Recommended Posts

Posted (edited)

J'ai lu (mais en diagonale) le 1er tome de l'histoire officielle de l'ASIO (Australian Security Intelligence Organisation, le service de sécurité intérieure australien) et j'attaque mollement le second. (Si vous voulez les références exactes, elles sont sur Wiki fr.)

Un point qui m'a frappé, c'est à quel point ce service, pendant ses premières années, est engagé dans un véritable combat de tous les instants avec sa principale cible, le parti communiste australien (CPA), pour l'infiltrer tout en essayant de s'en protéger.

Les cas que j'ai relevés :

Citation

chapitre 9 : en juillet 1953, perquisition police/ASIO de bureaux du CPA à Sydney, ils trouvent un document avec des informations sur le personnel et les véhicules de l'ASIO. Ils supposent que les infos viennent d'une dactylo qui a démissionné en 1950.

chapitre 12 : début 1952 à Sydney le journaliste Rex Chiplin dit au correspondant TASS que l'ASIO s'intéresse à deux femmes travaillant à l'ambassade. Moscou ordonne à l'officier de renseignement Vladimir Petrov de demander à un officiel du CPA s'il peut avoir plus d'infos. Le mois suivant l'officiel lui répond que "l'information donnée par Chiplin est venue d'une amante d'un des communistes" et qu'elle est secrétaire à l'ASIO. Petrov passe aux Australiens en avril 1954, mais il faudra attendre 1969 pour qu'un officier identifie une secrétaire du bureau de Canberra qui a aussi fait de la dactylo pour la section B2 (contre-espionnage) du bureau de Sydney sur la période concernée. Elle avait une relation avec un membre probable du CPA mais a quitté l'ASIO avant la défection de Petrov.

chapitre 16 : En 1955, le Clerk of the House of Representatives Frank Green dit qu'il a infiltré une source dans l'ASIO, mais que des "mouvements de personnels ont compliqué l'obtention d'informations". Il dit que quand Petrov a eu un accident de voiture, la vieille dame âgée qu'il a blessé était la mère "d'un des protégés" du chef du bureau ASIO de Sydney. Effectivement c'était la mère d'un officier de l'ASIO. Et que sa source lui avait dit qu'un diplomate soviétique, Antonov, était sous surveillance, ce qui était vrai aussi. L'ASIO n'a jamais identifié l'informateur.

Ted Hill, sorte de chef de la sécurité du CPA, a également été entendu dire qu'il avait une source dans le ministère de la Justice qui a pu lui fournir des renseignements que l'ASIO avait réunis sur un congrès du CPA. Là aussi informateur jamais identifié.

En 1958, l'ASIO identifie une probable source de fuites dans son bureau de Perth : une secrétaire est vue copier des informations d'un index book (?) et mettre la copie dans son sac. Des investigations supplémentaires révèlent qu'elle avait déjà été vue faire ce genre de choses. L'ASIO n'arrive pas à savoir si elle travaille pour une organisation, mais elle a un rapport avec une personne réputée être communiste. La secrétaire démissionne le mois suivant.

chapitre 21 : fin 1962, le second secrétaire de l'ambassade soviétique établit un lien avec un policier de la Special Branch des Nouvelles-Galles-du-Sud, qui essayera ensuite d'intégrer l'ASIO.

Je passe sur les doutes sur des opérations qui ont raté sans qu'on soit sûr de la raison... Ca va autrement plus loin que ce que j'avais retenu de l'histoire du MI5 (2 cas de secrétaires informatrices du PC pendant la 2ème GM, mais démasquées assez rapidement grâce à la sonorisation du quartier-général du PC.). Autant d'exemples qui montrent que même un service de sécurité intérieure, sur son propre territoire, doit être extrêmement vigilant sur sa propre sécurité interne - et que la compartimentation est extrêmement importante.

A propos de la compartimentation, une anecdote amusante : une des premières employées de l'ASIO, interviewé pour l'ouvrage, dit que son travail - transcrire des écoutes téléphoniques - était si secret que même son mari, aussi officier de l'ASIO, ne savait pas ce qu'elle faisait. Une archive montre que son mari avait participé à l'installation de l'équipement des écoutes, mais apparemment il ne l'a jamais dit à son épouse... J'ai l'impression que ce serait difficilement imaginable dans les générations actuelles.

 

Edited by Rob1
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai pas du posté dans le bon file mais j'ai reçu mon livre sur le général Delayen, un sacré parcours comme Marsouin de la Coloniale ! 

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Delayen

Le livre :

9782246007869-T.jpg

 

J'ai aussi trouvait un livre sur les artilleurs de Diên Biên Phu, Henri de Brancion, Diên Biên Phu Artilleurs dans la fournaise, Préface du Général Bigeard. 

Sujet qui me parle à moi l'ancien du 11ème RAMa ! Les artilleurs mais aussi les sections de mortiers lourd sont traité dans le bouquin ! 

Ça y est commandé ! 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'air de rien, il y a pas mal de bons ouvrages sur les Soviétiques en Afghanistan :

  • Tactiques de l'Armée rouge en Afghanistan ;
  • La guerre soviétique en Afghanistan ;
  • Afghanistan : les victoires oubliées de l'Armée rouge.

Par contre, est-ce que vous savez s'il existe quelque chose en français sur la Reishwehr et le réarmement clandestin de l'Allemagne dans l'entre-deux guerre ? 

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,488
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Redapache
    Newest Member
    Redapache
    Joined
  • Forum Statistics

    20,845
    Total Topics
    1,300,751
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries