Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Plan de relance, les équipements de défense, secteur naval


Philippe Top-Force
 Share

Recommended Posts

Faisant suite à plusieurs discussions sur les plans de relances économiques sectoriels , on voit que nous sommes concernés sur les décisions et les choix, les motifs et les priorités que l'on aurait dû faire ou ne pas faire.Donc, on peut continuer en débattre ici sur ce nouveau fil.

Plan de relance secteur naval.

http://www.gouvernement.fr/gouvernement/la-relance-en-marche-35-les-equipements-de-defense-et-de-securite

S’agissant de la défense nationale, le plan de relance soutient la construction navale, l’armement terrestre, l’aéronautique et l’électronique de défense.

Avec une enveloppe de 1,425 milliard d’euros, le plan de relance accélère l’acquisition d’équipements de défense, en accord avec les priorités du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. Sans l’intervention du plan de relance, ces acquisitions se seraient faites sur toute la période 2009-2023, comme prévu par le Livre.

Le plan de relance soutient ainsi des secteurs industriels comme la construction navale, l’armement terrestre, l’aéronautique militaire, et l’électronique de défense. Les entreprises concernées sont réparties sur l'ensemble du territoire. Ce sont plusieurs milliers d’emplois qui sont préservés.

Les crédits du plan de relance ont été disponibles très rapidement : le ministère de la Défense a pu en disposer seulement 15 jours après la publication de la loi de finances rectificative du 4 février 2009.

Prés de 250 projets d’investissement ont été retenus. Les équipements concernés sont les suivants :

pour la marine nationale, parmi les acquisitions anticipées, le projet le plus important est la construction d’un troisième bâtiment de projection et de commandement, BPC, en complément de la flotte actuellement en service (Mistral et Tonnerre) et des navires amphibies ;

C'est l'un des projets phares du plan de relance de l'économie : la réalisation d'un troisième bâtiment de projection et de commandement (BPC) qui répond à un double objectif :

- "capacitaire" : consolider les capacités opérationnelles de projection stratégique et de commandement des armées ;

- économique : soutenir l'industrie navale française dans le contexte économique actuel.

Le BPC se caractérise par sa polyvalence et sa vocation interarmées. Tout à la fois porte-hélicoptères, transport de troupes et de matériels, de blindés et d'engins de débarquement amphibie, hôpital embarqué, centre de commandement permettant de déployer un état-major européen ou international et bâtiment apte à des opérations humanitaires d'importance, le navire est entièrement réalisé aux Chantiers de l'Atlantique, dans le bassin d'emploi de Saint-Nazaire.

Le BPC, c'est :

- 400 millions d'euros investis

- 1 785 emplois créés

- 3 ans de chantier

- 2,5 millions d'heures de travail

Link to comment
Share on other sites

C'est juste pour la défense, mais ce sont principalement des projets mineurs, exemple:"Plus de 200 opérations irriguent les 22 régions françaises ainsi que l’Outre-Mer. Ces travaux profitent à l'ensemble des personnels de défense affectés sur ces sites et renforcent l'économie locale grâce aux nombreux chantiers confiés aux PME locales spécialisées dans le bâtiment et les travaux publics."

En gros, des ravalements de façades.  :P

Link to comment
Share on other sites

Vous faîtes comme si DCNS devait être écarté des constructions de très grands bateaux.Un PAN ou un PA2, c'est DCNS qui en est le Maître d'oeuvre, certes on peut assembler le PA2 à Saint-Nazaire mais avec DCNS dans la boucle.

EUh... perso, j'ai jamais dis le contraire ^^"

Quand je parle STX, c'est surtout les chantiers de saint-nazaire.

Link to comment
Share on other sites

Faisant suite à plusieurs discussions sur les plans de relances économiques sectoriels , on voit que nous sommes concernés sur les décisions et les choix, les motifs et les priorités que l'on aurait dû faire ou ne pas faire.Donc, on peut continuer en débattre ici sur ce nouveau fil.

Plan de relance secteur naval.

http://www.gouvernement.fr/gouvernement/la-relance-en-marche-35-les-equipements-de-defense-et-de-securite

S’agissant de la défense nationale, le plan de relance soutient la construction navale, l’armement terrestre, l’aéronautique et l’électronique de défense.

Avec une enveloppe de 1,425 milliard d’euros, le plan de relance accélère l’acquisition d’équipements de défense, en accord avec les priorités du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. Sans l’intervention du plan de relance, ces acquisitions se seraient faites sur toute la période 2009-2023, comme prévu par le Livre.

Le plan de relance soutient ainsi des secteurs industriels comme la construction navale, l’armement terrestre, l’aéronautique militaire, et l’électronique de défense. Les entreprises concernées sont réparties sur l'ensemble du territoire. Ce sont plusieurs milliers d’emplois qui sont préservés.

Les crédits du plan de relance ont été disponibles très rapidement : le ministère de la Défense a pu en disposer seulement 15 jours après la publication de la loi de finances rectificative du 4 février 2009.

Prés de 250 projets d’investissement ont été retenus. Les équipements concernés sont les suivants :

pour la marine nationale, parmi les acquisitions anticipées, le projet le plus important est la construction d’un troisième bâtiment de projection et de commandement, BPC, en complément de la flotte actuellement en service (Mistral et Tonnerre) et des navires amphibies ;

C'est l'un des projets phares du plan de relance de l'économie : la réalisation d'un troisième bâtiment de projection et de commandement (BPC) qui répond à un double objectif :

- "capacitaire" : consolider les capacités opérationnelles de projection stratégique et de commandement des armées ;

- économique : soutenir l'industrie navale française dans le contexte économique actuel.

Le BPC se caractérise par sa polyvalence et sa vocation interarmées. Tout à la fois porte-hélicoptères, transport de troupes et de matériels, de blindés et d'engins de débarquement amphibie, hôpital embarqué, centre de commandement permettant de déployer un état-major européen ou international et bâtiment apte à des opérations humanitaires d'importance, le navire est entièrement réalisé aux Chantiers de l'Atlantique, dans le bassin d'emploi de Saint-Nazaire.

Le BPC, c'est :

- 400 millions d'euros investis

- 1 785 emplois créés

- 3 ans de chantier

- 2,5 millions d'heures de travail

En ce qui concerne le BPC je crois qu'il faut plutôt parler d'emplois maintenus (aux chantiers STX France de st Nazaire) que "créés", non ?
Link to comment
Share on other sites

Oui, c'était ça l'idée.

Qui a dit ça?  :rolleyes:

Ce sont les gens qui pensent cela dans leur majorité.Si un décideur politique avalise le lancement d'un second PA, celui sera sous la charge et le maître d'oeuvre DCNS, notre navaliste , certes probablement assemblé à Saint-Nazaire.Les 2 BPC n°3 et n°4 qui devaient remplacer la classe Foudre des TCD à l'horizon 2020, devait être assemblé à DCNS.

Mais hélas, les sud-coréens propriétaires de STX n'avaient pas assez de plan de charge pour ses chantiers européens par rapport à ceux asiatique.Et on a donc anticipé sur le budget de la Marine, anticipé pas rajouté ou augmenté sur le budget marine, les 423M€ pour un BPC Dixmude.

Curieux de savoir si les norvégiens en ont fait de même avec leurs chantiers.

Dans le secteur de l’aéronautique militaire cinq hélicoptères Caracal sont commandés, et la production de deux avions Rafale est accélérée.

Des canons 20 mm en sabord pour nos hélicoptères, des vedettes et bâteau école.Des EDR LCAT pour notre batellerie....tant mieux, plus les urgences opérationnelles et adaptations réactions pour des tas de petits programmes annexes et secondaires ont fait le reste.

Link to comment
Share on other sites

En plus c'est pas parce que STX appartient à des Sud-Coréens qu'ils auront accès aux plans, déjà parce que STX Europe est une filiale, ensuite parce qu'au seing même d'une filiale, il peut y avoir des restrictions d'accès.

Link to comment
Share on other sites

En plus c'est pas parce que STX appartient à des Sud-Coréens qu'ils auront accès aux plans, déjà parce que STX Europe est une filiale, ensuite parce qu'au seing même d'une filiale, il peut y avoir des restrictions d'accès.

@Chris,

En France, on dit au sein d'une entreprise ,sein sans le g.Le seing c'est une signature qui rend un acte valable.

Et la France détient 33 % de STX France, pour l'anecdote sur le marché russe les sud-coréens proposaient le Dokdo mais il aurait été construit en Corée.Pas en Europe.

Link to comment
Share on other sites

pourquoi? car dans ce que je lis, la plus grande cale de brest fait 315msource: http://fr.wikipedia.org/wiki/Arsenal_de_Brest

C'est pas un calle de chantier de construction, mais une calle de maintenance. Il y a a proximité des équipement de maintenance mais pas juste a coté les atelier de chaudronnerie métallerie etc. qui construisent les gros morceaux, ni probablement les ponts pour les déplacer. C'est la différence entre une forme de radoub et une forme de construction, l'importance des aménagements et équipements autour.

Link to comment
Share on other sites

Le CdG fut pourtant construit à Laninon (bassin 8 ou 9, je ne sais plus - je peux essayer de retrouver le N° de "Le Flot", la revue interne de l'Arsouille, qui en parle).

Par contre, il est vrai que cela a posé problème puisque pour la pose des encorbellements, il a fallu décaler la ligne de tins de 3 ou 5 m - donc remettre le bassin en eau et le chantier à flots. La position initiale était celle qui permettait la manutention des gros blocs avec les ponts, grues et autres appareils de levage, mais pas la pose des encorbellements qui auraient tapé dans le bord du bassin. Une fois décalé, la manutention était plus limitée, mais il n'y avait plus de trop gros morceaux à poser.

Si je me souviens bien, les ateliers de découpe de tôle et une partie du formage (chaudronnerie) se sont faits aux ateliers des "Bâtiments en Fer", tout au fond de l'Arsenal, loin de la forme de construction.

Je ne dis pas que c'est optimal, mais c'est comme ça que ça s'est passé.

Par contre, le truc à prendre en compte, dans la taille de la forme, c'est qu'il faut de la place, en plus, pour passer tous les engins de chantier ou les échafaudages. 10 à 20m de marge devant et derrière (5 à 10 sur les côtés), ce n'est pas toujours de trop. Pour un navire dont les dimensions à la flottaison sont de 260 x 30 m, il faut donc un bassin de 280 x 40 au moins, 300 de long si on peut. En dessous, on n'est pas à l'aise.

Link to comment
Share on other sites

le bassin 9, ou fut construit le cdg fait 315m sur 47 donc pourquoi ne pourrait on donc pas construire le pa2 la car de ce que j'ai bien compris de vos arguments, la longueur et la largeur y sont et les ateliers aussi je suppose

Sauf que le CdG y est rentré au chausse pieds ...

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Rafale28
    Newest Member
    Rafale28
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...