer du matos, d'ailleurs on n'y a pas pensé mais la france est dans l'otan et elle a le droit d'avoir de l'aide, si en plus il y a les italiens qui réclament...

bon on va essayer de se rattraper:

1 les troupes françaises sur places vont essayer de trouver le maximum de citoyens encore libre,

2 une fois que le bpc est arrivé, a l'aide des hélicoptères on lance une opération héliportée pour extraire le personnel de l'ambassade de france

3 opération comando sur l'aéroport pour récupérer les hélicos

4 débarquement des forces du bpc par hélicoptère vers les bases françaises

5 prise de l'aéroport par la force pour pouvoir amener plus de renforts par avions et évacuer les ressortissants français des bases françaises par le tchad

6 retranchement dans les bases et l'aéroport puis établissement d(un embargo complet pour faire pression sur le gouvernement

7 on va réfléchir

Share this post


Link to post
Share on other sites

A vrai dire, à l'ambassade et dans les camps Bravo et Charlie, les troupes françaises luttent pour garder le contrôle des bases et ne tiendront pas plus de 2 ou 3 jours.

Dans le camp Alpha, du fait de la présence d'environ 800 militaires, la situation est moins tendue, mais étant donné que l'ennemi contrôle le ciel, s'aventurer hors de la base est très périlleux, car les postes Mistral français suffisent à peine à empêcher des frappes aériennes par hélicoptère.

Bref, tant que des renforts sérieux ne seront pas envoyés, les troupes au sol ne pourront pas prendre l'initiative et pourront au mieux renforcer leurs positions.

Quant au BPC et son escorte, sans renfort supplémentaire, les moyens présents à bord suffiront à peine pour procéder à des raids de nuit, pour renforcer certaines positions et éventuellement évacuer l'ambassade de France (rien que pour ça il faudrait faire 5 à 6 rotations avec les 2 Puma du BPC), car l'ennemi a la maitrise du ciel avec ces très nombreux hélicoptères et ces Sherpa armés de missiles Mistral.

Share this post


Link to post
Share on other sites

tu nous aurais mis une fda a la place de la lafayette et on aurait put couvrire toute la cote avec les aster 30 et protéger les hélicos, car d'après la cartes tous les objectifs cités plus haut sont dans la bande de 100km au niveau de la cote

peut on imaginer un parachutage de troupe ou de matériel sur les bases francaises?

es qu'il y a moyen de parachuter un hélico comme on parachute des véhicules blindés depuis des c-130?

pas oublier aussi les tigres pour escorter les hélicos

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je te rappelle qu'on est en Afrique de l'ouest, où il n'y a quasiment aucun moyen aérien sérieux. Alors les chances qu'une FDA soit présente dans le coin sont extrêmement faible. Déjà, en temps normal, le BPC/TCD présent sur zone n'est pas forcément escorté, mais bon comme ça a chauffé en Côte d'Ivoire j'ai rajouté une FLF.

Et pour les hélicos ennemis, s'ils restent à basse altitude dans les terres, ils n'ont rien à craindre face à une FDA, car le radar ne pourra pas les détecter et donc pas les engager.

De plus il y a aussi la présence de missiles Mistral, qui représentent une menace sérieuse pour les hélicos.

Sinon pour le parachutage de troupes ou de matériel, oui, si tu arrives à trouver un moyen de le faire sans compter sur les principaux alliés français de la région (hormis les UK pour leurs îles) qui préfèrent ne pas se mêler pour éviter des troubles similaires dans leur pays.

(enfin s'il s'agit de parachuter un ou deux petits détachements des forces spéciales chargées d'opérer discrètement, ça peut éventuellement s'envisager (car le public ne l'apprendra probablement jamais), mais s'il s'agit de parachuter plusieurs centaines d'hommes, là c'est clairement non).

Quant à parachuter des hélicos, non c'est pas vraiment faisable, et surtout pas des Tigre.

PS: je remettrais l'image dès que possible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon voyons vu qu'en face ils sont trop nombreux , la seule solution c'est d'effectuer des frappes nucleaires avec l'ASMP-A tiré par les rafale et mirage 2000N sur les base aériene/terreste et maritime du pays et les concentration de troupes africaines afin de les affaiblir au maximum .

Puis juste après une opération commando pour chaque camp pour libérer les otages mené à partir d'un BPC .

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est une "solution", mais vous seriez très clairement mis au ban des nations pour avoir atomisé un pays qui retient certes plusieurs milliers de ressortissants français et italiens, mais qui les traite relativement bien et qui ne veut absolument pas commettre un génocide contre les étrangers, juste récupérer pleinement le contrôle de ces installations stratégiques.

Sans compter que militairement parlant, ça reste une nation assez faiblement équipée. Le seul problème c'est la distance (et le temps).

En plus, il se peut que des ressortissants français ou italiens ne sont pas retenus dans les installations stratégiques, histoire de les "protéger".

Share this post


Link to post
Share on other sites

y aurait il moyen de savoir ou est le pays sur une carte du monde?

Ce petit pays fictif est entouré par l'Angola et l'Océanie Atlantique.

Image IPB

PS: j'ai remis la carte.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Déjâ on atomise uniquement les forces militaires en évitant au maximum les pertes civil sachant que les rayon de destruction d'un charge nucléaire de 300kT(puissance max de l'ASMP-A) est très limité (quelque km tout au plus) .

Bref dans un premier temps toutes les concentrations de troupes africaines avec aucun civil présent dans un rayon de quelque km doivent être atomisé ainsi que toutes leurs bases aérienes/terreste et maritime afin de les affaiblir au maximum .

A cela on peut ajouter un tir de M51 avec détonation des charges nucléaires dans l'espace juste au dessus du pays afin de créer un IEM sur tous le pays et détruire toute l'electronique ce qui devrait encore plus affaiblir leurs forces .

Après les frappes nucléaires , voir pendant, des opérations commando mené à partir du BPC doivent libérer les otages de chaque camp 1 par 1 .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je maintiens que ça serait dévastateur pour la France, et un dangereux précédent... (si la France se permet d'attaquer nucléairement un pays moins armé que la plupart des pays européens, pourquoi est-ce qu'Israel n'atomiserait pas l'Iran, qui dispose d'un armement plus important (qui risque de bientôt être nucléaire) et qui menace sans cesse Israel de destruction, ou pourquoi l'Inde n'utiliserait pas ces armes nucléaires la prochaine fois qu'il y a un incident sérieux avec le Pakistan ?)

Et à mon avis, en combinant les moyens italiens et français, vous avez les moyens de libérer vos otages sans utiliser d'arme nucléaire. Avec bien sûr des pertes, ça sera inévitable, mais même avec l'option nucléaire il y en aura, peut-être même plus, si face à une telle réponse française le gouvernement/la population du pays se radicalise et ordonne/massacre les français pour se venger.

Surtout qu'une fois les frappes effectuées, il faudra probablement plusieurs jours pour que l'ensemble des camps d'internement puissent être libérés, étant donné que vous n'avez qu'un seul BPC présent sur place et qu'il y a de fortes chances que plus aucun pays africain ne vous laisse utiliser ses aéroports.

Share this post


Link to post
Share on other sites

oulà ca sent les fans de jeux en reseau mais alors pour le realisme Stormshadow et Chevalier Gilles vous repasserez (surtout stormshadow .... un ASMP c'est pas une cacahouète .... ca se jette pas comme ca au premier pepin venu)

sinon j'ai pas le temps de detailler mais voici un synopsis rapide

mission longue range pour des vols de Raffys avec Scalp et Apache (faudra depoussierer ces derniers) pour neutraliser les FA ennemis

usage des forces prepositionnées au Gabon et Centre afrique (y'aura bien des mirages F1 qui y trainent) une fois la menace aérienne reduite/detruite

renforcement des postes encerclés par parachutage de troupes venant du Gabon/CentraFr et commandos de métropole

le tout en attendant les BPC (si en plus on peut monopoliser un TCD ou un autre amphib ca serait mieux)

en attendant on assure un appui aérien rapproché au camp

on peut même envisager des frappes par Scalp à partir d'un SNA (qui aura du faire chauffer ses turbines pour arriver fissa sur zone)

une fois les amphibs sur place on essaye (j'ai bien dit essaye) d'evacuer sans trop de casse

les points important sont donc dans l'ordre :neutralisation des FA de l'ennemi (par frappes longue range et commandos au sol)

maintien de l'intégrité des points de defense deja montées par appui aérien subséquent et renforcement par parachutage

attente des BPCs/TCDs pour procéder à l'evac

avec ce qu'on a sous la main je vois pas comment faire autrement

Share this post


Link to post
Share on other sites

Akhilleus, le scénario se passe vers fin 2011 début 2012 dont pas de SNA avec Scalp.  ;)

Idée de scénario de riposte:

H+0 : début du scénario, les opérations de reprise sont décidées.

H+1 : le BPC "Corrymbe" (BPC C)reçoit l'ordre de mettre le cap sur le port d'Abidjan et environ 200 hommes reçoivent l'ordre de se préparer à embarquer, ainsi que 2 Puma et leur personnel.

2 Cougar basés au Gabon et leur personnel reçoive le même ordre.

Au large de Toulon, l'exercice naval est interrompu et le TCD français, ainsi que le Cavour et le TCD italien reçoivent l'ordre de mettre le cap sur Toulon, tandis qu'un peu partout en France et en Italie des unités reçoivent l'ordre du départ.

Le CDG et le BPC J (jeanne d'arc) reçoivent aussi l'ordre de mettre le cap sur zone dès que possible, ainsi que le TCD IT à quai dans son porte d'attache.

H+4 : des commandos prépositionnés en Afrique embarquent dans un ou deux Transall pour aller sauter sur la RDAE et y mener des missions de reconnaissance. Suite à cela le Gabon, ordonne officiellement aux français de ne pas utiliser son territoire pour des opérations offensives.

H+12 : Le BPC C a embarqué les éléments terrestres ainsi que les 2 hélicos et s'apprêtent à mettre le cap sur la RDAE.

Après des négociations rapides, l'utilisation de l'île de l'Ascencion est autorisée par les anglais, à condition que la sécurité des territoires britanniques soit garantie. La France prépare donc l'envoi rapide de 2 ATL 2, 6 Rafale et 3 KC-135.

H + 24 : une première partie du détachement aérien prend l'air pour RAF Ascencion.

J + 1 :

- alors que le BPC C navigue au large du Gabon, les 2 Cougar et leur personnel sont embarqués.

- en milieu de journée, premières frappes de 4 Rafale sur des installations militaires ainsi qu'autour de l'ambassade, qui est en situation critique.

- le commandement des forces françaises en RDAE ordonne la réédition du camp Bravo, où trop de vies civiles étaient menacées du fait de la taille réduite du camp et des tirs de mortiers ennemis. quant au camp charlie, si l'arrivée du BPC n'arrive pas à améliorer les choses, sa reddition est aussi envisagée.

- départ de la Réunion d'une FS chargée de renforcer les moyens navals présents sur zone.

J + 2:

- arrivée du BPC et de la FLF d'escorte.

- Dans la nuit, avec 2 patrouilles de 2 Rafale se relayant pour assurer la sécurité du ciel, une vaste opération aéroportée regroupant les 4 Puma, les 2 Cougar et 2 Tigre a permis d'évacuer en plusieurs vagues l'ensemble des personnes prises au piège à l'ambassade (trop difficile à tenir)

- une FS ennemie, qui a tenté de s'interposer entre la côte et le BPC, a du être coulé par la FLF avec un Exocet. Malheureusement, la FLF n'embarquant que 4 missiles anti-navires (économie budgétaire), c'est déjà 1/4 des missiles qui est perdu. De plus, les Panther ennemis et les patrouilleurs harcèlent les deux navires, ce qui fait que les 4 Gazelle (2 Canon et 2 Viviane), aidés par les 2 Panther, doivent quasi-continuellement assurer une veille aérienne et si nécessaire engager ou intimider les navires ennemis (heureusement peu/pas dotés en moins mer-air).

J + 3 :

- le groupe aéronaval composé du Cavour et des 2 TCD (un FR un IT), accompagnés de 2 FDA (une FR (l'autre est avec le CDG) et une IT), d'une FLF, d'une F70ASM et d'une frégate italienne et des moyens de soutien logistiques appareillent de Toulon avec à bord 12 Harrier, 2 EH101 AEW, 2 Tigre, 4 Mangusta CBT, 6 Puma, 2 Cougar, 2 EH101ASH (transport de troupes), 6 AB 212 et 6 Gazelle. Sans compter 2 Panther et 2 AIII coté français et 3 AB212 coté italien sur les frégates et navires auxiliaires (y compris civils). Ainsi qu'environ 1000 hommes et leur matériel.

- du fait de la relativement forte résistance navale (comparativement aux moyens européens déployés...), le BPC n'a pas pu réaliser d'opération amphibie pour amener par la mer des renforts au camp Charlie. Mais environ 150 hommes on pu être déposés dans le camp pendant la nuit par hélico, et les blessés les plus graves rapatriés sur le BPC, ainsi que les plus jeunes enfants.

- le dispositif aérien à RAF Ascension se renforce, avec l'arrivée de 2 nouveaux KC-135, de 2 Rafale et 4 Mirage 2000D, ainsi que de 6 Tornado italiens, 3 KC-130J et un KC-767.

- un pont aérien destiné à soutenir les troupes au sol se met progressivement en place, grâce à plusieurs avions cargo d'Air France réquisitionnés (jusqu'à l'Ascension) et des Transall et Hercules (ensuite)

- plusieurs navires de croisière et ferries ont été réquisitionnés et s'apprête à mettre le cap sur l'Afrique. Une fois les opérations d'évacuation lancées, ils serviront à accueillir les rescapés pour les évacuer ensuite du pays.

J+ 4:

stabilisation progressive de la situation. Les camps Alpha et Charlie sont toujours sur attaque mais leur chute devient de moins en moins probable.

progressivement, les hélicos embarqués évacuent les femmes et les enfants, ainsi que le personnel aéronautique encore présent (pour soulager le personnel aéronautique embarqué sur le BPC C), tandis que la chasse déployée à Ascension détruit progressivement les principales installations stratégiques ennemies et les positions ennemies connues près des camps.

Début de la semaine 3 :

Arrivée à un ou deux jours d'intervalle sur zone du CDG, du Cavour, du BPC J, du TCD FR et des 2 TCD IT (et de tous les moyens d'escorte). Le BPC C et la FLF vont faire escale dans un port ami pour se ravitailler et débarquer les premiers passagers.

Le dispositif à l'Ascension s'est encore renforcé, notamment avec deux compagnies aéroportées qui seront chargées de sécuriser l'aéroport en temps voulu.

Après un dernier ultimatum, une "vaste" opération amphibie est déclenchée, visant notamment les installations portuaires du pays, tandis que l'aéroport principal est repris par les troupes aéroportées après que des vagues de bombardement l'ait "nettoyé". De moyens de génie sont ensuite déposés pour permettre la reconstruction de la piste.

Le contrôle absolu du ciel et de la mer est maintenant acquis, et l'évacuation des ressortissants, notamment des camps Alpha et Charlie peut commencer.

Fin de la semaine 3: Après quelques jours de combat sans trop de résistance (du fait d'un important appui aérien) et une progression relativement rapide jusqu'aux premiers contreforts de la zone montagneuse en arrière pays, le gouvernement de la RDAE dépose les armes et accepte de libérer les otages en échange d'un arrêt des opérations militaires.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Akhilleus, le scénario se passe vers fin 2011 début 2012 dont pas de SNA avec Scalp

m....e

ils sont prevus si tard que ca ??

pour le reste je te trouve bien optimiste quand même

pas certain que ca se règle aussi facilement

d'ailleurs  tu fais quoi des forces aériennes du RDAE entre  H0 et J4 (au minimum ?)

et puis en France on ne se rend plus depuis Dien Bien Phu môssieur  ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

bah les Scalp sur SNA ils arrivent avec les Barracuda il me semble...

forces aériennes du RDAE: en fait, mis à part pour l'ambassade, je suppose que les camps disposent au minimum deux-trois postes Mistral, et que les forces ennemies le savent. Donc pas de bombardement par hélico interposé, ou assez peu en tout cas, l'ennemi ne voulant pas perdre tous ces moyens avant la vraie bataille...

Quant au BPC, il est protégé par la FLF (on va quand même supposer que malgré qu'elle soit en mission Corymbe loin de toute menace air-mer, il y a quelques missiles Crotale à bord), même s'il y a un risque du fait que 2 hélicos peuvent tirer des AS15TT.

Reddition: franchement je vois vraiment pas comment renforcer suffisamment rapidement et assez durablement le camp Charlie, situé à plus de 300 km des côtes dans une région montagneuse pour qu'il ait une chance qu'il soit viable pendant plusieurs semaines sans qu'il n'y ait trop de pertes, notamment parmis les très nombreux civils présents (plus de 90% des personnes retranchés dans le camp).

Surtout que les camps ne sont pas prévus pour accueillir autant de personnes à la fois, ce qui fait qu'au moindre tir de mortiers ennemis, ça peut être le drame.

Après, c'était surtout une 2ème base de départ pour des discussions en plus de la tienne, histoire de faire avancer le débat.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,388
    Total Members
    1,178
    Most Online
    Umbria
    Newest Member
    Umbria
    Joined
  • Forum Statistics

    20,666
    Total Topics
    1,237,521
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries