Sign in to follow this  
slider69

Les Bidasses en folie.

Recommended Posts

Rien d'étonnant, cela part du vieux phantasme de certains que l'armée pourrait servir à remettre les méchants garçons dans le droit chemin, tout comme "le service militaire, ça vous forme un homme". Mais l'armée sert avant toute chose à défendre le pays, pas à palier aux incompétences de certains parents et dans une moindre mesure à l'inadaptation de l'Education Nationale.

Croire qu'en 5 jours on va remettre au pas un ado en rupture scolaire est une ineptie.

Malheureusement, et l'on entre alors sur un chemin difficile, la seule possibilité que pourrait offrir l'armée est de "reprendre" ses jeunes dans des unités "de choc" comme les Bat'd'Af d'avant, et de les utiliser comme chair à canon au plus vite, les 15 % de survivants revenant sans doute dans la bonne voie .... Mais comme on a plus de bonnes petites guerres à plusieurs dizaines de morts par jour et que l'amérique nous a imposé le politiquement correct, oublions.

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui en effet imaginer que 5 jours aurait permis de créer un lien est complètement irréel.

je demande qui à eu encore cette idée surprenante??

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui en effet imaginer que 5 jours aurait permis de créer un lien est complètement irréel.

je demande qui à eu encore cette idée surprenante??

Meuh! si ca marche a la télé! le grand frere, henri leconte, les cas soc. en patagonie etc. pourquoi ca marche pas en vrai  :happy:

Néammoins l'idée est pas idiote. Juste qu'il faut l'adhésion des "jeunes" qui y aillent et un encadrement mixte éducateur spécialisé plus encadrement militaire, et une immersion progressive, avec un objectif commun des deux parties. Si c'est du "boot camp" a la mort moi nœud ça n'a pas vraiment d’intérêt a terme.

Share this post


Link to post
Share on other sites

il me semble ( mais vous me le confirmerez), que la première expérience venait en réalité de mme Alliot Mary . mme Royal ayant une vision idéaliste du sujet en affirmant d'ailleurs être fille de militaire.ce qui veut rien dire dans la préparation d'une telle stratégie.chez Mme Royal l'expérience était sur le papier seulement.

je crois que le projet de mme Alliot Mary à été arrêté pour un problème de coût ! à vérifier toutefois.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le rôle de l'armée n'est pas de faire du social, il y a eut des expériences plus ou moins réussies, JET avec l'amiral de Laperière encadrement militaire, j'ai connu un capitaine qui avait été désigné pour y encadrer un groupe très difficile et dangereux, il dormait avec la main sur son couteau de peur d'être agressé pendant son sommeil. Ce n'est pas à  l'armée de pallier la déficience des parents, du total abandon de l'éducation nationale  et du système éducatif en général? que l'armée fasse du social pour reclasser les jeunes arrivant en fin de contrat et leur donne une véritable formation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

mme Royal ayant une vision idéaliste du sujet en affirmant d'ailleurs être fille de militaire.

Mme Royal déteste(tait) plus que tout son père, sorte semble-t-il de tyran aux idées ultra conservatrices, qui d'ailleurs renverra sa femme mère de ses 8 enfants par exploit d'huissier (!) après plus de 20 ans de vie commune en la  laissant sans aucune ressources ....

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites

La durée est un critère important mais les règles bien plus, on ne forme pas à coup de s'il vous plait et compagnie, je suis curieux de voir le nombre de conneries auxquelles les militaires on du se conformer pour s'occuper de cette vague de cas, cependant je suis sur qu'avec un encadrement stricte, quelques baffes dans la gueule et quelques nuits sans dormir il est possible de remettre ces clients dans le droits chemin. Pour ces gens là seule la peur peut imposer le respect et se dire que si on fait le con on dors pas 72h c'est souvent une idée des plus calmantes...

Cette idée peut réussir si on se donne des moyens, et il n'y a pas forcément besoin de militaires pour faire cela, simplement un peu de discipline et d'autorité...

Share this post


Link to post
Share on other sites

S engager pour finir devant des morveux qui s en tamponnent.

Si c est pas une sanction ca.

Tiens, pourquoi ils en parlent pas ds leurs pubs de recrutement?

"Engagez vs pour vs occupez de momes dont personne ne sait quoi faire"

Share this post


Link to post
Share on other sites

La durée est un critère important mais les règles bien plus, on ne forme pas à coup de s'il vous plait et compagnie, je suis curieux de voir le nombre de conneries auxquelles les militaires on du se conformer pour s'occuper de cette vague de cas, cependant je suis sur qu'avec un encadrement stricte, quelques baffes dans la gueule et quelques nuits sans dormir il est possible de remettre ces clients dans le droits chemin. Pour ces gens là seule la peur peut imposer le respect et se dire que si on fait le con on dors pas 72h c'est souvent une idée des plus calmantes...

Cette idée peut réussir si on se donne des moyens, et il n'y a pas forcément besoin de militaires pour faire cela, simplement un peu de discipline et d'autorité...

+1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'article est assez nauséabond : réduire cette expérience au symptôme visible de la fascisation de l'éducation nationale, c'est insultant pour l'armée et pour les enseignants.

PS: en Allemagne, les cas extrêmement difficile (avec casier je crois) sont envoyés dans les anciennes colonies allemandes en Afrique avec des éducateurs dans des familles d'accueil, fermiers dans la brousse avec une mentalité assez rigoriste (ca me rappel la Rhodésie ;) ). Et si les jeunes veulent se barrer, ils devront échapper aux hyènes et aux lions  ^-^

Je caricature fortement mais l'éducation nationale allemande est super ravie des résultats car les jeunes doivent s'adapter ou souffrir de la rudesse de la vie et la grande majorité se plient alors aux règles et "s’humanise" au contact des animaux à soigner. Les coûts (élevés) sont seulement le tiers des coûts d'emprisonnement prévisibles des jeunes (réflexion assez intelligente soit dit en pensant) .

Y avait eu un reportage, j'ai trouve seulement un article qui en parle indirectement

http://www.rue89.com/2008/01/18/l%E2%80%99allemagne-exile-un-jeune-delinquant-en-siberie?page=0#comment-199433

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dangereuse idée que de confier l'éducation à une institution dont ce n'est pas le rôle ni l'expertise. Il ne pouvait en ressortir qu'une expérience négative pour tous les participants en l'absence d'adhésion au projet.

A propos des autres messages, ce n'est ni la violence physique ni la déportation qui vont régler le vieux problème des jeunes difficiles: ca fait plus d'un siècle que de telles solutions ont été essayées, ca se saurait si ca avait fonctionné.  :rolleyes:

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'éducation c'est la tâche des parents et de leurs proches (grands frères/soeurs, grands-parents, oncles et tantes, ...), ce qu'on appelle "l'Education Nationale" devrait être "l'Instruction Publique", les profs ne sont pas payer pour éduquer, mais pour instruire, ce qui n'est pas vraiment la même chose.

Non en effet la société actuelle ne peut employer violence ou bannissement pour régler les problèmes de sa jeunesse difficile, mais par le passé c'est ce que l'on a fait et cela marchait, une bonne grosse guerre tout les 30 ans qui vous clairssemeait les rangs, des colonies l'où si l'on "perdait" quelques fortes têtes cela ne faisait pas la une des journaux. Que je sache c'est ainsi que le Royaume Uni peupla Australie et Nlle Zélande ... Mais de nouveau, incompatible avec le siècle actuel.

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dangereuse idée que de confier l'éducation à une institution dont ce n'est pas le rôle ni l'expertise. Il ne pouvait en ressortir qu'une expérience négative pour tous les participants en l'absence d'adhésion au projet.

A propos des autres messages, ce n'est ni la violence physique ni la déportation qui vont régler le vieux problème des jeunes difficiles: ca fait plus d'un siècle que de telles solutions ont été essayées, ca se saurait si ca avait fonctionné.  :rolleyes:

+1

Non en effet la société actuelle ne peut employer violence ou bannissement pour régler les problèmes de sa jeunesse difficile, mais par le passé c'est ce que l'on a fait et cela marchait, une bonne grosse guerre tout les 30 ans qui vous clairssemeait les rangs, des colonies l'où si l'on "perdait" quelques fortes têtes cela ne faisait pas la une des journaux. Que je sache c'est ainsi que le Royaume Uni peupla Australie et Nlle Zélande ... Mais de nouveau, incompatible avec le siècle actuel.

ça ce n'est pas "marcher", c'est s'arranger pour que les exactions et manquements commis le soient dans d'autres espaces, sur d'autres populations...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dangereuse idée que de confier l'éducation à une institution dont ce n'est pas le rôle ni l'expertise. Il ne pouvait en ressortir qu'une expérience négative pour tous les participants en l'absence d'adhésion au projet.

A propos des autres messages, ce n'est ni la violence physique ni la déportation qui vont régler le vieux problème des jeunes difficiles: ca fait plus d'un siècle que de telles solutions ont été essayées, ca se saurait si ca avait fonctionné.  :rolleyes:

L'objectif c'est pas l'éducation mais le dépaysement / éloignement. Selon les "sujets", leur adhésion au projet, et la pédagogie associé ca peut avoir de bon résultat, mais évidement c'est pas bon pour tout le monde, ni n'importe comment. Donc c'est pas une idée a jeter aux oubliettes, mais plutôt a réserver a des personnes impliquées dans le projet avec une bonne préparation du dépaysement, un dépaysement long et radical mais valorisant, et bien sur le tout adossé a un projet pédagogique.

Le probleme étant que pour faire tout ca bien ... c'est compliqué, long et ca demande du personnel - des éducateur qui s'entendent bien avec les militaires par exemple c'est pas forcément super facile a trouver :lol: - compétent, et qu'en général on voudra expédier ca a la va vite a défaut d'avoir les moyen.

La solution de dépaysement dans les ferme de Namibie a l'avantage d’être radicale, il perdent tous leurs repères et les leviers qui leurs permettaient de briller par le vice. La solution en caserne militaire en France l'est peut être pas assez... la vie en caserne est pas très éloigné de la vie tout court en foyer en France et il peuvent se permettre de s'y comporter plus ou moins de la même manière.

Moi j'aurais plutôt tenté de les embarquer dans la marine en océan pacifique. Le long huis clos d'un petit navire fourni un bon moyen de dépaysement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

en Guyane ,il y aurait de quoi faire ,on peu les isoler et leur faire faire des travaux pour les communautés .

attention j'ai pas prit la Guyane avec pour référence Steeve Macqueen dans papillon ,le bagne et tout sa  :lol:

juste que sa reste une terre très dépaysante pour un gamin qui déboule de la cité  =)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me demande ce qui est passé par la tête à l'instigateur de cette expérimentation. C'est surement pétri de bon sentiments, mais si le résumé du journaliste est honnête, il y a de quoi se poser des questions. Même je suis un partisan convaincu du vieil adage disant qu'il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'objectif c'est pas l'éducation mais le dépaysement / éloignement. Selon les "sujets", leur adhésion au projet, et la pédagogie associé ca peut avoir de bon résultat, mais évidement c'est pas bon pour tout le monde, ni n'importe comment. Donc c'est pas une idée a jeter aux oubliettes, mais plutôt a réserver a des personnes impliquées dans le projet avec une bonne préparation du dépaysement, un dépaysement long et radical mais valorisant, et bien sur le tout adossé a un projet pédagogique.

Dans ce contexte pourquoi pas et si c'est présenté comme une offre de réinsertion en expliquant le pourquoi du projet. Mais ce n'était pas du tout ce qui a été fait dans le cadre du stage en immersion.

Share this post


Link to post
Share on other sites

je pense que de toute manière le projet était en place pour le faire échoué !

* la durée choisie était absurde (on fait rien de bien dans de telles conditions)

* la préparation entre les encadrants scolaires et l'armée pas habitué pour du travail de réinsertion.

* pas de groupe d'évaluation permettant de corriger où d'adapter le process.

du nouveau :

http://lci.tf1.fr/politique/encadrement-militaire-des-jeunes-delinquants-royal-dit-chiche-6519731.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,463
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Caolila
    Newest Member
    Caolila
    Joined
  • Forum Statistics

    20,800
    Total Topics
    1,283,186
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries